AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/01/2017
Parchemins rédigés : 523
Points : 4
Crédit : Hecate. (c)
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Ven 13 Jan - 23:03


                         
Isidore est un sang pur, né le 13 Octobre à Porthaethwy, sur l'île d'Anglesey au Pays de Galles. D'ailleurs il y vit toujours. Aujourd'hui, Isidore a donc 15 ans et est en cinquième année. Et juste pour ta culture personnelle, sache qu'il a un rat havane agouti qui s'appelle Scarmiliglione.

Il est bon de savoir que Isidore est endurant, stoïque, dynamique, ingénieux, protecteur, entier, spontané, sportif, drôle, endurci et intègre mais également acerbe, revêche, sarcastique, aigre, possessif, grande gueule, ferme, jaloux, maniaque, hargneux et mauvais perdant. Il a des goût étranges, par exemple il/elle aime les centaures, se faire remarquer en classe, visiter Liu Xi à l'herboristerie, se balader chez Zonko, l'exercice physique, les pâtisseries, faire la cuisine et le ménage, jouer avec le règlement ou encore inventer des stratagèmes alors qu'il/elle déteste son père et ce qu'il a fait, qu'on essaie de le faire rentrer dans le rang, la provocation, la discipline, les devoirs sur table, les bavboules et l'injustice dont pâtissent les nés-moldus.

Sa baguette est composée de lierre avec un coeur de plume de Phoenix et mesure 34 centimètres. Grâce à elle, Isidore a le malheur de suivre les cours de soins aux Créatures Magiques, étude des moldus, et de vol en plus des autres matières.



Isidore Melville Vayne
feat. Jackson Rathbone

ET EN VRAI ?
J'ai 22 ans, mais peut-être que tu le sais déjà parce que je suis Tracy A. Bennett. Je suis arrivé(e) sur NYL pour la première fois il y a quelque chose comme cinq ans, et pour la deuxième il y a un mois et demi et je devrais être là en moyenne 6/7 jours par semaine. Avant de finir j'aimerais juste rajouter que vous avez intérêt à tous me laisser un super mot de bienvenue sous peine de représailles, si vous le faites pas je vous traquerais pour vous manger avec des fèves au beurre.


Tout le monde a une histoire

Hiver 2013, Porthaethwy, Île d'Anglesey, Pays-de-Galles.

Empaqueté dans un blouson matelassé marine beaucoup trop grand pour lui, et dont les petits doigts peinent à dépasser de ses manches, un bonnet péruvien enfoncé sur le crâne, le jeune Isidore, qui a fêté en Octobre ses cinq ans, dévale l'immense colline enneigée. Ses boots se plantent parfois dans la neige, alors il tombe dedans la tête la première, et se hisse sur ses minuscules mains pour se relever "comme un grand", et ramasser les quelques jouets qu'il a emportés avec lui, dont un Magicobus en métal, très ressemblant au modèle existant. Cosima Hawthorne n'est pas très loin derrière lui, et son enthousiasme est clairement lisible. Ils sont venus tous les deux chercher Phyllias, qui devait aujourd'hui se rendre au Ministère pour récupérer son poste de secrétaire du Magenmagot. Il n'y avait aucune raison qu'ils refusent ! Le scandale de la photographie compromettante sur laquelle il apparaissait était désormais de l'histoire ancienne, plus personne ne se souvenait de ce détail, et quel employé au sein du ministère n'avait jamais commis le moindre faux pas ? Cosima avait bon espoir. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne reprenne le travail, et tout redeviendrait parfait. A midi précise, son mari devrait transplaner sur la pointe de l'île, et le petit Isidore n'avait qu'une hâte, celle de voir ce que son papa avait prévu de lui rapporter comme jouet. Lorsqu'il lui avait offert le Magicobus animé, celui qui faisait de la musique et laissait descendre des petits passagers en figurines pour en récupérer d'autres, il avait été fou de joie, et son père lui avait répondu que la prochaine fois qu'il se rendrait en ville, il lui rapporterait un cadeau encore plus immense, encore plus impressionnant. Izzie voulait absolument savoir ce que ce serait. Pour une fois qu'il n'aurait même pas à attendre son anniversaire ! Si ça se trouvait, on lui ramènerait sa toute première baguette magique. Maman disait que c'était trop tôt et qu'il n'était pas encore assez grand, mais son père lui avait fait savoir qu'il n'aurait pas à attendre jusqu'à ses dix ans, et qu'il lui en procurerait une avant. Ce serait tellement génial ! Il s'ennuyait à l'école moldue, même s'il avait des copains. En attendant, il n'était pas encore midi, et il s'empressa de plonger ses moufles dans la neige pour former maladroitement une boule de neige bien ronde qu'il s'apprêtait à lancer sur sa mère. " Fais attention, j'vais t'avoir ! " s'exclama-t-il joyeusement en lançant la boule qui s'écrasa sur l'anorak de Cosima. Elle s'affaira immédiatement à lui rendre la pareille, et il ne mit pas longtemps à recevoir à son tour une boule de neige, tandis qu'ils riaient aux éclats. Sa mère le traîna dans la neige par les pieds tandis qu'il hurlait en se débattant sans trop de conviction. Il adorait quand elle faisait ça ! Ça donnait envie d'avoir de la neige tous les jours sur l'île. Puis, un bruit de craquement se fit entendre. Papa était revenu ! Isidore s'apprêta à se précipiter sur lui, avant de se rendre compte qu'il y avait quelque chose d'anormal. Il avait du se faire mal, il avait du sang sur les mains, et tenait encore sa baguette.


Eté 2018, Prison d'Azkhaban, Ecosse.

Obtenir cette autorisation s'était révélé extrêmement compliqué, mais Isidore était certain de son choix. Il ne voulait pas le voir, mais il le devait. Tant qu'il n'aurait pas regardé ce monstre dans les yeux, il ne voyait pas comment il pourrait aller de l'avant. Or, c'était l'année au cours de laquelle il devait rentrer à Poudlard, et il ne comptait pas l'entamer en ressassant les fantômes du passé, et il ferait de son père de l'histoire ancienne avant de pénétrer dans le château. Il fut escorté par un homme du ministère qui se chargea d'éloigner tous les détraqueurs. L'ambiance de la prison était glaciale. Tout paraissait… mort ici, jusque dans l'odeur qui laissait croire que ces murs abritaient plus d'un cadavre. C'était un peu le cas, on avait retiré son âme à son père notamment. Désormais, il n'était plus rien, si ce n'était une enveloppe corporelle vide, dans laquelle il pourrissait. Et Isidore ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il l'avait bien cherché. Il se présenta donc devant la cellule, et contempla à travers les barreaux les dégâts. En effet, le temps avait laissé sa trace, et l'homme qui était couché sur les dalles froides n'avait plus rien à voir avec celui qu'il avait connu quelques années plus tôt comme étant son père. " Eh ben, jusqu'à te voir ici, j'avais encore trop de mal à l'imaginer. Je me suis dit "en fait il est mort, mais personne n'ose me le dire, alors ils ont inventé cet énorme mytho. Mais c'est vrai. T'es bien en taule. " déclara-t-il froidement. Son interlocuteur avait les yeux dans le vague, et Isidore n'était même pas certain qu'il comprenne ce qu'il était en train de lui dire. " Ça aurait été tellement plus facile à accepter si je me souvenais de toi comme d'un monstre. Comme d'un type qui me battait étant gamin ou qui me jetait le Doloris. Mais non, le pire du pire, c'est que je me souviens de toi comme d'un chic type. Le putain de Magicobus animé en plastique, là, que j'ai eu pour mes cinq ans, je l'ai toujours dans ma chambre." continua-t-il, toujours d'un ton polaire, tandis que le type du ministère attendait toujours dans le couloir. " Avec Maman, on pensait que j'étais un cracmol. J'ai même rejoint un camp militaire junior pour moldus histoire d'avoir une sortie de secours. Mais finalement, j'ai plus hérité de toi que ce que je croyais. " Il n'avait aucune idée de pourquoi il lui racontait tout ça. Il en avait simplement besoin, comme s'il comptait rattraper les six années qui s'était écoulées, le tour arrosé d'une dose de haine. " J'espère que tu crèveras ici. Et le plus tôt sera le mieux. " ajouta-t-il avant de tourner les talons, ayant bien dans l'idée que c'était la toute dernière fois qu'il s'y rendait.


Eté 2020, Prison d'Azkhaban, Ecosse.

" Eh, l'dégénéré, j'ai besoin de ta signature. "

Isidore n'avait pas respecté la promesse qu'il s'était faite à lui-même, deux ans plus tôt, celle de ne jamais revenir. Il avait treize ans aujourd'hui, et sa mère était toujours aussi malheureuse que lorsqu'il était parti. C'était ce qui l'avait motivé à réitérer une demande auprès du ministère. Ça ne servirait probablement à rien, et ça ne l'avancerait à rien de se défouler sur un pauvre type qui s'était fait retirer son âme, et qui moisissait dans sa cellule.
" Bah ouais, j'entre à troisième année à Poudlard. Tu t'figures qu'ils m'ont mis dans la même maison que toi ? Un sacré rigolo ce Choixpeau. Et là j'ai besoin d'une signature pour aller à Pré-au-Lard." C'était de la provocation, ni plus ni moins. Isidore ne savait pas ce qu'il espérait en faisant ça. Peut-être espérer le faire sortir de ses gonds, le faire réagir, même s'il savait pertinemment que c'était totalement impossible. Comme s'il avait eu besoin de lui un jour, alors pour obtenir une autorisation de sortie, c'était délicieusement ironique et risible.
" Ouais, j'aurais pu demander à Maman, je sais, elle serait tellement d'accord en plus, mais je me prendrais la punition du siècle si je lui disais que j'étais venu te voir. Mais je me suis dit que t'avais que ça à foutre, alors tu peux bien faire ça pour moi. " Allez, autant en rajouter une couche. Si ça continuait, le type du ministère allait intervenir pour lui dire d'arrêter, qu'il se faisait du mal et compagnie, et surtout, que ce qu'il faisait ne rimait strictement à rien. Mais il était tellement en colère qu'il ne pouvait retenir le flot de haine de se déverser sur cet homme.
" T'as pas entendu ? Ça t'réussit pas l'enfermement dis donc, t'en oublies même les bonnes manières ! Ou alors, c'est peut-être parce que tu captes plus rien depuis que les bouffeurs d'âme te sont passés dessus, hein ?" Bien sûr que c'était ça, il savait très bien que son père n'avait plus les mêmes facultés pour réagir que s'il était encore en pleine possession de ses moyens. Dommage, il avait fait ce qu'il fallait pour s'en priver. De rage, il s'approcha alors des barreaux, et cracha dans la cellule.
" Tiens, t'auras qu'à nettoyer, ça te fera un genre de petit boulot de réinsertion. T'as le bonjour de Maman au fait. Naaaaan, je dec', toutes les nuits elle rêve que t'aies jamais existé. " Le type du ministère lui demanda de reculer. Ce n'était pas bien grave, il en avait terminé, et pour longtemps, il espérait.


Eté 2022, Prison d'Azkhaban, Ecosse.


" Salut. " Cette année, sa bonne résolution n'avait pas tenu non plus. Il était encore revenu, et le regrettait déjà. L'homme du ministère devait d'ailleurs en avoir assez de l'escorter pour la troisième fois, tout ça pour l'entendre aller déverser sa colère et un flot d'insultes. Alors cette fois-ci, il se jura de ne pas se comporter comme le dernier des imbéciles, comme il l'avait fait jusqu'ici. " Je suis venu te dire que je rentrais en cinquième année à Poudlard. C'est l'année des BUSEs. J'suis pas très bon, mais j'espère que j'en réussirais quelques unes, histoire de pas être un raté. J'ai deux super potes, ils s'appellent Spencer et Savannah, même si on se chamaille tout le temps. Ils sont géniaux. " Ce n'était pas la première fois que survenait ce désir de lui résumer ce qui lui arrivait, ce à quoi il n'assisterait jamais. Et pourtant, c'était toujours là une nécessité irrépressible.
" Je viendrais plus te voir, Phyllias. Les premières fois, c'est parce que je te haïssais. Je crevais de colère, et je pensais que le seul moyen de l'évacuer, ça serait venir ici, pour t'insulter et recracher tout ça. Et ça ne marche pas. " Il parlait avec franchise, mais calmement pour une une fois. Et étonnamment, il en tirait un bien fou. Comme si ces simples mots avaient attendu 15 ans pour enfin sortir de sa bouche.
" Alors… je pense juste qu'il faut que je tourne la page. Il est plus que temps que je passe à autre chose, et je peux pas dire à Maman de faire la même chose si je reste ancré dans le passé à venir te voir. J'en ai marre qu'on connaisse mon nom pour de mauvaises raisons, alors… je vais tâcher de faire en sorte qu'on le retienne pour d'autres. De bonnes, j'espère." Cette fois, il en avait véritablement fini, et en retira une satisfaction enivrante. Peut-être que c'était la bonne. Peut-être qu'il parviendrait à définitivement tirer un trait.
"Adieu. Je pense qu'on se reverra jamais. Et sincèrement, j'espère qu'il t'en reste plus pour longtemps. Ce sera moins difficile si ça arrive vite, je pense. " Et il se retira, avec sur ses pas le type du ministère. Peut-être que ça n'avait pas fonctionné les deux premières fois, mais cette fois-ci, peut-être était-il véritablement parvenu à ranger ses vieux fantômes au placard. Il inspira alors longuement pour inhaler une bouffée d'air donc il s'emplit tout entier.


Famille et compagnie

Phyllias Hawthorne a toujours été un garçon, qui même enfant, savait ce qu'il voulait, et ne laissait nulle part au doute ou à l'hésitation. Il se trouvait à Poudlard dans la même maison qu'Isidore, et à l'époque, ni rien ni personne ne laissait présager de la manière dont il tournerait ce fameux mois de Décembre 2013, commettant l'Irréparable. Même s'il ne l'a pas été, il demeurait pour le Professeur McGonagall l'un des candidats au poste de préfet, ses notes étaient exemplaires, et son avenir prometteur. S'il semblait s'intéresser à la magie noire, en termes de sortilèges et d'incantations, ainsi qu'aux ouvrages de Gellert Grindelwald, tout laissait présager que c'était par pure curiosité et soif d'en apprendre davantage sur l'histoire de la magie. Il est devenu par la suite secrétaire au Magenmagot, profession dans laquelle il excellait sur tous les plans. Bon nombre de ses clients ont vanté le professionnalisme avec lequel il traitait chacune des demandes, et combien il prenait à coeur toutes les affaires qui lui étaient confiées. Dix-huit années durant, il a exercé son activité sans qu'il n'y ait à y redire. Certes, il y a eu ces affaires étranges auxquelles il était mêlé, des groupuscules de personnes aux aspirations douteuses, et il y a eu des ennuis avec le ministère pour cette photo sur laquelle il apparait en compagnie d'activistes se faisant appeler les "néo-mangemorts" selon leurs tatouages. De là, a suivi une mise à pied, en attendant sa propre audience. Entre temps, il a épousé cette sorcière, de presque dix-huit ans plus jeune que lui, encore élève à Poudlard il y a peu, qu'il a aidée au tribunal quand il exerçait encore ses fonctions au ministère. Ils ont même eu un fils, Isidore, qu'ils ont élevé ensemble et dans les meilleures conditions possibles. De manière suspecte même parfois… Cosima avait bien remarqué qu'il y avait des rentrées d'argent qui n'avaient rien de normal, des cadeaux au prix exorbitants… Et au fil des années, tout a commencé à devenir de plus en plus étrange. Les secrets, les faux alibis, ses "collègues" de travail qui venaient le visiter bien longtemps après qu'il ait cessé de travailler, des lettres adressées à un certain "Carmin Cobra"… Jusqu'au jour où la justice magique s'est présenté à leur logement pour annoncer l'arrestation de Phyllias Hawthorne, pour meurtres avec préméditation, et attentat qui a coûté de la vie de douze sorciers et enfants sur le Chemin de Traverse. Il peine depuis ce jour de la prison à vie à Azkhaban, et a reçu le baiser du détraqueur. L'annonce a été un choc, et depuis Isidore et Cosima peinent à se reconstruire. Isidore a changé de nom pour prendre celui de sa mère, et sait qu'il ne lui pardonnera jamais.

Cosima Vayne, anciennement Hawthorne, ancienne Poufsouffle, est encore une jeune sorcière d'une trentaine d'années, mais celles qui viennent de s'écouler l'ont bien vieillie, si bien que son apparence physique laisse désormais croire qu'elle en a vingt de plus. Elle n'est certes pas très intelligente, et a toujours préféré se cantonner à un petit rôle au sein d'un foyer dans lequel elle établirait une zone de confort, plutôt que d'aspirer à de trop grandes responsabilités qui lui échapperaient. Elle est hypersensible, et tente de retrouver aujourd'hui un semblant de stabilité, qu'elle a totalement perdu lorsque l'Impensable s'est produit. Son écart d'âge avec Izzie est moins élevé que celui avec son ex-mari. Car si elle a bien commis une erreur qu'elle regrette chaque jour, c'est bien d'être tombée amoureuse un jour, car elle considère que la suite d'ennuis qui lui sont survenus ensuite en découlent directement. Si Phyllias n'avait jamais existé, ou qu'elle n'avait jamais entendu parler de lui ailleurs que dans la Gazette du Sorcier, peut-être aurait-elle pu envisager cette petite vie routinière à laquelle elle aspirait, comprenant une petite maison en centre-ville, avec trois enfants, deux chats, et un boulot alimentaire qui suffirait à donner un équilibre à ces différentes aspirations. Mais non. Il était secrétaire au Magenmagot à l'époque, et il l'avait si bien aidée lorsqu'elle avait eu des ennuis avec la justice magique ! Pour usage de la magie prohibé, un été durant. Il l'avait rencontrée à plusieurs reprises pour l'informer de ses droits et devoirs, et avait pointé du doigt plusieurs solutions, tout en lui soufflant par avance quoi dire lorsque l'audience aurait lieu. Elle était jeune à l'époque, et il était charmant. Comment aurait-elle pu se douter de ce qu'il adviendrait ? Mais après quelques incartades et avoir obtenu gain de cause au tribunal, c'était un polichinelle dans le tiroir qui l'avait prise de court, et qui l'avait menée à renoncer à terminer ses études à Poudlard. De toute manière, même si elle avait de nombreux amis là-bas, elle n'était pas très douée scolairement, et ses notes s'en étaient lourdement ressenties lors de ses BUSEs. Elle a donc manqué sa septième année, mais a repassé ses ASPICs en candidat libre deux ans plus tard, poussée par ses parents qui assuraient la garde d'Isidore pendant ce temps. Après les avoir obtenu et bénéficiant de l'influence de son paternel, elle a pu obtenir un poste d'Oubliator au ministère, auquel elle a du renoncer trois ans plus tard, lorsque l'Impensable, l'Irréparable, est survenu. Cet homme, dont elle partageait le nom et un enfant, était coupable de meurtres, et d'un attentat de grande ampleur. La confusion fut totale, et le choc anéantissant. Dix années sont passées depuis, et Cosima ne s'est toujours pas remise de cette trahison, de cet évènement tragique qui a ôté la vie à tant d'êtres humains. Peut-être aurait-elle du être plus clairvoyante, peut-être aurait-elle du le voir venir, ou voir clair dans le jeu de son mari … ? Elle ignore si une solution aurait pu être apportée. Elle voudrait se jeter elle-même un sort d'Oubliettes, pour perdre tout souvenir de ce qui peut la rattacher à cet évènement, mais le rôle qu'elle a encore à jouer dans l'éducation d'Izzie l'en empêche. La garde de son fils lui a déjà été retirée après les évènements, et elle craint bien trop que la même chose ne survienne à nouveau si elle se montre trop fragile. Elle a bien trop besoin de lui, malheureusement sûrement bien plus que lui n'a besoin d'elle.


La première fois ici

" T'es ridicule comme ça, il te donne l'air super vieille ce châle. " lança Isidore en fixant exaspéré l'accoutrement de sa génitrice. " J'ai pas envie de me déguiser, c'est pas à nous de payer pour lui. "

Cosima Vayne laissa échapper un soupir de lassitude, sentant que le combat contre le ton insolent de son fils unique risquait non seulement long, mais aussi fastidieux. Ils auraient eu tout l'été pour procéder à leurs achats sur le chemin de Traverse, mais c'était elle qui avait préféré attendre le dernier moment. Peut-être que la veille seulement de la rentrée, ils n'auraient à croiser personne dans les rues, et les boutiques auraient été désertées… Néanmoins, quoiqu'un peu légère, elle n'était pas naïve, et avait pris l'habitude d'être prise pour une criminelle lorsqu'elle mettait les pieds dans un lieu public. Et le Chemin de Traverse serait le pire de tous, sachant que l'Attentat avait eu lieu en plein coeur du lieu de passage, seulement six ans auparavant. Les gens n'avaient pas oublié avec le temps. Même s'ils n'étaient pas sans ignorer que le responsable était désormais derrière les barreaux, les visages de Cosima et Isidore étaient également connus de la presse, et nombreux avaient été les numéros de la Gazette du Sorcier où leurs visages s'animaient, trahissant le désir un peu désespéré d'en finir avec toute cette histoire, à laquelle ils s'étaient retrouvés liés à jamais, et ce malgré eux. Et aujourd'hui, Cosima était fatiguée. Les dernières années lui avaient fait prendre quelques ridules et durci ses traits. Elle n'aurait pas le courage d'affronter les huées, et n'avait pas envie d'infliger ce calvaire à son jeune fils, qui était censé vivre les journées les plus excitantes de son début de scolarité. Comme toutes les mères qui accompagnaient leurs chérubins choisir une robe de sorcier sur mesure, elle aurait voulu pouvoir lui en faire essayer plusieurs afin d'être certaine que celle qu'il choisirait serait tout à fait idéale pour l'année à venir. Mais les circonstances étaient telles qu'elle ignorait combien de temps ils tiendraient dans une boutique sans s'en faire chasser, et elle n'était pas sûre de toute façon qu'ils aient les moyens de se permettre grand luxe. Depuis qu'elle avait perdu son emploi d'Oubliator, elle n'était parvenue qu'à trouver des emplois alimentaires, ou à être embauchée chez les Moldus. C'était un peu humiliant, mais pas désagréable. A la supérette, ses collègues étaient tous adorables, et ils formaient comme une grande famille. La routine était bien installée, mais aisément supportable, et personne ne connaissait le nom de son mari, et du crime qu'il avait commis. Et c'était là une joie dont elle était bien incapable de se priver.

" J'ai vraiment pas l'air d'une courge avec ces lunettes sur le pif et ce chapeau… tu voudrais pas directement me jeter un sort pour me défigurer ? " lança-t-il en se regardant dans la glace du salon.

Il saisit une poignée de la poudre de Cheminette que Cosima lui présentait, et la balança sur les dalles de la cheminée du salon, l'enveloppant entièrement d'une fumée verdâtre. Tout devient flou et chaotique, tandis que son environnement changeait du salon de la maison en bois à celui d'une ruelle plus fréquentée. Sa mère apparut quelques minutes plus tard, un foulard aux motifs à fleurs enroulé tout autour du visage, de manière à ce qu'on ne reconnaisse pas même sa chevelure, et des lunettes noires plaquées sur les yeux. La circulation était plus restreinte que d'ordinaire. Et pour cause, la rentrée avait lieu le lendemain, il y avait bien moins d'élèves qui venaient faire leurs emplettes seulement quelques heures avant d'intégrer Poudlard… Cosima n'avait pas choisi la date par hasard. Elle s'empara du bras d'Isidore, et traversa dignement le passage, le dos droit, avant de sortir sa liste de fournitures. Elle la cita à voix haute, récapitulant le répertoire des ouvrages auxquels il avait accès et dont il avait besoin, la taille et la dimension de son chaudron, ainsi que le matériel dont il aurait besoin. Puis, elle lui recommanda de directement aller se chercher une baguette magique pendant qu'elle irait faire un tour chez l'apothicaire, au moins ils gagneraient du temps. Elle lui demanda pour l'amour du ciel d'être prudent, lui serra les mains, et lui adressa ce petit sourire compatissant, qui disait silencieusement combien elle était désolée qu'il ait à en passer par là. Isidore la savait sincère, et il était bien loin de lui en tenir rigueur, ils faisaient ce qu'ils pouvaient pour se serrer les coudes comme ils le pouvaient. Il se rendit donc chez Ollivander's, et put remercier Merlin qu'il n'y ait personne. Ni même de vendeur visible, en fait. Il traversa donc les rayons remplis d'étuis pour baguette, l'air distrait et passablement intrigué, avant qu'une tête n'émerge des rayons.

" Monsieur Vayne… Je ne vous attendais plus. "

Le regard froid qu'il reçut était assez indicateur. Il savait, et ne pouvait se leurrer davantage, évidemment que tout le monde savait. L'échange qui suivit se fit assez silencieusement. Ollivander, si c'était bien lui, disparut à nouveau dans les étagères pour revenir avec quatre étuis différents, et en sortit soigneusement une baguette de chaque. Nul mot ne fut prononcé, il lui en fut proposé une en bois de bouleau, une autre en bois de frêne, de houx, avant que celle en lierre ne le choisisse. " Le labyrinthe, la recherche de l'individu et l'errance de l'âme"… Isidore demeura silencieux. Il savait très bien qui il était, et son état d'esprit. Mais il y avait quelques années, le chemin de Traverse s'était retrouvé meurtri par les actes de son paternel. Il ne pouvait pas faire semblant de l'ignorer, et jouer à ce petit jeu ne les mènerait nulle part. Le vendeur glissa la baguette dans sa main, tandis que leurs yeux partageaient le poids de ce qui s'était passé au même endroit, six ans auparavant, là où des sorciers, où des enfants, avaient péri. " J'espère que vous en ferez bon usage. " S'il voulait sous-entendre par là qu'il n'aurait pas à s'en servir pour détruire des familles et des vies humaines, alors oui, il ferait ce qu'il pourrait, voulut-il répondre. Mais il s'en retint, se disant qu'il devrait avoir la correction de respecter ce que ce lieu représentait. Il rejoint donc sa mère au dehors, et toujours silencieusement, ils prirent la route des autres commerces. Les regards commençaient à se tourner, et Isidore se demanda si on ne commençait pas à comprendre qui ils étaient, et à le propager. Ils finirent donc chez Fleury & Bott, et lorsqu'ils eurent fini d'empiler les ouvrages dans le chaudron, le vendeur les toisa.

" La maison se réserve le droit de servir qui elle veut. Et je ne vous servirais pas. " déclara la personne qui vraisemblablement avait la gestion de l'établissement.

Isidore ouvrit la bouche pour répondre, mais sentit les doigts de sa mère se refermer autour de son bras. Il voulut hurler, abattre un poing enragé sur le comptoir, dire que ce n'était pas juste, qu'il voulait rejoindre Poudlard pour ne plus jamais rien avoir avec ce nom, si avec cet homme, et qu'il n'y parviendrait jamais si on lui rappelait constamment qu'il ne serait jamais rien d'autre que son fils. Mais sa mère eut tôt fait de l'entraîner au dehors avant qu'il ait à y redire quoi que ce soir. "J'ai vu qu'il y avait des revendeurs par là-bas. En fait c'est même une aubaine, on les aura moins chers ! " lui lança sa mère. Il ne put que la foudroyer du regard en retour. Il avait envie de la prendre par les épaules, de la secouer, de lui dire que ça n'avait rien d'une aubaine et qu'il détestait plus que tout d'avoir à se comporter comme un fugitif. " T'es sérieuse ? Mais comment tu peux faire comme si tout allait bien, hein ? Réveille-toi Maman, bienvenue dans la réalité où personne ne veut de nous ! " s'exclama-t-il rageusement, attirant au passage quelques regards. " Quoi, t'as un problème, je peux t'aider ? " hurla-t-il à l'attention de quelqu'un qui le dévisageait depuis un peu trop longtemps à son goût, avant de jeter son chapeau et ses lunettes. Il n'avait plus envie de se cacher. " J'ai pas envie de rester ici plus longtemps, cet endroit me file la gerbe. On rentre. "

Et le lendemain, ils étaient là, en pleine gare de King's Cross. Ils avaient franchi le passage tous les deux, et l'atmosphère étaient encore froide de la veille, c'était à peine si Isidore et sa mère avaient échangé quelques mots depuis qu'il lui avait littéralement déversé sa colère, alors qu'elle n'était responsable de rien, et aspirait juste à ce qu'il puisse vivre une scolarité normale. il la regarda bien. Elle avait l'air si triste… c'est à cet instant qu'il réfléchit, et se demanda ce qui allait se passer. Pour sa mère surtout. Lui, il se débrouillerait, même s'il tombait sur des abrutis qui lui rappelaient les actes commis par son géniteur, tant pis, il aurait quelques ennuis avec la direction après avoir directement inséré leur baguette dans leur trachée. Mais elle … ? Sur qui pourrait-elle se reposer s'il n'était plus là ? Il s'arrêta, et confronta le regard de sa mère. Il n'avait pas été un gamin facile. Entre les fugues, les crises de colère, l'insolence dont il savait faire preuve, elle aurait eu toutes les raisons du monde de se ravir de son départ, et pourtant. Elle avait l'air un peu absent, elle aussi y songeait. Jusqu'ici, ils avaient vécu l'un pour l'autre. Ils avaient été brisés, tous les deux par la même personne, et s'étaient reconstruits comme ils l'avaient pu. Isidore plus rapidement peut-être, il se pensait plus endurant, sa mère était trop attachée encore, et vivait toujours dans le passé. Il voulut faire passer dans ses yeux ce message, selon lequel tout se passerait bien, qu'elle n'aurait à s'inquiéter de rien. Il put percevoir toute l'incertitude quant aux jours qui s'écouleraient. D'ordinaire, c'était presque lui qui avait le rôle de parent, qui s'assurait qu'elle ne manque de rien, qui prenait à sa charge bon nombre de tâches ménagères dont elle avait délégué la responsabilité, n'ayant plus le courage. Il avait tellement envie qu'elle avance, qu'elle se prenne en main… Elle s'était laissée marcher sur les pieds toute sa vie, avait laissé faire le cours des choses, s'était laissée embourber par ce qui leur était arrivé… Elle trouvait certes refuge chez les moldus pour fuir cette réalité, mais à un moment donné, il savait qu'elle le rattraperait. Alors, sur le même quai sur lequel bon nombre de futurs élèves de première année, qui à son instar, enlaçaient leurs deux parents, il entoura vivement celle qui lui restait de ses deux bras. Aussi faible soit-elle devenue, petite chose frêle prête à être dévorée par l'immensité, combien il l'aimait ! Combien il aurait pu envoyer valser tout ce qu'il avait pour redonner une chance à cette femme de se refaire, de trouver un type qui lui conviendrait et qu'il la traiterait comme la reine qu'elle ne serait malheureusement jamais, et qu'il mettrait tout de même un peu de temps à accepter comme beau-père, parce qu'il était trop possessif pour ce genre de choses. Malheureusement, la secouer pour lui faire entendre tout ce qu'il voulait lui faire savoir ne servirait à rien, alors il se contenta de cette étreinte.

" Tu vas me manquer. N'oublie jamais. Tu dois rester forte pour nous deux, on est des combattants, des vrais de vrais. " déclara-t-il le visage enfoui dans ses cheveux. Il crut sentir qu'elle pleurait. " Ah, non non, t'arrêtes ça de suite, même pas tu pleures, sinon ça m'fout les larmes. Je t'écris dès que j'arrive, et je reviens aux prochaines vacances. En attendant, tu prends soin de toi, je veux que tu te fasses au moins un repas équilibré avec de vrais légumes par jour, et si je m'aperçois que c'est pas le cas une fois là-bas, je prends le train en sens inverse pour débarquer, et je peux t'assurer que tu vas regretter de me voir rentrer plus tôt que prévu. "

La séparation fut comme une déchirure au plus profond de son être, mais il s'efforça de faire bonne figure. Son visage ruisselait, et il se sentait monstrueux de l'abandonner ainsi. Il s'empara alors de sa valise, et esquissa un sourire qu'il voulut encourageant, en levant sa main pour un signe de main. C'était d'ailleurs sûrement le signe de main le plus idiot de l'histoire gestuelle. Il s'installa donc seul dans un compartiment, en la regardant attendre sur le quai, toute seule et dévastée, que le train ne s'éloigne. Il se surprit même à espérer qu'il parte encore plus rapidement, histoire de raccourcir cette scène à la consonance un peu trop dramatique, ou à vouloir qu'elle s'en aille. Il demeura ainsi un moment, collé contre la vitre, à sûrement laisser penser aux élèves de première année qui circulaient dans les couloirs qu'il souffrait d'autisme ou d'une quelconque pathologie sociale. Le compartiment demeura vide un bon moment après le départ, par ailleurs, et fut rejoint un peu plus tard par deux élèves, avec qui il discuta distraitement, de banalités. Malheureusement, son nom n'était pas inconnu, et il savait bien qu'il aurait à affronter les regards un peu gênés et les pincements de lèvres lorsqu'il le donnerait. Il soupira, et feint donc d'avoir un peu mal au ventre pour avoir une excuse pour se lever, et changer de wagon discrètement. Il atterrit dans un nouveau compartiment au sein duquel deux autres élèves, un garçon et une fille, semblaient avoir déjà sympathisé.

" Salut, je m'appelle Isidore Vayne, je peux me joindre à vous ? " lança-t-il à leur attention, ponctuant d'un sourire.

Mieux valait jouer ses cartes d'entrée de jeu s'il voulait s'intégrer un tant soit peu. La deuxième fois était la bonne, il n'y eut pas de grimace ou d'impression de malaise. Il s'assit donc et sympathisa avec les dénommés Spencer et Savannah, dont les personnalités plurent immédiatement au jeune Isidore qui passa un très agréable voyage, agrémenté de plaisanteries et de test gustatifs sur les Dragées Surprise de Bertie Crochue. L'heure de descendre du train arriva plus rapidement qu'il ne le crut, et s'ensuivit tout le rituel de la barque, dont il avait déjà entendu parler maintes et maintes fois. Puis… Poudlard. Le château paraissait immense, de loin, et Isidore l'appréhenda dans toute son immensité. C'était le moment, pour un nouveau départ. Pour l'oublier lui, et véritablement commencer à vivre. Il se mit alors tout à son aise, pour gravir les marches, et ignorer les quelques regards qui s'arrêtèrent sur lui, en attendant que son nom soit prononcé pour procéder à sa répartition.

QUESTION DU CHOIXPEAU
Une personne pas douée tombe dans le lac noir, malheureusement, il/elle est le seul témoin de la scène, que fait-il/elle ? – Isidore aurait pour premier réflexe de vouloir tenter une métamorphose sur lui-même, pour se changer en animal aquatique. Mais comme il y a de grandes chances que cela ne fonctionne pas, il se résoudrait à plonger lui-même pour ramener le malheureux sur le rivage.




Dernière édition par Isidore M. Vayne le Sam 14 Jan - 18:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1800
Points : 17
Crédit : Avatar : Tag ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Ven 13 Jan - 23:08

Ton prénom me fait penser à un dessin animé
Re-welcome. J'adore ton choix de vava (again) Bave



« Hadley Ophelia Lewis »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 5347
Points : 17
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Ven 13 Jan - 23:54

Ce prénom ! Anoushka Cet ava ! Anoushka
J'ai pas encore trouvé le courage de lire ta fiche mais j'te souhaite la rebienvenue quand même ! Coeur



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 13:10

Voilà un personnage bien différent de Tracy J'sens qu'Ash et lui vont bien s'entendre

En tout cas bonne chance pour ta validation ! ♪♫
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6021
Points : 11
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 6ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 13:11

Arrête de rêver, personne ne s'entend avec Ashley Rolling Eyes



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 13:14

Dis ça à Sloane boude
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 13:40

Re-bienvenue ! Coeur Je suis totalement tombée sous le charme de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 1193
Points : 8
Crédit : Meblang (Linus Wordemann)
Année : cinquième année - seize ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Ashton

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 15:38

Re-bienvenue et comme tu le sais déjà, j'adore ta fiche




❝ je crois au chaos des étoiles ❞ donne moi les trois couleurs primaire j'te collorais toutes les nuances de la terre veux-tu qu'ensemble ont fassent pencher la ballance sinon l'equilible du monde n'a pas de chance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 15:48

Rebienvenue ! Voilà un personnage dont je prendrais plaisir à suivre le développement.  Smile
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/01/2017
Parchemins rédigés : 523
Points : 4
Crédit : Hecate. (c)
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 16:52

@Naïa : J'espère que c'est le dessin animé le plus cool qui soit alors, mais merci beaucoup !

@Ash' : Si tu veux on fera des batailles de crachats dans les couloirs. Anoushka

@Callie, Sarah, Perrichat, Anthony : Merci beaucoup ! Vous êtes tout chou ! Rougi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1545
Points : 0
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 17:07

OH MON DIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIEU ! Aaaaaaaaah J'aime tellement trop ce nouveau personnage, je suis fan de toi enfin juste à ce moment-là, d'habitude je te déteste, qu'on soit bien d'accord. J'ai pas eu le temps de lire jusqu'à la fin parce que j'ai aqua poney mais en revenant je me fais une soirée lecture. Aaaaaaaaah

Rebienvenue avec ce petit nouveau. Câlin J'espère que tu t'éclateras tout autant que tu le fais avec ta petite Tracy que j'aime d'amour même si elle a des problèmes au cerveau. Very Happy

Par contre, c'est tellement dommage d'être aussi beau et d'avoir un prénom aussi moche. Ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1800
Points : 17
Crédit : Avatar : Tag ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 17:07




« Hadley Ophelia Lewis »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Sam 14 Jan - 23:14

Rebienvenue, j'espère que tu vas t'amuser avec ce nouveau personnage Pompom Girl
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Dim 15 Jan - 16:08

Re-bienvenue Tracy Balai
Amuse toi bien avec ton nouveau perso <3
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 21/04/2011
Parchemins rédigés : 1665
Points : 0
Crédit : (c) Phoebe.
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   Dim 15 Jan - 16:17




Bienvenue parmi nous

Personnage fort intéressant, comme toujours de toute façon avec toi, je ne m'attendais pas à autre chose de ta part Coeur Je sais que tu vas t'éclater avec ce nouveau perso, je ne me fais pas de soucis pour toi et je constate que tu as toujours beaucoup de goût pour choisir tes vavas Bave (oui je me répète et alors ?) Bon comme je te l'ai dis, je vois ton perso dans deux maisons, mais l'une à besoin de membres alors j'ai décidé que ton perso irait ... Serpentard


Je vois du courage et de la détermination, mais aussi une forte volonté de faire tes preuves et une ambition certaine ... le choix est difficile, ... mais je pense que tu seras faire ta place à
SERPENTARD
!
Serpentard Serpentard Serpentard



Quelques conseils pour bien commencer


Maintenant que tu es réparti(e), il ne faut pas te reposer sur tes lauriers. Ta vie NYLienne commence à peine et pour la faire démarrer sur de bonnes bases, il te reste encore pas mal de petites choses à faire. Ne t'inquiètes pas, je vais tout te montrer...

Commence par créer ta fiche de liens, ta fiche de RPs, ainsi que boîte aux lettres qui te permettra aussi de gagner des points RPs en écrivant des lettres de plus de 300 mots et ta boite à hiboux express pour les messages plus courts. Peut-être que tu n'en trouveras pas tout de suite l'utilité, mais ça ne saurait tarder... Alors mieux vaut l'avoir fait tout de suite. Et puis, si jamais tu cherches quelqu'un d'important pour le développement de ton personnage, n'hésite pas à créer un poste vacant.

Aussi, je te conseille d'aller lire comment marche le système de points, si ce n'est pas déjà fait. Ce serait bête de ne pas savoir comment rapporter des points à ta maison. D'ailleurs, tu peux jeter un coup d'oeil aux sabliers pour voir où en est la course à la Coupe. Et comme les votes, c'est le bien, Top-Siter rapporte des points !

N'empêche que le meilleur moyen d'obtenir des points reste d'aller en cours. Et oui, nous sommes dans une école et nos chers professeurs vont se faire une joie de t'apprendre tout ce qu'ils savent. Quand tu te seras bien installé(e) dans ton dortoir, attrape tes bouquins et rends toi vite en classe ! Nos professeurs t'attendent, et pour savoir à qui tu as à faire, tu trouveras la liste ici. La liste des sortilèges par année est disponible .

Il n'y a pas que les points des sabliers qui sont importants ici. Il y a aussi les points défis ! Tu peux aller lire ce sujet pour savoir exactement ce que c'est que les points défis. N'oublie pas de créer ton sujet d'ailleurs, qu'on puisse tous t'en proposer ! Bien sûr, tu peux également savoir combien tu as de points en allant voir la fiche ! Le nombre de point s'initialise automatiquement à 0/0 mais dès que vous avez un point, vous pouvez voir l'évolution de ceux-ci à 1/2000...

Heureusement, il n'y a pas que les cours dans la vie ! Tu vas pouvoir t'entraîner à être une fouine en écoutant les rumeurs qui se baladent dans les couloirs, attraper ton balai pour devenir le plus grand joueur de Quidditch de l'histoire de Poudlard... Enfin, pour être sûr(e) de ne rien louper des activités qui te seront proposées, garde un oeil sur le panneau d'affichage, et sur la Gazette du Sorcier pour être informé(e) de tout ce qui peut bien se passer dans le monde magique.

Le HRP (hors-RP) te donnera également de quoi t'occuper grâce à une partie Flood bien remplie. Tu pourras également faire plaisir aux autres membres en leur offrant des cadeaux. N'oublie pas, à l'occasion, de passer sur la ChatBox, avec un peu de chance, tu tomberas en plein jeu... S'il y a quelque chose que tu ne comprends pas, nous répondrons à toutes tes questions.

Sur ce, je te souhaite beaucoup de plaisir dans cette nouvelle vie qui commence, et plein de merveilleux RPs !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Isidore Melville Vayne ♟Je n'oublie pas le passé, je le cultive.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Le Commencement :: 
Présentation des sorciers
 :: Répartitions terminées
-
Sauter vers: