AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1232
Points : 9
Crédit : Naïa & tumblr ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Snow ♣ Naïa

MessageSujet: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Sam 21 Jan - 16:53


❝ Arrête de me suivre ... ❞Anoushka & Sinead
Installée sur le rebord de l'une des fenêtres de mon dortoir, j'observe l'extérieur, rêveuse. Il n'a pas neigé mais on sent malgré tout un froid mordant dehors. Il est 14h, nous sommes samedi et je m'ennuie mortellement. Je soupire, encore, à croire que je ne fais que ça depuis au moins 10 minutes. Je ne sais pas quoi faire de mes dix doigts, alors en attendant de trouver une idée, je fixe l'horizon tout en me perdant lentement dans mes réflexions. Je sais que je ne veux pas travailler, c'est certainement la seule chose dont je suis sûre actuellement. J'ai l'impression de ne faire que ça ces derniers temps, ça en devient lassant. J'aimerais bien passer du temps avec mes amis mais ils sont quasiment tous aux abonnés absents. Keagan est enfermé dans les cachots ... à moins qu'il soit en train d'effectuer une corvée, je ne sais pas trop, ce qui est sûr en tout cas c'est qu'il est inaccessible, et ça a le don de me rendre dingue. Et dire qu'avant Halloween, j'avais la possibilité de le voir quand je le voulais, mais je préférais l'éviter. Maintenant que je ne peux plus le voir, je brûle d'envie de le serrer dans mes bras. Cette épreuve nous aura au moins rapproché de nouveau ou en tout cas remis du plomb dans la tête, même si ça ne change pas le fait que l'on ne peut plus passer de temps ensemble. Louna et Hunter sont indisponibles. Je sais qu'Hunter est en train de s'entrainer avec Snow sur le terrain de Quidditch. Ce n'est pas un entrainement officiel, vu que de toute façon il n'y a plus de saison de Quidditch ... officiellement du moins, mais les garçons avaient besoin de se défouler un peu, du coup ils ont profité du weekend pour se faire une petite session en tête à tête. Peut-être qu'il y a d'autres personne mais je ne suis pas au courant. Quant à Louna, j'ignore ce qu'elle fait, en ce moment je ne la vois qu'en coup de vent, du coup je n'ai pas vraiment eu l'occasion de lui parler, ce qui m'agace un peu. Phoebe et Aimie sont à la bibliothèque pour travailler sur je-ne-sais-quel devoir. Bref, je me retrouve un peu seule et ça commence un peu à me rendre dingue.

Je soupire une nouvelle fois avant de me décider. Je ne vais pas passer ma journée à rester assise ici à broyer du noir, ni même à me lamenter, il faut que je bouge un peu. Le froid va peut-être me remettre les idées en place et je suis persuadée qu'un petit tour dans le parc pourrait me faire un bien fou. Je rêve de liberté depuis qu'on nous l'a volé, alors même si je ne peux pas prendre de balai pour tenter de m'enfuir par les airs pour retrouver ma mère et la sécurité de ma maison, je vais au moins aller me défouler les jambes en faisant une petite promenade. Je reviendrais par le terrain de Quidditch, si Hunter y est toujours, j'irais jouer un peu les groupies, je suis sûre que ça lui fera plaisir et au moins je pourrais passer un peu de temps avec lui. La décision prise, j'enfile mes bottines doublées à l'intérieur pour éviter d'avoir froid en hiver, j'enfile mon écharpe, mes mitaines et mon chapeau et je cherche mon manteau. Où ai-je pu le mettre ? Je m'énerve un peu, on sent que je perds facilement ma patience quand je ne trouve pas quelque chose. Je soupire une nouvelle fois et sort en trombe de mon dortoir pour descendre dans ma salle commune. « Vous n'auriez pas vu mon manteau ? » Pas de réponse, à peine quelques regards qui se lèvent dans ma direction mais sans plus. Ca me tape sur le système, ils sont trop mous dans cette maison. « Ok, aucune réaction ... Ne vous foulez pas à me répondre ça vous froisserez un neurone les mecs ... » Dis-je agacé, tout en allant dans tous les coins de la salle en quête de mon manteau. Une véritable tornade ambulante, ce qui avait le don d'agacer et fatiguer pas mal de mes camarades mais moi je m'en moquais. Je finis par mettre la main sur ce que je cherchais, il était accroché à un des portes-manteaux. Il était dissimulé par une cape. Je le récupérais donc, l'enfilé et sortie de la salle commune sans même un regard sur mes camarades, ils me désespéraient et plus ça allait et plus je me demandais ce que je faisais dans cette maison.

Je descends les escaliers, d'un pas rapide. J'entends des pas derrière moi mais sur le moment, je n'y prête pas attention. Après tout c'est une école, c'est normal qu'il y ait des allers et venus un peu de partout. Je continue donc à descendre et croise Isidore au premier étage, sortant de la Bibliothèque. C'est encore un peu tendu entre nous, nous nous reparlons un peu mais ce n'est plus comme avant. A croire que c'est devenu une habitude avec les garçons de Serpentard. Entre Abel et lui, j'ai l'art de me les mettre à dos sans même m'en rendre compte. Pourtant on a été très proche et nous nous entendions très bien, aujourd'hui, c'est à peine si on ose se dire bonjour. Malgré tout j'essaie de sourire et de me montrer contente de le voir. Notre discussion ne dure que quelques secondes, mais je remarque au coin de l'oeil une silhouette qui s'est arrêté au même étage que moi. J'échange deux ou trois mots avant de clôturer la discussion et de lui souhaiter une bonne journée. Je ne lui propose pas de m'accompagner dans le parc, je n'ai pas envie qu'on se prenne la tête. Alors je reprends mon chemin et j'arrive au rez-de-chaussée. Je fais rapidement un tour dans la grande salle, faisant semblant d'y chercher quelqu'un avant de revenir dans le Hall d'entrée et après quelques pas, je fais volte face pour me retrouver vers ladite silhouette que j'avais repéré tout à l'heure. Elle se trouvait à quelques pas de moi, si je ne l'avais pas vu au premier étage, j'aurais pu simplement la prendre pour un élève de passage comme tant d'autres actuellement, mais mon instinct me disait qu'elle me suivait et j'ignorais pourquoi. « C'est moi ou tu me suis ? T'es perdue ? Tu as besoin d'un renseignement ? » Si je me fais des films et qu'elle ne me suit pas, je vais être ridicule, mais je ne sais pas pourquoi, j'ai vraiment cette sensation qu'elle est presque devenue mon ombre et je déteste ça, pas tant que je ne saurais pas pourquoi. Est-ce une des vendues de Blackman ? Cherche-t-elle a récolter des infos sur moi ? Mais pourquoi ? Je n'ai rien fais pour attirer l'attention sur moi à ce que je sache. Est-ce que Blackman connait l'identité de mon père et donc connait mes véritables origines ? Si c'est le cas, j'aimerais bien en savoir plus, parce que personne ne veut rien me dire et ça me saoule. Je croise les bras et j'observe la fille qui me fait face maintenant. On pouvait définitivement se rendre compte que la patience n'était pas une de mes spécialités, ni même la délicatesse.
© 2981 12289 0




Nature sauvage
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 329
Points : 5
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Jeu 26 Jan - 21:51


Anoushka & Sinéad

Arrête de me suivre

La salle commune des Gryffondor était d’une tristesse ce samedi que ça en devenait pesant. Certains élèves discutaient dans un coin de la pièce, d’autres étaient plongés dans leurs devoirs et les derniers, avachis sur un les canapés, semblaient avoir les yeux plongés dans la vide. Sinéad avait tenté de proposer un jeu collectif mais sa proposition n’avait pas suscité un enthousiasme débordant de la part de ses camarades. Elle était donc restée assise sur un fauteuil, son livre de botanique sur les genoux, à tenter de lire un chapitre qu’elle connaissait déjà par cœur pour l’avoir étudié avec sa grand-mère. Elle lisait la même phrase pour la troisième fois consécutive sans parvenir à se concentrer lorsqu’une tornade brune déboula, sortant de son dortoir avec une énergie plutôt impressionnante compte tenu de la mauvaise ambiance actuelle. Sinéad délaissa immédiatement son bouquin pour l’observer du coin de l’œil. Elle connaissait Anoushka depuis un bon moment maintenant, déjà parce qu’elles partageaient la même maison, mais surtout parce qu’elle l’avait repéré dès le début de sa première année. En même temps, comment passer à côté d’une fille pareille ? Elle n’avait clairement pas la langue dans sa poche et lorsqu’elle entrait dans une pièce, on ne voyait plus qu’elle. Non, Sinéad n’était absolument pas amoureuse de la rouge et or, elle n’avait pas non plus flashé sur elle, mais elle aimait observer sa manière d’être en se demandant si un jour elle parviendrait à avoir autant de prestance et d’aisance dans la vie en communauté. Pourtant, en vivant avec les Travellers, Sinéad avait plutôt l’habitude d’être en groupe, mais c’était sa famille alors ce n’était pas vraiment pareil et même si elle n’était pas du tout timide, elle n’avait clairement pas toutes les facilités que possédait la jolie brune. « Vous n'auriez pas vu mon manteau ? » Si seulement elle l’avait vu… Ça aurait été un bon moyen d’engager la conversation, au moins. La Gryffondor n’avait en général aucun mal pour aller vers les autres, elle était plutôt bavarde et avenante et elle aimait rencontrer de nouvelles personnes, mais avec Anoushka, les choses étaient un peu différentes, elle ne savait jamais trop comment l’aborder et ce qu’elle pourrait bien lui dire. Elle l’impressionnait réellement et mis à part observer un peu ses habitudes de loin, elle n’avait pas osé grand-chose depuis qu’elle connaissait la jeune fille. « Ok, aucune réaction ... Ne vous foulez pas à me répondre ça vous froisserez un neurone les mecs ... » Personne n’osa lui répondre ce qui fit sourire la jeune fille. Il était amusant de voir qu’elle parvenait, certainement sans le vouloir, à s’imposer partout où elle allait. Elle se mit à chercher le fameux manteau en faisant un boucan d’enfer, troublant le silence qui régnait un moment auparavant, mais personne ne lui fit la moindre réflexion. Anoushka semblait être la princesse régnant sur ces lieux, et Sinéad se surprenait à s’imaginer à sa place. Elle n’avait jamais eu envie d’être populaire mais l’idée d’arriver quelque part et que tous les regards se braquent instantanément sur elle lui plaisait bien. Au moins, elle pourrait aider son frère dans sa lutte acharnée pour défendre l’environnement.

Lorsque la rouge et or finit par trouver son fameux manteau et sortit de la salle commune, Sinéad ressentit une pointe de déception et sans qu’elle réalise trop ce qu’elle était en train de faire, elle posa son bouquin sur le sol et se leva de sa chaise, franchissant à son tour les portes de la salle commune. Anoushka n’était pas très dure à suivre et les couloirs assez remplis pour qu’elle parvienne à se dissimuler habilement derrière ses petits camarades. Sinéad avait l’habitude de se faufiler un peu partout de toute façon, elle enchainait régulièrement les conneries et pour mettre en place ses bêtises, il fallait souvent user de diverses stratégies plus ou moins réussies. Alors forcément, son après-midi venait de devenir beaucoup moins ennuyante qu’elle l’avait prévu. Elle ne quitta pas du regard la jeune fille, frémissant lorsque la rouge et or se retourna, et soupirant de soulagement lorsqu’elle poursuivit son chemin. Elle s’arrêta pour discuter avec Isidore, un Serpentard qu’elle adorait autant qu’elle détestait et Sinéad eut un peu peur un instant qu’elle choisisse de rester avec lui et mette de ce fait fin à leur petit jeu. Heureusement, elle finit de repartir, toujours suivie de près par la petite rousse qui tentait tant bien que mal de rester discrète. Elle était plutôt sûre d’elle pour le coup, raison pour laquelle elle fut extrêmement surprise lorsque la Gryffondor fit volte-face et se trouva nez-à-nez avec elle. Sinéad afficha instantanément une expression choquée qu’elle mit du temps à faire disparaitre. Dissimuler ses émotions n’avait jamais été son point fort, elle n’avait pas de filtre en général ce qui pouvait être particulièrement agaçant pour certains de ses camarades. « C'est moi ou tu me suis ? T'es perdue ? Tu as besoin d'un renseignement ? » Waw, elle avait l’air un peu fâchée quand même et Sinéad mit quelques secondes à retrouver réellement ses esprits. Alors comme ça, elle savait qu’elle la suivait ? Comment avait-elle su ? Même les sbires de Blackman n’avaient pas encore réussi à la repérer. Franchement, cette fille était super forte. « Mais t’es carrément trop forte ! Comment t’as fait pour savoir que je te suivais ? Ça fait combien de temps que tu as des soupçons ? J’ai fait un truc de travers ? D’habitude je suis HYPER forte à ce petit jeu. » Déclara-t-elle rapidement avec un léger accent qui donnait à certain de ses mots une sonorité quelque peu étrange. Elle en voulait à sa mère de ne pas avoir cherché à lui apprendre l’anglais dès l’enfance puisqu’elle savait pertinemment qu’elle allait aller à Poudlard. Le dialecte des Travellers n’était clairement pas le top pour dialoguer avec ses camarades même si à ce niveau-là, elle s’en sortait carrément mieux que son frère. « Je m’appelle Sinéad et oui je te suivais. » Poursuivit-elle sans la moindre gène, comme si c’était une réponse parfaitement normal à donner dans ce genre de circonstances. « Je te trouve trop géniale. » Bon ok, Anoushka allait commencer à réellement flipper maintenant mais c’était plus fort qu’elle, il fallait qu’elle lui montre toute son affection et soit à cent pour cent honnête.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.


Dernière édition par Sinéad P. O'Riordàn le Mer 1 Fév - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1232
Points : 9
Crédit : Naïa & tumblr ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Snow ♣ Naïa

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Dim 29 Jan - 16:03


❝ Arrête de me suivre ... ❞Anoushka & Sinead
Je ne suis pas de bonne humeur, il faut bien l'avouer, cette situation joue sur mes nerfs et j'ai tendance à être assez explosive ces derniers temps. Je tente de me contenir au mieux, mais les résultats ne sont pas très probants. J'aimerais pouvoir serrer de nouveau mon meilleur ami dans mes bras, qu'il me dise que tout va bien et que c'est fini. Ca arrivera un jour, j'ai la foi, mais visiblement pas tout de suite. Je suis sortie prendre l'air, afin de me changer les idées. J'ai envie de bouger et de me donner l'illusion que je suis toujours libre, même si cela reste une illusion. Alors j'ai décidé d'aller faire un tour dans le parc. J'ai mis dix ans pour retrouver mon manteau, ce qui n'a pas aidé pour ma bonne humeur mais je n'ai pas changé d'avis, je ne veux pas continuer à broyer du noir dans mon dortoir, alors une fois que j'ai mis la main sur ce que je cherchais, je file loin de ma salle commune et des zombies qui s'y trouvent dedans. Au début je n'ai pas fais attention au fait qu'une personne me suivait. Des élèves, il y en a pleins les couloirs, qu'elle soit sortie quasiment en même temps que moi ne signifie rien du tout. Ce n'est que quand je me suis arrêtée vers la bibliothèque que j'ai cru remarqué sa présence. Ou plutôt je l'ai remarqué du coin de l'oeil mais sans que je me dise pour autant "elle me suit", juste "c'est étrange ... mais je m'en fous". Pour l'heure, mon esprit était accaparé par mon ami ... ancien ami ? Je ne sais plus vraiment ce que l'on est Izzie et moi. Depuis que je suis avec Hunter, lui et Abel me font la gueule. Comme si c'était de ma faute si j'ai préféré choisir Hunter à l'un des deux ? C'est vrai, Abel m'a quasiment jeté quand il a appris l'an dernier que j'étais en 4ème année alors qu'il était en 6ème année. Quant à Izzie, on s'est un peu tourné autour mais sans que ce soit réellement sérieux, alors j'ai choisi celui qui savait ce qu'il voulait et faisait tout pour l'obtenir. Ai-je des remords ? Sincèrement, non. Je me sens extrêmement bien avec Hunter et je sens que j'en tombe amoureuse, alors je n'ai aucun regret, quoi qu'en disent certaines personnes. Quand j'ai repris mon chemin, je me suis dirigée vers la Grande Salle. Peut-être y verrais-je quelqu'un de ma connaissance, comme Louna par exemple. Mais la déception fut mienne quand j'ai vu que non, alors je suis repartie dans l'autre sens, repérant du même coup la petite rousse qui se trouvait vers la bibliothèque.


« Mais t’es carrément trop forte ! Comment t’as fait pour savoir que je te suivais ? Ça fait combien de temps que tu as des soupçons ? J’ai fait un truc de travers ? D’habitude je suis HYPER forte à ce petit jeu. » Je l'ai intercepté dans le Grand Hall. J'avais une chance sur deux de me tromper et de passer pour une tarée. J'ai eu plutôt de la chance d'avoir vu juste sur ce coup là, même si je ne le lui dirais pas. Comment ai-je fait pour savoir qu'elle me suivait ? Mon instinct je crois. En fait je ne saurais trop lui répondre. Déjà parce que je suis choquée de sa révélation. Au lieu d'être gênée ou de mentir, elle me dit de but en blanc que je suis trop forte. Ca a tendance à doucher un peu ma suspicion. Mais c'est qui cette fille ? Je crois que ça se voit sans mal sur mon visage, j'ai les yeux ronds et la bouche entre-ouverte. Et ensuite parce que je n'ai pas la réponse à sa question. Je crois qu'on est tous plus vigilants ces derniers temps. C'est vrai, je n'ai aucune envie qu'un mangemort me suive au train et j'aimerais le remarquer si c'était le cas, alors je dois faire plus attention à ce qui m'environne. Et puis les gens deviennent un peu trop facilement des traitres alors même si je ne fais strictement rien de mal, je n'aimerais pas qu'un élève que je ne connais pas commence à me suivre au train, juste au cas où il pourrait rapporter quelque chose d'intéressant à mon sujet. Ce serait un gros fail, bien entendu, je n'ai pas grand chose à me reprocher ... en dehors des quelques lettres que je continue à écrire à Keagan et de la fois où je me suis glissée dans les cachots en pleine nuit ... Oui bon, j'ai peut-être un truc ou deux à me reprocher, mais je ne complote pas contre le pouvoir en place, je veux juste voir mon meilleur ami, est-ce vraiment un crime ? « Je ne sais pas ... mais ... T'es vraiment sérieuse ? Tu me suivais vraiment ? Pourquoi ? Faut pas faire ça par les temps qui courent, ça peut-être dangereux ... » Pour elle, cela va s'en dire. On est tous à fleur de peau, quelqu'un de plus nerveux que moi - et oui ça existe mauvaises langues - aurait pu vraiment mal le prendre et s'en prendre violemment à elle. Après je ne la connaissais pas, mais il vaut mieux réfléchir à deux fois avant de faire ça. Par contre elle dit quelque chose d'intéressant, elle est visiblement douée pour suivre les gens. Ca peut-être un atout intéressant, que ce soit dans ce contexte-ci ou dans un autre. Bon après je ne la connais pas, je ne vais pas m'emballer non plus, j'ignore sans camp et pour être honnête, ne la connaissant pas, je ne lui fais pas confiance, quoi qu'il arrive.

« Je m’appelle Sinéad et oui je te suivais. » Elle est sérieuse la meuf ? Elle se présente comme si de rien n'était et elle m'avoue sans ombrage qu'elle me suivait bien ... J'en reste estomaquée. Mais c'est qui cette fille ? C'est quoi son problème ? Pourquoi ? Pourquoi s'amuse-t-elle à suivre de gens ? Pourquoi moi ? Qu'est-ce que j'ai fais ? J'avoue que là, je suis encore sous le choc, alors je ne sais pas trop quoi dire, un peu embrouillée. Sinéad. Ce n'est pas la première fois que j'entends ce prénom et je sais que j'ai déjà eu l'occasion de la croiser à de nombreuses reprises dans la Grande Salle, les couloirs ou notre salle commune, mais je n'ai jamais eu l'occasion de lui parler. en avais-je vraiment envie ? Non pas que j'ai quoi que ce soit contre elle, mais je ne la connais pas et en général je ne fréquente pas trop mes camarades. Je ne prétends pas n'avoir aucun ami chez les Gryffondor, c'est faux, il y a Chuck, Phoebe ou encore Joanne, mais en dehors de ces quelques exceptions, les autres ne m'intéressent pas ou me tapent sur le système. Il suffit de prendre nos préfets, encore une fille qui s'est pris pour une palette de peinture sur pâtte qui ne sait définitivement pas harmoniser les couleurs et un mec pas foutu d'avoir aucun sens de la mode et le QI d'une huitres, j'ai un peu honte d'être dans leur maison. « J'ai trop de questions pour savoir laquelle choisir ... T'es bizarre, je ne sais pas si on te l'a dis, mais moi je t'en informe ... » Je ne suis pas délicate, c'est vrai, mais vous vous attendiez à quoi au juste ? Je découvre qu'une fille me suit, j'ignore depuis quand, ni même pourquoi et elle n'a pas l'air gênée du tout de s'être fait prendre la main dans le sac, il y a quand même de quoi être sous le choc et donc de passer au dessus de la politesse. « Je te trouve trop géniale. » Décidément, cette fille n'a aucun filtre, elle dit tout ce qu'elle pense. Je me pensais brute de décoffrage et un peu trop franche pour mon propre bien mais je crois que j'ai trouvé pire. « D'accord ... là tout de suite je ne sais pas si je dois en être flatté ou si je dois flipper ... On se connait ? » Aurait-on déjà parlé ensemble et je ne m'en souviendrais pas ? Ca m'étonnerais, je ne suis quand même pas si tête en l'air ou prétentieuse pour oublier des gens ... enfin je n'espère pas. Je sais que je suis narcissique et peut-être un peu prétentieuse, mais pas à ce point là, si ? J'ai beau la fixer, aucune conversation avec elle ne me revient, du coup je suis un peu perdue. J'espère qu'elle éclairera ma lanterne.
© 2981 12289 0




Nature sauvage
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 329
Points : 5
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Mer 1 Fév - 20:24


Anoushka & Sinéad

Arrête de me suivre

Le fait qu’Anoushka l’ait repérée aurait dû agacer la Gryffondor car elle avait vraiment fait son maximum pour tenter d’être discrète et d’ailleurs c’était un peu le cas au fond, mais elle était trop surexcitée pour montrer son agacement. La jeune fille venait tout simplement de lui prouver qu’elle était aussi extraordinaire qu’elle l’imaginait à l’origine et forcément, ça ne pouvait que lui faire plaisir. Bien sûr, elle se rendait bien compte qu’elle ne lui ressemblerait jamais quels que soient les conseils qu’elle pourrait lui donner, car c’était sûrement une question de charme et de charisme tout ça et que ce n’était clairement pas ses points forts. Toutefois, l’idée d’entretenir une réelle conversation avec celle qu’elle considérait un peu comme une icône avait de quoi la réjouir. Elle ne serait sûrement pas à la hauteur, mais elle allait faire son maximum tout en restant elle-même. De toute façon ? Sinéad n’avait jamais été particulièrement douée lorsqu’il s’agissait de jouer un rôle ce qui simplifiait largement les choses. « Je ne sais pas ... mais ... T'es vraiment sérieuse ? Tu me suivais vraiment ? Pourquoi ? Faut pas faire ça par les temps qui courent, ça peut être dangereux ... » Anoushka avait l’air un peu choquée et elle la dévisageait comme si elle venait tout droit de se téléporter d’une autre galaxie. Pourtant, Sinéad ne voyait pas ce qu’il y avait de si flippant dans tout ça. Elle avait juste voulu s’amuser un peu, il n’y avait pas de quoi en faire tout un fromage. Cependant, les paroles de la jeune fille firent mouche, il était vrai que ce genre d’action pouvait donner aux gens une fausse image d’elle. La rouge et or n’était pas une espionne et ne le deviendrait jamais, mais en ce moment, il était difficile de savoir qui croire et elle n’était pas sûre qu’une autre personne se soit montrée aussi tolérante. « T’as raison, je n’avais pas réalisé que ça pouvait être mal perçu, je m’ennuyais tellement dans la salle commune, il n’y a rien à faire aujourd’hui… » Répondit-elle comme si cette simple réponse justifiait parfaitement son comportement alors que c’était loin d’être le cas. « Mais pour ma défense, je ne pensais pas me faire prendre alors normalement je ne courrais pas de risque, c’est juste que tu es particulièrement perspicace. » Ou qu’elle était particulièrement nulle en filature. En tout cas, en termes de moyen de défense, on avait vu mieux, elle était plus en train d’aggraver son cas. Elle se rapprocha un peu de la jeune fille pour parler à voix très basse cette fois. « En plus, vu tout ce qu’il se passe, ce genre de talent peut être utile alors il faut bien que je m’entraine. » Sinéad n’était définitivement pas prudente mais elle observait Anoushka depuis tellement longtemps maintenant qu’elle était intimement persuadée qu’il était impossible que la rouge et or soit du côté des méchants. Elle avait totalement confiance en elle.

L’adoration qu’elle ressentait envers la Gryffondor n’était manifestement pas partagée, la jeune fille avait plus l’air d’avoir envie de s’enfuir en courant après l’avoir assommée avec une poêle plutôt que de devenir son amie, mais Sinéad restait positive, elle finirait bien par lui faire entendre raison. « J'ai trop de questions pour savoir laquelle choisir ... T'es bizarre, je ne sais pas si on te l'a dit, mais moi je t'en informe ... » Un grand sourire éclaira le visage de la rouge et or. Bien sûr, on lui avait déjà dit qu’elle était étrange et elle ne s’en était jamais vraiment formalisée, mais le fait qu’Anoushka lui en fasse la remarque signifiait qu’elle s’intéressait un peu à elle, non ? Peut-être cherchait-elle un peu trop loin pour le coup, mais elle savait se contenter de peu. « On me le dit tout le temps, j’ai l’habitude, t’inquiètes. » Répondit-elle ce qui était loin d’arranger son cas mais peu importait. En plus, elle était vraiment heureuse de voir que la rouge et or était telle qu’elle l’avait imaginée. Elle disait ce qu’elle pensait sans s’embarrasser des conventions et surtout, elle n’était pas comme toutes ces filles superficielles qui jouaient les hypocrites et ça c’était un bon point. « Mais ça dépend si tu me trouves positivement bizarre ou négativement bizarre, parce que si c’est bizarre bien, moi ça me va, alors que si c’est bizarre pas bien bah c’est dommage parce que je crois que je suis un peu bien quand même. » Mais oui Sinéad, bien sûr. Si elle continuait à s’enfoncer comme ça, elle allait atteindre extrêmement rapidement le noyau terrestre et si elle ne brûlait pas vive, il y avait même possibilité qu’elle ressorte de l’autre côté. Pauvre Anoushka, elle n’avait probablement pas envisagé se retrouver dans une galère pareille lorsqu’elle s’était réveillée ce matin. Il était encore temps pour elle de prendre la fuite. « D'accord ... là tout de suite je ne sais pas si je dois en être flatté ou si je dois flipper ... On se connait ? » Pourquoi flipper ? Elle ne lui avait même pas encore demandé un bisou, un autographe ou mieux encore une mèche de cheveux. Elle était restée polie et courtoise et elle n’avait absolument pas voulu lui faire peur. Pour le coup, c’était aussi raté que sa brève tentative de filature. « Je ne crois pas que tu me connaisses, enfin si un peu parce que je suis à Gryffondor moi aussi mais sans plus quoi… Mais moi je te connais parce que je t’ai beaucoup observée depuis que je suis à Poudlard. » Voilà qui n’arrangerait sûrement pas son cas mais Sinéad ne se laissa pas perturber et reprit le cours de ses explications le plus normalement du monde. « Alors du coup, j’ai l’impression d’un peu te connaitre tu vois, parce que je sais un peu avec qui sont tes amis, ton emploi du temps, ce que tu aimes manger… Tout ça quoi. » Continua-t-elle en se rendant quand même compte qu’elle commençait à être un peu flippante. « Mais je ne t’ai jamais suivie sous la douche. » Dit-elle pour se rattraper en sachant au fond que ça ne suffirait pas vraiment. Ce n’était pas de sa faute si Anoushka était formidable et qu’elle avait eu envie de la connaitre un peu plus, ça ne voulait pas dire pour autant qu’elle s’était montée trop intrusive, ou peut-être un peu quand même.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1232
Points : 9
Crédit : Naïa & tumblr ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Snow ♣ Naïa

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Dim 5 Fév - 14:55


❝ Arrête de me suivre ... ❞Anoushka & Sinead
« T’as raison, je n’avais pas réalisé que ça pouvait être mal perçu, je m’ennuyais tellement dans la salle commune, il n’y a rien à faire aujourd’hui… » Bon, pour être honnête je suis plutôt satisfaite de l'entendre dire ça, ça montre quand même qu'elle est capable d'un poil de jugeote. Même si la situation est extrêmement étrange et que je ne pensais pas qu'un jour je me ferais suivre par une fille que je ne connais pas pour une raison que j'ignore encore. Après il est vrai que j'étais d'accord avec elle, il n'y a définitivement rien à faire aujourd'hui, que ce soit dans notre salle commune ou ailleurs, on s'ennuie ferme. Mais bon ce n'est pas une raison pour jouer les espionnes. Elle n'a qu'à faire comme moi et partir se promener. Alors certes il ne fait pas hyper chaud dehors mais c'est toujours mieux que de rester assis dans un des canapés de notre salle commune à déprimer avec le reste de notre maison. Je hoche la tête pour lui montrer que j'étais d'accord avec elle, il ne faut plus qu'elle le refasse, c'est étrange, un peu flippant et puis ça ne se fait pas. Si encore on se connaissait ou que j'avais des choses à cacher, je pourrais comprendre qu'elle tente de percer mon secret. Mais je ne la connais pas et aux dernières nouvelles, je n'ai pas grand chose à me reprocher. J'aimerais juste qu'on me laisse tranquille, point. « Mais pour ma défense, je ne pensais pas me faire prendre alors normalement je ne courrais pas de risque, c’est juste que tu es particulièrement perspicace. » Oui bon, on ne va pas s'emballer non plus. Je n'irais pas jusqu'à dire que je suis perspicace, j'ai juste de la chance, c'est tout. Je sais que je suis plus vigilante qu'en temps normal mais à mon avis sans une bonne dose de chance, je n'aurais remarqué sa présence que plus tardivement. Oui parce que si elle avait décidé de me suivre jusque dans le parc ou vers le lac, j'aurais bien fini par comprendre qu'elle me suivait, là ça aurait été tout de suite plus évident. Là, ici, en plein milieu du Hall, c'était surtout la chance qui a été de mon côté. « En plus, vu tout ce qu’il se passe, ce genre de talent peut être utile alors il faut bien que je m’entraine. » Oui alors non, ce n'est définitivement pas une bonne idée. Déjà parce que j'aimerais bien qu'elle arrête de me suivre, je ne lui ai rien demandé et j'aimerais avoir la paix. Je ne vais pas dehors pour que ma maison entière me suive à la trace sous prétexte que mes camarades s'ennuient au château. Et ensuite ça reste dangereux. Alors il est vrai qu'avoir un don pour la filature peut-être une bonne chose, mais il y a des limites à tout. Il faut savoir être raisonnable et ne pas jouer avec sa vie. Elle ne risque pas grand chose avec moi, en dehors de potentiellement lui en coller une, je ne vais pas l'agresser au point de mettre sa vie en danger. Elle risque surtout de se prendre une bonne charge, pour lui passer l'envie de recommencer, mais c'est tout. Je suis parfois un peu violente, mais pas au point de vraiment faire du mal aux autres, surtout quand je ne les connais pas. « Wouhai mais non ... je t'arrête tout de suite, t'arrêtes de me suivre, tu ne t'entraînes pas sur moi, ça va très rapidement me gonfler. Et puis ça reste dangereux, tu ne me connais même pas, j'aurais très bien pu t'attirer dans un endroit isolé pour te faire du mal ... » Mon but n'est pas de la faire flipper, mais de prendre conscience qu'on ne suit pas les gens comme ça, sans raison. Elle ne risque peut-être pas grand chose avec moi, mais si elle décide un jour de passer à quelqu'un de moins sympathique, comme mon cousin Nathan, elle risque de ne pas apprécier ce qu'il pourrait lui réserver s'il venait à découvrir son petit jeu.

« On me le dit tout le temps, j’ai l’habitude, t’inquiètes. » Elle est définitivement pire que moi. Elle dit vraiment tout ce qu'elle pense, sans filtre. Je lui dis qu'elle est bizarre, elle acquiesce, allant même jusqu'à dire qu'elle en a l'habitude. Mais d'où elle sort cette fille ? Bon en tout cas ce qui me rassure - ou pas d'ailleurs - c'est de savoir qu'elle ne le fait pas qu'avec moi, c'est toujours ça de pris. « Mais ça dépend si tu me trouves positivement bizarre ou négativement bizarre, parce que si c’est bizarre bien, moi ça me va, alors que si c’est bizarre pas bien bah c’est dommage parce que je crois que je suis un peu bien quand même. » Elle est sérieuse ? Non mais je n'en sais rien si je la trouve plus positivement bizarre que négativement bizarre. Elle a des questions chelou, aussi étranges qu'elle en fait. Cette situation est irréaliste, j'ai du mal à croire qu'elle m'arrive vraiment. Je serais presque prête à me pincer pour voir si je ne rêve pas. Est-ce une blague ? Je tourne lentement mon regard autour de nous, pour observer les gens. Je n'ai pas la sensation que ceux qui vont et viennent ou ceux qui discutent ensemble s'intéressent particulièrement à nous, du coup soit ils jouent tous hyper bien la comédie et ils vont se prendre une bonne charge quand je vais comprendre leur manège, soit alors ce n'est pas une blague et là je ne sais pas trop ce que je fais ? Je pars en courant ? Je reste ? « Quoi ?! Mais je n'en ai aucune idée si t'es bizarre bien ou bizarre pas bien ... t'es juste ... bizarre ... » Elle va finir par m'angoisser avec ses questions si elle continue. Non mais c'est pas humain d'être comme ça. Elle prend des trucs ? C'est son état naturel ? C'est qui cette meuf ? « Je ne crois pas que tu me connaisses, enfin si un peu parce que je suis à Gryffondor moi aussi mais sans plus quoi… Mais moi je te connais parce que je t’ai beaucoup observée depuis que je suis à Poudlard. » De quoi ? Elle a dit quoi là ? Je ne suis pas sûre d'avoir bien compris ses propos ... Est-ce qu'elle a dis qu'elle m'avait beaucoup observé ? Non, j'ai dû halluciner, elle n'a pas dû dire ça .... « Pardon ?! » Lui dis-je en écarquillant un peu les yeux. Je préfère demander confirmation parce que là, j'ai l'impression de nager en pleine démence. « Alors du coup, j’ai l’impression d’un peu te connaitre tu vois, parce que je sais un peu avec qui sont tes amis, ton emploi du temps, ce que tu aimes manger… Tout ça quoi. » D'accord .... donc cette file est flippante. Je fais un pas en arrière, instinctivement, parce que sérieux, elle me fait flipper et je la regarde abasourdie. Cette fille est une stalkeuse en fait. Elle me suit, elle m'épie et pour quoi au juste ? Qu'est-ce que j'ai fais pour l'avoir à mes trousses ? Est-ce qu'elle s'est quand même imposée des limites ou elle s'en fout, elle veut tout savoir de ma vie, jusqu'à venir me voir dans mon dortoir pour voir comment je dors ... « Ok ... donc t'es bizarre mal ... très très mal .... T'es flippante. Je veux dire pas un peu ... t'es grave flippante. Tu me suis en fait... ? » Je crève d'envie de voir un prof passer pour le supplier de me débarrasser d'elle. Pour lui signaler qu'elle me suit, qu'elle me surveille et que j'ignore pourquoi. Ma maison est remplie de tarés, c'est définitif. Je ne veux plus jamais y retourner, je suis prête à demander à Blackman de me changer de maison, je veux aller chez les Serpentard, déjà parce qu'il y a Hunter, mais aussi parce qu'en théorie, là bas, je ne devrais pas avoir ce problème. « Mais je ne t’ai jamais suivie sous la douche. » Je nage en plein absurde. Littéralement. En l'entendant dire ça, je ne peux m'empêcher d'éclater de rire. Encore heureux, si en plus elle me suivait dans les douches, là je commencerais vraiment à m'inquiéter. Donc en fait cette fille me suit depuis ... je ne sais pas combien de temps et je viens à peine de le remarquer. Donc non, je ne suis pas définitivement "trop forte", je suis totalement naze. Mais si elle fait ça, est-ce qu'il y en a d'autres des comme elle ? « Encore heureux ... tu comprends bien que je ne vais pas te remercier de me laisser un peu d'intimité ... » Commençais par lui dire. « Je ne sais pas si tu t'en rends compte, mais actuellement j'hésite à te coller une droite et te dénoncer à notre directeur de maison ... ou alors à tenter de comprendre pourquoi ... Pas pourquoi t'es zarbe, ça je pense qu'il faudrait une vie pour arriver à déterminer comment tu en es arrivée là, mais pourquoi tu me suis .... Quand tu dis ça à haute voix, ça ne te parait pas ... je ne sais pas moi ... flippant ? Abusé ? Etrange ? Pas correct ? ... »
© 2981 12289 0




Nature sauvage
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 329
Points : 5
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Dim 5 Fév - 18:07


Anoushka & Sinéad

Arrête de me suivre

Que quelqu’un joue les moralisateurs alors qu’elle venait de faire quelque chose de pas forcément très correct ne dérangeait pas Sinéad, elle en avait pris l’habitude depuis qu’elle connaissait Chuck et puis de toute façon elle faisait tellement d’âneries depuis qu’elle était toute petite que se faire engueuler faisait un peu partie de son quotidien. Certes, se faire gronder par une élève de sa maison pas forcément beaucoup plus âgée qu’elle lui donnait une impression plutôt étrange mais elle savait au fond qu’elle avait mal agi et elle pouvait donc totalement supporter ces remontrances très méritées. Et puis, Anoushka avait un peu l’air fâchée quand même et elle n’avait jamais voulu se la mettre à dos alors l’idée qu’elle ait réussie en moins de dix secondes de conversation à se faire détester par celle qu’elle avait toujours admirée ne lui plaisait pas tellement. Comment rattraper le coup ? Elle n’en avait aucune idée. Sinéad se sentait définitivement nulle pour les relations humaines à ce moment précis. Elle qui avait cru que ce serait plutôt cool de rencontrer la jeune femme se rendait bien compte que cette dernière était totalement sous le choc et pas forcément d’humeur à entamer une conversation normale sur la pluie et le beau temps. La Gryffondor semblait même avoir très envie de se débarrasser d’elle ce qui, évidemment, l’attristait au plus haut point. Elle n’était pas si chiante que ça, si ? Ou alors, tout le monde lui avait caché depuis beaucoup trop de temps qu’elle était plutôt difficile à côtoyer. « Wouhai mais non… Je t’arrête tout de suite, t’arrêtes de me suivre, tu ne t’entraines pas sur moi, ça va très rapidement me gonfler. Et puis, ça reste dangereux, tu ne me connais même pas, j’aurais très bien pu t’attirer dans un endroit isolé pour te faire du mal… » Sa réponse un peu directe et un peu sèche fit faire la moue à Sinéad. Au moins, ça avait été le mérite d’être clair, c’était la première et la dernière fois qu’elle s’amusait à la suivre dans un couloir parce qu’elle n’aimait vraiment pas ça. Tant pis, elle avait voulu s’amuser et finalement ça se retournait contre elle. C’était un peu triste quand même. « Te mets pas en colère, je ne le ferais plus c’est promis, je ne l’ai pas fait pour t’énerver hein, et d’ailleurs je ne pensais pas que ce serait le cas, sinon je ne l’aurais pas fait du tour, je te le jure. Parfois, je ne me rends juste pas trop compte que ça peut être un peu mal pris. » Ce qui était la pure vérité. Elle n’avait pas pensé un seul instant que suivre quelqu’un dans un couloir pour rigoler puisse être aussi mal vu par sa camarade mais elle s’était bien trompée. « Et pour ce qui est de me faire du mal, je crois que je suis plus forte qu’il n’y parait, j’ai un grand-frère et un frère jumeau, ça m’a donné un sacré caractère, je ne me serais pas laisse faire. » Il ne lui restait plus qu’à espérer que la rouge et or accepte de lui pardonner afin qu’elles puissent repartir sur de bonnes bases. Elle avait tellement attendu avant d’adresser vraiment la parole à celle qui suscitait autant d’admiration de la part de la rouge et or et ça avait été pour tout gâcher dès le départ, elle s’en voulait beaucoup d’avoir été aussi nulle pour le coup.

« Quoi ?! Mais je n’en ai aucune idée si t’es bizarre bien ou bizarre pas bien… t’es juste… bizarre… » Bon, décidément, elle ne choisissait pas les bons mots ou les bonnes phrases ou alors c’était simplement sa tête qui ne lui revenait pas mais désormais Anoushka la regardait comme si elle débarquait d’une autre planète ce qui n’était pas forcément positif. Sinéad ne savait plus comment se rattraper et choisi donc de garder le silence ce qui ne lui arrivait que très rarement. D’ordinaire plutôt bavarde, elle disait tout ce qui lui passait par la tête, mais vu que rien ne plaisait à la jeune fille, mieux valait qu’elle se taise tout simplement. « Pardon ?! » Bah quoi ? Là, elle n’avait pas été méchante, ce n’était pas grave d’observer les gens, si ? En tout cas, elle ne voyait pas comment elle aurait pu faire autrement en étant dans la même salle commune qu’Anoushka depuis quatre ans maintenant. Elle avait juste été attentive, pas de quoi en faire une maladie. « Ok… Donc t’es bizarre mal… Très très mal… T’es flippante. Je veux dire pas un peu… T’es grave flippante. Tu me suis en fait… ? » La jeune fille hocha la tête de bas en haut de manière à lui faire comprendre qu’effectivement elle la suivait. Elle n’aimait pas l’idée d’être grave flippante comme le disait si bien sa camarade. Elle était un peu étrange, certes, mais c’était sûrement parce qu’elle était étrangère et n’avait pas vécu dans la civilisation anglaise comme la plupart de ses camarades. Mais outre ses manières parfois un peu déroutantes, elle n’avait jamais cru qu’elle pourrait faire peur à quelqu’un un jour et elle ne savait pas trop comment réagir à tout ça. « Mais non, je ne suis pas flippante… Enfin mon frère dit que je fais peur un peu parfois parce que j’ai trop d’énergie et que je n’arrive pas à l’évacuer autrement qu’en parlant tout le temps et en sautant partout, je tiens pas trop en place, tu vois… Mais sinon je ne suis pas flippante. Je suis observatrice c’est tout. » Elle n’avait pas installé des micros dans sa chambre et c’était bien la première fois qu’elle la suivait comme ça à l’intérieur du château, pour elle, il n’y avait rien de mal, elle s’était contentée de tendre l’oreille et de trouver cette fille absolument formidable. Manifestement, Anoushka aurait sûrement préféré qu’elle vienne la voir directement mais elle n’avait tout simplement pas osé et elle le regrettait un peu maintenant. « Encore heureux… Tu comprends bien que je ne vais pas te remercier de me laisser un peu d’intimité… Je ne sais pas si tu t’en rends compte mais actuellement j’hésite à te coller une droite et te dénoncer à notre directeur de maison… Ou alors à tenter de comprendre pourquoi… Pas pourquoi t’es zarbe, ça je pense qu’il faudrait une vie pour arriver à déterminer comment tu en es arrivée là, mais pourquoi tu me suis… Quand tu dis ça à haute voix, ça ne te parait pas… Je ne sais pas moi… Flippant ? Abusé ? Etrange ? Pas correct ? » La jeune fille fronça les sourcils, essayant réellement de comprendre ce qu’il y avait de pas correct dans tout ce qu’elle avait pu faire jusque-là. La suivre oui, ce n’était pas correct mais sinon elle n’avait franchement rien fait de mal ! Il fallait absolument qu’Anoushka la croit. « Je sais que te suivre c’était pas bien, j’ai compris la leçon, je t’assure ! Mais c’était la première fois que je le faisais, la toute première fois, je te le jure… Tout ce que j’ai appris sur toi, je le sais parce qu’on partage un peu notre quotidien, je te croise souvent dans la salle commune, ou à l’heure du déjeuner ou dans les couloirs et comme je t’ai toujours trouvé cool bah je me suis intéressée à toi pour essayer un peu de te copier parfois, tu vois ? Bon j’avoue parfois je t’ai écouté parler quand je mangeais et tout, mais ça c’est pas pareil, je peux pas me boucher les oreilles pour pas entendre… Ou peut-être que si… Mais du coup c’est pas vraiment de l’espionnage. » Tenta-t-elle de s’expliquer sans pour autant y arriver. « T’as l’impression que je t’ai suivie en douce parce que j’ai toujours été transparente à tes yeux, mais j’ai jamais été très loin, tu faisais juste pas attention à moi, je ne me suis jamais cachée. » Encore une fois, Sinéad oubliait de mettre des filtres quand elle parlait. Ce n’était que la vérité de toute façon, Anoushka ne savait même pas qu’elle existait.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1232
Points : 9
Crédit : Naïa & tumblr ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Snow ♣ Naïa

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Sam 11 Fév - 17:46


❝ Arrête de me suivre ... ❞Anoushka & Sinead
« Te mets pas en colère, je ne le ferais plus c’est promis, je ne l’ai pas fait pour t’énerver hein, et d’ailleurs je ne pensais pas que ce serait le cas, sinon je ne l’aurais pas fait du tour, je te le jure. Parfois, je ne me rends juste pas trop compte que ça peut être un peu mal pris. » Elle en a des bonnes, ne te mets pas en colère ... Mais j'ai toutes les raisons du monde de me mettre en colère. On ne suit pas les gens sans raison, ça ne se fait pas. Elle a promis de ne plus le faire mais est-ce parce qu'elle se rend bien compte que moi ça ne m'amuse plus ou parce qu'elle a compris que c'était mal ? Non parce que si elle se met à suivre quelqu'un d'autre pour le plaisir de le faire juste parce qu'elle sait que moi ça ne passera pas, c'est pas non plus l'idée du siècle. Qu'est-ce qui peut lui passer par la tête à cette fille ? Comment peut-on avoir ce genre d'idées ? Si encore j'étais suspecte et qu'elle voudrait vérifier si je suis bien du bon côté ou ce que je cache, là encore je pourrais comprendre sa curiosité, mais franchement, ce n'est absolument pas mon cas. Je n'ai rien d'un agent double, je ne prône ni la suprématie des Sang purs, ni la rébellion. Je reste dans mon coin, certainement plus par lâcheté qu'autre chose. Je suis révoltée par ce qu'il se passe et j'aimerais vraiment aider mon meilleur ami, mais je ne plongerais pas tête baissée dans un piège sous prétexte que mes camarades trouvent que c'est une bonne idée. Le jour où ils auront un plan bien ficelé, ils pourront compter sur moi, en attendant, je reste tranquille. En plus c'est préférable, parce que si je décide de me joindre à une potentielle rébellion, il vaut mieux que je reste sagement à ma place pour ne pas qu'ils se doutent de quoi que ce soit. Et puis pour être honnête les tortures, très peu pour moi. « Mais t'as compris que c'est mal de suivre les gens ? Ou tu me dis ça juste pour me faire plaisir ? Est-ce que tu vas arrêté de suivre les gens ou tu vas juste arrêter de me suivre moi ? » Mais pourquoi je pose cette question, je devrais m'en moquer complètement. Après tout je ne la connais pas, si cette gamine a décidé de jouer avec le feu, ce n'est pas de ma faute. Pourtant, même sans la connaître, je me sens dans l'obligation de vérifier si elle va bien arrêter de faire de la merde ou si elle va continuer avec quelqu'un d'autre. Je n'irais pas dire que c'est de ma responsabilité de la protéger, il ne faut pas déconner, je ne suis ni sa soeur, ni son amie, ni même sa préfète, mais s'il lui arrivait quelque chose, je sais que je m'en voudrais, après tout je connaissais son petit jeu et je n'ai rien fais pour la dissuader d'arrêter. « Et pour ce qui est de me faire du mal, je crois que je suis plus forte qu’il n’y parait, j’ai un grand-frère et un frère jumeau, ça m’a donné un sacré caractère, je ne me serais pas laisse faire. » Pour être honnête je vais avoir du mal à lui donner tort. Quand on me voit, on ne se dit pas "mon dieu si elle me colle une claque, je finis encastré contre un mur" c'est évident. Et à la différence d'elle, je suis fille unique, donc aucun frère qui aurait pu me faire des misères afin de m'endurcir un peu. J'ai été traité comme une princesse toute ma vie, il est donc normal que je n'ai aucune habitude de me battre. Mais il n'empêche qu'il ne faut quand même pas trop me chercher, parce que même si je n'ai pas la force de 10 hommes, je sais quand même me défendre, surtout contre une fille comme elle. Mais là n'est pas la question, même si elle était plus forte que moi physiquement, j'aurais très bien pu lui coller un sortilège dans les dents, elle n'aurait pas compris ce qui lui arrivait. Et au delà de moi, si elle s'amuse à faire ça avec d'autres personnes, eux risque de n'en faire qu'une bouchée de cette gamine un peu trop curieuse pour sa propre sécurité. « Non mais d'accord, physiquement on n'est peut-être pas si différente toi et moi mais j'aurais très bien pu te lancer un sortilège, tu n'aurais rien vu venir ... Et au delà de moi, si tu fais ça avec d'autres personnes, ils auront certainement plus facilement le dessus sur toi que moi et là tu feras quoi ? » La voilà avertie. Si avec tout ça elle ne devient pas raisonnable, je ne peux plus rien faire pour elle. Je ne compte pas la suivre ou la surveiller pour voir si elle ne fait pas de bêtise. Sa famille la connait suffisamment, s'ils ne font rien de leur côté, je ne pourrais pas faire grand chose de plus. En plus j'ai une vie, j'ai autre chose à faire que de m'occuper d'une gamine inconsciente.

« Mais non, je ne suis pas flippante… Enfin mon frère dit que je fais peur un peu parfois parce que j’ai trop d’énergie et que je n’arrive pas à l’évacuer autrement qu’en parlant tout le temps et en sautant partout, je tiens pas trop en place, tu vois… Mais sinon je ne suis pas flippante. Je suis observatrice c’est tout. » Observatrice ? Suivre une personne ce n'est pas être observatrice, c'est être une stalkeuse, c'est quand même totalement différent. J'ignore ce qu'elle sait sur moi mais ça reste quand même très flippant et que son propre frère dise qu'elle est flippante signifie quand même que j'ai raison de me méfier. Les gens sont définitivement bizarre, je n'arriverais jamais à les comprendre. Et le pire je crois dans cette histoire c'est que je ne l'ai même pas remarqué. Alors je peux bien me la péter parce que j'ai remarqué qu'elle me suivait aujourd'hui, mais bon si ce petit cirque dure depuis quelques temps en fait je n'ai aucun mérite. Surtout que c'est un peu le hasard qui a fait que je l'ai remarqué, sinon ce petit jeu aurait pu continuer longtemps sans même que je réalise qu'une petite fouine récoltait des informations sur ma personne. « Observatrice .... tu parles ... » Je n'y crois pas un seul instant et je compte bien le lui faire comprendre. cette conversation ne va pas durer une éternité pour la simple et bonne raison que ça commence à m'agacer. Elle arrête de me suivre, elle arrête de suivre les gens tout cours et surtout, elle arrête d'être "observatrice" à mon égare. Maintenant quand je vais la croiser, je vais flipper et me poser un milliard de questions : est-ce qu'elle m'a suivi aujourd'hui ? Si oui pourquoi ne l'ai-je pas remarqué ? Continue-t-elle son petit jeu avec une autre personne ? Si oui qui ? Devrais-je la signaler à quelqu'un ? Pourrait-elle devenir dangereuse ? Parce que là comme ça, elle ne paie pas de mine, mais sait-on jamais, dans un accès de colère, ne pouvant obtenir ce qu'elle veut, pourrait faire quelque chose de grave ... Et je n'aimerais pas être la victime de sa colère ou de sa frustration, autant être honnête. « Je sais que te suivre c’était pas bien, j’ai compris la leçon, je t’assure ! Mais c’était la première fois que je le faisais, la toute première fois, je te le jure… Tout ce que j’ai appris sur toi, je le sais parce qu’on partage un peu notre quotidien, je te croise souvent dans la salle commune, ou à l’heure du déjeuner ou dans les couloirs et comme je t’ai toujours trouvé cool bah je me suis intéressée à toi pour essayer un peu de te copier parfois, tu vois ? Bon j’avoue parfois je t’ai écouté parler quand je mangeais et tout, mais ça c’est pas pareil, je peux pas me boucher les oreilles pour pas entendre… Ou peut-être que si… Mais du coup c’est pas vraiment de l’espionnage. » J'ignore si je dois la croire ou si je dois partir du principe qu'elle ment. Elle a quand même l'air de dire tout ce qu'elle pense, sinon elle aurait pu me mentir depuis le début et prétendre que tout ceci n'est qu'un malentendu. Elle ne me donne pas l'impression d'avoir la même réalité que moi et elle ne voit pas le mal de dire la vérité. Alors oui, malheureusement je crois qu'à contre coeur je vais la croire. Si elle prétend que c'était la première fois qu'elle me suivait, je veux bien admettre que c'est peut-être vrai. Après elle a raison, on est de la même maison, il y a forcément des informations qu'elle a pu récolté un peu par hasard. Mais je n'aime pas l'idée que quand je discute avec des amis, d'autres personnes prennent des notes - ou presque. Je ne dis pas que je n'ai jamais écouté une conversation qui ne me regardait pas, bien entendu, mais entre quelques bribes, de temps à autres, bien souvent sans intérêt et une attention sans faille sur ce que je vais dire parce qu'on se trouve dans la même pièce, c'est quand même différent. Qu'est-ce qui lui plait tant chez moi pour avoir autant envie d'en savoir sur moi ? L'idée qu'elle me copie me surprend et ne me déplait peut-être pas autant qu'elle le devrait. C'est vrai, c'est toujours flatteur de se voir admirer, on ne va pas se le cacher. Mais jusqu'à quel point veut-elle me copier ? « Mais ... je ne comprends pas, qu'est-ce qui te plais tant chez moi ? Et pourquoi tu n'es jamais venue me parler ? Non parce que là très clairement c'est définitivement pas la bonne technique pour que j'ai envie de te parler. Et même si j'ai bien conscience que t'as pas l'air d'être une menteuse, je te trouve toujours un peu flippante. » Un peu c'est mieux que grave flippante, on est d'accord. Mais elle reste quand même flippante, ne nous voilons pas la face. Maintenant je vais me poser pleins de questions quand je vais la voir et sa présence va me mettre mal à l'aise. Peut-être que ça s'arrangera avec le temps mais pour le moment je ne l'aime pas trop cette fille. Et ce n'est pas en me disant qu'elle me trouve cool que je vais passer l'éponge sur tout ça. Les gens peuvent être vraiment étrange quand ils s'y mettent. Où a-t-elle grandi ? Comment peut-elle trouver ça normal ? Qui est-elle ? A-t-elle des amis ? Fait-elle ça qu'avec moi ou est-on plusieurs concerné ? Je peux concevoir que certaines personnes sont plus timides que d'autres et que donc le contact est compliqué. Allez vers les gens, leur parler, ce n'est pas toujours évident, mais là elle n'a pas l'air si mal à l'aise que ça en me parlant, ça tend bien à prouver qu'on ne parle pas réellement d'une forme poussée de timidité, si ? Bon après je n'y connais pas grand chose dans le domaine, mais ça me parait étrange .... « T’as l’impression que je t’ai suivie en douce parce que j’ai toujours été transparente à tes yeux, mais j’ai jamais été très loin, tu faisais juste pas attention à moi, je ne me suis jamais cachée. » Je reste sans voix face à ses propos. Elle n'a pas tort, il est vrai qu'avant aujourd'hui, je n'ai pas fais attention à elle. Non pas que je ne connaissais pas son existence mais delà à ce que ça m'intéresse, il y a encore un pas. Mais bon soyons honnête, je ne vais pas non plus m'intéresser à tout le monde juste pour faire plaisir. Il y a des personnes qui me paraissent plus intéressantes que d'autres, parfois à raison, parfois à tort. Là, pour être honnête, elle pourrait être la personne la plus intéressante du monde, je vais avoir du mal à la laisser vraiment s'approcher. Peut-être que j'ai besoin de temps pour digérer cette histoire ou alors peut-être que nous ne sommes juste pas faites pour nous entendre, je l'ignore. Alors je la fixe, sans vraiment trop quoi dire. Oui, elle est transparente à mes yeux, ne nous voilons pas la face, mais c'était avant ... maintenant je vais avoir du mal à passer à côté d'elle sans la remarquer. Je ne crois pas qu'actuellement ce soit préférable, autant être honnête. « Ah ben là on peut dire que je ne risque plus de te rater ... Mais dans les prochains jours, je doute que ce soit vraiment positif pour toi. Désolée mais même si tes intentions étaient louables, tu t'es vraiment mal prise ... » Je passe très certainement pour la grosse c******e de service mais il faut quand même me comprendre. Je viens de découvrir l'existence de cette fille - enfin plus ou moins - et surtout je viens de découvrir que cette inconnue me connait peut-être parfois mieux que moi-même je me connais, c'est quand même flippant ...
© 2981 12289 0




Nature sauvage
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 329
Points : 5
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Lun 13 Fév - 21:55


Anoushka & Sinéad

Arrête de me suivre

« Mais t'as compris que c'est mal de suivre les gens ? Ou tu me dis ça juste pour me faire plaisir ? Est-ce que tu vas arrêter de suivre les gens ou tu vas juste arrêter de me suivre moi ? » Sinéad dut vraiment faire un effort pour se retenir de lever les yeux au ciel. Bien sûr, il était normal que la Gryffondor flippe un peu, elle s’était fait prendre bien trop vite à son goût et avait dit un peu ce qui lui passait par la tête sans trop réfléchir ce qui avait fini par faire peur à Anoushka. Cependant, elle n’était pas si stupide que ça, elle savait pertinemment qu’elle avait mal agi et qu’elle ne devrait jamais le refaire avec qui que ce soit, même si l’envie de recommencer était plutôt forte. Toutefois, elle n’était pas en position de s’énerver ou de se mettre en colère et elle n’en avait pas du tout envie. Elle avait commis une énorme erreur et c’était mal, vraiment très mal, il lui fallait maintenant se faire pardonner. « Oui, j’ai compris, promis juré ! Et je ne suivrais plus jamais personne, tu as ma parole. » La parole de Sinéad ne valait pas grand-chose, elle suivait son instinct bien plus que ses promesses et si demain un élève lui paraissait digne de son intérêt, peut-être ne pourrait-elle pas résister à l’envie de le suivre lui aussi. Toutefois, elle savait déjà qu’elle entendrait la petite voix d’Anoushka qui lui dirait que ce n’était pas bien et qu’elle ferait mieux de renoncer. Peut-être l’écouterait-t-elle, peut-être pas. « J’ai pas l’habitude de dire des trucs aux gens pour leur faire plaisir. » Et pour le coup, c’était la stricte vérité, lorsqu’elle disait quelque chose, c’était qu’elle y croyait réellement, au moins sur le moment. Bien sûr, elle ne s’interdisait absolument pas de changer d’avis par la suite mais elle exprimait toujours le fond de sa pensée sans chercher à enjoliver les choses. A quoi bon ? Si elle agissait comme ça, elle ne serait pas vraiment elle-même et elle ne pourrait donc pas vraiment savoir si les gens l’appréciaient pour ce qu’elle était ou non. « Non mais d'accord, physiquement on n'est peut-être pas si différente toi et moi mais j'aurais très bien pu te lancer un sortilège, tu n'aurais rien vu venir ... Et au-delà de moi, si tu fais ça avec d'autres personnes, ils auront certainement plus facilement le dessus sur toi que moi et là tu feras quoi ? » Tant qu’elle ne lui lançait pas un sortilège qui aurait pu la tuer, ça pouvait encore aller, en plus elle l’aurait franchement mérité pour le coup puisqu’elle était en tort. Mais il était vrai que si elle avait suivi un garçon de septième année hyper baraqué et que celui-ci avait voulu lui mettre un poing dans la figure, elle aurait certainement eu du mal à se sortir indemne de cette situation. « T’aurais pu me pétrifier, ça aurait été cool ! J’ai jamais été pétrifiée encore. Perrin a essayé une fois mais il a raté. Par contre comment on fait pour se dépétrifier ? T’aurais dû m’emmener à l’infirmerie ? T’es douée en sortilèges ? » Sa curiosité avait nettement pris le dessus sur son envie de se repentir et elle allait sûrement donner une nouvelle occasion à Anoushka de la traiter de fille négativement bizarre, mais c’était plus fort qu’elle, elle voulait tellement savoir.

« Observatrice .... tu parles ... » Oh bah alors ça, ce n’était pas très gentil quand même ! C’était une des qualités que Sinéad aimait vraiment avoir et qu’elle cultivait avec soin lorsqu’elle rentrait auprès de sa famille. Elle savait qu’observer valait mieux que tous les agissements du monde. Bon, il était vrai que la rouge et or était normalement plus spontanée que réfléchie et que son absence de peur face au danger lui jouait souvent des tours mais elle avait eu de bons professeurs et lorsqu’il s’agissait de simplement regarder et se taire, elle pouvait être très douée également. « Je t’assure ! Mes grands-parents m’entrainent tous les étés au campement, ils me disent de m’assoir à un endroit dans la forêt et de recenser tout ce que je vois pendant un temps plus ou moins long… Au début, j’avais du mal, parce que rester assise longtemps j’aime pas trop et puis finalement j’y ai pris goût, c’est plutôt cool comme truc. Et puis je me suis rendu compte que je pouvais voir des détails que j’ignorais avant, parce que pour les voir, il faut vraiment y prêter attention. » La jeune fille arrêta sa tirade, quasiment à bout de souffle. Elle avait parlé vite pour être certaine de ne pas être interrompue par la rouge et or. Elle voulait qu’Anoushka comprenne un peu qui elle était, c’était sa seule chance d’obtenir son attention, alors il ne fallait surtout pas qu’elle la gâche même si tout cela était carrément trop improvisé. « Mais ... je ne comprends pas, qu'est-ce qui te plais tant chez moi ? Et pourquoi tu n'es jamais venue me parler ? Non parce que là très clairement c'est définitivement pas la bonne technique pour que j'ai envie de te parler. Et même si j'ai bien conscience que t'as pas l'air d'être une menteuse, je te trouve toujours un peu flippante. » Bon, il y avait déjà du progrès, elle lui faisait un peu moins peur qu’avant, et puis elle commençait à vraiment s’intéresser à cette histoire d’observation alors Sinéad n’allait pas passer à côté d’une telle opportunité de tout lui expliquer clairement et calmement. En espérant qu’elle ne fasse pas de pas de travers cette fois. « T’es jolie, tu dis ce que tu penses, tout le monde t’écoute quand tu te mets à parler, t’es toujours élégante, t’es bien entourée, tu te débrouilles par toi-même… Ça fait beaucoup de qualités que j’aurais bien aimé avoir tu vois. » Lui expliqua-t-elle le plus calmement possible. Anhousha allait encore la prendre pour une folle, mais tant pis, bien sûr elle ne voulait pas devenir son sosie mais elle aurait aimé pouvoir avoir la même attitude et la même prestance dans la vie de tous les jours. « Venir te parler ? Les filles comme moi ne parlent pas aux filles comme toi, c’est conventionnel. » Déclara-t-elle comme si c’était une totale évidence. En même temps, elle aurait peut-être mieux fait d’échapper aux conventions pour venir lui parler plutôt que de la suivre parce qu’elle lui aurait sûrement fait moins peur. Peut-être se serait-elle fait envoyer sur les roses aussi mais au moins elle n’aurait rien eu à se reprocher. « Ah ben là on peut dire que je ne risque plus de te rater ... Mais dans les prochains jours, je doute que ce soit vraiment positif pour toi. Désolée mais même si tes intentions étaient louables, tu t'es vraiment mal prise ... » la rouge et or grimaça. Elle ne l’avait pas franchement volé mais elle était déçue d’avoir obtenue l’attention de la jeune fille d’une manière aussi négative. Elle hocha la tête silencieusement. Pour une fois, elle n’avait rien de plus à dire et ça n’arrivait vraiment pas souvent à Sinéad.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1232
Points : 9
Crédit : Naïa & tumblr ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Snow ♣ Naïa

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Mar 21 Fév - 19:12


❝ Arrête de me suivre ... ❞Anoushka & Sinead
« Oui, j’ai compris, promis juré ! Et je ne suivrais plus jamais personne, tu as ma parole. » J'espère qu'elle est du genre à tenir sa parole, sinon elle risque de m'entendre. Après je donne l'impression de réagir comme si j'étais sa mère ou une amie proche, ce n'est pas le cas mais ça ne change quand même pas le fait que si je ne l'engueule pas, qui le fera ? Si je la laisse faire, sous prétexte qu'elle n'est rien pour moi, elle va continuer et la prochaine fois, elle se fera accueillir différemment. Alors évidemment, ce ne sera pas complètement de ma faute, elle est assez grande pour se débrouiller toute seule et réfléchir aux conséquences de ses actes, mais n'aurais-je quand même pas ma part de responsabilité ? J'aurais pu la mettre en garde et mon désintérêt pourrait lui coûter sa perte. Alors évidemment, je dramatise un peu, peut-être qu'elle ne se fera jamais repérer ou que la personne réagira bien, mais il vaut mieux parer au plus dramatique, histoire de ne pas avoir de mauvaises surprises. « J’ai pas l’habitude de dire des trucs aux gens pour leur faire plaisir. » Ce qui était une bonne chose. Je sais que je me vexe rapidement et que je pars au quart de tour, mais ce que je déteste par dessus tout, c'est que l'on me mente ou que l'on me dise ce que je veux entendre, même si c'est faux. Ca à le don de me rendre vraiment dingue. Je ne veux pas qu'on me brosse dans le sens du poil juste pour me faire plaisir. Au pire tu te prends une charge, ça dur le temps que je te hurle dessus et c'est du passé. Alors que si tu me mens et que je m'en rende compte, ma colère a beaucoup plus de mal à redescendre. « Moi j'dis ça pour toi ... Bon peut-être un peu pour moi aussi, autant être honnête, je n'ai aucune envie de me retourner à l'avenir pour voir ton ombre. Mais c'est aussi pour toi, parce qu'un jour tu tomberas sur quelqu'un qui ne sera pas de bonne humeur ou qui pourrait être plus dangereux que tu ne le crois et tu n'apprécieras pas ce qu'il te réserve. » Ne nous voilons pas la face, il y a toujours une part d'égoïsme en tout acte. Quand tu fais quelque chose, tu le fais aussi un peu pour toi, pour satisfaire ton égo. Ici, la situation n'est pas différente à d'ordinaire, je n'ai aucune envie de la voir trainer dans mes pattes sans que je lui ai dis de le faire, mais je n'ai pas non plus envie de voir son cadavre flotter dans le lac noir parce qu'elle aura eu la mauvaise idée de suivre un mangemort qui n'aura pas apprécier sa curiosité maladive. « T’aurais pu me pétrifier, ça aurait été cool ! J’ai jamais été pétrifiée encore. Perrin a essayé une fois mais il a raté. Par contre comment on fait pour se dépétrifier ? T’aurais dû m’emmener à l’infirmerie ? T’es douée en sortilèges ? » Elle est sérieuse ? Visiblement oui et c'est bien ça qui perturbe le plus. Pourtant au fil de cette conversation, je devrais m'être habituée au fait qu'elle est vraiment étrange comme fille et qu'elle ne pense visiblement pas comme tout le monde. Elle veut que je la pétrifie ? C'est bien la première personne qui aurait trouvé ça cool que je la pétrifie. Je ne dis pas que ça ne pourrait pas être amusant de la pétrifier, surtout sur une personne volontaire, mais ça reste quand même étrange. Je pense que le fond de ma pensée se voit sur mon visage. Je ne fais de toute façon pas beaucoup d'effort pour le cacher. « Je suppose qu'il faut dire "finite incantatem" pour que les effets du sortilège s'arrête ... Et franchement je n'en ai aucune idée, je t'aurais peut-être laissé là où tu es ... juste pour ne pas me faire engueuler ... et pour te donner une bonne leçon ! » Ce qui ne serait certainement pas complètement faux. Je pense que dans la panique de l'attaque, je n'aurais pas su quoi faire et je l'aurais certainement abandonné derrière moi. Mais rongée par le remord et la peur de me faire encore plus engueulée parce que j'aurais laissé ma camarade pétrifiée au bord du lac, je serais certainement revenue sur mes pas pour la dépétrifier ou l'amener à l'infirmerie pour qu'on m'aide à le faire. Je ne suis pas une mauvaise personne, je n'ai aucune envie de tuer qui que ce soit, ni de me faire engueuler par ma mère parce que je l'aurais déçu par une mauvaise action. Mais ça c'est moi, certains ne se seraient pas donné la peine, j'en suis sûre.

« Je t’assure ! Mes grands-parents m’entrainent tous les étés au campement, ils me disent de m’assoir à un endroit dans la forêt et de recenser tout ce que je vois pendant un temps plus ou moins long… Au début, j’avais du mal, parce que rester assise longtemps j’aime pas trop et puis finalement j’y ai pris goût, c’est plutôt cool comme truc. Et puis je me suis rendu compte que je pouvais voir des détails que j’ignorais avant, parce que pour les voir, il faut vraiment y prêter attention. » Au campement ? Dans la forêt ? Mais elle vient d'où ? C'est quoi cette histoire ? Pour avoir vécu l'expérience aux vacances dernières, je ne suis pas prête de recommencer. Et elle, elle dit qu'elle vit dans un campement toute l'année ? J'avoue que là, ça me laisse sans voix. La seconde chose que je me dis c'est que ses grands parents ont trouvé la technique pour qu'elle leur fiche la paix, ils la collent dans un endroit, lui disent d'observer ce qui l'entourent pendant un temps indéterminé pour être tranquille. Et elle voit ça comme un jour. C'est intelligent, je pourrais lever mon chapeau pour ça. Cette fille était étrange et visiblement sa vie allait de paire avec elle. Qui vivait dans un campement de nos jours ? Volontairement j'entends ... « Au campement ? C'est quoi cette histoire de campement ? » J'aurais été capable de lui dire un truc du genre "Tes parents sont trop pauvres pour avoir une vraie maison ?" mais j'entendais déjà la voix de ma mère dans ma tête m'engueuler, me foudroyer du regard et me donner une claque derrière la tête. Non, ça ne se faisait pas de dire ce genre de chose, même si moi ça ne m'aurais pas dérangé outre mesure, je suis une fille bien élevée, alors je me retiens. « T’es jolie, tu dis ce que tu penses, tout le monde t’écoute quand tu te mets à parler, t’es toujours élégante, t’es bien entourée, tu te débrouilles par toi-même… Ça fait beaucoup de qualités que j’aurais bien aimé avoir tu vois. » Je venais de lui demander ce qui l'intéressait tant en moi pour aller jusqu'à me suivre, parce que pour être honnête, cette histoire me dépassait un peu. Et comme à son habitude, elle me répondit le plus naturellement du monde. J'aime qu'on souligne ma beauté, c'est une de mes plus belles fiertés. Mais on dit souvent que les métisses sont beaux donc finalement je n'ai pas beaucoup de mérite ... Non je déconne, je suis belle autant parce que j'ai un bon patrimoine génétique que parce que je fais attention à moi. Et j'aime qu'on le remarque. Il est vrai que je dis toujours ce que je pense, que ça plaise ou non. Et dire que les gens m'écoutent ... je dirais plutôt qu'ils n'ont pas le choix, une fois que je leur ai soufflé dans les bronches, ils n'ont plus trop le choix. Ma mère sera contente d'apprendre que oui, je fais toujours attention à mes tenues, quoi qu'il puisse arriver. Quant au fait que je sois bien entourée et que je me débrouille par moi-même, c'est une fierté familiale. Une femme doit être autonome et débrouillarde si elle veut survivre dans la vie. Fini les femmes assistée par leurs époux, révolution de la femme, tout ça tout ça. « Pour certaines je ne sais pas, mais pour d'autres, il n'est pas trop tard. Si tu veux être écoutée, il suffit de parler plus fort que les autres, c'est bête mais ça fonctionne... » C'était un exemple parmi tant d'autres, le plus facile à illustrer finalement. Si elle prenait un peu plus soin d'elle et qu'elle devenait élégante, je suis sûre qu'elle pourrait être belle. « Venir te parler ? Les filles comme moi ne parlent pas aux filles comme toi, c’est conventionnel. » Il est vrai que nous ne venons pas du même monde, autant être honnête. Je gravite autour de gens populaires, je veux moi-même devenir un pilier dans cette école, que l'on se souvienne de moi. Alors que visiblement je doute que ce soit son cas. Il est vrai que sans même m'en rendre vraiment compte, j'ai obtenu ce que je voulais, l'attention de mes pairs. D'une certaine façon, je me suis élevée socialement dans Poudlard et il est plus difficile de m'approcher. Mais je crois que c'est justement ça son problème, suivre les conventions. Si tu veux parler à quelqu'un, tu le fais. Si elle pense que j'ai attendu qu'on m'accorde de l'attention pour parvenir à mes fins, elle se goure. J'ai foncé dans le tas, comme toujours. Ca a fonctionné parce que je m'en suis donnée les moyens, j'ai eu de l'aide quand j'en ai eu besoin. Si elle veut devenir comme moi, c'est par là qu'il faut commencer. Après je ne dis pas "T'inquiètes, je vais te prendre sous mon aile et je vais te façonner à mon image" parce qu'il est évident que non, je ne le ferais pas. Elle est franchement bizarre, gentille mais étrange, pour le moment je préfère me tenir loin d'elle. Peut-être que dans un avenir plus ou moins proche je lui laisserais le bénéfice du doute mais pour le moment elle n'est pas dans la liste des personnes que je souhaite côtoyer. « Ben c'est stupide et c'est certainement ta plus grosse erreur. Si tu crois que j'ai attendu que les gens se tournent vers moi pour arriver là où j'en suis, tu te plantes totalement. Tu parles à qui tu veux, quand tu le veux. Au pire, la personne te vire, y'a pas mort d'homme ... C'est quand même moins chelou que de le suivre dans Poudlard, si tu veux mon avis ... » Au cas où le message ne serait pas passer ...
© 2981 12289 0




Nature sauvage
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 329
Points : 5
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Mar 28 Fév - 9:46


Anoushka & Sinéad

Arrête de me suivre

Anoushka continuait à jouer les moralisatrices et elle avait presque l’impression d’avoir une version féminine de Chuck sous les yeux. Ce garçon s’était toujours montré bien trop protecteur avec elle, comme si elle n’était pas capable d’avoir un minimum de jugeote et de faire ses propres choix de manière réfléchie. En même temps, elle venait de prouver que c’était effectivement le cas ce qui pouvait expliquer le temps un peu agressif et légèrement condescendant employé par la jeune fille. Elle ne lui en tenait pas rigueur, elle lui avait fait une belle frayeur donc elle méritait ce sermon mais elle commençait tout de même à trouver le temps long et elle avait hâte que les reproches cessent pour pouvoir passer à un sujet de conversation un peu plus agréable ou en tout cas qui la fasse un peu moins passer pour une gamine inconsciente. « Moi j'dis ça pour toi ... Bon peut-être un peu pour moi aussi, autant être honnête, je n'ai aucune envie de me retourner à l'avenir pour voir ton ombre. Mais c'est aussi pour toi, parce qu'un jour tu tomberas sur quelqu'un qui ne sera pas de bonne humeur ou qui pourrait être plus dangereux que tu ne le crois et tu n'apprécieras pas ce qu'il te réserve. » Sinéad grimaça une nouvelle fois. Elle comprenait qu’elle avait fait quelque chose de mal et qu’elle aurait pu tomber sur une personne mal intentionnée, elle n’avait pas du tout besoin qu’on le lui rappelle. Enfin si, ça avait été plutôt pas mal qu’Anoushka lui passe un savon au lieu de l’excuser facilement parce que ça l’aurait peut-être poussée à recommencer mais dans le cas présent, il y avait peu de chances que ça arrive ou alors elle serait nettement plus discrète et s’arrangerait pour choisir une victime qui ne la mettrait pas en danger. « J’avais compris la première fois que tu me l’as dit, tu sais, et je te promets de ne plus le faire, je ne dis pas ça pour te faire plaisir, j’ai peut-être agi de manière inconsidérée mais je ne suis pas stupide, je sais reconnaitre mes erreurs. » Et elle en avait fait une énorme pour le coup alors raison de plus pour la reconnaitre et tâcher de ne pas la reproduire mais en attendant cette engueulade avait assez durée, elle ne s’énervait pas souvent et ne tenait pas rigueur à ses camarades des propos blessants qu’ils pouvaient éventuellement tenir à son égard mais elle était un peu comme une cocotte-minute, lorsque la vapeur était trop dense, elle finissait par exploser d’un seul coup. Sauf qu’elle aimait vraiment bien Anoushka, elle l’avait admiré dans l’ombre pendant tellement de temps qu’elle ne pouvait pas imaginer un seul instant que cette première rencontre se solde par une dispute. « Je suppose qu'il faut dire "finite incantatem" pour que les effets du sortilège s'arrête ... Et franchement je n'en ai aucune idée, je t'aurais peut-être laissé là où tu es ... juste pour ne pas me faire engueuler ... et pour te donner une bonne leçon ! » La leçon, pour le coup, elle l’avait plutôt bien retenue, elle n’avait pas besoin de remontrances supplémentaires, il aurait peut-être été plus amusant de se faire pétrifier au milieu d’un couloir. « C’est vrai que j’aurais été bien dans la merde, si tu avais fait ça. » Avoua-t-elle sincèrement. Elle n’avait pas pensé qu’une telle chose puisse se produire puisque selon elle, ses agissements n’étaient pas blâmables à ce point, mais manifestement, elle s’était trompée.

« Au campement ? C'est quoi cette histoire de campement ? » Sinéad ouvrit grand les yeux, comme si le fait qu’elle habite dans une tente et non pas dans une maison comme la plupart des gens soit une évidence. En même temps, elle n’avait jamais rien connu d’autre alors elle ne pouvait pas voir son quotidien autrement. Et puis, comme les amis de Perrin étaient bien souvent les mêmes que les siens, elle n’avait jamais vraiment eu à expliquer leur situation, il s’en chargeait bien gentiment pour elle. Sinéad n’était pas très douée pour les explications, dans sa tête, il s’agissait de réelles évidences et c’était donc très compliqué à décrire. « Je suis une nomade… Ou plutôt j’étais, parce que je suis pas sûre qu’on puisse considérer que je le suis toujours en étant à Poudlard… Disons plutôt que ma famille est nomade, ils s’appellent les Travellers, on bouge tout le temps partout et c’est vraiment chouette parce qu’on apprend plein de choses. Mais du coup j’ai eu du mal à m’adapter à l’école parce que vous avez pas du tout le même mode de vie que nous, mais je commence à m’y faire à peu près. » Ce n’était pas d’une clarté à toute épreuve mais comment faire partager un quotidien qui lui paraissait si normal ? Oui, elle vivait dans ce qu’elle appelait un campement et ils bougeaient très régulièrement pour aller planter leurs tentes à un autre endroit mais ça n’était pas anormal, c’était le genre de vie qu’elle aimait et qu’elle comptait mener après sa sortie de l’école. Les études n’étaient de toute façon pas faites pour elle. Certes, elle aimait apprendre mais uniquement sur le terrain et pas dans des livres et à l’université, on les pousserait forcément à le faire. « Pour certaines je ne sais pas, mais pour d'autres, il n'est pas trop tard. Si tu veux être écoutée, il suffit de parler plus fort que les autres, c'est bête mais ça fonctionne... » Parler plus fort que les autres ? Sinéad avait pourtant l’impression de parler fort, elle n’était pas la fille la plus discrète du monde mais il était vrai qu’elle n’avait jamais cherché à s’imposer plus que ça et c’était sûrement ce qui lui faisait défaut. En général, elle avait même un peu trop tendance à rester dans l’ombre de son frère, chose qui lui déplaisait très fortement. « Mais si tu parles très fort dans le vide, il se passe quoi ? » C’était un peu sa hantise, de parler sans jamais être entendue et elle ne voulait pas que ça arrive un jour, raison pour laquelle elle n’avait jamais cherché à s’imposer. Ecraser les autres demandait nécessairement d’avoir des épaules suffisantes pour porter des responsables et ce n’était pas son cas. « Ben c'est stupide et c'est certainement ta plus grosse erreur. Si tu crois que j'ai attendu que les gens se tournent vers moi pour arriver là où j'en suis, tu te plantes totalement. Tu parles à qui tu veux, quand tu le veux. Au pire, la personne te vire, y'a pas mort d'homme ... C'est quand même moins chelou que de le suivre dans Poudlard, si tu veux mon avis ... » Ce n’était pas mortel d’être viré par quelqu’un mais c’était sacrément désagréable et humiliant surtout dans une école où tout se savait et où les bruits de couloirs se propageaient à une vitesse impressionnante. « Je n’en ai simplement jamais eu l’idée, je crois… Pourtant, pour certains trucs, je ne manque pas d’assurance, mais pour les gens, je suis pas très douée. » Elle n’était ni timide, ni discrète, ni réservée, elle était simplement maladroite et ne savait pas comment s’y prendre avec ses camarades. Les arbres étaient beaucoup moins compliqués.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1232
Points : 9
Crédit : Naïa & tumblr ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Snow ♣ Naïa

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Mar 7 Mar - 19:23


❝ Arrête de me suivre ... ❞Anoushka & Sinead
« J’avais compris la première fois que tu me l’as dit, tu sais, et je te promets de ne plus le faire, je ne dis pas ça pour te faire plaisir, j’ai peut-être agi de manière inconsidérée mais je ne suis pas stupide, je sais reconnaitre mes erreurs. » Oui bon, j'ai peut-être un peu exagéré au niveau des réprimandes, mais en même temps je me dis que plus j'insiste et moins elle aura envie de recommencer, non ? ... Mon dieu, j'ai l'impression d'être ma mère en cet instant, je la reconnais parfaitement dans ce que je viens de faire. Insister tant et si bien qu'on rend mal à l'aise l'autre. Oui, je connais ça, mais d'ordinaire c'est moi qui suis à la place de Sinéad et je sais ce qu'elle ressent. Je détourne mon regard. Qu'est-ce que je peux répondre à ça ? Je ne compte pas m'excuser, je ne suis pas en tort, peut-être que j'ai un peu exagéré mais elle me remerciera plus tard. De toute façon je suis bien trop fière pour ça donc on peut abandonner cette possibilité. Non, je me contente juste de hocher la tête, autant pour lui répondre que pour clore cette conversation. Très bien, je ne lui en parlerais plus, de toute façon elle n'a pas tort, j'ai dis tout ce que j'avais à dire sur le sujet, elle n'a pas l'air complètement demeurée, elle a compris le message. Et puis même si elle n'avait pas compris, je ne pourrais plus rien pour elle. J'ai fais ma part, s'il devait lui arriver un truc, ce ne serait ni de mon ressort, ni mon problème. « C’est vrai que j’aurais été bien dans la merde, si tu avais fait ça. » Oui, je pense qu'en effet elle aurait été bien dans la merde, comme elle le dit si bien. Si j'avais été quelqu'un de sournois, j'aurais cacher son corps à quelque part, dans la forêt interdite, dans le lac ou n'importe où et je serais partie, comme si de rien n'était, espérant que si on retrouve son corps un jour, on ne puisse pas remonter jusqu'à moi. Sauf que je n'ai jamais été comme ça, ce n'est absolument pas mon genre de blesser les gens, pas de cette façon. Je peux être très froide verbalement, me montrer parfois cruelle, blesser pour blesser, mais jamais physiquement. Oh je me suis déjà battue, à une ou deux reprises, mais ce n'était jamais moi qui avais commencé, ayant bien trop peur de me casser un ongle. J'étais une battante, capable de rendre les coups, mais je restais une fille coquette et vaniteuse, qui est effrayée à l'idée de ne plus être aussi belle que je ne le suis actuellement. « Oui ... heureusement je ne suis pas comme ça ... enfin en tout cas je ne pense pas que je serais capable d'en arriver à ces extrêmes ... » J'étais à deux doigts de rajouter que même si je ne m'en pensais pas capable, on ne le saurait réellement que si ça nous arrivait. Autant être honnête, on dit toujours que dans un moment grave, important ou dangereux, on saura comment réagir correctement, sauf qu'au final on n'en sait rien. On pense le savoir, parce qu'au moment où on y réfléchit, on est dans un autre état d'esprit, se contentant de se projeter dans un avenir possible mais non probable. Alors que quand l'avenir possible devient le présent, on n'a plus le choix et on est une personne souvent totalement différente de celle que l'on était avant. On est mue par la peur et le désespoir et bien souvent ils nous emmènent à réaliser des actes atroces en leurs noms.

« Je suis une nomade… Ou plutôt j’étais, parce que je suis pas sûre qu’on puisse considérer que je le suis toujours en étant à Poudlard… Disons plutôt que ma famille est nomade, ils s’appellent les Travellers, on bouge tout le temps partout et c’est vraiment chouette parce qu’on apprend plein de choses. Mais du coup j’ai eu du mal à m’adapter à l’école parce que vous avez pas du tout le même mode de vie que nous, mais je commence à m’y faire à peu près. » Une nomade ? Ca existait encore aujourd'hui ? Je trouve ça assez surprenant mais ma foi, pourquoi pas. Il existe tellement de sorciers étranges qu'un groupe de nomades ne fait pas vraiment tâche au milieu. Des Travellers. J'ai la sensation d'avoir déjà entendu ce nom mais ce n'est peut-être qu'une sensation, une volonté inconsciente ne vouloir croire que je connais déjà alors qu'il est fort probable que non. Je n'arrive pas à savoir si je trouve ça cool ou pas. Je sais que ce n'est absolument pas fait pour moi, j'aime ma maison, j'aime ma sédentarité, je n'ai pas aimé déménager régulièrement durant mon enfance pour aller vivre avec les hommes de ma mère, j'aurais préféré que l'on reste que toutes les deux, dans la maison d'Andrew. Peut-être que dans d'autres circonstances, j'aurais pu trouver le concept intéressant, voire même attirant. C'est vrai, tu es libre d'aller où tu veux je suppose, de rester à un endroit quelques temps et de bouger quand tu en as envie. « Je ne savais pas que ça existait encore ... j'ai un peu du mal à imaginer votre quotidien et vivre sous une tente tout le temps .... je ne sais pas si je pourrais. » Mais c'est certainement une question d'habitude. Moi je n'ai fais que très rarement du camping, parce que ma mère détestait ça, alors dormir sous une tente une fois par an, pourquoi pas, mais toute l'année, non, même si c'est une tente sorcière. Mais je suppose que c'est pareil pour elle, être coincée au même endroit, sans pouvoir partir, voir du pays, ça doit être frustrant. Je commence lentement à comprendre pourquoi cette fille est si étrange. Elle a dû avoir une éducation bien différente de la mienne, sans parler de bien ou mal, elle ne doit juste pas penser comme moi. Enfin je suppose mais peut-être que j'ai tort, peut-être qu'elle est juste étrange et que ça n'a rien à voir avec son cadre de vie, c'est juste elle. « Mais si tu parles très fort dans le vide, il se passe quoi ? » Je ne me suis jamais vraiment posé la question, pour être honnête ça ne m'est jamais vraiment arrivé. Je ne dis pas que tout le monde m'écoute attentivement, mais je n'ai jamais vraiment eu la sensation de parler dans le vide. Ca ne doit pas être très agréable et ça ne doit pas vraiment donné envie de continuer à s'acharner, à faire des efforts si les gens ne sont pas réceptifs. « Ben .... rien, je suppose. Mais bon il ne faut pas partir défaitiste sinon tu n'arriveras à rien. » C'est en tout cas ce que je pense. Après je ne dis pas qu'elle ne va pas rencontrer de difficultés. Tu rencontres toujours des personnes avec qui le courant ne passe pas et tu auras beau faire ce que tu veux, ça n'avancera pas comme tu veux. J'ai rencontré pleins de gens que je n'aime pas, ça ne m'empêche pas de continuer mon petit bout de chemin. Il faut savoir faire le tri dans la vie, ne garder que l'essentiel et le meilleur, les autres ne sont que des poids dans nos existences, qui nous empêchent d'avancer. « Je n’en ai simplement jamais eu l’idée, je crois… Pourtant, pour certains trucs, je ne manque pas d’assurance, mais pour les gens, je suis pas très douée. » Je peux encore le comprendre, ce n'est pas donné à tout le monde d'être à l'aise avec les autres. Moi je l'ai toujours été, mais ma mère a toujours trouvé ça important que je me socialise rapidement. Elle ne voulait pas que je reste dans mon coin, elle me poussait vers les autres. Après ça n'a jamais été une torture ou une épreuve pour moi puisque naturellement j'aimais déjà être au centre de l'attention. J'aimais que l'on me dise que j'avais de beaux cheveux, de beaux yeux, une belle peau, un beau visage. J'aimais qu'on me compare à une poupée quand j'étais enfant, c'était agréable. J'aime d'ailleurs toujours qu'on me dise que je suis belle, même si selon ma mère ça ne fait pas tout dans la vie la beauté, il faut aussi savoir l'utiliser. C'est d'ailleurs amusant parce qu'elle me dit ça et en même temps quand je commence à lui parler des garçons, elle voit rouge. Elle déteste l'idée que je sorte avec Hunter, l'a jugé avant de le rencontrer. Heureusement, il a été charmant quand il est venu à la maison, j'ai un peu l'impression qu'il a arrondi les angles avec elle mais ce n'est toujours pas ça. Je la comprends, elle a peur que je fasse les mêmes erreurs qu'elle mais ce ne sera pas le cas, je ne tomberais pas enceinte en 7ème année, ne finissant pas mes études pour élever mon enfant. Et ce n'est pas en m'empêchant de voir Hunter que ça arrangera les choses, bien au contraire. Enfin bref, je m'égare dans mes pensées, je reviens sur le cas de Sinéad. « C'est comme tout, ça se travail. Au début tu te forceras un peu, mais avec le temps, ça deviendra une seconde nature. »
© 2981 12289 0




Nature sauvage
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 329
Points : 5
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Ven 17 Mar - 16:35


Anoushka & Sinéad

Arrête de me suivre

Les leçons de morale semblaient s’être enfin arrêté ce qui ne put que faire plaisir à Sinéad. Elle avait l’impression de mériter que ça s’arrête, elle s’était comportée comme elle le devait, s’excusant et reconnaissant sa culpabilité et subissant sans trop broncher les remontrances qui étaient de toute façon bien méritées. Anoushka ne la porterait sûrement jamais dans son cœur après ça et c’était justement ce qui l’embêtait le plus dans cette histoire. Elle avait juste voulu rigoler, s’amuser et surtout apprendre de son idole sauf qu’elle s’était fait prendre et avait réussi à énerver la jeune fille. Bien joué. Mais comment rattraper le coup ? La rouge et or avait déjà l’impression d’avoir tout essayé, elle s’était expliquée, excusée, avait tâché de faire profil bas mais c’était sans compter sur la rancune dont pouvait faire preuve la belle brune. Au final, Sinéad s’était rendu compte qu’elle faisait tout aussi bien de rester elle-même. Au moins, elle pouvait avoir un minimum de répondant plutôt que de se renfermer et de se rouler en boule intérieurement comme un petit animal blessé. Bien sûr qu’elle avait eu mal à son égo et évidemment présenter ses excuses n’était pas chose facile, mais elle avait réussi à le faire et elle tâchait de reprendre le dessus à présent, c’était sans doute la meilleure chose à faire. Anoushka l’impressionnait. C’était une jolie fille, une battante, le genre de personne qu’on ne veut pas énerver de peur de se retrouver rapidement au tapis. Cependant, malgré ce sentiment qui la mettait légèrement mal à l’aise, elle se croyait capable d’agir comme d’habitude, sans se prendre la tête. « Oui ... heureusement je ne suis pas comme ça ... enfin en tout cas je ne pense pas que je serais capable d'en arriver à ces extrêmes ... » Elle ne le pensait pas ou elle en était sûre ? C’était deux choses bien différentes mais Sinéad comprenait son point de vue. On ne savait jamais vraiment comment on allait réagir face au danger avant de l’avoir vécu. La rouge et or se croyait courageuse, en tout cas assez pour affronter n’importe quoi en faisant face au lieu de prendre la fuite, mais ça dépendrait certainement de ses réflexes. « Je pense qu’on réagit face au danger en function de notre peur… Si t’as très peur, t’es forcément davantage guidée par tes réflexes que par ta raison, non ? Je me suis toujours dit que la peur empêchait de réfléchir. » Ce n’était pas impossible, si ? Dans l’esprit de Sinéad, les grands guerriers étaient ceux qui étaient capables de faire preuve d’indifférence face aux situations les plus étranges. Ceux-là étaient forcément meilleurs que les autres parce que même dans des circonstances où n’importe quel être humain normalement constitué serait mort de trouille, il leur était possible de continuer à se servir de leur tête et de réfléchir correctement. « Il faudrait créer des appareils de simulation, ça pourrait être bien de pouvoir se tester et de savoir quels sont les points sur lesquels on devrait travailler. » Ils n’étaient plus des élèves comme les autres et peut-être qu’un jour il leur faudrait se battre. Ils devaient bien s’y préparer.

Parler de sa famille était toujours un super moment pour Sinéad qui avait toujours eu énormément d’admiration et de respect pour ses ascendants. Pour le coup, elle était donc plus qu’heureuse de pouvoir partager ce côté d’elle-même avec une fille qui avait suscité une admiration quasi immédiate chez elle. Cependant, elle avait également conscience que son mode de vie était surprenant et parfois un peu trop original pour être accepté par ses pairs, elle n’en parlait pas beaucoup dans la vie de tous les jours, se contentant simplement de mentionner sa famille sans vraiment entrer dans les détails. « Je ne savais pas que ça existait encore ... j'ai un peu du mal à imaginer votre quotidien et vivre sous une tente tout le temps .... je ne sais pas si je pourrais. » Leurs tentes n’y ressemblaient vraiment que de l’extérieur, puisque dedans il s’agissait plutôt de petites maisons comme on pouvait en voir partout mais elle n’était pas étonnée que sa camarade ait du mal avec ce concept un peu étrange, elle avait remarqué depuis son entrée à Poudlard que ce n’était pas quelque chose de très habituel. Elle se souvenait encore de ses débuts à l’école, lorsqu’elle croyait qu’elle pouvait parler de son quotidien sans choquer les gens parce qu’elle s’était imaginé que tout le monde vivait la même chose qu’elle. Le gouffre qu’elle avait immédiatement aperçu entre les autres élèves et elle lui avait fait un peu peur mais désormais, Sinéad y était habituée et elle prenait même plaisir à étonner les autres en racontant ses histoires. « Oh pourtant nous ne sommes pas les seuls, tu peux me croire, mais on reste loin des zones habitées, donc je suppose qu’à moins d’avoir entendu parler de notre existence, il est impossible de savoir qu’on existe encore. » Expliqua-t-elle à la jeune fille, heureuse de pouvoir être celle qui lui apprendrait quelque chose. « Tout le monde me dit que vivre dans une tente doit être compliqué, mais c’est marrant, moi je pense exactement l’inverse, je n’aimerais pas être obligée de rester à un seul endroit. D’ailleurs, si on pouvait supporter n’importe quelle température, je crois que je me passerais de tente et je resterai dormir dehors tout le temps. » Sinéad adorait Poudlard mais elle avait tout de même l’impression d’être privée de sa liberté lorsqu’elle s’y trouvait et ce n’était pas un sentiment très agréable. Elle s’y était faite avec le temps, profitant des moments où elle pouvait se ressourcer auprès des siens mais puisqu’ils avaient été coincés ici pour Noël, cette année était plus longue que les précédentes et la rouge et or commençait largement à ressentir le manque de ses proches. « Ben .... rien, je suppose. Mais bon il ne faut pas partir défaitiste sinon tu n'arriveras à rien. » La jeune fille hocha la tête. Evidemment, il faudrait qu’elle soit un peu courageuse si elle voulait réussir à se lancer et à faire comme Anoushka, mais pour le coup, tout courage l’avait abandonné et elle était sûre et certaine de ne pas être capable d’y arriver, ce n’était pas dans sa personnalité. « C'est comme tout, ça se travaille. Au début tu te forceras un peu, mais avec le temps, ça deviendra une seconde nature. » Donc il fallait qu’elle se force pour que ça fonctionne et que ça devienne naturel ? Pourquoi pas, mais par où commencer ? La rouge et or avait l’air d’en connaitre un rayon sur ce sujet ce qui attisa évidemment la curiosité de Sinéad. « Comment je fais pour le travailler ? » Commença-t-elle par demander à la jeune fille, consciente qu’elle serait de très bon conseil. « T’as dû travailler toi aussi, pour y arriver ? C’était dur au début ? » Peut-être se montrait-elle trop intrusive mais c’était plus fort qu’elle, elle avait vraiment envie de savoir.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1232
Points : 9
Crédit : Naïa & tumblr ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Snow ♣ Naïa

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Jeu 30 Mar - 21:54


❝ Arrête de me suivre ... ❞Anoushka & Sinead
« Je pense qu’on réagit face au danger en function de notre peur… Si t’as très peur, t’es forcément davantage guidée par tes réflexes que par ta raison, non ? Je me suis toujours dit que la peur empêchait de réfléchir. » Elle n'a certainement pas tort, on fait souvent des choses stupides par peur et nous ne sommes pas les seuls. Il suffit de regarder les animaux. Combien ont sauté sous les roues d'une voiture moldue sous prétexte qu'ils ont eu peur du bruit ou des phares ? C'est un réflexe normal je crois, guidé par la peur, on peut faire n'importe quoi. On peut agir correctement ou alors faire la pire chose au monde. Combien de fois, étant enfant, j'ai eu peur d'un bruit dans le noir et je me suis réfugiée sous mes couvertures. Expliquez moi rationnellement comment elles auraient pu me protéger du danger ? Et pourquoi, le simple fait de laisser un pied dépasser du lit suffirait à me mettre en danger alors que bien sagement sous mes couvertures, je suis en sécurité ? C'est stupide, pourtant, même si on le sait, qu'on en a parfaitement conscience, la peur déclenche un sentiment d'insécurité que seule la couverture ou alors la lumière - ou mieux encore, nos parents - peut nous protéger du danger. L'inconnu aussi nous apporte un sentiment d'insécurité. Ne pas savoir ce qui se trouve sous nos pieds, par exemple ou autour de nous, quand nous sommes plongés dans le noir. L'inconnu effraie. Quand on a peur on reste figé sur place ou on ferme les yeux, alors que le plus logique serait de partir en courant ou alors de se défendre, en cas d'attaque ou de nous écarter de la route en cas de collision. Bref, on ne réfléchie plus, comme si notre cerveau se mettait en pause, incapable d'assimiler le trop plein d'informations qu'il reçoit. C'est effrayant quand on y pense, parce qu'il faut faire confiance en ses réflexes, mais s'ils sont mauvais alors on n'a aucune chance de s'en sortir. C'est triste je trouve. « Ca je suis d'accord, je pense que quand on est en danger, on ne peut plus vraiment compter sur notre cerveau ... enfin pour la plupart des gens, après il doit toujours exister certaines personnes qui arrivent mieux à réfléchir sous ce genre de pression. Mais le danger peut prendre plusieurs formes. Par exemple on pense pouvoir être fort et tenir tête à des mangemorts si on se retrouvait à être interrogés, mais la vérité à mon avis est bien différente. » Je réfléchissais en même temps que je lui parlais. Je me rendais bien compte qu'on peut être courageux face à une situation et lâche face à une autre. Keagan en danger, je pense qu'après un cours instant d'hésitation, j'irais essayer de l'aider. Mais si je me faisais interroger par des mangemorts - ou autre, le bourreau n'a que peu d'importance - et que je me retrouvais confrontée à la situation suivante : soit je parle et je ne souffre pas, soit je ne dis rien et je souffre. Quel va être mon choix ? On se dit tous qu'on ne dira rien, qu'on gardera nos secrets jusqu'à la tombe, mais la vérité est souvent ailleurs. Je pense qu'on peut supporter la douleur, durant un temps, mais qu'au bout d'un moment, on balance tout : père, mère, enfant, tout le monde y passe. Tout sera bon à leur faire plaisir, pour qu'ils arrêtent de nous faire du mal. Je pense que c'est humain et on ne peut pas en vouloir à ceux qui ont craqués sous la pression. Après il y a ceux qui balancent avant d'être torturé, mais ça c'est encore autre chose. « Il faudrait créer des appareils de simulation, ça pourrait être bien de pouvoir se tester et de savoir quels sont les points sur lesquels on devrait travailler. » Oui, pourquoi pas, mais si on se rend compte que ce que l'on découvre grâce à ces appareils ne nous plait pas ? Si on se rend compte qu'on est un véritable lâche et qu'on abandonnerait père et mère pour sauver notre peau ? Comment pourrait-on vivre avec ça sur la conscience ? Encore si on le sait, ça passe, on s'est habitué à cet état de fait, mais moi par exemple qui me suis toujours cru suffisamment courageuse pour aller sauver mes amis en cas de problème, je découvre que je ne suis pas aussi courageuse que je ne le pensais, ça va être la fin de mon monde, de toutes mes croyances, ça va remettre en question tout ce que j'ai toujours cru sur moi. Alors certes, ça me forgera peut-être le caractère, mais c'est quand même mon monde qui s'écroule. Je ne sais pas si j'ai envie de savoir tout ça. « Pas persuadée que ça fonctionnerait pleinement. Une fois que tu as compris que tu es dans une simulation, je pense que tu réfléchis différemment, comme si tu n'avais pas besoin d'avoir réellement peur du danger puisqu'il n'existe pas. » Mais je pouvais me tromper ou oublier certains paramètres. Je ne suis absolument pas une connaisseuse en la matière et j'avais l'occasion d'en tester un, je ne le ferais pas.

« Oh pourtant nous ne sommes pas les seuls, tu peux me croire, mais on reste loin des zones habitées, donc je suppose qu’à moins d’avoir entendu parler de notre existence, il est impossible de savoir qu’on existe encore. » Je veux bien la croire si elle le dit. Pour être honnête, je n'y connaissais pas grand chose dans ce domaine. Je n'avais jamais réfléchie à leur existence et si elle ne m'avait pas suivi, j'aurais continué dans mon ignorance. Je me contente donc de hocher la tête. Je me coucherais moins bête ce soir. Je me demande même si ma mère était au courant de ce genre de communauté, un peu à part, chez les sorciers. Pour être honnête, je doute que ce soit un sujet qui l'intéresse beaucoup, mais je peux me tromper. Je comprenais mieux son accent, un peu atypique. J'étais incapable de la situer dans le Royaume Uni, maintenant je sais pourquoi. « Tout le monde me dit que vivre dans une tente doit être compliqué, mais c’est marrant, moi je pense exactement l’inverse, je n’aimerais pas être obligée de rester à un seul endroit. D’ailleurs, si on pouvait supporter n’importe quelle température, je crois que je me passerais de tente et je resterai dormir dehors tout le temps. » Il est vrai que j'ai ma vision de la vie, du coup il est normal que vivre sous une tente ne doit pas être très pratique et bouger tout le temps, un peu chiant à la longue. On ne peut pas se lier d'amitié avec les gens de sa ville, on ne peut pas être scolarisé, on peut même aller jusqu'à rencontrer des problèmes d'attachement. C'était un peu mon cas, passé un temps. Quand ma mère nous faisait déménager pour vivre avec l'homme avec qui elle partageait sa vie. Ca a été très difficile après la mort d'Andrew, parce que j'avais dû mal à accepter tous ça. Et puis j'ai finis par rentrer à Poudlard et j'ai vu les choses un peu différemment. Je restais au moins 7 ans au même endroit, même si en rentrant, j'étais chez un parfait inconnu, au moins durant l'année scolaire, j'étais dans mon dortoir, dans ma maison, dans mon école, avec mes amis. Ca m'a fais moins détester ma mère et nos multiples déménagements. Comment voulez-vous vous faire des amis dans ces conditions ? « Mais t'as beaucoup d'amis ? En dehors de ta communauté ? Parce que ça ne doit pas être facile de se lier d'amitié avec les autres si vous n'êtes jamais au même endroit très longtemps. » Peut-être qu'inconsciemment, on avait vécu un peu le même problème. Après moi je suis fille unique, c'est encore plus dur de se raccrocher à quelqu'un, parce que quand on est seule, on l'est totalement. Peut-être que cette fille avait des frères et soeurs, c'est plus facile je pense, on a au moins un repère quoi qu'il arrive. Après je ne suis pas forcément une enfant sauvage et ma mère m'a toujours poussé à aller vers les autres, c'est certainement pour ça que devenir populaire, ça n'a jamais été difficile, je m'adapte facilement à mon environnement. « Comment je fais pour le travailler ? » Alors là, je pouvais toujours lui donner des conseils mais déjà je ne la connaissais pas donc ça va être difficile de lui dire quoi faire ou ne pas faire. C'est vrai, pour aider quelqu'un, il faut le connaitre un minimum, savoir ses habitudes, pour voir s'il y a des choses à revoir de base. On peut donner des conseils, mais ils seront bateaux et pas toujours adapté, cela change souvent selon les situations et les personnes ne sont pas toutes pareilles, il faut adapter son discours à la personne en face. Sauf que je ne la connais pas et je ne sais toujours pas si j'ai envie de la connaître. C'est vrai, elle m'a quand même suivi, ça reste étrange comme comportement, désolée de continuer de le penser. « Ben je ne sais pas, va parler à des gens que tu ne connais pas. Une personne d'abord, puis si tu te sens prête, un groupe. Tu tentes d'amorcer la discussion, tu rebondis sur ce qu'a dis une personne. Et tu vois si ça passe ou pas. Ou alors contente toi de leur sourire, de paraitre sympathique, mais pas étrange. Prête l'oreille mais sans trop le leur montrer, histoire que tu ne passes pas pour une fouineuse en quête d'amis ... » Oui bon, avec ça la pauvre elle ne va jamais s'en sortir. Parce que là je lui dis sans lui dire. Il faudrait la coacher, lui montrer comment se glisser dans un groupe sans paraître étrange, ni envahissante. Elle je la vois arriver en grosse bourrine, leur sourire et lancer un sujet ou répondre à un truc sans chercher à savoir si elle dérange ou pas. Non, là comme ça en dehors d'entendre une rumeur sur elle dans les prochains jours, elle ne gagnera rien d'autre. Mais que voulez-vous que je fasse ? Je ne la connais pas et pour le moment je n'ai pas envie de la connaître. « T’as dû travailler toi aussi, pour y arriver ? C’était dur au début ? » Oui et non, je crois qu'il y a toujours un moment où tu prends sur toi pour aller vers les gens, pour te lancer dans le grand bain. Après j'ai toujours été poussé à le faire, alors c'est devenue comme une seconde nature pour moi. Mais tout ça, elle n'a pas besoin de le savoir, ça ne la regarde pas. Elle serait une amie, je lui répondrais sans hésiter, mais c'est une parfaite inconnue. Pas forcément méchante de ce que j'ai pu voir, mais une fille que je ne connais pas au final. « Non, j'ai toujours été très sociale et j'ai le contact facile, ça ne m'a jamais posé de problème. » Je suis un peu une menteuse là, mais ce n'est pas grave, elle n'a pas besoin de le savoir et comme ça je reste sur le piédestal sur lequel elle m'a mis.
© 2981 12289 0




Nature sauvage
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 329
Points : 5
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Mar 4 Avr - 1:38


Anoushka & Sinéad

Arrête de me suivre

Savoir réagir face au danger sans se laisser guider par des réflexes devait être un sacré travail et c’était quelque chose que Sinéad aurait aimé savoir maitriser ses nerfs pour pouvoir réfléchir dans n’importe quelle situation et s’en sortir mais ça nécessitait de l’entrainement et pour le moment elle n’était pas du tout prête. Elle avait l’occasion de le constater lors de sa virée avec Chuck puisqu’au moment où ils s’étaient retrouvés en difficulté, un mangemort sur leurs traces, ils avaient complètement foirés leurs sortilèges et seul un heureux hasard leur avait finalement permis de s’en sortir. Ils étaient tous les deux passés à un cheveu d’une punition un peu rude comparé à l’infraction commise et encore maintenant, la jeune fille ne pouvait que remercier sa bonne étoile de s’être mis en travers du chemin de cet homme probablement peu disposé à entrer en négociation avec deux élèves perdus dans les couloirs au beau milieu de la nuit. Anoushka semblait partager son point de vue pour le coup et c’était bien la première fois depuis leur rencontre qu’elles semblaient s’entendre. Bien entendu, Sinéad en était absolument ravie, peut-être que finalement suivre la rouge et or n’était pas une idée si stupide que ça. « Ca je suis d'accord, je pense que quand on est en danger, on ne peut plus vraiment compter sur notre cerveau ... enfin pour la plupart des gens, après il doit toujours exister certaines personnes qui arrivent mieux à réfléchir sous ce genre de pression. Mais le danger peut prendre plusieurs formes. Par exemple on pense pouvoir être fort et tenir tête à des mangemorts si on se retrouvait à être interrogés, mais la vérité à mon avis est bien différente. » Craquerait-elle si elle se retrouvait interrogée et torturée ? Sinéad aimait penser que s’il s’agissait de son frère, elle pourrait réussir à se retenir malgré la douleur et qu’elle était évidemment prête à mourir pour ceux qu’elle aimait. Cependant, sa camarade avait raison, dans les faits, elle était incapable de savoir comment elle réagirait et ce qu’elle pourrait bien dire ou faire lorsque son corps ne supporterait plus le supplice infligé. Elle n’était pas une guerrière mais une adolescente en plein apprentissage qui ne devait pas se surestimer. « Il y a tellement de paramètres à prendre en compte en plus de la peur dans ce genre de situation, il y a aussi la force de caractère, la volonté, la résistance à la douleur. Quelqu’un de très sensible craquera forcément plus vite, ou alors c’est que sa volonté est plus forte que sa souffrance… Tu crois que ça va nous arriver ? » L’atmosphère actuelle du château pouvait rendre un peu paranoïaque. Leur nouveau directeur inspirait clairement plus la crainte que la confiance et Sinéad avait du mal à imaginer de quoi leur avenir serait fait avec un dingue à la tête de l’école. La torture semblait un peu excessive mais qui savait jusqu’où il serait capable d’aller pour faire régner l’ordre. « Pas persuadée que ça fonctionnerait pleinement. Une fois que tu as compris que tu es dans une simulation, je pense que tu réfléchis différemment, comme si tu n'avais pas besoin d'avoir réellement peur du danger puisqu'il n'existe pas. » Ah oui, évidemment, si la personne avait conscience d’être dans une simulation, elle ferait certainement des choses dont elle ne se serait pas sentie capable dans la vie de tous les jours donc ce n’était pas du tout une bonne solution. « Je suis sûre que si on en avait conscience, on prendrait des risques inconsidérés parce qu’on saurait qu’il ne peut rien nous arriver. » Il fallait forcément trouver un autre moyen. « Il faudrait trouver un moyen d’effectuer cette simulation sans que la personne qui en fait l’expérience ne puisse prendre conscience que ce n’est qu’un test, il faudrait donner l’impression que tout est vrai. Avec une potion ce serait peut-être possible. » Entrainer une confusion entre le rêve et la réalité ne devait pas être simple mais Sinéad avait confiance, ça devait forcément être réalisable.

Les tensions s’étaient enfin apaisées entre les deux jeunes filles et Sinéad en profitait pour avoir enfin une conversation normale avec sa camarade comme elle l’avait espéré depuis de nombreux mois, déjà. Anoushka ne semblait plus trop sur ses gardes et elle s’imaginait tout simplement que la jeune fille avait fini par renoncer à son appréhension initiale en voyant qu’en réalité la Gryffondor était une fille parfaitement normale. Bon, ça, c’était seulement la théorie mais Sinéad s’y tenait plutôt que d’aller chercher une explication vaseuse bien trop loin, elle économisait son cerveau et c’était le principal. « Mais t'as beaucoup d'amis ? En dehors de ta communauté ? Parce que ça ne doit pas être facile de se lier d'amitié avec les autres si vous n'êtes jamais au même endroit très longtemps. » A dire vrai, la jeune fille n’avait jamais vraiment réfléchi à cette idée. Non, elle n’avait pas le moindre ami en-dehors de sa communauté mais ça ne la dérangeait pas le moins du monde parce qu’elle était entourée des siens et qu’elle n’avait ressentie le besoin d’en avoir plus. En arrivant à Poudlard, elle avait agrandi son cercle de connaissances et avait réalisé qu’il était plaisant de ne pas toujours tout faire avec Perrin, mais ce n’était pas pour autant qu’elle souhaitait abandonner cette vie de nomade qui était tout simplement faite pour elle. « Non, pas du tout, mes amis sont uniquement à Poudlard, je n’ai jamais côtoyé d’autres personnes en-dehors de ma communauté. Mais on est nombreux et on s’entend très bien alors je n’en ai jamais ressenti l’envie ou le besoin. Je sais que lorsque j’aurais terminé mes études, je reviendrais auprès des miens. » Toutefois, Sinéad n’avait pas prévu d’abandonner ses amis pour autant. Certains d’entre eux comme Chuck, Alaska et Isidore avaient pris une place particulière dans sa vie et elle ne pourrait pas faire une croix sur leur amitié sous prétexte qu’ils n’avaient pas les mêmes rythmes de vie. Ils resteraient en contact d’une manière ou d’une autre. « Ben je ne sais pas, va parler à des gens que tu ne connais pas. Une personne d'abord, puis si tu te sens prête, un groupe. Tu tentes d'amorcer la discussion, tu rebondis sur ce qu'a dit une personne. Et tu vois si ça passe ou pas. Ou alors contente-toi de leur sourire, de paraitre sympathique, mais pas étrange. Prête l'oreille mais sans trop le leur montrer, histoire que tu ne passes pas pour une fouineuse en quête d'amis... » La dernière remarque la fit sourire puisqu’Anoushka lui avait justement reproché de tendre l’oreille lorsqu’elle discutait avec d’autres gens. Les conseils de la jeune fille la laissaient un peu sceptique, elle n’avait pas spécialement envie d’avoir l’air d’être quelqu’un d’autre plutôt que la Gryffondor étrange qu’elle avait l’habitude d’être et puis engager des conversations stériles avec des personnes lambda n’avait rien de très enthousiasmant. Cependant, elle ne voulait pas vexer celle qu’elle considérait de loin comme la fille la plus extraordinaire de l’école. « Je vais essayer. » Affirma-t-elle sans trop savoir si elle le ferait réellement ou non. Si ça avait marché pour Anoushka, ça marcherait certainement pour elle, non ? Ou alors son ancienne réputation de fille bizarre continuerait à lui coller à la peau et elle se ferait rejeter ce qui était tout à fait possible aussi. « Non, j'ai toujours été très sociale et j'ai le contact facile, ça ne m'a jamais posé de problème. » Voilà qui expliquait que tout semble si facile pour elle et que ses conseils n’en soit pas vraiment. Elle devait avoir l’impression de lui balancer des évidences, raison pour laquelle elle ne développait pas davantage ses propos. Elle avait sacrément de la chance. « C’est trop génial, j’aurais bien aimé être comme ça aussi, j’aurais pu faire plein de jolis discours et tout le monde m’écouterait super méga attentivement. » L’espoir faisait vivre, mais être un grand orateur lui avait toujours fait envie et elle s’imaginait déjà sur une scène devant une foule immense prête à donner son opinion sur un sujet important. Il fallait vraiment qu’Anoushka lui apprenne tout ça.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1232
Points : 9
Crédit : Naïa & tumblr ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Snow ♣ Naïa

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Ven 7 Avr - 17:28


❝ Arrête de me suivre ... ❞Anoushka & Sinead
« Il y a tellement de paramètres à prendre en compte en plus de la peur dans ce genre de situation, il y a aussi la force de caractère, la volonté, la résistance à la douleur. Quelqu’un de très sensible craquera forcément plus vite, ou alors c’est que sa volonté est plus forte que sa souffrance… Tu crois que ça va nous arriver ? » Il y a certainement en effet plusieurs paramètres à prendre en compte. L'attachement qu'on peut avoir avec d'autres personnes, la situation dans laquelle on se trouve, la punition à laquelle on est confronté, l'intensité de la douleur, les questions posées, la capacité qu'à notre corps a encaissé les chocs et la douleur, etc. Je suppose aussi que plus on est fragile psychologiquement et plus il est difficile de tenir tête face à une telle violence. Mais parfois un rien peut faire changer la balance et quelqu'un de vu comme fort peut se montrer faible et qu'elle de faible peut se montrer fort. On peut avoir d'agréables surprises comme de vilaines découvertes. Je ne veux pas savoir quelles découvertes je ferai sur ma propre personne. Est-ce que je serais à la hauteur de mes espérance ? Est-ce que je serais une source de déception ? Je l'ignore et sincèrement, je n'ai pas envie de le découvrir. Serons-nous confronter à tout cela un jour ? En temps normal j'aurai eu tendance à dire que non, qu'il n'y a pas de raisons particulières pour que ça nous arrive. Mais force est de constater que par les temps qui courent, la réponse parait moins évidente. J'aurais encore tendance à dire non, mais qui sait ? « Je ne sais pas, j'aurais tendance à dire que si tu restes à ta place, il n'y a pas de raison que ça t'arrive. Mais on ne sait pas ce qu'il peut se passer dans leur tête. Alors j'aime à croire que non, ça ne nous arrivera pas, mais je ne pourrais l'assurer... » Je ne suis pas ici pour réconforter mes camarades. Je ne vais pas lui dire quelque chose qu'elle veut entendre, sous prétexte que ça pourrait la rassurer. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve, je n'ai aucune envie de faire de vaines promesses que je ne pourrais tenir. Peut-être qu'il ne nous arrivera rien ou alors peut-être que nous serons confrontées à une situation douloureuse. Tout ce que je peux espérer, c'est de faire notre maximum pour éviter de nous attirer des ennuis et tout irait pour le mieux. Autant je pense pouvoir suivre mon conseil sans problème, autant je doute de sa capacité à faire de même. Si elle suit n'importe qui, ça va forcément lui retomber sur le coin du nez, tôt ou tard. Mais il est inutile de revenir sur le sujet, elle m'a dis qu'elle avait compris. « Je suis sûre que si on en avait conscience, on prendrait des risques inconsidérés parce qu’on saurait qu’il ne peut rien nous arriver. » En effet, je suis d'accord avec elle. Si tu sais qu'il ne peut rien t'arriver, tu peux tout faire, sans crainte. Alors tout serait biaisé au final. L'expérience n'aurait pas lieu d'être puisque le résultat final serait faux. Dans la vraie vie, tu ne sautes pas inconsciemment d'un toit à un autre pour une raison X ou Y, t'y réfléchis un peu avant, surtout si la distance entre les deux toits te parait plutôt grande. Alors après je sais ce qu'on va me dire, mesure désespéré pour un temps désespéré, mais quand même, il y a des limites à tout. Je hoche la tête, en signe d'accord et je la laisse continuer. « Il faudrait trouver un moyen d’effectuer cette simulation sans que la personne qui en fait l’expérience ne puisse prendre conscience que ce n’est qu’un test, il faudrait donner l’impression que tout est vrai. Avec une potion ce serait peut-être possible. » Au début, je me disais que c'était impossible. Comment une personne peut réaliser une simulation sans être consciente que ça en est une. Et puis finalement la fin de ses propos me mit sur la voie : une potion. Il est vrai qu'en avalant une potion, on peut-être conscient de ce que l'on va faire, sans pour autant que cela biaise les résultats. Une fois la potion ingurgitée, le cerveau n'arrive plus à faire la différence entre rêve et réalité, confus, il laisse la personne croire que ce qu'il lui arrive est réel. Oui, ça pourrait fonctionner, je suppose en tout cas. Après je n'y connais pas grand chose en potion, mais je suppose que ça pourrait être réalisable. « Oui, une potion pourrait être une bonne idée. Mais en même temps, n'est-ce pas un peu effrayant de se dire que n'importe qui pourrait nous la faire avaler pour nous faire croire qu'il nous arrive quelque chose de dangereux. Les mangemorts s'en donneraient à coeur joie. Ils ne peuvent peut-être pas nous tuer, mais ils peuvent nous faire peur et nous faire du mal ... ne plus savoir si tu rêves ou si tu es réveillé, ça doit être vraiment horrible. » Je déteste l'idée.

« Non, pas du tout, mes amis sont uniquement à Poudlard, je n’ai jamais côtoyé d’autres personnes en-dehors de ma communauté. Mais on est nombreux et on s’entend très bien alors je n’en ai jamais ressenti l’envie ou le besoin. Je sais que lorsque j’aurais terminé mes études, je reviendrais auprès des miens. » Je trouve ça un peu triste, de se dire que cette vie que l'on a créé ici ne va durer qu'un temps. Après c'est certainement valable pour nous tous, que les amitiés que nous avons créé ici ne dureront certainement pas toute notre vie. On sera peut-être content d'en croiser certains, se rappelant des bons vieux souvenirs, le temps de quelques mots ou autour d'un verre, mais c'est tout. J'aime à croire que même après Poudlard, je resterais toujours aussi proche de Keagan, par exemple, mais qui pourra me l'assurer. L'an prochain sera sa dernière année ici, tandis qu'il ira rejoindre les bancs de la fac ou un job quelconque, je serais encore coincée ici pour 1 an. Il peut se passer beaucoup de choses en 1 an. On se dit toujours qu'on restera en contact, qu'on s'écrira et c'est ce qu'on fera, au début du moins. Mais on aura chacun notre vie et lentement, on oubliera l'autre. Je ferais tout pour que ça n'arrive pas, bien entendu mais je ne suis pas un super héros, je ferais mon possible pour préserver mon amitié avec le poufsouffle, mais le jour où il ne voudra plus de moi dans sa vie, notre amitié prendra fin. C'est triste, mais c'est comme ça. Mais tout cela reste hypothétique, peut-être qu'on continuera à s'écrire et qu'on se retrouvera l'année suivante, en colocation ou dans la même ville et on reprendra notre amitié là où on l'avait laissé. Mais là, clairement, cette fille sait que quand elle quittera Poudlard, elle repartira avec sa tribut ... son clan ou dieu sait comment elle les appelle et elle laissera sa vie d'ici en arrière, sans un seul regard pour elle. Moi je trouve ça triste. « Tu vas donc laisser tous tes amis derrière toi ? Et comment vous faites pour ... pour vous mettre en couple ? Je veux dire, c'est forcément quelqu'un de votre communauté ? » Je demande par curiosité, mais l'idée qui se forme dans ma tête c'est "est-ce qu'il y a de la consanguinité parmi vous ? C'est un peu dégueulasse de penser ça, j'en suis bien consciente mais ça à l'air quand même d'être une communauté assez fermée, recluse sur elle même, la question reste donc légitime. Je ne dis pas qu'ils ne sont pas aussi évolués que nous, je ne les connais pas, mais comment les liens avec l'extérieur fonctionne ? Visiblement en 11 ans de vie, elle ne s'est jamais fais d'amis à l'extérieur, on peut donc supposer que les adultes du clan restent aussi entre eux. Un peu étrange, vous ne trouvez pas ? « Je vais essayer. » M'en voilà ravis. Je serais quand même curieuse de la voir faire. C'est peut-être un peu injuste de ma part mais je serais curieuse de la voir en pleine action. La tête des gens si elle déboule vers eux pour rebondir sur des propos qu'ils auraient eu entre eux. Je ne doute pas un instant qu'ils la prendront pour une folle. Je me contente de nouveau de hocher la tête et d'esquisser un sourire. Fais donc, fais donc. « C’est trop génial, j’aurais bien aimé être comme ça aussi, j’aurais pu faire plein de jolis discours et tout le monde m’écouterait super méga attentivement. » D'accord donc là clairement on arrive à la partie de la discussion où je m'en fous et où je n'ai plus rien à dire. Elle est étrange, gentille malgré tout, je le conçois, mais un peu particulière. Nous avons abordé des sujets intéressants, mais là je pense qu'il est grand temps que je m'en aille. Non pas que je suis attendue ailleurs mais je ne compte pas passer ma journée ici avec elle. Alors je tourne mon regard vers la porte d'entrée, avant de poser mon regard de nouveau sur elle. « wouhai ... c'est toujours possible, si tu t'en donnes les moyens, les gens finiront par t'écouter ... » Ou pas, au final qui peut réellement prédire les pensées et les actions des gens. Parfois certains sont prévisibles, mais ce n'est pas toujours le cas, il faut savoir composer avec et être imaginatif. Parfois les choses se déroulent sans accroc et parfois il faut savoir user de persuasion pour obtenir ce que l'on veut. Parfois ça fonctionne, parfois non. « Je dois y aller ... » Commençais-je par dire avant d'esquisser un vague sourire. « Ravis d'avoir fait ta ... Connaissance .. » Dis-je, plus par politesse qu'autre chose. Je ne veux pas être méchante, en fait je n'en sais trop rien de ce que je pense d'elle, il va falloir que j'y réfléchisse à tête reposée. Je tourne les talons pour m'en aller et avant de quitter le hall, je me retourne vers elle « Ne me suis pas ... » dis-je avec un plus grand sourire, certainement plus sincère que le dernier et je disparais dans le parc. Il y a vraiment des gens étranges dans cette école ...
© 2981 12289 0




Nature sauvage
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 329
Points : 5
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]   Mar 18 Avr - 22:52


Anoushka & Sinéad

Arrête de me suivre

La nouvelle direction du château faisait peur à Sinéad mais elle se rendait compte grâce à cette conversation qu’elle n’était pas la seule à flipper, bien au contraire. La rouge et or ne réalisait pas tous les enjeux qu’il y avait derrière cette prise de pouvoir forcée, elle n’était probablement pas assez âgée et assez mature pour voir plus loin qu’à l’intérieur de l’école et réaliser que c’était le monde magique tout entier qui risquait de pâtir du retour des mangemorts au pouvoir. Cependant, elle se rendait tout de même compte que les choses n’étaient pas toutes roses comme elle avait tenté de le croire pendant quelques temps. Les nés-moldus étaient enfermés pendant un moment à l’intérieur du château et personne ne faisait le moindre geste pour les sortir de là. Sinéad s’était bêtement attendue à ce que les sorciers hyper talentueux du ministère de la magie se révoltent contre le nouveau système mis en place au sein de l’école mais pour le moment il ne s’était rien passé. Evidemment, elle était bien incapable de savoir ce que cette inaction signifiait mais elle avait peur pour ses amis et peur pour leur avenir à tous. « Je ne sais pas, j'aurais tendance à dire que si tu restes à ta place, il n'y a pas de raison que ça t'arrive. Mais on ne sait pas ce qu'il peut se passer dans leur tête. Alors j'aime à croire que non, ça ne nous arrivera pas, mais je ne pourrais l'assurer... » Rester à sa place ? Ça voulait tout dire et rien dire finalement et Sinéad n’aimait pas du tout cette façon de voir les choses. Si quelqu’un devait lui dire quelle était sa place, c’était elle-même et personne d’autre, elle détestait l’idée qu’on puisse lui dire où elle devait aller, comment et quand. La liberté était quelque chose d’important pour les Travellers et donc pour Sinéad qui, tout comme son frère, avait parfois quelques difficultés lorsqu’il s’agissait de rentrer dans les rangs. « Je ne suis pas sûre que ce soit suffisant pour que nous soyons épargnés. » Rétorqua-t-elle, un peu sceptique pour le coup. Sinéad était la première à voir le positif de chaque situation mais en ce moment, ils étaient tous dans le pétrin et ce n’était pas parce qu’ils ne subissaient pas autant de souffrance que les nés-moldus qu’ils ne finiraient pas par se retrouver en mauvaise posture eux aussi.

La situation actuelle leur donnait des idées étranges notamment celle de vouloir se défendre contre l’oppresseur en s’entrainant au préalable via un simulateur. Ce n’était pas une mauvaise idée en soi, mais elles se heurtaient à un certain nombre de difficultés plutôt difficiles à surmonter. « Oui, une potion pourrait être une bonne idée. Mais en même temps, n'est-ce pas un peu effrayant de se dire que n'importe qui pourrait nous la faire avaler pour nous faire croire qu'il nous arrive quelque chose de dangereux. Les mangemorts s'en donneraient à cœur joie. Ils ne peuvent peut-être pas nous tuer, mais ils peuvent nous faire peur et nous faire du mal ... ne plus savoir si tu rêves ou si tu es réveillé, ça doit être vraiment horrible. » Anoushka n’avait vraiment pas tort pour le coup, cette situation était particulièrement effrayante et il fallait espérer que les mangemorts ne penseraient jamais à leur faire subir une chose pareille car ça pourrait être extrêmement douloureux physiquement comme psychologiquement pour ceux qui devraient subir ce genre de chose. Sinéad adorait l’idée de dépasser ces limites dans un jeu de simulation mais il ne fallait pas que ce soit au détriment de sa santé mentale ni de celles de ses camarades. « En effet, c’est flippant… Je crois que si ça existait, il faudrait appliquer des règles très strictes pour éviter des débordements mais tu as raison, il vaudrait mieux éviter que ça existe pour de vrai tant qu’on n’est pas sûr que ça ne risque pas de tomber entre de mauvaises mains. » Sous-entendu entre celles des mangemorts bien sûr. Sinéad n’avait pas exprimé clairement son point de vue à ce sujet mais elle se rendait bien compte qu’Anoushka et elle défendaient les mêmes intérêts pour le coup ce qui était plutôt rassurant. Son idole était loin de la décevoir, elle avait l’air même encore plus merveilleuse de près.

En plus, la rouge et or semblait réellement s’intéresser à sa vie et ça ne pouvait pas faire plus plaisir à Sinéad. La jeune fille aimait faire partager son quotidien de nomade qui semblait si peu ordinaire aux yeux de ses camarades alors qu’en réalité ça lui semblait tellement plus normal que tout ce qu’elle avait pu entendre dans les récits d’enfance de bon nombre de ses camarades. Ils n’avaient clairement pas eu la même vie avant l’école et elle ne jugeait pas ses pairs sur la manière dont ils avaient été éduqués mais ils avaient parfois du mal à se comprendre et à s’entendre. « Tu vas donc laisser tous tes amis derrière toi ? Et comment vous faites pour ... pour vous mettre en couple ? Je veux dire, c'est forcément quelqu'un de votre communauté ? » La question était pour le moins étrange mais plutôt légitime en réalité, sauf que c’était quelque chose que Sinéad ne savait pas vraiment compte tenu de ses antécédents familiaux et de son désintérêt total pour les relations amoureuses. Elle ne s’imaginait pas en couple, ni maintenant, ni jamais, elle voulait tout simplement rester une enfant et elle aurait aimé que la vie lui permette de réaliser ce souhait. « Non, c’est quelqu’un qui peut éventuellement intégrer notre communauté mais nous avons une certaine ouverture au monde, tout de même. Après, je t’avoue que je ne me suis pas trop posé la question, je ne connais pas mon père et je n’ai jamais été en couple, donc ce n’est pas des choses dont on parle énormément dans ma famille. » Une chose était sûre, son père n’était ni le frère, ni le cousin, ni l’oncle de sa mère, c’était un illustre inconnu qu’elle ne retrouverait probablement jamais et elle en était particulièrement malheureuse. L’idée de retrouver son géniteur l’avait toujours hantée et encore aujourd’hui elle voulait croire à ce miracle. « Wouhai ... c'est toujours possible, si tu t'en donnes les moyens, les gens finiront par t'écouter ... » Sinéad n’y croyait que très peu mais elle n’eut pas l’occasion d’argumenter davantage puisque la jeune fille choisi ce moment précis pour prendre congé et retourner vaquer à ses occupations. « Je dois y aller ... Ravie d'avoir fait ta ... Connaissance... » Elle avait été assez gentille de rester avec elle après le savon qu’elle lui avait passé et Sinéad était toujours aussi émerveillée par la jeune fille malgré ce début d’engueulade qu’elle n’avait pas franchement apprécié. « Ne me suis pas ... » Sinéad ne put s’empêcher de sourire, elle semblait avoir finalement digéré ce petit incident et la rouge et or en était soulagée. « C’est promis. A une prochaine fois, j’espère. » Anoushka n’était pas devenue sa grande amie aujourd’hui mais elle espérait encore que ce jour viendrait. Volontairement, elle prit la direction opposée à celle de sa camarade et parcourut les couloirs en sifflotant, elle avait quand même bien fait de la suivre sinon elle n’aurait sans doute jamais pu lui parler et ça aurait été sacrément dommage.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[ANNÉE 2022 - 2023] Arrête de me suivre ... (Sinéad & Anoushka) [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Rez-de-Chaussée
 :: Le Hall d'Entrée
-
Sauter vers: