AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 572
Points : 0
Crédit : moi - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Jeu 2 Juin - 23:03

Les nuits sont parfois bien longues, lorsque l’on est professeur d’une école. Il ne fallait pas croire que nous ne faisions rien de nos soirées. Après avoir assuré des cours tout au long de la journée, il restait encore du travail à faire. Entre des liasses de copies de septième année, à côté de celles des troisième année, j’avais de quoi occuper plusieurs soirées d’affilée. Je tenais absolument à rendre les corrections dans les délais que je m’imposais. Après tout, les élèves daignaient à effectuer leur devoir pour chaque prochaine semaine qui arrivait. Il était donc respectueux de ma part d’en faire autant. Vingt-trois heures venaient de sonner lorsque je venais de terminer l’évaluation des trois-quarts de mon quota du soir. Je m’étirai doucement, luttant contre l’envie d’aller de me reposer sur mon lit en lisant un nouveau best-seller sorti chez Fleury et Botts. Les bougies de mon chandelier perdirent bientôt leur cire, me signifiant sans doute qu’il était temps de quitter mon bureau. Méditant entre l’envie de boire un petit remontrant dont je connaissais si bien la recette et celle de retourner dans mes appartements, je fus bien vite interrompue dans mon dilemme. Un boucan en provenance de la sortie des cachots attira mon attention. Qui diable se permettait-il de mettre un terme au doux silence qui régnait, ce soir ? S’il s’agissait d’un élève, il ne ferait pas long feu en ma compagnie. J’espérais que les préfets qui faisaient la ronde habituelle ne se montrent guère peu tolérants envers les fauteurs de trouble. Remettant ma robe de sorcière en place, je pris la direction des corridors froids des cachots. A cette heure-ci, une ambiance encore plus sinistre envahissait cet endroit. Mais j’y étais habituée et je devais bien avouer que cette atmosphère sombre me plaisait. Comme tout Serpentard, je baignais dans cet élément qui me semblait doux et apaisant. Lorsque la lumière vive en provenance des escaliers réchauffa mes joues, des palabres parvinrent jusqu’à mes oreilles. J’avais pensé à un élève éveillé qui aurait pris le risque de discuter à voix haute, mais plus j’avançais et plus je dus me raviser sur une autre idée. Bien intriguée par l’objet de cette perturbation, je sortis ma baguette. On était jamais trop prudents avec un Peeves dans les parages. Même en tant que directrice des Serpentard, il ne me craignait pas autant que le Baron Sanglant.
Remontant un petit escalier qui menait en haut du hall d’entrée, elle finit par tomber sur la personne qui venait de parler. Elle reconnut rapidement sa silhouette avec stupéfaction ; Aaron se retrouvait là, devant la Grande Porte, la mine rouge et complètement à l’Ouest. Je descendis lentement les quelques marches qui menaient au hall, observant le professeur avec méfiance. J’avais été mise au courant d’une soirée se déroulant à Pré-Au-Lard avec des anciens élèves de Poudlard ‒ aujourd’hui à l’Université ‒ mais apparemment, Aaron était rentré seul sans la compagnie des autres enseignants du château qui avaient envisager de s’y rendre également. Je l’observai, bien surprise. Avait-il forcé sur l’alcool ? Ce n’était vraiment pas une manière correcte de revenir à l’école, même s’il était bien tard. Je fronçai les sourcils, me demandant clairement si ses mouvements irréguliers n’avaient pas pour autant aggraver sa capacité de réflexion.
« Aaron, tout va bien ? » demandai-je à la fois avec inquiétude et scepticisme.
Tout en lui posant cette question, je m’approchai de lui tout en veillant à garder une certaine distance. En vue de son état étrange, il valait mieux rester prudente d’autant plus que j’étais toute seule. Je jetai un coup d’œil aux alentours : pas la moindre de trace d’un préfet, d’un professeur ou d’un élève lambda aux environs.



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.



Dernière édition par Professeur M. Burgess le Jeu 25 Aoû - 11:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 236
Points : 0
Crédit : Angel Dust
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Mer 15 Juin - 11:58

    Ce soir, c’est le genre de soir qui ne se passe absolument pas comme prévu. Enfin ça, c’est probablement ce que je dirai demain matin. Là dans l’immédiat, j’ai un peu du mal à mettre une pensée devant l’autre, et encore plus pour mes pas. Ou est-ce l’inverse ? Bah, c’est trop compliqué. Enfin, tâchons de retracer ce qui avait pu se passer pour que j’en arrive là.
    Au début c’était une sortie assez banale. Une petite réunion d’anciens élèves avec d’autres professeurs et quelques élèves de Poudlard triés sur le volet, ayant lieu aux Trois Balais. Un truc banal, très peu arrosé. Mais ça, c’était la base. Un peu plus tard dans la soirée, j’ai aperçu des amis que je n’avais pas vus depuis un moment à une table. Je suis donc allé les voir en priant mes collègues de ramener les élèves au château. Grossière erreur mon cher Aaron. On avait beaucoup à se raconter, et cette fois on ne tournait plus à la biéraubeurre. Et l’alcool appelant l’alcool, j’ai fini dans un état dans lequel je ne devrais pas me trouver en semaine. C’était quand même le comble de finir comme ça à Pré-au-lard.

    Enfin bref, la soirée se termina donc et je repris le chemin du château qui, étonnement, semblait nettement moins droit qu’à l’aller. Mais finalement j’avais réussi à ne pas me perdre ou tomber sur le chemin, j’avais réussi à atteindre le château. Les grandes portes, par contre, se révélèrent être un obstacle un peu plus difficile. Pousser la porte n’aura jamais été aussi dur, la taille ne me gênant pourtant pas habituellement. Mais là, quand je réussis à pousser la porte correctement, je manquais de tomber, me rattrapant de justesse. Je refermais derrière moi, aussi doucement que je pouvais dans un éclair d’intelligence, ou simplement d’instinct. Mais comme tout homme saoul qui se respecte, la logique n’était pas mon fort sur le moment. En effet, je parlais à voix haute de choses dont je ne me souviendrai probablement pas. En tout cas, ça n’avait pas grand sens, à part peut-être un ou deux « mais qu’est-ce que je fous ? ». C’était une façon comme une autre d’essayer de me garder conscient, mais évidemment, cela attira l’attention. Je me dirigeais donc vers les escaliers pour rejoindre au plus vite mes appartements (oui, même complètement pété je reste un tant soit peu conscient pour savoir ce que je dois faire), quand une voix familière m’interpela. Je levais les yeux qui, jusque-là, fixaient le sol pour essayer de marcher droit, pour voir Morgana. Bien que dans un sale état, je compris étonnement ce qu’elle me disait et je pus lui répondre.

    « Ouiiiii ça va et toi ? »


    Ma voix avait un peu dérapé sur le oui, mais le message était passé. J’arrivais encore à articuler relativement bien, c’était ça de gagné. Cela étant elle m’avait stoppé dans mon inertie en se plaçant près de moi, me forçant à m’arrêter. Et dieu que ma tête tournait une fois que j’étais stoïque. C’était dur de rester droit dans mon état mais bon, elle était devant moi et, étrangement, ça ne me déplaisait pas. Je n’avais pas les idées assez claires pour me dire que ce n’était pas normal, cette façon que j’avais de la regarder, mais je ne la voyais plus tant pour Morgana que pour une femme comme une autre…




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 572
Points : 0
Crédit : moi - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Dim 19 Juin - 13:29

Je n’avais jamais vu Aaron dans un état aussi épouvantable. Même à l’USL, je n’avais jamais pris le temps de m’intéresser à ses activités d’étudiant, alors j’ignorais ce qu’il donnait en étant complètement ivre. La seule chose dont j’étais certaine était qu’il ne fallait pas qu’on le voie ainsi, s’il ne souhaitait pas avoir de problèmes. Je pensais notamment à Minerva qui ne témoignerait d’aucune tolérance à l’égard de ce comportement insouciant. D'ailleurs, on pouvait se demander la raison pour laquelle il n'avait pas opté pour une nuit chez madame Rosmerta. Les choses auraient sans doute été plus simples pour lui que de revenir jusqu'au château et risquer sa place. Enfin, cette réflexion était peut-être de trop pour une personne qui n'était plus capable de juger les choses avec rationalité. Je ne savais pas ce qui me poussait à m’inquiéter autant pour lui, mais je me devais de le tirer hors de cet endroit au cas où un autre professeur ou un préfet ferait une patrouille dans les alentours. Il n’était vraiment pas dans son assiette. Son regard vide et son air béat ne laissaient présager rien bon. C’était évidemment sans compter la réponse qu’il venait de me sortir avec une voix un peu trop aigue et irrégulière. Je me demandais s’il était encore suffisamment lucide pour me suivre. Je posai ma main sur son épaule, décidée à me charger de son cas même si cela était loin de me faire plaisir. Entre Aaron et moi, les choses étaient assez compliquées et, par un curieux hasard, il avait fallu que cela soit moi qui le découvre dans cet état.
« Je vais bien aussi, répondis-je en rentrant volontairement dans la discussion. Accompagne-moi, je vais te montrer quelque chose, Aaron. »
Je forçai un sourire dans le but de le mettre en confiance. En vérité, il lui était plus que nécessaire que je l’emmène jusqu’à mon bureau. Là-bas, j’avais tout un arsenal efficace pour l’aider à décuver rapidement. Mais pour cela, il fallait que je parvienne à le tirer doucement avec moi pendant que je monterai les marches menant aux escaliers. J’aurais également pu l’escorter jusqu’à ses appartements, cependant, je ne savais pas si monter autant d’étages lui aurait porté chance. A l’heure actuelle, il y avait bien plus de probabilité de rencontrer des préfets dans les étages supérieurs. Par précaution, il valait mieux que je le soigne dans les cachots. La solidarité des professeurs me poussait décidément à fraterniser avec l’ennemi. Je pensais cela ironiquement, bien sûr. Cela faisait des années que je n’éprouvais plus d’aversion envers lui, mais j’avais osé espéré qu’il en serait de même pour lui. Je ne pourrais guère cacher que son rejet a fini par me froisser et que je me suis parfois montrée assez froide lorsqu’il refusait mon amitié. Seulement, je n’étais plus aussi mauvaise qu’auparavant. Quand bien même sa fermeture d’esprit m’insupportait, je restais prête à endosser mon rôle jusqu’au bout. Mon ancien métier consistait bien à aider les gens en détresse et ce, peu important mes affinités avec les patients. Une vie humaine restait une vie humaine.
« Tu arrives à monter, ça va ? » Demandai-je à voix basse.
Je l’aidais à tenir en passant un bras dans son dos et un autre devant lui pour prévenir d’une éventuelle chute. Il avait l’air assez blême mais surtout perdu. Sa tête devait certainement tourner puisqu’il n’avançait pas correctement et avait tendance à tituber. Enfin, ce n’était pas cela qui me perturbait le plus. En fait, il s’agissait plutôt du regard qu’il m’adressait. Je n’avais plus l’impression qu’il s’agissait du Aaron qui se méfiait de moi sans cesse. Non, oh que non. Finalement, je n’étais certainement plus la Morgana qu’il connaissait et c’était bien cela que j’appréhendais.



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 236
Points : 0
Crédit : Angel Dust
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Jeu 30 Juin - 8:34

    Depuis quand ils ont installé des escaliers mobiles à l’entrée ? Surtout que ceux-là, ils bougeaient bizarrement. Ca va être compliqué de monter ces trucs hein, ils sont fous dans ce château. Enfin, je ne comptais pas vraiment monter maintenant. J’étais en charmante compagnie, et je ne comptais pas la lâcher de si tôt. De toute façon, je n’aurai même pas à le faire, puisqu’elle me proposa toute seule de la suivre pour me montrer quelque chose. J’ai fait bien assez de soirées arrosées quand j’étais plus jeune pour savoir où cela allait nous mener. Je répondais à son sourire par un autre un peu plus tendancieux. J’avoue que ça s’était rarement passé aussi vite, c’est vrai, mais après tout prendre les devants comme ça, ce n’était pas pour me déplaire. Toujours sans aucune retenue dans la hauteur de ma voix, mais sans pour autant le crier, je lui répondais avec une certaine dose de malice :

    « Vas-y je te suis. »

    Une part de moi encore un peu lucide se demandait dans quoi je m’embarquais là. Mais c’était la partie minoritaire, donc je comptais bien la suivre où elle le voudrait quand même. Après tout, pourquoi dire non à une belle femme ? Ce serait louper une occasion en or, bien que ma partie lucide ne l’entende pas de cette oreille. Mais c’était l’autre qui était aux commandes, le concept d’ennemie n’existait plus dans mon esprit imbibé d’alcool. Du moins pour la soirée, demain ce serait une autre histoire. Mais comme on dit, il faut vivre l’instant présent non ? Je chassais donc ces pensées de mon esprit pour éviter ce conflit interne pour me concentrer sur ma situation. Et la situation tournait plutôt bien puisqu’elle continuait de prendre les devants, me demandant si j’arrivais à monter les marches et m’enlaçant au passage. Bon alors faut avouer qu’elle avait une drôle de façon de me prendre dans ses bras, mais c’était original au moins, c’était intéressant. Par contre, les escaliers, c’était une autre histoire. Il fallait vraiment que je monte ces trucs qui bougeaient dans tous les sens ? Bien sûr qu’il le fallait, mais de là à réussir, c’était une autre paire de manches. J’insiste, c’était une sale idée de mettre des escaliers mobiles à l’entrée. Même si j’avoue être dans un sale état, les nouveaux élèves risquent d’être perdus aussi avec cette technologie si chère à Poudlard dès leur entrée dans le château.

    « Je peeeeense que oui. »


    A peine avais-je fini ma phrase, avec toujours le même volume dont je ne devrais pas avoir recours, que je trouvais ma tête plutôt lourde. Et quitte à avoir une escorte, autant en profiter non ? Je laissais donc ma tête pencher lentement sur le côté pour aller se poser sur l’épaule de ma collègue. De toute façon avec les avances qu’elle me faisait, ça ne devrait pas la choquer, ce n’était plus le moment de faire la sainte nitouche. Vint donc ensuite la montée des escaliers, le moment tant redouté mais par lequel il fallait passer d’après les dires de Morgana. D’un pas peu assuré malgré l’aide de cette dernière, je montais la première marche, la deuxième, puis… C’est le drame. Mon pied loupe la troisième marche, me déséquilibrant. L’alcool n’aidant pas, je perds totalement l’équilibre, et je commence à chuter en direction de Morgana (en même temps vu ma position je n’aurais pas pu tomber autrement). Peut-être arrivera-t-elle à me redresser à temps, sinon je risque fort de me retrouver sur elle. Ce qui n’était pas pour me déplaire, ça ne ferait qu’accélérer les choses après tout…




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 572
Points : 0
Crédit : moi - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Mer 6 Juil - 0:10

Aaron accepta donc de me suivre sans protester, mais je n’étais pas vraiment rassurée par le sourire ambigu qu’il m’affichait. Moi aussi, j’avais été jeune et j’avais profité des soirées étudiantes. Ce genre de regard, ce genre de sourire, je les connaissais par cœur. C’était ceux que les prédateurs jetaient à leur proie féminine quand ils tentaient une approche. Généralement, l’alcool les guidait, tout comme ce soir. J’aurais pu le laisser se débrouiller mais c’était une mauvaise façon d’agir ; en quelque sorte, une non-assistance à une personne dans le besoin. En l’occurrence, il avait vraiment besoin d’aide. Pour le moment, les choses ‒ bien que tortueuses ‒ paraissaient bien se dérouler. Il parvenait à se hisser pas à pas sur l’escalier pendant que je le tenais fermement pour ne pas qu’il tombe. Son déplacement était lent et maladroit.
« Tiens-toi bien à moi. »
C’est ce qu’il fit après que j’eus passé son bras autour de mes épaules pour qu’il puisse prendre un appui pendant que je le tenais à la fois au niveau du dos et du torse. Ce n’était pas le contact physique le plus appétissant de toute mon existence, mais il était idéal pour parvenir à le hisser jusqu’en haut. Je dus également retenir une grimace lorsque son haleine alcoolisée parvint jusqu’à mes narines. Ce n’était pas le meilleur parfum du monde, ce mélange de Cognac et de Whisky. A vrai dire, je ne pouvais pas prétendre être contente de son comportement. C’était vraiment irresponsable de sa part que d’oser se pointer au château dans cet état. Hélas, il m’était inutile de lui faire la morale à ce sujet ; il ne comprendrait que la moitié de mes propos, j’imagine.

Lorsque je lui demandai s’il arrivait à grimper les marches, il me répondit de manière positive, sur une voix qui dérapait monstrueusement et qui témoignait de son problème. Je lui chuchotai doucement à l’oreille qu’il ferait mieux de parler moins fort pour ne pas que d’autres ne l’entendent. J’espérais qu’il puisse s’exécuter sans poser la moindre question. Je n’étais pas sûre qu’il apprécie, le lendemain, d’apprendre qu’il s’était donné en spectacle de cette manière. Je jetai constamment des regards autour de moi pour assurer nos arrières. Mais alors que je me concentrais un peu trop sur une statue suspecte, je perdis ma vigilance. D’un coup, Aaron se mit à perdre l’équilibre, vacilla, puis tomba vers ma direction. Les yeux écarquillés de surprise, je titubai, tentant de m’agripper au rebord de l'escalier. Malheureusement, mon effort fut vain et je me retrouvai les fesses sur la surface froide d’une marche, en compagnie de mon collègue totalement affalé sur moi. L'odeur de l'alcool semblait se déverser davantage…
Écrasée par son poids, je ne parvins pas à m’extirper de ce guêpier. Je m’étais, au passage, cognée le bas du dos contre le rebord et je ne pus réprimer un petit gémissement de douleur. Voilà que nous étions acteurs d’une scène risible et pitoyable. Je fronçai les sourcils, visiblement très peu amusée par cette situation. Peut-être même que j’en avais rougi d’agacement et de honte.
« Relève-toi… vite ! Il ne faut pas que l’on te voit comme ça, sinon tu pourras dire adieu à ton poste de professeur. » Chuchotai-je sur un ton sévère.
Et peut-être le mien également. Quiconque nous observerait dans cette position se mettrait à se faire des films à notre sujet. Je n’avais pas envie d’être au milieu d’une nouvelle rumeur abracadabrante, surtout qu’il n’y avait strictement rien entre lui et moi. Loin de là, même. Je tentai de le repousser avec mes mains, mais Aaron ne semblait pas vouloir quitter sa posture. Il était presque couché sur moi. J’avais simplement relevé mon buste pour ne pas toucher le sol avec mon dos, mais si je me redressais un peu trop, je brisais nos distances.
« Tu es vraiment mal en point… Tu feras plus attention à l’avenir, j’espère ! Allez, lève-toi, quelqu’un pourrait nous voir. » Ajoutai-je dans un long soupir, en haussant un peu le ton tout en veillant à ce que cela ne raisonne pas trop entre les murs.
Je ne fis pas d’autres commentaires sur le fait que cette position était gênante et ambigu. Je ne souhaitais qu’une chose : lui faire avaler une Potion qui nous ferait bien vite passer à autre chose. Ses yeux ne me lâchaient désormais plus et cette proximité ne m’arrangeait vraiment pas venant d’un Aaron saoul.



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 236
Points : 0
Crédit : Angel Dust
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Jeu 7 Juil - 8:41

    Le lendemain allait être très dur après ce qui allait se passer dans quelques instants. Ca faisait très longtemps que je n’avais pas fini dans cet état, probablement depuis ma première vraie grosse cuite. Depuis j’avais une résistance correcte, mais je ne savais pas ce qu’il s’était passé ce soir. Je ne savais plus rien en fait. Je n’avais pas non plus des trous noirs, mais c’était simplement les pensées qui avaient du mal à se suivre. Surtout en présence de Morgana. L’alcool m’avait-il fragilisé pour qu’elle me fasse cet effet ? Probablement. En attendant demain, même si je serai dans le mal à cause de ces évènements, je serai quand même un minimum content d’être tombé sur elle. Mais bref, pour l’instant mon petit Aaron, il va falloir que tu te concentres sur les escaliers ondulés qui te faisaient face. J’étais donc bien installé, ma tête posée, et la montée débuta. Mais pas pour longtemps. La troisième marche me fit faux bond, je chutais, et malheureusement Morgana ne put me redresser. En même temps, même si on ne pouvait pas vraiment me qualifier de gros, je devais très facilement peser plus que ma collègue qui était encore plus fine que moi.

    Le résultat de la chute fut sans appel : Morgana se retrouvait assise sur l’escalier, et moi j’étais allongé sur elle. Si je n’avais pas eu le réflexe de me rattraper sur mes bras, j’aurais fini au niveau de sa poitrine. Ça aurait été bien… Mais ne précipitons pas les choses voyons, cette situation sera déjà une avancée bien suffisante dans le déroulement de la soirée. Elle me chuchota un truc au sujet de mon poste de professeur, si j’ai bien compris que je risquais de perdre. Baaah elle pourrait pas juste profiter de l’instant ? D’autant plus qu’il n’y avait personne à cette heure-ci dans le château. Tout le monde dormait, excepté nous apparemment. Je relevais mes yeux qui étaient jusque là fixé sur ce qui aurait été ma destination si je ne m’étais pas rattrapé, si vous voyez ce que je veux dire, pour les reposer sur son visage. Avec un sourire au croisement entre le niais et le séducteur, je lui répondis :

    « Mais non voyons, il n’y a que nous ici. »

    J’avais étonnement réussi à baisser d’un ton sur ce coup-là. C’était sûrement dû à la situation qui était plus proche. En tout cas, ce n’était pas un éclair de lucidité, ça, c’est sûr. Tandis qu’elle continuait de me sermonner, je continuais de la fixer. Si je n’avais pas le regard vide, n’importe qui pourrait dire que je la dévorais des yeux. Quand elle eut fini, ce fut à moi de lui répondre en réussissant encore à garder un ton de voix bas. Il était temps de passer aux choses sérieuses.

    « Voyons, ne sois pas si pressée, on a le temps. Commençons par le commencement. »


    Et sans plus attendre, sans lui demander son avis, je vins presser mes lèvres contre les siennes. C’est bon, on avait bien assez poireauté. Il était temps de passer aux choses sérieuses, et un petit baiser était un bon début. Enfin petit, c’était vite dit. Quitte à me lancer, autant le faire correctement. J’envoyais donc également ma langue en infiltration pour faire d’un petit bisou un vrai baiser…




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Ven 8 Juil - 13:18

La soirée était déjà bien avancée quand je quittai mon lit. Le parquet grinça, Quincey remua légèrement. L'espace d'une seconde, j'ai cru qu'il allait se réveiller mais il n'en fit rien. Difficile de savoir si j'appréciai cette indifférence ou non. Dans le fond, il n'y était pour rien, il dormait, et même s'il avait fait semblant, j'étais prêt à reconnaître silencieusement que c'était totalement ma faute. Il repoussa sa couverture et ne bougea plus, laissant un silence de mort régner sur notre dortoir. Comme trop souvent depuis quelques mois. Ca me manquait presque de ne plus le faire chier à tout va, de ne plus le provoquer, de ne plus le voir y répondre sans comprendre ce que je pouvais bien lui reprocher. Maintenant, on le savait. Tous les deux. Et c'était pire encore que l'ignorance. J'avais l'impression de voir des sous-entendus partout, dans ses regards, dans la façon qu'il avait de m'esquiver dans les couloirs, dans chaque coïncidence qui nous forçait à nous côtoyer. Tout le temps. Je maudissais à chaque seconde ce soir de merde où il m'avait fait oublier à quel point je le détestais. Je finis par détourner les yeux en soupirant et disparus dans les escaliers. La porte ne claqua même pas, pour une fois, comme si même sans le vouloir j'admettais que la guerre était terminée. Quelle connerie ! J'en avais marre de rester enfermé. Le sommeil était aux abandonnés absents et les vacances – comme les examens mais ne comptez pas sur moi pour l'avouer – me rendaient nerveux. J'avais besoin de bouger plutôt que de tourner dans mon lit à m'en rendre dingue. Je ne mis pas longtemps à me retrouver dans le couloir. C'était calme. Tout le château dormait à cette heure-là. Sans trop savoir pourquoi, je décidai de rejoindre le parc. Le grand air, la liberté – une arnaque mais on fera comme si ça ne se savait pas – tout ça ne pourrait sûrement que me faire du bien et appeler Morphée. Qui m'avait visiblement bien oublié ce soir encore. Je n'osais même pas imaginer ce que ça serait à la maison. Les nuits trop courtes, les journées trop longues, l'impression foireuse d'être moins fatigué pendant les cours... La routine. Je n'avais pas encore préparé ma valise pour rentrer qu'il n'y avait rien que je souhaitais plus au monde que de revenir à Poudlard.

Une petite balade nocturne et je remonterais sans faire d'histoire. Sage, silencieux, invisible. Personne ne me reprocherait rien. Normalement... Je n'avais jamais été un as lorsqu'il était question d'échapper aux retenues. C'était même pas une question de discrétion, seulement une question de poisse. Si par malheur je tournai dans un couloir, il y avait 99% de chance qu'un abruti de préfet soit dans l'autre. Généralement ceux de Serpentard ou les miens. Les pires. Ceux qui n'hésitaient pas une seule seconde à sévir dans l'espoir de te donner une leçon ou d'écraser la concurrence. Les marches défilaient à toute allure. Le sol était froid, suffisamment pour me faire regretter de ne pas avoir pris la peine d'enfiler mes chaussures. Se trimbaler en pyjama dans les couloirs de l'école, c'était cool. D'aussi loin que je me souvienne, ça avait toujours fait partie de mes habitudes scolaires. Un peu contrecarrées parfois par des intellos prêts à tout pour sauver leurs points, postés devant la porte pour être sûrs que je ne fuirais pas. Ca faisait longtemps que ça n'était plus arrivé. On traînassait toujours en queue de peloton. Et moi, ça me faisait ni chaud ni froid. C'était une course stupide toujours remportée par les blaireaux, pas la peine de se battre pour quelque chose dont on connaissait déjà l'issue. C'était limite immuable. Une triste histoire, si vous voulez mon avis. Mais avec laquelle j'ai toujours su composer. Le Hall se dessinait enfin. Plus que quelques mètres et je serais dehors. Cet instant d'excitation au moment de pousser les lourdes portes en croisant les doigts pour qu'elles ne grincent pas et n'ameute pas tout le château est juste génial. Mais je n'ai pas eu le temps de le connaître cette fois-là. Des bruits indistincts remontèrent depuis les cachots. Des voix. Je ne discernais pas les mots et étais bien incapable de savoir à qui elles appartenaient. Un peu trop loin, j'imagine. J'aurais dû continuer mon chemin sans demander mon reste mais c'était plus fort que moi, il fallait que j'aille voir ce qu'il se passait là-bas. Mon cœur s'était mis à battre plus fort alors que je m'éloignais des portes.

Peut-être que je courrais droit dans la gueule du loup, je n'en savais absolument rien. La fin d'une ronde de préfets, le moment des adieux que je briserai lamentablement sans le vouloir, ou la fringale nocturne d'un professeur... Ca pouvait être n'importe quoi et pas forcément un crétin violant avec sauvagerie le règlement. Les voix se faisaient de plus en plus claires et il ne me fallut pas longtemps pour devenir qu'il s'agissait finalement de Winslow. Qui parlait aussi fort que s'il était en cours et que le monde entier devait l'entendre. Il n'avait pas franchement l'air dans son état normal. Et autant dire qu'on me la fait pas, le mec bourré, je visualise facilement. Je ne regrettais pas d'avoir oublié ma sortie. Quelques secondes plus tard, l'autre voix se détache plus nettement. Aaaaah, ma chère Burgess ! Le hasard faisait admirablement bien les choses, ce soir. Je ralentis la cadence, plus silencieux que jamais. La discrétion n'était pas mon fort mais avec les efforts que je faisais ce soir, on aurait dit un fantôme survolant les pierres froides sans même y poser le pied. Puis je finis par m'arrêter brusquement derrière une armure, à quelques mètres des escaliers qu'ils semblaient grimper. Leurs ombres se dessinaient sur les murs. Enlacés ? Sérieusement ? J'attendis un instant, juste pour être certain qu'ils ne m'avaient pas entendu et passai la tête pour les observer. Non, ils n'étaient pas seulement enlacés, Winslow était carrément vautré sur Burgess. Je n'étais pas convaincu par cette technique de drague mais peut-être qu'elle était réceptive. Elle était seulement dérangée qu'on puisse les voir. Enfin, c'est comme ça que je pris ce qu'elle lui répliqua. Ces paroles résonnèrent étrangement à mes oreilles, comme une impression de déjà vu désagréable. Quincey, les toilettes, cette putain de porte... Ouais, je comprenais, en fait. La voix de Winslow se fit plus faible et je dus faire attention pour capter ce qu'il racontait. Il avait vraiment l'air fait, lui. C'était pas l'image qu'on avait d'un prof de la plus prestigieuse école de sorcellerie d'Europe, blablabla... En fait, c'était juste un repère d'alcolo comme un autre.

Pendant que j'étais en train d'enfoncer le statut de notre cher collège, lui passa à la vitesse supérieure. Ses lèvres vinrent se poser sur celles de Burgess. Il était courageux ! Ou inconscient. Ou suicidaire. Ou complètement maso... C'était un peu dégoûtant, en réalité. Je ne voyais pas très bien de là où j'étais, mais ça ne faisait aucun doute. Il était en train de lui rouler un patin au beau milieu des escaliers des cachots. Le règlement, il était mort. Le sourire qui étira mes lèvres à ce moment-là n'annonçait pas grand chose d'intelligent. La guerre qui s'était déclarée dans sa salle de classe allait prendre une toute autre dimension, maintenant. Elle n'avait pas l'air d'avoir envie que ça se sache et c'était tant mieux. Son secret était entre de bonnes mains. La rentrée allait promettre ! Que je sois encore dans sa classe ou non. J'avais l'impression d'être un môme qui venait de recevoir le plus beau cadeau de Noël du monde, et le mien c'était de pouvoir faire de sa vie un petit enfer. Ca valait tous les cadeaux du monde ! En attendant, il était question de fuir au plus vite, histoire de lui garder la surprise bien au chaud. Un dernier regard à leur couple ridicule et je fis marche arrière, aussi discrètement que j'étais arrivé. Je n'avais plus envie de sortir, moi, maintenant, seulement de rejoindre mon dortoir et d'y rester jusqu'à ce que le jour se lève, comme l'élève sage et discipliné que j'avais bien fait d'oublier d'être. Lorsque je fus certain d'être hors de vue, j'oubliai toute notion de silence et remontai les escaliers quatre à quatre. Peut-être qu'ils entendraient quelque chose, je n'en savais rien même si je n'espérais pas, et ça n'avait pas la moindre importance dans le fond, d'ici qu'ils arrivent jusque là, je serais dans mon lit, aussi innocent que si je ne l'avais jamais quitté...
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 572
Points : 0
Crédit : moi - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Lun 25 Juil - 19:16

Aaron refusait de m’écouter. Mon flot de paroles traversait ses oreilles sans qu’il ne retienne un seul mot. Ce simple fait me fit peu à peu comprendre que quelque chose se tramait et que cela allait me déplaire. Ce sourire à mi-chemin béat et séducteur aurait pu en faire fondre plus d’une, mais à l’heure actuelle, cela m’inquiétait et m’agaçait plus qu’autre chose. Je tâchais de soutenir son regard d’une manière rude pour le dissuader d’un quelconque comportement inapproprié mais cela n’eut guère l’air de l’affecter. J’étais comme face à un aveugle, doublé d’une surdité. Non, vraiment, je ne souhaitais pas que cela dure. Il n’était pas lui-même et il regretterait très certainement cette scène si sa mémoire osait lui en conserver le souvenir. Dans une tentative de le faire revenir un peu à la raison, je repoussai doucement ses épaules mais il demeura aussi solide que du béton. Je finis par répondre :
« Ne dis pas n’importe quoi. D’ailleurs, éloigne-toi un peu, tu v… »
Je n’eus pas le temps de finir ma phrase. Sa réplique me coupa la parole et il m’assura que nous avions le temps. Non, nous ne l’avions pas. Les choses se pressaient et j’avais de plus en plus un mauvais pressentiment. Cette posture ne me permettait pas de faire grand-chose et j’avais beau vouloir me relever, son poids m’empêchait de le faire. D’ailleurs, de quel commencement venait-il de parler ? Mon rythme cardiaque s’accéléra. Je ne le sentais vraiment pas. Stupéfaite, je demeurai impuissante face à son approche. Son visage s’approcha bien plus du mien et même un geste de recul de ma part n’eut aucun effet. Ses lèvres s’appuyèrent fougueusement contre les miennes, ce qui coupa brièvement ma respiration. Vivais-je vraiment cet instant improbable ? Cette pensée me transperça cruellement. J’essayai de rompre ce contact inapproprié en le repoussant plus fortement par les épaules. Malheureusement, ce fut vain. Sa détermination rendait son emprise plus forte. Je n'irais pas jusqu’à dire que ce baiser était désagréable ‒ je venais de comprendre, à contrecœur, qu’il s’avérait doué en la matière ‒ mais l’odeur de l’alcool, l’action irréfléchie d’Aaron, ainsi que le fait que nous étions collègues et toujours en froid ne me suscitait aucune joie. Cela partait trop loin et à ce rythme, j’étais prête à me défendre s’il osait s’aventurer un peu trop sur ce terrain. Lorsque sa langue força un chemin pour retrouver la mienne, je laissai échapper un gémissement désapprobateur tout en continuant de vouloir le repousser. S’il souhaitait expérimenter ses talents de Don Juan, qu’il le fasse avec quelqu’un d’autre ; je ne tenais plus à être victime de cette sottise bien plus longtemps, surtout au beau milieu de mon lieu de travail ! N’ayant point d’autre recours efficace, je finis par lui infliger un acte qui devrait le refroidir bien rapidement. Une gifle bien placée qui eut effectivement le don de ralentir ses intentions. Je finis par extirper mes lèvres des siennes, pouvant enfin souffler un peu. Je ne le lâchai pas du regard, mes yeux lui jetant des éclairs.
« Arrête, ça suffit ! » M’exclamai-je en passant deux doigts sur ma lèvre inférieure, encore stupéfaite par ce qu’il venait de se passer.
Il fallait que je garde mon calme et que je m’empêche de vouloir le gifler encore et encore. La violence n’allait rien résoudre et de toute évidence, il avait réellement perdu la tête. Je n’allais pas résoudre le problème en laissant mes nerfs jouir de leur liberté.
« Reprends-toi, par Salazar. Le règlement de l’école ne s’applique pas qu’aux élèves ! Sais-tu au moins qui suis-je ? Car, Ô grand jamais tu n’aurais fait ça. C’est moi, Morgana ! » Poursuivis-je en agitant une main sous ses yeux, comme pour le réveiller un peu.
Étant parvenue à m’écarter un peu de lui, je pus me relever avec douceur, tout en guettant rapidement les environs. Durant ce baiser, j’avais eu l’étrange sensation d’avoir été observée. De plus, c’était sans compter ces bruits perceptibles qui venaient de raisonner légèrement entre ces murs. Méfiante, je scrutai les escaliers du hall pendant une dizaine de secondes avant de me ressaisir. Peut-être étais-je devenue un peu trop paranoïaque après la bêtise faite par Aaron. Néanmoins, cela me donna une raison supplémentaire pour l’emmener le plus rapidement possible dans mon bureau. Je tendis ma main à mon collègue qui semblait toujours affalé sur les escaliers.
« Maintenant, suis-moi et ne fais pas de bêtises, tu me le promets ? » Murmurai-je d’un air sérieux qui ne laissa nulle place à la mansuétude.



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 236
Points : 0
Crédit : Angel Dust
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Sam 30 Juil - 16:38

    Ca y est c’est fait, le contact est fait. Nos lèvres étaient les unes contre les autres et je comptais bien en profiter autant que je pouvais. Je n’avais absolument plus la conscience de ce qui pourrait arriver si on nous voyait comme ça, et quand bien même je le sache je pense que je m’en serais foutu pour l’instant. Je voulais simplement profiter de ce baiser, tant qu’on était dans cette position. Malgré mon état assez précaire, je pensais faire mon œuvre aussi bien que d’habitude. Que voulez-vous, quand on embrasse bien, c’est le cas dans toutes les situations. Son agitation était sûrement la preuve qu’elle aimait ça. Elle mettait ses mains sur mes épaules comme dans les films (j’étais trop déterminé pour sentir qu’elle me repoussait), et le gémissement confirmait qu’elle aimait l’initiative que j’avais fait prendre à ma langue. Le baiser (presque) farouche dura quelques instants jusqu’à ce qu’un choc sur ma joue me fasse vaciller. Tandis que Morgana en profitait pour écarter sa bouche en râlant, je me tournais pour me retrouver allongé sur les escaliers, ma main gauche s’étant machinalement posée sur ma joue endolorie. Encore une fois un éclair de lucidité passa, le temps de me demander ce que je venais de faire. Mais ce fut vite oublié quand Morgana reprit la parole. Outre l’histoire du règlement qui ne me faisait aucun effet, elle me demandait si je savais bien qui c’était. Bien sûr que je sais qui c’est. Je suis pas con à ce point, même avec l’alcool.

    « Bien sûr que je sais qui tu es. Tu es Morgana Burgess, la plus jolie des professeurs de potions que ce château ait eu depuis un moment. »

    Encore une phrase que je regretterai bien assez vite, surtout sachant que je l’avais prononcée en la fixant droit dans les yeux. Mais pour l’instant, ça me semblait être une bonne réponse pour la suite de la soirée. Je restais donc allongé sur les marches pendant quelques secondes, comme si elles représentaient un lit confortable alors que mon dos m’en voudrait si je m’assoupissais vraiment là-dessus. Pourtant j’étais installé et je n’avais pas vraiment la foi de bouger. Peut-être qu’inconsciemment, la gifle m’avait refroidi. Pourtant, je saisissais la main qui m’était tendue tandis que j’écoutais la demande que me faisait ma collègue. Pas de bêtises hein ? Je suppose qu’il vaut mieux faire ça en privé c’est vrai. Ici, qui sait qui pourrait nous voir en train de faire des bêtises hein ? Les élèves sont jeunes, ils ne sont jamais à l’abri de faire une bêtise comme se balader la nuit, n’est-ce pas ? Mais bref, je pris la main et je me relevais, en essayant tout de même avec mes jambes de me tenir pour ne pas lui mettre trop de poids dans le bras. Même si elle m’offrait son aide, il fallait bien être un minimum gentleman. Et à ce titre.

    « Oui mademoiselle, je serai sage. »

    Rester sage pour avoir une meilleure récompense plus tard, avec un peu de chance. Je repris donc la position que j’avais précédemment, m’aidant un peu de Morgana pour ne pas retomber. Les marches n’avaient pas cessé de gigoter, même avec le temps que l’on avait perdu pendant le précédent accident. Malgré tout, avec une volonté nouvelle et un appui charmant, j’arrivais à vaincre enfin ce premier obstacle. Ce n’est pas un escalier qui aura le grand Aaron Winslow ! Une fois en haut j’attendais que Morgana décide de la direction à suivre. Je n’avais aucune idée de l’endroit où elle voulait me montrer ce qu’elle m’avait promis…




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 572
Points : 0
Crédit : moi - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Mar 2 Aoû - 18:55

Au mieux, Aaron oublierait cet incident demain et au pire, nous nous ignorerions très certainement. Je n’en revenais toujours pas de ce qu’il venait de se passer, même si j’avais toujours su que l’alcool ne réussissait personne. J’aurais pensé qu’il me considérerait comme il le faisait d’habitude. Je n’étais plus sa persécutrice de Serpentard mais la plus jolie des professeurs de l’école. Il n’était vraiment pas lui-même. Si ce compliment avait pour but de me faire sourire et de me flatter, il me fit plutôt tirer une grimace. Il était franchement temps de le soigner et qu’il regagne ses draps le plus vite possible.
« Tu ne penseras pas la même chose demain. » Dis-je en fronçant les sourcils.
Je ne savais pas s’il disait la vérité sous l’influence de l’alcool ou s’il mentait. Mais il était vrai qu’en tant que femme, j’étais un peu flattée par ce compliment. Surtout venant d’une personne qui ne m’appréciait pas. Ceci dit, je préférais ne pas trop m’en réjouir alors je conservais toujours cet air sévère sur mes traits.
Il me prit la main, visiblement résigné à quitter le Hall. Nous avions eu de la chance qu’aucun témoin n’ait pu voir ce baiser interdit. Je n’avais pas cessé de jeter des coups d’œil pour assurer nos arrières. Je l’aidai donc à se relever tandis qu’il me promit de rester sage. Je notai que l’emploi du mot « mademoiselle » me faisait quand même douter de la véracité de ses propos. Il n’était pas très bien conscient alors je ne pouvais pas prendre sa parole comme une garantie. Pour cette raison, je pris, cette fois-ci, un peu plus de précaution. Certes, je le soutenais à l’aide de mes bras mais je restais tout de même assez distante. Je le surveillais constamment pour veiller à ce qu’il ne dérive pas ou ne se fasse pas mal. Peut-être verrait-il en ces gestes secouristes une autre interprétation, cependant, pour l’heure, je me concentrais sur une seule tâche : celle de l’emmener aux cachots. Heureusement pour moi qu’il daigna quand même à tenir un minimum sur ses jambes. Nous pûmes donc grimper les marches. Lentement, mais sûrement. Au bout de l’escalier, je laissai échapper un soupir de satisfaction ; voilà une première étape franchie. Je repris ma respiration par la suite, songeant encore à ce fameux baiser dont le parfum du Cognac demeurait toujours sur mes lèvres. Je n’étais pas parvenue à m’en débarrasser et lorsque j’y passais ma langue, un frisson de dégoût se saisit de moi. Je ne supportais pas qu’un homme laisse ses traces sur moi sans mon consentement. Non pas que je me sentais souillée dans mon intimité mais l’idée que cela soit d’Aaron ne me plaisait pas vraiment. Les images de cette scène revenaient sans cesse, comme un cauchemar hantant l’âme d’un enfant. Ainsi, je n’échangeai plus le moindre mot important avec lui durant une bonne partie du trajet. Je me contentai de l’aider à se relever quand il semblait vaciller, en lui assurant, quelques fois, qu’on serait bientôt arrivés. Après avoir descendu cette fois-ci les marches qui menaient à l’antre des cachots, la température avait drastiquement chuté.
« Ne t’en fais pas, si tu as froid c’est tout à fait normal. Enfin… Je suppose que cela te rafraîchit un peu, n’est-ce pas ? »
La tonne de boisson qu’il avait ingurgitée devait le tenir au chaud même dans ces circonstances. Toujours en me tenant à bonne distance de lui pour éviter un mauvais écart, je le poussai doucement vers la direction à prendre. A cette heure-ci, il n’y avait évidemment personne dans les alentours. Rares étaient les Serpentard venus rompre avec le règlement. Ils me craignaient ou me respectaient suffisamment pour savoir que je n’appréciais pas qu’ils se pavanent en dehors du couvre-feu. Je pouvais être très sévère en matière de sanctions quand bien même je l’étais un peu moins avec eux qu’avec les élèves appartenant aux autres maisons.
Nous engouffrant dans le couloir silencieux et obscur, j’allumai les chandeliers à l’aide de ma baguette. Nos pas raisonnaient contre le sol glacial mais je doutais fortement que cela alerte quelqu’un d’autre. Il arrivait seulement, de temps à autres, que des chats ne se déplacent. Lorsque nous atteignîmes la porte menant à mon bureau, je me tournai vers Aaron et lui fit signe de rester silencieux en plaçant un index sur mes lèvres. Puis, j’agitai doucement ma baguette qui faisait guise de clé. Enfin, la porte s’ouvrit et nous dévoila le décor somptueux et très serpentardesque de mon bureau.
« Installe-toi sur la chaise. » murmurai-je en lui indiquant le mobilier en question.



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 236
Points : 0
Crédit : Angel Dust
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Mer 10 Aoû - 19:57

    Marcher droit, c’est quand même vachement plus compliqué que ce que l’on pense. Enfin mon état y était sûrement pour beaucoup, mais qu’importe. Après cette scène que n’importe qui dans ce château, y compris moi, aurait trouvé surréaliste, je perdais un peu la concentration que j’avais momentanément gagné. Je ne faisais plus vraiment attention à ce que disait Morgana. Et encore moins à ses expressions faciales. Ses paroles d’encouragement pour qu’on atteigne l’endroit où elle voulait m’emmener rentraient par une oreille et ressortaient par l’autre. J’étais encore conscient, mais je ne faisais plus tellement attention. Enfin si, je faisais gaffe à comment je marchais. Cela ne m’évitait pas de vaciller par moments, n’arrivant pas à trouver mon équilibre à chaque pas. Morgana était là pour me retenir, heureusement. Ma fougue s’était un peu calmée puisque je n’y voyais aucun message sous-jacent. Peut-être qu’inconsciemment, je commençais à me rendre compte de l’erreur monumentale que je venais de commettre. Consciemment, ça attendra demain matin, enfin plutôt en début d’après-midi, et le choc serait bien plus grand.
    On avait donc réussi à atteindre le haut de l’escalier qu’il fallait en redescendre un autre. Les architectes auraient pas pu mettre directement un escalier vers le bas ? Ca aurait été tellement plus simple. Là, il fallait que je fasse encore plus attention parce que cette fois, une chute vers l’avant serait nettement moins sympathique et se finirait beaucoup plus bas que précédemment. J’étais donc encore plus attentif que je n’avais pu l’être pour l’autre escalier, et pourtant cette fois, je tiltais ce qu’elle me disait. Enfin, je comprenais ses paroles mais pas pourquoi elle disait cela. Pourquoi elle me parlait de rafraîchir ? Ils sont où les rafraîchissements ? J’ai toujours aussi chaud moi ! Enfin, c’était une bonne occasion de remettre sur la table les avances qu’elle m’avait faite.

    « T’en fais pas, avec toi je suis toujours en chaleur. »

    Bon, en vrai j’aurais pu trouver une formulation un peu plus poétique de ma phrase. Mais elle était sortie comme ça, c’était trop tard. La situation fit que je ricanais sans vraiment faire en sorte qu’elle ne s’en rende pas compte, mais tant pis. Après tout, elle me tendait des perches, je n’allais pas les ignorer. De toute façon, c’est pas comme si ça allait vraiment la déranger du coup. C’est elle qui me fait des avances après tout.

    Malgré tout je suivais le mouvement qui nous menait droit vers son bureau. Bon, je ne savais pas vraiment que c’était son bureau au bout de ce couloir, je ne le saurai que quand j’aurai repris mes esprits. Elle m’invita à m’asseoir sur une chaise, celle qui faisait face à un bureau (le meuble hein). Je m’exécutais donc, bien que j’aie failli réussir l’exploit de m’asseoir à côté de la chaise. Mais c’est bon, j’ai réussi. J’attendais donc, l’air béat, qu’elle vienne s’occuper de moi. Elle avait certainement besoin de se préparer, mais le coup de la chaise, je l’ai bien assez vu dans les films ! Enfin, c’était sans compter l’éclair de pseudo-lucidité qui passa à travers mon esprit. La vision de Morgana Burgess fouillant ses placards à la recherche d’une potion alluma la vieille mèche de ma haine contre les potions et contre elle. D’un coup, je me sentais agressé, comme si elle allait faire des expérimentations de potions avec moi en guise de cobaye. Oh non ma vieille, ça ne va pas se passer comme ça ! Joues avec tes potions toutes seule ! Je tendis ma main vers le dos qu’elle me montrait pour lancer, sans crier mais avec vigueur :

    « Confundo ! »




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 572
Points : 0
Crédit : moi - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Jeu 11 Aoû - 1:27

Ses réponses demeuraient toujours aussi gênantes. Peu importe mes paroles, Aaron trouvait toujours le moyen de les détourner de manière à y injecter une connotation sexuelle. On dit que la vérité sort des lèvres d’un alcoolique ; j’espérais bien que c’était faux. Si c’était vrai, alors j’ignorais qu’il possédait autant d’ardeur. Remarque, peut-être qu’il avait toujours été ainsi à l’université. Au fond, il ne restait qu’un homme et on ne changeait jamais certains aspects de personnalité ; surtout sous l’effet de l’alcool. Je l’observai en grimaçant, m’éloignant un peu plus au cas où il tenterait quelque chose sous l’effet de sa chaleur.
« Hum, si tu le dis. » Fis-je avec lassitude, en espérant me débarrasser de son aspect pervers.
C’était sûrement peine perdue mais pour le moment, l’objectif était de l’emmener dans mon bureau. Je me hâtai de ne plus perdre davantage de temps, allumant les chandeliers avant d’ouvrir la porte de mon bureau. J’invitai mon nouveau patient à s’installer, oubliant durant un instant qu’il ne pourrait peut-être pas s’asseoir sans tomber. Il se déplaça tout de même en prenant garde à ne pas trébucher. Il manqua de rater le meuble mais il se rattrapa à temps. Au moins, je n’étais pas obligée de tout lui faire. Dans l’état actuel des choses, j’étais certaine qu’il n’était pas conscient du lieu où nous étions. Il y avait des chances qu’il prenne cela pour un salon ou encore une chambre ‒ après tout, pourquoi pas, avec un tel esprit à la dérive. L’air béat, il attendait tout en ne me lâchant pas du regard. Je voyais très bien ce qu’il attendait mais il était hors de question de lui faire ce plaisir. Je n’étais ni son jouet, ni sa copine. Bientôt, il reprendrait ses esprits et contemplera l’étendue de sa bêtise. Je lui tournai le dos, m’avançant vers un placard où était rangée une multitude de petites potions, aussi différentes les unes que les autres. Les bouteilles n’étaient pas les mêmes, certaines possédant une forme arrondie, d’autres carrées ou encore hexagonales. Il y avait de nombreuses possibilités pour aider Aaron à ne plus trop subir les effets de ses breuvages : lui faire boire un somnifère pour l’endormir directement en attendant que son corps élimine les éléments indésirables, une potion visant directement à le sortir de cet état en une dizaine de minutes, un philtre de lucidité , etc. Seulement, je préférais jouer la carte de la sûreté et éliminer entièrement le problème. Le somnifère allait l’endormir et je ne serai évidemment pas capable de le porter comme une princesse jusqu'à ses appartements. Quant au philtre de lucidité, il ne lutterait pas suffisamment longtemps contre l’alcool ; ce n’était efficace que contre les sortilèges de confusion. Je saisis donc la fameuse potion qui stopperait les effets de sa sottise.

« Confundo ! »

Quelque chose de lourd me frappa au niveau du dos. Je sentis mon corps s’engourdir peu à peu et ma main lâcha la potion qui tomba ‒ heureusement ‒ sur le tapis. Elle roula jusqu’au pied de mon bureau avant de s’immobiliser totalement. Je connaissais les effets de ce sort et je maudissais Aaron de m’avoir attaquée par derrière. C’était très lâche. Je ne pus malheureusement pas répliquée, mon esprit commençant à s’embrouiller. Je voyais trouble et mes mouvements me paraissaient si lents. J’étais dans les vapes. Lorsque je parvins enfin à me retourner pour faire face à Aaron, toute hostilité avait disparu. Je l’oubliai temporairement, m’avançant vers lui avec curiosité et sourire. Je savais que c’était Aaron… Mais mon agacement n’était plus.
Mes pas s’approchant vers lui, je me retrouvai bien vite à ses côtés. L’image que j’avais de lui ne cessait pas de devenir flou. Je me penchai davantage vers lui, pour mieux voir. Et une fois que tout devint net, les effets du sortilège venaient de s’estomper. Alors, je retrouvai toute ma tête et eus un mouvement de recul. Ma main s’abattit sur l’une des joues de mon agresseur, pour la deuxième fois dans la soirée.
« Ne refais plus jamais ça. J’essaie de t’aider et c’est comme ça que tu me remercies ?! Comporte-toi en adulte, bon sang. Encore un faux pas et je rapporte tout à la Directrice » Tonnai-je avec sévérité et froideur.
J’espérais que cette menace suffirait à le placer sous silence, le temps que je lui fasse boire cette fameuse potion qui venait de tomber. Je m’empressai de la ramasser avant de vérifier l’état de son récipient. Comme je m’y étais attendue, il n’y avait rien de cassé, ni de fêlé. Heureusement, puisque je n’en avais fait qu’un seul exemplaire. Je ne me serais jamais attendue à recevoir un enseignement ivre de toute manière. Je dévissai la fiole, m’avançai de nouveau vers mon patient et l’observai droit dans les yeux.
« Ouvre la bouche. Ne fais pas de bêtises, ne bouge surtout pas. » Prévins-je en conservant mon air autoritaire.



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.



Dernière édition par Professeur M. Burgess le Sam 20 Aoû - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 236
Points : 0
Crédit : Angel Dust
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Mar 16 Aoû - 14:54

    Cette salle, j’avais tant espéré ne plus jamais la revoir. Au moins j’évitais les chaudrons de la salle de cours, mais j’étais allé plusieurs fois dans le bureau dans ma jeunesse pour avoir foutu un peu le bordel dans les cours de potions. Ca avait probablement joué dans ma réaction surdimensionnée, ce lieu étant synonyme de punition. Enfin, cette lucidité mêlée à divers souvenirs du passé se dissipa au bout de quelques instants. Elle n’aura duré que le temps que je lance mon sort. Heureusement que je n’utilisais pas de baguette, sinon elle serait tombée étant donné que je m’affalais littéralement sur ma chaise comme si j’étais à court d’énergie. Cette panne fut de courte durée puisque les résultats de mon sortilège se firent sentir par la respiration de Morgana juste devant mon visage. Hum, elle se décidait enfin à prendre les devants, c’est pas trop tôt. J’avais un sourire aussi large que je pouvais le faire et je m’avançais sur ma chaise, bouche en avant, prêt à recommencer le baiser que nous avions stoppé dans les escaliers, pour le reprendre dans ce lieu un peu plus intime.

    Mais finalement ce fut une nouvelle claque que je reçus de Morgana. Décidément, elle ne sait pas ce qu’elle veut celle-là ! Je sais vraiment pas pourquoi je l’ai suivi au final. Certes, les filles faciles c’est pas intéressant, mais autant de difficulté c’est démotivant. Je restais donc sur ma chaise, n’écoutant que d’une oreille son speech dont le ton me laissais comprendre, malgré mon état, qu’elle était énervée. Allez savoir pourquoi, c’est plutôt à moi de râler à force de me prendre des vents gratuits alors qu’elle m’aguichait elle-même. Je n’en avais plus grand-chose à faire maintenant, elle m’avait coupé mes ardeurs à force. La claque en elle-même y était pour beaucoup. Je n’étais pas dans les délires sadomasochistes, donc me faire frapper pour me plaire, c’est un très mauvais plan. Je restais pourtant sur ma chaise, à moitié amorphe, plus par manque d’énergie que par envie de rester. Je ne bougeais pas le temps qu’elle ramasse sa fiole. Je ne dirais même pas que j’étais perdu dans mes pensées puisque celles-là étaient vides. C’était simplement les effets tardifs de l’alcool qui me rendaient ainsi. Quand ma collègue finit par me demander de boire son machin, je m’exécutais sans aucune résistance. J’avais plus envie de rien donc…

    Et d’un coup tout redevint clair. Plus de flou, des idées nettes, et surtout, la compréhension d’où j’étais, avec qui, et comment j’en étais arrivé là. Je savais que c’était une de ses potions qui m’avait tiré de mon ivresse, mais en même temps je ne pouvais m’empêcher de me demander si, en décuvant naturellement, j’aurais au moins eu la chance d’oublier la scène des escaliers. Mais non, au lieu de ça je perdais mon ivresse tout en gardant la mémoire de tout ce qui s’était passé pendant mon errance alcoolisée. Honnêtement, j’aurais probablement couru pour aller me laver la bouche de ce que j’avais fait. Mais la fatigue, elle, était restée aussi. Je restais donc affalé sur ma chaise, ma tête entre mes mains comme un homme qui avait perdu quelque chose. Et là dans l’immédiat, c’était ma crédibilité que j’avais perdue. La scène se repassait en full HD dans ma tête tandis que je supposais que Morgana me fixait. Mais pour autant, je ne pus réprimer de dire :

    « Putain mais qu’est-ce que j’ai fait ? »

    Je doute que ça la vexe, étant donné comment elle m’avait repoussé. Et si j’avais été sobre, je l’aurais aidé à me repousser. Mais le mal est fait, et ça va me suivre cette scène…




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 572
Points : 0
Crédit : moi - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Sam 20 Aoû - 19:05

Si ma gifle avait pu lui permettre de se réveiller un peu, alors il s’agissait d’une raison supplémentaire pour ne pas ressentir le moindre remord. Il n’y avait aucun doute au fait que j’étais désormais furieuse qu’il ait osé me jeter un sort dans mon dos. Les conséquences auraient pu être graves si son sortilège m’aurait projetée contre un mur ou aurait duré plus longtemps que prévu. Je n’étais vraiment pas d’humeur à plaisanter et je pense qu’il pouvait le deviner à mon air rude et foudroyant. Heureusement pour lui, il ne lutta pas lorsque je lui présentai la fiole qui allait le sauver. Dans le cas contraire, j’aurais eu à le maîtriser de la plus désagréable des façons et je n’éprouvais certainement pas l’envie de me battre contre lui une fois de plus.

Avalant la substance dans le calme, j’observai son état, attentive à tous ses mouvements ou réactions. Normalement, il n’y avait pas d’effets secondaires à part une sensation d’engourdissement passagère. Toujours debout devant lui, je m’assurais que tout aille bien et ce ne fut que lorsqu’il prit un air moins ahuri et plus sérieux que je pus enfin me tenir tranquille. L’alcool devait être lavé par la préparation, désormais. Tout serait plus clair et il retrouverait enfin sa clairvoyance. Je posai la fiole sur le bureau et me retournai de nouveau vers lui. Il semblait toujours fatigué mais j’avais en face de moi le véritable professeur Winslow et non pas son inconscient. C’était à la fois un soulagement et la continuité d’une situation gênante puisque la potion n’effacerait en rien ses souvenirs. Je préférais ne pas trop en discuter dans le meilleur des cas. Je supposais que lui non plus et il devait sans doute ruminer au sujet de sa perte de crédibilité. Il avait eu de la chance que personne n’ait été témoin de ses agissements puisque cette affaire aurait pu aller très loin.

Retrouvant la parole avec une voix stable et grave et non plus pathétique, il fut face à la réalité des choses. Il faisait sans doute allusion au baiser qu’il devait clairement regretter. J’aurais sans doute dit la même chose à sa place. Sauf que moi, je n’aurais jamais commis l’erreur de revenir ivre à l’école. Je m’installai sur la chaise de mon bureau et l’observai d’un air sévère, avant de détendre un peu plus les traits de mon visage pour les rendre neutre.
« Je ne vais pas te faire la morale, tu es grand et je doute que tu refasses la même erreur. Mais, je compte sur toi pour rester muet quant à ce qu’il s’est passé sur les escaliers, fis-je sur un ton calme, sans reproche. Je ne t’en tiens pas rigueur. »
J’avais du temps à prononcer cette dernière parole. Lui en voulais-je ? Sur le coup, bien sûr que oui. Cependant, ce n’était qu’un baiser et nous n’étions plus des adolescents de quinze ans qui donnaient à ces gestes une symbolique très importante. Je m’empressais de croire qu’il ne s’agissait que d’un contact. Peut-être y aurait-il une certaine gêne entre nous deux dans les jours à venir, mais je souhaitais déjà noyer le poisson.
« Est-ce que ça va ? J’ai d’autres remontants si tu as toujours la tête qui tourne ou d’autres petits symptômes désagréables. » Demandai-je sincèrement.



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 236
Points : 0
Crédit : Angel Dust
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Mer 24 Aoû - 12:11

    Cette question, j’allais me la poser pendant un bon moment. Mais qu’est-ce que j’ai fait ? Déjà, comment ai-je réussi à avoir la main aussi lourde sur l’alcool ? Deuxièmement, pourquoi j’ai décidé de revenir au château quand même ? Et enfin, pourquoi cette scène dans les escaliers ? Niveau connerie, j’avais fait fort ce soir. Voilà qui devrait me sevrer pour un moment. Il manquerait plus que je réitère tiens, surtout ce baiser… Rah, évidemment c’est cette scène-là qui me tournait en boucle dans la tête. Allez savoir pourquoi tiens. Sur le coup j’avais trouvé ça bien, je m’en souviens, mais maintenant ça me hantait. Surtout que je me souvenais aussi sa résistance. Un vrai viol de bouche ce que j’ai fait là. A quelqu’un avec qui je ne souhaiterais pas partager un baiser en plus. En 33 ans, je pense que je peux affirmer que c’est là la pire soirée de ma vie. C’est dur de se dire ça, mais sur le coup c’est comme ça que je le ressentais. Et je n’imaginais à l’heure actuelle pas pire situation. D’où le fait que je me tienne la tête d’ailleurs. Ce n’était pas tant pour un mal de tête que par dépit que j’avais cette position.

    La voix de Morgana me tira de mes lamentations internes. Encore heureux qu’elle ne me tienne pas rigueur, ma réaction me semblait bien assez explicite pour qu’elle comprenne que je n’avais pas non plus apprécié ce que j’avais fait. Quant à sa demande, elle me semblait assez évidente pour que l’on ait pu s’en passer. M’enfin, il valait mieux s’en assurer je suppose. Comme si j’allais dire à tout le monde que j’ai roulé une pelle à mon ennemie tandis que j’étais bourré dans le château. Encore si personne ne savait pour notre conflit, ça aurait presque pu passer, mais c’était loin d’être le cas, donc… Enfin bref, d’un ton sans animosité et parfaitement neutre, je répondis à ses inquiétudes.

    « T’en fais pas pour ça, personne ne sera jamais au courant. Je tiens pas particulièrement à avoir des problèmes pour ça. »

    Pour la partie ivresse évidemment. Fricoter entre prof n’était sûrement pas très bien vu non plus, mais c’était déjà moins grave que d’être ivre dans l’enceinte du château. De toute façon, ni l’un ni l’autre de mes péchés ne sera jamais connu de quiconque. On n’avait pas eu de témoins de la scène après tout, non ?

    Après cela, elle me demanda si ça allait. Voilà qui m’étonnerait presque étant donné notre relation. Enfin, ce n’était pas vraiment le moment d’être chiant. De toute façon, il fallait que je fasse un minimum profil bas, elle pourrait faire sauter ma carrière en en parlant. Même si elle ne souhaitait pas non plus que ça se sache, on sait jamais. Je finis donc par relâcher ma tête pour relever les yeux vers ma collègue. J’avais un peu mal à la tête, comme au lendemain d’une cuite, mais je n’avais qu’une envie, et ce n’était pas de rester ici à boire des potions.

    « Oui, ça devrait aller, merci. Je pense que je vais simplement aller me coucher pour me reposer et récupérer. Au moins cette fois, j’arriverai à monter les escaliers. Merci. »

    Ca faisait beaucoup de merci, pour moi qui évitait au maximum de lui en donner. Mais bon, il fallait bien avouer que j’avais eu de la chance de tomber sur elle, et qu’elle ne profiter pas de mon état comme j’aurais pensé si j’avais été sobre. Ca me laisserait de quoi réfléchir d’ailleurs. Enfin, je me levais donc de ma chaise pour me diriger vers la porte. Mon lit sera mon meilleur ami ce soir.




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 572
Points : 0
Crédit : moi - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]   Jeu 25 Aoû - 11:36

Au moins, j’avais la confirmation que Aaron était bel et bien lui-même puisqu’il approuva mes propos, affirmant que personne ne serait au courant de cet incident. Il ne tenait pas à avoir des problèmes à l’égard de cet écart et j’acquiesçai de la tête, prête à garder cela sous silence. Je lui demandai ensuite si des remontants lui seraient nécessaires. Je ne cherchais pas à le savoir par gentillesse ou quoi que ce soit, mais bel et bien parce que tout médecin vise à soigner proprement ses patients. Même en tant que Maître des Potions, je demeurais une guérisseuse au fond de moi et j’avais pris l’habitude de m’inquiéter de l’état de ceux que je soignais. Je ne tenais absolument pas à faire les choses à moitié. Il ne servait à rien de l’envoyer au lit s’il souffrait ailleurs, alors je devais m’assurer que tout irait bien pur lui. J’ignorais s’il me mentait ou non, mais il sembla bien se comporter. Il comptait aller se coucher pour se reposer et ainsi se requinquer. Je ne pus opposer la moindre résistance, estimant qu’il savait sans doute ce qu’il disait. Il me remercia une nouvelle fois avant de se lever de sa chaise pour rejoindre la sortie. Il ne titubait plus, semblait avoir repris une vue plus fiable et des mouvements plus distincts. Cela me rassurait d'avoir affaire au véritable collègue que je connaissais.

« Je t’en prie, répondis-je neutralement. Récupère bien. »

Cette expérience mettrait un petit moment pour s’effacer de nos mémoires, ou tout simplement s’atténuer. Surtout pour lui, qui devait certainement être un peu agité dans sa tête. Pour ma part, je comptais terminer la correction des dernières copies avant de me poser sur mes deux oreillers. Actuellement, je ne ressentais plus la moindre gêne, considérant ce baiser stupide comme une simple erreur. Néanmoins, je me doutais que croiser son chemin le lendemain ne nous ferait pas le plus grand des plaisirs. Mais, de toute façon, il n’y aurait certainement aucune gêne à venir puisque nous parlions peu, en dehors du sujet des examens ou des cours à donner. Je ne voyais pas comment il pourrait en être autant. De toute façon, j’avais d’autres dragons à fouetter. J’entrepris donc de ranger un peu mon bureau, replaçant la chaise où Aaron s’était assis à sa place, lançant un sort pour nettoyer la fiole vide, la sécher et la ranger dans un placard. Suite à cela, je saisis la dernière pile de parchemins qui attendaient d’être étudiés, ainsi qu’une longue de plume de paon. Sous la lumière des chandeliers que je venais de changer, j’entamai mon labeur qui avait été mis en pause depuis environ une demi-heure. Il devait être vingt-trois heures trente maintenant, ce qui me laissait encore un peu de temps avant de rejoindre mon lit à mon tour.


{FIN DU RP}



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Année 2021-2022] L'alcool est un fléau qui commet des erreurs... {Pv Aaron Winslow} [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Rez-de-Chaussée
 :: Le Hall d'Entrée
-
Sauter vers: