AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

  how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Mar 16 Oct - 20:08

how did all my dreams turn to nightmares ?
brook & casey


Un regard désabusé en direction des élèves qui piaffaient d’impatience dans le Hall d’entrée, Casey se glissa dans la Grande-Salle alors que la majorité de ses camarades en sortait. Ce soir se déroulait Halloween, et si une bonne partie des élèves semblaient avoir complètement oublié le cauchemar de l’année passée, ce n’était pas le cas de la jeune femme qui refusait fermement de mettre un pied en dehors du château ce soir, quand bien même l’événement se déroulait aux Trois-Balais, lieu bien moins effrayant que la Cabane Hurlante ne pouvait l’être. La direction avait des idées bien trop perverses à son goût et elle n’avait aucune confiance en leurs dires. D’autant plus qu’avec les récentes actualités brûlantes de Londres, Casey se sentait bien plus en sécurité entre les murs de Poudlard qu’en-dehors. Serait-ce toujours le cas, une fois la majorité des adultes partis profiter de leur soirée ? Peut-être pas, mais il n’y avait pas lieu d’y penser, rien ne semblait menacer Poudlard et ses membres, pour l’instant, et Casey ne comptait, de toute façon, pas se déguiser et se rendre à cette soirée. Histoire d’éviter ses camarades, trop enjoués à son goût, elle était descendue prendre son repas de manière à arriver quand ils étaient censés partir. Dix-neuf heures sonnèrent et, quelques minutes plus tard, alors que la jeune femme se servait de la soupe après avoir fourré des bonbons dans son sac en prévision d’une soirée passée à lire au coin du feu, la grande majorité des élèves quittait le château, laissant un vide et un silence plus que confortables.

Le nez plongé dans son bol, elle ne prêtait nullement attention aux quelques autres sorciers qui étaient restés ici au lieu de se rendre à Pré-Au-Lard, dessinant distraitement des cercles dans sa soupe du bout de sa cuillère plutôt que de la boire. Si cette nouvelle année avait mieux commencé que toutes les autres réunies - en grande partie parce qu’entre elle et Brooklyn, tout semblait s’être définitivement arrangé : les vacances qu’ils avaient passées tous les deux dans la nouvelle demeure de la blonde les avaient définitivement rapprochés, comme scellant leur amitié retrouvée autour d’une tarte au citron - elle avait l’impression de revivre une nouvelle fois le même douloureux et long calvaire que l’année passée, et c’était encore une fois lié au Serpentard. Depuis le début du mois, il était distant, à nouveau. Casey avait d’abord pensé qu’il s’agissait de son père, et il l’avait envoyée bouler. Elle en avait donc conclu qu’il avait un problème avec elle, et alors toutes les vieux doutes étaient revenus en force. Pourtant, elle se sentait assez confiante sur la relation qu’ils avaient reconstruite depuis le mois de juillet, mais il n’avait pas fallu grand chose pour qu’elle remette toute en question et se sente de nouveau complètement abattue. Se rendant alors compte, comme jamais auparavant, à quel point l’amitié de Brooklyn lui était importante et précieuse. Elle faisait, pour ainsi dire, la pluie et le beau temps dans le quotidien de la blonde. Elle avait beau détester ça, c’était ainsi, elle s’était bien rendue compte l’année dernière que lutter contre ça ne servait à rien. Et puis une Serpentard, celle qui traînait toujours avec Brooklyn, au grand damn de Casey - qui ne s’expliquait la pointe amère dans sa poitrine quand elle les voyait ensemble - était venu lui parler. Et Casey en avait conclu que l’attitude de Brooklyn n’était pas dirigée contre elle. Mais toutes ses courtes lettres s’étaient soldées par les mêmes réponses glaciales. Au moins continuait-il de lui répondre, ce qui était déjà une nette différence avec le silence total de l’année dernière.

Casey réfléchissait à tout ça, encore et encore, sentant la boule dans sa gorge grossir avec les secondes qui défilaient, quand elle releva la tête pour perdre son regard dans la Grande-Salle, quasiment vide. Quasiment. Et la tête blonde qui était entrain de la quitter attira immédiatemment son attention. Evidemment qu’il n’était pas non plus allé à la soirée d’Halloween, le traumatisme avait été vivace pour lui aussi. Casey en faisait toujours des cauchemars. Sans réfléchir, sans peser le pour et le contre comme elle le faisait tout le temps, elle attrapa son sac, laissa sa soupe pas même entamée refroidir dans son bol et se lança à la suite de Brooklyn. Repérant sa silhouette dans les escaliers, elle s’y engagea mais, farceurs comme ils l’étaient, se perdit entre les marches et se retrouva finalement au troisième étage, toute trace du Serpentard effacée. La boule dans sa gorge n’en finissait pas de grossir, s’en était lassant et incompréhensible. Elle avait beau déglutir, elle ne disparaissait pas. Alors Casey se concentra un peu. Elle ne comptait pas faire toutes les salles du troisième étage mais il y avait bien quelque chose qui pouvait lui indiquer où Brooklyn était allé ? Il ne s’était pas rendu dans sa Salle Commune, ce n’était pas simplement pour le plaisir d’errer dans les couloirs.

Le Balcon du Monde. La démarche regonflée d’un petit peu d’espoir, Casey se dirigea en direction de la pièce la plus magique de tout Poudlard, à ses yeux, et où elle avait retrouvé Brooklyn de nombreuses fois. Il aimait cet endroit autant qu’elle, elle le savait, alors il aurait très bien pu décider de s’y rendre. Les doigts enroulés autour de la poignée, la blonde inspira pour se donner du courage. Autant pour se préparer à affronter Brooklyn si elle avait visé juste que pour se préparer à l’amère déception qui la gagnerait si ça n’était pas le cas. Poussant doucement le battant, elle fut surprise de pénétrer dans une pièce de taille moyenne encombrée de deux lits superposés, de chaque côté de l’entrée, qui rendaient l’endroit presque étouffé et qui faisaient remonter sa peur des espaces clôts en flèche. Inspirant une nouvelle fois, elle referma la porte derrière elle, fouillant la chambre du regard. Elle n’avait aucune idée de l’endroit où elle se trouvait, pas même si c’était bien Brooklyn qui l’avait invoqué - elle l’espérait, elle n’avait aucune envie de se retrouver face à face avec un autre de ses camarades - mais puisqu’il y avait quelque chose, il y avait bien quelqu’un. Se délestant de son sac qu’elle fit glisser contre la porte, Casey s’avança entre les deux lits superposés. La pièce n’était pas bien grande mais elle mit tout de même de longues secondes avant de repérer la silouhette de Brooklyn, à l’opposé de l’entrée, coincé entre le mur et l’un des lits. Son coeur se mit à battre un peu plus vite, se demandant s’il allait l’envoyer chier directement ou attendre qu’elle prenne la parole d’abord. Elle n’avança pas plus, préférant s’asseoir sur le bord du lit qui lui faisait face, se retenant de se mordre la lèvre, quand bien même elle se sentait parfaitement nerveuse. Est-ce que j’ai fais quelque chose de mal ? fut la première question à franchir ses lèvres. Si c’était le cas, qu’elle soit fixée, même si elle n’avait aucune idée de ce qu’elle aurait pu faire, cette fois. Même si son éloignement semblait toucher d’autres personnes. Et, bien évidemment, elle regretta immédiatement d’avoir posé celle-là..
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Mer 17 Oct - 19:34

Brooklyn & Casey

How did all my dreams turn to nightmares ?


Moi qui pensais que cette année ça serait différent et que je serai largement mieux à Poudlard qu'à Oxford, je commence à me poser des questions. En soit, c'est peut-être des menaces en l'air, mais ça reste des menaces. Entre la présence de mon géniteur à Oxford, potentiellement près de chez moi et une lettre de menace à Poudlard, j'ai l'impression d'être chez moi nulle part. C'était déjà le cas l'an dernier, mais avec cette histoire de paternel, j'avais espoir que finalement, je pourrais me sentir un peu mieux à Poudlard, mais plus le temps passe et moins ça va. J'ai l'impression que mon monde s'écroule et que je ne peux rien faire, en dehors de le regarder partir en fumer. Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? Pourquoi ne peut-on pas me laisser tranquille ? Toute cette histoire me hante, jour et nuit. Déjà que j'avais déjà bien du mal à trouver le sommeil, c'est encore pire aujourd'hui. Je dors peu, je mange peu, je passe mon temps à fuir les gens et à me terrer constamment dans des coins reculés. Ma vie est un enfer sans nom. Et le pire dans cette histoire, ce n'est même pas tant de passer mes journées tout seul, parce qu'en soit, ça ne me pose pas de soucis, c'est de devoir rejeter mes proches. J'ai pas envie de les blesser, pourtant pour qu'ils lâchent l'affaire, je n'ai pas le choix. Plus ils insistent et plus je suis horrible. Et vous n'imaginez pas combien ça me coûte. Mais si je fais tout ça, c'est pour les protéger. Enfin j'imagine. J'ignore s'il y a vraiment un danger derrière cette lettre. Et si c'était pour bluffer ? Et si au final mes proches ne risquaient rien, qu'ils ont fait tout ça pour voir si j'allais mordre à l'hameçon. Qui a envie de risquer la vie de ses proches en vrai ? En général tu obtempères sans trop te poser de question, juste au cas où... enfin j'imagine. C'est ce que j'ai fait.

Installé dans la grande salle, je regarde mon bol de soupe. Je l'ai à moitié entamé et pour être honnête je le mange sans faim. Mais je sais que si je continue à ne rien avoir dans l'estomac, je vais finir à l'infirmerie et ce n'est pas trop mon but. Je n'ai rien contre l'infirmier, mais j'ai envie d'être seul ce soir. Surtout ce soir en particulier. J'ai attendu qu'ils partent tous pour Pré-au-Lard avant de sortir de mon trou. J'ignore comment ils font pour avoir encore confiance en notre directeur. J'ai encore les souvenirs gravés dans ma rétine, aucune envie de revivre ça. Enfin, si eux ça les a éclaté, grand bien leur en fasse. Je trempe un peu de pain dans ma soupe, me demandant ce qui arriverait si jamais je décidais de les envoyer chier. Ou alors si je leur mentais ? Parce qu'ils ne peuvent pas savoir si je dis vrai ou pas, on est d'accord ? Du coup je peux bien leur dire ce que je veux, comment iraient-ils vérifier. J'ai pas envie de réutiliser mon pouvoir. Une fois, c'est déjà une fois de trop. Je suis totalement perdu et je ne sais pas quoi faire. C'est dans ces moments là que j'aimerai que Casey soit là. Sauf que ce n'est pas raisonnable. Si je l'ai éloigné, c'est pour son bien. Elle n'était pas mentionnée dans la lettre mais je suppose qu'il ne sera pas bien difficile de savoir que je tiens à elle. Je finis mon pain et tourne mon regard vers le reste de la table. Je vois une tarte à la citrouille un peu plus loin. Ca me fait penser à la tarte au citron que Casey avait acheté pour mon anniversaire. Elle sait que j'adore ce dessert. Mon coeur se serre et je lâche ma cuillère. Je n'ai plus faim. Je repousse mon bol et m'apprête à m'en aller quand, en faisant un rapide tour d'horizon, je tombe sur la silhouette de Casey. Là, s'en est trop, il faut que je m'en aille. Je ne demande pas mon reste et fuie presque aussitôt la grande salle et au lieu de retourner dans ma salle commune, dans l'espoir de ne pas y croiser Gretel ou Savannah, je rejoins le balcon du monde.

Je n'ai pas mis bien longtemps avant de trouver mon refuge. Une pièce de taille moyenne, aux allures étrangement rassurantes, à mes yeux en tout cas. C'est con à dire, mais me retrouver dans ma chambre de Oxford me rassure. Pourtant c'est une chambre ordinaire, un peu trop encombrée, mais pratique. On est une grande famille, faut bien qu'on s'entasse dans les chambres pour pouvoir tous y dormir. Quand j'y suis arrivé, j'aurai préféré avoir ma propre chambre, comme avant, mais depuis, je m'y suis fait et ça ne me dérange plus. La respiration de mes frères adoptifs me rassurent un peu. Mais là elle est vide. Ils sont à la maison, en train de s'amuser ou de se disputer dans cette fameuse chambre que je viens de recréer pour l'occasion. Je ne mets pas longtemps avant de m'assoir dans un coin de la chambre. Il n'est pas visible de la porte, il faut être à mi chemin pour pouvoir m'entre-apercevoir. Mais tous ceux qui vivent là bas savent où je me cache. Ce n'est pas des masses confortables et ça pourrait être très étouffant pour ceux qui sont claustrophobes mais moi ça me rassure au contraire, je me sens protéger ici. J'entends la porte s'ouvrir et je suis tellement perdu dans mes pensées que je suis presque arrivé à me persuader que j'étais vraiment chez moi et que c'est un membre de ma famille qui vient. Soit parce que c'est sa chambre, soit pour me dire qu'on mange ou un truc du genre. Sauf que la silhouette qui se dessine devant moi n'a rien à voir avec celle d'un membre de ma famille. Voilà celle que j'ai essayé de fuir au maximum. Plus je la fuis, plus elle me suit... Je la regarde sans rien dire. J'ai rien à lui dire en vrai. J'ai même pas la force de lui dire de se barrer. Elle s'assoit sur le lit en face de moi. Je ne voulais pas avoir cette discussion mais j'imagine qu'elle est inévitable. "Non .... T'as rien fait !" Je sais que j'aurai dû lui dire que si, elle avait fait quelque chose de mal, inventer n'importe quoi. Lui dire que j'en ai marre de la voir, qu'elle est devenue trop étouffante ou que c'était une erreur de nous rapprocher, que le passé est révolu et que jamais on ne pourrait redevenir amis. Je pourrais lui dire que sa situation a changé et que maintenant tout est différent. Bref, je pourrais être blessant, pour la faire partir. Sauf que je n'en ai pas la force. Pas avec elle. Alors je me contente de dire la vérité, sans rien expliquer de plus.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Jeu 18 Oct - 18:01

how did all my dreams turn to nightmares ?
brook & casey


Un poids dont Casey n’avait qu’à moitié conscience s’envole au moment où Brooklyn lui dit qu’elle n’a rien fait de mal. Une boule dans la gorge en moins, elle se sent un peu plus légère. Quelques petits mots seulement qui la réconfortent plus efficacement que n’importe quel grand discours. Une réaction qui devrait l’amener à se poser quelques questions sur les sentiments qui semblent agiter son coeur depuis quelques temps alors qu’il était placide depuis de trop nombreuses années. S’il n’y avait pas plus préoccupant. N’importe quel prétexte, en réalité, pour ne pas se pencher la question et ne pas se retrouver face à une réalité effrayante dans laquelle la jeune femme décidée depuis presque toujours à ne s’attacher à personne se retrouvait à avoir besoin comme jamais auparavant de son plus vieil ami. Mais la Serdaigle n’a pas besoin de chercher très loin un quelconque argument pour continuer à se voiler la face, l’état de Brooklyn suffit, et de très loin, à évacuer toutes ces considérations.

On ne pouvait pas dire qu’il n’avait jamais été très épais, très bronzé ou très souriant, mais ces derniers, ça allait en empirant. La jeune femme avait l’impression que ça faisait une éternité qu’elle ne s’était pas trouvée aussi proche de lui - et un mois, c’était effectivement une petite éternité à ses yeux - et les cernes de son ami ne manquèrent pas de l’interpeller. Casey n’était pas une fine psychologue, elle avait toujours eu du mal à comprendre ses pairs, quand bien même elle était douée pour déceler d’infimes éléments dans leur comportement. Elle voyait mais ne parvenait pas à en tirer une seule conclusion. Sauf présentement. Il était évident que quelque chose n’allait pas, et même si ça n’était en rien sa faute, la blonde sentait une infinie tristesse alourdir son regard. Elle était complètement désemparée de voir le Serpentard ainsi et n’avait aucune idée de comment agir. Réconforter les gens, elle ne l’avait jamais fait, et cette simple pensée la faisait paniquer. Son inutilité flagrante dans la situation présente lui donnait l’impression d’étouffer - la taille de la chambre n’aidant probablement pas. Casey était douée pour être froide, acide, directe, indifférente, mais sûrement pas réconfortante. C’était pas dans sa liste d’intéractions sociales connues. Encore plus quand Brooklyn et elle avaient plus l’habitude de se hurler dessus ou d’avoir des têtes-à-têtes calmes et presques silencieux.

Désorientée, penaude et affectée alors-même qu’elle n’avait aucune idée du fin mot de l’histoire, Casey se mit à jouer distraitement avec le collier qu’elle portait autour du cou. Elle n’avait pas beaucoup de tics, contrôlant chacun de ses gestes et chacune de ses expressions. Ils pouvaient se compter au nombre de trois, au final : d’infimes moments où elle se mordait nerveusement la lèvre ; d’autres, plus nombreuses, où elle jouait avec les deux pendentifs que Brooklyn lui avait offerts et qu’elle ne quittait jamais, les portant toujours autour de son cou ; et, même si ça ne lui était pas arrivé depuis quelques mois, ces moments compulsifs où elle s’arrachait la peau du bout des ongles. De ces trois là, celui qu’elle effectuait en ce moment même était probablement le plus régulier. Elle portait presque tout le temps les doigts à la fine chaîne en argent, parfois simplement pour s’assurer que les deux pendentifs étaient toujours là, plus généralement simplement pour réfléchir, masquer un trouble, ou quoique ce soit d’autre.

Le silence qui s’était installé n’allait pas se briser tout seul mais la blonde n’avait absolument aucune idée de par où commencer pour briser la glace qui semblait s’être formée autour de Brooklyn et entre eux deux. Pesant, repesant, mâchant ses mots, tournant plus de sept fois sa langue dans sa bouche, elle se jeta finalement à l’eau, incapable d’assumer le mutisme qui régnait dans la pièce, alors même que c’était un compagnon familier et rassurant en temps normal. Se laissant glisser au sol, Casey s’accoua sur le matelas d’en face, celui qui la séparait du jeune homme, ses doigts continuant de jouer machinalement avec le bijou. Je sais que tu as dis que tu ne voulais pas parler... Belle entrée en matière, ou comment souligner le fait qu’elle était entrain de faire exactement ce qu’il ne souhaitait pas. Si on pouvait encore douter de la capacité de la jeune femme à s’auto-couler, elle venait de se faire un joli croche-pied, sans l’aide de personne.

Complètement mal à l’aise dans une situation qu’elle ne maîtrisait pas et dont elle n’avait pas du tout l’habitude, la Serdaigle laissa la première idée qui lui traversa l’esprit occuper son attention quelques secondes, sortant de son sac le pot de bonbons qu’elle poussa sur le lit, à mi-chemin entre Brooklyn et elle-même. Sa propre diversion ne fonctionna pas plus d’un infime instant, et la voilà de nouveau face au silence et à l’incapacité de savoir quoi dire, de trouver les bons mots, d’avoir la moindre petite idée de quels ils pouvaient être. Mais on est pas obligés de parler lâcha-t-elle finalement. Et bravo Casey. Comme réflexion, elle avait rarement fait aussi stupide. Même si elle repensait à leur enfance à tous les deux, où ils n’avaient pas besoin de se confier leurs problèmes pour savoir de quoi il retournait et pour apprécier la présence réconfortante de l’autre, pas sûre que Brooklyn saisisse vraiment ce qu’elle voulait dire. Il y avait eu tellement de quiproquos entre les deux jeunes sorciers qu’elle avait toujours l’impression qu’il pouvait interpréter de travers ses paroles. Et, encore une fois, alors qu’avec n’importe qui d’autre elle se serait contentée de ça, la Serdaigle poursuivit. Je veux dire que je n’insisterai pas pour savoir ce qui ne va pas si tu n’as pas envie de m’en parler, à moi, mais... Ne me repousse pas ? Ne m’ignore pas ? Ne recommence pas alors que tout allait si bien ? Ne réduit pas tous nos efforts à néant ? Je n’ai pas envie qu’on s’éloigne à nouveau. Ce n’était plus un aveu, c’était carrément une confession, spontanée, car il était certain que si Casey y avait trop réfléchi elle n’aurait pas dit les choses comme ça, n’aurait rien dit du tout. Tout, plutôt que de se dévoiler ainsi alors qu’elle avait mis temps de temps à feindre l’indifférence et à faire comme si ses relations avec les autres ne l’affectaient pas. Mais elle ne pouvait plus faire semblant, pas quand il était aussi évident que l’amitié de Brooklyn comptait pour elle et que de le savoir dans un état pareil la mettait, elle, dans tous ses états.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Dim 21 Oct - 11:34

Brooklyn & Casey

How did all my dreams turn to nightmares ?


Si j'étais venu ici, c'était pour la fuir elle et tout ceux qui voudraient absolument me parler. Il n'y en a pas beaucoup, certes, mais suffisamment pour que j'ai besoin de trouver un refuge. Malheureusement, là où d'ordinaire je parviens à mes fins, cette fois-ci fut un échec cuisant. Dois-je m'enfuir en courant et tenter de trouver un autre endroit, un peu plus sûr cette fois ? Non. Je pourrais, évidemment, mais à quoi ça servirait ? J'imagine que si elle est là c'est qu'il est peut-être temps qu'elle sache. A moins que ça soit le temps d'une nouvelle dispute. Pourtant dieu sait que je n'en ai pas envie, je n'en ai pas la force. Je suis épuisé, littéralement parlant. Je mange peu, je dors peu, je suis totalement déphasé de la réalité, alors pour être honnête, j'ai plus vraiment envie de fuir. J'imagine donc que ce qui va ressortir de cette discussion ce soir va être décisif. Soit elle va accepter, soit elle va être en colère, soit ... je ne sais pas en fait, mais j'imagine que ça marquera un tournant dans notre relation, d'une façon ou d'une autre. Je ne voulais pas en arriver à ça. Mais j'imagine que les choses sont allées trop loin pour que je puisse faire marche arrière. J'ignore si c'est la bonne décision que j'ai prise, mais il fallait en prendre une et je vais devoir l'assumer jusqu'au bout, au risque de perdre des gens au passage. Ils ne comprendront certainement jamais pourquoi j'ai fait ça et j'imagine que ce n'est pas grave. Le plus important c'est que mes proches soient en sécurité, avec ou sans moi dans leur vie. Je n'ai pas encore reçu de nouvelle lettre, mais j'imagine que ce n'est qu'une question de temps. Ce que je leur ai rapporté n'a rien d'extrêmement intéressant. Je n'ai pas fait beaucoup d'efforts non plus pour que ça le soit, il est vrai, mais je ne vois pas pourquoi je me donnerai plus de mal. J'ignore qui me menace et si cette personne est sérieuse, j'imagine que j'obéis sans vraiment trop me casse la tête. Mais qu'est-ce qui adviendra si j'échoue le mois prochain ? Est-ce qu'elles vont vraiment être en danger ?

Je n'ai pas la réponse à cette question et je dois avouer que ça m'effraye un peu. Je ne veux pas les mettre en danger mais je ne pourrais pas indéfiniment jouer le jeu. Cela me coûte beaucoup d'utiliser mon pouvoir, je ne tiendrai pas toute l'année comme ça. Et puis ça rime à quoi tout ça ? Qu'est-ce que ça peut faire l'avenir de ce prof ? En quoi est-ce si important pour eux ? Et que comptent-ils faire avec ? Je suis totalement dépassé par les événements et je déteste ça. Mais plus encore, je déteste me retrouver dans la même pièce que Casey, en sachant pertinemment que je la mets en danger, rien que par ma présence à ses côtés. Mais j'imagine que je n'ai pas trop le choix et avec Halloween, on sera peut-être tranquille ce soir. Elle me demande ce qu'elle a fait de mal et après quelques instants, je lui avoue qu'elle n'a rien fait. Ca à l'air de la soulager. J'imagine qu'elle s'est posée de nombreuses questions depuis 1 mois et qu'elle ne comprend pas pourquoi j'agis comme ça. Gretel non plus ne comprend pas et à raison, puisque je ne leur ai rien dit. J'ai été beaucoup plus froid et dégueulasse avec Gret' que je ne l'ai été avec Casey, mais cette dernière a beaucoup moins insisté que ma meilleure pote et pas de la même façon. J'imagine que j'ai plus de facilité à envoyer chier ma meilleure pote que Casey. Non pas que je tiens moins à elle, mais c'est différent j'imagine. J'ai plus de mal à faire volontairement du mal à Casey, peut-être parce que je l'ai déjà fait par le passé et que je n'ai plus envie de le faire ou parce qu'elle n'était pas dans les cibles potentielles inscrites sur la lettre, je ne sais pas. J'imagine qu'il existe mille et une raisons mais que je n'ai peut-être pas forcément envie de toutes les connaître. En tout cas je ne rajoute rien, laissant Casey galérer de son côté. Elle ne s'en va pas, au contraire, elle s'installe au sol, laissant le lit nous séparer et elle met des bonbons entre nous. Pourquoi ? Je l'ignore, je ne compte pas passer la soirée en sa compagnie comme si rien ne s'était passé.

Je ne sais pas trop ce qu'elle a en tête et j'ai l'impression que ce n'est pas très clair non plus de son côté. Je la laisse galérer, si elle est ici c'est qu'elle avait une bonne raison, je ne compte pas lui facilité la tâche. Est-ce dégueulasse de ma part ? Très certainement, mais j'ai pris une décision il y a un mois et je l'assume jusqu'au bout. Alors le silence nous environne à nouveau et je détourne mon regard de sur elle. J'attends. J'attends de savoir ce qu'elle va me dire, ce qu'elle attend de moi. Elle finit par rompre le silence en me disant qu'elle savait que je lui avais dit que je ne voulais pas parler, sans rien rajouter de plus. D'accord. C'est bien qu'elle se souvienne de ce que j'ai pu lui dire par lettre. Et ? Elle rajoute qu'on n'est pas obligé de parler. Je ne comprends pas trop où elle veut en venir, mais j'obéis sans trop de mal et garde le silence. Où est-ce que ça va nous mener cette histoire au juste ? Que cherche-t-elle ? Tout cela à l'air bien difficile pour elle et je sais que je ne lui rends pas la tâche facile. Mais c'est aussi un peu le but, les décourager. Ce qu'elle me dit me touche malgré moi et je baisse les yeux au sol. Elle ne veut pas qu'on s'éloigne à nouveau et en vrai je n'en ai pas non plus envie mais ... "T'es en sécurité loin de moi ..." Lui dis-je simplement. Je ne sais pas si j'aurai dû lui dire ou non, mais c'est la vérité. Je n'ai pas envie qu'elle pense que je m'en fous d'elle, que si on est séparé, ça ne me pose aucun soucis. Parce que c'est faux et que ça me dévore de l'intérieur de lui faire du mal à nouveau. Alors c'est sorti tout seul, mais c'est la vérité. Je ne sais pas où va nous mener cette discussion, mais j'ai peur de l'entraîner dans mes ennuis et je n'aime pas trop ça.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Lun 22 Oct - 16:26

how did all my dreams turn to nightmares ?
brook & casey


Casey se sent comme un soldat avançant en terrain miné : chaque pas - où, en l’occurrence, chaque tentative de sa part pour prendre la parole - lui demande une infinie lenteur et beaucoup de courage, le souffle coupé après chaque tentative, dans l’attente de savoir si tout va lui exploser en pleine figure ou si elle peut faire un pas de plus. Et recommencer. Brooklyn ne réagit pas à ses tentatives pour débuter la conversation, mais la blonde pourrait presque s’en réjouir. C’est toujours un net progrès par rapport aux fois où il l’envoyait froidement chier. Au moins, cette fois-ci n’a-t-elle pas l’impression de se heurter à un mur infranchissable. Il lui laisse l’occasion d’essayer, et ça signifie déjà beaucoup. N’importe qui se serait peut-être vexé de ce silence de la part du Serpentard, mais pas Casey, pas cette fois. Elle n’était vraiment pas douée pour comprendre ses pairs et déduire quoique ce soit de leur comportement, mais elle préférait croire que l’attitude de son ami, son mutisme, son regard qui évitait le sien, son refuge au Balcon du Monde, tout ça indiquait, certes, que quelque chose n’allait pas et qu’il préférait la fuir que lui expliquer ce dont il retournait, mais la porte n’était pas complètement close, pour une fois. Alors à chaque petit pas de sa part, et voyant qu’il ne la rejetait pas en bloc, Casey se sentait la force de continuer à tâtonner à l’aveuglette.

Mais rien n’était ne semblait là pour lui filer un coup de main : sa voix s’éteignait, les mots se bloquaient dans sa gorge, elle pataugeait complètement. Aussi se demanda-t-elle, pendant une seconde ou deux, si Brooklyn venait vraiment de répondre au fait qu’elle ne voulait pas qu’ils s’éloignent. Surtout que ses mots n’avaient aucun sens aux yeux de Casey. Ouvrant légèrement la bouche, elle la referma presque aussitôt, ses sourcils se fronçant en même temps. Il avait le regard baissé vers le sol, empêchant la Serdaigle d’obtenir le moindre indice sur son état d’esprit. Juste quelques mots, et de nouveau un mutisme duquel elle s’employait, tant bien que mal, à le tirer. Pourquoi lui disait-il qu’elle était en sécurité loin de lui ? Depuis quand le Serpentard représentait-il un quelconque danger pour Casey ? Ça n’avait jamais été le cas, bien au contraire, ça avait même été plutôt l’inverse. Sans parler d’une quelconque protection, ils avaient été confronté à des événements qui dépasseraient n’importe quel adolescent, mais il avait été un soutien comme personne dans toutes les étapes les plus sombres de la vie de la blonde. Si on exceptait la période chaotique de l’année passée, au cours de laquelle leurs rapports passaient du blanc au noir en quelques mots. Mais même, le mot danger aurait été trop fort pour être utilisé. Et maintenant que tout semblait s’être arrangé, il y avait encore moins de raisons de le faire.

Ou peut-être parce que les choses avaient changé, justement, préférait-il l’avoir loin de lui. Avait-ce un quelconque rapport avec la nouvelle famille de Casey ? Son changement de statut inhérent à la situation ? Est-ce que son père aurait osé envoyer une lettre à Brooklyn pour lui dire de rester éloigné de sa fille ? À cette simple idée, la blonde sentit une colère qui ne faisait que sommeiller depuis que son géniteur lui avait envoyé des nouvelles qui lui avaient plus que déplu. Mais dans ce cas-là ça serait lui qui serait en sécurité loin d’elle, et pas l’inverse… Non, la jeune femme n’y comprenait rien du tout et n’avait pas le moindre début de piste. Mon père était un homme violent, mon vrai géniteur est un mangemort et son fils a tout ce qu'il faut pour suivre ses traces commença-t-elle, d’une voix sans émotion, faisant le listing des hommes qui avaient marqué sa vie, et toujours en mal. Je ne comprends pas pourquoi c’est toi qui serais un danger pour moi...
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Lun 22 Oct - 23:54

Brooklyn & Casey

How did all my dreams turn to nightmares ?


D'abord Savannah, maintenant elle, à croire qu'elles ont toutes décidé de me coincer dans un coin pour me forcer à me tirer les vers du nez. Bon, il faut admettre que Casey y va plus en douceur que ma soeur et que pour le moment, elle ne joue pas sur la corde sensible pour tenter de m'atteindre. Après je n'en veux pas forcément à Sav pour ça, mais ce n'est jamais agréable, on ne va pas se mentir. Mais avec Casey, ça a toujours été différent et ce, depuis toujours. Quand on était gamin, il suffisait qu'on se regarde pour savoir ce qu'il se passait, simplement parce qu'on vivait la même chose, alors les regards ne trompent pas. Ensuite on s'est perdu de vu et quand on s'est retrouvé, on ne s'y attendait pas. La surprise c'est mêlée à beaucoup de sentiments. De la colère et de l'incompréhension pour Casey et de la honte et du remord pour moi. C'était vraiment difficile de la revoir tous les jours sans pouvoir lui expliquer que j'étais désolé, que je n'ai jamais cherché à la retrouver, que je l'ai abandonné et que je ne me le pardonnerai jamais. En tout cas pendant longtemps, je ne pensais jamais pouvoir le lui dire et finalement, un jour, on a fini par crever l'abcès. Ca n'a pas été facile et notre amitié n'est revenue qu'au terme d'un long processus, mais on peut dire qu'on en a traversé des épreuves tous les deux. Et voilà que notre amitié va être de nouveau mise à l'épreuve et j'ignore comment tout cela va se finir. Mal j'imagine. Je ne suis pas né pour être heureux, alors je vois difficilement comment ça peut finir bien. Elle se bat pour le moment, mais comme n'importe qui, elle va se lasser de se battre à contre courant. Et quand elle se rendra compte qu'il n'y a pas forcément d'amélioration, elle se dira que je n'en vaux pas la peine et que ça ne sert à rien de s'acharner inutilement. Elle finira par me tourner le dos pour continuer sa vie et elle aurait certainement bien raison, même si ça me brisera le coeur. Mais j'imagine que tout ça, ça ne compte pas vraiment, tant qu'elle est heureuse.

Son silence en dit long sur son incompréhension. Evidemment qu'elle ne comprend pas ce que je suis en train de lui dire. En quoi serait-elle en sécurité loin de moi ? J'imagine que mille idées sont en train de tourner à vive allure dans sa tête. Mais aucune ne se rapprochera de la vérité. En vrai, j'ignore à quoi elle peut penser. Est-ce qu'elle se dit que finalement ma réputation n'est peut-être pas totalement fausse et que je suis un fou dangereux qui attaque les filles sans défense pour ... leur faire du mal ? Enfin en tout cas j'imagine mais au final je n'en sais rien. Peut-elle vraiment penser ça de moi ? Au fond, j'espère que non, ça serait vexant. Surtout qu'elle est censée être la personne qui me connaît le mieux, ça me blesserait qu'elle puisse s'abaisser à ce genre de pensées. Elle finit par briser le silence et quand elle parle, je dois bien avouer qu'au début je ne comprends pas où elle veut en venir. Pourquoi me parle-t-elle de ses pères et de son frère ? En quoi ça à un rapport avec moi ? Ca me donne l'impression de voir Savannah qui tourne tout autour d'elle, comme si ma vie ne pouvait dépendre que d'elle. Bon, ce n'est peut-être pas totalement faux, mais ça en reste un peu vexant. Mais finalement non, si elle parlait d'eux, c'était juste pour dire qu'elle connaissait des gens néfastes et qu'elle ne voyait pas le rapport avec moi. "Parce qu'involontairement, tu pourrais être blessée par ma faute." Encore une fois, je devrai me taire. Me terrer dans le mutisme comme je sais si bien le faire, sauf que c'est Casey et qu'il m'est bien difficile d'être totalement insensible à sa propre détresse. C'est comme si toutes les fibres de mon corps me hurlaient de la protéger, de tout, même de moi. Je ne comprends pas pourquoi j'agis si bêtement, mais c'est plus fort que moi. J'ai l'impression d'avoir de nouveau 7 ans et de la voir triste sans pouvoir vraiment l'aider et ça me bouffe. Parce qu'au fond, j'ai la solution de tous ses malheurs. Si elle obtenait ses réponses, elle comprendrait et peut-être que ça serait finalement elle qui resterait loin de moi. Mais j'imagine que ça serait pire. Si c'est elle qui prenait la décision de me fuir, ça signifierait que je n'aurai plus un quelconque pouvoir sur tout ça, la situation m'échapperait et je ne pourrais plus rien faire pour la garder près de moi. Je sais que c'est contradictoire, vu que je fais tout pour la faire fuir, mais tout comme Savannah, si je fais ça, c'est pour les préserver. Je ne suis qu'un dommage collatéral !



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Mar 23 Oct - 14:08

how did all my dreams turn to nightmares ?
brook & casey


S’y prenait-elle de la bonne façon ou fasait-elle complètement fausse route ? Interprétait-elle comme il faut les rares signes que Brooklyn laissait passer à travers son air impénétrable ou ne faisait-elle qu’empirer les choses ? Pas le moindre début de réponse à ces questions. Casey pataugeait dans un brouillard trop épais pour elle mais s’accrochait au mince espoir que le Serpentard consentait à lui répondre, même de manière très laconique, cela restait déjà beaucoup pour quelqu’un d’aussi peu bavard que lui. Elle se raccrochait à ce fait, se répétant qu’en d’autres temps il n’avait pas hésité à se montrer froid, cynique, blessant pour la voir tourner les talons. Il n’en faisait rien aujourd’hui, alors la blonde voulait croire que c’était, au fond, parce qu’il ne voulait pas qu’elle parte. Autant un rien pouvait faire renaître le doute chez la jeune femme, remonter les vieilles craintes qui lui faisaient se poser mille questions, autant la moindre lueur lui redonnait espoir et la poussait à se battre pour obtenir ce qu’elle voulait. Du moins, quand il s’agissait de Brooklyn, l’espoir n’était jamais loin, malgré toutes les fois où il avait été méchamment piétiné. Il y avait quelque chose de plus dans cette amitié vieille de toujours que la blonde n’était pas prête à perdre, quand bien même il serait peut-être plus facile de cesser les efforts quand on voyait tout ce par quoi ils étaient passés, tous les deux, pour en arriver enfin à renouer. Justement parce qu’ils avaient traversé tout ça, Casey n’était définitivement plus prête à accepter un retour en arrière. Pas sans se battre jusqu’au bout, cette fois-ci. Elle était lassée de baisser les bras et d’abandonner à la moindre difficulté qui se dressait entre eux. Peut-être bien que la chute n’en serait que plus douloureuse, si chute il finissait par y avoir, mais elle refusait de replonger dans l’état dans lequel elle était l’année dernière. Il y avait une part de masochisme dans cette histoire, mais elle ignorait de quel côté de la balance exactement. Casey avait besoin de Brooklyn, elle commençait lentement à accepter cette vérité.

Et au delà de sa propre personne, elle était incapable de seulement formuler l’idée de laisser Brooklyn tout seul dans cette posture qui en disait long sur son état, même si Casey ne savait toujours pas ce qui provoquait son retranchement. Elle qui passait son temps à fuir les autres, la foule, les contacts humains et tout ce qui y était lié ressentait pour la première fois cet élan qui poussait à vouloir se rapprocher de quelqu’un pour le réconforter. La blonde se retint, parce que sa phobie des contacts physiques et le fait qu’elle soit partagée par Brooklyn aurait conduit à l’échec cuisant de cette tentative de réconfort, mais le fait que l’idée ai rapidement traversé son esprit la perturbait malgré tout. Et en disait long sur l’étrangeté et la nouveauté de cette situation, sur le désarroi palpable. C’est comme s’ils étaient de nouveau projetés des années en arrière, redevenus des enfants, sauf que contrairement à cette époque Casey n’avait aucune idée de ce qui causait le mal-être de son ami et ne se sentait plus liée à lui du tout. Presque étrangère, en fait. C’était très désagréable de ressentir ça. Et ça concrétisait une peur qui était née au moment où elle avait appris que toute son enfance avait été basée sur un sacré mensonge. Etait-ce ça, le problème ? Avait-ce réellement creusé un fossé comme elle le craignait, impossible à combler, et qui finirait par les éloigner définitivement ? Non, il lui avait dit qu’elle n’avait rien fait, alors ça devait être autre chose. Mais quoi ? Et à quel point était-ce grave, insoluble pour que Brooklyn se retrouve ainsi prostré ?

Les rares mots qu’il consentait à articuler ne l’aidaient nullement, épaississant même le brouillard qui enveloppait toute la situation. En quoi pourrait-elle être blessée à cause de lui ? Encore plus s’il n’avait pas l’intention de lui faire du mal ? Pourtant habituée à faire travailler son intelligence et à trouver des réponses aux problèmes qu’elle rencontrait lors de ses études, elle n’avait pas le moindre début d’idée sur ce qu’il sous-entendait par là. Ou alors tout ça n’était qu’un prétexte pour la sortir de sa vie ? Oui, les vieilles craintes n’étaient jamais bien loin. Mais, fait rare, Casey les étouffa dans l’oeuf, convaincue qu’il y avait autre chose. Espérant, surtout, qu’il y avait autre chose tout en formulant silencieusement le voeux que ce ne soit rien de trop grave. Tirant légèrement ses manches pour les ramener jusqu’au bout de ses poignets, son regard se perdit quelques secondes dans les marques que seuls ses yeux pouvaient deviner derrière le tissu. Elle se blessait très bien toute seule. Et Brooklyn agissait plutôt de manière inverse. Il n’était pas responsable, loin de là, des problèmes que Casey entretenait avec elle-même, mais l’état de leur relaiton cristallisait très souvent son état plus général. Alors retrouver leur amitié, sans qu’elle ne se penche trop sur le pourquoi du comment en profondeur, la faisait se sentir bien mieux que depuis très longtemps. Ce n’était pas lui qui risquait de la blesser, mais son absence ou son silence ou tout ce qu’il pouvait faire pour qu’ils s’éloignent tous les deux. Et peut-être qu’il aurait fallu qu’elle lui dise tout ça, mais c’était à peine si la Serdaigle en avait déjà conscience, alors le formuler à voix haute, elle qui avait passé des années à étouffer tout ce qui pouvait la lier à d’autres personnes car elle considérait cela comme une faiblesse ? Avouer qu’elle ne voulait pas qu’ils s’éloignent était déjà un premier pas, il fallait qu’elle se fasse violence pour continuer d’avancer et ne pas faire machine arrière immédiatemment vers un état plus sécuritaire parce que plus habituel, et parce qu’il nécessitait qu’elle se dévoile beaucoup moins. Je suppose que ça pourrait arriver, oui... Après tout, elle s’était déjà pris un cognard de sa part, sans parler des blessures plus émotionnelles que leur relation chaotique avait déjà causées. Mais ce n’est qu’une hypothèse alors pourquoi s’en préoccuper ? Casey sentait bien qu’il lui manquait une pièce importante pour reconstituer le puzzle, mais les paroles énigmatiques de Brooklyn n’étaient pas vraiment d’une grande aide, surtout pas pour elle qui peinait toujours à comprendre les sous-entendus.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Jeu 1 Nov - 15:27

Brooklyn & Casey

How did all my dreams turn to nightmares ?


C'est là où elle a tort, aujourd'hui ce n'est plus une simple hypothèse, c'est ma réalité. Involontairement, je pourrais la blesser. Ce ne serait pas moi à proprement parler le responsable et je serai certainement loin et inconscient de ce qu'il se passe, mais ça sera mon inconscience qui en sera la cause. Et je ne peux pas vivre avec ça, je ne peux pas ignorer la menace, faire comme si tout allait bien, comme si elle n'était pas en danger. Oui, son nom n'est pas cité dans la lettre, mais est-ce suffisant pour ne pas la mettre à l'écart ? Pour jouer les imprudents ? Je ne crois pas non. Mais comment le lui faire comprendre ? Si je lui dis, je risque de la mettre encore plus en danger. Elle ne voudra pas se laisser faire et plus encore, elle ne voudra pas me laisser tomber. Je doute qu'elle décide de jouer les raisonnables et de me laisser tranquille. Je connais un peu trop bien Casey pour savoir que ce n'est pas son genre. Je pourrais essayer de la convaincre de ne rien faire de stupide, de rester tranquille de son côté. Si je lui promets de répondre à ses lettres, sans que personne ne le soupçonne, peut-être que ça pourrait fonctionner. Si tout le monde pense qu'on ne veut plus se parler, peut-être que ça pourrait marcher. Elle, lasse de se battre en vain, laisse tomber et m'oublie. Peut-être que je rayerais une victime potentielle même si je sais que je pourrais fuir ma famille aussi longtemps que je voudrai, elles resteront dans la ligne de mir, parce qu'il est évident qu'on ne peut pas détruire les liens du sang. Bon certes, dans notre cas il n'y a aucun lien de sang, mais vous comprenez l'idée. Tout ça est si compliqué...

"Parce que c..." Commençais-je par dire avant de m'arrêter net. Qu'est-ce que je peux lui dire ? Et si je le lui dis, comment je lui en parle ? C'est tellement plus simple de juste fuir les gens. Pas de long discours, pas de justification, pas de reproche ou de remord, rien que ma décision et rien d'autre. La solitude n'est pas si chèrement payé au final, parce que c'est une amie de longue date. J'ai l'habitude d'être seul, ça ne me changera pas tant que ça. Après je ne dis pas, c'est agréable d'avoir quelques personnes dans sa vie, sur qui, en théorie, on peut compter. Mais c'est peut-être juste pas fait pour moi au final. A trop vouloir croire que je suis comme tout le monde, j'en ai oublié que ce n'était pas vrai. Je suis maudit, comme l'ont toujours dit mes parents et c'est le prix à payer quand on est maudit. Je ne sais pas, je ne sais plus. J'ai pas envie qu'elle parte, mais je crois que je ne veux pas qu'elle reste. J'ai pas envie de m'expliquer mais c'est la seule solution si je veux qu'elle ne m'en veuille pas. Et je ne veux surtout pas qu'elle m'en veuille alors que je fais tout pour la blesser de nouveau. On a fait tellement de chemin tous les deux que j'avais espoir que les choses s'étaient enfin arrangées, qu'on allait pouvoir profiter de la présence de l'autre, sans avoir peur des disputes ou des reproches. Et voilà que ça nous tombe dessus et tout est gâché à nouveau. Je pourrais me contenter de lui demander de s'en aller ou de fuir, mais je n'en ai pas la force. Je suis fatigué de devoir lutter contre ce que je veux. La vie est vraiment injuste ! Pourquoi s'acharne-t-elle sur moi ? Qu'ai-je fait pour mériter ça ? "Ce n'est pas juste une hypothèse Casey. Involontairement, je pourrais vraiment te blesser !" J'essaye de lui faire comprendre que ce n'est pas qu'une simple hypothèse, qu'on ne plaisante pas, mais pour qu'elle le comprenne vraiment, il faut que je lui explique et j'ai peur de sa réaction si je le fais. "Ils pourraient te blesser ..." Je sais que j'en ai trop dit et pas assez en même temps. Trop pour m'arrêter là, elle doit avoir trop de questions à poser et pas assez parce que si elle a des questions à poser c'est parce qu'il n'y a pas assez d'informations. Et en cet instant, je n'arrive pas à savoir si je regrette d'avoir parlé ou pas, je suis partagé !



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Jeu 1 Nov - 18:31

how did all my dreams turn to nightmares ?
brook & casey


Parce que c... L’espoir d’une clarification fusa avant de mourir tout aussi rapidement alors que Brooklyn s’arrêtait après deux petits mots. Conservant le silence, Casey attendait que le jeune homme poursuive. Parce qu’il ne pouvait pas s’arrêter ainsi, sur un parce que inachevé, quand même ? Alors que les secondes s’égrenaient, et que le Serpentard semblait livrer un combat intérieur contre lui-même, la blonde baissa les yeux sur le bol de bonbons qu’elle avait placé à mi-chemin entre eux deux, comme une offrande de paix, un gage de réconciliation. Il semblait bien dérisoire désormais, et même si elle ne comprenait pas encore ce qui avait poussé son ami à l’éviter ces derniers temps - et pas qu’elle, mais aussi sa soeur et l’autre fille de Serpentard apparemment - elle sentait qu’ils ne seraient pas le réconfort escompté. Ce n'est pas juste une hypothèse Casey. Involontairement, je pourrais vraiment te blesser ! Relevant les yeux, l’interpellée cherche une nouvelle fois à croiser celui de Brooklyn, résolument tourné vers le sol. Ses sourcils quelque peu froncés, elle cherche à comprendre ce qui a changé. Pourquoi pensait-il la blesser, aujourd’hui plus que par le passé ? Est-ce que tout cela avait à voir avec son don de voyance ? Mais, aux dernières nouvelles, aussi intrusif que soient les visions, elles ne risquaient pas de blesser la jeune femme. Et pour que son don s’active, encore faudrait-il qu’il la touche, ce qui, avec leur aversion réciproque des contacts humains, ne risquait pas d’arriver de si tôt. Et puis, qu’est-ce que cela voulait dire, qu’il pourrait involontairement la blesser ? Le risque était présent également dans le sens inverse, tout le monde était un danger potentiel pour tout le monde. D’accord, mais moi aussi je pourrais te blesser, n’importe qui pourrait me blesser, encore plus de manière involontaire. Est-ce que ça vaut le coup de s’éloigner… ? Non, décidemment, elle ne comprenait pas ce qu’il y avait de différent par rapport à avant qui le pousser à s’éloigner. Et ça la frustrait énormément, de ne pas comprendre, même si la frustration était teintée d’un plaisir, tout relatif, à mesure qu’elle commençait à intégrer que son attitude n’avait rien à voir contre elle spécifiquement, au contraire. C’était même apparemment pour elle qu’il avait instauré cette distance et choisi l’ignorance.

Ils pourraient te blesser ... Casey se redressa légèrement, signe d’une intense concentration chez elle, d’un intérêt parfaitement éveillé. Une nouvelle inconnue venait s’ajouter à l’équation, un Il qui ne se reférait à personne en particulier, en tout cas, pas pour la jeune femme, mais qui représentait la raison de l’attitude du Serpentard. À qui faisait-il allusion ? Était-ce son père ? Il n’avait aucun moyen de les atteindre à Poudlard mais, qui sait, peut-être attendait-il le retour de son fils biologique à Oxford ? Casey ne voyait pas ce que cela aurait à voir avec elle, le cas échéant, ce devait donc être autre chose. Quelqu’un qui s’en prenait à Brooklyn et qui menaçait de s’en prendre à elle aussi ? La blonde sentait que l’idée commençait à prendre forme petit à petit, mais il restait de nombreuses zones d’ombre malgré tout, et un élément ne devait pas être négligé : personne, ou presque, ne savait qu’ils étaient proches, tous les deux. Qui ça, Il ? demanda-t-elle finalement après de longues secondes passées à réfléchir, essayant de démêler les fils, tentant de comprendre quelque chose pour avoir moins l’impression de nager dans un épais brouillard. Est-ce que tu as des ennuis ? Cela faisait longtemps que Casey n’avait pas usé de ses poings pour éloigner des fauteurs de trouble, mais s’il s’avérait nécessaire de retourner à ces vieux réflexes qui avaient construits son adolescence à Oxford, elle n’hésiterait pas, encore moins si c’était pour Brooklyn. C’est à cause de ton père ? Des événements à Londres ? Cela a à voir avec ces badges rouges ? tenta-t-elle, balayant large, espérant susciter une réaction chez le jeune homme. Elle ne pensait pas que ce soit son géniteur la cause de son état, pas plus que les événements de Londres, en réalité, mais qui sait. Oui, qui sait ? Peut-être qu’entre ces histoires d’attaque, les rumeurs qui gonflaient dans Poudlard, ces vieilles rengaines de sang qui ne s’étaient pas éteintes après Blackman, tout ça et leur différence de sang, maintenant que Casey avait appris l’identité de son père biologique, peut-être bien qu’il y avait un lien avec le comportement de Brooklyn. Peut-être qu’il se voyait comme un danger puisque lui était toujours un né-moldu aux yeux de ces puristes arriérés, alors qu’elle semblait protégée par un sang dont elle n’avait jamais voulu. Ce pouvait être totalement autre chose, mais ses vieilles angoisses qui lui faisaient craindre que cet aspect là changé de sa vie l’éloigne un jour du Serpentard revenaient au centre de son attention, lui laissait uniquement cette possibilité en tête.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Mar 6 Nov - 16:03

Brooklyn & Casey

How did all my dreams turn to nightmares ?


Elle ne comprend pas. Evidemment qu'elle ne comprend pas, au vu du peu de détails que je lui offre. Mais ça me frustre qu'elle s'acharne autant à ne pas comprendre, à ne faire aucun effort. Alors je soupire, c'est plus fort que moi. Ca fait des plombes qu'elle me rabat la même rengaine. Si je lui dis que je suis un danger pour elle, bordel, qu'elle me croit au lieu de s'acharner à croire que je mens ou exagère. Evidemment que n'importe qui pourrait la blesser involontairement, ça ne m'est pas exclusivement dédié. Mais ce n'est pas de ça qu'on parle là. On ne parle pas d'accidents potentiels qui pourraient survenir et qui serait totalement le fruit du hasard et de la malchance. On parle d'actes ignobles, perpétrés par des êtres infâmes qui lui veulent vraiment du mal. Voilà ce dont on parle. De gens qui vont faire semblant d'avoir été maladroit pour expliquer leurs gestes, alors que tout était calculé et voulu. Et je ne peux pas l'accepter, c'est plus fort que moi. "Tu ne comprends pas ... tu ne veux pas comprendre !" Voilà un reproche non voilé, certainement pas mérité mais ça m'agace tellement cette situation que c'est plus fort que moi. Elle est ici parce qu'elle le veut, elle me force à parler alors que je n'en ai pas envie et en plus elle ne fait même pas l'effort de m'écouter et de me comprendre. Ca commence à me gonfler. Après je sais, au fond de moi que je suis injuste, que c'est parce qu'elle ne sait pas, qu'elle navigue dans le brouillard qu'elle insiste autant, mais c'est chiant. Si c'est mon amie, elle devrait pouvoir me faire confiance, même si elle trouve que les conséquences sont injustes. C'est pour elle que je fais ça, ça ne m'amuse absolument pas.

Mais je finis par balancer une autre information, qui me coûte encore plus que la dernière. Ils. Cet inconnu qui me pourris la vie. J'imagine qu'ils sont plusieurs, pour être honnête, mais en vrai je n'en ai aucune idée. Je me dis que ça à un rapport avec cette histoire de badge rouge mais sans assurance aucune. Je hausse les épaules face à sa première question. Si je le savais, ça serait plus facile, je pourrais le ou les dénoncer et je serais débarrasser de mon problème. C'est bien parce que je ne sais pas qu'on est dans cette merde jusqu'au cou. Si elle croit que les gens signent leur lettre, elle se goure, les plus lâches ne le font jamais. Je soupire à nouveau. Est-ce que j'ai des ennuis ? Elle est vraiment sérieuse avec cette question ? Evidemment que j'en ai, je ne m'amuse pas à m'isoler pour le plaisir de faire râler mes proches et voir combien de temps ils mettent à m'oublier. Mon père ? Qu'est-ce qu'il a avoir dans cette histoire ? Tout est toujours de la faute de son père, d'une certaine façon c'est vrai, mais pour une fois, il n'y est pour rien, non. "Londres ?!" J'ai tellement oublié cette histoire de Ministère. En vrai je m'en moque, parce que j'ai d'autres chats à fouetter. On a tous des emmerdes, chacun sa merde. Alors non, ce n'est pas Londres, même si j'imagine que c'est lié d'une façon ou d'une autre. Un groupuscule ne sort pas de nulle part, juste après cet événement. Il y a forcément un rapport. Enfin j'imagine, en vrai je n'en sais rien mais j'imagine que si, sinon c'est encore plus effrayant. Parce que si on en fait tomber un, l'autre tombera avec s'ils sont liés. Mais s'ils n'ont rien à voir l'un avec l'autre, alors si on coupe une tête, la seconde sera toujours là. "Ils n'ont pas signer leur lettre mais j'imagine que ça a un rapport avec eux ..." En vrai je n'ai aucune preuve. Je sais juste qu'une bande de malade veut ma peau, après à savoir qui et pourquoi, c'est encore une autre histoire.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Mer 7 Nov - 21:30

how did all my dreams turn to nightmares ?
brook & casey


Insidieusement, la conversation que Casey avait entretenue avec Savannah plusieurs jours auparavant, dans les toilettes des filles, lui revient en mémoire. Et elle ne peut s’empêcher de se rappeler ce que la soeur de Brooklyn disait à propos de son caractère buté, pire encore que celui de la jeune femme. Quand il avait décidé de ne rien lâcher, on pouvait mettre toute la bonne volonté du monde, le mur ne cédait pas. Au contraire, même, un rien suffisait à le renforcer, comme la blonde en a justement l’impression, à l’entendre soupirer. La peine voila un peu le regard de Casey qui se demande ce qu’elle fait de mal, là tout de suite. Tu ne comprends pas ... tu ne veux pas comprendre ! Encore une fois, il parle à demi-mot, n’aidant pas du tout la Serdaigle qui n’a jamais été douée pour interpréter les sous-entendus, pour percer les double-sens des mots. Ça la frustre de ne pas comprendre, ça l’agace de constater que Brooklyn tourne autour du pot, et ça l’attriste de se dire que quelque chose le pousse à agir ainsi, quelque chose qui lui fait craindre de la blesser, et de blesser les autres personnes qu’il fuie, quelque chose qu’il n’a vraisemblablement pas envie de partager. Mais pourquoi ? Par peur ou réellement parce qu’il préfère garder tout ça pour lui ? Au vu des derniers temps, Casey aurait tendance à pencher pour la première solution, mais ça ne l’avance pas plus. Il a peur, peur de la blesser, de lui faire du mal involontairement, et elle ne sait même pas pourquoi, comment. Tu as raison, je ne comprends pas. Mais ce n’est pas de la mauvaise volonté de ma part, j’essaie. J’essaie vraiment, Brooklyn, sauf que tout ça n’a aucun sens pour moi et que la seule chose dont je suis sûre c’est que je n’ai pas envie que l’on s’éloigne pour un prétexte que je n’arrive même pas à comprendre lâche-t-elle, appuyant légèrement sur le prénom de son ami. C’est presque un discours pour la jeune femme, habituée à lâcher quelques mots, par-ci par-là, mais toute cette frustration ne demande qu’à sortir.

Puis une autre information, lâchée au compte gouttes. Et les questions que cela amène tirent un nouveau soupir à Brooklyn. Si elle avait commencé à entrevoir un léger espoir que le jeune homme cesse enfin de l’ignorer, Casey avait de nouveau l’impression qu’ils faisaient des pas en arrière à toute vitesse. Se retenant de soupirer de dépit à son tour, la blonde baissa les yeux sur ses doigts qui jouaient machinalement entre eux. Le Serpentard semblait avoir complètement oublié les histoires de Londres et du Ministère, ce qui voulait probablement dire que son comportement n’avait aucun lien avec tout ça. Ne restait définitivement que la piste de son père, qu’il balaya bien vite en mentionnant une lettre, signée de personne. Ils n'ont pas signé leur lettre mais j'imagine que ça a un rapport avec eux ... Relevant le regard, Casey chercha une nouvelle fois à croiser celui de son ami, mais peine perdue. Il était renfermé au possible, fuyant jusqu’à refuser de croiser les yeux de la jeune femme. Son père n’était donc pas impliqué dans son comportement. Mais c’était en fait bien pire. Une histoire de lettre anonyme, probablement proférant des menaces contre les proches du Serpentard puisque celui-ci lui avait dit qu’il avait peur qu’elle soit blessée involontairement par sa faute, avec les événements récents de Londres et ces étranges badges rouges, les rumeurs qui enflaient… Casey ne pouvait s’empêcher d’imaginer le pire, et le pire ne lui disait rien qui vaille. Que disait la lettre ? demanda-t-elle, l’inquiétude perçant derrière sa voix. Par pour elle, mais bien pour lui, se demandant comment l’auteur inconnu réussissait à faire pression sur son ami.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Ven 9 Nov - 18:27

Brooklyn & Casey

How did all my dreams turn to nightmares ?


Je sais qu'elle essaye et je sais qu'elle ne comprend pas parce que je ne veux pas qu'elle comprenne. Mais ça ne dépend pas réellement de moi. Je dois garder le silence, sauf que plus ça va et moins c'est évident. Et pour quoi au final ? Pour qu'une personne anonyme menace mes proches si je n'obéis pas à ses ordres. Sauf que j'ignore qui c'est, s'il est vraiment capable de leur faire du mal et à quoi rime toute cette histoire. Pourquoi il veut que j'ai des visions sur des gens spécifiques ? Ils ont quoi ces gens au final ? Ce mec, ce prof, qu'est-ce qu'il a de si important ? Si je vais le voir pour lui en parler, est-ce que j'en serais plus ? Qu'est-ce qu'ils cherchent au juste ? J'ai tellement de questions et aucune réponse, parce que je sais que si j'en pose, on ne me répondra pas. Ca ne me regarde pas, ce n'est pas mes affaires, je dois juste me contenter de faire ce qu'on me demande de faire, comme un brave petit devin que je suis et c'est tout. Sauf que j'en ai marre, ça ne rime à rien tout ça. En dehors de briser le peu de relations sociales que j'avais, ça n'a servi strictement à rien. Ma vision était ridicule et j'ai pas cherché à aller plus loin. Je n'en ai pas envie, je prends déjà un peu trop sur moi pour que je m'impose ça jusqu'à avoir une vision satisfaisante de cette histoire. Et puis comment je peux savoir que c'est une vision utile ou pas ? C'est vrai, c'est pas marqué dans la vision que c'est une vision importante. Evidemment ce que j'ai vu était ridicule, mais comment je saurai que c'est ce qu'ils veulent savoir ? C'est stupide, autant qu'ils me mettent sur la piste au lieu de me lâcher sans filet, à attendre que je trouve ce qu'ils cherchent. Ca me fatigue. Et qu'est-ce que vous voulez que je dise à Casey ? Je suis désolé ? Arrête d'insister ? Je sais que tu essayes mais ça sert à rien ? Laisse tomber ? Cherche pas à comprendre, c'est voué à l'échec ? Je suis une cause perdue, passe ton chemin ? Je peux lui dire des milliers de choses, sauf la vérité j'ai l'impression. La réalité est bien cruelle, mais je crois qu'on est vraiment voué à s'éloigner.

Sauf que je n'en ai pas envie, alors sans vraiment le vouloir, je lâche quelques informations, par-ci, par-là. J'ai pas envie de la perdre, pas une nouvelle fois. J'ai peur qu'à la fin de cette histoire, ça ne soit plus possible de revenir l'un vers l'autre, parce que ça aura été une fois de trop et qu'elle se sera lassé de devoir me supporter. Et c'est con à dire mais je n'en ai pas envie, je ne veux pas la perdre. C'est mon dernier lien avec mon passé et même si je hais mon passé, j'ai toujours tenu à elle. Elle a été la seule bonne chose de ma vie, c'est trop dur de la laisser partir, j'ai la sensation de la trahir à nouveau. Mais voilà, j'ai peur de trop en dire. Et s'ils finissent par apprendre qu'elle sait, ne sera-t-elle pas la première dans le viseur ? Je suis perdu et j'en ai marre d'être seul dans cette merde. Mais là j'ai le choix, soit je lui dis de laisser tomber et je lui tourne le dos une bonne fois pour toute, mais il est évident qu'il n'y aura plus de retour en arrière. Soit alors je lui balance tout et je croise les doigts pour que personne ne le sache jamais. Mais est-ce que c'est envisageable ? J'ai l'impression que par je-ne-sais-quel-miracle les gens savent tout, tout le temps. J'hésite, je tergiverse, je réfléchie, je pèse le pour et le contre et au final, je n'en sais rien. Il n'y a pas de bonne solution en vraie. Soit je lui mens et je la rejette et c'est fini, soit alors je lui dis la vérité et je prends le risque de la mettre en danger. Mais si je lui dis rien, je la mets aussi en danger. Dans tous les cas, on est perdant, alors j'imagine que perdu pour perdu. "Je dois utiliser mes pouvoirs sur des gens. Je reçois un nom et j'ai un mois pour agir. Si je refuse, j'échoue ou j'en parle, vous êtes en danger." Je crois que c'est plus ou moins bien résumé. J'ai de toute façon guère plus de détail en vrai. Je ne sais pas qui est derrière tout ça, je ne sais pas si c'est vraiment sérieux et je ne sais pas ce qu'il peut vraiment faire. "On sait tous les deux que je ne maitrise absolument pas mon don ... alors je préfère m'éloigner de vous dans l'espoir qu'ils s'en prennent à moi plutôt qu'à vous si jamais j'échoue ..." Enfin plutôt quand j'échouerai, parce que ça me parait plus probable que ça arrive, je ne sais juste pas quand.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   Sam 10 Nov - 0:26

how did all my dreams turn to nightmares ?
brook & casey


Le silence s’étire et plus les secondes passent, plus Casey est certaine que Brooklyn va l’envoyer chier. Il semble complètement hermétique à ce qu’elle lui dit, quoiqu’elle essaie de lui dire. Comme s’il se fichait pas mal d’avoir passé un mois complet à l’ignorer. Les vieilles inquiétudes de la jeune femme ne dorment jamais complètement, un rien suffit à les réveiller et les ramener au premier plan de ses pensées. Mais l’espoir aussi est dur à tuer, et, malgré le manque évident de réaction de la part du jeune homme, la Serdaigle continue de croire - d’espérer, du moins - qu’il n’a pas non plus envie que cette situation s’enlise. Il n’y a qu’à le regarder pour comprendre qu’il y a quelque chose qui cloche, quelque chose qui ne va pas, même s’il refuse de lui expliquer quoi, et que ça n’a pas vraiment quelque chose à voir avec elle cette fois. L’année dernière n’était faite que de colère et d’incompréhensions qui mettaient si facilement le feu aux poudres. Cette fois, Brooklyn semble presque résigné, abattu, il n’y avait aucune rancoeur dans son ton, pas comme quand il avait une foule de choses à lui reprocher. Et si Casey percevait tout ça, elle ne comprenait absolument pas quelles en étaient les raisons. Tout ce qu’elle voyait, c’était son ami le plus cher, le seul qui comptait autant à ses yeux, aller mal et elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi, ni à savoir comment l’aider. Elle n’était pas douée pour tendre des mains, et essayer ne suffisait visiblement pas à réussir dans cette tâche. Cependant, temps qu’il ne l’envoyait pas clairement chier, qu’il ne lui disait pas froidement qu’il ne voulait pas la voir et qu’elle ne faisait que lui pomper l’air, elle n’allait pas partir. Pas cette fois. Retrouver Brooklyn, retrouver leur amitié, même si tout était différent car ils avaient bien changé depuis leur petite enfance, retrouver celui qui connaissait tout de son passé et avec lequel tout était beaucoup plus simple, en même temps que tellement plus compliqué, le retrouver lui avait fait prendre conscience qu’elle n’avait plus envie de le perdre. Même si cela voulait dire se confronter à des situations auxquelles elle n’était pas du tout habituée, comme tenter de réconforter quelqu’un quand on n’est pas habitué à le faire et quand on a aucune idée de ce dont il est question.

Enfin, tout ça n’allait peut-être pas durer, Casey avait l’impression de voir le mur Brooklyn s’épaissir un peu plus à chaque seconde. Mentalement prête à encaisser les reproches ou quoique ce soit qui allait suivre, elle déchanta. Je dois utiliser mes pouvoirs sur des gens. Je reçois un nom et j'ai un mois pour agir. Si je refuse, j'échoue ou j'en parle, vous êtes en danger. Il était rare, pour ne pas dire totalement impossible, de voir le visage de Casey perdre de son impassibilité aussi rapidement qu’il se décomposa alors qu’elle assimilait ses paroles. Il devait utiliser son don de voyance ? Sur des gens ? Ce qui voulait dire les toucher ? Toutes les implications sous-entendues là-dessous se frayaient lentement un chemin jusqu’à son esprit, expliquant enfin pourquoi Brooklyn avait l’air aussi épuisé, vidé, acablé. Et qui lui demandait ça ? Pourquoi n’avait-il pas simplement refusé ? Enfin les pièces du puzzle s’assemblaient et la vision d’ensemble ressemblait à quelque chose. Même si tout semblait complètement fou. Quelqu’un avait envoyé des lettres à Brooklyn, le menaçant de s’en prendre à elle - et probablement à Savannah aussi puisqu’il l’évitait, ainsi que l’autre fille de Serpentard, Gretel - s’il n’obéissait pas et s’il n’allait pas gentiment utiliser son pouvoir de voyance sur des cibles désignées. On sait tous les deux que je ne maitrise absolument pas mon don ... alors je préfère m'éloigner de vous dans l'espoir qu'ils s'en prennent à moi plutôt qu'à vous si jamais j'échoue ... Casey ouvrit une première fois la bouche avant de la refermer, les mots lui manquant, un mélange de colère et de tristesse lui enserrant la gorge. Tu as déjà utilisé ton don sur quelqu’un ? Elle n’imaginait pas combien cela avait du lui coûter. Ils ne parlaient pas beaucoup de leurs dons, mais ils avaient suffisamment effleuré le sujet pour que la blonde saisisse à quel point cela exacerbé sa phobie des contacts physiques. Je sais à quel point tu n’as pas confiance en Poudlard mais tu as pensé à en parler au Directeur ? Mue par un élan de tristesse en imaginant ce par quoi était passé Brooklyn ces dernières semaines, Casey se pencha un peu sur le lit, tendant le bras dans sa direction, la main posée sur le drap, sans le toucher lui. Un contact qui n’en était pas un, somme toute. À peu près tout ce dont ils étaient capables entre eux deux. On va trouver un moyen. Personne ne sait que nous sommes amis, je ne risque rien. Son lien avec Brooklyn était effectivement moins évident que Savannah ou Avalon, qui étaient ses soeurs. Quant à trouver un moyen… Tout ceci n’était peut-être qu’une très mauvaise plaisanterie de la part d’abrutis, mais elle se doutait que Brooklyn n’avait aucune envie de découvrir si ça en était une ou non.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)   

Revenir en haut Aller en bas
 
how did all my dreams turn to nightmares ? (+ brook)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Troisième Étage
 :: Le Balcon du Monde
-
Sauter vers: