AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 327
Points : 20
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Lun 5 Déc - 8:52







Malgré la pluie, le vent, le ciel lourd et gris qui semblait prêt à s'effondrer sur les londoniens, Liu Xi MacDougall était particulièrement rayonnante en ce jour de juillet.

Et cela suffisait à éclairer d'une douceur particulière la boutique… D'un geste délicat, elle fit s'envoler des guirlandes de fleurs qui s'accrochèrent aux différents meubles.

L'herboristerie « La Sylve » se dressait fièrement à proximité du chemin de traverse, coté moldu. La façade en boiserie était peinte d'un vert sapin, et sur la porte une jeune dryade tenait un panneau Fàilte / Welcolm. A l'intérieur, Liu Xi avait privilégier uniquement des matériaux naturels, des tables en bois chaud pour faire patienter ses clients en cas d'affluence ou accueillir les habitués avec l'une de ses fameuses tisanes « magiques ». Elle n'avait rien de vraiment magique, en fait, Liu Xi pouvait se targuer de bien lire le caractère de ses clients, et de trouver les ingrédients qui conviendraient le mieux à leur état d'esprit. Elle n'était pas infaillible, mais personne n'avait jamais trouvé à redire quant au goût.



Les plantes rares ou à conservation courte étaient contenues dans des larges jarres en porcelaine ou en faïence afin qu'elle n'imprègne pas les tiroirs en bois des autres meubles les rendant ainsi inutilisable pour d'autres variétés. Les tiroirs en bois étaient exclusivement réservés aux plantes qu'elle avait toujours en stock et qui était sans cesse renouvelé.



Son grand comptoir était un mélange de bois de chêne, de granit et de marbre. Une cheminée lui servait à fumer et sécher certaines plantes dans l'arrière-boutique, et grâce à un conduit à chauffer la surface de vente.

La décoration était très simple mais somptueuse, pour les moldus, il s'agissait uniquement d'objet exotique ramené des nombreux voyages de la jeune femme. Mais pour les sorciers avertis, il s'agissait d'objets rituels dans la préparation des plantes, venus du monde entier. Elle s'en servait occasionnellement, lors de préparation particulièrement compliquée, ou elle acceptait de les prêter aux médicomages et guérisseurs, à conditions qu'ils les utilisent sur place. En cas d'urgence, elle se déplaçait elle-même sur simple demande de l'hopital Ste Mangouste.
Mais en ce jour, particulier, elle était persuadée que rien de tout ça n'arriverait : elle fit virevolter de sa baguette une banderole « slainte / happy birthday » qui s'accrocha juste au dessus de la porte.

Aujourd'hui, la Sylve fêtait ses 10 ans d'ouverture. Ses parents lui avait fait envoyé une gigantesque corbeille de fruits exotiques (ils avaient dégoter un chouette primeur londonien sur internet, dont elle-même ignorait l’existence) et des semences de plantes très rares du Népal pour fêter cela. Ils n'étaient pas en mesure de lui rendre visite, mais ils l'avaient appelé en tenant compte du décalage horaire, ce qui tenait du miracle.
Aujourd'hui, elle n'ouvrirait pas la Gazette du Sorcier, elle n'écouterait pas les infos déprimantes d'un monde ou de l'autre. Elle ouvrira sa porte à tous, et leur offrirait une de ses magiques tisanes pour fêter cela.

Cendre, le gros chat norvégien qui la suivait partout depuis 8 ans, réveillé par le remue ménage s'installa confortablement sur un tabouret.

Liu Xi ouvrit la porte et se prépara pour cette nouvelle journée, d'une nouvelle décennie.

Elle ouvrait tôt, mais n'attendait personne avant huit heures tapantes, Mme Lincolm, une petite vieille ridée comme un pomme qui venait prendre sa tisane une fois par semaine et faire un brin de causette. Liu Xi se rendit dans l'arrière-boutique et alluma le feu pour faire sécher ses feuilles de sauge et quelques fleurs sauvages.


Elle jeta un regard amoureux sur sa grande bibliothèque, qui contenait son trésor le plus précieux, l'herbier devenu grimoire qu'elle traînait avec elle depuis toute petite mais aussi un nombre incroyable de livres moldus et sorciers sur les plantes, les créatures magiques, des romans et des livres de géographie. Liu Xi était une grande lectrice, et elle ne manquait pas de laisser traîner quelques ouvrages inoffensifs sur le rebord de ses fenêtres afin que ses clients puissent se laisser aller à lire quelque page. Il n'y avait pas meilleur conseiller, confident, remède qu'un bon livre.

Elle espérait elle-même écrire un ouvrage qui regrouperait le meilleur de la médecin moldue et magique. Son grimoire était une bonne base, mais elle s'estimait bien trop jeune pour un tel projet, il lui faudrait encore beaucoup d'expérience pour atteindre ce niveau d'excellence.

Elle décida de laisser traîner sur les rebords de fenêtre : « Logique thérapeutique des oligoéléments », « l’Aloe Vera : une plante magique », « Le Grand Livre des Esprits de la Nature », « les filles du feu », « comment élever son bébé dragon » et « Contes fantastiques des Ming et des Qing ».

« Eh bien mon cher Cendre, je crois que je suis prête pour commencer cette journée, dit-elle en caressant délicatement les feuilles de l’énorme Aloe trônant sur le comptoir, tu crois qu’on va avoir beaucoup de monde ? Avec ce temps ce n’est pas garanti. Je crois que je vais méditer un petit peu en attendant. »

La jeune femme s’installa confortablement sur un coussin carré, face à la porte d’entrée, le dos contre le comptoir. C’était parfois un peu inattendu pour les nouveaux clients, mais il s’y faisait rapidement, et cela faisait partie du charme de la boutique : on s’y sentait comme à la maison. En tout cas, il s’agissait également de la maison de Liu Xi, puisque son appartement se situait à l’étage… Ainsi que son jardin de simple à l’arrière du bâtiment. Pour une femme qui avait voyagé la plus grande partie de sa vie, elle avait à peine besoin de sortir de chez elle. Ce qui lui valait les moqueries régulières de son paternel qui se demandait quel sort on avait bien pu lui jeter. Mais elle avait du mal à lui avouer la vérité, un jour peut-être, elle lui répondrait à coeur ouvert.

A 8 heures tapantes, Mme Lincolm passa la porte et vint gratouiller Cendre élégamment vautré sur un coussin. Puis elle salua, Liu Xi.

- Ah bonjour Mademoiselle MacDougall, je suis bien contente de vous voir. Joyeux anniversaire à La Sylve. J’aurais bien amené une tarte ou quelque chose, mais figurez-vous que je suis un peu surmenée ! Elle s’installa fébrilement à une table,
- Voyons Mme Lincoln, c’est moi qui vous offre une tisane aujourd’hui, on ne vient pas dans une boutique avec de la marchandise ! Qu’est-ce qu’il vous arrive ? Liu Xi posait rarement des questions trop personnelles à ses clients, mais Mme Lincolm venait bien plus pour parler que pour consommer, et Liu Xi appréciait sa compagnie.

- TOUTE ma famille vient me rendre visite. Et ma famille est nombreuse, vain dieu, ils ont du se dire que j’allais bientôt mourir, et qu’il fallait me voir une dernière fois. Dernière fois qui me pousserait au trou et leur permettrait de toucher l’héritage plus vite. J’ai le palpitant qui déraille ! Vous rendez-vous compte ?
- Voyons, si toute la famille est à l’image de votre fils Declan, je crois qu’ils ont juste sincèrement envie d’être auprès de vous. Mais je ne connais pas toute votre famille ! Je peux vous préparer une tisane pour calmer les ardeurs de votre coeur. Mais s’il danse trop la gigue, n’hésitez pas à aller voir votre médecin.
- Je ne fréquente pas votre boutique pour que vous m’envoyiez chez ces charlatans de médecin. Ma famille ? Eh bien, il y aura Declan, mon aîné, ainsi que sa femme, ses trois enfants, dont Meredith qui vient d’avoir elle-même un bébé ce qui nous porte à 7, les deux plus petits ayant la décence de ne pas ramener leurs amoureux. - Liu Xi mis de l’eau à bouillir, puis s’activa dans les tiroirs - Ensuite il y a bien entendu mes autres enfants, Julia et son nouveau conjoint, elle a deux enfants et lui en a trois, je soupçonne un sixième en projet, parce qu’après tout pour quoi ne pas soutenir la croissance démographique. Nous en serons donc à 14- Elle ajouta des fleurs d’Aubépine dans la préparation pour calmer les palpitations, réguler les battements du coeur –
Mes jumeaux, les petits derniers, Jerry et Derek, l’un vient avec sa petite amie, l’autre vient seul. Il pourrait amener son compagnon, mais il est toujours persuadé que je suis aveugle. J’aurais bien aimé le rencontrer avant qu’ils me fassent tous passer l’arme à gauche. Nous serons donc 17. - Liu Xi commençait à comprendre la nervosité de sa patiente… Madame Lincolm avait environ 80 ans, et sûrement pas l’habitude, elle qui vivait seule depuis si longtemps, de s’occuper de 17 personnes à la fois. Elle ajouta un peu de Reine-de-Prés, très bon pour dénouer l’estomac, de la bourrache pour éviter la surproduction d’hormones du stress -
Et ce n’est pas tout ma brave demoiselle, il semblerait que mon illustre frère, soit lui aussi décider à venir avec mes neveux pour me rendre visite. Mais il se débrouillera à l’hôtel dieu merci.
- Liu Xi termina la préparation avec du Ginseng: bon pour le stress, mais également tonifiant. Il n’était pas question de faire roupiller Madame Lincolm en de pareilles circonstances.

- Eh bien… ils vous ont donner une raison pour leur visite ?
- Oh, depuis qu’ils ont émigrés aux Etats Unis, en Australie, en Nouvelle Zélande, on ne se voit pas souvent, tous les 5 ou 7 ans et jamais tous ensembles.
- Une sorte de clan gathering alors ?
- Oh ma fille, j’oublie toujours que vous venez des Highlands autant que de l’empire du milieu. J’imagine que c’est l’idée. Sauf que nous ne sommes pas écossais ma chère. Et que ma demeure n’a rien du siège de Clan, ils devront se serrer les miches !
- Vous voulez-mon avis ? -Elle tendit la tasse de tisane parfaitement infusée
- Bien sûr, enfin c’est pour ça que je viens ici non ?
- On doit le respect aux anciens et aux chefs de clan, et c’est lui qui fait l’appel. On ne se réunit pas sans invitation. Et habituellement, les chefs de clan ont du petit personnel pour faire la cuisine le ménage. J’imagine que ce n’est pas votre cas ?
- Quel esprit vif, venez-en au fait !
- Eh bien vous êtes la chef. Pour les accueillir au mieux, l’idéal est encore de faire un plan de bataille, 16 cases, et chacun s’occupe d’un point logistique. Vous aussi devez pouvoir profiter de ce moment en famille. Je vous conseille de commander le premier repas chez M. Stuart près des docks, traditionnel, de qualité et bon marché. Sinon, chez l’indian meal, près de l’église à deux rues d’ici, ils ont l’habitude des grandes tablées. Ils ne respectent pas la tradition, adaptez-là à votre tour, pour le bien de tous !
- Oh – avec une mine choquée et à la fois réjouie – Vous êtes audacieuse et vous avez bien raison ma petite Liu Xi. Auriez-vous l’amabilité de me noter les adresses et le numéro de téléphone ? Quant à les faire participer aux corvées avec un tableau, c’est merveilleux, comme quand ils étaient petits : après tout, s’ils veulent revenir chez maman tous ensemble, qu’ils y aient droit.
- Et vous aurez droit de vous faire bichonner et de vous sentir entourée. Vous allez me fausser compagnie pendant quelques temps maintenant !
- Ou je viendrais me réfugier ici loin du tumulte. Merci ma brave !

Mme Lincolm attrapa un livre sur le rebord de la fenêtre, elle aima patienter au chaud avec une bonne lecture le temps de ressentir les effets du brevage. Pendant ce temps, Liu Xi recopia les informations dont elle lui avait parlé. Puis se mit à travailler dans l’arrière boutique, elle avait reçu une livraison particulièrement intéressante d’un confrère vivant dans les forêts russe.
« Ma chère Liu Xi, Je crois que ceci devrait t’intéresser. Il s’agit d’une variété de Solanum Nigrum. Je transmets mes informations, j’ai découvert par hasard certaines propriétés (…) Nous avons eu quelques soucis ici récemment avec des satanés Lycan(...) . Peux-tu étudier cela plus en détail ? »

Mme Lincolm poussa sa chaise, Liu Xi retourna auprès d’elle pour la saluer.
- Je ne sais pas qui de votre tisane ou de vos conseils m’ont été le plus profitable, mais je me sens moins dépassée. Bonne journée à vous, et encore un joyeux anniversaire.


Son carnet à la main, elle s’installa au comptoir pour étudier de plus près les informations transmises en attendant les prochains clients, tout en écoutant la pluie battante.







Dernière édition par Liu Xi MacDougall le Mer 10 Mai - 8:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1003
Points : 10
Crédit : kinjiki (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Perrin S. O'Riordàn & Matrim Sevenoaks-Newton

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Sam 17 Déc - 23:15


Slainte/Happy Birthday

Quand on pense au bonheur d'autrui, on rêve sans le savoir à une forme d'accomplissement de son propre bonheur, ce qui, tout compte fait, rend plus égoïste que si l'on se souciait de son propre bonheur.


Le manoir familial avait beau être immense, il n'était pas rare que je finisse par m'y sentir à l'étroit. En particulier quand mon paternel partait toute la journée au ministère où il travaillait. Par le passé, je restais avec joie en compagnie de ma mère, puis lorsqu’elle était partie, j’avais commencé à insupporté les moments passés seul entre les murs de la maison. Je me réfugiais avec joie dans la bibliothèque familiale où je dévorais les livres comme un alcoolique consomme de l’alcool. Je pouvais y passer des heures sans voir le temps passer, mon estomac étant souvent celui qui me ramenait à la réalité en grondant de faim. Cette été, les choses étaient bien différentes. J’avais maintenant la possibilité de transplaner à ma guise. Plus besoin d’être confiné aux murs tristes du manoir Malfoy. J’avais désormais la possibilité de découvrir le monde. Ma curiosité n’étant plus confiné à l’intérieur d’un simple bâtiment dont je connaissais les recoins par cœur.

J’avais passé les vacances à explorer Londres, en particulier le côté moldus. Je ne comprenais toujours rien à leur transport en commun ou leur argent, mais les lettres que j’échangeais régulièrement avec Sloane, qui se faisait un plaisir de répondre à mes questions en tout genre, m’aidait beaucoup. Et puis, à force d’observation, j’avais fini par comprendre beaucoup de choses par moi-même. Déjà les automobiles n’étaient plus vraiment un mystère pour moi puisque j’avais trouvé une bibliothèque moldus où je pouvais lire autant que je le désirais. La section pour enfants était plutôt garnie en livres faciles à comprendre. La base quoi. Une fois que j’avais saisi cette partie, je pouvais m’aventurer dans les livres un peu plus avancés. Il y avait aussi le téléphone et les ordinateurs. Des trucs bien étranges à mes yeux dont je ne comprenais pas tout à fait l’utilité, mais ça ne m’empêchait pas d’en être fasciné.

Ce matin, je m’étais éclipsé juste après le départ de mon père, vers les huit heures trente. J’avais prévu explorer un peu Londres côté moldu, tout près du Chaudron Baveur. Le ciel était plutôt couvert, mais rien de bien grave. La pluie n’avait encore jamais tuée qui que ce soit. Ce ne serait sans doute pas aujourd’hui que ça commencerait. ¬¬¬¬¬¬¬¬De toute manière, il ne pleuvait pas lorsque je sortis du pub sorcier après y avoir pris un petit déjeuner, aux environs de neuf heures, pour déambuler dans les rues aux alentours comme une âme en peine. J’avais peut-être l’air perdu, mais ce n’était pas tout à fait le cas. En fait, j’en profitais pour noter mentalement les habitudes des moldus qui se rendaient au travail par voiture, autobus ou où à la marche. Plusieurs portaient des costumes et trainaient des malettes, un peu comme les sorciers portant des robes et trainant un sac pour aller travailler au Ministère. En fait, il y avait beaucoup de similitude, bien que de nombreux petits détails les fasses différer.
Je me baladais depuis une vingtaine de minutes à peine lorsque la pluie commença à tomber. Doucement au départ, puis plutôt abruptement par la suite. Rapidement trempé jusqu’aux os, je finis par devoir en venir à la conclusion que j’allais devoir m’abriter quelque part. J’entrai dans la première boutique que je croisai, ne retenant pas son nom. La clochette au-dessus de la porte tinta lorsque je la poussai. La chaleur à l’intérieur de la boutique m’enveloppant de son aura agréable. Je secouai mes cheveux, puis tentai de me débarrasser un peu de l’eau accumulé dans les vêtements avant de lever la tête, interpellé par une voix. C’est à ce moment que je remarquai où je me trouvais : une herboristerie. Une jolie herboristerie. Une banderole affichant un joyeux anniversaire à la boutique en anglais et en irlandais. Je finis mon examen visuel en posant les yeux sur la seule personne présente dans la pièce : une jeune femme asiatique, plutôt jolie, qui me souriait chaleureusement.

« Jolie boutique ! C’est à vous ? Vous cultivez toutes ces plantes vous-mêmes ? », demandais-je brûle pour point. J’avais bien d’autres questions en tête, mais me gardai de toutes les balancer d’un coup, ignorant encore à qui j’avais à faire. Et surtout, s’il s’agissait d’une sorcière ou non.

black pumpkin



why so serious
alea jacta est ▬ THINGS ARE NEVER GONNA BE THE SAME NOW. I MEAN, LOOK AT THIS. WE’VE GOT DARK LORD, WE’VE GOT DEATH EATERS GUYS TEARING DOWN SCHOOL PROPERTY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 327
Points : 20
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Ven 23 Déc - 8:01







La cloche tinta, et Liu Xi leva immédiatement les yeux de son carnet, le faisant disparaître dans un tiroir du comptoir. Elle lança un « Bonjour » enjoué et sonore. Lorsqu’un client se présentait, elle se mettait entièrement à son service et ne souhaitait pas avoir l’esprit distrait par ses travaux. Le nouvel arrivant était un jeune homme à l’allure plutôt dégingandé et les cheveux relativement longs et surtout, il était trempé passa la porte. Probablement un lycéen, qu’elle n’avait encore jamais vu dans le quartier.

Immédiatement, il s’adressa à elle, avec ce qu’elle interpréta comme une saine curiosité : « Jolie boutique ! C’est à vous ? Vous cultivez toutes ces plantes vous-mêmes ? ». Il ne semblait pas timide, ses grands yeux se promenant sur le décor de la boutique.

« Je vous remercie ! Effectivement, il s’agit de ma boutique, depuis 10 ans aujourd’hui : Liu Xi [Liuschi] MacDougall pour vous servir ! » … Elle désigna la surface d’un geste ample et élégant de sa main. « D’ailleurs, quiconque passe la porte aujourd’hui a gratuitement le droit à une de mes tisanes magiques pour fêter cela ».

Elle quitta le comptoir pour indiquer un emplacement au jeune homme : « Vous pouvez vous installer près des tables de gauche si vous souhaitez sécher plus vite, la cheminée est allumée de l’autre côté pour faire sécher les plantes.» Compte-tenu de la pluie battante et des questions posées par le jeune homme, elle imaginait qu’il ne comptait de toute façon pas repartir dans la seconde.

On entendit un léger hululement provenir de l’extérieur, probablement un hibou effectuant une livraison. Cendre se redressa et couru à la porte de l’arrière-boutique. Liu Xi était habituée à ce petit manège, le chat défendant farouchement son territoire des volatiles. Les moldus, à part quelques anciens ou passionnés de nature, ne faisaient que rarement attention au bruit de la nature en plein Londres. A moins de croiser une girafe sur un passage piéton, ils ne s’étonnaient de rien. Et les sorciers, eh bien ils avaient également pour la plupart une piste d’atterrissage pour hibou, aussi ce n’était pas un problème. La jeune femme admonesta son compagnon à quatre patte « déjà qu’elle confond le jour et la nuit, ne va pas essayer de croquer cette pauvre bête ». Elle le poussa du bout du pied, et dans un ronchonnement le chat s’allongea contre la porte, battant de la queue.

Elle reporta immédiatement son attention sur le jeune homme et répondit avec un sourire à sa question :

« Quant à la question essentielle de la culture des plantes… J’en cultive une partie moi-même, en pleine terre et sous serre, dans le jardinet derrière la boutique. Mais certaines plantes ne s’acclimatent pas bien au climat britannique, et je préfère les importer. J’ai des producteurs de confiance dont je connais bien les exploitations. Vous recherchiez quelque chose en particulier ?».

Elle avait beau être une sorcière, elle ne pouvait pas faire de miracle, certaines plantes étaient endémiques et ne pouvaient se contenter d’une serre ensorcelée. Il valait mieux les cueillir là où elles s’épanouissent naturellement, qu’elles soient magiques ou non.





Dernière édition par Liu Xi MacDougall le Lun 23 Jan - 13:32, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1003
Points : 10
Crédit : kinjiki (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Perrin S. O'Riordàn & Matrim Sevenoaks-Newton

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Dim 22 Jan - 4:00


Slainte/Happy Birthday

Quand on pense au bonheur d'autrui, on rêve sans le savoir à une forme d'accomplissement de son propre bonheur, ce qui, tout compte fait, rend plus égoïste que si l'on se souciait de son propre bonheur.


La pluie avait commencé à tomber doucement sur ma tête pendant que je me baladais dans Londres moldus m'extasiant toujours autant des découvertes que je pouvais y faire. Il était relativement tôt ce matin, j'avais donc eu de la chance de passer devant une boutique ouverte. Le panneau indiquait « La Sylve ; Herboristerie ». Malgré ce signal qui aurait du sonner des cloches dans ma tête, ce fut une surprise à mon entré de découvrir toutes ces plantes qui poussaient un peu partout sans parlé de la section salon de thé où on avait également quelques bouquins au titre passablement sorcier. Il ne fallait pas mettre le carrosse avant les chevaux ailés, rien ne me disait que cette femme était une sorcière.

Elle me salua chaleureusement, ce à quoi je répondis en exprimant mon admiration pour le commerce. J'en profitai même pour m'acquérir de la manière dont elle produisait ses plantes. Était-elle celle avec le pouce vert qui avait transformé cette petit boutique en un véritable jardin botanique ? Sans doute. C'était une question stupide à poser, même de si bon matin. La jeune femme répondis néanmoins à la moitié de mes bavardages d'un ton enjoué. « Je vous remercie ! Effectivement, il s’agit de ma boutique, depuis 10 ans aujourd’hui : Liu Xi [Liuschi] MacDougall pour vous servir ! » Je la regardai un moment surpris autant par son accent, qui n'avait rien d'anglais, irlandais ou écossais, que par son patronyme. MacDougall, sérieux ? Bah ! Elle pouvait toujours avoir été élevé dans un autre pays. Ce ne serait pas la première. Elle fit un geste de la main pour désigner l'intégrité de la boutique avant d'ajouter : « D’ailleurs, quiconque passe la porte aujourd’hui a gratuitement le droit à une de mes tisanes magiques pour fêter cela ». Des tisanes magiques ? Elle est sérieuse ou ce n'est qu'une expression ? Difficile à dire. Peu importe, je le découvrirais bien assez tôt. « Scorpius Malfoy. Ravie de faire votre connaissance Liu Xi. », me présentais-je, un sourire malicieux étira mes lèvres. Elle reconnaîtrait peut-être le nom de famille. Suffisait de voir la réaction sur son visage. Habituellement, il était facile de voir qui était sorcier dès le moment où je me présentais. Mon nom de famille était assez connu. Il y avait deux types de réaction ; le dégoût et l'indifférence totale. Rare étaient ceux qui portaient une admiration pour ma famille...

« Vous pouvez vous installer près des tables de gauche si vous souhaitez sécher plus vite, la cheminée est allumée de l’autre côté pour faire sécher les plantes. », propose la jeune femme en contournant le comptoir, me désignant une table près du mur. Je ne résiste pas à l'envie de poser d'autres questions. La curiosité l'emporte... « Des plantes vous dites ? Quel genre de plantes ? Vous en ferez quoi une fois qu'elles seront bien sèches ? Ça fonctionne bien une herboristerie dans ce coin de la ville ? Je vous avouerais que je ne connais pas très bien le coin... » Avant même que la belle asiatique aie le temps de répondre à mes questions, un hibou hulule dans la pièce derrière la porte du fond, provocant le chat qui essai de se faufiler par la porte. Ce petit manège m'arrache un léger ricanement. Finalement, je ne m'étais peut-être pas planté. C'était bel et bien une sorcière à qui j'avais à faire. Une sorcière à réprimande le chat de vouloir faire du volatile son repas. Je pensai au petit chaton que j'avais acheté la semaine dernière. Toujours enclin à faire des bêtises. Il s'amusait bien à poursuivre nos elfes de maison, faire sortir la poussière des coins où elle était enfouie depuis des lustres ou arracher les pompoms des rideaux. Mon père s'en plaignait, mais moi, ça me faisait rire. C'était au moins une chose heureuse dans cette maison devenu bien triste depuis le départ de maman.

« Je reprends ma question de plus tôt ; les moldus ne se doutent de rien ? Les hiboux, ils ne viennent jamais de ce côté-ci ? Il y a beaucoup de gens comme nous dans le coin ? », demandais-je d'un ton moqueur, mais également toujours aussi curieux. Je prends place à la table préalablement indiqué par Liu. Elle reporte son attention sur moi alors que son chat est toujours contre le battant, la queue s'agitant dans tous les sens. « Quant à la question essentielle de la culture des plantes… J’en cultive une partie moi-même, en pleine terre et sous serre, dans le jardinet derrière la boutique. Mais certaines plantes ne s’acclimatent pas bien au climat britannique, et je préfère les importer. J’ai des producteurs de confiance dont je connais bien les exploitations. Vous recherchiez quelque chose en particulier ? ». , répondit-elle finalement à mes questions initiales. Retirant ma veste et la posant sur le dossier de la chaise afin de profiter amplement de la chaleur qui diffusait au travers du mur, je réponds en même temps à la sorcière. « Je ne cherchais rien en particulier, si ce n'est que comprendre ce monde qui s'étend à l'extérieur de votre boutique et qui m'est totalement inconnu. Je l'aime bien, mais j'en connais si peu. J'ai parfois l'impression d'avoir grandit dans une prison de verre avec un cuillère en argent dans la bouche. Je suis heureux d'être entré ici. C'est chaleureux, et je me sens moins perdu que là dehors. » Je termine ma phrase avec plein de sous-entendu, puis j'enchaîne sur ce qui m'intéresse réellement : ses plantes. « Alors comme ça vous en cultivez certaines vous même et en importez d'autre. Quel type de plante importez-vous ? Et pourquoi ne pouvez-vous pas les cultivez vous-même comme nous le faisons en classe ? Sont-elles trop délicates pour notre climat, même en usant de petits tours de passe-passe ? Je dois dire que je ne suis pas très doué pour cultiver les plantes, je n'ai pas le pouce vert comme ma mère. Le mien est aussi meurtrier pour ces dernières que le souffle d'un dragon. Par contre, je m'intéresse bien à la théorie. En particulier lorsqu'il s'agit de leurs propriétés et leurs utilisations. » Ça y était. La boîte à parole était en route !

black pumpkin



why so serious
alea jacta est ▬ THINGS ARE NEVER GONNA BE THE SAME NOW. I MEAN, LOOK AT THIS. WE’VE GOT DARK LORD, WE’VE GOT DEATH EATERS GUYS TEARING DOWN SCHOOL PROPERTY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 327
Points : 20
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Lun 23 Jan - 18:19






Le jeune homme était particulièrement bavard et curieux, ce qui fit sourire Liu Xi…Il se présenta à son tour, et avec un nom pareil, ça ne faisait aucun doute, si les moldus faisaient preuves d’originalité dans l’orthographe des prénoms, Scorpius était tout de même symptomatique de parents sorciers… quant au patronyme, il ne laissait aucun doute quand aux origines du nouveau venu. Elle aimait bien quand il n’y avait pas d’ambigüités.

« Un Malfoy donc… ce qui explique votre intérêt pour la botanique. On ne peut pas dire que les adolescents moldus s’intéressent beaucoup aux plantes. Quoi que je suis un peu mauvaise langue, ils entrent régulièrement pour me demander « et du canabiiiis madame vous en avez ? ». Elle ponctua cette question d’un gloussement gras parfaitement imité. Puis repris, « Je suis également enchantée de vous rencontrer ».

Après avoir réglé le désaccord félin-hibou. La jeune femme s’installa derrière le comptoir et mis une bouilloire électrique à chauffer. Ceci dit, Scorpius n’avait pas l’air gêné par le tintamarre du chat, mais plutôt amusé.

« Veuillez excuser cette interruption féline ! Je sèche les plantes qui sont à récolter en juin ou début juillet, il a fait humide ses derniers temps, alors j’accélère un peu le séchage avec la cheminée. Ce matin, c’est de l’arnica et de l’absinthe. J’en garde une partie sur pied dans le jardin pour les remèdes qu’on viendrait à me demander tant que les plantes ont encore leur potentiel et sont encore fleuries, et l’autre partie est séchée pour servir toute l’année, en dehors des périodes de floraison. ».

Quelle tisane allait-elle proposée au jeune homme ? Il était très avenant, très à l’aise, il n’arrêtait pas une seconde, mais sans être dispersé car malgré le remue-ménage, il n’avait pas perdu le fil de ses questions.

« Cela fonctionne bien oui et puis être ici me permet de soigner tout le monde, sorcier ou pas. Cela revient moins cher qu’un traitement « chimique » si l’on peut dire et si certaines communautés ont toujours préféré la médecine traditionnelle, celle-ci devient de plus en plus tendance pour tout le monde. C’est un quartier assez populaire ici, pas l’endroit le plus touristique de Londres, mais agréable.»

Une fois confortablement insallé, du moins elle l’espérait, il s’interrogea sur les éventuels soupçons des moldus. Elle aussi c’était beaucoup inquiétée au départ, mais finalement ils ne prêtaient pas attention aux choses auxquelles ils ne croyaient pas. La magie ce n’était que dans les livres, personne n’est plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

« Les moldus ne se doutent de rien… au pire, ils me pour une cinglée, pas méchante, mais anachronique. Il arrive parfois que les personnes âgées s’étonnent de la présence d’un hibou en plein jour : je leur explique que j’ai recueilli le hibou de l’herboristerie 2 ans après mon installation. Enfin recueilli, il s’est posé là avec son aile amochée, je l’ai soigné et il est resté. De temps en temps, il reçoit la visite d’autres hiboux. Et avec le réchauffement climatique, y’a plus de saison. En général, ça leur suffit. Les autres font très peu attention à ce genre de choses en ville. Quant à savoir combien de sorcier vivent de ce côté de Londres, je ne tiens pas de statistiques mais il y en a ! C’est beaucoup plus pratique pour les familles mixtes sorcier/moldu. »

Scorpius entra dans des détails plus personnels quand Liu Xi lui demanda ce dont il avait besoin. Apparemment, sa recherche de réponses et de sens s’étendaient bien plus loin qu’à la porte de l’herboristerie. Et malgré son aisance apparente, il se sentait étranger au monde moldu. N’avait-il pas eu l’occasion d’arpenter le monde avant cela ? Sa famille souhaitait-elle le protéger un peu trop? Liu Xi elle-même s’était sentie perdue la première fois sur le chemin de traverse. Elle était heureuse d’entendre que sa boutique était accueillante…

Elle savait maintenant quel genre de boisson lui proposer ! Elle choisit une grosse fleur d’Ylang Ylang séché dans les tiroirs et attrapa de quoi râper une racine de gingembre. Il lui fallait également de l’ahibero. S’il était sage, elle lui révèlerait peut-être les propriétés du breuvage.


« Si je peux me permettre, pour un sorcier perdu en terre inconnu, vous maîtrisez suffisamment la mode londonienne pour vous fondre dans le paysage. Mais je comprends votre sentiment...la première fois que j’ai mis les pieds dans une zone entièrement sorcière, je manquais un peu de points de repères ! »
«Que de questions ! Je vais essayer d’éviter le cours magistral, mais je ne promets rien ! »
dit-elle en plaisantant, un sourire aux lèvres.

« On peut utiliser des « petits tours de passe-passe », notamment pour faire tenir une belle pépinière dans une mini-serre dans un jardin citadin… Mais même avec la magie, il est difficile de faire cohabiter une plante des steppes à côté d’une plante tropicale, elles ont des besoins très différents en termes de chaleur, d’humidité, de qualité de terre et de voisinage. De plus, toutes les plantes ne s’entendent pas, pour ainsi dire.
Les plantes endémiques quant à elle, on peut toujours essayer de reproduire les particularités de leur habitat, j’ai déjà essayé, après avoir analysé précisément la composition du sol, de l’humidité de l’air, de la faune locale et cætera. Je peux reproduire au plus proche avec de la magie ou des compléments botanique leurs conditions de développement, elles pousseront, mais leur efficacité sera moindre comparé à une plante prélevée dans son biotope original.»



La jeune femme s’arrêta là et se dirigea vers la porte de l’arrière-boutique, elle la laissa entre-ouverte « juste un instant, s’il vous plait. » Elle ne voyait pas d’inconvénients à bavarder avec le nouveau venu, mais elle ne s’arrêtait pas de travailler pour autant!
Le chat se faufila entre ses jambes, mais le hibou n’était plus à entendre, et il était plus intéressant de suivre Liu Xi dans le jardin. Elle s’approcha du buisson d’ahibero, de la citronnelle de Madagascar, pour couper l’une de ses longues feuilles. Elle nettoya rapidement les efficacement sa récolte et retourna dans la pièce principale.

« En revanche, la magie est bien utile pour prévenir les maladies des plantes, pour favoriser leur croissance, et leur multiplication. » Elle n’utilisait que très peu sa baguette d’ailleurs pour soigner les plantes, comme si sa magie passait mieux directement de sa main à la terre.
Elle éminça délicatement avec un couteau très fin la citronelle de madagascar, puis réduit en poudre l’Ylang Ylang séchée avant de les déposer dans un infuseur. Elle râpa un peu de gingembre par-dessus, mis l’infuseur dans un gros mug et versa de l’eau bouillante dessus.

« Il est également possible que le professeur de Monfort soit plus talentueuse que moi pour créer des biotopes magiques… ou qu’elle y mette plus de volonté ! J’apprécie laisser la nature suivre son cours tant que possible ».
C’était probablement l’explication la plus réaliste, elle excellait depuis toujours avec les plantes, c’était plus une question de méthode et d’envie. Ses fournisseurs étaient tous passionnés comme elle, ils connaissaient chaque millimètres de leur terrain, toutes les propriétés du moindre buisson environnant, la vraie magie résidait là, dans cette harmonie. Elle aimait échanger avec eux, leur rendre visite et visiter les exploitations, faire son choix sur place et revenir les bras chargés de plantes merveilleuses.

« J’accepte de ne pas cultiver tout ce qui me fait envie pour préserver l’équilibre de mon jardin… d’ailleurs, personne n’est réellement un dragon pour les plantes, je pense que c’est juste une question d’harmonie… Il faut commencer par des plantes robustes qui s’accommodent bien des jardiniers débutants. ».

Liu Xi s’arrêta de parler un instant. Elle aussi était très bavarde quand il s’agissait de plantes… Elle retira l’infuseur de la tasse et la déposa devant le jeune homme. Le chat la suivit, humant l’air parfumé s’évaporant de la tasse. Il s’assit à sur la chaise en fasse du nouveau venu pour l’observer. « Curiosity killed the cat ».
« Je vous laisse goûter, et puisque vous vous intéressez aux plantes, me dire qu’elle est la recette ? » lança-t-elle avec un sourire, et une pointe de défi dans la voix.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1003
Points : 10
Crédit : kinjiki (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Perrin S. O'Riordàn & Matrim Sevenoaks-Newton

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Sam 11 Mar - 21:59

Slainte / Happy birthday
Liu Xi & Scorpius
Quand on pense au bonheur d'autrui, on rêve sans le savoir à une forme d'accomplissement de son propre bonheur, ce qui, tout compte fait, rend plus égoïste que si l'on se souciait de son propre bonheur.

Je ne m'aurais sans doute jamais aventuré dans cette herboristerie si ce n'avait pas été de la pluie battante qui s'abattait sur Londres aujourd'hui. Je doute même avoir pu l'apercevoir sans ces conditions. Pourtant, l'endroit était bien agréable tout comme la personne qui tenait la boutique. Une jeune femme, assez jolie doit-on admettre, qui me semblait, même si nous n'avions échangés que quelques paroles, franchement très agréable. Une professionnelle, à ne pas en douter, avec bien des connaissances derrières la cravate. Je me tardais de découvrir ce qu'elle pourrait m'apprendre. Déjà, les présentations en disait long sur nous deux. J'avais pris soin de prononcer mon nom de famille, question de voir si elle reconnaitrait les origines. Mon petit doigt me disait que j'avais à faire à une sorcière. J'en eu assez rapidement la confirmation... « Un Malfoy donc… ce qui explique votre intérêt pour la botanique. On ne peut pas dire que les adolescents moldus s’intéressent beaucoup aux plantes. Quoi que je suis un peu mauvaise langue, ils entrent régulièrement pour me demander « et du canabiiiis madame vous en avez ? » Elle ponctua sa réponse d'un rire gras typique des adolescents particulièrement condescendants qu'il m'était arrivé de croiser. Je fronçai les sourcils, incertain de comment encaisser l'information. Déjà, je ne savais pas vraiment ce qu'était du canabis, mais je ne me sentais pas de lui poser la question. Autant garder celle-ci pour Sloane qui se faisait toujours un plaisir de m'expliquer les choses issues du monde moldu. Je me concentrai donc sur autre chose. « Ils ne savent juste pas ce qu'ils manquent en n'accordant pas d'attention à la botanique. Nos deux mondes sont bien différents les unes des autres, les besoins ne sont pas les mêmes. Sans doute que s'ils savaient ce que nous ignorons et qui est si courant pour eux, ils pourraient se faire le même type de réflexion à notre égard, nous, adolescents sorciers. » Je lui offris un petit sourire question de lui faire comprendre que tout ça, ce n'était qu'une question de point de vue et rien d'autre. De plus, j'aurais très bien pu ne pas être intéressé par la botanique. Ce n'est pas parce que nous étions sorciers qu'elle nous passionnait forcément. Je n'eu pas le temps de pousser la conversation plus loin que nous fîmes interrompus par une altercation entre son chat et un hibou. Ça me fit sourire me rappelant mon propre petit chat. Liu Xi régla le soucis, puis s'excusa pour la dérangement tout en reprenant notre conversation. Ou plutôt, en répondant à toutes mes questions parce que, sincèrement, j'étais très intéressé par sa manière de fonctionner et bien plus encore. Ses réponses étaient passionnantes. Elle expliquait tout avec une aisance et une passion dévorante pour son métier. Si bien que je me perdis facilement à l'écouter bavarder avec un grand intérêt. Bien assis à ma table, je posai la tête au creux de ma main, la regarder travailler derrière son comptoir tout en assimilant l'information dont elle me gratifiait. On en vint à parler de ma présence ici. Ma réponse était assez claire ; je ne faisais que passer dans le coin, cherchant à comprendre le monde moldu qui m'avait toujours été inaccessible avant cet été. Sa réponse me fit sourire, et vint gonfler mon orgueil de fierté. « Si je peux me permettre, pour un sorcier perdu en terre inconnu, vous maîtrisez suffisamment la mode londonienne pour vous fondre dans le paysage. Mais je comprends votre sentiment...la première fois que j’ai mis les pieds dans une zone entièrement sorcière, je manquais un peu de points de repères ! » Je laissai glisser mon regard à mes pieds où j'avais troqué mes habituelles bottes en cuire de dragon pour une paire de baskets bien banales. J'avais aussi enfilé un jeans, ce que je ne portais jamais d'ordinaire. Ça me faisait drôle d'être vêtu ainsi. J'avais l'impression d'avoir passé un costume comme un agent secret ; incognito. Cette réflexion me vola un nouveau sourire. Je reposai les yeux sur Liu Xi tout en pensant à tous les efforts qu'avaient fait Sloane pour m'expliquer comment les moldus se vêtaient à notre âge. Je lui avais posé la question par lettre après l'une de mes premières excursions dans le monde moldus. Ma robe de sorcier avait quelque peu attiré l'attention. Je m'étais donc appliqué à me vêtir comme Peter Parker dans le comic qu'elle me refilait question de ne plus être le centre de l'attention lors de mes explorations. Visiblement, c'était une réussite. « Ça fait plaisir à entendre. J'ai un peu l'impression de porter un déguisement en ce moment. Ce jeans... Ce n'est vraiment pas confortable ! Je préfère les pantalons tout classique et les robes de sorcier ! Par contre, les converses, j'aime bien ! Presque aussi confortable que mes bottes habituelles. » Je rigolai doucement avant de reprendre : « Je vous comprends totalement ! Sans l'aide de mon amie qui est d'origine moldue et des cours que j'ai pris à Poudlard, je serais sans doute totalement paumé ! Déjà que je ne comprends pas trop ces quoi ces petits machins que tout le monde regarde avec tant de fascination. Les trucs métalliques visiblement d'origine électofique qui accapare tant leur attention dès qu'ils émettent un petit son. Vous voyez de quoi je parle ? Et ces lumières pour traverser les rues. C'est dingue ! Par contre, je ne suis pas certain d'aimer les voitures. C'est dangereux ces trucs ! J'ai faillit me faire renverser par l'une d'elles plus d'une fois ! » Mon inexpérience me faisant rire. L'inconnu que représentait le monde extérieur pour moi était saisissant. Tout était nouveau ou n'avait été que sur papier. J'avais parfois l'impression d'être dans un autre univers. Ça me plaisait bien comme voyage !

« Que de questions ! Je vais essayer d’éviter le cours magistral, mais je ne promets rien ! », dit l'herboriste dans un sourire amusée. Sa bonne humeur était contagieuse, si bien que je me mis à sourire également tout en l'écoutant m'expliquer comment elle fonctionnait pour faire pousser ses plantes et tout. C'était fascinant tout ce que je pouvais apprendre dans cette boutique alors qu'en entrant ici je ne cherchais qu'un abris pour me garder de la pluie. Elle s'excusa en plein milieu de ses explications, et accessoirement son travail, et s'éclipsa en arrière boutique. Curieux, je me penchai en avant tentant d'apercevoir où elle était partie. L'envie de la suivre pour voir était bien tentante, mais en jeune homme bien élevé, je réprimai cette curiosité restant bien assis à ma place. Elle finit par revenir, recommençant à parler comme si elle ne s'était jamais arrêté. « En revanche, la magie est bien utile pour prévenir les maladies des plantes, pour favoriser leur croissance, et leur multiplication. » Elle attrapa un couteau et se mis à émincer la plante qu'elle venait de résupérer dans l'arrière boutique. Tout en l'observant attentivement, je lui demandai : « Vous voulez dire que vous faites pratiquement tout à la main ? Comme si vous n'étiez pas sorcière ? » En cours de botanique, on agissait ainsi jusqu'à ce qu'on soit plus doué en magie pour effectuer quelques petites tâches d'un coup de baguette. J'avais toujours cru que les sorciers travaillant dans l'herboristerie utilisaient plus de magie de celà. J'avais sans doute fait des présomptions par rapport à la manière qu'avait eu ma mère de travailler dans sa petite serre. Elle le faisait pour se détendre, mais je voyais bien chaque fois que je l'y rejoignais avec un bouquin à la main pour passer l'après-midi avec elle qu'elle y mettait beaucoup de passion. Je suppose qu'elle avait su remplacer des gestes trop difficiles à effectuer par rapport à sa condition par des coups de baguette magique. Je ne m'étais pas attardé sur ce détail avant aujourd'hui.

« J’accepte de ne pas cultiver tout ce qui me fait envie pour préserver l’équilibre de mon jardin… d’ailleurs, personne n’est réellement un dragon pour les plantes, je pense que c’est juste une question d’harmonie… Il faut commencer par des plantes robustes qui s’accommodent bien des jardiniers débutants. » Je fronçai les sourcils en proie d'une réflexion intense. Vraiment ? Je doutais être capable de faire pousser un truc par moi-même. Sans doute que je tuerais la plante ou bien elle s'écraserait au sol parce que j'aurai fait tomber son pot, mais ça donnait presque envie d'essayer à écouter Liu Xi parler de botanique avec autant de passion. Je pourrais m'essayer. L'été n'était pas terminé, et la serre de maman était toujours sur la propriété. Déserte depuis des années, mais toujours à ma disposition si le coeur m'en donnait l'envie. Avais-je vraiment le goût de passer du temps dans l'entre de ma mère ? L'idée d'y être sans elle était un peu douloureuse à dire vrai, mais pas désagréable. Liu Xi s'approcha de moi, posant une tasse fumante sur la table juste devant mes bras croisés. Une odeur floral et très agréable s'y échappa venant caresser mes narines. « Je vous laisse goûter, et puisque vous vous intéressez aux plantes, me dire qu’elle est la recette ? » , lança-t-elle avec une pointe de défi dans la voix. Ma fierté piquée au vif de même que mon esprrit de compétition, j'humai l'odeur qui montant de la tasse. Déjà là, j'avais une vague idée de ce qu'elle y avait mis juste à l'odeur. Je pris quand même une gorgée avant de remettre mon verdict. « Il y a de l'Ylang-Ylang certain ! Juste l'odeur est très présente. Ensuite un truc comme de la citronnelle, mais je ne saurais pas en dire plus ! » Je lui souris timidement, un pas mal à l'aise de ma piètre performance. Je pris une autre gorgée pour cacher ma gêne avant de lui demande ce qui me titillait depuis un moment : « Il y a quoi dans votre arrière boutique ? C'est dans votre serre que vous êtes allé chercher la plante tout à l'heure ? Vous accepteriez de me montrer ? Et... euh.... Quel genre de plante est-il facile de cultiver ? »
Made by Neon Demon


why so serious
alea jacta est ▬ THINGS ARE NEVER GONNA BE THE SAME NOW. I MEAN, LOOK AT THIS. WE’VE GOT DARK LORD, WE’VE GOT DEATH EATERS GUYS TEARING DOWN SCHOOL PROPERTY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 327
Points : 20
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Mer 15 Mar - 20:07





« dialogue »


Liu Xi sourit en entendant la réponse de Scorpius, elle aimait les gens capables de faire preuve d’une réflexion nuancée, et il était vrai que l’adolescence d’un moldu et d’un sorcier différait en bien des points. « Les moldus, il y a quelques siècles partageaient sûrement bien plus avec les sorciers, mais il est vrai qu’aujourd’hui, particulièrement en occident, il y a un gouffre entre les pratiques des deux groupes ! » . En effet, pour la jeune femme, les sorciers se complaisaient dans une espèce de tradition surannée, refusant toute modernité par conservatisme. Elle choisissait le meilleur des deux sociétés, elle choisissait de se tenir sur la ligne entre les deux mondes, comme incapable de vraiment faire un choix. Elle s’imaginait parfois vivre dans une région du monde où les moldus considèrent avec un respect mêlé de crainte les mages et autres sorciers, où les deux sociétés se mêlent…et s’allient contre les étrangers au groupe, à la tribu. Ce n’était pas vraiment envisageable. Et elle se plaisait à Londres.

Lorsqu’elle lui parla de sa tenue, l’adolescent se redressa, gonflant ses plumes fièrement. Apparemment, cela lui demandait quelques efforts de s’habiller à la mode d’ici. « Oh, je crois que je ne pourrais pas me passer des jeans… Mais je comprends cette sensation d’être déguisé… J’ai bien quelques robes de sorcières mais honnêtement, je ne trouve pas ça naturel sur moi, les formes ont l’air de dater d’un autre temps et tout se ressemble à mes yeux. Sûrement, parce que je n’ai jamais eu envie de réellement faire du shopping de vêtements sorciers. J’aime trop la mode d’ici ! » . Un petit truc métallique qui émet du son ? « Un téléphone portable peut-être ? » dit-elle en lui tendant le sien. « Ça sert à recevoir et à envoyer des messages, des photos, à téléphoner… Comme un hibou, en plus rapide et discret. Si ça peut vous rassurer, les voitures sont aussi dangereuses pour les moldus, tout dépend du conducteur ! Personnellement, je suis plus dangereuse sur un balai » dit-elle en plaisantant.

Scorpius n’avait pas bougé pendant ses allers-retours, observant la boutique et ses faits et gestes avec intérêt. Il semblait sincèrement étonné qu’elle n’utilise pas plus la magie. Pourtant, c’était tout de même plus sûr de ne pas frimer avec une baguette en plein Londres moldus… et elle aimait le contact avec les plantes. « Je fais beaucoup de choses par moi-même. J’aime le contact avec les plantes, c’est un plaisir de travailler la terre, je n’ai pas envie que tout soit automatique… Je garde la baguette pour les choses impossibles pour mes mains ! Et ça m’évite aussi d’être suspecte aux yeux des patients non-sorciers. » . A bien y réfléchir, Liu Xi vivait comme une moldue par bien des aspects, elle ne se sentait pas désarmée sans baguette, ni même incomplète, c’était un outil dont elle se servait quand elle en avait besoin ou envie, mais qui n’était pas indispensable à son équilibre et à son quotidien. Elle avait appris à se débrouiller avec peu dans son enfance. Elle n’avait pas besoin de grand-chose de manière générale : aussi appréciait-elle d’autant plus tous les petits luxes qu’elle s’offrait…et l’aide de la magie quand s’était nécessaire.

Scorpius se prêta au jeu de devinette, au grand plaisir de Liu Xi. Elle passait vraiment un très bon moment en compagnie de ce jeune homme. Il était passionné, pertinent… Elle aimait les gens curieux qui osaient poser des questions. Elle était agréablement surprise par ses connaissances, mais elle décida de le laisser attendre un peu avant de lui donner la réponse. Elle préférait commencer par lui donner envie de faire pousser ses propres végétaux.

« Je dirais que pour un débutant, une plante grasse c’est très bien. Ça demande peu de soins et c’est résistant. » Elle attrapa un des pots qui trônait dans la pièce. « Ça c’est un schlumbergera, elle a besoin de beaucoup de lumière mais il ne faut pas la mettre directement derrière une vitre. Le mieux c’est de commencer par prendre soin d’une plante déjà mature, plutôt que de semer, ça vous laisserait le temps de déterminer ses besoins.» . Elle coupa délicatement l’une des extrémités. Elle attrapa un petit godet en plastiques et mis un fond d’eau tiède dans lequel elle laissa tremper la plante. Elle tendit le récipient au jeune homme. « Lorsque vous verrez pousser des petites racines blanches, vous pouvez la retirer de l’eau et la planter dans de la terre. 5 cl d’eau par semaine pour la nourrir et c’est tout. C’est une battante, vous devriez vous en sortir ! » Dit-elle d’un air entendu et bienveillant.

Puis elle se décida enfin à distribuer les bons points : « C’est un sans faute : il y a bien de l’Ylang-Ylang et de la citronnelle de Madagascar. Il vous manque juste le gingembre râpé, mais c’est une belle performance. Vous gagnez une visite gratuite ! ». Elle fit une petite révérence, et intima au jeune homme de la suivre, posa un petit écriteau « sonnez, je suis dans le jardin » sur le comptoir et poussa la porte de l’arrière-boutique.


« A votre gauche, le fumoir et sa cheminée, à droite, un banal point d’eau pour nettoyer les plantes avant de mettre de la terre partout. Dans le meuble en face, il y a encore quelques plantes rares » et / ou dangereuse qu’elle préférait ne pas laisser à la vue de tous. « Vous avez un petit bout de ma bibliothèque, ça m’évite d’avoir à monter à l’étage pour réassortir les livres qui traînent sur les fenêtres. » Elle s’arrêta quelques instants pour laisser le temps au jeune homme de regarder et d’éventuellement poser une de ses nombreuses questions.

Puis elle se dirigea vers la porte « A votre gauche, l’escalier vers mes appartements, mais cela ne fait pas partie de la visite » dit-elle en plaisantant, puis elle sortit dans le jardin. Elle désigna des pots à sa gauche : « Je n’ai pas pris la citronnelle dans la serre, c’est ce petit buisson dans un pot, elle n’aime pas trop l’humidité, ça facilite le drainage. En face, vous avez les simples, mes plantes officinales. Je pense que vous les reconnaîtrez facilement : sauge, anis, basilic, lavande…» . A droite, il y avait de nombreuses fleurs d’été : Agapanthes, Hibiscus, Géraniums, Œillets d’Inde... Elle avait disposé le long de l'allée centrale une arche de roses qui menait tout droit vers la serre. Elle entraîna Scorpius à sa suite et lui ouvrit la porte de la serre. « Si vous Vous y trouverez entre autre de la passiflore, du jasmin, un goyavier, de l’hibiscus, de la mandragore et des palmiers dont un Mimbulus Mimbletonia.» . Elle lui lança un sourire d’encouragement, et attendit qu’il profite de la visite.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1003
Points : 10
Crédit : kinjiki (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Perrin S. O'Riordàn & Matrim Sevenoaks-Newton

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Lun 3 Avr - 0:03

Slainte / Happy birthday
Liu Xi & Scorpius
Quand on pense au bonheur d'autrui, on rêve sans le savoir à une forme d'accomplissement de son propre bonheur, ce qui, tout compte fait, rend plus égoïste que si l'on se souciait de son propre bonheur.

« Les moldus, il y a quelques siècles partageaient sûrement bien plus avec les sorciers, mais il est vrai qu’aujourd’hui, particulièrement en occident, il y a un gouffre entre les pratiques des deux groupes ! »  , dit la jeune femme sur le ton de la conversation. Notre sujet tournait autour du monde moldu versus celui des sorciers. Du fait que j'avais l'impression qu'il s'agissait de deux univers complètement différents et que j'enviais un peu ceux qui avaient eu la chance d'être élevé à cheval entre les deux réalités. Il y avait véritablement un gouffre entre les deux groupes. Liu Xi prétendait que c'était un fait accentuer en occident. Je ne connaissais pas grand chose de l'orient, mais j'avais conscience qu'il y avait des endroits dans le monde où la séparation était encore plus prononcée. « J'ai lu quelque part que les sorciers en Amérique n'ont pas de droit de se marier avec des moldus. Il y a une lois l'interdisant. Ils croient que les familles de deux origines sont un risque pour le secret magique. Pour eux, tomber amoureux d'un moldu est donc un crime. Heureusement que ce n'est pas la même chose au Royaume-Uni. Ce serait bien triste. Je me demande comment c'est en Asie. Tu y es déjà allée? Tu sais comment sont les relations moldus/sorciers dans ce coin du monde? J'ose espéré qu'elles sont mieux qu'ici. En Afrique, je sais que ce n'est malheureusement pas le cas. Ils ont peur de la différence, donc condamne les gens qui sortent de l'ordinaire. » Ça me rappelait un truc que j'avais lu dans la rubrique internationale de la Gazette du sorcier il y a quelques semaines. Ça racontait que dans une zone éloignée de l'Afrique, des sorciers avaient dut s'enfuir parce qu'une chasse aux sorcières avaient été lancée après qu'un puits asséché ce soit remis à donner de l'eau et que des gens soient tombés malades parce qu'elle était contaminé par un colliforme. Une histoire horrible qui avait conduit les pauvres sorciers à quitter leur maison afin d'assurer leur survie.

« Oh, je crois que je ne pourrais pas me passer des jeans… Mais je comprends cette sensation d’être déguisé… J’ai bien quelques robes de sorcières mais honnêtement, je ne trouve pas ça naturel sur moi, les formes ont l’air de dater d’un autre temps et tout se ressemble à mes yeux. Sûrement, parce que je n’ai jamais eu envie de réellement faire du shopping de vêtements sorciers. J’aime trop la mode d’ici ! » Sa réponse me fit sourire. Si elle se sentait déguisée dans des robes sorcières, c'était la même chose pour moi dans ce type de pantalon tout raide qu'on appelait Jeans. Et puis, j'avais trop l'impression d'être couvert de boue séchée dans ce vêtement depuis qu'il avait été trempé par la pluie. Non, sérieusement, les jeans c'étaient pas fait pour moi. Je préférais largement mes bons vieux pantalons qui étaient largement plus confortables. Il était néanmoins plutôt amusant de se camoufler dans la population moldue! C'était une pratique qui me plaisait d'essayer de passer incognito. Ce n'était pas gagné de ne pas se faire remarqué puisque je sursautais chaque fois que leur truc métallique émettait des sons. À la mention de ces objets, l'herboriste m'en tendit un tout en se mettant à parler : « Un téléphone portable peut-être ? Ça sert à recevoir et à envoyer des messages, des photos, à téléphoner… Comme un hibou, en plus rapide et discret. » Je retournais l'objet entre mes doigts, complètement fasciné. Je n'écoutais Liu Xi plus qu'à moitié pendant qu'elle parlait de voiture et de balais. Mon attention était complètement accaparée par cet objet étrange entre mes doigts. Il émit d'ailleurs un ding sonore qui me fit sursauter et je passai tout près de le faire tomber. Avant de causer un accident, je lui rendis son téléphone.

Nous continuâmes à parler botanique. Elle me raconta comment elle fonctionnait dans son commerce, pourquoi elle préférait utiliser ses mains plutôt qu'une baguette magique. Je me prêtai au jeu de devinette pour le thé qu'elle m'avait préparé. Au lieu de me dire si j'avais raison ou pas, elle se leva, attrapa un pot dans la pièce et y glissa une petite branche. « Je dirais que pour un débutant, une plante grasse c’est très bien. Ça demande peu de soins et c’est résistant. Ça c’est un schlumbergera, elle a besoin de beaucoup de lumière mais il ne faut pas la mettre directement derrière une vitre. Le mieux c’est de commencer par prendre soin d’une plante déjà mature, plutôt que de semer, ça vous laisserait le temps de déterminer ses besoins. Lorsque vous verrez pousser des petites racines blanches, vous pouvez la retirer de l’eau et la planter dans de la terre. 5 cl d’eau par semaine pour la nourrir et c’est tout. C’est une battante, vous devriez vous en sortir ! » Je pris le pot qu'elle me tendait, observant attentivement la petite branche. « J'essaierai, mais je ne vous garanti rien. Je ne suis pas particulièrement doué pour faire pousser les plantes. Sans doute trop maladroit ! J'ai le même problème pour la fabrication de potions. Espérons que cette fois, je réussisse un peu. Attendez-vous à recevoir quelques hiboux de ma part, j'aura sans doute des questions. En même temps, j'ai toujours des questions... » Je n'en étais pas à mon premier essai de botanique. Les plantes ne m'aimaient pas. J'avais tendance à les tuer plus souvent qu'autrement. Ce n'était pas volontaire. Peut-être étais-je trop discret pour le domaine ? J'avais tout de même envie d'essayer, voir ce que ça donnerait. Avec un peu de chance, celle-là, elle survivrait !

« C’est un sans faute : il y a bien de l’Ylang-Ylang et de la citronnelle de Madagascar. Il vous manque juste le gingembre râpé, mais c’est une belle performance. Vous gagnez une visite gratuite ! », finit-elle par dire, ce qui me fit sourire de fierté. J'adorais avoir la bonne réponse, et savoir qu'une professionnelle en botanique trouvait mes connaissances impressionnantes me fit grandement plaisir. Elle se leva, posa un écriteau sur le comptoir, et m'intima de la suivre dans l'arrière boutique. Tout excité, je la talonnai dans la visite de ses plantations. Elle me désigna tout un tas de plantes et je dus faire de considérable efforts pour ne pas l'interrompre afin de lui poser plein de question ou de toucher à tout. Son jardin était impressionnant, tout comme sa serre. Elle m'y désigna un rang où il y avait du jasmin. J'adorais l'odeur de cette plante. L'une de mes préférés sans aucun doute. J'y passai un main tout en parlant question d'en faire monter la fragrance que je humai avec un certain plaisir. « C'est vraiment impressionnant tout ça ! J'aimerais bien avoir votre talent, pouvoir faire pousser toutes ces plantes. Vous ne cherchez pas quelqu'un pour vous aider par hasard ? », demandais-je particulièrement intéressé à la perspective de revenir ici plus souvent. J'aimais bien sa boutique, elle était apaisante et tranquille, mais ce n'était rien comparé à son jardin et sa serre qui me faisaient l'effet d'un calmant. Liu Xi était vraiment sympa ! Je pourrais venir travailler avec elle seulement pour le plaisir de m'abreuver de ses connaissances au quotidien. Curieux, je m'approchai de son Mimbulus Mimbletonia l'observant attentivement. « Cette plante est sensée être très rare. Elle a dut vous coûté une petite forturne. Je suis désolé de vous dire ça, mais elle est pas particulièrement jolie ! Vous pouvez faire quoi avec ce spécimen ? Quelles sont ses propriétés ? À moins que ce ne soit qu'une plante décorative... » Je ne m'y connaissais pas trop en plante exotique, mais celle-là était affreuse. On aurait dit que quelqu'un lui avait refilé une potion donnant des furoncles.
Made by Neon Demon


why so serious
alea jacta est ▬ THINGS ARE NEVER GONNA BE THE SAME NOW. I MEAN, LOOK AT THIS. WE’VE GOT DARK LORD, WE’VE GOT DEATH EATERS GUYS TEARING DOWN SCHOOL PROPERTY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 327
Points : 20
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Mar 4 Avr - 19:54





Scorpius avait l’air de penser qu’on était mieux lotis ici qu’aux Etats-Unis ou en Afrique… Pourtant son expérience de ces pays était très différente de ce qu’il racontait. Mais elle comprenait d’où venait ces réflexions, elle aurait dû s’exprimer autrement. « En fait, je dirais que plus qu’une opposition orient/occident, il s’agit d’une exclusion entre monde moderne, et sociétés traditionnelles. En Louisiane, la sorcellerie fait partie du quotidien des moldus, cela fait partie des racines culturelles de la région, on se méfie des sorciers, mais on les consulte toute de même. En Afrique, en Asie, en Russie, il y a des communautés mixtes, avec des chamanes qui officient dans des villages de moldu, sans que ça ne gêne personne. Ils sont respectés, et un peu craints certes… Il y a encore des endroits du monde, où l’on accepte que deux mondes se côtoient, où l’on n’a pas cherché à tout prix à cacher les pouvoirs sorciers. Tout n’est pas noir ou blanc… la cohabitation et la chasse aux sorcières existent parfois dans le même pays. J’ai vécu dans les deux types d’endroits. Si les gens étaient moins stupides et poltrons, la vie serait plus simple pour nous tous. Je ne pense pas que croire en la science et utiliser un téléphone portable soit incompatible avec le fait d’accepter que la magie existe. Mais j’imagine que c’est plus facile de penser ainsi quand on n’a pas vraiment eu le choix » dit-elle en plaisant. Après tout, les nés-moldus étaient bien forcés d’accepter la situation. Et elle trouvait des avantages et des inconvénients aux deux mondes.

Les téléphones par exemple, étaient bien plus pratiques que les hiboux, Scorpius observait avec un grand intérêt l’objet…Qui trouva opportun de sonner. Elle sourit devant la surprise du jeune homme. Elle trouvait cela tellement idiot de se priver de ce genre de commodités… Elle récupéra le téléphone, c’était sûrement aussi magique pour lui que la pensine pour elle.

Elle était un peu déçue, Scorpius partait défaitiste quant à sa capacité à soigner la plante...Il ne fallait pas se laisser impressionner comme cela. Et on était beaucoup plus performant en étant positif. « ça tombe bien celle-ci a déjà poussé , il s'agit simplement de l'aider à croître. Lui trouver un petit coin agréable, avec un peu d'eau et elle fera le reste. Je suis sûre que c'est dans vos cordes. Vous pouvez m'envoyer un hibou dès que vous le jugez nécessaire : les gens qui n'ont pas de question manquent cruellement de curiosité non?» dit-elle avec un sourire encourageant.

Scorpius l'accompagna dans le jardin, prenant un plaisir évidant à le parcourir et à se gorger du parfum des fleurs. C'est avec surprise qu'elle l'entendit formuler son envie de venir l'aider. N'avait-il pas dit quelques minutes auparavant qu'il n'avait pas la main verte? C'était un peu étrange comme démarche, elle n'était pas sûre qu'il soit réellement apte à l'aider, surtout s'il ne se sentait pas capable de faire pousser une plante grasse. Cette demande était peut-être un peu prématurée. Son jardin était précieux et elle y mettait tout son coeur, ce n'étais pas un passe-temps. Elle voulait exceller. Néanmoins, elle ne le découragerait pas complètement : premièrement parce que c'était impoli, et parce que, qui sait, cette petite plante grasse lui donnerait peut-être un coup de pouce pour se lancer. Elle ne laissa rien paraître de son étonnement et répondit d'un ton avenant : « Je vous remercie, je suis ravie que le jardin vous plaise. Pour l'instant, je n'ai pas besoin de main d'oeuvre supplémentaire : comme vous le voyez, ce n'est pas très grand... Mais vous pouvez déjà me tenir au courant de vos progrès avec votre nouvelle protégée, nous verrons par la suite. Et vous êtes toujours le bienvenu si vous souhaitez en apprendre plus sur la botanique. Vous envisagez de travailler avec les plantes, ou c'est juste un domaine qui vous intéresse?»

Elle rit en entendant les propos du jeune homme à propos du Mimbulus Mimbletonia...Effectivement, c'était une plante assez peu esthétique. «Elle l'est. Rare je veux dire, décorative...j'imagine que tout dépend ce que l'on aime mettre dans son intérieur. Personnellement, ce n'est pas elle que je choisirais. C'est un cadeau de l'un de mes professeurs et collègue. L'empestine qu'elle produit est recherchée par les potionistes. Ce n'est pas la substance que je préfère obtenir dans mon jardin, je dois l'avouer. D'ailleurs, je ne me sers jamais de cette plante en herboristerie, je ne crois pas qu'elle ait des propriétés particulièrement remarquable. C'est plutôt un challenge pour les botanistes : elle est très difficile à reproduire et à faire croître. Quand quelqu'un vous offre une bouture, c'est un signe de grande confiance en vos capacités.»

Peut-être qu'elle avait des propriétés qu'elle ignorait, mais elle n'avait jamais eu de demande pour cette plante particulière. Finalement, il s'agissait d'un accomplissement professionnel, d'une fierté que d'en obtenir une et de la garder, plutôt que d'un réel besoin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1003
Points : 10
Crédit : kinjiki (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Perrin S. O'Riordàn & Matrim Sevenoaks-Newton

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Lun 10 Avr - 5:17

Slainte / Happy birthday
Liu Xi & Scorpius
Quand on pense au bonheur d'autrui, on rêve sans le savoir à une forme d'accomplissement de son propre bonheur, ce qui, tout compte fait, rend plus égoïste que si l'on se souciait de son propre bonheur.

La conversation avec l'herboriste était particulièrement intéressante. Elle s'y connaissait beaucoup en ce qui concernait le monde moldu, et j’eus une agréable surprise de constater qu'elle s'y connaissait aussi en ce qui avait attrait aux sociétés sorcières mondiales. Avait-elle eu la chance de voyager, d'explorer le monde? J'avais comme l'impression que c'était le cas... « En fait, je dirais que plus qu’une opposition orient/occident, il s’agit d’une exclusion entre monde moderne, et sociétés traditionnelles. En Louisiane, la sorcellerie fait partie du quotidien des moldus, cela fait partie des racines culturelles de la région, on se méfie des sorciers, mais on les consulte toute de même. En Afrique, en Asie, en Russie, il y a des communautés mixtes, avec des chamanes qui officient dans des villages de moldu, sans que ça ne gêne personne. Ils sont respectés, et un peu craints certes… Il y a encore des endroits du monde, où l’on accepte que deux mondes se côtoient, où l’on n’a pas cherché à tout prix à cacher les pouvoirs sorciers. Tout n’est pas noir ou blanc… la cohabitation et la chasse aux sorcières existent parfois dans le même pays. J’ai vécu dans les deux types d’endroits. Si les gens étaient moins stupides et poltrons, la vie serait plus simple pour nous tous. Je ne pense pas que croire en la science et utiliser un téléphone portable soit incompatible avec le fait d’accepter que la magie existe. Mais j’imagine que c’est plus facile de penser ainsi quand on n’a pas vraiment eu le choix » , répondit-elle à mon partage d'informations tirés des livres. Je l'écoutai avec attention, buvant presque ses paroles, complètement fasciné par toutes ces connaissances. J'avais toujours aimé rencontrer des gens qui pouvaient m'apprendre. Peu important le sujet, tous me fascinaient, m'intéressaient. J'avais cette soif de connaissances insatiable que l'on attribuait souvent aux serdaigles. Je m'étais toujours plu à croire que je n'étais pas dans la bonne maison. J'avais plus des aiglons que des serpents. Ou du moins, je n'avais pas encore trouvé le serpentard en moi. Ce ne serait pas aujourd'hui que je le ferais parce que c'était mon côté intellectuel qui dominait actuellement. « Je comprends ce que vous voulez dire, mais ne MACUSA n'interdit-il pas les relations sorciers/moldus? À moins que ce ne soit que par états et non dans tous les pays. Avez-vous eue la chance d'arpenter le nouveau continent? Avez-vous vu la Louisiane par vous même? Les moldus ne sont-ils pas soumis au sortilège d'Oubliette s'ils rencontre un sorcier? Il me semble bien curieux, mais particulièrement fascinant, d'imaginer que l'on puisse vivre en cohabitation connue avec les moldus. On aurait tellement à apprendre les unes des autres. »

La conversation prit un tournant sur le botanique. Liu Xi en profita pour me donner une petite pousse. Quelques instructions et, selon elle, j'étais en partance pour la faire grossir cette petite plante. J'étais bien sceptique quant à mes capacités. Certes, j'y étais arrivé sans grands embûches pendant les cinq années où j'avais suivit le cours de botanique, mais le faire par moi-même, sans la supervision d'un professeur, était peu envisageable. J'étais vraiment maladroit et pas particulièrement habile de mes dix doigts. Je ne pensais pas être en mesure de faire pousser une plante. L'herboriste n'était pas de mon avis : « Ça tombe bien celle-ci a déjà poussé , il s'agit simplement de l'aider à croître. Lui trouver un petit coin agréable, avec un peu d'eau et elle fera le reste. Je suis sûre que c'est dans vos cordes. Vous pouvez m'envoyer un hibou dès que vous le jugez nécessaire : les gens qui n'ont pas de question manquent cruellement de curiosité non? » J'hochai la tête de manière affirmative à ses premiers propos. Lorsqu'elle parla de gens qui manquaient cruellement de curiosité, je lui lançai un sourire complice. On se comprenait sur ce point, c'était bel et bien un fait. Les gens dépourvus de curiosité étaient, bien malheureusement pour eux, particulièrement ennuyeux à mes yeux. En même temps, moi et mes discours à la rallonge on devait les ennuyer. C'était équivalent.

Nous sortîmes nous balader dans le jardin. J'eus droit à une visite guidée complète. Les plantes étaient magnifiques et l'endroit apaisant. J'avais envie d'y revenir tous les jours. L'idée me plaisait bien. Je pourrais donner un petit coup de main à Liu Xi. Ma demande ne sembla pas beaucoup l'intéresser. En même temps, je venais d'affirmer que je n'étais pas très doué en botanique. J'aurais pu faire autre chose, comme m'occuper de la boutique pendant qu'elle prenait soins de plantes. Enfin, c'était juste une idée comme ça. « Vous envisagez de travailler avec les plantes, ou c'est juste un domaine qui vous intéresse?» Je réfléchie à la question seulement une demi seconde. La réponse était évidente dans mon esprit, mais il me fallait la formuler correctement. « Je trouve le domaine particulièrement passionnant, mais je craint ne pas avoir les capacités de faire pousser les plantes comme vous l'avez. Toutefois, je m'intéresse grandement aux propriétés de chacune d'entre elles, comment elles ont été découvertes et tout. Vous voyez? Je vous tiendrai au courant pour mes avancements avec celle que vous m'avez offerte. Mon offre reste ouverte tout l'été, si vous avec besoin d'aide avec la partie boutique, je laisse le jardin à vos bons soins, pendant que vous être occupé derrière, il me fera plaisir de vous aider sans rien demander en retour que vos connaissances! »

Je me dirigeai vers le Mimbulus Mimbletonia patageant mes impressions vis-à-vis la plante à la femme. La plante était réellement très horrible à mes yeux. Je me demandais bien à quoi elle pouvait servir... « Elle l'est. Rare je veux dire, décorative...j'imagine que tout dépend ce que l'on aime mettre dans son intérieur. Personnellement, ce n'est pas elle que je choisirais. C'est un cadeau de l'un de mes professeurs et collègue. L'empestine qu'elle produit est recherchée par les potionistes. Ce n'est pas la substance que je préfère obtenir dans mon jardin, je dois l'avouer. D'ailleurs, je ne me sers jamais de cette plante en herboristerie, je ne crois pas qu'elle ait des propriétés particulièrement remarquable. C'est plutôt un challenge pour les botanistes : elle est très difficile à reproduire et à faire croître. Quand quelqu'un vous offre une bouture, c'est un signe de grande confiance en vos capacités. » Je pesai sa réponse. L'empestine était très recherchée par les potionnistes.... Dans quelles potions utilisait-on une substance si rare? Pas dans celles que l'on fabriquait en cours, je pouvais en mettre ma main à couper. Il me faudrait poser mes questions à Morganan pour ce qui était de la portion potion de la plante, pour le reste, j'avais à disposition une experte. « Je dois vous avouer que je ne la mettrais pas dans ma maison comme plante décorative. Elle est affreuse à regarde, mais encore cette fois, ça doit dépendre du point de vu de celui qui la regarde. Dites-moi, vous avez essayé de la reproduire? Avez-vous, à votre tour, offert une bouture à quelqu'un en qui vous avez confiance? »
Made by Neon Demon


why so serious
alea jacta est ▬ THINGS ARE NEVER GONNA BE THE SAME NOW. I MEAN, LOOK AT THIS. WE’VE GOT DARK LORD, WE’VE GOT DEATH EATERS GUYS TEARING DOWN SCHOOL PROPERTY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 327
Points : 20
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Lun 10 Avr - 21:24





Le jeune homme pointa le règlement du MACUSA, qu’elle n’avait pas pris en compte dans son raisonnement, sûrement à tort…Mais les instances magiques pouvaient édicter tous les règlements du monde, quand cela touchait à la vie privée des gens, c’était toujours compliqué. « Oh mais, bien sûr que si. Tout comme théoriquement, ce n’est pas autorisé ici puisqu’on ne peut pas révéler notre existence. Mais allez expliquer à des personnes qui s’aiment qu’il faut respecter le règlement. On ne manque pas de Sang-Mêlés partout dans le monde pour prouver que la loi n'est pas toujours efficace. Je suis moi-même très respectueuse des règles, certains diraient psychorigide, mais je suis bien contrainte d’en voir les limites parfois. » dit-elle avec un sourire entendu. La jeune femme n'était vraiment pas une rebelle dans l'âme, elle faisait tout pour passer inaperçue et respecter les règles du jeu. Même si parfois, cela lui avait coûté beaucoup de rester invisible aux yeux des moldus, notamment quand leur vie était en jeu et qu'il aurait été plus facile d'utiliser la magie. Pourtant, elle avait eu plus de petits-amis moldus que sorciers. Parce qu'elle ne comptait pas se priver d'une belle histoire d'amour pour un règlement. Néanmoins, elle n'avait jamais rencontré quelqu'un qui l'avait convaincu au point de lui faire révéler sa vraie nature.

Ici, elle côtoyait aussi bien les sorciers que les moldus, sans qu'ils ne se doutent de rien, ou qu'ils considèrent ses talents comme anormaux. Ils acceptaient qu'elle ait une conception différente de la médecine "moderne". Elle était peut-être originale, certains n'hésitaient pas à formuler leurs méfiances quant aux remèdes de grand-mère, mais cela ne s'envenimait jamais. Peut-être que les choses seraient différentes si elle sortait sa baguette magique et se mettait à lancer des sorts à tout va. Mais elle avait envie de penser que certains étaient prêts à l'accepter.
« Mais il est vrai qu’on oubliette les moldus qui en savent trop sur les sorciers, les rencontres infortuites, les choses qu’ils n’auraient pas du voir. Pour autant, comment un non-sorcier pourrait-il faire la différence entre une herboriste moldue et une herboriste sorcière ? Elles connaissent toutes deux le pouvoir des plantes, est-ce de la magie, ou de la science ? De l’intuitif ou de la connaissance ? C’est la même chose en Louisiane, qu’elle est la différente entre un moldu qui utilise des formules et des potions héritées d’un autre temps parce qu’il croit à ses traditions, et un sorcier qui sait qu’elles existent et qu’avec un peu de magie, elles fonctionnent encore mieux ? Certains sont de vrais sorciers, d'autres des moldus particulièrement doués et d'autres encore des charlatans. Et les moldus les consultent indifféremment, enfin, pour ceux qui croient au vaudou. Les autres, eh bien, ils s'en moquent et voient ça comme du folkore ou une vaste blague et c'est tout. Je suis déjà allée en Louisiane oui, et leurs bayous sont particulièrement intéressants, il y a des plantes endémiques !»… La jeune femme ne put s’empêcher d’ajouter une touche de botanique dans son grand discours. Mais elle voyageait la plupart du temps pour étudier les plantes ou de nouvelles formes d’herboristerie.

Scorpius avait l’air d’approuver les paroles de Liu Xi, et elle le voyait sincère : ce jeune homme était particulièrement cultivé et curieux. Elle était heureuse de l’avoir rencontré, elle était sûre qu’elle entretiendrait de passionnantes conversations avec lui. Il voyait plus loin que la plupart des gens, et faisait preuve d'une ouverture d'esprit peu commune.
« Je vois ce que vous voulez dire et ne peut que vous comprendre : j’en ai fait mon métier. J’attends des nouvelles de votre protégée. Je prends bonne note de votre offre. Vous comprendrez aisément que je ne peux pas vous donner ma confiance, simplement parce que notre conversation m’est très agréable et que vous vous montrez passionné. Mais si vous venez régulièrement me rendre visite ou que nous poursuivons une correspondance, je pourrais juger de votre motivation et vous laissez une place derrière le comptoir. Cela vous parait-il raisonnable ? ». Elle ne voulait pas refroidir le jeune homme, mais il était important qu’il se rende compte à quelle point cette boutique était importante à ses yeux. Et s’il était réellement sérieux, il saisirait cette opportunité d’en apprendre plus et de se lier avec elle. La jeune femme ne s’engageait jamais à la légère et elle en attendait autant de ses interlocuteurs.

Elle sourit quant à la perplexité qu’affichait Scorpius devant le cactus grassouillet… « Heureusement qu’elle est rare, car entre l’odeur et l’aspect, elle n’était pas prédestinée à être sur le devant de la scène. J’ai essayé une fois oui, le chat avait abimé une branche que j’ai du tailler, et j’avais essayé de faire une bouture : sans succès. Et je dois dire que j’ai un peu de peine à la mutiler de nouveau, juste pour le plaisir d’essayer, surtout que je n’aurais personne à qui l’offrir pour l’instant. Mais qui sait, un jour peut-être...».




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1003
Points : 10
Crédit : kinjiki (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Perrin S. O'Riordàn & Matrim Sevenoaks-Newton

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Mar 11 Avr - 19:54

Slainte / Happy birthday
Liu Xi & Scorpius
Quand on pense au bonheur d'autrui, on rêve sans le savoir à une forme d'accomplissement de son propre bonheur, ce qui, tout compte fait, rend plus égoïste que si l'on se souciait de son propre bonheur.

J'aimais les conversations tournant autour de la politique et de l'histoire. Elles étaient, à mes yeux, les plus intéressantes. Celle que nous avions en ce moment Liu Xi et moi-même me passionnait tout particulièrement. Les différences entre les relations sorciers/moldus au travers du monde était un sujet si rarement abordé. Il me plaisait d'en débattre avec un personne dont les arguments donnait lieu à un échange intéressant. « Oh mais, bien sûr que si. Tout comme théoriquement, ce n’est pas autorisé ici puisqu’on ne peut pas révéler notre existence. Mais allez expliquer à des personnes qui s’aiment qu’il faut respecter le règlement. On ne manque pas de Sang-Mêlés partout dans le monde pour prouver que la loi n'est pas toujours efficace. Je suis moi-même très respectueuse des règles, certains diraient psychorigide, mais je suis bien contrainte d’en voir les limites parfois. » , dit la sorcière en réponse à ma réflexion sur le MACUSA. Sa vision des choses me plaisait bien. C'était une romantique, une sensible. Elle était comme moi! On se comprenait en tant que tel. Il était vrai que ce serait bien triste que les gens ne puissent pas être ensemble, pas être amoureux parce qu'ils étaient pas nés dans le bon monde, dans la bonne famille. Ça me rappelait un peu mes parents à moi. L'histoire avec les Greengrass et celle avec les Malfoy. Ils avaient tant voulu séparer mes parents qu'au final, ça n'avait fait que les souder encore plus ensemble. « Pas besoin d'être moldu et sorcier pour ça! Il y aura toujours quelqu'un pour se mettre entre l'amour, le vrai. Que tu soies deux sorciers, deux moldus ou un de chaque, il y aura toujours quelqu'un pour s'opposer. Règles ou pas. », dis-je d'une voix un peu ailleurs. Je pensais à ma mère qui était partie bien trop tôt et du chagrin dans lequel ça avait plongé mon père. Je ne pouvais qu'imaginer comment il pouvait s'être senti. Ça n'avait pas été facile pour moi, elle me manquait chaque jour, mais pour mon père, ça faisait quoi? On se sentait comment quand on perdait son partenaire de vie? Je ne m'étais jamais vraiment attardé à la question avant maintenant. Je devais admettre que c'était très intriguant, mais aussi effrayant, de connaître la réponse.

« Mais il est vrai qu’on oubliette les moldus qui en savent trop sur les sorciers, les rencontres infortuites, les choses qu’ils n’auraient pas du voir. [...] Les autres, eh bien, ils s'en moquent et voient ça comme du folkore ou une vaste blague et c'est tout. Je suis déjà allée en Louisiane oui, et leurs bayous sont particulièrement intéressants, il y a des plantes endémiques !» C'était bien intéressant tout ça. Comme quoi, il y avait aussi des herboristes moldus. Pouvait-on dire que la botanique était seulement science sorcière ou pas? Parce que, dans le fond, Liu Xi avait pas tord de demander si c'était de la magie ou de la science. Je ne m'y connaissais pas trop en science, je ne pouvais donc pas lui apporter une réponse claire, c'était hors de mon champs de connaissance. « Je crois juste qu'il soit triste de se dire que l'on doivent effacer la mémoire de gens parce qu'ils ont vu la magie. Folklore, science ou véritable magie, je doute qu'il y ait une différence entre les trois. Si on n'y croit pas à la base, on trouvera toujours des raisons pour expliquer la magie alors que si on y croit trop, on en verra même où il n'y en a pas. Pour cause, moi, je considère la science et la technologie moldues comme étant de la magie. Tout ça, ce n'est qu'une question de point de vu. » Je fis une pause, réfléchissant à son voyage en Louisiane, les bayous et tout. J'aimerais bien voir l'Amérique moi aussi! Peut-être qu'après mes études, j'aurai la chance d'y mettre les pieds. Découvrir cette portion du monde qui m'était encore inconnue en dehors des livres. « Il y avait une époque où il y avait de nombreux mouvement anti-sorciers partout en amérique du nord. C'est encore le cas? En avez-vous vu? Des groupes comme feu la New Salem Philanthropic Society. Tu as entendu parlé de nouveau mouvement dans le style? Et puis, tu sais si le MACUSA a révisé sa loi anti-moldu? Parce qu'il y avait une époque où même les familles de nés-moldus ignoraient tout le l'existence de la magie. C'est encore le cas? »

Nous nous étions dirigé vers l'extérieur. La conversation c'était recentré sur la botanique. Son jardin était magnifique tout comme sa serre. Elle me demanda si j'avais l'intention de travailler avec la plante. Ma réponse fut très sincère. Je n'en savais trop rien. Je n'avais pas les capacités d'être herboriste ou botaniste, mais il ne fallait pas nier que les sujets m'intéressaient beaucoup. « Je prends bonne note de votre offre. Vous comprendrez aisément que je ne peux pas vous donner ma confiance, simplement parce que notre conversation m’est très agréable et que vous vous montrez passionné. Mais si vous venez régulièrement me rendre visite ou que nous poursuivons une correspondance, je pourrais juger de votre motivation et vous laissez une place derrière le comptoir. Cela vous parait-il raisonnable ? » Sa réponse me fit sourire. « Un compromis plus que raisonnable! Vous ne me connaissez pas beaucoup, il est tout naturel d'être méfiante. Je ne m'attendais pas à une réponse positive de votre part. Pas sans faire mes preuves. Je vous préviens, le manoir de mon père commence à être très ennuyeux après dix-sept ans à l'arpenter. Votre boutique me paraît bien plus attrayante qu'une vieille demeure poussiéreuse. Et puis, j'ai vu quelques livres sur le rebords de votre fenêtre dont les sujets m'intéressent tout particulièrement. »

Dans la serre, la belle asiatique avait un cactus vraiment très laid, mais aussi très rare. Un Mimbulus Mimbletonia. Une espèce de plante très recherchés. Personnellement, elle ne m'attirait pas beaucoup, mais la botaniste semblait y tenir beaucoup. C'était un cadeau, avait-elle dit. Un jour, elle la ferait se reproduire et pourrait en offrir une bouture à quelqu'un en qui elle avait confiance, quelqu'un ayant les capacités de la faire pousser à son tour. Ce n'était pas encore le moment. Elle n'avait personne à qui l'offrir, et avait du mal à la faire ce reproduire pour l'instant. Je n'avais aucun mal à croire qu'elle y arriverait un jour. Au vu de sa serre et son jardin, il était indéniable qu'elle avait le pousse vert. « Vous trouverez quelqu'un à qui vous aurez envie de faire ce lègue un jour, j'en ai aucun doute! » , dis-je sur un ton convaincue. « On rentre? J'ai bien envie de terminer cette tisane que vous m'avez fait. Je crains qu'elle ne soit devenue froide par contre. »
Made by Neon Demon


why so serious
alea jacta est ▬ THINGS ARE NEVER GONNA BE THE SAME NOW. I MEAN, LOOK AT THIS. WE’VE GOT DARK LORD, WE’VE GOT DEATH EATERS GUYS TEARING DOWN SCHOOL PROPERTY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 327
Points : 20
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: (terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale   Lun 24 Avr - 19:11






Scorpius était un garçon intéressant, que prenait la peine de réfléchir à ses arguments, d’écouter et d’entretenir la conversation. Liu Xi appréciait vraiment ce trait de caractère. Il se rangea à son avis quant aux limites impossibles à poser à un amour vrai. Il était jeune pour prendre un air aussi sérieux, mais elle ne connaissait pas son histoire, peut-être avait-il une plus grande connaissance du monde que ce que son avidité de savoir et sa curiosité ne le laissait supposer.

En tout cas, il était capable de prendre du recul sur bien des sujets et d’analyser avec pertinence les propos de la jeune femme. Elle aurait pu continuer à alimenter la conversation indéfiniment, mais il faudrait bientôt qu’elle se remette à travailler, surtout en une journée aussi importante que celle-ci. Aussi se contenta-t-elle de sourire quant à la comparaison entre la technologie et la magie. Pour certains moldus, c’était également magique, ils étaient peu nombreux à s’intéresser à comment cela fonctionnait.

Elle prit néanmoins le temps de réponse à ses questions légitimes sur le MACUSA… « Vous savez, au risque de vous décevoir, je me suis plus intéressée à la botanique lors de mon séjour qu’aux organisations violentes… Je n’ai malheureusement pas la réponse à toutes vos questions, mais je peux me renseigner auprès de mes correspondants sur place, et vous envoyer un hibou avec quelques précisions ! ». Elle n’avait pas réponse à tout, mais en bonne élève, elle était convaincue qu’en s’adressant aux bonnes personnes, peu de mystères restaient irrésolus.

Scorpius l’accompagna dans le jardin, où il montra son grand intérêt pour la botanique. Elle eu même la grande surprise de s’entendre offrir de l’aide pour gérer la boutique. Elle n’était pour l’instant pas prête à laisser son bébé aux mains d’un inconnu, aussi poli et curieux soit-il. Mais elle avait pris bonne note de l’offre, et avait proposé au jeune homme de faire un peu plus connaissance avant de le laisser la seconder dans la boutique. Elle avait souri avec tendresse quand il avait affirmé que son manoir lui semblait petit. Elle n’avait jamais vécu dans quelque chose d’aussi grand qu’un manoir, mais elle comprenait très bien, elle ne restait jamais longtemps enfermée entre quatre murs.
Il resta cependant dubitatif devant le Mimbulus Mimbletonia de la jeune femme. Cela pouvait se comprendre, ce n’était pas une reine de beauté. Elle remercia le jeune homme pour sa sollicitude, c’était très gentil de sa part de s’inquiéter d’un éventuel « héritier » à qui transmettre une bouture de la plante. Scorpius demanda ensuite s’ils pouvaient rentrer. Elle acquiesça avec douceur. « Oui bien sûr, ne vous inquiétez pas je la réchaufferais. »

Elle l’accompagna jusque dans la boutique et récupéra sa tasse. Elle la passa rapidement au micro-onde, elle aurait pu donner un coup de baguette, mais ce n’était pas dans ses habitudes de l’utiliser dans la surface de vente. D’autant plus que de nouveaux clients venaient de passer la porte, et ceux-là n’étaient pas du bord magique de Londres. Elle les salua chaleureusement et apporta sa tasse à Scorpius.

« Voilà votre tisane. N’hésitez pas à feuilleter un livre. Vous pouvez rester tout le temps que vous voulez. N’hésitez pas à venir me trouver si vous avez besoin d’autre chose ». Dit-elle avec un grand sourire.

Liu Xi passa de nouveau derrière le comptoir pour s’occuper des nouveaux venus. Elle ne manqua pas de jeter régulièrement un coup d’œil au jeune Scorpius, plongé dans sa tisane et dans sa lecture. Elle était ravie de cette rencontre, et espérait avoir gagné si ce n’était un client régulier, un nouveau correspondant aussi passionné qu’elle par les plantes : c’était un beau cadeau d’anniversaire pour la Sylve et sa propriétaire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(terminé) "slainte / happy birthday" : la Sylve fête ses 10 ans, c'est elle qui régale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Londres :: 
Dans Londres Moldu
 :: La Sylve - Herboristerie
-
Sauter vers: