AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 929
Points : 13
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mar 30 Oct - 14:53

Les sollicitations arrivaient de toutes parts et il était indispensable de ne pas céder au chaos. Si elle y réfléchissait un instant, elle avait l'habitude des situations de tension. Elle avait survécu à une explosion pas plus tard qu'en août et avait continué à fonctionner normalement, faisant abstraction des choses sur lesquelles elle n'avait pas prise pour se concentrer sur ses moyens d'action. Liu Xi mémorisa une chose après l'autre, pour pouvoir répondre efficacement à chacun.
“je vous remercie rien à signaler de votre côté entre le couvre feu et une heure du matin donc. Je me renseignerai auprès du concierge pour savoir s'il en sait plus dès que possible. ” promit-t-elle.
Il lui faudrait recouper les informations avec ses collègues en charge de la ronde de deuxième partie de nuit mais il paraissait évident que personne n'aurait laissé passer volontairement ce type de graffiti dans l'équipe pédagogique. Le sérieux de la Serpentard lui laissait penser que les choses seraient peut être moins ardues à gérer. Malgré les récents changements dans les préfets, ils semblaient bien rodés et prendre leur rôle au sérieux.

La professeure scruta le mur avec attention avant de répondre à Tracy : “je pense que cela a été écrit à la main. On dirait même directement avec les doigts.” est-ce que quelqu'un ici disposait du matériel nécessaire pour faire un relevé d'empreinte, ou était-ce trop moldu pour Poudlard? Difficile dans des circonstances pareilles de ne pas regretter la présence de caméras de surveillance. Mais elle se garda bien de faire une remarque à haute voix. Fallait-il examiner les mains des élèves ? Elle interrogea du regard ses collègues pour essayer de sonder leur avis sur la question.

Armstrong semblait ne pas être particulièrement inquiet de la situation, proposant de livrer des informations à ce sujet. Rufus lui signala que ce n'était pas la première des urgences, Mattheus abondant en son sens. La jeune femme n'en laissa rien paraître mais un peu plus de délicatesse aurait été selon elle appréciable, il était l'heure d'afficher un visage uni dans l'équipe pédagogique… Et Elle même pourrait profiter d'un tel rendez-vous. Il n'était plus question de faire de la rétention d'information.

Mattheus semblait peu convaincu à l'idée de laisser les élèves s'exprimer en forum. Liu Xi, elle craignait plus que les réponses se perdent entre mille destinataires et que les recoupements soient délicats. Mais elle appliquait ses propres principes et se rangerait derrière la demande de son collègue aux élèves. Après tout, ancien auror, il savait ce qu'il faisait mieux qu'elle.
En revanche, elle n'était pas certaine que renvoyer les élèves dans leur salle envoyait un message adéquat. “planquez-vous, nous ne maîtrisons rien !” Ce ne pouvait être qu'une solution momentanée, le temps de s'organiser un peu mieux.

“Je propose de laisser les élèves dans leur salle commune pour les deux premières heures de la journée. Leur demander de rédiger leur question ou leur remarque tant qu'elles sont fraîches pour les transmettre à l'adulte ou le préfet en lequel ils ont confiance. Les tenir un peu occupés aussi. ”
dit-elle un peu plus bas. “Ce qui nous laisserait le temps de réagir. Tu pourrais prévenir le directeur, de mon côté, tout comme Nathanael, je crois qu'il y a des éléments qu'il devient plus dangereux de conserver que de partager et dont il faudra que je vous fasse part. Mais avant je peux me charger avec l'aide du professeur Amstrong de prévenir les directeurs de maison pour qu'ils rejoignent au plus vite les salles communes.” Essayant de rester concise et claire, elle continua. “A l'issue de ces deux heures, chaque professeur pourrait venir récupérer ses classes et essayer de faire en sorte que eh bien la menace n'empêche pas la journée de suivre son cours. Inutile de céder à la panique sans information supplémentaire. On pourrait peut-être sécuriser un peu plus les déplacements?” elle se tourna vers le professeur Wolffhart ”Il me semble que Magnus** et vous n'avez pas cours aujourd'hui, vous pourriez peut-être accompagner les élèves ? Il me semble que le professeur d'étude des runes a des disponibilités. J'imagine qu'on devrait pouvoir trouver monsieur Hash dans les parages également.” réfléchit-elle à haute voix. “Est-ce que cela vous paraît raisonnable ?” Elle se rangerait de toute façon à l'avis majoritaire. Il était vital de faire front commun au moins en public.

Elle se tourna vers les préfets, qu'elle estimait ne pas devoir délaisser dans cette affaire : “Je compte sur vous pour me tenir informée de toute chose utile ou inutile. Évitons les zones d'ombre. Par ailleurs, si vous sentez que la situation nécessite de l'aide…
N'hésitez pas à faire appel à nous. Si vous en ressentez le besoin pour vous ou vos camarades, je peux vous transmettre les fiches des ateliers que nous avions faits l'année dernière sur la gestion des situations de stress. “
dit-elle avec un sourire encourageant.

Avant d’entendre leur réponse, elle fut interpellé par la voix inquiète d’un serdaigle, Allen Rivers. Elle l’écouta avec attention, lui permettant de dépasser le cercle des préfets et la foule pour la rejoindre près des professeurs. “Vous avez toute mon attention monsieur Rivers, souhaitez-vous en parler ici, ou préférez-vous attendre que nous puissions nous isoler?” dit-elle calmement. Toute information était selon elle bonne à prendre, et compte tenu du stress visible chez l’étudiant, elle ne doutait pas qu’en rapport ou pas avec le message, quelque chose l’avait perturbé.



HRP :

** je suis partie du principe que le rp a lieu un lundi Winslow si ce n’est pas logique ou qu'un autre jour a été mentionné dans les posts et que j'ai loupé, dites moi, j’édite!


LXMD
“Demeure aussi prudent au terme qu'au début; ainsi tu éviteras l'échec” [Tao Te King]


Dernière édition par Professeur L. MacDougall le Mar 30 Oct - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10279-a-journey-into-history-professeur-aurora-joneshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10302-professeur-aurora-des-liens-des-histoireshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10341-professeur-aurora-la-grande-et-la-petite-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10305-professeur-aurora-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10306-professeur-aurora-courrier-express

Arrivé(e) le : 24/09/2018
Parchemins rédigés : 112
Points : 18
Année : Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice des Poufsouffle

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Gretel Valeska

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mar 30 Oct - 16:36


Message on a Wall


Tout en bataillant pour avancer dans la marée d'élèves, Aurora songea qu'elle n'avait pas vu un tel souk depuis Marrakech. Ça se bousculait, ça papotait dans tous les sens et elle dû élever la voix plusieurs fois pour que certains élèves se calment.
Elle avait mis un moment à comprendre ce qu'il se passait. Levée tôt comme à son habitude, elle s'était laissée absorbée encore une fois par une lecture avant de commencer à préparer son cours, et avait mis un moment du brouhaha qui montait depuis les étages inférieurs. C'était donc d'un pas rapide qu'elle avait descendu les trois étages qui séparaient sa salle de classe du Hall, tout en essayant de capter ce qu'il se passait. Les élèves parlaient d'un message écrit avec du sang? Elle osait espérer qu'il ne s'agisse que d'une plaisanterie de Peeves, mais elle n'y croyait pas vraiment. Ce genre de message n'était pas inconnu à Poudlard.

Lorsqu'elle arriva, elle repéra sans mal le message au mur. Oh, malheur... Si seulement ce genre d'horreurs pouvait épargner Poudlard, pour une fois... Aurora avait vu suffisamment de sang dans sa vie pour en reconnaître, même à cette distance. Elle pesta à voix basse, et se freya un chemin parmi les élèves pour rejoindre les autres.
Elle parvint enfin à rejoindre ses collègues, et soupira en découvrant le message d'un peu plus près tandis que Liu Xi était en train de s'adresser au reste du corps professoral.

- Je propose de laisser les élèves dans leur salle commune pour les deux premières heures de la journée. Leur demander de rédiger leur question ou leur remarque tant qu'elles sont fraîches pour les transmettre à l'adulte ou le préfet en lequel ils ont confiance. Les tenir un peu occupés aussi. Ce qui nous laisserait le temps de réagir. Tu pourrais prévenir le directeur, de mon côté, tout comme Nathanael, je crois qu'il y a des éléments qu'il devient plus dangereux de conserver que de partager et dont il faudra que je vous fasse part. Mais avant je peux me charger avec l'aide du professeur Armstrong de prévenir les directeurs de maison pour qu'ils rejoignent au plus vite les salles communes. A l'issue de ces deux heures, chaque professeur pourrait venir récupérer ses classes et essayer de faire en sorte que eh bien la menace n'empêche pas la journée de suivre son cours. Inutile de céder à la panique sans information supplémentaire. On pourrait peut-être sécuriser un peu plus les déplacements? Il me semble que Magnus et vous n'avez pas cours aujourd'hui, vous pourriez peut-être accompagner les élèves ? Il me semble que le professeur d'étude des runes a des disponibilités. J'imagine qu'on devrait pouvoir trouver monsieur Hash dans les parages également. Est-ce que cela vous paraît raisonnable ?

Aurora s'approcha, et salua tout le monde d'un signe de tête. Elle avait froncé les sourcils lorsque Liu Xi avait parlé d'éléments qu'elle avait à partager, mais ce n'était pas le lieu ni le moment pour ça. Elle laissa rapidement son amie s'adresser aux préfets, et donna son avis aux autres professeurs pendant ce temps, tout en laissant Liu Xi l'entendre.

- Désolée pour le retard, tout le monde. A entendre Liu Xi, je pense effectivement que nous rassembler pour discuter sérieusement de tout ça va devenir indispensable. Mais rassurer les élèves reste une priorité. Mieux vaut être transparents avec eux si on veut qu'ils nous fassent confiance. Sans minimiser, ni en rajouter trop. Dit-elle.

Elle leva de nouveau les yeux vers le message, en le relisant, et soupira.

- Je n'aime pas l'idée de confiner les élèves non plus, mais cela me semble plus sûr pour l'instant. Si personne n'a vu qui ou quoi a laissé ce message là, c'est que quelque chose nous a échappé quand à la sécurité. Je rejoins l'idée de Liu Xi sur les déplacements, et il serait peut-être plus sûr de vérifier l'école avant de laisser les élèves reprendre les cours. Vérifier les autres couloirs si un autre message n'a pas été laissé, ou que rien de dangereux ne puisse menacer les élèves pour l'instant. C'est peut-être une mesure inutile mais je pense que tout le monde sera d'accord sur le fait qu'il vaut mieux en faire trop que pas assez. ...Le terme "traquer" me fait penser à un animal, ou une créature. Nathananel, Mattheus, pourriez-vous vérifier que rien d'anormal ne s'est présenté du côté de la forêt interdite? Dit-elle.

Elle leva les yeux vers les élèves à peu près calmés, même si le brouhaha et la masse ne diminuait pas. Il fallait disperser la foule, si ils restaient inactifs cela donnerait l'impression aux élèves que les professeurs étaient complètement débordés, et causerait plus de cohue encore.

Elle se passa une main dans les cheveux en réfléchissant à ce qu'ils pouvaient faire de plus, mais hormis prévenir le directeur, il lui sembla que tout avait été couvert ou presque par ses collègues. Elle regrettait d'ailleurs que certains d'entre eux ne soient pas là, mais elle n'avait pas vraiment le loisir de s'arrêter là-dessus.
Derrière eux, la cohue des élèves recommençait, et Aurora soupira. Elle n'avait pas encore vu ses préfets, mais il n'était pas question de laisser ce bazar continuer le temps qu'ils prennent une décision.

- Excusez-moi une minute, fit-elle à l'attention de ses collègues.

Elle s'éloigna du groupe une seconde pour aller vers ses élèves. Elle se posta devant la masse des jaunes, mains sur les hanches, sans sourire pour une fois. Il était temps de sortir la Aurora des expéditions, celle qui savait donner de la voix pour se faire entendre.

- Les Poufsouffle, mettez-vous en rang, et laissez passer les préfets !

Cela prit quelques minutes, mais les rangs des jaunes gonflèrent rapidement, et à peu près en ordre. Certains semblaient surpris de la voir aussi autoritaire, pour une fois, mais Aurora n'en avait cure: sa priorité était leur sécurité. Elle espéra que les préfets jaunes pourraient la rejoindre rapidement maintenant que le groupe était à peu près calme et ordonné, et revint vers les professeurs pour écouter les réponses et avis de ses collègues.


Codage par Libella sur Graphiorum



Loving, Remembering, Never Forgetting

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9623-nathanael-e-armstrong-professeur-de-scmhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9638-professeur-nathanael-e-armstrong-demande-de-liens#210643http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9637-nathanael-e-armstrong-demande-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9636-boite-aux-lettres-du-professeur-n-armstronghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9635-hibou-express-du-professeur-n-armstrong

Arrivé(e) le : 08/05/2018
Parchemins rédigés : 182
Points : 27
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mar 30 Oct - 19:45

   
Vous avez un nouveau message...




Chaque personne avait une façon bien à elle de réagir aux situations de stress comme celle d'aujourd'hui et, en balayant la foule de ses prunelles, Nathanael reconnut un parterre très représentatif de toutes les réactions possibles. Il y avaient ceux qui se posaient un milliard de question en laissant la peur s'insinuer en eux, en laissant la menace d'un danger aussi flou que lointain emporter leur bon sens loin du rivage. Il y avaient ceux qui restaient silencieux et gardaient leur réflexion pour eux, qui correspondait plus au modèle de Nathanael lorsqu'il était encore un élève. On pouvait également noter ceux qui restaient calmes et réfléchis, ceux qui tentaient de rassurer leurs camarades afin d'apporter le calme dans cette situation de stress et, enfin, ceux qui partaient déjà à la recherche du coupable en créant une chasse aux sorcières à leur sauce.
Bien sûr le sportif n'avait pas toutes les réponses, il se doutait bien qu'un tel message était surtout là pour créer un vent de panique dont les coupables pourraient profiter mais, dans l'immédiat, il ne pouvait que continuer à faire bonne figure car il devait être un pilier de cette communauté comme n'importe lequel des enseignants présents ici. Que pouvait-il dire ? Les décisions avaient déjà été prises et, s'il approuvait la majorité d'entre elles, il ne pouvait décemment pas voguer d'un élève à un autre afin de les interroger tous : cela serait extrêmement long et pas forcément très pertinent. Non, la priorité était de les calmer, de rétablir et semblant de confiance et, à ce moment-là, les adultes pourraient se rassembler pour joindre leurs idées.

Lorsque le jeune homme écouta sa collègue botaniste évoquer l'idée qu'il aille chercher les directeurs de maison pour qu'ils gèrent leurs élèves respectifs, le sportif fut sur le point d'accepter lorsque sa camarade Aurora débarqua en fendant la foule du mieux qu'elle pouvait. Malgré son attitude apparemment sereine, le jeune homme fut quelques peu déstabilisé par l'idée qui fut évoquée par sa charmante collègue quant à l'origine animale de cette menace. En effet le sportif s'était déjà posé la question au moment de poser les yeux sur ce message mais avait laissé cette possibilité de côté, plus par fierté que par manque de preuves concrètes. En effet si cette option s'avérait exacte cela voudrait dire qu'il avait mal fait son travail en ne repérant pas de menace potentielle aux abords de la forêt qu'il gardait, qu'il n'avait rien repéré d'anormal et, d'une certaine façon, qu'il avait failli à sa tâche.
Certes l'avenir éclaircirait sans doute cette situation mais, pour le moment, avec cette possibilité en tête, il s'écarta de ses collègues et pivota pour faire face au message. Prenant son menton dans sa main tout en observant l'écriture, le professeur plongea dans une intense réflexion en fouillant dans ses connaissances pour ressortir les créatures qui correspondraient vaguement au profil. Sentant un léger vertige en voyant que la liste s'allongeait à vue d’œil, en concluant qu'il n'avait pas assez d'éléments pour donner une réponse formelle, Nathan s'extirpa donc de cette réflexion pour rejoindre ses camarades.

S'approchant du garde-chasse, posant sa main sur son épaule pour annoncer sa présence, il s'approcha de lui et lui lâcha :

- Aurora a raison, une fouille de la forêt s'impose. J'y vais, tu me rejoins ?

Peu importait la réponse de son camarade, il irait débuter ses fouilles même seul s'il le fallait car tel était son rôle. Avant de partir il jeta un dernier coup d'oeil à ses collègues avant de leur annoncer :

- Comme le suggère Aurora, je vais aller fouiller la forêt. Je vous attends tous chez moi, en début de soirée, pour discuter de cela. Sur ce, je laisse les élèves entre vos mains.

En fendant la foule en sens inverse, tatonnant sa poche pour essayer d'y récupérer sa baguette, le jeune homme fronça enfin les sourcils lorsque plus personne ne put le voir. D'abord il avait mis en danger son élève en étant complice de son plan et maintenant ça ? Il ne pouvait plus garder cela pour lui et, à titre personnel, il devait à tout prix découvrir si une créature dangereuse s'était installée dans le coin sans qu'il en ait connaissance.

Espérons que non.




© ANARCISS sur epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9830-sleibhin-behold-a-pale-horsehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9841-sleibhin-white-mustanghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9845-sleibhin-honeymoonhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9843-sleibhin-ultraviolencehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9842-sleibhin-dark-paradise

Arrivé(e) le : 28/06/2018
Parchemins rédigés : 158
Points : 12
Crédit : Avatar ☆ bazzart (ft. Imogen Poots) Signature ☆ sial
Année : 4ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Charli B. Ethergsen & Maxine S. MacPherson

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mar 30 Oct - 20:05


LE MESSAGE ft. TOUS AUX ABRIS
Déjà en uniforme et assise en tailleur sur mon lit, j’observe la fine volute de fumée qui s’échappe du baton d’encens que je fais brûler s’élever vers le haut de la pièce pendant que l’agitation règne autour de moi. D’habitude, c’est toujours moi la première levée – ou du moins, la première réveillée – mais aujourd’hui, le dortoir entier semble en ébullition. Je termine mon rituel matinal, et prends quelques secondes pour observer le brouhaha autour de moi. Que se passe-t-il ? En général, c’est plutôt moi, la source d’agitation et d’angoisse, mais là, je suis étrangement calme par rapport aux autres. Bien vite, la peur me rattrape et mon coeur s’emballe ; l’air hagard, je me décide à suivre le mouvement à l’extérieur.

Enfin arrivée devant une foule d’élèves et de membres du personnel agglutinés devant un mur que je ne peux pas encore voir, je cherche dans la mêlée un visage familier histoire de ne pas céder à la panique de la solitude. Poussée dans tous les sens, je me prends une volée de coups de coudes et je crois bien que mes orteils seront en forme de petites crêpes après ça… Sans comprendre ce qui m’arrive, j’espère seulement arriver à retrouver une stabilité un jour ; j’ai l’impression que la foule me porte, que mes pieds ne touchent plus le sol. Dans une impulsion, j’arrive brutalement devant le fameux mur sur lequel tout le monde chuchote, et je reste soudainement interdite.
Elle traque l’odeur du sang jusque dans les profondeurs. Méfiez-vous !
Elle ? Le sang ? Les profondeurs ?
Je cligne des yeux, plusieurs fois. Après une longue inspiration à peine saccadée, je jette un coup d’oeil méfiant aux camarades qui m’entourent. Mon coeur bat si fort, j’ai l’impression de perdre pied au milieu de toute cette cohue ; il faut que je m’éloigne. Au même moment, les préfèts appellent à nous regrouper par maison, alors je profite du mouvement pour rejoindre mes camarades rouge et or. J’entends des discussions confuses entres les préfets et les professeurs, pour essayer de deviner qui a fait ça, et pour quelle raison.
Alors, je me mets un peu en retrait et mon visage s’assombrit. Les profondeurs ? Comme… les profondeurs du Lac Noir ? Le Lac Noir comme là où il y a des sirènes ? Les sirènes qui sont attirées par l’odeur du sang et veulent souiller notre pure lignée ? Les sirènes comme… Jaswinder Swindlehurst ? Elle aurait eu toutes les raisons du monde de vouloir nous assassiner. Parce que depuis l’histoire des broches rouges et des lettres, je lui ai menti… Est-ce qu’elle l’aurait appris, est-ce qu’elle veut se venger de moi, de nous, de tous les sang-purs ?

C’est pourtant évident. Ce n’est pas un avertissement, c’est une menace. Elle est là, tapie dans l’ombre. Elle n’attend qu’une seule chose, c’est qu’on soit tous tellement préoccupés par ce message qu’on en oublie de fermer la porte de nos dortoirs la nuit pour nous dévorer vivants… ou pire.
Je dois prévenir quelqu’un. Mais qui ? Les professeurs ? Non, pas les professeurs. Pourquoi croire une fille à la magie approximative et à la réputation déjà bien entamée. Killian et Prudence ? Je ne connais pas bien Killian, mais je fais confiance à Prudence. Elle me prendra au sérieux, j’en suis sûre.
Doucement, je me rapproche d’elle en jetant des regards méfiants et apeurés autour de moi. Le bazar ambiant ne s’arrange pas à mesure que le temps passe ; je dois agir vite. Les adultes parlent déjà de fouilles, de nous laisser dans nos salles communes, mais quelle erreur ça serait !
Enfin, j’arrive près de Prudence et lui agrippe le bras en essayant de ne pas lui faire mal malgré l’angoisse qui m’anime. Le plus bas possible, je lui chuchote ma découverte.

« Hey, Prudence… Je... » J’ai du mal à parler, et ma gorge se noue ; j’imagine que je dois avoir une sale tête aussi, avec mes cernes et mes yeux écarquillés, et mon air aussi perdu qu’effrayé. « Je dois te dire un truc… Je crois que je sais qui c’est qui a écrit ça... »

Je déglutis difficilement en cherchant du soutien dans son regard. C’est la catastrophe.

Noctae sur Bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 548
Points : 19
Crédit : Dan ♡ (Millie Bobby Brown)
Année : 5ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mer 31 Oct - 13:07

ft. Milo

vous avez un nouveau message...
Il ne s’était rien passé d’inquiétant le soir d’Halloween, ne serait-ce qu’à Poudlard. Felicia n’était pas allée à Pré-Au-lard pour vérifier, mais tout le monde était revenu sain et sauf. Peut-être avait-elle craint le pire pour rien. Peut-être qu’ils en avaient réellement fini avec les histoires louches. Enfin, on parlait quand même de Poudlard ; il se passait toujours quelque chose ! Mais pour le moment, rien. On en savait pas plus sur cette histoire de pin’s. Les cours reprenaient. Halloween c’était fini, on s’était bien amusé un moment, mais maintenant, fallait retourner en cours et faire ce qu’on attendait d’un élève : étudier. Felicia s’était levée tôt, comme à son habitude. Elle avait fait de son mieux pour ne pas faire de bruit - même si réveiller Candice et Collins ne lui déplairait pas - en prenant ses affaires afin de se doucher, se changer et étudier de si bon matin. L’hiver approchait à grand pas, alors le soleil n’était pas encore levé. Aussi se rendit-elle d’abord dans la Salle des Préfets pour finir un devoir et prendre de l’avance sur ce qu’elle pouvait. Elle n’avait pas encore faim, la bibliothèque n’était pas encore ouverte et la Salle était la seule qui ne serait pas noyée sous le monde quand le château se réveillerait. Elle travailla comme ça une bonne heure, et elle aurait sûrement continué si le bruit ne l’empêchait pas de travailler. Les cours commençaient à huit heures, mais il était à peine sept heures passées. Pourquoi y avait-il autant de bruit, bon sang ? Même pour Poudlard, ça en devenait agaçant. Elle en entendait certains courir dans les couloirs pour aller elle ne savait où. Ce fut à contre-coeur qu’elle referma le livre qu’elle était en train de lire et rangea ses notes pour connaître l’origine de tout ce raffut.

Plus elle descendait les escaliers, plus la jeune fille entendait les gens piailler. Et après le bruit, ce fut ses yeux qui virent une marée d’élèves réunis devant un mur du hall. Qu’est-ce qu’il pouvait bien y avoir, sur ce mur, au juste, pour qu’il excite autant la foule ? Quelque chose de drôle ou… Non. Il n’y avait aucun rire. Quelque chose d’inquiétant alors. C’était plus probable. La Poufsouffle resta d’abord dans les escaliers, pour avoir une vue d’ensemble sur les choses, tout en se rongeant l’ongle. Bien sûr, elle aurait dû se jeter dans la foule, clamer haut et fort de lui faire de la place, de laisser placer les professeurs et les préfets ! mais elle ne le fit pas. D’autres le feraient sûrement. Aussi préféra-t-elle observer la scène de loin d’abord, pour intercepter ce que d’autre pouvait louper en se trouvant à l’intérieur du troupeau. Elle n’avait aucune idée de ce qu’il se passait, alors mieux valait rester calme et réfléchir correctement. Au loin, elle voyait Cruz et le préfet de Serpentard jouant des coudes pour se frayer un chemin. Un adulte essayait de gérer la situation également. En fronçant les sourcils, Felicia descendit de quelques marches, sans quitter les escaliers, pour essayer de lire, de loin, le message inscrit sur la paroi. Elle ne se rendit compte qu’après que Casey avait eu la même idée qu’elle - une fois n’est pas coutume entre les deux camarades de classe, de toute manière. La préfète de la maison Jaune arrivait à lire les mots inscrits de là où elle était, et pour ne pas céder à la panique ambiante, elle ne faisait que lire et relire le message, jusqu’à ce qu’elle puisse le mémoriser et avoir un certain détachement. Pour se poser les bonnes questions. Qui était ce “elle” ? Quelle “odeur du sang” ? Celui des pin’s ? Est-ce qu’il y avait un lien ? Il devait y en avoir un, non ? Les coïncidences n’existaient pas. C’était impossible. Casey et elle étaient la preuve même que les coïncidences n’existaient pas, par Dumbledore !

Un professeur venait de descendre les escaliers en quatrième vitesse comme il le pouvait, et on pouvait entendre les adultes demander le silence. Bien sûr, cela n’avait aucun effet. En même temps, il y avait de quoi ne pas garder son calme. Après Blackman, ce n’était pas des choses qui rassuraient les coeurs. Et si c’était ne blague, cela ne faisait rire personne. Peut-être… Peut-être était-ce là l’occasion pour que les adultes en viennent à se poser des questions ? Qu’on en vienne à surveiller ces élèves qui portaient un pin’s rouge ? Mais après, encore une fois, à qui faire confiance ? Felicia continua d’observer la foule, pour récolter des informations comme elle pouvait sur l’attitude des élèves. Prudence venait de se faire une place dans le groupe formé par les préfets de Serpentard et des deux adultes. La Gryffondor avait été promue préfète il y a peu ; Felicia n’avait pas encore trouvé l’occasion de la féliciter. Elle le ferait plus tard, quand la situation se serait un peu calmée, pour faire plus ample connaissance avec elle. Ce matin, clairement, ce n’était pas le moment. Madame MacDougall et Monsieur Armstrong avaient rejoints le cercle. Ils essayaient d’instaurer l’ordre et intimaient aux élèves de se ranger par Maison. La Poufsouffle commençait à être curieuse de ce qu’ils pouvaient bien se dire, à l’écart des oreilles indiscrètes. Si elle n’observait rien de plus dans deux minutes, elle descendrait les rejoindre. Pour le moment, hormis les adultes et les préfets, elle ne reconnaissait que Gretel, Bonnie et Wendy, trois camarades de classe, bien sûr. Et à part Bonnie qui s’essuyait les mains activement sur sa robe de sorcier, rien de suspect. En même temps, qui ne serait pas un peu stressé par toute cette histoire ? Elle n’apprendrait rien de plus en restant là. Felicia descendit les escaliers pour rejoindre le groupe d’adultes et des préfets. Après tout, elle en faisait partie aussi.

D’autres élèves commençaient à arriver, mais eux, elle ne les connaissait pas spécialement, aussi n’y prêtait-elle qu’une attention réduite. Williams aperçut rapidement Lena, mais Tracy était également là et il n’était pas question de se mélanger. Les élèves s’étaient mis en rang et par maison, ce n’était pas pour rien. Le garde-chasse éleva la voix pour avoir l’attention de tout le monde et essaya de contenir la panique ambiante, encore une fois. Il y avait une chose dont elle pouvait être fière : les Poufsouffle ne faisaient aucune scène. Peut-être étaient-ils trop choqués pour s’exclamer, mais dans les faits, ils faisaient partie des plus calme dans cette histoire. La préfète entendit la directrice de la maison jaune haussait la voix à l’attention des Poufsouffle au moment où Felicia arrivait. « Encore un peu de patience, vous allez bientôt retourner dans la Salle Commune ! » C’était le plan, en tout cas, si elle avait bien entendu ce qu’il se disait. En remontant, elle n’oublierait pas de mettre la Boîte à Suggestions bien en évidence et de la mentionner subtilement sur le retour. Si un Poufsouffle savait quoi que ce soit, mais refusait de parler, peut-être pourrait-il le faire par écrit… Felicia s’approcha des préfets et des adultes pour se mettre aux nouvelles quand une élève de… quatrième année ? si elle se souvenait bien, arriva dans leur direction. Il y avait un autre élève de Serdaigle de présent également, mais lui, il n’avait aucun pin’s. Elle salua rapidement les personnes présentes en attendant la suite. Dans ce genre de situation, la jeune fille préférait largement écouter et observer que prendre part directement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9150-wenlock-mattheus-o-presentation-100#202347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9165-wenlock-mattheus-o-social-distorsion#202388http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9164-wenlock-mattheus-o-hello-sleepwalker#202381http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9163-wenlock-mattheus-o-hey-kids#202379http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9277-wenlock-mattheus-o-mail-express#204590

Arrivé(e) le : 02/02/2018
Parchemins rédigés : 471
Points : 10
Année : garde-chasse (36 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Hansel J. Valeska

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mer 31 Oct - 17:16



Inscris

« Quelques belles lignes qui transpirent les beaux mots et la poésie, une belle petite mise en bouche pour le plaisir des mirettes. »
Il était difficile de se concentrer, de trouver une issue à toute cette connerie. Mais il fallait bien faire quelque chose. Après toutes ces paroles, toutes ces pensées, il fallait se concentrer sur l’origine du message. Qu’est-ce que l’atmosphère du domaine de Poudlard a apporté pour qu’une telle chose se produise ? Il y avait de nombreuses questions qui fusaient à droite et à gauche, des murmures, des paroles à haute voix venant des élèves comme du corps professoral. Voilà qui renforçait mon inquiétude, mais garder cette forme d’assurance était la première chose à laquelle je devais me consacrer. La baguette rangée dans ma canne, je finis par écouter. M’enlisant dans un silence des plus persévérants, je restais stoïque.

MacDougall ainsi que Jones ne semblaient pas partager totalement ma vision des faits. Tout commençait par des visions contradictoires d’une situation critique. Mais il fallait que l’on s’arrange pour que notre vision d’une situation converge vers quelque chose de plus équilibré. Les deux professeurs commencèrent alors à rejoindre leur point de vue vers une solution ma foi abordable. Je n’étais pas à la place d’une personne qui puisse gérer les élèves. Il est vrai que je me devais de me concentrer sur le fort symbolisme de ce message. Je me grattais alors ma barbe, réfléchissant quelques instants. Consacrant quelques secondes à la logique, la cohérence et mon expérience j’en déduisais qu’il s’agissait d’une créature.

C’était sûrement cela oui. Alors qu’Aurora suggéra que nous allions vérifier dans la forêt interdite, je finis par sentir la main du professeur sur mon épaule. Je ne répondis pas directement avant de réaliser qu’il y avait quelque chose à faire de mon côté avant. Se répartir les tâches semblait être une chose importante et stratégique. Sentant sa présence s’éloigner, je finis par libérer aux professeurs : « Nous vous laissons les élèves. » Avant de m’éclipser à mon tour. Je tentais de rejoindre Nathanael avant que de s’éclipser. Trottinant pour le rejoindre, ce fut ma main sur son épaule qui me permit de le ralentir.

« Écoute moi. Nous devons être stratégique. Le message a été écrit avec du sang, mais nous ne savons pas de quelle espèce il en retourne. Tu dois te rendre dans la Forêt Interdite. Je n’ai pas à te rappeler que cette forêt est cartographiée selon différents territoires de créatures. Dis bien que c’est sous ma responsabilité que tu te rends sur leurs territoires. Demande s’il y a eu des espèces assassinées parmi les leurs. L’origine du sang de ce message est primordial… J’ai quelque chose à faire. L’équilibre entre les territoires de la forêt doit être vérifié et maintenu… »

C’est entre ses mains que je remettais cette tâche. Le ministère passait par moi afin d’établir des relations saines entre chaque espèce peuplant la Forêt Interdite. Il était plus que primordial de conserver cette forme de paix. Quant à moi, je me dirigeais vers ma cabane, me séparant de Nathanel. Sifflant alors Hylia, cette dernière me rejoignit aussitôt pour filer vers le lac noir. Il fallait vérifier quelque chose ou au moins avoir la conscience tranquille. Respirant profondément, je m’ancrais dans cet esprit de sérieux que je n’avais pas oublié. Oh non, cet esprit n’a jamais cessé d’être présent parce que l’Auror que j’ai été attendait sûrement ce moment. Pour la sécurité du domaine, il fallait enquêter, et éradiquer.

(c) DΛNDELION


child mood
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10266-garry-a-a-cordellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10270-garry-carnet-d-aventurehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10272-garry-a-a-cordell-courriers#219598http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10273-garry-a-a-cordell-courriers-express#219599

Arrivé(e) le : 21/09/2018
Parchemins rédigés : 76
Points : 13
Crédit : Freddie Highmore jeune
Année : 1ère année (11 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mer 31 Oct - 17:17

JOURNAL INTIME D'AVENTURE de Garry
05/11/2024

Elle traque l’odeur du sang jusque dans les profondeurs. Méfiez-vous !


Salut Journal ! Là, je suis sur les marches de l'escalier dans le Hall. Et la phrase là haut, c'est un truc qui est marqué sur le mur justement. Ça a mit une sacrée ambiance au château ! J'ai l'impression que tous les élèves sont réunis ici, c'est trop un truc de fou ! C'est mes copains de chambre qui m'ont réveillé en me disant qu'il y vait un truc que je devais pas rater juste en bas. Effectivement, quand j'ai ouvert les yeux je me suis rendu compte qu'il y avait un sacré boucan ! De là à l'entendre depuis notre salle commune, il faut le faire. Maintenant que je suis sur place, je peux te confirmer tout ça. J suis resté en retrait parce bon, j'en ai rapidement eu marre de me faire marcher dessus et de me prendre des coups de coudes dans la tête. Être petit c'est vachement enquiquinant ! J'espère que je grandirais vite...

Je suis en bas des marches, assez haut pour ne pas me faire marcher dessus, mais assez bas pour avoir une super vue sur le message sur le mur. Il est écrit en rouge, et j'entends tout autour que c'est du sang. Je trouve ça bizarre moi, juste après Halloween, ça fait très blague. J'aurais pu le faire d'ailleurs si j'en avais eu l'idée ! Et le matériel. Parce que, bin, j'ai pas de peinture et je connais pas le sortilège qui change l'eau en couleur... Et puis je suis trop petit pour arriver à écrire aussi haut. Enfin bref, c'était pas mon idée, mais je trouve que c'est plutôt un truc cool. Pourtant, je vois que tout le monde a l'air bizarre, genre, inquiet, comme si c'était quelque chose de grave. Pourtant, un peu d'eau et ça part, non ?

Olala, même les professeurs ils se mettent à dire que ça a l'air important. Peut-être que c'est pas une blague finalement ? Mais alors ce serait quoi ? J'entends des gens dire que c'est un avertissement. Apparemment, y a déjà eu un truc similaire quelques années auparavant, quand j'étais pas né. Sauf que ça s'était pas super bien finit. Je reste sceptique quand même. Qui prendrait la peine de prévenir qu'il va faire un truc de mal ? Je trouve ça idiot. C'est comme si j'envoyais un hiboux à Joanne pour la prévenir que je me cache derrière la porte pour la surprendre, c'est idiot. AH je te laisse, on nous demande de nous mettre en rang !

Bon, je suis dans les rangs, et il se passe toujours rien. Je tente quand même de me glisser vers le devant parce que je me demande quand est-ce qu'on pourra manger. Ils parlent de nous ramener dans nos salles communes, pourquoi ? On a pas mangé et on a nos cours aussi ! Pas que j'adore les sortilèges, mais déjà que je suis pas doué...

-Félicia ? On pourra aller manger quand ?

Elle était devant, Félicia, la préfète de Poufsouffle. Je crois qu'elle m'en voulait pas, ou plus, j'ai jamais trop su si elle m'en avait voulu pour cette histoire de chocolat, mais je me dis que si elle n'en parle pas, c'est que ça va ? Alors j'en parle pas non plus.

Je comprends pas pourquoi tout le monde a l'air autant paniqué. Cette phrase elle veut pas dire grand chose. Même Madame Aurora est bizarre ! Maintenant que je suis dans la foule, je vois plus grand chose. Pourquoi je suis si petit sérieusement ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://[url=http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8788-eliana-bradley][/url]http://[url=http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8803-liens-avec-eliana][/url]

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 494
Points : 7
Année : 2e année (12 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Non

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mer 31 Oct - 21:40

Je repliai mon parchemin après y avoir inscrit une dernière phrase. Je soufflai un bon coup, m’étirant de tout mon saoul ; je venais de terminer mon devoir sur la Révolte des Gobelins en Histoire de la Magie. Dieu que je haïssais cette matière, mais il fallait que je m’occupe. Tout le temps. Tous les jours. Depuis le mois d’octobre, jamais je n’avais aussi bien fait mes devoirs. M. Ethergsen était stupéfait de me voir presque tous les jours envahir la bibliothèque après les cours. Du moins, quand une certaine camarade de dortoir ne venait pas m’y rejoindre pour me poser telle ou telle question sur tel ou tel chapitre du cours. J’avais revêtu l’habit de l’élève studieuse, mais à tort, car ce n’était pas moi. Or, il fallait que je sois occupée, que je paraisse occupée, c’était la seule technique que j’avais trouvé pour mettre de la distance entre Hilary et moi. Après l’épisode de la lettre gâchée qui avait presque mal tourné avec Reece, je ne m’étais pas encore décidée à faire part de mes sentiments à la jolie blonde. Pas encore. Pas avant que je ne sois prête. Rare étaient les personnes dans le château qui étaient au courant, et j’envisageais de leur demander conseil quant à mes options, à savoir : déclarer ma flamme, ne rien faire et dans ce cas, m’éloigner d’Hilary pour cause de n’importe quel motif.

Mes cernes se creusaient de plus en plus depuis ces dernières semaines. Ce matin-là, je m’étais éclipsé du dortoir aux aurores pour me diriger vers la tour d’astronomie, un endroit calme et reposant pour travailler – et quoi de plus simple que de déverrouiller la porte à l’aide d’un simple Alohomora. Impossible de dormir davantage avec tous ces rêves d’angoisse mais surtout, à cause de ma proximité de plus en plus gênante avec Hilary. Son lit à seulement un ou deux mètres du mien, je pouvais sentir sa respiration apaisée lorsqu’elle fermait l’œil au beau milieu de la nuit. Certes, la nuit offrait un répit, une sorte d’échappatoire à mes sentiments, mais seulement pour quelques heures, avant que le jour ne se lève, et que ma camarade ne soit encore plus proche de moi, qu’elle me parle avec cet engouement, qu’elle m’enlace, qu’elle me sourit, et ce, sans que je ne puisse rien faire de plus sous couvert de mes sentiments douloureusement secrets. Je jetai un œil à l’horloge murale : c’était l’heure du petit-déjeuner. Je souris faiblement, savourant par avance le maigre réconfort qui m’attendait avant le début de la journée, un bon café dans les cuisines. Je quittai la tour en prenant bien soin de refermer derrière moi, le plus discrètement possible. Je passai rapidement dans ma salle commune pour y déposer mes affaires et récupérer ceux de la journée. Pas de traces de la personne que j’évitais.

En descendant les étages avec cet air semi-endormi, semi-lassé, je remarquai des élèves qui courraient précipitamment çà et là dans les couloirs. Je fronçai des sourcils. Arrivée au premier étage, je pouvais d’ores-et-déjà entendre les bruits d’une horde de monde parvenir du Hall. Une fois dans l’escalier face à la Grande Salle, je découvris avec stupéfaction une centaine d’élèves groupés devant un mur… Un mur qui avait été souillé par des mots inscrits en rouge, un rouge carmin qui évoquait des inscriptions en lettres de sang. Je fus prise d’effroi à la lecture du mot laissé à l’attention de tous : c’était quoi ce charabia ? J’aurais voulu m’approcher, voir ça d’un peu plus près. Des professeurs étaient là, ainsi que certains préfets qui s’efforçaient de mettre de l’ordre dans les rangs. De ce que je pouvais voir, l’on avait regroupé les élèves par maison. Je pouvais apercevoir Prudence qui assurait sa mission en tant que nouvelle préfète des Gryffondor. Je me mis à descendre les marches une à une, un peu chancelante, commençant à me demander si cette année n’allait pas partir en vrille, encore plus que l’année dernière.

Plus bas, régnait une véritable cacophonie. Les professeurs s’efforçaient d’appliquer un minimum de discipline tandis qu’ils examinaient minutieusement les inscriptions. J’en eu la chair de poule. Je n’avais jamais eu aussi peur que depuis l’an dernier, durant l’alerte attentat où Tasha et moi avions été blessées. Grâce au professeur Mandrake, je m’en étais sortie indemne. Je me mis à le chercher dans la foule mais avec ma petite taille, je ne voyais plus grand-chose. Je suivis les consignes et me mis en rang avec les élèves de ma maison, prise dans l’étau à la fois de la réalité et de mes réflexions. Prudence s’affairait à nous maintenir ensemble alors qu’elle était sollicitée de toute part. Je tournai la tête dans tous les sens, cherchant Hilary, mais aucune trace de ma camarade.

Le temps était peut-être venu d’être honnête avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/01/2017
Parchemins rédigés : 690
Points : 6
Crédit : Bazzart. (c)
Année : 4ème année - 14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Jade

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mer 31 Oct - 23:03


ENEMIES OF THE HEIR... BEWARE
Finn veut aller prendre son petit-déjeuner
Pour moi qui espérais un réveil calme dans la sérénité, je vous avoue que je suis un peu déçu. Ces piaillements incessants qui proviennent des étages inférieurs troublent mon équilibre naturel, et ce vacarme inexpliqué commence à me mettre de mauvaise humeur alors que mes paupières sont encore un peu collantes. Pour ne rien changer à mes bonnes habitudes, j’ignore superbement les interrogations des imbéciles de sang-mêlé qui partagent mon dortoir, et m’habille en silence, boutonnant soigneusement ma chemise d’uniforme, en décidant que je ne laisserais pas une basse-cour indisciplinée troubler mon rituel matinal. J’arrive en salle commune, et si quelques marmots sans notion de politesse manquent de me rentrer dedans, je me rends rapidement compte qu’il n’y nulle trace de Phoenix et de Rachael, que j’espérais pourtant vivement trouver ici. Même cette peste d’Alexis n’est pas présente, non que je ne veuille particulièrement la voir, mais disons que je préfère encore l’interroger elle sur la raison de cette agitation, plutôt qu’un sang-de-bourbe hyperactif qui court dans les couloirs comme si sa vie en dépendait. Je descends donc les escaliers, évite les préfets qui vocifèrent et les ahuris qui demandent si c’est du vrai sang… Quel sang ? Je soupire, passe ma main dans les cheveux, me demande si ce serait mal venu que j’évite cette masse compacte dans le hall vers laquelle tout le monde se dirige pour aller prendre un bon petit déjeuner. J’imagine que, si inscription il y a, elle ne va pas bouger, et que je peux tout au moins attendre que le passage ait été un peu dégagé tout en me rassasiant avec quelques tranches de bacon grillé et d’oeufs frits au sirop d’érable. Mais comme tout semble être sujet à mauvaise interprétation dans cette école, je choisis finalement de chercher mes frère et soeurs dans ce chaos inhumain, adressant des regards noirs à tous ceux qui m’empêchent de me frayer un chemin à travers la foule. J’entends la traîtresse à son sang Anderson nous apostropher comme si nous étions ses enfants, et je vous avoue que l’imaginer avec la langue coupée m’est soudainement très agréable. Je fais donc comme si je ne l’entendais pas, et je parviens au niveau des Serdaigles, à la recherche d’Hannibal et de Judith, qui sont avec Albus, dont j’apprécie la compagnie, même si son scandale le soir d’Halloween m’a quelque peu laissé perplexe. Je hausse un sourcil en apercevant mon aîné en compagnie de Chasemane, une autre de ces sangs de bourbes de ma classe dont cette maison semble remplie, et décide de l’interroger plus tard sur ces fréquentations plus que douteuses… Le moment est plutôt mal choisi, à vrai dire. Je passe ma main sur ma robe de sorcier, au niveau de ma poitrine… j’ai bien fait de ne pas mettre le badge, aujourd’hui.

Je finis finalement par trouver ma petite soeur, dans ce capharnaüm incessant : comme à son habitude, Judith est parfaitement sereine, presque statuaire… Il ne fallait pas en attendre moins d’elle, qui contrairement aux trois quarts de cette école, sait se contrôler un peu. « Et bien, pourrr une surrrprrrise, c’en est une. » commencé-je à l’adresse de notre benjamine. Les autres font peine à voir, à geindre et brailler comme si on venait de leur retirer un membre… Les professeurs, eux, semblent trouver malin de se concerter devant le reste de l’école, histoire de bien pouvoir montrer qu’ils ne maîtrisent rien de la situation. Vraiment, il faut que je me retienne de lever les yeux au ciel, alors je décide de m’avancer un peu, et d’aller la voir, cette fameuse inscription : la première chose qui me frappe, c’est que les lettres ne dont pas aussi droites qu’elles devraient l’être, et que la typographie laisse un peu à désirer, ça ne fait pas très sérieux… c’est même un peu du travail d’amateur, à première vue. Pour le coup, je regrette presque de ne pas en être l’auteur, j’y aurais accordé plus de soin… Difficile, pour le coup, de ne pas penser aux badges, aux personnes qui l’ont mis : il parait même légitime de se demander si la personne qui a inscrit ce message au mur en est l’expéditrice… Enfin, ce n’est pas ma préoccupation principale. Comme dirait Grand-Père, la priorité, c’est notre image, et veiller à ce que notre famille ne soit pas mêlée à tout ça. « C’est tout de même trrrès inquiétant… mais que fait le dirrrecteurrr ? » fis-je mine de me formaliser à voix haute sans trop de conviction, occupé à chercher Erin dans la foule. Vraiment, je finissais par croire que tout espoir d’aller savourer un bon petit déjeuner semblait perdu, à ce rythme… Quand je pensais que j’allais devoir passer deux heures avec Winslow l’impur qui allait nous enseigner les sortilèges alors qu’il ne devrait même pas être autorisé à posséder une baguette, il y avait de quoi se dire que la journée allait avoir mauvais goût. « On ne se sent plus en sécurrrité nulle parrrt, c'est rrrévoltant. » ajouté-je, toujours sur le même ton, en fixant mes ongles, me demandant quand est-ce qu’Anderson la traîtresse allait enfin nous renvoyer dans nos quartiers, parce que je n’avais pas spécialement l’intention de piétiner le sol de ce hall indéfiniment. Toutefois, mes yeux se plissent lorsque je vois à quelques mètres Rachael demander un professeur… Qu’est-ce qui lui prend ? Et surtout, que pense-t-elle avoir trouvé ?
code by bat'phanie


Dernière édition par Finnbjörn K. Sørensen le Ven 2 Nov - 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10011-harriett-stanhope-professeure-de-metamorphose

Arrivé(e) le : 02/08/2018
Parchemins rédigés : 60
Points : 2
Année : Professeur de Métamorphose

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Jeu 1 Nov - 23:59


Vous avez un nouveau message ...

It's scratching on the walls In the closet, in the halls, It comes awake And I can't control it. Hiding under the bed, In my body, in my head. Why won't somebody come and save me from this?


La petite réception pour célébrer les morts n’a pas été de tout repos mais globalement, Harriett fut satisfaite de la soirée passée à Pré-au-lard. Elle était rentrée au château bien plus tard que les jeunes gens, ses élèves, et avait rendu visite au Moine Gras pour papoter le reste de la nuit. Les deux amis avaient des habitudes bien rodées et s’amusaient beaucoup le soir d’Halloween il fut un temps. A l’initiative de la fanfaronne, quelques fantômes faisaient les troubles fêtes et s'enhardissaient à faire rire et paniquer les jeunes sorciers. Mais comme toute routine, ils s’étaient lassés et cette années, cela fut plus calme. Ainsi se déroula paisiblement le week-end, tous prêt à attaquer la semaine dans la bonne humeur. Seulement au petit matin, Harriett entendi de sacré rumeur. Elle planait dans sa salle de classe, prête à accueillir les troisièmes années à 9h, ce groupe de perturbateur qui la faisait tant rire. Depuis le cinquième étage, quelques murmures résonnaient dans les murs du château, murs qui communiquaient pas mal avec la fantôme. La Stanhope tiqua d’abord, mais céda à la curiosité. Il en était de son devoir que de se rendre dans le hall pour se rendre compte de la réalité. Plutôt que de passer par les couloirs et les escaliers, elle se fondit dans le sol et traversa ainsi les nombreux plafonds qui la séparaient du hall d’entrée.

Perchée sur le grand lustre de l’entrée de Poudlard, la professeure resta discrète, observant la scène de loin. Les plafonds du château étaient si haut que personne ne se rendit compte de sa présence avant qu’elle ne descende un peu. Si elle avait été humaine, sa longue robe grise aurait claqué dans le vent. Il faisait toujours frais pour Harriett, mais visiblement, dans le hall, un ambiance glaciale régnait. On avait écrit sur le mur une phrase, un peu comme il y a une vingtaine d’année à l’époque de lord Voldemort. "Elle traque l'odeur du sang jusque dans les profondeurs. Méfiez-vous !" Harriett fronça les sourcils et rejoignit l’assemblée d’un air sévère. Afin d’outre-passer la foule d’élèves, elle resta en suspend au dessus des têtes, frôlant certains crânes d’élèves. Plusieurs de ses collègues étaient déjà là, des ordres venaient d’être donnés. Aurora, la directrice des Poufsouffle, ordonna sa maison et les préfets commençaient à prendre les devants. Mattheus et le professeur de soins aux créatures magiques partaient mener l'enquête vers la fôret. “Bonjour collègues. Je suppose que personne n’a rien vu …” La Stanhope se glissa au sol dans le cercle de professeurs. Elle ne les connaissait pas très bien mais ils avaient tous sa plus sincère sympathie. A première vue, les mots avaient été bel et bien tracés à la main, avec du sang. Bien qu’elle n’ait plus d’odorat la vieille femme en avait vu assez pour reconnaitre ce liquide organique.

Wolfart et Macdougall prenaient les devants niveau gestion de la situation, qui relevaient vraisemblablement d’un moment de crise au vue des visages des élèves. Chacun allaient retourner rapidement dans leur dortoir, mais avant cela, Harriett s’éloigna pour rejoindre une de ses élèves les plus sympathique. “Miss Anderson. Je vous ai entendu parler des tableaux, ce n’est pas une mauvaise idée.” Harriett adressa un regard à sa collègue professeure et arga à son intention : “Outre mener une enquête à l’endroit où il est plausible qu’une créature jaillisse, la recherche de témoins direct pourrait être rapide et pertinente.” Il fallait simplement savoir qui pourrait s’en charger et comment s’y prendre. Les tableaux vivent et eux aussi, dorment. Dans le hall, surtout à cet endroit, ils n’étaient pas des plus nombreux, mais cela valait le coup de chercher.

rainmaker




I am not young enough to know everything.


COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 188
Points : 9
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 2ème année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Ven 2 Nov - 21:00

vous avez un nouveau message...

Hilary savait qu’elle était un peu longue à la détente et pas la plus intelligente de sa classe. Fallait pas se leurrer. Elle le savait, donc y avait pas besoin de lui dire. Son frère lui avait déjà répété qu’elle avait un petit pois à la place du cerveau. Mais elle s’en sortait quand même, fallait pas croire ! C’était pas pour autant qu’elle avait redoublé. Enfin, pas cette année. Et l’année dernière, c’était à cause d’une histoire de sang débile qu’elle comprenait pas trop - mais comme Alexis elle avait l’air de comprendre, elle la suivait et écoutait ce qu’elle disait. Donc ouais, elle s’en sortait hein ! Faut pas être mauvaise langue non plus, c’est pas un cas fini. N’empêche qu’elle avait pas tout de suite compris qu’elle voyait plus trop Eliana ces derniers temps. Elle était tellement heureuse de la voir tout court, depuis le début de l’année, que quand, pendant le mois d’octobre, elle lui avait parlé machinalement dans le dortoir, qu’elle n’avait reçu aucune réponse, et qu’en se retournant, elle avait vu que sa meilleure amie n’était pas dans le dortoir, Hilly avait eu une réalisation. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas passer plus d’une heure avec Eliana en dehors des cours, ni eu une vraie tranche de rire avec elle. Qu’est-ce qu’il se passait ? Le petit lion n’en savait trop rien, mais ça l’empêchait de dormir depuis fin octobre. Ça ne la changeait pas de grand chose, de toute façon. Ce n’était pas comme si elle dormait beaucoup de base. Mais elle s’interrogeait. Est-ce qu’elle avait fait quelque chose de mal ? Est-ce qu’Eli lui en voulait pour quelque chose ? Est-ce qu’elle en avait eu marre d’elle ? Parce que, c’était vrai que l’année dernière, elles n’avaient pas été aussi proche, mais maintenant, Hilary se sentait beaucoup mieux en sa compagnie. C’était normal qu’elle veuille passer du temps avec elle, non ? Elle ne savait pas trop.

Et les pensées tournaient et tournaient dans sa tête. La tête blonde avait passé la nuit dans la volière sans s’en rendre compte, et sans savoir si elle avait dormi ou non. Pas grand chose, si elle en jugeait par ses yeux agressés à la moindre lueur et ses bâillements intempestifs. Bwarf, c’était habituel pour elle. Rien d’anormal. Mais elle s’était quand même réveillée avec une mauvaise impression. Une sueur froide lui avait traversé toute l’échine à la vitesse de l’éclair, sans qu’elle ne sache pourquoi. La Gryffondor ne savait pas qu’elle heure il était, mais elle serait bien retourné dans son dortoir pour le moment. De toute façon, ils n’auraient pas cours tout de suite et… Eh ? Il n’y avait personne ? Mais quand elle disait personne, c’était littéralement personne ? Où est-ce qu’ils étaient tous, encore ? C’était une blague ? Il y avait eu une sortie et elle était la seule à ne pas être au courant ? Ou alors, c’était Noël avant l’heure et le repas était incroyable ? Parce qu’elle ne croisait personne dans les couloirs, personne dans le dortoir, personne dans la Salle Commune. Hilary en venait presque à se dire que la château avait été déserté ou que la Terre entière avait disparu et qu’elle était la seule rescapée d’elle ne savait quoi. Elle y aurait cru un moment si, en descendant, elle n’avait pas commencé à entendre des voix s’élever, de plus en plus fort.

Il y avait tout un rassemblement dans le hall, pour elle ne savait quelle raison. Une sorte d’inscription au mur était au centre de toute l’attention alors qu’elle ne voulait clairement rien dire. Pourtant, ça ne l’empêchait pas d’avoir un peu peur, mais la rouge & or était tellement fatiguée qu’elle ne parvenait pas à céder à la panique. À la place, elle descendit les dernières marches pour rejoindre le rang que les Gryffondors avaient formé. Elle voyait Sleibhin et Prudence - près des adultes - et d’autres Gryffondor qu’elle connaissait, en plus d’Eliana. Sans réfléchir, elle se dirigea vers sa meilleure amie, les yeux plissés, lui attrapa la manche et demande : « ‘y se passe quoi Eli ? » Ils allaient pouvoir manger ou pas ? Parce que ça semblait être mission impossible pour le moment, et la deuxième année ne se sentait pas assez courageuse pour braver la foule. Ni pour braver quoi que ce soit...

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9560-prudence-janet-andersonhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9565-prudence-est-mere-de-surete-vraimenthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9571-prue-demandes-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9566-prue-faites-bosser-locus#209737http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9569-prue-simple-rapide-efficace

Arrivé(e) le : 22/04/2018
Parchemins rédigés : 560
Points : 18
Crédit : Sheya / Alexis Bledel
Année : 5e année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Hannibal

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Dim 4 Nov - 9:23


Vous avez un message
ft. la panique générale
Tandis que les ordres avaient été donnés et que la masse informe d’élèves dans le hall commençait à s’organiser de façon un peu plus concrète Prudence poussa un soupir discret. La situation lui paraissait tellement irréelle qu’elle avait l’impression de ne pas vraiment réaliser tout ce qui venait de se passer ; la découverte du message, la panique, ce que cela impliquait… Plus rien ne serait pareil à Poudlard désormais, la Gryffondor en était certaine.  
Les professeurs continuaient de discuter entre eux et Prue leur coula un regard. Qui sait, peut-être que le coupable se trouvait parmi eux ? Après tout, le corps enseignant avait accueilli de nouveaux membres cette année, ce n’était pas parce qu’il s’agissait d’adulte que l’on ne pouvait pas les disculper de tous soupçons ! Peut-être que l’un d’eux était derrière tout ça… Bien entendu il était difficile à ce stade des événements de savoir vers qui orienter ses suspicions ; pas un indice, pas un témoin, pas une preuve, rien. Il allait falloir ouvrir l’œil les prochains jours et ne rien laisse passer pour ne pas manquer une chose éventuellement décisive.
Le professeur Stanhope débarqua à son tour dans le hall et se dirigea vers ses collègues en voletant au-dessus du sol. Le fantôme jeta un coup d’œil au message et écouta ce que les autres avaient à dire avant de se rapprocher de Prue et de prendre la parole. La jeune fille lui adressa un petit sourire triste avant de lui répondre.
 
« Merci professeur, dit-elle, on pourrait ressortir interroger les portraits une fois les autres élèves raccompagnés jusqu’à leur salle commune ? À mon avis vu l’agitation ils doivent tous être levés maintenant… »
 
S’il y avait bien une chose que les portraits de l’école avaient en commun c’était la curiosité. Il suffisait que l’un d’eux apprenne qu’il se passait quelque chose dans un coin de l’école et tous sortaient de leur cadre pour tenter d’être aux premières loges ! Une fois l’agitation un peu retombée et les autres élèves retournés dans leur salle commune il leur suffirait de ressortir faire un tour dans les couloirs et demander aux habitants des portraits s’ils n’avaient pas vu quelque chose qui leur semblait anormal ou inhabituel. Dans tous les cas Prue s’occuperait de demander à la Grosse Dame si quelqu’un s’était absenté du dortoir des rouge et or la nuit dernière, histoire d’être fixée. Inutile de s’éparpiller aux quatre coins du château si la solution se trouvait juste sous leur nez après tout.
Alors qu’elle s’apprêtait à rassembler les Gryffondors pour les reconduire dans leur salle commune, Prudence sentit à nouveau quelqu’un lui agriper le bras. Bonnie avait-elle fini de discuter avec ses camarades Serpentards ? Mais finalement n se retournant se fut face à Sleibhin que la brune se retrouva. Cette dernière semblait encore plus apeurée que d’habitude et le ventre de Prue se serra. Son amie était certes étrange mais Prudence l’aimait bien et la voir aussi terrorisée lui faisait de la peine.
 
« Oui ? » demanda-t-elle d’une voix douce pour tenter de l’encourager à parler en voyant qu’elle avait du mal à faire ses phrases.
 
Lorsque la blonde se mit à parler Prudence écarquilla les yeux et réagit rapidement en l’entraînant un peu à distance du groupe d’enseignants. Inutile que ces derniers n’entendent ce qu’elle avait à lui dire pour le moment, cela ne ferait que stresser Sleibhin. À la place Prue se rapprocha du groupe d’élèves de Gryffondors avant de se retourner vers sa camarade de maison en lui offrant un sourire qu’elle espérait rassurant.
 
« Je t’écoute, lui répondit-elle en soutenant son regard, qui penses-tu être responsable de tout ça ? »
 
La brune préférait agir avec réserve, sachant qu’avec la panique générale les idées pouvaient fuser et les rumeurs démarrer au quart de tour. Non pas qu’elle n’accorde aucune importance aux craintes de Sleibhin, bien au contraire, néanmoins elle allait agir sans brûler les étapes et aviser ensuite de ce qu’elle ferait de ses confidences.

HARLEY-



- Prue -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6465-allen-my-work-is-a-game-a-very-serious-game-termine#150095http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6468-allen-liens-you-re-never-fully-dressed-without-a-smile#150292

Arrivé(e) le : 22/08/2016
Parchemins rédigés : 470
Points : 6
Crédit : (c)bazzart (Shawn Mendes)
Année : 7ème année - 17 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Victoire, Jill et Professeur I. Soussa

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Dim 4 Nov - 15:40

Trop de monde, trop de bruits…. D’ailleurs, j’avais l’impression qu’aucun des profs ou des préfets ne parvenait à prendre une réelle décision. Pourquoi tout le monde n’était-il pas déjà renvoyé en salle commune ou enfermé dans la Grande Salle en attendant d’autres explications ? La cohue devenait générale et ne s’arrangeait pas au fur et à mesure de l’arrivée des élèves depuis les étages. Moi, j’avais les mains dans les poches et l’esprit en vrac. Il fallait à tout prix que je parle à quelqu’un de ce qui s’était passé dans la Salle de Bains des Préfets et qui pouvait correspondre au message, sur le mur. Peut-être qu’il n’était question que d’une supercherie, d’une idiotie de quelqu’un qui devait jubiler à l’heure actuelle…. Mais mieux valait lever le doute et parler du mauvais souvenir que j’avais avec Megan tout de suite. Le professeur MacDougall était la plus proche de moi, sans doute aussi la plus à-même, à mes yeux, de ne pas juger ce que j’allais lui dire et sur la raison de notre présence dans la salle de bains… Sans attendre, je m’approchai et lui fis part du fait que j’avais un aveu à lui faire. Cette dernière m’invita assez rapidement à parler.

Baissant la voix, je m’adressai au professeur, m’assurant que les personnes présentes à nos côtés ne puissent rien entendre : « Euh… non, non, restons ici, je ne pense pas que perdre du temps soit la meilleure idée… » Inspirant avant de jeter un œil autour de nous, je repris la parole, d’une voix la plus basse possible, pour dire : « Je…je suis allé à la salle de bains des préfets, l’autre soir, avec…avec ma copine. On a voulu prendre un bain dans l’un des bassins et, celle-ci a eu l’impression d’apercevoir une forme noire dans le bassin. Croyant qu’elle se faisait des idées, on est entré quand même dans le bassin et j’ai…. » Comment allais-je expliquer une chose pareille sans avoir l’air d’être complètement cinglé ? « J’ai… senti un truc dans l’eau. Quelque chose a voulu m’attirer vers le fond, du moins c’est l’impression que ça m’a donné. La chose s’est enroulée autour de ma cheville et a fini par lâcher l’étreinte au bout de quelques secondes, à peine... Je ne pense pas avoir rêvé, professeur. Ça nous a fait flipper, sérieusement. Je n’ai rien dit pensant qu’amener quelqu’un dans la salle de bains n’était peut-être pas super autorisé… et que ça n’était peut-être pas si grave. » Je tournai les yeux vers le message, m’adressant toujours à la professeur de Botanique : « Quand je lis cette phrase, je me dis qu’il aurait peut-être fallu en parler avant… » Sur ces paroles, je tournai les yeux vers elle pour l’interroger du regard. Allait-elle dévoiler ça à tout le monde ? J’espérais sincèrement que non, mais l’information devait sortir et c’était chose faite. Maintenant, j’avais mal au crâne et n’allais pas supporter d’être dans le hall plus longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9317-bonnie-lou-elsing-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9326-bonnie-o-carte-du-maraudeurhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9325-bonnie-o-rapeltout#205681http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9336-bonnie-correspondance#205815http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9335-bonnie-postcards#205814

Arrivé(e) le : 26/02/2018
Parchemins rédigés : 286
Points : 4
Crédit : Bazzart (ft. Alycia Debman Carey)
Année : 5e (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Judith Sørensen

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Dim 4 Nov - 18:53

Vous avez un nouveau message
Poudlard ϟ Bonnie

La panique s’insinuait en elle comme un poison. Entièrement dominée par ses émotions, Bonnie ne parvenait pas à mettre de l’ordre dans ses pensées. Le moment lui paraissait totalement surréaliste : elle aurait pu être en plein cauchemar que cela ne lui aurait pas semblé improbable. Prudence allait certainement la rassurer, elle avait toujours une parole réconfortante et elle était sûre de pouvoir compter sur elle. Elle lui dirait qu’il connaissait déjà le coupable, qu’elle se faisait des idées et que tout cela n’était juste qu’une vaste blague de très mauvais goût. Mais tout était bien réel : le trou de mémoire, les mains tachées, le message sur le mur et les le désordre du Hall. Même son amie ne pouvait rien y changer et ses paroles ne firent qu’accentuer le malaise qui grandissait en elle.

Elle n’eut pas vraiment le temps de s’étendre sur la question : elles furent brusquement interrompues par Wendy, sa colocataire de dortoir, d’humeur un peu trop frivole pour l’occasion. Elle ne la connaissait pas bien : malgré leur cohabitation, elles se parlaient peu et elle fut d’autant plus déconcertée par la manière dont elle s’adressait à elle. Le sourire aux lèvres, elle parlait si rapidement que Bonnie ne parvenait à saisir qu’un mot sur deux. La peur et la confusion lui embrouillaient l’esprit. Le brouhaha de la pièce était telle qu’elle avait bien du mal à se concentrer et elle ne maîtrisait pas grand chose. Les professeurs allaient et venaient, donnant leur consigne, consultant les préfets qui tentaient tant bien que mal de contrôler la foule d’élèves qui ne cessait de croître. Sans autre forme de procès, Wendy l’attrapa par le bras et la tira hors du groupe, derrière une statue d’où elle ne voyait plus rien de ce qui se déroulait au pied de l’escalier. Qu’est-ce qui lui prenait ? « Alors ? Tu m'expliques ? Quatre heures du matin Bonnie ! » Où voulait-elle en venir ? Qu’est-ce qu’elle lui racontait ? Cela n’avait pas de sens ! Mais lorsqu’elle lui empoigna le bras pour lui faire sortir les mains des poches, elle résista.

« Je… »


Mais Wendy prit le dessus sans trop de difficultés : Bonnie n’était pas en état de faire face à quoi que ce soit. Ses yeux s’embuèrent, elle ne voyait pas trop comment se sortir de cette situation. Il faut dire qu’elle n’avait aucune idée de la façon dont elle s’y était fourrée. Elle savait que sa camarade ne la croirait pas si elle disait qu’elle ne se souvenait de rien. Mais il semblait pourtant bien difficile d’inventer autre chose… La dernière image qui lui revenait en tête datait de la veille : lorsqu’elle s’était assise sur le canapé de la salle commune après le dîner pour avancer dans ses devoirs. Elle aurait été totalement incapable de dire si son travail avait effectivement avancé ou si elle s’était contentée de rester là de longues heures. Elle ne savait pas non plus à quelle heure elle avait finalement rejoint le dortoir ni même pourquoi elle n’avait pas pris la peine de se déshabiller au préalable. Mais les dires de sa colocataire ne faisaient qu’amplifier ses soupçons, cela faisait décidément bien trop de coïncidences pour un hasard. Mais elle n’avait aucune chance de la convaincre avec la vérité et elle ne voulait pas mentir. Avec l’incertitude et l’angoisse, elle sentit aussi monter la colère : la brusquerie de Wendy eut raison de ses nerfs déjà bien à vifs. Bonnie craquait.


« Tu en sais visiblement plus que moi alors qu’est-ce que tu veux ? Si tu penses pouvoir briller en me faisant dire je ne sais quoi, tu vas être déçue car je ne sais rien.»

Sa voix tremblait et dans le reste du hall, le bruit ne faisait qu’amplifier.

« De toute façon, ce n’est ni le moment ni l’endroit, on ferait mieux de retourner avec les autres, quelqu’un va finir par s’apercevoir qu’on manque à l’appel. »

Ce ne serait bon ni pour Wendy ni pour elle si on les attrapait à comploter ici : elles avaient tout intérêt à rentrer dans le rang. L’état de Bonnie ne lui permettait aucune lucidité : son cœur battait à tout rompre, son esprit était à la fois vide et embrumé. Elle ne parvenait pas à réaliser et elle était incapable de prendre la moindre décision.




©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6352
Points : 24
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Dim 4 Nov - 21:45


❝ Vous avez un nouveau message...❞Milo

J'entends du brouhaha au loin, mais je suis trop bien là où je suis pour avoir envie de ne serait-ce que d'ouvrir les yeux. Cela fait un moment que je gravite entre l'inconscient et le conscient. Je somnole agréablement et je n'ai aucune envie d'abandonner cet état. J'ai la sensation d'être de nouveau à la maison, entier et je n'ai aucune envie de me réveiller. Cela fait quelques jours que Dan et moi avons eu cette conversation au Balcon du monde pour tenter d'arranger les choses. Je ne savais pas trop si c'était une bonne ou une mauvaise idée mais Halloween m'a fait réaliser que nous ne pouvions pas rester dans cet état d'entre deux encore plus longtemps. Nous détruisions sans même le vouloir consciemment notre relation et refusions d'ouvrir les yeux sur son échec. Il fallait agir, affronter notre peur, nous confier avant que ça ne soit trop tard. Et pour être honnête, au début, j'ai bien cru que c'était trop tard pour nous, pour arranger les choses et qu'il allait juste falloir accepter l'inévitable. Fort heureusement, blottit dans ses bras, je me rends compte qu'on a pris la bonne décision. Cela n'a pas été évident mais une fois qu'on a ouvert les vannes, on était incapable d'arrêter de se confier à l'autre. Calmement, sans violence, on s'est simplement ouvert à l'autre, lui expliquant posément ce qui avait pu nous peiner, les raisons qui nous avait poussé mutuellement à nous éloigner et à nous maintenir si loin l'un de l'autre. C'était une très étrange conversation, mais pas forcément des plus désagréable. J'ai appris des choses sur lui, sur sa façon de penser et de fonctionner. J'étais tellement loin de la vérité, loin de comprendre pourquoi il réagissait de cette façon. Et je n'ai pas mieux réagit de mon côté, on ne va pas se mentir. Je crois, au fond de moi, que ça nous a fait du bien. On est sur le chemin de la rédemption ... ou quelque chose d'approchant en tout cas.

Mes bras enserre sa taille et mon visage est posé sur son torse. J'entends la douce mélodie de son coeur et je ne peux m'en détacher. Ca m'a manqué. Mais j'avoue que s'ils faisaient moins de raffut à l'extérieur du dortoir, je pourrais un peu plus en profiter. Je commence à m'agiter un peu, agacé. Qu'est-ce qu'ils ont tous ? Est-ce qu'il y a un problème ? Est-ce qu'il se passe quelque chose ? Si je me lève et que je découvre que c'est encore des enfantillages, ça va vraiment me gonfler. Je crois que je mérite de me reposer un peu, de profiter de ces quelques instants de bonheur avec mon petit ami. J'ai le droit de me réveiller en douceur, dans ses bras, sans qu'on vienne me déranger toutes les trente secondes. Le bruit ne cesse de grossir, j'entends des murmures au loin, qui prennent de l'ampleur et puis finalement on frappe à notre porte, ainsi qu'aux autres dortoirs. J'ai pas tout compris à ce qu'il venait de se dire, mais j'ai vaguement cru comprendre qu'on nous demandait de nous lever, qu'il s'était passé un truc. "Mais c'est quoi ce boucan ?" Râlais-je de bon matin ! Je finis malgré tout par relever le menton, souffler d'agacement et par tendre l'oreille. Le raffut ne s'arrêtait pas, j'entendais des vas et viens incessant "Je ne sais pas ce qu'il se passe mais j'espère qu'ils ont une bonne raison d'être aussi agités !" Que fait Felicia ? C'est aussi son rôle de faire respecter le calme et l'ordre dans la maison, j'aimerai bien ne pas incarner la seule autorité. Je n'ai aucune envie de quitter notre cocon, j'y suis bien au chaud, mais je ne peux pas continuer à trainasser au lit pendant que c'est la pagaille dans ma maison. Alors je finis par me lever pour passer la tête par la porte de notre dortoir. J'interpelle un gamin "Hey ! Qu'est-ce qu'il se passe ?" Le gamin me répond un truc que je ne suis même pas sûr de comprendre, je le remercie rapidement avant de fermer la porte, aussi inquiet que perdu "J'ai pas tout compris mais je crois qu'ils ont trouvé un truc dans le hall d'entrée. Faut qu'on aille voir !" Lui dis-je en me dirigeant vers mes vêtements. Je ne sais pas ce qu'il se passe au juste mais j'ai l'impression que ce n'est pas une plaisanterie ou une chamaillerie d'enfant.

Habillés, Dan et moi descendons la volée d'escaliers qui nous sépare du Hall d'entrée. Il y avait déjà une foule d'élèves, il était vraiment difficile de passer "Laissez passer ! Préfet ! Laissez passer !" Va te faire entendre quand les gens sont en train de parler entre eux ou sont en train de regarder le même endroit. Pourtant nous arrivons à nous faufiler tant bien que mal jusqu'à l'endroit où une inscription se trouvait. Je dus relire plusieurs fois l'inscription pour la comprendre et je me tourne vers Dan, perplexe "C'est quoi ce bordel ?!" Je ne parle jamais comme ça d'ordinaire, vous comprendrez que le choc et l'inquiétude me font un peu perdre mes bonnes manières "Tu ... tu crois que c'est ... du sang ?!" Lui demandais-je, inquiet, attrapant sa main et la serrant, plus pour me rassurer et me donner du courage qu'autre chose. C'est quoi ce bordel ?

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2150
Points : 22
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mar 6 Nov - 12:06

Un nouveau message...
Tracy et les préfets

Parler à Hansel en premier lieu, étant donné que Milo n’était pas encore sur les lieux, semblait couler de source. Après tout, Prudence était gentille, mais elle était encore nouvelle à ce poste, et elle n’était pas encore bien sûre de pouvoir lui faire confiance… C’était le souci principal : à qui pouvait-elle s’adresser sans crainte qu’ils ne soient de mèche avec leurs opposants. Des professeurs pouvaient y être mêlés, le personnel pouvait être complice de cette sinistre mascarade, même les autres préfets ne pouvaient être mis hors de cause… Seul un collègue qui était lui aussi, né-moldu, semblait être un bon interlocuteur en de telles circonstances. « Une chose ? A quoi est-ce que tu penses… ? » lui demanda-t-elle, en réponse à ses suppositions issues de la culture populaire, avant de s’interrompre : « Serdaigle, s’il vous plait, rangez-vous ! » insista-t-elle en tapant des mains, la voix légèrement suraiguë tandis qu’elle tentait envers et contre tout de se faire entendre. « Au vu des dernières années, je ne suis plus très choquée par ce qu’on trouve dans le monde réel. » répondit-elle avec un peu plus de cynisme qu’elle ne l’aurait voulu. C'était bien évidemment faux, encore tant de choses pouvaient la plonger dans un état de panique indescriptible... Mais là, c’était différent de Blackman de ses sbires, différent des alertes attentat, des Halloweens ratés. Si c’était quelque chose qui rodait, cela signifiait qu’il n’y avait pas que des sorciers impliqués dans l’affaire… Le Serpentard disait juste, cela pouvait être l’oeuvre de n’importe qui… restait simplement à espérer que ceux qui étaient derrière ces inscriptions et les envois des badges ne soient que de simples élèves qui désiraient à tout prix amuser la galerie. Dommage, ça ne ressemblait pas à une simple plaisanterie de mauvais goût… « Je suis bien d’accord… et surtout, j’ai bien l’impression que les responsables ne sont pas ceux auxquels on pense. Je pense qu’on devrait faire attention avec qui on parle, à l’avenir. » répondit-elle, alors que ses yeux se perdaient vers Cruz, plongée en pleine conversation avec les professeurs. Jamais elle ne l’aurait suspectée d’une telle chose, si ses agissements de ces dernières semaines ne l’avaient pas menée à cette réflexion… Pourtant, elle n’avait rien dit, à propos de cette lettre et de ce badge qu’elle avait reçu. Rien ne lui disait que la préfète de Serpentard n’était pas des leurs, à comploter silencieusement pour un retour à la hiérarchie du sang pur… Après tout, si les séances de club lui avaient bien permis de vérifier quelque chose, c’était que Cruz était quelqu’un qui savait, et aimer jouer des apparences.  Seulement, à aucun moment Tracy n’avait envisagé que cela puisse être dangereux… sauf maintenant. La préfète, de par son rôle, devenait une potentielle menace pour l’école… si ça se trouvait, c’était même elle qui avait quitté sa ronde pour aller écrire le message. Ça ne paraissait pas si stupide, non ? Elle avait bien prétendu n’avoir croisé personne de Serpentard dans les couloirs, tout simplement parce qu’il n’y avait eu personne.

Parler au professeur MacDougall plutôt qu’à n’importe quel autre enseignant, en attendant le retour du professeur Winslow, était une autre évidence. A une heure où tout individu devenait menace, Tracy ne se sentait prête à s’adresser qu’à quelqu’un de son statut. Seul un né-moldu pouvait comprendre… du moins, c’était le sentiment de la préfète, à un instant où chaque élève était un ennemi potentiel. Dan… Elle avait besoin de Dan, pourtant, il demeurait introuvable dans les groupes d’élèves se pressant comme une marée humaine vers ce message sur le mur. Et Roxy qui n’apparaissait pas non plus, toujours plus fuyante après lui avoir montré ces fameuses lettres… Seuls des visages anonymes, se débattant dans la mêlée, apparaissaient aux yeux de la jeune fille. Les contenir semblait mission impossible… Apprendre à gérer les situations de crise était l’un des points du rôle de préfète qui étaient encore l’un des plus obscurs pour Tracy, en partant du principe qu’elle avait déjà du mal à ne pas montrer qu’elle était sur le point de perdre son calme. « Merci professeur… je veux bien en récupérer certaines pour ma maison, si c’est possible. » répondit-elle, ne camouflant que difficilement son inquiétude, toutefois intéressée par lesdites consignes. Les plus jeunes s’agitaient, les conversations se traduisaient par des bavardages indiscernables se perdant dans un écho assourdissant. La professeur de métamorphose, sous forme éctoplasmique, ne tarda pas à les rejoindre par le plafond, et Tracy écouta alors avec attention ses recommandations. Selon elle, il s’agirait également d’une créature alors… Mais elle avait raison, la priorité était de mettre la main sur ceux qui pouvaient avoir croisé quelqu’un dans les couloirs. Y compris si ces derniers ne bougeaient pas… « C’est une bonne idée professeur Stanhope. Vous pourriez interroger ceux des escaliers ? S’ils ont vu quelqu’un qui n’était pas du personnel descendre, on saurait au moins de quelle maison vient l’auteur… ! » Il faudrait imaginer que les portraits soient coopératifs, mais ils le seraient sûrement bien davantage avec un fantôme de l’école qu’avec un professeur ou un élève…

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8212-poussez-vous-j-arrive-wendy-d-hastingshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8224-wendy-sa-petite-courshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8223-wendy-progression-ascension-et-succeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8220-wendy-courrier-et-lettres-d-admirateurshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8221-wendy-uniquement-pour-les-autographes

Arrivé(e) le : 21/08/2017
Parchemins rédigés : 290
Points : 4
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Daniela et Joanne

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mar 6 Nov - 22:39

    Wendy était de plus en plus convaincue qu'elle était, dans cette école, entourée de navets décérébrés. Prudence n'était pas une méchante fille, mais pour être tout à fait honnête, en tant que préfète, elle ne servait à rien. Dans toute la pagaille qui régnait dans le Hall, elle restait là à ne rien faire alors que les autres têtes d'autorité tentaient de mettre un peu d'ordre. Ce n'était qu'un graffiti au goût douteux sur un mur, ce n'était pas non plus la fin du monde.

    Mais Bonnie... Bonnie. Cette fille la décevait énormément. Que faisait-elle dans la noble Maison Serpentard ? Non seulement elle était responsable de ce fameux message mais en plus, et surtout, elle ne comprenait pas le second degré. Wendy avait pris soin de faire son petit numéro pour lui mettre la puce à l'oreille et lui faire discrètement comprendre qu'elle savait mais au final, Wendy ne reçut aucune réaction. Un mollusque. Voilà ce qu'était cette fille. Quant à Prudence, elle non plus ne semblait pas comprendre les sous-entendus. Wendy devait bien être la seule personne dans ce Hall à prendre le sujet à la légère et à parler de sa mauvaise nuit et du manque de sommeil alors que tout le monde cherchait qui était levé au milieu de la nuit mais... non, mollusque numéro 2 n'avait certainement pas les neurones en contact, elle non plus.

    Plan B. Wendy prit Bonnie à l'écart pour mettre les points sur les i. Puisque la subtilité était trop difficile pour son petit cerveau, elle n'y alla pas par quatre chemins et tenta une autre approche : les menaces et le chantage. Malheureusement, Bonnie n'eut pas vraiment la réaction souhaitée.

    "Tu t'es droguée ou quoi ?" s'étonna-t-elle, sincèrement déroutée par la mollesse de cette fille qui ne comprenait visiblement même pas qu'elle venait de la menacer de la dénoncer. Ce n'était pourtant pas compliqué à comprendre. "Je sais que c'est toi la coupable, je t'ai vue mais je peux me taire si tu fais ce que je te demande". Là où toute personne intelligente aurait répondu favorablement ou non au chantage, qu'avait répondu Bonnie ? "Je ne sais rien, retournons avec les autres." Bah voyons, c'était tellement logique. "Oui Bonnie, bien sûr, retournons voir les autres, notre absence risque d'être suspecte"... Comme si dans la pagaille qui emplissait le hall, tout le monde allait se rendre compte que deux filles s'étaient isolées pour parler. Non mais elle vivait sur quelle planète ?

    "Je crois que t'as pas bien compris, Bonnie." répondit Wendy, complètement abasourdie par l'idiotie de cette fille. Elle n'avait pas bien compris qu'elle n'avait pas le choix. Et puisqu'elle semblait trop bête pour être utilisée, il ne lui restait plus qu'à retourner à sa première idée.

    "Très bien, retournons avec les autres. Reste avec moi." dit-elle enfin en prenant de nouveau le bras de Bonnie pour s'approcher de nouveau de la foule. Sauf qu'elle retint fermement le bras de sa camarade au cas où l'idée de s'enfuir lui prendrait. Quoi qu'avec ses deux de tension, il était peu probable qu'elle y songe.

    "Excusez-moi ! Si vous pouviez cesser de piailler, ça m'arrangerait, j'ai quelque chose à dire et je n'aime pas crier." dit-elle d'un voix forte pour tenter de couvrir le brouhaha et d'attirer l'attention des professeurs et des préfets.

    "Je sais qui a écrit ce message. Et cette personne est juste ici parmi nous !" déclara-t-elle en tirant de nouveau une main de Bonnie hors de sa poche pour montrer à tout le monde le sang, ou la peinture elle ne savait toujours pas, qui maculait les mains de Bonnie. Effet théâtral accompli. Il ne manquait que les paparazzi pour immortaliser tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6072
Points : 22
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mar 6 Nov - 23:32


vous avez un nouveau message
Rioghbhardan & les autres

Mes doigts jouent discrètement dans les cheveux de Milo alors que j’étouffe un bâillement ensommeillé. J’ai du mal à émerger. J’en ai pas follement envie, en réalité. Je suis bien, là, à profiter d’un réveil tranquille et câlin. Rien ne presse. Au pire, on loupera le petit déjeuner et je dois bien avouer que je m’en fiche un peu. Sur ces bonnes paroles, je m’enfonce un peu plus dans mon oreiller et laisse maladroitement retomber mon bras sur mes yeux pour cacher un peu les rayons du soleil. C’est exactement le genre de matins que j’aime : interminables et loins du monde. Manque de chance, le monde, lui, ne l’entend pas de cette oreille. Par moment, des voix parviennent jusque là. Je m’efforce de ne pas y faire attention. Il y a peut-être eu une affiche sur le panneau pour une sortie quelconque ou un prof absent. Rien d’urgent. Malgré tout, je me réveille un peu plus. Je les déteste. Je les déteste tous. Ça finit par toquer à la porte, ce qui m’arrache un grognement agacé. Milo commence à bouger. « Mais c'est quoi ce boucan ? » Je hausse vaguement les épaules et délaisse ses cheveux pour enlacer sa taille, tentant tant bien que mal de prévenir toute fuite. Je vois la suite d’ici, hein… Y’a du bruit, des mômes de notre maison qui semblent agités, il va bien falloir qu’il aille voir ce qu’il se passe. On s’en balance royal, sérieusement. Ils peuvent vivre une matinée sans chaperon, c’est bon… Dès le matin, ça me gave. « Je ne sais pas ce qu'il se passe mais j'espère qu'ils ont une bonne raison d'être aussi agités ! » Je finis par ouvrir les yeux juste pour pouvoir les lever au ciel. Adieu réveil sympa… Tout ça parce qu’ils savent pas la fermer. Génial. Absolument gé-nial. Notre préfet finit par m’échapper. Je soupire bruyamment, pour qu’il sache que je trouve clairement que ça craint, et enfouis ma tête sous l’oreiller avant de croiser les bras dessus d’un air boudeur. La porte s’ouvre et se claque. J’imagine qu’il s’est barré pour faire régner l’ordre dans notre si belle maison. Mais sa voix finit par résonner à nouveau. « J'ai pas tout compris mais je crois qu'ils ont trouvé un truc dans le hall d'entrée. Faut qu'on aille voir ! » Sérieux ? Mais ils me font tous chier ce matin, c’pas possible ! « Comment ça « on » ? » C’est l’aube, faut pas déconner ! Qu’est-ce que je m’en balance d’un truc trouvé dans le Hall ? Il va pas se barrer, le Hall, on peut y aller après !

Évidemment, c’est pas tout à fait comme ça que ça se passe… Je ne reste pas bien sagement au lit à finir ma nuit… Ce serait trop beau. Je suis docilement le mouvement, comme un con, avec toute la mauvaise humeur et la mauvaise volonté du monde. Les mains dans les poches de mon sweat, je grommelle tout le long du chemin en maudissant la Terre entière. Y’a rien qui va, de toute façon. J’ai pas eu le temps de me doucher (ça avait l’air urgent son histoire, même si je trouve que mon odeur de phacochère était plus urgente que le Hall), une fois qu’on aura vu qu’il y a rien, on va se retrouver à quinze mille dans la Grande Salle alors niveau petit-dej en paix ça va être mort et le bordel, là, ça commence déjà à me filer mal au crâne… Il y a des jours, comme ça, où on ferait décidément mieux de rester couché… Si seulement ça avait tenu qu’à moi ! Quand on arrive, le Hall est plein. Ça braille, ça pousse, c’est une ambiance bizarre. Faire un pas de plus nous est difficile. Limite impossible. C’est comme si toute l’école s’était réunie dans ce coin-là. On croise un mélange d’élèves et de professeurs, quelques fantômes venus jeter à oeil outré à la scène. « Laissez passer ! Préfet ! Laissez passer ! » Je lui emboîte le pas machinalement, jouant à la perfection le rôle de son ombre. Il faut clairement jouer des coudes mais on parvient tout de même au plus près du mur. Et c’est là, en lettres rouges, juste sous nos yeux. Elle traque l'odeur du sang jusque dans les profondeurs. Méfiez-vous ! Je reste bête, un moment, à fixer le message. Même si ça ressemble à un sale remake, ça jette un froid. J’en oublie de me plaindre. « C'est quoi ce bordel ?! » Je sens le regard de Milo qui se pose sur moi mais je suis totalement incapable de détacher le mien du mur. C’est seulement quand sa main se resserrent doucement sur mes doigts que je me reprends enfin, réprimant un frisson désagréable. « Tu ... tu crois que c'est ... du sang ?! » Je secoue la tête par un automatisme sorti d’on ne sait où. En réalité, j’en sais rien. « Non… Non, c’est sûrement de la peinture ou… ou un truc comme ça… » Un reste de maquillage d’Halloween, peut-être ? J’en ai pas la moindre idée… Je ne peux m’empêcher de penser à la lettre envoyée à Tracy quelques jours plus tôt, concernant ce sortilège foireux et l’idée d’une possible fuite. Elle me semble plus que jamais à l’ordre du jour. C’est seulement maintenant que ça me frappe. Tracy ! Elle doit être en panique totale ! Elle était déjà mal à cause de cette histoire de secte d’extrémistes qui se forme dans l’école alors ça… Je la cherche des yeux mais rien à faire. Tout le monde bouge même si l’autorité tente de faire revenir l’ordre. Pas la moindre trace de Daniela non plus…

J’imagine que le plus intelligent serait de retourner à Poufsouffle en attendant que la direction prenne les choses en main. L’espoir même d’une année tranquille paraît s’envoler. Ils vont sûrement nous interroger, nous pousser à coopérer, fouiner dans nos vies… Les jours à venir se dessinent déjà, lourds et oppressants. « On fait quoi, maintenant ? » Je suppose que « on » ne fait rien, il va aller rejoindre les autres préfets, les profs ou je ne sais quoi, pendant que je serai sûrement renvoyé dans notre salle commune, à psychoter avec les autres. Néanmoins, j’attends bêtement qu’il confirme, comme si je n’étais pas assez grand pour le savoir tout seul et prendre moi-même la décision de le laisser faire sa vie. Ça aurait dû s’arrêter là. Mais ça aurait été trop beau, une fois de plus. On est à Poudlard quoi… Alors la voix crispante de Hastings retentit tout à coup, couvrant tant bien que mal le bordel ambiant. « Excusez-moi ! Si vous pouviez cesser de piailler, ça m'arrangerait, j'ai quelque chose à dire et je n'aime pas crier. » Comme une grande partie des personnes parquées dans le hall, je tourne machinalement la tête vers elle. Jusque là il faut qu’elle se mette en avant. Ouvrir sa gueule pour avoir l’attention de l’humanité toute entière. Cette fille me désespère un peu plus à chaque fois que je la croise. Et rien que de repenser à la dernière fois, ça me file la nausée. C’est dingue comment je peux plus me la pifrer, celle-là ! Et rien qu’à la voir aujourd’hui, je comprends décidément pourquoi. « Je sais qui a écrit ce message. Et cette personne est juste ici parmi nous ! » Sur quoi elle arrache la main d’une fille de sa poche, la brandissant au-dessus d’elles comme un trophée. Elle est couverte de peinture, sûrement la même que le mur. Mais, bêtement, je me sens mal pour elle. Elle a probablement écrit le message, je sais pas pourquoi et je m’en fiche, mais d’être ainsi exposée aux yeux du château tout entier… Quelles que soient ses raisons, elle mérite pas ça. Les souvenirs remontent brusquement et, même si ça ne me concerne pas, Hastings m’inspire soudainement une haine farouche. Qu’elle dénonce cette fille, d’accord, mais elle était pas obligée de la balancer dans la fosse aux lions…
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 929
Points : 13
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mer 7 Nov - 9:20

Liu Xi sentait le chaos envahir la pièce, ils avaient beau faire de leur mieux, les interventions fusaient de toute part, l’organisation était difficile à mettre en place. Il fallait se resaissir et recadrer tout cela au plus vite, il était hors de question de finir avec une émeute et des élèves excités dans tous les coins du château. Après quelques palabres, il fut convenu que Nathanael et Mattheus iraient d’ores et déjà vérifier le lac et la forêt interdite, laissant Aurora, Liu Xi et Rufus en charge des élèves. Ce n’était pas une petite mission, ceux-ci arrivaient toujours plus nombreux. Heureusement, la professeure Stanhope rejoint la troupe, prenant au vol la proposition de Prudence. Tracy demanda à son enseignante si elle pouvait les aider quand à l’interrogation des tableaux, très bien, les choses se mettaient en place et se régulaient. Elle promit à Tracy « Je vous fais parvenir cela par hibou avant demain. Ne vous inquiétez pas, pour l’instant vous vous en sortez très bien », ajouta-t-elle autant pour elle que pour les autres préfets.

Puis Liu Xi fut interpellée par Rivers. Elle fut soulagée de voir qu’il pouvait lui parler sur place, ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour s’éclipser. La professeure essaya de garder un visage des plus neutres lorsque le capitaine des Serdaigles l’informa de la raison de sa présence dans la salle de bain, c’était tout à son honneur de dire la vérité et elle retint son sourire. « Je peux comprendre que vous ayez préféré de ne pas en parler ». Après tout, il avait raison, ce n’était pas autorisé et c’était une situation un peu gênante. Cependant, l’heure n’était pas au jugement ni à la punition, mais à la récolte d’information. « Mais je vous remercie de le faire maintenant. Je suppose que vous n’avez pas rêvé, je vais aller voir si je trouve quelque chose et je transmettrais l’information à mes collègues pour que nous puissions essayer de trouver un sens à tout cela. Personne ne vous reprochera d’avoir pris un bain. » termina-t-elle, signifiant par là qu’elle ne comptait pas donner plus d’informations que nécessaire lors de la réunion planifiée le soir même. La discrétion était importante dans ce genre de cas, et la confiance des élèves précieuses.

Elle s’apprêtait à annoncer à Aurora qu’elle se rendait dans la salle de bain, lorsque la voix haut perchée d’Hastings parvint jusqu’à ses oreilles. Elle ne put retenir un froncement de sourcils…En voilà des manières ! Se donner en spectacle ainsi dans de telles circonstances, asséner des accusations sans procès, voilà qui allait apaiser les tensions. Un peu de discrétion n’avait jamais tué personne, contrairement à des propos plein de véhémences. Gardant son calme, elle rejoignit les serpentards et répondit avec fermeté à l'enquêtrice du jour : « Vous avez le jugement hâtif Miss Hastings mais je vous remercie de votre investissement. Veuillez rejoindre vos préfets s’il vous plait. » Liu Xi passa son bras derrière les épaules de la présumée coupable, et la fit passer derrière le rideau de préfets et de professeurs : « Je m’occupe de Miss Elsing. » Innocente ou pas, il valait mieux qu’elle ne soit pas à portée de la foule. Elle regarda les doigts de la jeune fille, qui n’auguraient rien de bon. « Bien… Nous allons discuter de tout ça dans mon bureau. »

Gardant la main sur l’épaule de Bonnie, tant pour la rassurer que pour éviter qu’il ne lui prenne des envies de fuite, elle se tourna vers Rufus, Aurora et Harriet : « Je pense que vous êtes suffisamment nombreux avec les préfets pour préparer le retour dans les salles communes ? Je vais voir de quoi il retourne avec Miss Elsing. » elle espérait que son air inquiet suffirait à faire passer le message ‘’pour éviter un pugilat et non pas tirer au flanc’’, « et j’irais vérifier par la suite le quatrième étage. Je vous explique ça en détail chez Nathanael ! On se tient au courant de nos avancées et je vous envoie du monde si je croise des collègues en chemin. Bonne continuation ! »

La professeure MacDougall les salua d’un signe de tête et s'apprêta à sortir avec Bonnie. Même si elle espérait de tout coeur avoir des explications, un pressentiment tenace lui laissait penser qu'il s'agirait surtout d'un nouveau noeud à démêler.



LXMD
“Demeure aussi prudent au terme qu'au début; ainsi tu éviteras l'échec” [Tao Te King]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9317-bonnie-lou-elsing-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9326-bonnie-o-carte-du-maraudeurhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9325-bonnie-o-rapeltout#205681http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9336-bonnie-correspondance#205815http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9335-bonnie-postcards#205814

Arrivé(e) le : 26/02/2018
Parchemins rédigés : 286
Points : 4
Crédit : Bazzart (ft. Alycia Debman Carey)
Année : 5e (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Judith Sørensen

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Mer 7 Nov - 17:20

Vous avez un nouveau message
Poudlard ϟ Bonnie

Wendy aurait pu parler n’importe quelle autre langue, Bonnie ne s’en serait pas aperçue. Non, elle n’était pas droguée mais ses idées n’étaient pas très claires : rien d’étonnant à cela car si ce que sa colocataire disait était vrai alors elle avait probablement passé une partie de la nuit à se promener pour écrire des messages sur les murs. Pas très reposant. Mais cela n’expliquait en rien son absence totale de souvenirs. Bonnie savait pertinemment qu’elle n’aurait jamais commis ce genre d’actes volontairement. Très renfermée, elle détestait se mettre en avant et la plupart du temps, parler en public la mettait au supplice. N’importe quelle personne la connaissant un peu pourrait en témoigner. Malheureusement, elle avait peu d’amis proches en dehors de Prudence et elle ne voyait pas tellement comme elle allait se sortir de ce guêpier.
La réaction de Wendy fut pire encore que ce qu’elle pouvait imaginer : jamais elle n’aurait pensé qu’elle puisse être aussi vile et sans compassion. Le regard horrifié de Bonnie parlait pour elle : elle n’avait pas vraiment l’air d’un coupable qui observe le résultat de son travail. Voyant que son petit manège ne fonctionnait pas et que son chantage tombait à l’eau, elle prit la décision la plus primaire que l’on puisse avoir : la jeter dans l’arène, sans se soucier des conséquences. La tenant toujours fermement par le bras, elle la guida à travers la foule, se rapprochant le plus possible de l’épicentre de l’agitation. Ce n’est que lorsqu’elle ouvrit la bouche pour crier que Bonnie comprit où elle voulait en venir. Elle tenta de se dégager d’un geste vif mais elle ne fut pas assez rapide et son adversaire était bien plus forte. La voix désagréable de sa camarade résonnait dans tout le hall, attirant les regards.

Et elle se retrouvait là, la main en l’air, solidement immobilisée par Wendy qui avait l’air de s’amuser comme une folle. Bonnie quant à elle avait l’impression d’être un monstre de foire qu’on expose aux huées et ses nerfs ne tinrent pas plus longtemps. Les larmes se mirent à rouler le long de ses joues et elle ne chercha même plus à se défendre. A quoi bon de toute façon ? Hastings avait pris l’ascendant et elle était bien incapable de résister. Son calvaire lui parut durer des heures et, pourtant à peine quelques secondes après l’annonce de Wendy, l’étreinte de celle-ci se relâcha et une main plus douce lui enserra les épaules. Il fallut un moment à Bonnie pour se rendre compte qu’il s’agissait du professeur Macdougall qui l’emmenait à l’écart des élèves. « Bien… Nous allons discuter de tout ça dans mon bureau. » Elle acquiesça d’un signe de tête, totalement abattue. Son cœur battait la chamade et elle se demandait ce qui l’attendait. Quelqu’un allait –il la croire lorsqu’elle dirait qu’elle ne savait rien et qu’elle ignorait complètement comment ses mains avaient pu se retrouver dans cet état ? Comment avait-elle pu perdre le contrôle d’elle-même au point d’oublier ce qu’elle avait fait durant sa soirée ? Et était-ce du sang qui lui coulait sur les doigts ? Elle avait davantage de questions que de réponses et pour le moment, la seule chose qu’elle souhaitait réellement c’était un endroit calme et un sommeil sans rêve. Sans opposer aucune résistance, elle emboita le pas de la professeur de botanique.



©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 548
Points : 19
Crédit : Dan ♡ (Millie Bobby Brown)
Année : 5ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Jeu 8 Nov - 11:52

ft. Milo

vous avez un nouveau message...
Elle avait beau essayer d’écouter tout ce qu’il pouvait se dire, Felicia devait se rendre à l’évidence que ses yeux marchaient mieux que ses oreilles. Les élèves étaient distraits, inquiets, perturbés - bruyants, bien sûr ; les préfets et les adultes parlaient entre eux, mais surtout les uns par dessus les autres, à peu de choses près. Un adulte proposait une idée, un préfet venait en rajouter une autre et une troisième personne affirmait que tout ça était de bonnes idées et qu’il allait falloir les appliquer. C’était bien mignon, mais pour le moment, aucune action n’était vraiment prise. Certains commençaient à se mettre en marche vers leur prochaine préoccupation dans le plan qui se faisait sur le tas, mais dans les faits, toutes les personnes présentes étaient encore dans un état quelque peu léthargique. Felicia n’allait pas leur jeter la pierre : il y avait de quoi. Elle-même ne bougeait pas beaucoup, préférant attendre elle ne savait quoi, sûrement qu’une information importante se glisse, ou qu’une place soit faite dans un groupe, quelque part, qu’elle puisse y prendre place, mieux écouter, apporter son avis, ses idées, prendre des décisions et agir. Mais non. La préfète, à ne pas être descendue de suite, s’était interdit elle-même l’accès aux informations importantes qui avaient pu se dire au tout début, à la découverte de tout ceci. Elle en était très frustrée, bien sûr. Aussi avait-elle les sourcils froncés et les bras croisés sous la poitrine quand le petit Garry vint lui poser une question toute innocente. Elle lui jeta un rapide regard, plus sévère qu’elle ne le voulait réellement. « Je ne sais pas. On passera par les cuisines avant de retourner dans la Salle Commune, je pense. » C’était ce qu’il y avait de mieux à faire, non ? Pour ceux qui désireraient manger quelque chose. Certains n’arriveraient peut-être à ne rien avaler, mais ils ne fallaient pas non plus priver les autres. En réalité, elle ne savait pas vraiment ce qu’il fallait faire, dans ce genre de situation, ni ce que les autres préfets avaient prévus - ils étaient plus préoccupés par le message, de toute façon, et c’était légitime -, mais les Poufsouffle étaient positionnés près des cuisines, donc il n’y avait pas de quoi se priver non plus. Pour cette fois, en tout cas.

Des gens continuaient d’arriver, les lève-tard, en autre chose, et alors qu’elle se demandait bien où pouvait être son co-préfet, elle vit Milo se frayer un chemin parmi la foule en compagnie de son petit-ami, probablement. Certainement, même, vu comment il lui prenait la main. La jeune fille roula des yeux, exaspérée pour elle ne savait quelle raison précise. Il avait loupé une plus grande partie de tout ce qui venait de se passer qu’elle. Tout cela promettait une belle mise à niveau dans les jours qui suivent, sans aucun doute. Si Milo voulait toujours s’informer de la situation, bien sûr. C’était encore une autre histoire, ça. En fait, elle allait devoir trouver quelqu’un pour se mettre au courant de tout ce qu’il se passait ; quelqu’un qui avait des informations qu’elle n’avait pas elle-même. Felicia voulait plus que comprendre ce qu’il passait, au-delà de la simple curiosité. Un autre préfet. Mais elle n’en connaissait aucun vraiment. Prudence peut-être ? Même si elle venait d’être nommée, elle était aux premiers rangs depuis le début. C’était une solution. Williams continuer d’écouter ce qui se disait du mieux qu’elle le pouvait, tout en restant près du rang des Poufsouffle pour qu’ils ne se dispersent pas non plus. Que c’était fatiguant. Comment allait-elle faire pour rattraper tout ça ? Pour rattraper un cours, ce n’était pas la mort, encore moins prendre de l’avance ; mais pour une situation pareille ? Il fallait trouver le responsable, savoir le pourquoi du comment, nettoyer le message, bon sang !, faire le lien avec le reste - parce qu’il y en avait forcément un, ne la prenait pas pour une imbécile, fouiller, chercher, fouiner. S’il fallait retourner le château de fond en comble et être impossible à vivre, elle le ferait et elle le serait sans problème. La jaune & noir parvenait un peu à suivre ce qu’il se passait au niveau des préfets et des personnes qui voulaient témoigner de quelque chose, mais les préfets qui se mêlaient aux professeurs - c’est-à-dire tous ou presque -, c’était mission impossible. Cela partait dans tous les sens. Elle voyait déjà le déroulée de sa journée : retour dans la Salle Commune, passage aux cuisines avant, retour en cours un peu plus tard si la journée entière n’était pas annulée, et ensuite, elle allait littéralement passer sa vie dans la Salle des Préfets jusqu’à choper quelqu’un qui acceptera de lui dire ce qu’il sait, ce que les professeurs savent, et seulement ensuite, elle aviserait. Certains partaient, sûrement commencer leur enquête, de leur côté - mais à quel propos ? Le message ? Les pin’s ? Quel était leur objectif ? Quel était son objectif ? Il y avait un problème, pour sûre, mais fallait-il encore le localiser, en découvrir l’origine, et l’exterminer.

Et puis, tout d’un coup, une voix s’éleva. Pas celle d’un adulte, pas celle d’un préfet. Celle d’une élève. Celle de Wendy. Cette fille arrivait parfaitement à se faire entendre quand il le fallait, mais ce n’était pas forcément pour être aimable, bien sûr. Felicia ne l’aimait pas beaucoup - ne l’aimait pas tout court et préférait quand elle ne parlait pas. Seulement, une fois qu’elle avait commencé, on était obligé de l’écouter jusqu’au bout. Et pour une fois, elle ne disait pas quelque chose dénué d’intérêt. En fait, cela relevait même de l’importance capitale. La préfète aurait pensé à une blague, au début, à une volonté d’attirer l’attention sur elle, mais, les mains de Bonnie… Difficile de se tromper. Encore une fois, les coïncidences existaient, mais pas à ce point. Ce n’était qu’une légende urbaine. Bonnie, donc ? Dur à croire. Elle était en compétitivité avec sa camarade de classe, mais sur un plan plus amical que de haine pure. Felicia ne pouvait pas dire être un peu secouée par cette révélation, mais une fois n’était pas coutume, mieux valait garder son calme - les autres réagiraient plus vite qu’elle. Elle préférait penser. Réfléchir. Le coupable était trouvé, à 80%. Même 90%, à ce stade. L’agitation allait redescendre un peu. Il n’y avait plus besoin de s’agiter. Plus besoin de chercher des témoins. La coupable était juste ici.. Mais pourquoi ? Comment ? Aucune réponse pour ces questions. Bonnie n’avait aucun pin’s non plus. Et, si elle était coupable, pourquoi être venue ici ? Les mains encore maquillées de la mixture rougeâtre ? Non, cela ne faisait aucun sens. Pas beaucoup, en tout cas. Quelque chose manquait. Bonnie l’avait fait, mais se jeter dans la gueule du loup, comme ça, c’était trop idiot. Insensé. Et Bonnie, Felicia le savait sans être une amie proche, n’était pas débile. Un joueur d’échecs était rarement bête et excellait quand il fallait savoir faire des coups en avance. Or, là, il n’y avait rien de prévu. Rien de préparé. Rien de fait intelligemment. Felicia ne la pensait pas coupable à 100%. Quelque chose clochait. Et puis, franchement, les lettres ? Les pin’s ? La Serpentarde était peut-être sang-pur et pouvait bien cacher son jeu, mais il fallait de l’organisation, du temps et des moyens pour contacter et organiser un petit groupe de personnes. Milo lui avait montré les lettres. C’était quelque chose de plus grand. La préfète était certaine qu’il suffirait de comparer l’écriture des lettres et celle de Bonnie pour innocenter cette dernière. Ou bien elle était un génie du mal et tous étaient tombés dans une immense toile dont personne ne ressortirait indemne, et tout ceci faisait partie de son plan, l’inculpation comprise ; ou Bonnie n’était qu’un pion d’un plan beaucoup plus grand qui lui échappait encore. Ou les deux affaires n’étaient pas liées, mais c’était impensable pour elle.

La professeure MacDougall prit en charge Bonnie et c’était sûrement la meilleure chose à faire. Felicia était encore pleine de question, aussi ses résolutions pour la journée n’avait pas changé. Il fallait qu’elle vole le temps d’un préfet pour lui poser des questions. Prudence, à l’idéal. Il y avait sûrement des informations qui manquaient, quelque part, et que quelqu’un possédait forcément. Pourquoi les choses étaient si difficiles, bon dieu ? Enfin. Le retour dans les Salles Communes pouvait être fait. Circulez, il n’y a plus rien à voir. Tout se déroulerait en coulisse, désormais. Ils savaient tout ce qu’ils pouvaient savoir, à beaucoup de choses près. Et même si Felicia faisait désormais partie de ces coulisses, elle avait quand même l’impression de passer à côté de beaucoup de choses et ça l’énervait. Elle s’approcha de Madame Jones pour l’interroger sur une chose dont personne n’avait encore parlé, ou alors elle n’était pas au courant, ou bien ça s’était perdu en route. « Il faudrait nettoyer le message avant que les cours ne reprennent. Je peux aller chercher le concierge après, s’il le faut… ? » Ils n’allaient tout de même pas laisser ça là. Puis la jeune fille se tourna vers les Poufsouffle, non sans jeter un regard à Milo, puisqu’ils allaient devoir les escorter ensemble, mais, pas de panique, elle pouvait le faire seule aussi. C’était le troisième mois. Elle commençait à comprendre l’importance de son rôle, à bien le doser et à faire ce qu’il fallait. Ce n’était peut-être pas excellent et aussi gentil que Milo, mais pour le moment, ça suffirait. Elle était compétente. « Très bien, Poufsouffle ! Préparez-vous, on va remonter en Salle Commune sans faire de vague, avec un arrêt dans les cuisines pour ceux qui ont faim. »


hrp:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6352
Points : 24
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Jeu 8 Nov - 14:16


❝ Vous avez un nouveau message...❞Milo

Je n'avais pas franchement envie de sortir de mon lit pour retrouver le froid qui commençait à s'installer surement à Poudlard mais pourtant ce n'est pas comme si j'avais vraiment le choix. Autant Dan pouvait rester au lit si l'envie lui en prenait, mais moi je n'avais pas vraiment le choix. En tant que Préfet, je devais aller voir de quoi il retournait, je ne pouvais pas juste ignorer tout ce vacarme sous prétexte que j'étais mieux dans les bras de mon petit ami. Pourtant dieu sait que c'était le cas et que je ne voudrais être nulle part ailleurs que dans ses bras. Mais je n'aurai pas la conscience tranquille et je m'en voudrai après alors autant faire les choses bien et faire mon travail. Et pour être honnête, je préférais largement que Dan m'accompagne, plutôt qu'il reste en arrière. Si c'était encore une mauvaise nouvelle, je ne voulais pas être seul, j'avais besoin de lui. C'était important pour moi qu'il soit à mes côtés, même si j'ignorais ce qui nous attendait dans le hall d'entrée. Ce qui est sûr c'est qu'en arrivant là bas, on peut largement constater qu'on était bien à la bourre. En soit ce n'est pas très grave, le tout c'était d'y aller après être les premiers ou les derniers, qu'est-ce que ça changerait ? Je ne vois pas trop ce que je peux faire, en dehors de m'occuper des élèves de ma maison. Ce n'est pas comme si j'étais le responsable de cette école. C'est au directeur ou au personnel de se charger du maintient de l'ordre et des directives, je vais donc bien gentiment les laisser faire. On a dû jouer des coudes pour arriver jusqu'au plus près du mur où on pouvait lire l'inscription morbide qui s'y trouvait dessus. Je ne jouais pas trop les fières. Etait-ce du sang ? Selon Dan ça devait être de la peinture ou un truc du genre. Je hochais la tête, plus par mécanisme que parce que je le croyais vraiment. En vrai, nous n'en avions aucune idée tous les deux et je n'étais pas sûr de savoir ce que c'était vraiment.

On fait quoi maintenant ? Là était une bonne question. Je n'en avais aucune idée. On ne nous avait pas vraiment préparé à tout ça, on ne va pas se mentir, mais il y avait des évidences sur lesquelles je pouvais me fier pour agir. "J'imagine qu'ils n'ont pas rassembler les élèves par maison pour le plaisir. Du coup je suppose qu'on va devoir les faire rentrer à la salle commune pour les compter et ... leur expliquer les choses sauf ... sauf que j'ignore ce qu'il se passe !" Et c'était là tout le problème. Je ne savais pas ce qu'il se passait. Tout ce que je savais c'était qu'on venait de découvrir une inscription étrange, qui faisait froid dans le dos, sur l'un des murs du hall. Mais j'imaginais que d'autres personnes étaient au courant et mon regard glissa sur les gens autour de nous pour tenter de repérer Felicia. "Essaye de voir le prof ou le préfet le plus près de nous ! Il aura peut-être des réponses à nous fournir sur ce qu'il se passe et la marche à suivre !" J'avais bon espoir de pouvoir voir Liu à proximité, Tracy ou Felicia. Je serai même ravi de voir Hansel mais l'intervention d'une personne arrêta mes recherches. Wendy criait pour obtenir l'attention des gens et mon premier réflexe fut de dire à Dan "Mais qu'est-ce qu'elle veut elle encore ?" Je n'ai jamais caché le fait que je n'appréciais pas vraiment cette fille. Au début, je n'avais rien contre elle, mais au fil du temps, j'avais remarqué qu'elle tournait autour de Dan comme un vautour et je détestais ça. Surtout que Dan faisait mine de ne rien voir, ça avait le don de m'agacer encore plus. Mais depuis la fin du concours et surtout les vacances, il ne me parlait plus d'elle, ce qui était plutôt un grand soulagement pour moi. Plus de rendez-vous avec elle pour une séance photo ou que-sais-je encore. Je sais très bien que Dan ne flirterait pas avec elle, je n'ai aucun doute sur sa fidélité, mais la voir elle, lui faire les yeux doux, ça me gonflais vraiment. Fort heureusement, j'aime à croire que c'est de l'histoire ancienne et que Dan a mis les choses au clair avec elle !

L'intervention de la jeune Hastings me laissa sans voix. Qu'est-ce qu'elle raconte ? Je glisse mon regard vers la fille a qui elle tient la main et on ne peut nier qu'elle avait en effet la main tâchée. Mais il devait y avoir une explication, non ? Ce fut Liu qui intervint la première, fort heureusement pour cette pauvre serpentard qui aurait certainement passé un sale quart d'heure si ses camarades avaient été plus rapide que le corps enseignant. Je ne savais pas ce que ça signifiait mais je faisais confiance à Liu pour en avoir le coeur net. J'entendis un peu plus loin Felicia parler aux poufsouffle et ce qu'elle dit me fit tilter, alors sans crier gare je criais son prénom "FELICIA ! Attends !" Je jouais un peu des coudes pour passer mais dans l'ensemble, les gens s'écartèrent pour me laisser passer. Je pus rejoindre ma camarade avant qu'elle ne s'engage dans une très mauvaise idée ! "Même si j'imagine que ça part d'une bonne intention, il est formellement interdit d'aller dans les cuisines. T'imagine si l'ensemble des maisons font ça ? On va avoir une révolte des elfes de maison ! Tu ne peux pas emmener la quasi totalement des élèves de notre maison dans les cuisines. On les ramène tous dans la salle commune, on les compte pour vérifier qu'ils sont tous là et on décide ensuite pour le reste. Quitte à ce que l'un de nous aille dans les cuisines pour récupérer un panier de nourriture ou qu'on attende la fin de l'évacuation pour voir si on peut rejoindre la grande salle pour le petite déjeuner !" Je n'étais pas en train de l'engueuler, loin de là même, mais il était évident qu'elle prenait une très mauvaise décision et qu'il était de mon devoir de le lui signaler. Au delà du fait qu'on enfreindrait volontairement le règlement pour notre bon vouloir, je n'ose imaginer la réaction des elfes de maison en voyant tout ce beau monde arriver chez eux. Moi je ne tente pas le diable. Si certaines personnes se croient au dessus des lois et pensent que la cuisine leur appartient, c'est leur problème mais ce n'est pas mon cas ! "Tu sais quelque chose sur cette histoire ?! Au delà de ce qui est évident bien sûr !" Lui demandais-je discrètement. Autant qu'on fasse le point avant de retourner dans la salle commune, ça serait plus pratique pour répondre aux potentielles questions.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10279-a-journey-into-history-professeur-aurora-joneshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10302-professeur-aurora-des-liens-des-histoireshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10341-professeur-aurora-la-grande-et-la-petite-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10305-professeur-aurora-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10306-professeur-aurora-courrier-express

Arrivé(e) le : 24/09/2018
Parchemins rédigés : 112
Points : 18
Année : Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice des Poufsouffle

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Gretel Valeska

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Jeu 8 Nov - 16:37


Message on a Wall


Aurora faisait confiance à Mattheus et Nathanael pour ce qui était de fouiller les extérieurs. Les deux hommes connaissaient très certainement le terrain par coeur, et s'il y avait quelque chose à trouver, ils le trouveraient.
Ce qui la préoccupait, pour l'instant, c'était de gérer ce qu'il se passait dans le Hall. Les professeurs restés sur place avec les élèves avaient déjà à faire, à commencer par prendre rapidement des décisions. Il ne fallait pas laisser les élèves trop longtemps sans directives, sinon le calme qu'ils avaient obtenu en élevant la voix ne durerait pas longtemps. Heureusement, la plupart des préfets étaient parvenus à remonter la foule jusqu'à eux, ou tentaient de calmer et ordonner un peu les rangs de leurs camarades. Aurora se rappela à l'époque où sa propre sœur était préfète, et songea que ce ne serait décidément pas une aide à sous-estimer pour le corps professoral.

Le professeur Stanhope se joignit à elle, semblant assez au courant de la situation pour que personne n'ait à faire de résumé. Elle souleva d'ailleurs une assez bonne suggestion de la jeune Prudence, Aurora hochant la tête pendant ses paroles. Une autre jeune préfète, Tracy Bennett si elle se souvenait bien, approuvait également. Elle échangea quelques mots avec Liu Xi, et Aurora en profita pour s'adresser à sa collègue fantôme et à la jeune Prudence.

- Très bonne suggestion mademoiselle Anderson. Madame Stanhope, peut-être pourriez-vous demander de l'aide aux autres fantômes également? Je pense que cela nous économiserait pas mal de temps pour les fouilles. Vous avez en outre accès à des recoins du château qui nous prendraient un éternité à fouiller. Dit-elle.

A peine eût-elle fini de parler qu'une voix s'éleva, des rangs des Serpentards. Surprise, Aurora assista à toute la scène qui mit en avant la jeune Bonnie et ses mains couvertes de ce qui semblait être du sang. Et comme Liu Xi, elle n'apprécia guère la scène, qui par ailleurs relança pas mal d'agitation dans la foule. Surtout, la jeune Hastings semblait un peu trop fière d'elle à son goût, mais elle ne commenta pas.
Heureusement, son amie se montra réactive, prenant aussitôt la jeune Bonnie sous son aile pour la mettre un peu à l'écart.

- Je pense que vous êtes suffisamment nombreux avec les préfets pour préparer le retour dans les salles communes ? Je vais voir de quoi il retourne avec Miss Elsing. et j’irais vérifier par la suite le quatrième étage. Je vous explique ça en détail chez Nathanael ! On se tient au courant de nos avancées et je vous envoie du monde si je croise des collègues en chemin. Bonne continuation !

Aurora n'était pas sûre que le "Bonne continuation" soit de circonstances, mais pour le reste, elle ne trouva rien à redire. Liu Xi avait le contact facile avec les élèves et il valait sûrement mieux la laisser gérer seule la situation avec la jeune fille.
En revanche, ils restaient donc à trois pour s'occuper du reste de la foule, et il était de toute évidence grand temps de passer à l'action. Aurora se tourna donc vers les deux professeurs restants pour la suite des opérations.

- Professeur Stanhope, si vous voulez bien vous lancer dans les premières inspections, je pense que les autres professeurs pourront vous aider rapidement. Professeur Wolffhart, puis-je vous demander de ramener les Gryffondors puis les Serdaigles dans leurs salles communes respectives, avec l'aide des préfets? Mieux vaut ne pas laisser les élèves devant ce spectacle plus longtemps, Dit-elle.

Aurora nota aussi qu'il faudrait, à posteriori, vérifier s'il s'agissait bien de sang ou non, mais cela viendrait sûrement avec l'examen des mains de Bonnie par Liu Xi.
Félicia arriva alors enfin à sa hauteur, et Aurora fut contente de voir enfin l'un de ses préfets. Mais vu la foule, il n'était pas surprenant que certains manquent à l'appel: c'était un vrai bazar dans le Hall. Une situation à laquelle il allait falloir rémédier.

- Il faudrait nettoyer le message avant que les cours ne reprennent. Je peux aller chercher le concierge après, s’il le faut… ?

- Oui, mademoiselle Williams, répondit-elle, les professeurs vont s'en charger, dès qu'on aura examiné ça de plus près. Nous allons d'abord nous occuper de ramener tout le monde à la salle commune.

Félicia retourna alors vers ses camarades, et Aurora en profita pour aller s'adresser aux préfets des Serpentards. Heureusement, même en l'absence du professeur Burgess, les deux préfets étaient présents, et semblaient maintenir un peu d'ordre comme ils pouvaient. Aurora s'adressa à eux à voix basse.

- Mademoiselle Cruz, Monsieur Valeska, vous voulez bien venir me voir une minute? Ne vous inquiétez pas pour mademoiselle Elsing, le professeur MacDougall va s'occuper d'elle.

Accompagnée des deux préfets verts, Aurora se dirigea alors vers ceux de sa maison, qui semblaient s'être trouvés entre temps. Elle arriva alors que Milo chuchotait à voix basse avec sa collègue, et leur fit un petit signe pour discuter avec les quatre préfets.

- Nous allons ramener tout le monde dans les salles communes pour l'instant, le temps que nous vérifions ce qu'il se passe et que vous pouvez tous aller en cours sans problème. Vous voulez bien rassembler vos camarades? Nous allons ramener vos camarades dans la salle commune des Poufsouffle et ensuite j'escorterais vos camarades Serpentards jusqu'aux cachots. Non pas que je ne vous fasse pas confiance pour ça, mais c'est juste une mesure de précaution. Je pense que le professeur Burgess nous rejoindra entre-temps. Il faut aussi en profiter pour vérifier que personne ne manque à l'appel, et surtout savoir si certains élèves veulent s'exprimer. Nous avons peut-être manqué quelque chose que quelqu'un aurait vu, et vu le bazar ici, je n'en voudrais à personne de ne pas s'être exprimé.

Surtout après la dénonciation de Mademoiselle Hastings. Sa "franchise" avait peut-être découragé certains camarades de dire quoi que ce soit, mais Aurora avait bon espoir que les élèves seraient plus enclins à s'exprimer s'ils étaient dans leur salle commune, avec leurs préfets...

- N'hésitez pas à poser la question à vos camarades, mais laissez aussi la possibilité d'en parler anonymement, tout le monde n'appréciera pas la mise en avant qu'a subie mademoiselle Elsing. Si certains sont inquiets ou veulent poser des questions, faites-leur savoir que ce sera le moment aussi. Vous pouvez proposer à vos camarades de préparer leurs questions sur des billets, comme pour votre boîte à suggestions si elle est toujours d'actualité, mademoiselle Williams. Pareil pour les serpentards, mais surtout, je ne veux personne dans les couloirs. Si vous vous apercevez que quelqu'un manque, faites-le moi savoir immédiatement, d'accord? Des questions avant qu'on y aille?

Aurora espéra que le retour aux salles communes se passerait sans souci, pour les deux autres maisons également. Ils auraient déjà assez à gérer pour la journée, si tout le monde suivait le mouvement et que les cours pouvaient reprendre normalement, ce serait déjà très bien.


Codage par Libella sur Graphiorum


[Beaucoup trop long Winslow Mpez-moi s'il y a un souci!]



Loving, Remembering, Never Forgetting

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 548
Points : 19
Crédit : Dan ♡ (Millie Bobby Brown)
Année : 5ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Jeu 8 Nov - 23:17

ft. Milo

vous avez un nouveau message...
Dieu qu’elle avait envie de se plonger dans un devoir, le plus difficile possible, et pensait à autre chose ne serait-ce que cinq minutes. Madame Jones lui assura que les professeurs allaient s’occuper de cette histoire de message et le nettoyer assez vite. Bon. Cela faisait déjà cette question de réglée. Ainsi que le responsable, si on se contentait de croire ce qu’on avait sous les yeux. Il ne restait plus que le lien entre les deux affaires, et le pourquoi du comment. Felicia aurait presque pu croire que de la fumée lui sortait des oreilles et des narines tant elle sentait son cerveau bouillonner. Sa curiosité lui donnait bien du fil à retordre. Pouvait-elle attendre cinq minutes de plus ? Juste le temps de reconduire tout le monde dans la Salle Commune, en passant par les cuisines, et puis… Ah. Milo venait de crier son nom, lui demandant d’attendre. Pourquoi ? Il était temps de faire remonter tout le monde, non ? Ils avaient assez attendu. Et elle ne voulait pas qu’un autre première année ne vienne lui demander quand est-ce qu’ils allaient manger. Alors elle se retourna vers son collègue quand ce dernier arriva vers elle, un grand questionnement dans le regard. Et quand il commença à lui expliquer pourquoi il l’avait arrêtée, une certaine honte commençait à monter en elle. Ah oui ? Interdit ? Vraiment ? Pourtant, elle était sûre que certains ne devaient pas s’en priver. Elle n’en savait rien, elle, puisque enfreindre le règlement sur cette partie précise ne l’intéressait pas vraiment. Ça ne lui profitait en rien. Mais, bon, d’accord. Elle avait peut-être pris une mauvaise décision. Elle comprenait. La jeune fille ravala difficilement sa honte alors que Milo continuait de lui parler pour lui apprendre, et elle retient de lui demander “mais, diantre, comment fait-on quand on a des petits qui meurent de faim sur les bras, alors ?” puisqu’il y répondit en partie. Aussi garda-t-elle le silence jusqu’à la fin, les bras fermement croisés. Elle qui pensait gérer, voilà qu’elle se faisait reprendre comme une enfant venant de se faire prendre alors qu’elle s’apprêtait à faire une bêtise, plus dangereuse pour elle-même que pour les autres. « Au moins, certains pensent à autre chose comme ça. » Piètre excuse, il était vrai. « C’est Garry qui m’a demandé quand est-ce qu’on allait pouvoir manger, alors… » Alors, voilà. La dernière fois que ce petit avait de la nourriture dans les mains, ça s’est mal passé pour eux, mais cela n’empêchait pas qu’ils devaient manger. S’ils pouvaient aller chercher de la nourriture une fois remontés, ça lui allait aussi. La façon lui importait bien, pour le coup, du moment qu’ils avaient tout ce qu’il fallait. Peut-être qu’on allait les autoriser à redescendre dans quelques minutes à peine, mais comment savoir ? L’accès aux connaissances était toujours compliqué.

Milo se pencha faire vers elle pour lui demander quelque chose, en aparté. Bien qu’il n’était plus la première personne vers qui elle se tournerait en ce qui concerne cette histoire - Felicia allait respecter sa volonté de ne plus se mettre trop avant dans cette histoire, ce n’était pas un monstre -, cela ne lui coûtait rien de lui faire part de certaines choses s’il le demandait. Sans lui, elle n’aurait jamais eu connaissance des lettres. Et elle détestait se sentir redevable. Surtout quand on venait de se faire remettre en place juste avant. « Je doute que Bonnie soit réellement coupable », dit-elle sur le même ton que lui. « Mais sinon, je ne sais pas encore grand-chose sur… » La préfète s’interrompit en voyant arriver la professeure d’Histoire dans leur direction, en compagnie de Cruz et de Hansel. L’adulte commença à leur expliquer ce qu’ils allaient faire dans les prochaines minutes. Ce serait un groupe après l’autre, accompagné d’un adulte. Ce n’était peut-être pas plus mal. Au moins, la jeune fille pourrait mentir en disant qu’il n’était plus possible de passer aux cuisines, désormais. « Pas de problème. » Williams comprenait. Compter les élèves, les réunir, et les encourager à s’exprimer - (la Boîte à Suggestions !) - s’ils le désiraient. L’avantage, c’était que les Poufsouffle n’étaient pas très dispersés. De vrais agneaux. « Elle est toujours d’actualité, Madame. » Personnellement, elle n’avait pas de question. La jaune & noir voulait se rattraper de sa “petite bourde”, et vite, en faisant les choses bien. Donc elle était prête pour la suite, quoi que cela puisse être.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6072
Points : 22
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   Ven 9 Nov - 14:43


vous avez un nouveau message
Rioghbhardan & les autres

Le message sur le mur me laisse con. Peut-être que c’était urgent, finalement… Mais on sert à rien, autant être honnête. En dehors de faire comme tout le monde et d’espérer en savoir plus… C’est difficile de savoir quoi penser de tout ça. Ça ressemble à une blague de merde. Mais j’ai du mal à imaginer quelqu’un assez débile pour le faire. Je veux dire… Soit ça vient des Badges Rouges et ils vont avoir tous les regards braqués sur eux, ce qui serait pas pratique pour leur machin secret, soit ça vient de quelqu’un d’autre et faudra sérieusement m’expliquer l’intérêt. Mettre le château dans tous ses états, c’est une idée à chier. Malgré tout, la panique s’installe. Ça rappelle des trucs. Et pas forcément des bons. Du coin de l’oeil, je vois Milo hocher doucement la tête à ma réponse. Je ne sais pas tellement s’il me croit. Je m’en fiche un peu, en réalité. Je peux pas faire mieux pour l’instant. Je fais ce que je peux pour être le plus rassurant possible, j’ai pas l’impression qu’il ait vraiment besoin de moi pour s’inquiéter. Alors, même si j’ai du mal à détacher les yeux du mur, je m’efforce de faire comme si rien n’était dramatique. Après tout, c’est juste un mot sur un mur… « J'imagine qu'ils n'ont pas rassembler les élèves par maison pour le plaisir. » Le regard que je pose sur lui ressemble très clairement à « naaan, sans déconner » mais je ne lâche pas le moindre son. Les circonstances sont particulières, je ne peux pas faire la tronche pour ça. Même s’il n’y a rien de franchement agréable à être pris pour un parfait demeuré. « Du coup je suppose qu'on va devoir les faire rentrer à la salle commune pour les compter et ... leur expliquer les choses sauf ... sauf que j'ignore ce qu'il se passe ! » Je me contente de hocher la tête en resserrant doucement ma main sur la sienne. Il finira bien par savoir. Et puis même si c’est pas le cas, il parviendra à s’en sortir, j’en doute pas une seule seconde. Et j’espère qu’il le comprendra. Mais en vrai, c’était pas du tout ce que j’entendais par « on ». Je pensais à lui et moi, quelque chose comme ça. Pas lui et ses potes préfets. Parce que c’est exactement ça, pour le coup. J’ai l’impression de plus vraiment être à ma place. Ou du moins qu’il n’est plus franchement à la sienne. Il devrait être avec sa merveilleuse Felicia, Jones et je ne sais qui encore plutôt qu’avec moi. Je sais pas trop pourquoi il m’a fait venir, en fin de compte. Au pire, j’aurais revu tout le monde débarquer à Poufsouffle et je lui aurais demandé ce qu’il se passait là-bas. Là… C’est comme s’il me disait clairement que je lui servais à rien. Ce qui est vrai, en soi.

« Essaye de voir le prof ou le préfet le plus près de nous ! Il aura peut-être des réponses à nous fournir sur ce qu'il se passe et la marche à suivre ! » Ouais, génial… Vire-moi, en plus, je te dirai rien. « D’accord. » Le mieux à faire reste encore de mettre la main sur Tracy. Je suis pas sûr qu’elle en sache davantage mais dans le fond, je crois que ça me passe au-dessus. Il trouvera bien quelqu’un pour lui expliquer, à lui, ce qu’ils sont censés faire et tout le bordel. Manque de chance, j’ai pas le temps de faire un pas qu’Hastings rappelle au monde son existence. Je me fige aussitôt et tourne, déjà las, la tête vers elle. « Mais qu'est-ce qu'elle veut elle encore ? » Je hausse négligemment les épaules. Qu’est-ce que j’en sais ? Elle me consulte pas avant de faire de la merde. Mais elle finit par nous éclairer en un rien de temps, balançant sans une once de compassion une fille de sa maison. Je fixe sa main tachée puis son air complètement paumé, les larmes qui coulent le long de ses joues. Elle me fait de la peine. Je ne sais pas qui elle est, je ne sais pas pourquoi elle a fait ça mais elle me fait sacrément de la peine. Et voir Hastings fanfaronner comme ça me donne envie de l’encastrer dans un mur. Cette connasse n’a décidément rien pour elle. Qui que soit l’autre gamine, elle ne mérite pas ça. Elle pouvait largement le faire discrètement, aller voir un professeur, sa directrice de maison, même Londubat si elle l’avait voulu ! N’importe qui aurait été mieux que le château tout entier. « Tu crois qu’c’— » Je n’ai même pas le temps de terminer ma phrase que Milo lâche ma main et s’éloigne. « FELICIA ! Attends ! » Il est sérieux, là ? Je suis juste là pour lui tenir la main en attendant que sa parfaite co-préfète débarque ?! Je le regarde bêtement m’abandonner, incapable de savoir comment réagir. Il ne met pas longtemps à la rejoindre. Pendant ce temps-là, McDougall embarque la Serpentard. Je reste planté là quelques secondes, à fixer tour à tour une conversation que je n’entends pas et des dos qui disparaissent. Je pense que l’affaire est close pour l’instant. Le coupable présumé a été attrapé, les profs et préfets sont en train de prendre les choses en main… Nous autres, on fait juste office de plantes vertes bruyantes. J’essaye une dernière fois d’apercevoir Tracy, sans grand espoir. J’arrive quand même à la repérer mais elle aussi semble bien occupée. Ça sert à rien d’insister. Alors, pendant que tout le monde s’affaire, je fais demi-tour en direction de Poufsouffle. Avec un peu de chance, j’aurais le temps de prendre ma douche avant que ça débarque…
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[INTRIGUE] Vous avez un nouveau message...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Rez-de-Chaussée
 :: Le Hall d'Entrée
-
Sauter vers: