AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La famille, c'est sacré - Brooklyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1605
Points : 13
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Ven 19 Oct - 15:50


Brooklyn & Savannah

La famille, c’est sacré
Je crois que finalement je regrette d’être venue à Poudlard même si je me sentais tout de même beaucoup mieux et que je détestais rester à l’hôpital. Revenir à l’école m’a rappelé que la vie n’était pas rose, bien au contraire, j’ai reçu cette odieuse lettre anonyme qui me menaçait pour que j’arrête d’utiliser mon pouvoir… Comme quoi, je n’aurais sans doute pas dû me rendre dans le bureau du directeur l’année précédente. Non seulement cet entretien n’a servi totalement à rien mais en plus ça a permis à tout le monde de savoir que j’étais Legilimens et, il ne faut pas se mentir, tout le monde peut me considérer comme une menace à présent. Après tout, je sais décoder sur commande les pensées des gens, il est plutôt normal que ça inquiète ceux qui ont des choses à cacher… Mais qui ça peut bien être ? Je ne pense pas avoir déjà fait du mal à quelqu’un, ou en tout cas pas volontairement et j’évite à tout prix de me montrer trop intrusive même si parfois c’est plutôt tentant, surtout lorsqu’il s’agit de Brooklyn. Il est tellement secret que ça en devient presque irritant parfois sauf que ces derniers temps, c’est devenu de pire en pire. Il m’évite, je le sais, il m’adresse à peine la parole aux entrainements de Quidditch et repart lorsqu’ils sont terminés sans même me regarder. J’aurais aimé lui parler de cette fameuse lettre mais je n’en ai absolument pas eu l’opportunité. Je sais que durant notre dernier échange, les choses semblaient assez tendues entre nous mais j’estime que ce n’est pas une raison pour que nous arrêtions de nous parler. En toute honnêteté, je pensais que malgré les reproches que j’avais pu lui faire lorsque je me suis retrouvée à l’hôpital, il serait content de me revoir. Il faut bien que je me rende à l’évidence, ce n’est pas le cas, il ne s’est pas jeté dans mes bras, ne pas dit à quel point il était heureux de me revoir, rien du tout… D’ailleurs, c’est à peine s’il m’a adressé trois mots et je suis sûre que si nous n’avions pas eu le Quidditch en commun, je ne l’aurais pas du tout croisé depuis mon retour. La colère me pousse à ne pas aller vers lui, à me dire qu’il ne me mérite pas et que c’est vraiment un bel ingrat de m’avoir mis de côté alors que j’ai été la première à lui tendre la main lorsqu’il est entré dans notre famille. Je le considère vraiment comme mon frère au même titre que tout le reste de mes frères et sœurs bien que nous n’ayons aucun lien biologique mais ce n’est pas pour autant que je peux accepter toutes ses erreurs en fermant les yeux, loin de là. Pourtant, au fond de moi, la situation me pèse et j’ai évidemment l’envie de faire le premier pas dans sa direction pour que nous mettions nos querelles de côté et repartions de l’avant, si querelle il y a, évidemment.

Alors aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus lui laisser d’échappatoire, je sais qu’il est toujours le dernier à quitter le terrain de Quidditch et cette fois je compte bien ne pas lui laisser d’échappatoire. Je traine volontairement alors que Gretel termine de se changer et je lui adresse un petit sourire lorsqu’elle quitte le vestiaire. Nous n’avons pas échangé trois mots et j’imagine qu’elle n’a pas trop aimé la réponse que j’ai faite à sa lettre mais j’avoue que j’ai peut-être été un peu dure avec elle, mais je n’ai pas aimé qu’elle vienne me dire que je devrais m’inquiéter pour ma famille, je suis assez grande pour savoir quoi faire toute seule. Une fois qu’elle est sortie, je prends volontairement mon temps pour mettre ma tenue dans mon sac que je balance sur mes épaules. En sortant, je ne prends pas la direction du château mais celle du vestiaire des garçons, priant pour que les hommes de Serpentard aient déjà regagné le château, laissant Brooklyn se changer seul. La main sur la poignée, je prends une grande inspiration sachant à l’avance que mon frère ne va pas du tout aimé être pris au piège de cette manière. Je m’en fiche, j’ai besoin d’avoir cette conversation avec elle et rien ni personne ne me fera reculer. Alors je pénètre à l’intérieur, referme la porte derrière moi et m’adosse contre cette dernière sans le moindre mot mais en fermant les yeux le temps de m’assurer que mon frère n’est pas complètement nu. Ce n’est pas parce que nous appartenons à la même famille que j’ai particulièrement envie de violer son intimité. Cette porte est la seule issue possible, s’il veut me fuir, il devra me forcer à me décoller de là et c’est seulement en répondant à mes questions qu’il y parviendra, j’ai une volonté de fer et je suis déterminée à ne pas me laisser faire. « Avant que tu me dises que je n’ai rien à faire ici et que je devrais partir, je veux vraiment qu’on discute. Tu es présentable ? Et seul ? » Si je dois ouvrir les yeux et me retrouver face à la moitié de l’équipe de Quidditch de Serpentard, c’est vraiment la honte mais je sais que les garçons mettent moins de temps que nous à se changer et j’ai vraiment pris mon temps pour être sûr de trouver mon frère seul… Si ça se trouve il est déjà parti et personne ne va me répondre… Ce serait absolument ridicule mais tant pis, au moins j’aurais essayé. Je me mets à compter les secondes dans ma tête. Au bout de dix, si personne ne m’a répondu, j’ouvre les yeux tant pis. Pitié qu’il réponde. Pitié qu’il ait envie de me parler. Pitié faites que je retrouve mon petit frère et non pas le garçon aigri et désagréable auquel j’ai à faire depuis quelques mois. Je tiens énormément à lui et il le sait, j’en ai marre qu’il me tienne à l’écart.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Dim 21 Oct - 12:54

Savannah & Brooklyn

La famille, c'est sacré


Les semaines s'écoulaient avec une lenteur incroyable. Je devrais me réjouir du retour de Savannah parmi nous, mais c'est plus une source de problèmes qu'autre chose. Non pas qu'au fond, je n'étais pas content de la voir, il est évident qu'elle m'avait manqué et que j'étais soulagé de la savoir mieux que durant cet été où elle a littéralement pété un câble. Mais je ne peux nier que son retour la met en danger et je déteste ça. Elle était finalement en sécurité à Sainte Mangouste et c'était une grave erreur qu'elle soit revenue si tôt. Evidemment, elle ne pouvait pas le savoir, mais je savais que par ma faute, elle allait être en danger et je déteste cette idée. J'aurai pu le lui dire mais qu'est-ce que ça aurait changé ? Je la connais, elle refusera de me laisser tomber ou de rester loin de moi sous prétexte que des gens qu'on ne connaît pas me menace. Et vu qu'il y a moyen qu'elle me dise de signaler tout ça à un adulte, je préfère me taire. Je ne fais confiance en personne et il n'est même pas envisageable de contacter qui que ce soit. Pour qu'il me dise quoi au juste ? Oh lala, que c'est horrible tout ça ... blablabla ... on sera là pour vous ... blablabla ... mais bon on ne peut pas faire grand chose, soyons réaliste ... blablabla ... bonne journée. J'exagère peut-être beaucoup, mais la réalité est malgré tout là, même s'ils ne sauteront pas de joie en entendant qu'on puisse menacer des élèves, que peuvent-ils faire exactement ? Nous protéger ? Mais de quoi au juste ? On ne sait pas d'où vient cette lettre, ni ce qu'ils peuvent faire contre nous. J'imagine que même avec beaucoup de bonne volonté, elles seront toujours en danger, alors je ne vois pas trop ce que ça changerait. J'imagine donc qu'obéir, pour le moment, c'est certainement la seule chose à faire, même si je sais que tôt ou tard, ça finira mal. Je ne peux pas contrôler mon don, alors il est évident qu'il me jouera des tours à un moment donné et je doute qu'ils soient très concilient... enfin j'imagine.

En attendant que je trouve une solution, je continue à fuir tout le monde pour leur plus grand déplaisir. Ce n'est pas que je me moque de savoir si ça leur plait ou pas mais que voulez-vous que je fasse ? Etre proche de moi représente un danger, alors autant les tenir à distance. J'imagine que pour le moment ça ne changera pas grand chose pour ceux qui s'en sont pris à moi mais j'ose espérer qu'avec le temps, elles ne seront plus dans leur viseur. Il n'y a qu'un endroit où je ne peux fuir ni Savannah, ni Gretel, c'est l'équipe de Quidditch. J'aurai pu les virer, en trouvant X raison pour ça, mais c'est dégueulasse de priver ma maison de deux bonnes joueuses sous prétexte que c'est pour leur bien. Et puis si je fais ça, beaucoup trop de monde va me tomber dessus et ça me tape sur le système d'avance, alors autant faire profil bas. Je donne les directives, je réponds aux questions, mais sans donner plus d'attention que ça aux deux jeunes filles. J'ose imaginer qu'à un moment donné, elles finiront par se lasser. Mais c'est sans compter sur l'acharnement de ma soeur et son envie d'avoir le coeur net sur cette histoire. D'ordinaire, je suis le dernier à quitter le terrain. Le temps de tout ranger, de prendre une douche, de me changer, les autres sont déjà tous en train de vaquer à leurs occupations. J'avais espéré que cette fois-ci ne ferait pas exception. Tout le monde était parti aux vestiaires et je m'occupais de ranger les différentes balles, les battes et les mannequins. Une fois que le terrain était de nouveau vide, je me rendis dans mon vestiaires où Luca, Jayden et Hansel finissaient de se changer. Quand je sortis de ma douche, ils étaient déjà partis et je pus m'habiller tranquillement. Mais ma tranquillité fut de courte durée. A peine ai-je eu le temps d'enfiler mon pull qu'on frappa à la porte et qu'on entra sans attendre une quelconque réponse. Je me retrouvais face à Savannah qui, les yeux fermés, faisait barrage entre moi et la sortie.

Une vraie tête de mule, il n'y a pas à dire. Je l'observe en silence, trouvant la situation fort ridicule. Qu'est-ce qu'elle fout ici ? Qu'est-ce qu'elle veut ? Elle finit par rompre le silence pour me demander si j'étais seul et présentable. Elle voulait discuter. Je savais que tôt ou tard, j'y aurai droit, mais c'est tellement plus facile de les envoyer bouler par lettres, alors que face à face, j'avais bien du mal à être froid et distant, comme si tout cela ne m'atteignait pas. Je soupirai, elle me saoule. Je finis par m'assoir "Oui." lâchais-je sans donner de chaleur à ma voix, donnant ainsi le ton de la discussion. J'allais devoir être fort et la jouer fine si je voulais qu'elle se tienne loin de moi. Sauf qu'il était difficile de faire tout ça sans avoir l'impression d'être un gros c*****d. J'aime ma soeur. Peut-être pas comme elle le mérite et certainement pas comme elle l'espère, mais je tiens vraiment à elle et ça me pèse tout ça, mais ai-je vraiment le choix ?



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1605
Points : 13
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Dim 21 Oct - 15:55


Brooklyn & Savannah

La famille, c’est sacré
"Oui." Est la seule réponse à laquelle j’ai droit et à défaut de me permettre de lancer la conversation, mon frère m’autorise enfin à ouvrir les yeux pour contempler le vestiaire des garçons que je n’ai jamais vu de ma vie. A dire vrai, je suis presque déçue, il ressemble à s’y méprendre à celui des filles et je me dis que si un jour je me trompe de porte, je crois que je serais capable de ne pas m’en rendre compte avant d’être complètement à poil sous la douche. Fort heureusement, ce genre de choses ne m’est jamais arrivé sinon l’humiliation aurait été à son paroxysme. Mais bon, contempler le vestiaire n’est évidemment pas une priorité, la priorité c’est mon frère, et son mutisme encore plus inquiétant que d’habitude. Je ne sais pas vraiment comment je vais réussir à le faire sortir de sa coquille alors que j’ignore complètement ce qui l’a fait y entrer, mais je vais bien finir par trouver tôt ou tard. Sauf que je connais mon frère, ça peut prendre un temps absolument infini et la discussion peut devenir houleuse et je n’ai vraiment pas envie de me fâcher avec Brooklyn alors que je viens à peine de revenir au château. Je sais que nous pouvons mettre nos éventuelles rancœurs de côté et aller de l’avant. Bien sûr, j’aurais aimé pouvoir lui parler de sa nomination à la tête de l’équipe de Quidditch mais vu la manière dont je me suis fait recevoir la première fois, je doute que cette approche soit réellement positive… Enfin, ça n’a pas franchement d’importance en fin de compte, je suis sûre que nous finirons bien par réussir à nous entendre mais pour se faire il faudrait parvenir à crever l’abcès et je doute fort que mon frère y soit très disposé. J’aurais peut-être dû choisir un autre jour pour aller lui parler finalement mais est-ce ce que ça aurait réellement changé quelque chose ? J’ai beau avoir été énervé par la mise en garde de Gretel, je dois bien me rendre à l’évidence, elle avait parfaitement raison, mon frère n’est que l’ombre de lui-même et semble éviter les personnes auxquelles il tient. Déjà qu’il ne tient pas à grand monde alors si en plus il se met à rejeter tout le monde, c’est encore plus inquiétant. Evidemment plusieurs raisons peuvent expliquer cela notamment le retour de son père dans la région qui a dû particulièrement le chambouler, ou tout simplement le fait qu’il se soit levé du pied gauche car Brooklyn est un peu du genre à être constamment envahi par les émotions négatives et quand on se présente à lui alors qu’il est dans un mauvais jour, on se fait envoyer balader sans ménagement. Je me demande comment ses amis font pour supporter tout ça d’ailleurs, parce qu’à la limite, moi, je suis sa sœur, c’est mon devoir de sœur de lui courir après et de l’aider à mettre son passé de côté pour qu’il aille de mieux en mieux.

« Je sais que tu n’aas pas vraiment envie de me voir et encore moins envie de me parler mais maintenant que j’ai enfin la chance d’être de retour, je n’ai pas l’intention de faire unr croix sur mon frère parce qu’il a décidé de régler ses problèmes en repoussant toutes les personnes qui l’aiment. C’est facile d’envoyer balader tout le monde plutôt que d’affronter les soucis, mais tu t’en prends aux mauvaises personnes, à celles qui pourraient t’aider… J’ai toujours été là pour t’écouter et ça ne changera pas parce que tu as soudainement décidé que je n’étais plus assez bien. » Je suis très sûre de moi mais je sais qu’il vaut mieux l’être avec Brooklyn pour éviter de se faire marcher dessus. Mon frère a plein de qualités mais envoyer balader méchamment les autres est sa spécialité et pour éviter qu’il le fasse je sais que je ne dois absolument pas me comporter comme une petite chose fragile. Je m’attends à ce qu’il soit hyper désagréable de toute façon, pourquoi ne le serait-il pas ? Il va vouloir m’envoyer sur les roses et pour le faire seule la méchanceté peut fonctionner car il sait sans doute que trop de méchanceté finira par me faire fuir. « Tu vas m’expliquer ce qu’il se passe ? C’est parce que je n’ai pas fait ma rentrée avec toi que tu es désagréable ? Parce que j’étais fâchée que tu ne m’aies pas prévenu pour le Quidditch ? Parce que ton père est revenu ? Tu sais que tu peux me parler, tu as toujours pu le faire, je ne crois pas avoir été particulièrement odieuse… Alors si tu as quelque chose à dire, balance, pour qu’on puisse s’expliquer et passer à autre chose. » Evidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire et je sais qu’il ne va pas vouloir me répondre mais j’ai encore des cartes à jouer et je n’ai pas du tout l’intention de le laisser se sortir de là si facilement. « Brook… Mon frère me manque, je croyais qu’on avait enfin réussi à dépasser ça. » La menace et les supplications, voilà mes deux techniques privilégiées, ça peut paraitre un peu pitoyable vu comme ça mais en réalité je trouve que c’est bien d’exprimer ce que je ressens parce que mon frère exprime vraiment très rarement ses sentiments, donc il me parait essentiel que je lui fasse part des miens. Je suis sûre qu’on va finir par réussir à se réconcilier et à se reparler comme avant mais ça risque évidemment de prendre un peu de temps. « En plus, je voudrais te parler de quelque chose, alors ça serait bien si tu sortais un peu de ton mutisme. » Et ce ne sont pas des paroles en l’air, je veux vraiment me confier au sujet de la lettre anonyme que j’ai récemment reçu, mais avant il faut que je m’assure de ne pas parler à un mur car le sujet est important.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Lun 22 Oct - 23:00

Savannah & Brooklyn

La famille, c'est sacré


Je ne voulais pas de cette discussion et j'aurai aimé qu'elle s'en abstienne. Mais j'imagine qu'on n'a pas toujours ce que l'on veut dans la vie et que je vais devoir faire avec. Elle me demande si je suis présentable et je lui ai répondu, sans relancer la discussion d'une quelconque façon. Je sais bien que ça ne va pas la décourager mais au moins elle sait que je n'ai pas envie de lui parler plus que de raison, mais j'imagine qu'il n'existe aucune loi dans ce pays qui lui interdit de me faire part de ce qu'elle a à me dire. Dommage. Je parais totalement impassible, comme si tout cela ne me touchais pas alors que je suis bouleversé. Mais hors de question de le lui montrer elle pourrait l'utiliser contre moi pour arriver à ses fins. Et évidemment, il n'en est pas question sinon aucun intérêt d'avoir fait ça. Je dois être fort et rester camper sur mes positions, même si ça me coûte. Je ne la regarde pas, je fixe le mur en face de moi. De base, les contacts visuels me dérangent mais plus encore quand je sais que l'autre attend quelque chose de moi et qu'un regard pourrait tout changer. Si je fais l'erreur de la regarder, elle va lire dans mes pensées. En règle général, ça ne fonctionne pas comme ça, évidemment, mais avec Savannah, ça pourrait être possible. Après tout, elle est légilimens, si elle n'obtient pas ce qu'elle veut de moi volontairement, elle pourrait obtenir ses réponses d'une façon détournée. Je l'ai fui un long moment à cause de ça d'ailleurs, mais elle m'a assuré qu'elle ne le ferait pas sans mon autorisation, mais j'imagine que situation désespérée, mesure désespérée. Alors je fuis son regard, juste au cas où et puis parce que c'est plus simple pour garder mon masque impassible.

Je hoche la tête. En effet, je n'ai pas envie de la voir ou de lui parler. Je pensais que mon attitude avait été claire, ainsi que mes silences, mais visiblement, pas tant que ça. En fait, si c'est clair mais vu que ça va à l'encontre de ce qu'elle veut, ça lui déplait. Difficile de lui en vouloir, j'imagine qu'on est tous pareil, mais dans ce cas précis, ça me saoule un peu, on ne va pas se mentir. Evidemment, j'apprécie au fond de moi de la voir se battre pour moi, mais ça n'arrange pas mes affaires pour autant. Il faut que je taise ma fierté et que je la laisse s'en aller, qu'elle le veuille ou non. Je baisse le regard, j'aime pas quand elle prouve qu'elle me connaît plus que je ne le voudrai. C'est agaçant. Evidemment, vous me direz que c'est ma soeur, c'est normal, mais entre nous, ça ne l'est pas obligatoirement tant que ça. Elle n'est ma soeur que depuis que j'ai 8 ans, avant, elle ne savait même pas que j'existais. Alors je suppose qu'elle n'était pas forcée de me connaître comme si on avait toujours vécu ensemble. Alors c'est c** à dire mais j'aime autant que je déteste. Ca me dérange à l'heure actuelle, mais au fond de moi, ça me fais quelque chose. Parce que Sav et moi, on a toujours été proche depuis que je suis arrivé dans leur vie, alors forcément, ça fait quelque chose de se dire que je n'ai pas été le seul à m'attacher à elle. "Peut-être que vous ne pouvez juste pas m'aider ! " C'est vrai, pourquoi partir du principe que je fuis les soucis alors qu'au contraire, je les affronte de pleine face. Je les fuis elles parce que je veux les protéger, mais j'ai pas la sensation de fuir mes soucis. Parce qu'il est de ma responsabilité de prendre soin d'elles. Si je les fuyais vraiment, je ferais comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes et rien n'aurait changé, faisant comme si les menaces n'étaient que du vent et qu'elles ne couraient aucun danger. Ca, ça serait inconscient et égoïste !

Finalement, je ne suis pas si égoïste que ça. Je pense aux autres avant de penser à moi. Parce que si je pensais vraiment qu'à ma gueule, croyez bien que je ne m'amuserai pas à utiliser mes pouvoirs pour avoir des visions volontairement. Je laisserai tout cela derrière moi et je ferai comme si je ne savais pas pourquoi l'une d'elles était blessée. Mais je n'ai pas envie de ça parce que je tiens à elle. Ca n'a pas été facile, j'ai souvent dû me faire violence pour que ça arrive, mais aujourd'hui qu'elles sont toutes dans ma vie, je n'ai pas envie qu'elles s'en aillent. Même si c'est assez contradictoire vu que je les rejette ... Mais vous comprenez l'idée ! Je m'obstine à ne pas la regarder. Elle essaye de comprendre et elle est tellement à côté de la plaque que ça en est navrant. Elle, elle, elle. A croire que le monde tourne autour d'elle. Je sais que je suis dégueulasse de penser ça parce que c'est injuste, mais merde, le monde ne tourne pas autour de sa petite personne. Je sais qu'on a eu un différent via les lettres mais je ne me coupe pas du monde parce que j'ai la sensation qu'elle me juge. A la rigueur je la fuie elle et c'est tout. Mais bon, j'imagine qu'elle n'a peut-être pas remarqué que j'étais distant avec tout le monde alors j'imagine qu'on peut lui pardonner un tel autocentrisme. "Ca n'a rien à voir avec toi !" Au moins les choses sont claires sur ce point. Même si en vrai, ce n'est peut-être pas totalement vrai. D'une certaine façon, ça a à voir avec elle, mais pas que. Ce n'est pas elle le sujet central de l'histoire, elle n'est qu'une pièce du puzzle, voilà tout. Je sais qu'elle voudrait obtenir plus de détail, mais que voulez-vous que je lui dise. Si je lui en parle, elle voudra que je prévienne quelqu'un et je n'en ai pas envie. Et j'ai encore moins envie qu'elle en parle à nos parents. Ils vont se faire un sang d'encre alors qu'ils ne peuvent rien faire. Et eux, peuvent-ils être en danger ? J'imagine que non puisque je suis sûr que celui qui m'a écrit cette lettre est dans l'école. Quant elle évoque mon père, je ne peux m'empêcher de me crisper. C'est involontaire, mais c'est plus fort que moi. Ici, je vis un enfer, mais quand je rentrerai, ça sera pareil. Pourquoi les monstres sont-ils tous attirés par moi ?

Je me trouve très bavard pour quelqu'un qui s'est promis de ne plus leur parler. Elle, peut-être pas, mais moi, je me trouve étrangement loquace. La voilà maintenant qui essaye de me prendre par les sentiments. Ca m'énerve quand elle fait ça. Je me lève et énervé, je me tourne vers mes affaires pour les foutre en boule dans mon sac. J'aime pas quand elle essaye de me culpabiliser et elle le sait parfaitement. C'est au moment où j'allais entamer ma fuite qu'elle m'avoue qu'elle veut me parler de quelque chose. De quoi ? Si c'est encore pour me faire culpabiliser, c'est pas la peine. Je le fais suffisamment tout seul pour avoir besoin d'elle. Pourtant, sans que je le veuille, ça éveille ma culpabilité. "Me parler de quoi ?" Ce n'est qu'à ce moment là que je me tourne vers elle. Peut-être à tort, je vous le concède mais j'imagine que son ton m'a laissé à penser que c'était important. Je ne veux pas qu'elle m'avoue qu'elle se sente en danger ou qu'on a tenté de lui faire du mal. Parce que ça voudrait dire que je n'ai pas rempli ma tâche et que même en essayant de faire les choses bien, je ne parviens même pas à les protéger.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1605
Points : 13
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Mer 24 Oct - 14:08


Brooklyn & Savannah

La famille, c’est sacré
"Peut-être que vous ne pouvez juste pas m'aider !" Je secoue la tête, je suis totalement dépassée par son attitude. Je pensais qu’on avait dépassé ça avec les années et qu’il savait qu’il pouvait se confier à moi lorsqu’il le souhaitait… Mais non, monsieur préfère encore faire cavalier seul plutôt que de confier ses problèmes. C’est un truc d’enfant maltraité de croire que personne ne peut nous aider et qu’on est seul au monde ? Je n’en sais trop rien mais une chose est sûre, je trouve ça particulièrement chiant et j’en ai vraiment marre de lui courir après constamment pour lui expliquer qu’avoir une sœur c’est aussi avoir quelqu’un qui est là dans les mauvais moments, pour échanger et aider à trouver des solutions… J’en ai marre de répéter quinze millions de fois les mêmes choses surtout pour que le résultat reste inchangé au final. Parce qu’il préfère continuer à s’exclure de tout et à tourner le dos aux personnes qu’il aime plutôt que d’expliquer ses soucis… C’est quand même dingue d’avoir une telle attitude ! Je vais essayer une nouvelle fois de lui faire entendre raison, évidemment, mais je doute fort que ça fonctionne… « Et tu as essayé au moins de demander de l’aide avant de décréter que personne ne pouvait rien faire pour toi ? » Non, bien sûr que non, je suis bien placée pour savoir qu’il n’a pas essayé parce qu’il ne m’a absolument rien demandé. Et s’il n’est pas venu vers sa propre sœur pour demander de l’aide, alors je me demande bien vers qui d’autre il aurait pu aller… Si seulement il pouvait être un peu moins borné, ce serait nettement plus facile pour tout le monde. J’ai tellement envie de lui donner des claques parfois, c’est impressionnant. Mais jusqu’ici j’ai réussi à me contrôler et j’estime que je devrais recevoir une médaille pour ça. « Je suis sûre que même si on ne peut pas t’aider réellement, on peut au moins te soutenir, voire même t’aiguiller un peu. » C’est ce que j’espère tout du moins, je n’ai pas la science infuse mais je pourrais déplacer des montagnes pour lui venir en aide et j’aimerais que pour une fois il s’en rende compte ce qui n’est pas évident. Brooklyn est têtu comme une mule, quand il a décidé qu’on ne pourrait rien tirer de lui, on ne peut vraiment rien tirer de lui… Il est vraiment chiant quand il agit comme ça. En réalité, il est même vraiment chiant tout court, mais certains jours plus que d’autres. Parfois, je comprends qu’il ne soit pas trop proche d’Avalon, ou peut-être moins proche d’elle que de moi, elle a lâché l’affaire et parfois je me dis que je devrais en faire autant. Mais c’est plus fort que moi, il fait partie de ma famille et je donnerais tout pour cette dernière.

"Ça n'a rien à voir avec toi !" Ah oui ?! Alors pourquoi il s’en prend à moi ? Pourquoi il m’évite ? Pourquoi il ne veut plus me parler ? Pourquoi il voit cette conversation comme une corvée alors qu’on ne s’est pas vu depuis des mois ? Bien sûr, je sais que je ne peux pas lui demander de se jeter dans mes bras, je ne l’aurais pas fait non plus à sa place, il n’aime pas les contacts physiques et je respecte ça, mais au-delà de ça, je suis persuadée qu’il y a quelque chose qui fait que je suis impliquée dans cette histoire. Sinon, il n’aurait pas volontairement changé d’attitude avec moi. « Peut-être que ça n’a rien à voir avec moi mais en tout cas ça a des conséquences sur moi, ou plutôt sur notre relation… Tu n’es pas venu m’accueillir quand je suis revenue, tu n’as pas eu une seule conversation avec moi depuis mon retour. J’étais ravie de te retrouver et finalement je me rends compte chaque jour davantage que tu essaies de me fuir… » Voilà qui est dit, il n’essaiera pas de nier, je pense, parce que son évitement se voit comme le nez au milieu de la figure et à mon avis même s’il va essayer d’esquiver, il ne va pas non plus tenter de me prendre pour la dernière des connes. Mais ça me fait quand même mal au cœur de réaliser que si je ne m’étais pas mis devant cette fichue porte, il l’aurait déjà franchie et serait parti loin, très loin d’ici pour éviter cette conversation qu’il redoutait ou qu’il semble redouter, tout du moins. Maintenant que je l’ai un peu obligé à être là, j’espère qu’il va finir par parler. "Me parler de quoi ?" Je regarde autour de moi comme si les murs pouvaient avoir des oreilles et nous entendre. Mais non, il n’y a personne et je suis en sécurité. Je ne sais pas si je dois lui parler de ce problème, ni si je dois en parler tout court, je suis sûre et certaine que je vais avoir des problèmes par la suite mais il faut que je me confie à quelqu’un. « J’ai reçu une lettre bizarre…. Pas signée… Et un peu menaçante aussi… Je ne sais pas trop de quoi il s’agit et je ne suis pas sûre de pouvoir en parler mais l’auteur de la lettre avait l’air au courant de nos réunions chez le directeur l’année précédente… Je crois que c’est quelqu’un qui essaie de me faire chanter. Du coup, puisque ça concerne ceux qui sont allés chez le directeur, je me disais que tu aurais pu en entendre parler… Tu en as eu une aussi ? Tu crois que les autres en ont reçu une ? Je me dis que c’est peut-être simplement une mauvaise plaisanterie mais je venais juste de revenir quand je l’ai eu alors j’avoue que ça me fait un peu flipper. » Je dois avoir l’air pathétique. A tous les coups, c’est la petite Jade qui veut me faire une farce, voilà tout, mais avec tout ce qu’on a subi ces dernières années, je sais qu’il vaut mieux se montrer prudent.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Ven 2 Nov - 21:28

Savannah & Brooklyn

La famille, c'est sacré


Je roule les yeux, agacé par tout ça. J'en ai marre qu'on me reproche constamment de ne pas courir vers les autres à la première occasion pour trouver de l'aide alors qu'à chaque fois qu'on a voulu m'aider, ça partait en cacahuète. J'ai vécu un enfer chez mes parents jusqu'à l'âge de 8 ans où ma maîtresse a remarqué mes cicatrices et fasse appel aux autorités pour me faire sortir de leurs griffes, mais ce fut pour m'envoyer dans une famille d'accueil où ma vie fut encore pire. Alors certes, sans tout ça je n'aurai jamais rencontré les Caldwell, qui me firent découvrir ce qu'avoir une famille voulait dire, mais pour quoi au final ? Pour m'envoyer quelques années plus tard dans une école de magie où mon sort ne s'améliora pas franchement. Alors oui, il est vrai qu'il y a du mieux dans ma vie familiale, je ne dirai pas le contraire, mais j'ai pas l'impression d'avoir avancé d'un iota. A chaque fois que je retrouve l'espoir d'une vie meilleure, une merde me tombe sur le coin de la gueule. Et j'en ai marre qu'on tente de m'insuffler de l'espoir. Au moins avec mes parents biologiques, je savais que je ne valais rien et que je ne méritais pas d'être heureux, alors mes problèmes avaient du sens. Là on me dit tout le contraire et je suis toujours malheureux et voué à souffrir, il y a bien quelque chose qui ne va pas. Et si c'était cet espoir qui me tuait à petit feu ? Tout simplement parce que je n'étais pas fait pour être heureux. Pourquoi le bonheur serait à la portée de tout le monde ? Alors oui, elle peut me reprocher de ne pas avoir couru vers elle pour quémander de l'aide, mais c'est peut-être parce que je ne crois pas un instant qu'on pourrait vraiment m'aider. Et je suis sincèrement désolé si ça la contrarie, mais c'est la stricte vérité. "Arrête de croire que tout peut s'arranger juste parce que tu l'as décidé. Ca ne marche pas comme ça ! " Ca m'énerve et ça commence à se voir. Je perds ma patience et j'ai une multitude de pensées blessantes qui commencent à arriver. J'arrive à les retenir mais si elle continue à me pousser à bout, elles ne resteront pas longtemps silencieuses et je doute qu'elle me pardonne.

Je sais qu'elle souffre de cette séparation. Avalon et Savannah sont très différentes sur ce point là. Avalon est plus une solitaire. Elle aime sa famille, évidemment, mais aime sa solitude et sa tranquillité. Alors que Savannah a besoin d'être entouré. Elle a besoin d'être proche de sa famille, d'être là pour eux et qu'ils soient là pour elle. Alors me voir absent à ses côtés, ça la blesse profondément et je comprends tout ça, mais bordel, ce n'est pas la seule à souffrir, elle n'a pas le monopole de la douleur. Si j'avais pété un câble et fini à Sainte Mangouste à chaque fois qu'il m'arrive un truc, j'y aurai passé la moitié de ma vie. Alors oui, on n'a pas vécu les mêmes choses et que d'une certaine façon, mon histoire m'a permis d'endurer plus facilement tout ce qu'on a vécu ici, mais la vérité c'est plutôt que je fonctionne juste différemment. Je me renferme plus, je ne fais confiance à personne, je déverse toutes mes émotions dans la sculpture, c'est ce qui m'aide à tenir. Mais on ne va pas se mentir, au fond de moi, je suis détruit et j'ai peur que jamais je ne puisse me reconstruire vraiment et ce n'est pas ce que je souhaite à ma soeur. Alors oui, peut-être que d'une certaine façon elle est plus faible que moi, mais j'aime à croire que la distance que je mets entre nous la protégera un peu. Il vaut mieux qu'elle se reconstruise loin de moi, ça sera plus sain pour elle, même si elle refusera certainement de l'admettre. "J'ai visiblement lamentablement échoué !" Le sarcasme est ma seule défense à l'heure actuelle. Mais que voulez-vous que je lui dise ? Que je suis désolé ? Que je ne voulais pas tout ça ? Que j'aurai voulu être là pour elle, l'accueillir à son retour, lui dire qu'elle m'a manqué et que je suis soulagé qu'elle aille mieux ? Mais ça servirait à quoi ? A lui redonner de l'espoir pour mieux la détruire derrière. Tu m'as manqué mais je ne veux plus te parler, je trouve ça plus cruel que de la laisser croire que je ne veux juste pas d'elle dans ma vie. Je passe pour un monstre dans les deux cas mais au moins je ne joue pas avec ses sentiments. Nos parents m'en voudront, c'est évident, mais j'imagine qu'ils n'auront pas le choix d'accepter ma décision, quitte à partir de la maison pour régler le problème une bonne fois pour toute.

J'en suis à peu près là de mes réflexions quand elle me parle d'une lettre étrange qu'elle a reçu. Soudainement je me fige et tout mon sang quitte mon visage. Une lettre anonyme ? Mon sang commence à battre très fort dans mes oreilles et j'ai le souffle coupé. Elle aussi elle en a reçu une ? Qui lui disait quoi ? D'utiliser ses pouvoirs pour le bien de leur ... mission ? C'est quoi ce délire au juste ? La panique commence à me gagner. Je sais qu'il faut que je me calme, mais c'est plus fort que moi. J'ai peur. J'ai vraiment peur. "Qu'est-ce qu'elle disait cette lettre ?" J'ai besoin de savoir. Je sais que mon regard s'est agrandi par la peur et que très clairement, actuellement, elle ne peut pas passer à côté de ce que je ressens. Moi, le maitre de l'impassibilité, vient de faire éclater en morceau son masque pour laisser le vrai adolescent de 16 ans dessous, terrifié comme jamais. Ils ne les laisseront jamais tranquille. Ils traqueront chaque membre de leur famille. Je pourrais essayer de relativiser en me disant que tous les membres de notre étrange équipe en a reçu une et donc que je ne suis pas seul dans ce merdier, mais je ne vois pas l'intérêt de certains dans cette histoire. Sans vouloir être méchant, les occlumens ne leur serviront certainement à rien. Et sauf s'ils ont décidé d'attaquer l'école durant un soir de pleine lune, je ne vois pas l'intérêt d'un loup garou non plus. L'animagus qui était présente à la réunion a quitté l'école, alors elle ne leur ait plus d'aucune utilité, mais il reste une méta, Sav et moi.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1605
Points : 13
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Lun 5 Nov - 19:41


Brooklyn & Savannah

La famille, c’est sacré
Je ne comprends vraiment pas Brooklyn et sa manière de procéder. A croire qu’il n’est pas capable d’apprendre de ses erreurs. Franchement, je trouve ça extrêmement désagréable. Repousser les gens est sa spécialité et quoi que je puisse dire ou faire, il continue à agir de la sorte à chaque fois qu’il se retrouve confronté à une difficulté. Franchement, c’est très chiant, j’aimerais bien qu’il apprenne à me faire davantage confiance au lieu de me fuir à chaque fois qu’il en a l’opportunité. A dire vrai, je commence à me demander si je n’en ai pas un peu trop fait durant toutes ces années. J’ai été là pour lui, constamment, à l’épauler, l’aider, lui parler, le conseiller. Et il n’a eu absolument aucun geste pour moi quand j’en ai eu besoin. Mon séjour à l’hôpital, je l’ai vécu sans lui, en retournant à Poudlard, je me suis rendu compte qu’il m’avait mis de côté dans l’équipe et qu’en plus il ne voulait absolument plus me parler. Franchement, c’est très dur de voir ça, dire que je suis peinée est un doux euphémisme. J’aurais vraiment besoin qu’il me dise que j’ai toujours une place importante dans sa vie parce que pour l’instant, j’ai plutôt l’impression d’être une grosse merde sans aucune valeur à ses yeux. Je ne crois pas que je mérite un tel traitement. "Arrête de croire que tout peut s'arranger juste parce que tu l'as décidé. Ça ne marche pas comme ça !" Vraiment, il me sort par les yeux à cet instant précis, j’aurais bien envie de lui mettre ma main dans la figure. Comment peut-on être aussi borné ? Il ne voit que ce qu’il veut voir et refuse d’entendre l’opinion des autres. Pourtant, je crois lui avoir prouvé par le passé que je pouvais, de temps en temps, me montrer de bons conseils alors vraiment, je ne comprends pas son rejet. « Et toi, arrête de croire que dès que tu as un problème, il n’y aucune solution autre que de devenir une parfaite petite huître. » Et dieu sait que dans ce domaine il a un talent fou, mais ce n’est pas comme ça que ça devrait se passer. Au contraire, je suis certaine que nous pourrions tous s’entraider et que les problèmes auxquels nous sommes souvent confrontés finiraient par devenir moindre voire totalement inexistants car à plusieurs on est toujours plus forts. Malheureusement, mon frère ne semble pas partager mon point de vue sur le sujet. "J'ai visiblement lamentablement échoué !" Je trouve ça méchant et cruel de sa part, je ne crois pas mériter pareil traitement. J’ai toujours été droite avec lui, je me suis montrée compréhensive quand il n’allait pas bien et s’en prenait à ceux qu’il aime. Mais là, j’avoue que j’ai beaucoup de mal avec son attitude. « Si encore c’était la première fois. » Pas gentil non plus mais tellement vrai. Ce n’est pas la première fois qu’il me traite mal et ce n’est pas parce que je suis sa sœur qu’il devrait s’octroyer le droit de me traiter de cette façon. Pour une fois, je ne vais pas me laisser écraser comme une merde.

Je ne sais pas pourquoi, mais malgré son mutisme, j’arrive quand même à aborder mon problème à moi, à savoir la lettre anonyme étrange que j’ai reçu quelques jours après mon retour à l’école. Je n’en ai parlé à personne, pour le moment, et c’est bien normal vu qu’elle était affreusement menaçante. J’espère que Brooklyn n’aura pas de problème après notre rencontre mais en même temps, je pense que ça va être difficile que quelqu’un ait vent de cette conversation alors que nous sommes tous les deux seuls dans un vestiaire. Si jamais on nous surprend, alors ça veut dire que mon ennemi est bien plus puissant qu’un simple petit plaisantin de Poudlard et honnêtement, je trouve ça un peu flippant. "Qu'est-ce qu'elle disait cette lettre ?" Etrangement, j’ai l’impression de déceler de la panique dans la voix et les yeux de mon frère. Se pourrait-il qu’une lettre pareille lui dise quelque chose ? Ou qu’il en soit l’auteur ? Ou alors qu’il ait tout simplement reçu un courrier du même genre ? Si tel est le cas, je peux comprendre que ça lui fasse peur, mais d’un autre côté, je reste relativement sereine, pour ma part. Je suis sûre qu’un petit plaisantin de l’école est capable de faire ce genre de farce… Sauf que le petit plaisantin en question sait que je suis allée à Sainte Mangouste, il semble donc être particulièrement bien renseigné. Mais je ne veux pas céder à la panique, en tout cas pas avant d’avoir le cœur net sur le caractère sérieux de la lettre reçue. « Je ne l’ai pas apprise par cœur, mais en gros, ça disait que suite à ma réunion chez le directeur, l’auteur avait eu vent de mon don de Legilimens et qu’il me conseillait vivement de ne pas en faire usage sinon vous auriez des problèmes, Avalon et toi. Sur le moment, j’ai cru que c’était une blague, mais il ou elle semble en savoir pas mal sur moi, alors je doute… Mais nous avons été assez opprimés comme ça, je ne tiens pas à me plier aux ordres de qui que ce soit juste à cause de deux ou trois menaces bidons… Enfin, ça me travaille quand même, je n’ai plus du tout utilisé mon pouvoir depuis cette lettre parce que j’ai peur pour vous… Il faut que je découvre qui c’est. » Tout ceci est un peu contradictoire. D’un côté, je ne veux pas y croire, de l’autre, je préfère ne rien tenter de peur que ce soit vrai… Il faut vraiment que j’arrive à démêler le vrai du faux. « Tu n’as pas entendu parler de cette histoire, toi ? Après tout, si j’ai reçu cette lettre c’est parce que j’étais dans ce bureau… Et je n’étais pas seule. » Je n’aurais sans doute jamais dû participer à cette réunion. Elle ne m’a avancée à rien si ce n’est à éclairer mes potentiels ennemis sur mes capacités. Autant dire que j’aurais vraiment dû m’abstenir.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Mar 6 Nov - 22:34

Savannah & Brooklyn

La famille, c'est sacré


Cette discussion ne mène à rien, tout simplement parce que nous sommes tous les deux bornés et que nous refusons d'accorder à l'autre le droit de gagner du terrain. Elle veut me parler alors que je n'ai aucune envie ni de l'écouter, ni de lui parler. Du coup ça pose un gros problème. Il serait pourtant tellement plus facile si elle s'en allait, si elle lâchait l'affaire. Ca arrive parfois de ne pas obtenir ce que l'on veut. Elle devrait être habituée à perdre des gens proches, son ex et son meilleur pote se sont barrés de l'école, ça ne devrait être qu'une route aujourd'hui. Oui, bon d'accord, c'est méchant, mais merde, j'ai rien demandé moi. J'étais prêt à commencer une année normale, presque content de revenir ici. Mais tout part de travers depuis quelques mois et je suis fatigué de me battre constamment et de vivre dans la peur. D'abord j'apprends que mon géniteur a décidé de revenir à Oxford, sans que je sache pourquoi. Ensuite cette histoire de menace. Et la prochaine étape, ça sera quoi ? J'en ai marre de fuir tout le monde. J'ai aucune envie de rester distant avec mes proches, mais je n'ai pas le choix. J'aurai voulu écouter Gretel parler encore et toujours et ne l'écouter qu'à moitié, juste parce que sa simple présence me fait du bien. J'aurai voulu accueillir ma soeur quand elle est rentrée de son séjour à Sainte Mangouste. J'aurais voulu passer du temps avec Casey. Mais je ne peux pas faire tout ça parce qu'une bande de psychopathes a décidé de me pourrir la vie ici. Alors oui, je suis fatigué de tout ça et j'en ai marre de me battre contre la terre entière. J'en ai marre de recevoir des lettres de Gretel ou Casey qui me disent qu'elles ne comprennent pas. J'en ai marre de fuir Savannah constamment. Vous croyez que je n'ai pas honte d'agir de cette façon ? Mais c'est comme ça, on ne peut plus rien y faire, il faut avancer et oublier. Sauf que lâcher prise, Savannah ne sait pas le faire. Je regarde ma soeur et je décide que c'est bon, j'en ai ras la casquette. Alors je croise les bras et je la fixe en silence. Elle m'a comparé à une huitre ? Elle va être servi. J'ai eu des crises de mutisme toute ma vie, je suis le roi du silence quand je le veux et j'ai décidé que ça commencerait maintenant !

Attitude enfantine et puérile ? Totalement, mais j'assume. Pourtant, ça ne va pas durer longtemps, parce que Savannah m'apprend qu'elle a reçu une lettre et que j'ai définitivement besoin d'en savoir plus sur cette histoire. Visiblement on doit avoir le même destinataire, même si la mienne était sensiblement différente. Déjà, je n'ai pas le souvenir qu'il parle de cette réunion dans le bureau du Directeur. Mais j'imagine que s'il sait que je suis un voyant, c'est bien qu'il a dû l'apprendre quelque part. Je ne le cache pas, alors en soit l'information aurait pu lui parvenir de n'importe quelle façon mais j'imagine que cette histoire de réunion a dû grandement aider. Et dans la mienne, on me conseille vivement d'utiliser mon don si je veux protéger les miens. Mais bon dans l'idée, je suppose que ça vient du même endroit et qu'il est logique qu'on ait envie de tenir Savannah a l'écart de tout ça. Si elle mettait le nez dans leurs affaires, ça pourrait grandement leur déplaire. Je l'écoute et j'avoue que je suis assez mitigé. Au début elle laisse presque entendre qu'elle ne veut pas prendre cette histoire au sérieux, ce qui est assez vexant en sachant que c'est Avalon et moi qui allons prendre si elle fait de la merde. Mais elle me rassure un peu en disant que du coup, dans le doute, elle ne l'utilise plus. On ne va pas se mentir, j'ai pas envie de mourir et certainement pas parce que ma soeur aura décidé que c'est une grosse blague et qu'elle fait ce qu'elle veut. Dans n'importe quel cas, j'aurai été d'accord avec elle mais pas quand ma vie est en danger. Enfin bref, j'imagine que la morale de cette histoire c'est qu'on est dans le même bateau. "La lettre ne t'interdisait pas de n'en parler à personne ?" Parce que la mienne si et c'est exactement ce que j'ai fait. Je soupire et me prend la tête. C'est un bordel sans nom cette histoire. Qui est derrière ces lettres ? Et est-ce que ces menaces sont vraies ? J'imagine qu'on le saura tôt ou tard, parce que malheureusement pour elle, moi je risque d'échouer très prochainement. "Je dois utiliser mes pouvoirs si je veux vous protéger !" Furent les premiers mots que je lâchais après quelques instants de silence. Je relève mon regard pour croiser celui de ma soeur. "Sauf qu'on sait tous les deux que je ne le maîtrise pas alors ça va forcément mal finir cette histoire ..." Surtout s'ils apprennent que j'ai parlé à ma soeur.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1605
Points : 13
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    Jeu 8 Nov - 22:39


Brooklyn & Savannah

La famille, c’est sacré
Finalement, mon frère a l’air d’être complètement hermétique à toutes mes tentatives de réconciliation. Il continue à dire que, de toute façon, personne ne peut l’aider, moi y compris, donc, et qu’il ne veut pas parler de ce qui le tracasse. Personnellement, je suis intimement persuadée que son père y est pour quelque chose mais comme il ne me le confirme pas, je ne peux pas en avoir le cœur net. J’ai déjà essayé, sans grand succès, de remettre ce sujet sur le tapis, mais vu comment il a réagi, je crois qu’il vaut mieux que je m’abstienne. Je risquerais de finir avec la tête sur un piquet au milieu du terrain de Quidditch avant d’avoir eu le temps de dire ouf. Franchement, cette situation est aussi désagréable que désarmante, je ne sais pas sur quel pied danser, quelle attitude adopter… Si encore il m’orientait un tout petit peu, mais même pas ! Ce qu’il fait de mieux, c’est me repousser encore et encore mais je veux croire qu’au fond de lui, il n’a pas envie que je m’en aille. J’espère que plus tard il pourra me remercier de m’être accrochée comme je l’ai fait depuis qu’il a passé le seuil de notre maison la toute première fois et que je l’ai pris sous mon aile. J’ai encore une fois l’espoir qu’il deviendra un adulte stable et bien dans sa peau et que j’y aurais contribué à ma manière. Mais pour l’instant, il est toujours en train de se battre contre des démons dont j’ignore tout et j’imagine que l’adolescence ne l’aide absolument pas à aller mieux. Alors je finis tout de même par laisser tomber et par continuer à répondre à ses questions au sujet de la fameuse lettre. Je n’étais pas venue là pour parler de moi, à la base, mais si ça peut au moins me permettre de ne pas couper court à la conversation pour rentrer bredouille, alors ça en vaut la peine, c’est au moins un début de contact. "La lettre ne t'interdisait pas de n'en parler à personne ?" Euh, non ? En tout cas, cette partie-là ne m’a pas marquée. Implicitement, je me doute que l’auteur ne s’attendait pas à ce que je placarde son contenu au mur, mais je n’ai eu aucun avertissement à ce sujet, c’était simplement mon pouvoir qui comptait et la vie potentielle de mon frère et de ma sœur. Quant à savoir si j’allais les prévenir ou non du danger qui les menaçait, l’auteur semblait n’en avoir absolument rien à faire. « Etrangement, non, je ne l’ai quand même pas crié sur tous les toits, mais comme je ne sais pas si je dois avoir peur ou ne pas avoir peur, je pense que le mieux à faire c’est d’extérioriser. Tu sais, la peur n’évite pas le danger et accepter de se plier aux ordres d’un maitre chanteur c’est entrer dans un cercle vicieux » Bon, je ne suis pas sûre qu’il sera ravi d’apprendre que je ne veux pas prendre la menace trop au sérieux la menace sachant qu’il fait partie des deux principaux concernés, mais il faut que je lui explique ma façon de voir les choses.

Je ne m’attendais pas franchement à ce que ce soit ce sujet qui débloque finalement mon frère. Comme quoi, peut-être que pour obtenir quelque chose de Brooklyn, il faut réussir à amener le sujet sans poser de véritables questions. Pas du tout contradictoire le garçon… Mais bon, maintenant qu’il se décide à discuter un peu, je ne veux pas le charrier ou lui faire une remarque, il risquerait bien de se refermer sur lui-même. "Je dois utiliser mes pouvoirs si je veux vous protéger !" Pardon ?! Moi on m’interdit de m’en servir mais lui on le force à le faire ? C’est complètement illogique sachant que moi ça ne me dérange pas du tout d’en faire usage alors que ça répugne mon frère… Mais si ce choix a été fait par l’auteur des lettres, c’est probablement parce qu’il savait que ça allait nous mettre dans l’embarras, donc ça veut dire que l’auteur nous connait plutôt bien, en tout cas mieux que je voudrais le croire. Bon, ce n’est pas rassurant tout ça, pas rassurant du tout. "Sauf qu'on sait tous les deux que je ne le maîtrise pas alors ça va forcément mal finir cette histoire ..." Oui, je vois très bien ce qu’il veut dire et pourquoi il aussi peur, toutefois, je ne peux m’empêcher de me poser des milliers de questions. Il doit y avoir une explication logique à tout cela, c’est évident ! « Ah quand même… Et j’imagine que tu ne veux pas le faire, du coup ? » C’est une telle évidence que je ne sais pas pourquoi j’ai posé la question. De toute façon, même s’il le voulait, je crois qu’il ne pourrait pas, d’aussi loin que je me souvienne, mon petit frère ne maitrise rien du tout lorsqu’il s’agit de son don, sûrement parce qu’il manque cruellement d’entrainement, à dire vrai. Mais je me suis toujours gardée de lui faire cette suggestion parce que je sais pertinemment que ça ne va pas lui plaire. Il ne veut pas être doué de voyance et rien ni personne ne semble pouvoir le faire changer d’avis. « Et tu sais comment l’auteur saura que tu as rempli ou non ta mission ? Tu pourrais inventer des trucs, non ? » Sur le moment, ça me parait relativement crédible, après tout, si l’auteur demande à Brooklyn de voir certaines choses c’est qu’il ne peut pas le voir lui-même donc il n’a aucun moyen de vérifier les dires du Serpentard. Ce n’est pas trop compliqué. Et puis, pour qu’il lui transmette les informations demandées, il faudrait qu’il sache qui c’est, donc ça parait vraiment très peu probable. « Mais si on a tous les deux reçu ce genre de lettre, on ne doit pas être les seuls… Il doit y avoir la petite là, comment elle s’appelait déjà, Jade ? Casey aussi ? Elle t’a parlé de quelque chose ? Il y avait qui d’autre ? Tu crois qu’on devrait leur en parler ? » Je réfléchis à voix haute mais au final je suis contente de voir que je ne suis pas la seule concernée. Ensemble, nous serons certainement plus fort contre cet oppresseur dont nous ignorons pour le moment le nom. Il va falloir nous organiser et dénicher cet imposteur. Nous en sommes capables.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: La famille, c'est sacré - Brooklyn    

Revenir en haut Aller en bas
 
La famille, c'est sacré - Brooklyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
L'Extérieur du Château
 :: Le Terrain de Quidditch
-
Sauter vers: