AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 From now on i'll fight for you + ft. Sloane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6824-chuck-don-t-tell-me-what-to-do-and-don-t-tell-me-what-to-say?nid=14#154915http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6835-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow-chuckhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6840-chuck-s-rp-i-m-not-a-monster#155004http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6836-chuck-more-than-kisses-letters-mingle-soulshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6837-chuck-et-les-hiboux-express#154947

Arrivé(e) le : 29/09/2016
Parchemins rédigés : 646
Points : 7
Année : 6ème année.

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Shaelyn E. Calwell

MessageSujet: From now on i'll fight for you + ft. Sloane   Mer 9 Nov - 2:28

From now on i'll fight for you


Vingt heure venait à peine de sonner que j'étais déjà dans mon dortoir en train d'enfiler une cape et de mettre une cravate, mais ce n'était pas comme celle que j'avais l'habitude de porter, les couleurs n'étaient pas rouges et or mais vert et argent. En effet, j'étais avec une cape et une cravate de Serpentard. Aussi étonnant que ça puisse paraître, cela m'aidera grandement dans mon objectif. Edward avait accepté de me prêter sa cape et la cravate, je lui avais tout expliqué sans rien lui cacher, je lui faisais amplement confiance, et de toute manière lui même avait comme une lueur d'espoir dans son regard quand je lui ait expliqué ce que j'allais faire, je lui ai également proposé mon aide s'il avait besoin de quoi que ce soit et il a profité de l'occasion pour me donner quelque chose que je ferais passer à Sloane lorsque je serais dans les cachots, parce que oui, tel était mon objectif. Edi n'était pas au top ces derniers temps, ce que je comprends, et j'étais content que il réussisse en s'en remettre petit à petit. J'avais fait subir un sortilège d'extension à mon sac, sortilège qui était des plus utiles, heureusement que je l'avais appris l'année dernière grâce à mon oncle. Parce que du coup, j'ai pu fourrer mon plaid dans mon sac, il est très épais et grand, je l'avais ramené de chez moi parce qu'en hiver j'avais parfois un peu froid dans mon lit, mais là, ça m'était égal d'avoir plus froid que d'habitude, le plaid aurait plus sa place dans les cachots, notamment auprès de Sloane, du moins je lui donnerais à elle, mais elle pourra en faire ce qu'elle voudra, tant qu'il sert pour la bonne cause. Mais en plus de ce plaid j'ai eu la place de cacher quelques fruits dans mon sac, ce soir au dîner il y avait eu plusieurs fruits, et je ne sais pas comment j'ai fais mais j'ai réussi à choper quelques pommes, oranges et bananes, grâce à d'autres personnes notamment Phoebe, et à les mettre dans mon sac sans être chopé. Mais je dois avouer que je n'étais pas tranquille, alors porter une tenue de Serpentard me rassurait.

Halloween était passé depuis plusieurs jours, 6 jours exactement, et l'ambiance du château était plus sombre que jamais, j'avais l'impression qu'il faisait froid même quand je me tenais devant le feu, je perdais même l'envie de faire des conneries, ça n'en valait pas la peine, j'essayais de changer les idées des petits Gryffondor dans la salle commune, ou alors je tentais de me changer les idées avec certains amis devant le feu, mais depuis cette nuit horrible, l'ambiance était mauvaise dans le château et la mort de certaines personnes nous restait en travers de la gorge... C'était vraiment dur pour nous de digérer ça. Mais moi tout les soirs avant de dormir je passais des heures à penser à Ashley, Sloane, Keagan, Daniela, et toutes les personnes né-moldus qui étaient dans les cachots, je pensais à quel point ils devaient se faire maltraiter, à quel point leur conditions de vie doivent être abominables et le fait qu'ils doivent manger des restes... C'était insupportable pour moi et ça me retournait totalement l'estomac, j'étais tellement mal à l'idée que mes amis si chers puissent être dans un mauvais état, je ne dormais presque plus ou alors très mal depuis cette nuit d'Halloween, sauf que je ne peux plus sortir aussi facilement du château pour me poser dans le parc sous les étoiles, tout était plus compliqué, plus risqué.

Sur ce, j'étais prêt, en tenue de Serpentard, j'avais enfilé un bandeau dans mes cheveux qui tiraient mes boucles en arrière ce qui me donnait un tout autre aspect, j’espérais ne pas trop attirer l'attention et avec mes boucles sur les cheveux les gens auraient plus de faciliter à reconnaître l'abruti de Gryffondor, alors que là je n'étais pas pareil, et me voilà sorti du dortoir, je descendais les escaliers rapidement puis je sortis de la salle commune tête baissée, je regardais rapidement autour de moi s'il y avait quelqu'un dans la couloir mais heureusement il n'y avait personne et je me mis en chemin vers les cachots, comme si j'étais un élève de Serpentard, prêt à rejoindre sa salle commune. Pleins de choses se bousculaient dans ma tête, comment Sloane allait réagir en me voyant ? Allait-elle bien ? Que ferait elle de mon plaid ? Comment réagira-t-elle quand je lui annoncerais pour son ami... Cette rencontre allait être forte en émotions, il était un petit peu après vingt heure, nous avions tous finit de dîner et les né-moldus devaient manger à ce moment là si mes sources étaient bonnes, sauf que Sloane devait être resté dans la salle où ils logent, parce que j'avais parlé avec Ashley quand je l'avais croisée pendant une de ses corvées en lui disant que je venais ce soir même et si je pouvais compter sur elle, Sloane devait m'attendre, peut-être qu'Ash ne lui avait pas dit que c'était moi qui descendrais, peut-être qu'elle s’attend à n'importe qui sauf moi, mais ça m'est égal, moi j'étais content de pouvoir lui parler enfin.

Après avoir descendu tout les escalier j'étais presque arrivé, tout le trajet était fait dans l'angoisse, mon ventre se tordait, dès que quelqu'un passait devant moi je baissais légèrement la tête, le château était encore assez agité étant donné que le dîné venait à peine de finir et ça me permettait de mieux me fondre dans la masse. Lorsque j'arrivais enfin dans les couloirs des cachots, je me faisais le plus discret possible, il faisait de plus en plus sombre et je ne me sentais pas à l'aise du tout, l'ambiance était si différente de la chaleur et l'ambiance de la sale commune de Gryffondor. Mais c'était vraiment important, il y avait tant de choses que je devais dire à Sloane. Je savais très bien les risques que je prenais, si je me faisais prendre j'aurais une punition, mais là, il fallait que je descende, ça faisait trop longtemps que j'avais ce besoin.

Je mis un certains temps à trouver, puis je voyais une porte en fer avec un parchemin collé dessus sur lequel on pouvait lire les corvées des né-moldus, je ne m'attardais pas une seconde à cela, sachant que ça ne me mettrais qu'hors de moi, alors tout en regardant autour de moi, je me glissais par l'espace de la porte et la refermais aussitôt et là je la voyais, avec ses cheveux colorés, ternis par l'ambiance morose de la salle, l'humidité, le froid, tout ça avait effacé toute la joie et la tonicité du visage de Sloane et ça me broyait le cœur, elle ne méritait pas d'être ici, comme aucun des né-moldus. Je m'avançais donc rapidement vers elle, j'avais presque envie de la prendre dans mes bras en sachant que malgré tout, elle allait bien, mais ça m'étonnerai qu'elle n'apprécie se geste. « Sloane » dis-je dans un souffle quand je me retrouvais en face d'elle. « ...Comment... Tu vas ? » demandais-je étrangement mal à l'aise. Je ne savais pas quoi dire, je ne savais pas si elle allait plus ou moins bien, je ne savais pas si elle résistait aux corvées je ne savais rien, je voulais juste effacer ce malheur dans son visage, même si je m'attendais à chaque instant à une baffe de sa part, ça ne m'étonnerais même pas.

Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5248-la-fille-qui-avait-gobe-un-arc-en-ciel-sloane-o-connorhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5250-gotta-be-green-gotta-be-mean-gotta-be-everything-more-sloane-s-relationshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5251-hello-mister-please-to-meet-you-sloane-s-rps#123798http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5252-i-believe-i-can-flyyyy-courrier-de-sloane#123799http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5253-hiboux-express-sloane#123801

Arrivé(e) le : 09/08/2015
Parchemins rédigés : 630
Points : 2
Crédit : ft Chloé Norgaard (signa : northern lights)
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: From now on i'll fight for you + ft. Sloane   Dim 22 Jan - 1:47

Je fermais les yeux et respirais lentement, doucement, dans une tentative perdue d'avance pour me défaire de la douleur qui électrisait mon flanc, par à-coups, à chaque inspiration, comme un taser projeté tout droit dans mes côtes. Je soulevais mon t-shirt et dans un réflexe, il faut l'admettre, un peu maso, passait mes doigts sur le plus gros hématome, vaguement hexagonal, qui avait viré au violet sombre. Le contact m'arracha un grognement étouffé. Je songeais, malgré tout, que tout cela aurait pu être bien pire. Cette enflure de Doyle aurait bien été capable de me casser une côte, tout comme il avait envoyé ma mâchoire faire un petit tour de manège à 360° ! C'était moche, il fallait le reconnaitre, mais au fond, ce n'était qu'un petit souci d'esthétique ; plaidoirie bancale dont je rabattais les oreilles d'Ashley depuis quatre jours, en insistant bien sur le fait que de nous deux, je n'étais pas celle à avoir fait l'expérience du Doloris. Je la soupçonnais de ne pas croire un instant à mes airs de dure à cuir désinvolte - vous avez déjà essayé de vous la jouer Terminator avec des cheveux roses bonbon vous ? Elle était assez charitable pour faire semblant de gober à moitié mes salades, et me laisser gérer ça dans mon coin, ce que, soit dit en passant, j'avais brillamment réussi à faire jusque-là ! J'avais vu pire, malgré tout, et ce n'était pas quelques petites ecchymoses de rien du tout qui allaient me mettre au tapis. Aurais-je eu les deux jambes cassées que l’orgueil m'aurait fait tenir debout face à Doyle. Le laisser avoir le dernier mot ? Cet abruti de mangemort qui ne se sentait jamais plus masculin qu'en cognant sur des mômes ? Ce fils de... Tout doux, respire tranquillement ma vieille. Je réprimais la vague de dégoût qui montait en moi - dingue ce que la haine pouvait grossir en quelques jours à peine. Pas la peine de me mettre dans tous mes états, à quoi bon ? Seuls mes poumons allaient déguster. Doyle n'était pas là, ni personne d'ailleurs. J'étais seule dans les cachots, sans même un rat pour me tenir compagnie. Il n'y avait guère que le goutte à goutte des douches pour remplir le silence, ce qui menaçait sérieusement de me rendre barge. Ce que j'aurais pu supporter la veille menaçait à présent de me faire passer du mauvais côté de la force, de Bruce Banner à Hulk, de Jekyll à Hyde.
Chuck venait me voir. C'est ce qu'Ashley m'avait glissé, l'air de rien, le matin même, entre un "Passe moi mon jean !" et autre "Tu veux un pull ?". Chuck descendait au cachot, pour me voir, moi. J'aurais voulu rétorquer à Ash qu'il aurait mieux fait de s'abstenir et de rester bien au chaud en haut de sa tour - de notre tour - avant de réaliser que la dernière image que je conservais de lui était celle d'un spectre pâlichon, trainé jusqu'à l'infirmerie par deux mangemorts, tête basse. Si je pouvais seulement voir qu'il allait bien... le voir de mes propres yeux... ce serait toujours cela de pris. Sa connerie, qui roulait mes nerfs en pelote, n'avait d'égale que le prix que j'accordais à sa misérable existence, fallait-il croire.
D'après les dires d'Ashley, ce n'était qu'une question de minutes avant que Chuck débarqua, je l'espérais, frais comme un gardon. Et il avait fallu que je tombe. Cet après-midi. Sur mon flanc tuméfié. La maladresse naturelle ne s'aplatissait pas docilement sous les coups du sort. Bien au contraire, elle ne vous lâchait jamais les basks, et peu importe que l'on se trouva déjà au fond du caniveau... J'avais trébuché, voilà tout. Le sol des cuisines était mouillé, ce que mon pied avait fort bien assimilé, voltigeant sur le côté et mon corps suivant le mouvement. Boum ! Feu d'artifice ! Explosion de douleur ! J'avais finalement trainé ma misère de tabassée toute la journée, avant de m'éclipser en douce, un peu avant vingt-heures, pour attendre Chuck. Comme si je n'avais pas déjà eu ma dose, il me fallait à présent m'inquiéter, sans même le plaisir de trépigner sur place, pour ce crétin, priant pour qu'il ne se fasse pas pincer. Journée de merde...
Le grincement métallique de la porte me sortit de mes pensées. Pour la première fois depuis des mois, je voulais à tout prix que la bouille frisée de Chuck m'apparaisse. Mes yeux croisèrent les siens. La tension diminua d'un cran. Le plus naturellement possible, je me levais de mon matelas. Le connaissant, il n'avait pas dû apprécier que je le vois au plus mal. La réciproque était tout à fait vraie. Je n'étais que trop consciente de ma lèvre toujours enflée, et des traces de coups qui marquaient toujours mon visage. Avec un peu de chance, il ne s’attarderait pas dessus. Je ne voulais pas de son soutien, ou pire, de sa pitié. La situation n'avait pas changé pour nous, pas vraiment. Il y avait eu quelque-chose, par le passé. Au nom de cette ancienne relation, je me souciais de son sort, point final. Plus que tout, j'aurais aimé me pendre au cou de Faolán, rester blottie dans ses bras et oublier tout le reste, ne serait-ce que l'espace d'un instant. Il n'en était rien concernant Chuck.
Je le dévisageais ouvertement, relevant, non sans un certain soulagement, qu'il semblait bel et bien guéri, et n'avait pas trop mauvaise mine. Chamboulé, mais en un seul morceau. Son murmure m'arracha un pincement au cœur. Pourquoi fallait-il qu'il prononce mon nom de cette façon, hein ? Comme si j'étais partie faire un safari au royaume des morts avant de revenir... C'était lui qui avait manqué d'y passer, pas l'inverse !

« Oui, Sloane, qui veux tu que ce soit ? »

Il ne releva pas, préférant s’enquérir de mon sort. Comment j'allais, hein ? En l'espace d'une semaine j'avais été réduite en esclavage, bannie dans les cachots, passée à tabac pour avoir refusé de frapper un gosse et je restais toujours sans nouvelles de mes proches. Comment est-ce que je pouvais aller, d'après lui ?

« Tout baigne, ma vie est un conte de fées. »

C'était plus fort que moi, je ne cessais de le passer en revue, encore et encore, m'assurant de n'avoir rien raté qui aurait pu se révéler inquiétant. Rien à signaler, sinon une cravate verte mal serrée, sur sa cape de sorcier, où figurait, tout en rondeurs, un serpent minuscule.

« Tu l'as piqué à qui cet uniforme ? Et puis d'ailleurs, qu'est-ce que tu fous là, hein ? Ça t'a pas suffi de te faire saigner ? T'as déjà besoin d'une nouvelle dose d'adrénaline, c'est ça ? Merde Chuck ! Tu sais ce que tu risques en venant ici ? N'importe qui pourrait te voir, n'importe qui tu m'entends ?! T'es complètement inconscient ! » fulminais-je d'une voix étouffée.

Sans hausser le ton, je l'enguirlandais généreusement, sachant trop bien qu'un mangemort pouvait faire sa ronde à tout moment et capter notre discussion.

« J'ai pas envie que tu... que tu... »

Je soupirais.

« Fais au moins l'effort de te maintenir en bon état. »


Shine bright in the dark
I am a nation, I am a million faces formed together, made for elevation. I am a soldier, I won't surrender. Faith is like a fire that never burns to embers. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6824-chuck-don-t-tell-me-what-to-do-and-don-t-tell-me-what-to-say?nid=14#154915http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6835-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow-chuckhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6840-chuck-s-rp-i-m-not-a-monster#155004http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6836-chuck-more-than-kisses-letters-mingle-soulshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6837-chuck-et-les-hiboux-express#154947

Arrivé(e) le : 29/09/2016
Parchemins rédigés : 646
Points : 7
Année : 6ème année.

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Shaelyn E. Calwell

MessageSujet: Re: From now on i'll fight for you + ft. Sloane   Dim 29 Jan - 15:39


Chaque bruit me donnait un léger sursaut, c'est la première fois que je descend dans les cachots après les événements de la nuit d'Hallowen, les événements qui sont tellement frais encore. Je ne sais pas de quoi sont capables ses mangemorts, j'ai mes idées, un sortilège de Doloris par exemple, mais je préférais chasser toutes ses images de ma tête et me concentrer sur la situation présente. J'ai réussi à arriver jusqu'ici, même si je suis déguisé en Serpentard, ce qui me sort de ma zone de confort légèrement. Mais je pensais pas que j'allais être si mal à l'aise au moment où le visage de Sloane m’apparaîtrai, la dernière fois que je l'ai vue, j'étais mourant alors qu'elle tentait du mieux qu'elle pouvait de me protéger, à moi et à Phoebe, des mangemorts. Désormais, c'est elle qui est enfermée dans ce trou à rat, et les mangemorts qui ont le pouvoirs. Mais lorsque je me rapproche de Sloane et que je la vois, se relever, le visage marqué de coups et blessures, mon estomac se retourne et j'ai un moment de haine qui s'installe en moi. Mais la réponse de la gryffondor finit par me faire souffler. Toujours le même ton, je m'attendais à quoi ? Ce n'est pas parce qu'elle est maltraitée qu'elle va changer. Après tout, la situation n'avait pas vraiment changé entre nous, même si j'espère toujours pouvoir renouer des liens tout du moins acceptable, je ne m'attends pas à devenir son grand amis, mais rester en bon terme ne doit pas être si compliqué que ça, si ? Apparemment si. Je ne pouvais m'empêcher d'observer Sloane de la tête au pieds, je ne supporte pas de voir ses blessures sur son visage, et je ne peux même pas imaginer ce que cachent ses vêtements, ça me broie l'estomac. Mais pour répondre à ma question qui, maintenant, me paraît stupide, elle me dit que sa vie est un compte de fée et je ne peux m'empêcher de soupirer. Évidemment qu'elle va pas bien, mais j'savais juste pas quoi dire, qui saurait quoi dire ? J'ai jamais été dans une situation plus gênante que là, et le pire n'est pas encore arrivé, j'ai certaines choses à lui dire et... Je le sens mal.

Mais avant même que j'puisse dire quelque chose, Sloane part sur une longue tirade dans laquelle elle me pose toute un tas de questions que j'ai du mal à assimiler, seulement quand elle commence à faire la morale, je roule des yeux. C'est plus fort que moi, elle croit quoi ? Que je suis venu ici sans réfléchir ? Si c'était le cas, je serais venu depuis des jours déjà ! Je sais que j’encoure des putains de risques, pour nous deux d'ailleurs, et si on se fait choper je m'en voudrais à mort, mais il fallait bien que je vienne. Sloane finit par ce calmer, je fronce les sourcils, alors qu'elle me demande de me maintenir en bon état, comme si c'est moi qui est en danger, alors que c'est elle qui doit bouffer des restes de nourriture et nettoyer de chiottes à la brosse à dent.

« L'uniforme vient de Ed... Enfin peu importe ! Putain tu crois sérieusement que je suis ici pour m'amuser ? Ma dose d'adrénaline je l'ai bien eu, je me la suis prise en pleine gueule à Halloween ça va. Dis-je avant de prendre un inspiration pour ne pas partir au quart de tour. Je sais parfaitement ce que je risque, j'y ai réfléchis pour une fois ouai ça m'arrive, même plus d'une fois et... Bordel, j'dormais plus ! Je mourrais de vous savoir ici, de n'avoir aucune idée de ce qu'il se passe, de voir de temps à autre quelqu'un d'ici dans le château en train de faire une corvée sans pouvoir lui adresser la parole ! Puis, il fallait que je vienne... Pour... Je... » je m'interromps brusquement ne sachant pas quoi dire.

Par où commencer ? Je voulais savoir si elle est pas morte, agonisante, ça déjà, parce que mine de rien, je me faisais un sang d'encre... Je voulais également lui annoncer qu'il y a eu des décès... Un décès particulièrement, mais cette étape risque d'être la plus compliquée, c'est quelque chose que je n'ai jamais fait de ma vie, et ça me fiche la trouille de devoir lui annoncer ça. Je voulais aussi lui apporter de quoi dormir un minimum au chaud et manger quelque chose d'acceptable... Tant de raisons pour lesquelles il fallait que je descende, mais aucun mot ne sortant de ma bouche.

« ...Tu sais, c'est pas moi qui doit le plus faire gaffe à moi Slo... Là-haut, ils sont chiants, mais on nous mène pas la vie si dure que ça, c'est plutôt toi qui devrais te maintenir en bon état. » dis-je en insinuant très, très clairement les blessures que je peux voir sans pour autant juger, parce que dieu sait ce qui a pu la mener a avoir ça. « Quellel bandes d'enfoirés. » ajoutais-je à la remarque des coups qu'elle a pu recevoir. Je sais bien qu'elle doit avoir ses raisons, mais l'envie de poignarder un mangemort est tout de même très présente, je déteste cette putain de situation.

Mais la pression que mon sac effectue sur mon épaule droite me ramène a la réalité, je dois lui donner ce que j'ai, je préfère déjà faire ça et lui annoncer pour Lloyd plus tard, c'est mieux, parce que qui sait dans quel état elle sera quand je lui aurait annoncé, et puis, là tout de suite, je n'arriverais pas à prononcer un seul mot à rapport à ça, le malaise n'est plus tant présent maintenant qu'on s'est à moitié gueulé dessus tout en ayant la voix basse pour ne pas alarmer des mangemorts, mais les mots pour annoncer une telle chose ne me viennent toujours pas. Alors je pose mon sac au sol avant de m'accroupir au dessus de celui-ci et de sortir les quelques fruits que je pose rapidement au sol, et prend mon plaid, si doux et si épais qu'on pourrait croire câliner un ours... Ce plaid en a bien vécu des chose et pendant une fraction de seconde, une vague de souvenirs me transporte, le nombre de fois que j'ai fait des plans d'évasion stupide et de sorties interdites avec Max ou Phoebe sur ce plaid, le nombre de fois que Slo l'a enroulé autour d'elle en salle commune quand, même la chaleur du feu ne la réchauffait pas assez et... Enfin, la couverture en mains, je me relève et fixe mon regard dans celui de Sloane en inspirant.

« J'ai euh... Quelque chose pour toi. Dis-je d'un ton totalement pas naturel. Tu sais c'est le plaid que j'avais ramené il y a longtemps de chez moi... J'en ai pas besoin, du moins pas autant que toi. J'pensais peut-être que tu pourrais le partager avec Ash, il est super large et puis il caille ici, j'imagine même pas pendant la nuit. Alors tiens, prend le, et j'accepterais aucune refus, j'suis pas là pour rien après tout. » dis-je fermement, tendant mon plaid à Sloane, le regard dur. « Aucun. » ajoutais-je pour lui faire comprendre qu'elle peut me gueuler ce qu'elle veut dessus et me détester autant qu'elle veut, je ne remonterais pas avec cette couette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5248-la-fille-qui-avait-gobe-un-arc-en-ciel-sloane-o-connorhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5250-gotta-be-green-gotta-be-mean-gotta-be-everything-more-sloane-s-relationshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5251-hello-mister-please-to-meet-you-sloane-s-rps#123798http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5252-i-believe-i-can-flyyyy-courrier-de-sloane#123799http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5253-hiboux-express-sloane#123801

Arrivé(e) le : 09/08/2015
Parchemins rédigés : 630
Points : 2
Crédit : ft Chloé Norgaard (signa : northern lights)
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: From now on i'll fight for you + ft. Sloane   Lun 6 Mar - 19:21

Finalement, les choses semblaient retrouver enfin un peu de leur normalité. Je gueulais sur Chuck et Chuck aboyait en retour. C’était facile, naturel de retomber dans ce schéma et j’hésitais entre le réconfort de retrouver une routine qui n’avait pas entièrement disparu et la hargne farouche que provoquait fatalement chaque échange avec Bowman. Le moment était mal choisi pour lui énumérer ses quatre vérités une énième fois et se rejeter mutuellement la faute de notre relation foireuse, à corps et à cris, comme nous étions si doués pour le faire depuis quelques temps déjà. C’était toujours ça de pris de me dire que pour une fois, je n’avais aucune envie de lui refaire le portrait. Lui changer la tronche en Picasso n’était plus vraiment à l’ordre de mes priorités, ni d’ailleurs, de l’interpeller sur sa relation douteuse avec Ashley.
Chuck clamait haut et fort qu’il avait bien conscience des risques, qu’il y avait réfléchi plus d’une fois avant de se pointer comme une fleur. Je secouais la tête. Conneries. S’il avait réfléchi un temps soit peu, il serait resté en haut, à l’abri. S’il avait réfléchi un temps soit peu, il serait en ce moment même vautré dans un canapé de la salle commune, gentiment assoupi devant le feu de cheminée, avec sa cravate et non celle d’Edward autours du cou. Sauf qu’il ne dormait pas. Selon ses propres mots, il ne dormait plus. L’inverse m’aurait étonnée, à vrai dire. Sa façon d’être, je la connaissais, tout comme il était au courant de ma manière de fonctionner. Il ne pouvait décemment pas me blâmer pour mon inquiétude à son égard. Il avait failli y rester, bordel ! Il avait failli y rester et ça ne faisait qu’une semaine… J’avais tous les droits de le trouver trop téméraire, inconscient et stupide. Qu’importe s’il tournait en rond comme un lion en cage, nuit et jour, à chaque heure, chaque seconde. Sa cage à lui était chaude, douillette et bien protégée. Chuck n’aurait jamais dû en sortir. Pas pour venir ici. Il n’avait rien à faire là et rien de ce qu’il pourrait me dire ne me ferait changer d’avis sur ce sujet. Je lui aurais bien demandé de penser à lui, d’être égoïste, de placer sa propre pair de miches au dessus de celle des autres mais je l’en savais incapable. Sur ce point, nous étions identiques, et ce que je lui avais toujours reconnu comme une qualité indéniable risquait à présent de me provoquer des bouffées d’angoisse. Si on m’avait dit il y a une semaine que j’en serais réduite à trembler pour la peau de Chuck…
Il finit par s’interrompre. Il atteignait pourtant le plein de cœur du sujet. Pourquoi être venu ? Sa mine sombre, son regard fuyant n’annonçaient rien de bon. Mon cœur s’affola. A mon plus grand dam, Chuck choisit de botter en touche. Il me dévisageait, à présent, moi et mon visage tuméfié. Je soupirais. Bien sûr que je devais faire gaffe. Bien sûr qu’il voulait que je me tienne en bon état, évidemment… Plus facile à dire qu’à faire, cependant. Il aurait fallu qu’on arrête de me demander de taper sur des mômes, pour commencer. De façon générale, il aurait fallu que Doyle cesse tout simplement d’exister, et avec lui, le reste de sa troupe de mangemorts. Engloutis dans un trou noir, quelque-chose comme ça. Chuck avait au moins raison sur un point ; on avait affaire à une belle bande d’enfoirés.
Il finit par poser son sac à terre, en sortir quelques fruits avant d’en extirper un plaid, que je ne reconnaissais que trop bien. Une vague de souvenirs m’assaillit. Gênée, je baissais la tête, le cœur lourd. Je me souvenais de soirées passées, enroulés au coin du feu, blottie tout contre Chuck, ma tête posée sur son épaule. J’avais adoré dormir avec ce plaid. J’avais adoré sombrer dans les bras de Morphée en sentant l’odeur de Chuck. Je finis par relever la tête, croisant son regard. Les mêmes pensées devaient lui traverser l’esprit et pour la première fois je ressentais toute l’ampleur du gâchis de notre relation. Quelque-chose avait sérieusement cafouillé en cours de route.
Alors c’était ça, l’excuse de sa venue. Des fruits frais et une couverture. Je roulais des yeux. Oh, il pouvait bien prendre une voix dure et se faire un regard de molosse, ça n’y changeait rien. S’il n’avait s’agit que de moi, j’aurais refusé sa charité. J’avais mon amour propre, d’accord ? Je n’étais pas tombée assez bas pour faire l’aumône. Il se trouvait que, précisément, il ne s’agissait pas que de moi. Il y avait toute une tripotée de gosses dans les cachots, des mômes qui avaient froid et qui ne se sustentaient pas comme ils l’auraient voulu. En leur nom, j’étais disposée à ravaler ma fierté.

« Puisque c’est un ordre… », ironisais-je d’un ton grinçant en saisissant le plaid.

Autant que Chuck ignore que sa précieuse couverture allait sans doute me servir à couvrir les plus petits. Ni moi ni Ashley n’en avions un besoin crucial –surtout Ash et son option bouillote intégrée. Et puis, je n’étais pas certaine de vouloir dormir un jour dans ce plaid de nouveau. Trop de moments y étaient liés ; autant ne pas trop ressasser le passé.

« Je suppose que je dois te dire… merci. » lâchais-je du bout des lèvres.

Je peinais à me détacher de ma froideur habituelle. J’avais sincèrement aimé Chuck, sans doute ni artifices. C’était sans doute pour ça que j’avais fini par le détester si fort. J’étais bien forcée, à présent, de mettre mes mauvais sentiments de côté. Il y avait des choses que j’avais besoin de savoir et que Chuck était le mieux placé pour me révéler.

« Est-ce que… »

Je prenais une longue respiration. On touchait à un point sensible.

« Est-ce que tu sais s’il… y a eu beaucoup de blessés ou même… »

Je m’interrompais. Les noms défilaient dans ma tête, nombreux. Il fallait que ce sujet cesse de m’obséder. Il fallait que je sache.


Shine bright in the dark
I am a nation, I am a million faces formed together, made for elevation. I am a soldier, I won't surrender. Faith is like a fire that never burns to embers. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6824-chuck-don-t-tell-me-what-to-do-and-don-t-tell-me-what-to-say?nid=14#154915http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6835-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow-chuckhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6840-chuck-s-rp-i-m-not-a-monster#155004http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6836-chuck-more-than-kisses-letters-mingle-soulshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6837-chuck-et-les-hiboux-express#154947

Arrivé(e) le : 29/09/2016
Parchemins rédigés : 646
Points : 7
Année : 6ème année.

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Shaelyn E. Calwell

MessageSujet: Re: From now on i'll fight for you + ft. Sloane   Lun 17 Avr - 20:47


Et comme d'habitude, Sloane finit par me gueuler dessus et moi je réplique. C'est triste que notre relation ait abouti à cela, je pensais qu'on aurait pu tourner la page mais visiblement je me suis fait des idées, même dans cette situation de merde on réussit à hausser le ton l'un contre l'autre. Bon il faut dire que ce n'est pas forcément pour les même raisons que d'habitude, si je ne m'abuse je pourrais même dire qu'elle s'inquiète pour moi. Après tout elle m'a bien protégé quand j'étais étendu à moitié mort lors de la bataille d'Halloween. Mais je peux comprendre qu'elle ne soit pas joie et excitation que je risque gros pour descendre ici, moi-même je l'aurais tuée si elle avait prit un tel risque, et pourtant je le fais quand même. Je dois dire que de la voir là le visage marqué me fait bien mal au cœur, surtout que je sais que j'ai beau lui dire d'être prudente, elle ne se laissera jamais faire et le problème c'est que j'ai pas le droit de contester parce que je suis le même, je ne sais pas vraiment ce qu'on leur demande de faire ici mais je suis certain que c'est pas facile.

Mais rapidement je me souviens du pourquoi je suis ici et sort la nourriture et le plaid de mon sac, pensant également au fait que je dois annoncer la mort de son ami... En me relevant je vois le visage de Sloane baissé, le regard dans le vide et très rapidement je comprend pourquoi. Une bouffée de sentiments m'envahit et je me sens très gêné alors que je revois nos deux corps blottis l'un contre l'autre entourés de cette douce couverture. J'étais bien heureux à ce moment là, heureux et amoureux. Maintenant tout s'est envolé, comme si rien de tout ça n'avait existé, c'est plus pareil, et puis une fois de plus ça m'a fait comprendre que l'amour c'est une illusion, n'est-ce pas ? Je soupire et quand Sloane relève le regard pour me fixer je lui donne le plaid dans un ton qui se veut autoritaire. Je ne sais pas si Sloane et Ashley vont se le partager ou si Slo va une fois de plus faire son héroïne et offrir ça à d'autres sorciers plus jeunes et faibles, qui sait, je ne lui en voudrait pas. Sloane finit par saisir l'objet doux et m'offre même un merci dans un souffle qui me semble bien agacé. C'est pas le genre de chose qu'on se dit d'habitude, merci... Je me contente cependant d'acquiescer pour éviter d'augmenter ce moment quelque peu gênant. Avant même que je ne puisse prendre la parole à nouveau Sloane me pose une question qui me glace le sang.

Des morts. C'est là qu'elle veut en venir je m'en doute bien. C'est même ça le problème, une fois que je lui aurait annoncé la terrible nouvelle je ne saurais comment réagir, comment va-t-elle réagir ? Quand mes proches vont mal j'ai tendance à toujours les prendre dans mes bras, tout ce qu'il y a de plus naturel, et puis c'est rassurant. Mais ne serait-ce pas un peu inapproprié entre nous ? Que sais-je... Ce que je sais néanmoins, c'est que je ne pourrais lui cacher la nouvelle. Sans m'en rendre compte mon regard s'est baissé pour se poser sur mes pieds et je sens une bouffée de tristesse m'envahir. Je me racle la gorge cherchant le courage de lui dire ces mots si dur et plante mon regard dans le siens.

« Je sais pas si ''ça va'' est approprié à notre situation, globalement il n'y a pas eu trop de... dégâts mais oui il y a eu des... Des morts. » finis-je enfin par lâcher. J'ai jamais eu a faire ça, pourquoi c'est moi qui doit venir annoncer la mort d'un ami à mon ex-copine sérieux ? Je sens même que ma main tremblotte légèrement, je déteste ça. « Je suis désolé Slo... Lloyd il... Il est plus là. » dis-je alors que ma voix se casse à la fin de ma phrase. Je sais que je n'ai plus besoin de dire quoi que ce soit d'autre, elle a très bien compris et ça me fait tellement mal d'annoncer ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5248-la-fille-qui-avait-gobe-un-arc-en-ciel-sloane-o-connorhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5250-gotta-be-green-gotta-be-mean-gotta-be-everything-more-sloane-s-relationshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5251-hello-mister-please-to-meet-you-sloane-s-rps#123798http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5252-i-believe-i-can-flyyyy-courrier-de-sloane#123799http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5253-hiboux-express-sloane#123801

Arrivé(e) le : 09/08/2015
Parchemins rédigés : 630
Points : 2
Crédit : ft Chloé Norgaard (signa : northern lights)
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: From now on i'll fight for you + ft. Sloane   Dim 4 Juin - 10:53

« Quoi ? »

Non. Ça ne pouvait pas arriver. C’était impossible. J’avais dû mal comprendre.
Je secouais la tête, tâchant de chasser les larmes qui me montaient déjà aux yeux, en quête d’un moyen pour me débarrasser de la chape de plomb qui s’était abattue sur ma poitrine. Mon esprit demeurait bloqué, incapable de seulement concevoir une telle réalité. Il ne s’était pas écoulé dix jours depuis que j’avais vu Lloyd. C’était peu avant le dîner, nous nous étions assis au bas des marches d’un escalier du premier étage. Il m’avait parlé de ses projets pour Halloween et moi je lui avais décrit l’orgie de bonbons que j’avais prévu de m’enfiler jusqu’à m’en faire craquer la panse. Il allait bien à ce moment là. Il allait très bien. On allait très bien tous les deux.
On parlait de Lloyd bordel ! J’étais toujours partie du principe que tout ne pouvait pas aller mam, que les situations que je pourrais traverser ne seraient pas si sombres qu’elles pourraient en avoir l’air de prime abord et qu’il faudrait que je m’applique à chercher un peu de lumière dans chacune d’elle. Mais Lloyd n’était plus là, Chuck venait de m’apprendre sa mort et je ne pouvais plus penser à rien d’autre. Il n’y avait aucune lumière dans ces cachots, au sens strict comme au figuré. Il était bien trop dur de trouver la moindre petite étincelle de lumière. Il n’y avait pas de lumière. Je finis par m’asseoir sur le matelas, réprimant toujours mes larmes. Le mouvement m’arracha une grimace de douleur, rappelant Doyle à mon bon souvenir. J’essayais d’être forte, j’essayais de garder la tête haute et de rester digne face à ces fils de pute de mages noirs. Mais ils avaient tué un de mes amis, un proche. Comment résister à une chose pareille ? Comment ne pas flancher ? Les larmes roulaient à présent librement sur mes joues. Je ne fis aucun geste, pourtant, j’invitais silencieusement Chuck à s’asseoir à côté de moi. J’avais manqué de le perdre lui aussi. Quoi que j’en dise, quoi que nous ayons pu traverser, sa disparition n’aurait pas causé de douleur moins forte que celle qui emplissait ma poitrine à l’instant. Chaque inspiration était un supplice, chaque expiration un effort surhumain.

« Et les autres ? »
finis-je par articuler. « Tous les autres vont bien ? »

Hunter, Fao, Noel, Snow et tous ceux qui pouvaient compter à mes yeux… Chuck savait très bien à qui je pouvais faire allusion, mais il n’avait mentionné que Lloyd ; peut-être ma réaction ne lui avait elle pas laissé la possibilité d’en dire plus. Je n’y croyais pas, il ne se serait pas interrompu, il aurait continué afin de ne pas renouveler les coups de poignard indéfiniment. Du moins, j’osais l’espérer. Malgré tout, j’avais besoin de certitudes. Je n’arrivais même pas à appréhender la mort de Lloyd, il fallait que j’obtienne une confirmation nette et précise.
Mes larmes ne semblaient pas vouloir se tarir. Est-ce que c’était cela, être en état de choc ? Je tremblais un peu, secouée par les sanglots que je réprimais avec force. Je me donnais suffisamment en spectacle comme ça. Ça n’était pas même une question d’orgueil ou d’amour propre. Je n’essayais pas tant de convaincre Chuck que je pouvais gérer que j'essayais de me convaincre moi-même. La vérité, je la connaissais. Ça n’allait pas. Ça n’allait pas du tout et ça n’irait pas bien non plus demain, ni le jour d'après. Ce qui allait se passer ? J’allais sans doute tout refouler, comme d’habitude. L’intérieur serait gangréné mais au moins, la présentation resterait impeccable.

« Chuck ? »


Inspirer, expirer. Dieu que c’était difficile…

« Ça ne va pas aller mieux, pas vrai ? »


Shine bright in the dark
I am a nation, I am a million faces formed together, made for elevation. I am a soldier, I won't surrender. Faith is like a fire that never burns to embers. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6824-chuck-don-t-tell-me-what-to-do-and-don-t-tell-me-what-to-say?nid=14#154915http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6835-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow-chuckhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6840-chuck-s-rp-i-m-not-a-monster#155004http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6836-chuck-more-than-kisses-letters-mingle-soulshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6837-chuck-et-les-hiboux-express#154947

Arrivé(e) le : 29/09/2016
Parchemins rédigés : 646
Points : 7
Année : 6ème année.

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Shaelyn E. Calwell

MessageSujet: Re: From now on i'll fight for you + ft. Sloane   Sam 17 Juin - 18:41



C'est l'horreur... Annoncer à Sloane qu'un ami proche à elle est mort a me fend le coeur, peu importe notre relation, c'est quelque chose qu'on est pas censé se dire quoi. J'arrive toujours pas à croire que les mangemorts ont tué certains d'entre nous, c'est tellement horrible. Les larmes commencent alors à couler sur le visage de Sloane et je ne peux m'empêcher de me mordre la lèvre. Je me sens tellement mal pour elle, elle été proche de lui, je n'arrive même pas à imaginer si un proche à moi était mort dans cette bataille, comment j'aurais réagi... J'aurais été dévasté. Je connaissais vaguement Lloyd, et c'était déjà un choc pour moi, mais j'espère ne jamais ressentir la douleur que Sloane doit avoir en ce moment même. Chacune de ses larmes me rend toujours plus triste et mal, tellement que j'ai envie de défouler mes nerf sur le prochain mangemort que je croiserai. Mais à quoi bon ? Ca n'empirerai que la situation et qui sait les répercussions que ça pourrait avoir. Qui sait de quoi les mangemorts et Blackman sont capables ? Je ne serais pas étonné qu'ils viennent à utiliser le sortilège de mort au bout d'un moment. J'en sais rien, je ne sais même pas pour combien de temps nous allons devoir supporter tout ça, j'espère que le ministère, les gens de l'extérieur, vont nous sauver, sinon on risque d'être vraiment dans la merde. Sloane s’assoit alors sur le canapé, elle doit être dévastée et sous le choc... Je n'attends pas longtemps pour m'installer à côté d'elle, je veux qu'elle sache que malgré notre relation qui, avant Halloween, n'était pas à son plus beau jour, je suis là pour elle et je ne vais pas la laisser tomber. Entre les sanglots Sloane me pose des questions et je ne peux m'empêcher de lui jeter un regard. Ce n'est pas un regard de pitié ou de tristesse mais plutôt de haine, pas contre elle, mais contre cette situation merdique.

« Mis à part des blessures, il n'y a pas d'autres grand dégâts. Ils vont tous plus ou moins bien. » dis-je en haussant les épaules.

Aller bien c'est relatif, parce que personnellement je ressent tout sauf du bien-être, mais au moins nous sommes en vie. J'ai encore les images de la bataille d'Halloween qui me reviennent pendant mon sommeil. Phoebe... Si j'avais perdu Phoebe je crois bien que j'aurais assassiné Blackman de mes propres mains. Enfin, c'est bien beau de dire ça mais j'aurais probablement été tué bien avant que je puisse accomplir mon vœu. Je me dois de me sentir chanceux de ne pas avoir d'ami proche gravement blessé ou mort... Même si ça me met hors de moi de voir Sloane amochée par un sbire de Blackman. C'est n'importe quoi. Les tremblements et les pleurs de Sloane ne se calment toujours pas et je me sens toujours aussi mal pour elle. Quelle situation étrange, mon ex copine entrain de pleurer assise juste à côté de moi, j'avoue ne pas savoir comment agir... C'est la première fois que je me retrouve dans une telle situation.

« Je suis désolé... » dis-je dans un souffle.

Cette simple phrase veut rien dire, mais en même temps dire pleins de choses. Je suis désolé que son ami soit mort, mais aussi désolé que je n'ai rien pu faire contre cela. Je crois même que c'est la première fois que je lui dis désolé d'une telle sincérité, même après notre séparation je n'ai jamais vraiment réussi à dire ça comme ça, c'était peut-être le bon moment. Lorsque Sloane reprend la parole, je repose ma tête sur mes mains en soupirant. J’espère du plus profond de mon être que ça ira mieux.

« J'en sais rien. Mais faut forcément qu'on survive... Que tu survive.  Dis-je lentement. C'est la merde, tellement la merde.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
From now on i'll fight for you + ft. Sloane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Les Cachots et Sous-Sols
 :: Le Couloir des Sang-de-Bourbes
-
Sauter vers: