AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 16/10/2018
Parchemins rédigés : 82
Points : 19
Crédit : Moi même
Année : Sixième année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Nope

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mar 30 Oct - 12:18



La réponse ne se fait pas attendre. Un geste vif, une légère douleur, un claquement. Sa fureur. Je me délecte de sa main sur ma joue. Je l'ai touché où ça fait mal. Où elle est sensible, je suis fier de moi. Je ne suis même pas en colère que Gretel m'ait giflé, au contraire j'ai un léger rictus en portant ma main à ma joue, imprégnée de ses empruntes. Elle ferme le poing, j'ai mes limites. Ose et je te renvoie à ta place. Ou mieux... Je te ferais partir du château... Oh quelle douce pensée... Malheureusement, elle est sauvée de justesse par son fichu frère... Hansel la dégage loin de moi. J'entends qu'elle m'hurle ne voulant plus jamais me voir... J'ai atteint mon objectif. La dégoûter. Qu'elle oublie ce soir, cette faiblesse. Elle y pensait encore j'en suis sûr. Mais détrompe-toi, c'est fini. Avec ça, ta sensibilité et ton passé... Tu ne m'approcheras plus, ton petit jeu est fini, terminé. Enfin, la paix.

Son frère vient me parler sans aucune once de violence dans sa gestuelle. En contradiction avec son regard et ses paroles. Bon en même temps il n'a rien entendu... Je redresse la tête, le regardant avec un léger sourire non dissimulé. Je suis toujours aussi sûr de moi. Je m'aperçois que c'est dans le sang, à son tour un costume ridicule me saute aux yeux, c'est bien, c'est moldu, c'est répugnant. Une tare héréditaire sûrement.

"Oui, faisons comme ça. Prends soin de ta sœur, il ne faudrait pas que son dossier s'alourdisse... Ca fait tâche sur le dossier, une marque de violence et de colère incontrôlée. Mais je vous fais une fleur, les Valeska, je ne rapporterais rien à la direction. Après tout.. Personne n'a rien entendu de ce dont j'ai pu dire, elle n'a aucune preuve de ce qu'elle peut avancer alors que son geste, lui, a des témoins... Passez une bonne soirée!"

Je me délecte de ce moment en me retournant vers les autres, les vrais sorciers, les sang purs. Je les rejoins en gloussant légèrement, m'éloignant d'Hansel qui en a déjà bien à faire avec son animal de compagnie. Je me resserre un verre, la joue légèrement en feu.

"Apparemment, ça n'aime pas qu'on lui dise simplement ce qu'elle est... C'est susceptible une sang de bourbe... Heureusement que nous sommes si différents de ces gens là. Je ne pourrais supporter un tel manque de savoir vivre venant de ma famille."

Pourtant, au fond de moi je ressens un léger doute. Suis-je vraiment heureux de ce qu'il vient de se passer, d'avoir appliqué mon plan de la soirée? Suis-je heureux d'avoir si facilement éloigné la source de mes problèmes? Normalement, c'est une question rhétorique mais bizarrement... Je n'en suis pas si sûr. Je doute de ce que je veux vraiment. Se pourrait-il que mon cœur soit en contradiction avec mes décisions et mon commandement? Je lance un sourire léger à Hannibal avant qu'il ne s'inquiète. Ce souvenir de la soirée s'éloigne à mesure que je finis mon verre en parlant aux autres. Je ne veux plus penser à cette paire là. Je ne suis pas là pour ça. Après tout, je suis là pour m'amuser alors respectons cet engagement.

(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 262
Points : 6
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mar 30 Oct - 14:08




♫ this is halloween ♪



Le moment défile trop vite. Je peux le voir, je peux le sentir. Un manque soudain d’investissement des deux côtés, une famille qui se retrouve mais qui laisse un blanc, un fossé, un vide. Sa plaisanterie au sujet du mariage fut bien amusante, ça nous a tous les trois lié rien qu'un instant, et j’ai d'ailleurs essayé de relancer les choses et de faire rire par moi-même. Seulement j’ai le sentiment d’avoir tout fichu en l’air en parlant du buffet. Gretel a un sérieux problème pour se barrer comme ça. Elle bouffe pas ou quoi ? Sentir l’embêtement de son frère à travers ce soupire, hausser des épaules lorsqu’il vente les mérites d’un passage éclaire qui reste, malgré tout, un passage. D’une tape sur l’épaule, Hansel accepte mon invitation vers la bouffe, et m’invite à son tour à se rendre au buffet. Ses lèvres se dégagent, et je pense alors à ce film qu’on avait regardé ensemble, les premiers de la longue lignée Spiderman justement. Mais je le sens absent. Son regard défile pas mal sur Gretel, et je le comprends. C’est pas évident pour eux, et j’ai toujours promis d’être là. Ceci-dit, mon sourire disparaît de mon visage et se force à réapparaître lorsque qu’il me demande comment je vais. C’est vrai, pour une fois on va s’amuser comme tout le monde, sortir la tête de nos bouquins et vivre notre jeunesse. Seulement je n’ai pas le temps de lui répondre. En fait, je n’ai même pas le temps de prendre quoique ce soit de délicieux sur le buffet qu’il s’en va, sans rien dire. C'est ça, barre-toi, je dirais rien ! Ce sourire forcé s’efface aussi vite qu’il était apparu. Je suis du regard la direction qu’il prend, et je la vois. Gretel, dans une colère monstre, face à un type qu’elle ne se retiendrait pas de claquer. Bordel, il se passe quoi encore ?

Faire quelques pas lents et instinctifs dans leur direction, le regard froid et concentré. Je n’entends rien, mais je vois. Je vois la main d’Hansel rattraper celle de Gretel sur le point de se frapper à nouveau contre le visage du garçon (Albus). C’est qui ce mec ? Pourquoi elle s’en prend à lui ? Je me sens obligé de me rapprocher, d’écouter ce qui se dit. Et je regretterais presque d'avoir des oreilles. Ce qu'il dit, c'est ignoble. Pour qui il se prend cette sous-merde ? Aucune preuve de quoi, qu’est ce qu’il a dit avant ça ? Qu’importe, ce qui résonne dans ma tête à présent c’est le terme si amèrement utilisé de "sang de bourbe". En parlant de sang, le mien se met à chauffer. Je ne supporte pas ça. Les yeux de la Black Cat peu crédible que je représente, se mettraient presque à laisser des flammes jaillir de ses iris bleuâtres. Ce putain de lâche s’adresse à ses amis pour les insulter. Ne sait-il donc pas qu’il ne faut jamais tourner le dos à ses ennemis ? Une chance pour lui que je ne suis pas aussi lâche que sa pauvre gueule de vantard.

Je débarque alors, calmement, en plein contrôle de mes moyens, dans le but d’empêcher le moindre débordement supplémentaire. Un sourcil méprisant haussé, poser mes mains sur les épaules de Gretel, la forcer à quitter ce cercle de vicieux ringards. Jouer au même jeu que le sien, me mettre à parler de lui sans lui adresser directement la parole alors que j’invite les deux Valeska à me suivre plus loin. « Si seulement il savait ce qu’il est... On se casse ! C’est pas la peine de s’énerver contre de si faibles esprits qui pensent leur éducation triste et fermée, valoir mieux que celle des autres. Quand ils comprendront que la richesse n’est pas dans le sang mais dans le cœur, le leur aura déjà été arraché par leur manque de saveur et d’amour propre. » M'exprimer avec froideur et dégoût, le ton de la Théa mauvaise revenue sur le devant de la scène, celle qui formait le binôme parfait de la rancoeur avec Cissy. Regarder son dos de lâche retourné tout du long, avancer auprès de Gretel une fois mes paroles terminées. J'ai le regard déterminé et posé sur un coin de la pièce où je compte bien les y retrouver. Hansel aussi. Il a intérêt à suivre le mouvement. Le moindre Valeska qui cherche ou provoque ce fils de chien, je le tue. Je leur jette d'ailleurs un regard très sérieux, comme ils le voient rarement. Raisonnable et juste Anthea, qui veut aider, dire ce qui est, sans pour autant provoquer les pires vices qui soient. Je voulais pas l'énerver, encore moins le chercher. Je voulais juste dire la stricte vérité, me lâcher sur ce que j'avais à dire, et qu'importe s'il en a quelque chose à foutre ou pas. Il n'importe pas plus pour moi. Je voulais surtout que mes amis l'entende. C'est eux qui comptent, pas ce Serpend sans la moindre valeur. Je n'ai plus envie de sourire. Quand les Valeska se plantent, c'est jusqu'au bout. J'ai l'impression d'être leur mère, mais c'est pas du tout ce que j'ai envie d'être. Là ? Je veux retirer ce costume ridicule et aller au lit.



copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10403-kenzie-greene-a-votre-servicehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10424-kenzie-greene-enjoy-a-drinkhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10425-kenzie-greene-should-we-get-to-know-eachotherhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10428-kenzie-greene-boite-aux-lettreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10427-kenzie-greene-hiboux-express

Arrivé(e) le : 22/10/2018
Parchemins rédigés : 42
Points : 26
PETIT +

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mar 30 Oct - 20:28

Lorsque le jeune garçon se retourna, il se cogna la tête contre le bar, ce qui me fit esquisser une expression de surprise. Il ne semblait pas avoir trop mal, et d'aussi près je pus facilement le reconnaître malgré son costume d'araignée. En effet, il avait bien gardé ses traits de jeune enfant et ce visage si angélique bien que malicieux. Je ne cessais de lui sourire tandis qu'il ne pouvait détacher son regard, empli de questions. Il ne devait pas vraiment se souvenir de moi. Après tout, il était très jeune, et je n'avais pas pu le revoir souvent. Cela faisait longtemps. Mais moi, je n'avais pas oublié les nombreuses nuits d'orage où il venait se blottir contre moi dans le lit, cherchant réconfort et sûreté. Enfin, il n'avait pas vraiment besoin d'excuses à l'époque pour venir me rejoindre, et malgré que les nuits aient parfois été difficiles, longues et comptant peu d'heures de sommeil, j'avais toujours été très proche de lui et ravie qu'il me porte cette confiance.

Par delà les retrouvailles, j'entendais une voix féminine me reprendre. Ula. Je ne m'étais pas présentée parce que j'avais préféré montrer mon savoir dans ce domaine après un retard qu'elle n'hésita pas à me faire remarquer. L'annonce de mon prénom fit réagir le jeune garçon instantanément. Il me sautait dans les bras, tandis que je lui souriais avant de me redresser vers ma patronne et de répondre à sa main tendue.


« Kenzie Greene. Excusez-moi Madame, le train a subi des contrôles et cela ne se reproduira plus. Je me suis permise de servir quelques clients avant de venir vous voir, j'ai travaillé quelques années dans les bars. »

Après ma présentation, celle-ci me fit faire le tour du comptoir afin de m'expliquer le fonctionnement du bar. Bien que quelques noms soient bien différents des bars moldus, mais me rappelant de plus jeunes années, je n'avais pas vraiment perdu le pli. Cela ne dura que quelques minutes. Au moins, elle n'avait pas décidé de me mettre à la porte, mais au vue du nombre de personnes dans cette pièce, ça n'était pas dans son intérêt, tout était encore plausible au lendemain.

« Merci de m'avoir embauché Madame. J'ai été ravie d'apprendre la libération de ce poste par Rufus. J'espère que ma présence pourra vous aider. »

Je n'avais pas terminé qu'elle me précisait une règle importante de la soirée. Sans alcool. Pour les professeurs également. Je commençais alors à songer à cet homme que j'avais croisé devant la devanture ainsi que Rufus que j'avais pu, avec timidité, saluer dans un entrecroisement entre mon entrée et sa sortie. Quant à cet homme, dehors, il devait faire parti du corps professoral, mais j'espérai qu'il avait caché la fiole avant l'arrivée de Rufus. Il ne fallait pas qu'il fasse de vagues ce soir en goûtant trop vite ce whisky que j'avais volé en quittant l'un des bars dans lesquels j'avais travaillé. Voler n'est peut-être pas des plus gratifiant, mais je n'avais que peu d'argent et il fallait avouer qu'il était excellent.. En plus, une simple gorgée faisait disparaître ces migraines pour un temps remarquable. Enfin, je lui rendais son sourire avant d'ajouter :

« Bien sûr. Comptez sur moi ce soir, et n'hésitez pas si vous nécessitez davantage d'aide, je m'adapte vite et j'ai travaillé dans différents bars pendant plusieurs années. Si je peux me rendre utile. »

Elle me souhaitait bon courage, et ses mots radoucirent mon angoisse d'être rejetée dès mon premier jour. Finalement, le retour n'était peut-être pas si terrible ? Qui pouvait bien le prévoir ? Je m'activais derrière le comptoir, préparant différentes boissons, et toutes sans alcool, aucune exception... Je me dirigeais en même temps à nouveau vers ce gamin, qui ne se fit pas prier pour m'aborder de mille et une questions. Il n'avait pas vraiment changé, en tout cas, sa curiosité et son enthousiasme, cette forme d'innocence, étaient bels et bien toujours présents. Il y avait beaucoup de questions. J'essuyais quelques verres d'un coup de torchon en lui souriant, prenant le temps de suivre ce dialogue.

« Eh bien, je travaille ici maintenant, je n'ai pas fait d'études dans le service mais dans le domaine des créatures et de la divination. Je n'ai pas terminé et du coup, je suis venue travailler ici. Quant à ta maison, ne t'étonnes pas de ne pas être totalement comme Papa, je crois que je t'ai donné un peu de moi aussi, et de cette envie d'égalité et d'amour. Tu sais, quand je te racontais toujours qu'il fallait aider les plus démunis que soi, et leur apporter toute l'aide possible, car c'est comme ça qu'on en reçoit aussi en retour. Tu te souviens ? L'amour, ça se partage. Du coup oui, je suis bien allée à Poudlard moi aussi, et moi aussi j'étais chez les « jaunes », tu verras ils sont hypra cools. En tant que moldue, j'étais bien contente d'être là-bas. »

Je lui passais les mains dans les cheveux comme pour le décoiffer.

« Tu te plais ici ? C'est quoi les cours que tu préfères Gamin ? »

Je voyais qu'il restait seul, et je ne voulais pas forcément mettre les pieds dans le plat, mais je m'en inquiétais. Je verrais ça au fil de la discussion, et s'il le fallait, je jouerai évidemment ce rôle de grande sœur, et le protégerai de ce qui était nécessaire. J'étais peut-être trop méfiante, mais après tout, dans cette école, plusieurs événements graves s'étaient déroulés, et je ne voulais pas que Garry en paie les conséquences.


Dernière édition par Kenzie Greene le Mer 31 Oct - 12:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9830-sleibhin-behold-a-pale-horsehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9841-sleibhin-white-mustanghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9845-sleibhin-honeymoonhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9843-sleibhin-ultraviolencehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9842-sleibhin-dark-paradise

Arrivé(e) le : 28/06/2018
Parchemins rédigés : 158
Points : 12
Crédit : Avatar ☆ bazzart (ft. Imogen Poots) Signature ☆ sial
Année : 4ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Charli B. Ethergsen & Maxine S. MacPherson

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mer 31 Oct - 3:32


HALLOWEEN ft. PRESQUE TOUT POUDLARD
Dodelinant de la tête, j’approuve distraitement la logique de Phoenix. C’est vrai que même extrêmement bien déguisé, Finnbjörn serait venu nous voir. Mais plus j’y pense, et moins je le vois porter un costume… Cette affaire est étrange. Arrivées devant les vraies fausses araignées, je lui rends un regard effrayé. Vu les atrocités dont ce directeur est capable (et il nous l’a maintes fois prouvé), est-ce que mettre de vraies bestioles dangereuses pétrifiées en guise de décorations d’Halloween est si inconcevable que ça ? Nous préférons ne pas nous attarder sur la question, et rentrer directement – le plus loin possible des araignées.
Rapidement, Alexis nous rejoint et y va de sa supposition concernant la mystérieuse absence de Finnbjörn et son hypothétique costume. Je dois bien avouer que je ne m’y connais pas du tout en culture moldue – et d’ailleurs, je n’aime pas particulièrement ça.

« Ouini l’ouson… ? » Je répète ça avec un air un peu incertain, les yeux plissés comme s’il s’agissait d’une énigme. « Qu’est-ce que c’est que ça ? »

Un ourson ? La première chose qui me vient à l’esprit, c’est que Finnbjörn aurait pris du polynectar avec un poil d’ours pour se faire pousser des oreilles et un museau. Je scrute Alexis avec un air sceptique, et son sourire évoque qu’il s’agissait peut-être d’une blague… Mais après tout, c’est Halloween, alors pourquoi pas… ?
Soudain, mon visage s'éclaire et une idée me vient.

« Il est peut-être déguisé avec une cape d'invisibilité ! » Je propose ça comme si j'avais eu une révélation, joignant mes mains dans un claquement sonore avec un sourire non feint, avant de commencer à scruter les espaces entre nous pour y déceler une éventuelle variation dans la matière qui trahirait la présence de notre ami parmi nous.

Une question d’Alexis me tire de mes réflexions pourtant très intenses, et alors que je m’apprête à lui répondre, la sang-de-bourbe débarque pour s’écraser sur Albus et vider son verre sur le sol. Suite à ça, l’altercation est encore plus violente que ce à quoi je m’attendais. Entre les paroles acerbes des deux côtés et la gifle qui part sans s’arrêter, la soirée a de quoi être gâchée. Phoenix prend la peine d’ajouter une petite remarque à la mienne pendant que je m’accroche à mon verre. Au cas où, on ne sait jamais, elle déciderait comme la furie qu’elle est de renverser toutes nos boissons. J’adresse un regard inquiet à Phoenix, mais rapidement, l’incontrôlable sang-de-bourbe est gérée par son frère et une autre fille. Ça c’est clair que ça serait mieux pour tout le monde si elle restait loin de nous. Je hoche doucement la tête aux paroles d’Albus sans rien répondre. Est-ce qu’on est vraiment venus pour chercher la bagarre ? Visiblement, il souhaite autant que nous reprendre la soirée normalement d’après son sourire.
Soudain, la demande d’Alexis, rapidement effacée par cet incident, me revient en tête. Elle a besoin de dire quelque chose à quelqu’un, et moi, je suis sa Gardienne des Secrets. C’est ma mission, ça. Je dois l’écouter, et j’emporterai sa parole dans la tombe s’il le fallait. Comme investie d’un souffle nouveau, je relève la tête et la regarde droit dans les yeux en fronçant un peu les sourcils avec tout le maigre courage que je peux trouver entre mes doigts, consciente de l’importance de la situation.

« Tu voulais me parler de quelque chose ? » Dis-je en serrant mes mains contre mon verre, encore rempli.

Noctae sur Bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9087-avril-june-stagiaire-psychologuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9094-avril-june-besoin-d-une-psyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9097-les-rp-de-vrilhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9099-boite-aux-lettres-d-avril-junehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9100-lettres-express-d-avril-june

Arrivé(e) le : 21/01/2018
Parchemins rédigés : 233
Points : 16
Crédit : Haley scott28 - Beylin
Année : Stagiaire en Psychologie

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mer 31 Oct - 11:16

Seule près de la cheminée, Avril profitait de la soirée pour apprécier les costumes des élèves et des adultes. Si celui de la barmaid était osé et pouvait-on dire génial, d'autres se trouvaient être plus ou moins effrayants voire carrément banaux. D'ailleurs, le sien faisait parti des banaux, pour une fois, elle n'avait vraiment pas fait l'effort de se déguiser, une vraie catastrophe. Elle aperçut Gretel, à côté de son frère. Tous deux avaient choisi de s'habiller en héros de moldus : Alice et Spiderman. Elle eut un petit sourire, se rémomérant les nombreuses fois où elle avait lu le comte à Gretel et la seule et unique fois où Hansel avait eu besoin de lire les BDs et voir les films de Spiderman. Ce gamin était incroyable et même si la cracmole l'avait connu des années auparavant, il l'impressionnait encore. Elle avait été contente de reprendre contact avec lui. Elle était d'ailleurs même ravie qu'il ait fait, lui, le premier pas. Il était compliqué d'avoir une relation avec Hansel, ses capacités le tourmentaient tellement qu'une moindre petite erreur pouvait tout foutre en l'air. Heureusement, il faisait parti de ces personnes qui parvenait, malgré tout à pardonner quand il le fallait. Il avait mis du temps à revenir vers elle mais il était là. Avril ne lui avait rien dit mais elle s'était plusieurs fois entretenue avec leur grand-mère, elle avait eu besoin de savoir s'ils allaient bien, tous les deux. Ils ne lui parlaient plus comme avant, ne se confiaient plus à elle. Pour autant, elle était restée leur baby-sitter, elle avait eu ce besoin un peu mère poule d'aller à leurs nouvelles. Elle adorait leur grand-mère, elle était gentille et avait toujours une chouette discussion. Avril la connaissait depuis si longtemps qu'elle ne se remémorait même plus leur rencontre. Après tout, il s'agissait là de sa voisine depuis toujours. La cracmole posa ses yeux sur la fille qui se trouvait à côté d'Hansel, Anthéa. Un petit sourire malicieux se dessina sur ses lèvres. Elle ne la connaissait pas mais le garçon lui avait parlé d'elle dans ses lettres. De quoi être curieuse quant à leur relation tous les deux ! Peut-être lui en dirait-il plus par la suite ?

Finalement, la fausse Alice quitta son frère et Anthéa pour se diriger... vers elle. Elle avait posé ses yeux sur la cracmole qui se redressa pour l'accueillir. Malheureusement, la jeune fille ne parvint jamais à elle, elle trébucha et tomba dans les bras de Lewis. Avril eut une grimace. Le garçon était, aujourd'hui, parmi ceux qui n'appréciait pas sa présence entre les murs du château. En fait, il faisait parti de ces personnes qui avait encore un parti quant au sang des sorciers. Or, celui des Valeska est loin d'être un sang accepté par le vert et argent. Avril sentit une tension s'installer entre ses omoplates. Elle choisit de ne pas intervenir, après tout, Gretel était juste tombée entre ses bras, elle pouvait simplement se relever et continuer son chemin... La situation était tout autre... Avril était bien trop loin pour entendre ce qu'il se disait entre les deux serpentards mais elle aperçut un Lewis en colère et, bien vite, la main de Gretel vola pour s'écraser sur la figure du garçon. Ecarquillant les yeux, Avril choisit ce moment pour intervenir. Hansel fut bien plus rapide qu'elle, il était là pour retenir la deuxième gifle. L'étudiante se fit un chemin entre les élèves assez difficilement aussi parvint-elle à destination au moment où Hansel et Gretel quittaient Lewis qui, quant à lui se retourna vers ses amis. Elle entendit alors les derniers mots du garçon et se figea d'un coup. Son visage passa de l'ange qu'elle était à l'autorité qu'elle savait incarner depuis maintenant des années.


Monsieur Lewis ! Cette école ne tolère en aucun cas les discriminations et les propos haineux. Comme il s'agit ici de la première fois que je suis témoin de tels propos, je n'en informerai pas le directeur. En revanche, je retire 35 points à Serpentard et ce n'est pas injustement payé. La prochaine fois, réfléchissez à sept fois avant de parler.

Elle ne s'attarda pas plus, sachant pertinemment qu'elle avait tout de même été bien gentille avec la "punition". Se retournant pour rechercher Hansel et Gretel, elle se rapprocha du frère et de la soeur.


C'était quoi ça Gretel ?

Son ton avait changé de tout au tout pour passer de l'autorité à la douceur et l'inquiétude. Elle savait la gamine peste et savait aussi qu'elle pouvait avoir des passages colériques mais elle avait bien vu le visage blessé qui avait précédé la gifle. Elle ne voulait pas passer pour la maman qui avait besoin d'explications mais quand même, un petit minimum quoi !


Codage par Libella sur Graphiorum



Vivre peu mais vivre bien
Crois en toi, aie espoir, la vie est courte, ne perds rien, aime tes amis, amuse-toi...


Dernière édition par Avril June le Jeu 1 Nov - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 340
Points : 25
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Professeur A. Jones

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mer 31 Oct - 14:51


Purple Cat & Doll Dress



Je ne sais pas ce que j'aurais fait sans l'intervention d'Hansel, à quel point je me serais mise en colère. Mais parce que c'est mon frère, et sa force qui me retient fermement, je me calme et arrête de lutter au bout de quelques secondes. Je n'ai pas envie de perdre le contrôle, pas devant Albus et ses amis, et surtout pas devant Hansel. Aussi, je me détourne aussitôt, et lorsqu'il m'ordonne de sortir, je me dégage dans ses bras pour quitter la petite scène. Je refuse de donner cette satisfaction à ce con.

Mais je ne veux pas sortir. Je ne sais juste pas quoi faire de moi-même, et de cette boule de sentiments qui monte et menace de déborder. Finalement, c'est Anthéa qui arrive, visiblement aussi remontée que mon frère, et ne manque pas de le faire savoir.

- Si seulement il savait ce qu’il est... On se casse ! C’est pas la peine de s’énerver contre de si faibles esprits qui pensent leur éducation triste et fermée, valoir mieux que celle des autres. Quand ils comprendront que la richesse n’est pas dans le sang mais dans le cœur, le leur aura déjà été arraché par leur manque de saveur et d’amour propre.

Je suis sûre que ses mots n'atteindront pas les personnes voulues, mais ils ont au moins le mérite de me calmer un peu. Vori Hansel et Anthéa en colère pour moi me rassénère un peu, même si en réalité, ils ne savent pas tout. Et heureusement d'ailleurs, je pense qu'ils se mettraient à deux pour me tuer... Ce que j'ai pu être stupide!
Je devrais connaître ma leçon depuis le temps, ça ne se passe jamais bien pour moi. J'ai vraiment cru qu'Albus pouvait être sincère, ressentir quelque chose pour moi? Il s'est amusé, oui. Il a pris mon cœur, pour mieux le réduire en miettes, et mes espoirs avec. Mais merde, à quel moment je suis me suis-je laissée devenir si naïve?

Anthéa m'entraîne plus loin, et c'est pas plus mal parce que je ne sais pas quoi faire. Et je n'ai certainement pas assez de force à ce moment-là pour résister à une Fancourt remontée. On finit par se trouver un coin à l'écart, pas loin du bar. A ce moment-là, j'aurais été partante pour un deuxième épisode au whisky histoire d'oublier ce qui venait se passer, mais avec Spiderman et Black Cat qui n'allaient probablement pas me lâcher sans avoir des explications, c'était même pas envisageable. Et comme si ça ne suffisait pas, Avril débarque sur ces entrefaits.
Oh, je suis vraiment dans la merde.

- C'était quoi ça Gretel ?

Ça, c'était moi, tête baissée dans les ennuis, pour changer.
J'aperçois mon frère qui va pas tarder à nous rejoindre, et je sens que j'ai qu'une poignée de secondes pour balancer un truc avant qu'Hansel arrive et que je ne sois vraiment dans la merde. Mon regard passe rapidement de Théa à Avril comme une gamine coupable coincée entre ses parents, et je finis par lâcher un truc à voix basse.

- Je vous jure de tout vous raconter plus tard, mais promettez-moi que vous ne direz rien à Hansel. 'Vril, Théa, s'il vous plaît... Je veux pas qu'on s'engueule encore avec Hansel.

J'espère qu'elles vont comprendre la supplique dans mes yeux, parce que j'aurais vraiment pas assez de courage en stock pour affronter un interrogatoire en règle avec Hansel plus Avril et Théa. Surtout que c'est encore tout frais, nos "retrouvailles" avec Hansel, et je ne veux pas gâcher ça. Mais j'ai bon espoir qu'Anthéa et Avril m'aident, pour le coup. Anthéa est ma plus proche confidente, et je sais qu'elle sait garder mes secrets, même de mon frère. Et Avril, ben... C'est Avril. Ma maman par procuration à Poudlard.
J'ai conscience de l'avoir trop évitée depuis Blackman, mais je me fais la promesse mentale de rectifier le tir. Après ma crise, l'embrouille avec Brooklyn, et ce qu'il s'est passé avec Albus...
Il est temps que je me reprenne en main, et que je reconnaisse que j'aurais besoin d'aide pour ça.
Et c'est à Avril que j'aurais dû parler, depuis longtemps. L'infirmier Blake me l'a recommandé X fois, il va être temps que j'y passe. Ça va pas être agréable, ça va être même sûrement être dur, mais j'en ai marre de mon état. J'en ai marre d'être seule, d'être dégoûtée de la bouffe, d'avoir mes sentiments à fleur de peau en permanence, et des crises quand ça déborde sans prévenir. Et puis, c'est Avril. Je sais que si j'ai eu peur de me confier jusque là, c'est parce qu'elle me connaît bien, et qu'elle peut si facilement me toucher et me comprendre. Je veux dire, elle m'a connue môme, et plusieurs années. Elle a eue droit à Gretel de toutes les couleurs, même la Gretel faible qui fond en larmes.
Je ne devrais plus avoir peur de montrer cette facette là de moi. Pas à Avril.

Hansel nous rejoint enfin, et j'essaye de me justifier avec l'assurance de quelqu'un qui a besoin de mentir, en priant très fort pour que les filles ne me lâchent pas maintenant.

- C'est... C'est rien j'ai trébuché et je lui ai fait renverser son jus de citrouille sur son manteau, il... Il a pas apprécié, c'est tout. Je souffle

J'espère vraiment que ça va suffire pour Hansel, et que Black Cat ou autre chose va suffire pour le distraire un peu et lui faire oublier ça, parce que j'aurais pas le courage ni la force de passer à table maintenant pour leur avouer le fond de ma relation avec Albus.
Ou plutôt, ce que j'ai cru être une relation avec lui. J'ai l'impression d'avoir laissé les souvenirs des quelques instants de félicité que nous avons pu partager quelque part derrière moi, sur son manteau, ou parterre, et je n'irais pas les ramasser.
S'il a envie de me faire ça, d'être aussi odieux et de me piétiner plus bas que terre comme s'il ne s'était rien passé, grand bien lui fasse. Mais il s'est passé quelque chose. Et ça, ça rend son attitude de ce soir dix fois pire. S'il m'avait simplement ignorée, à la limite, j'aurais peut-être pu le comprendre. Mais pas ça, pas sa réaction ignoble, comme si j'étais un simple déchet. Je lance un regard noir dans sa direction, puis ma résolution est prise: plus question de me gâcher la vie à cause de ce salaud.

Je suis là pour Hansel, pour passer une bonne soirée avec lui, Théa et Avril. Ma première vraie bonne soirée depuis longtemps. J'inspire profondément pour me calmer, et j'attrape la main des filles avec un sourire que j'espère convaincant au possible. Comme si de rien n'était, j'enterre mes pensées et mes sentiments.

- Bon, on va se chercher un truc à boire? Promis, cette fois j'essaye de renverser ça sur personne.

Je leur adresse un regard, une dernière supplique qui signifie clairement: Plus tard, promis. Je trouverais bien un moment pour leur parler, quand il le faudra. Mais plus tard.
J'ai juste envie de ça, ce soir. A boire, des amis, et pas de pensées trop douloureuses.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/01/2017
Parchemins rédigés : 690
Points : 6
Crédit : Bazzart. (c)
Année : 4ème année - 14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Jade

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mer 31 Oct - 17:08


I WANTED THEM TO FEAR ME
Finn déguisé en moldu
J’avoue sans complexe que cette soirée d’Halloween ne m’inspirait pas grand chose, et que l’idée de parader comme un idiot dans un accoutrement ridicule de vampire me laissait très froid. Cependant, je parviens à me faire violence : Grand-Père voudrait que nous y allions, afin de nous mêler aux autres, et qu’au moins quelques représentants de la lignée Sørensen soient présents parmi ce zoo humain. Poudlard est un espace suffisamment souillé par les pas des sangs-de-bourbes pour que nous le leur laissions… Alors je me prépare, faisant l’inventaire de mes vêtements. Hannibal, mon frère aîné, a eu une idée que je trouve personnellement très amusante… Il nous a soufflé l’idée de venir à cette fête déguisés en moldus, concept que je trouve particulièrement effrayant, et donc parfaitement dans le thème de cette soirée d’épouvante. J’opte donc pour une tenue en apparence banale, mais lorsqu’on y prête attention, quelques petits indices peuvent mettre la puce à l’oreille… C’est donc ainsi que j’enfile un sweatshirt que je trouve personnellement atroce, acheté pour l’occasion dans cette stupide boutique de Pré-au-Lard qui porte un nom de chiffons, ainsi qu’un jean’s que j’espère pouvoir jeter dès que je serais rentré de cette soirée, accompagné d’une paire de baskets. La cerise sur le gâteau de mon déguisement, c’est que je suis parvenu à me procurer une de ces paires d’ « écouteurs » qu’utilisent communément les moldus… même si je répugne à les utiliser, je dois avouer que cette petite touche fait son petit effet, je grimace même en observant mon reflet : un vrai sang-de-bourbe, on y croirait ! Et alors que je m’apprête à me mettre en route, avec plusieurs dizaines de minutes d’avance, je prends plutôt la route du premier étage afin d’aller trouver ma soeur, qui n’avait pas parlé de sa potentielle venue. Visiblement en vain… Adossé contre le mur qui me séparait de l’entrée à la salle commune des Poufsouffles, je lui écris expressément un hibou pour insister, et ce ne fut qu’au second qu’elle me lâche qu’elle ne serait pas des nôtres. Peu résolu à la laisser ainsi aller à l’encontre de la volonté de la famille alors que Grand-Père comptait beaucoup sur elle, je rédige donc une seconde missive ne masquant que peu mon agacement. Nouvelle tentative infructueuse… Passablement énervé, je quitte donc les lieux, et me rends compte que le cortège était sur le point de partir… Je n’ai pas le temps de tergiverser, je dois me rendre à cette soirée. Ma baguette en main, contrastant quelque peu avec mon habit, je me dépêche donc de les rejoindre, et demeure donc à la traîne en queue de peloton, attendant que le reste du groupe ne s’introduise dans ce pub miteux pour sorciers alcooliques qu’étaient les Trois-Balais. Ma robe de sorcier me manque déjà… Je suis bien loin d’être à mon aise, vêtu comme un de ces êtres souillés, mais il fallait bien jouer le jeu.

Je pénètre donc les lieux, complètement insensible face à cette décoration américanisée que je trouvais pour ma part plutôt ridicule. Qui s’étonnait que le prestige des sorciers soit hautement dégradé lorsqu’on s’appropriait notre existence pour la réduire à cette mascarade, où les enfants se ruaient sur des bonbons comme des vautours ? Personnellement, j’avais bien d’autres préoccupations en tête ce soir. Mon regard fait le tour de la multitude d’élèves qui se trouvaient déjà là, et peu enclin à jouer des coudes pour me frayer un chemin, j’attends que les affamés qui se jettent sur le buffet comme si leur vie en dépendait veuille bien ouvrir le passage. Un peu plus loin, je repére ceux que j’étais venu ici chercher, mes amis et mon frère. Je me demande alors, en constatant l’absence de Judith, si notre petite soeur avait décidé d’imiter Erin en choisissant de rester cloitrée dans son dortoir… J’arrive alors au niveau d’Hannibal et de Phoenix, qui semblaient, à nouveau, plongés en pleine conversation, comme ça avait été le cas lors de la soirée de Grand-Père cet été. Cette fois encore, mes sourcils se froncent naturellement… Je ne sais pas ce qui se passe entre eux, et je ne saurais même pas dire pourquoi ça me déplait autant, mais une chose est certaine, je n’aime pas les voir aussi proches. Je me hâte donc de venir jusqu’à eux, espérant que j’interromps leur tête-à-tête… « Mes excuses, un empêchement de dernièrrre minute, lié au fait que notrrre soeurrr est une entêtée finie. Je déteste parrr dessus tout le manque de ponctualité. Judith n'est pas là non plus ? » m’introduis-je, en jetant un oeil à l’un ou à l’autre. C’est ce qui m’énerve le plus, il s’agit de mon frère aîné, et de ma meilleure amie… les voir ensemble, à une distance qui me semble plus que discutable, me donne presque envie d’en informer Grand-Père. Je ne le ferais même pas pour lui, je le ferais parce que ça me déplait, tout simplement. Je me tourne alors vers Hannibal, détaillant sa tenue… Elle est très convaincante, je ne suis absolument pas habitué à le voir dans un tel accoutrement, et cette casquette immonde en est certainement l’élément clé… « Mon frrrèrrre, je trrrrouve ton déguisement parrrticulièrrrement réussi, bien que cerrrtainement trrrop subtil aux yeux de cette assemblée. » le complimenté-je d’un ton neutre, avant de me tourner vers mon amie. « Rrravissante, Phoenix. Ce costume parrrvient prrresque à camoufler tes vices cachés… » Je ne la connais que trop bien, elle comprendra aisément le sous-entendu. Je laisse passer quelques instants, sourit légèrement, plus par fausse politesse que par réel désir de me montrer courtois. « Je ne voudrrrais pas vous dérrranger outrrre mesurrre, continuez je vous prie. » lâché-je finalement, espérant que mon regard suffisait à leur communiquer tout mon scepticisme, quant à ce petit jeu auquel ils jouaient. Je m’écartais donc du duo qu’ils formaient, et me dirigeais donc vers Rachael… que je trouvais, elle aussi, en bonne compagnie.

Ma tête se tourne un instant vers Albus Lewis, qui semble trouver judicieux de se faire remarquer en public en proliférant des insultes sur une sang-de-bourbe à voix haute… sur le principe, je suis d’accord, un être aussi souillé qu’elle l’est n’a pas à l’approcher, mais il semble oublier que nous sommes entourés d’une multitude de préfets et de professeurs : et de ce fait, son intervention risque de lui attirer des ennuis, ainsi qu’à nous si nous demeurons à proximité de lui. Je préfère donc rejoindre Rachael, qui semble en pleine conversation, avec nulle autre que… Alexis Sherwin. Mes dents grincent légèrement à sa vue, en me rappelant nos derniers échanges épistolaires, ainsi que cette promesse de duel que nous nous sommes faite… Ce costume la change de l’uniforme habituel, et je dois dire… que je ne trouve pas le résultat repoussant. Au contraire, cette robe blanche la rend très jolie, et cette couronne d’oeillets rouges donne à sa chevelure un charme étonnant, mais il n’est bien sûr pas question que je le lui fasse savoir : cette fille est bien assez insupportable et provocatrice pour que je n’aie pas à m’attarder sur ces détails. « Mesdemoiselles. Je vous dérrrange… ? » les salué-je, en adressant un sourire à Rachael dans son accoutrement de squelette savamment réalisé, avant de toiser Alexis d’un air de défi, bien plus sérieusement. « Je venais m’assurrrer que tu ne glisses pas d’idée étrrrange à Rrrachael… » On ne sait jamais. Elle m’avait parlé d’acromentules dans son dernier courrier, et Rachael avait suffisamment eu d’ennuis comme ça dans la forêt, il était à mon sens, hors de question qu’elle soit embarquée dans une nouvelle galère, et surtout pas avec Alexis.


ATTENTION : image choquante, âmes sensibles s'abstenirrr /!\
Déguisement de Finn:


Spoiler:
 
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8747-professeur-john-mandrake-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8756-liens-de-john-mandrake#194989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8755-demandes-de-rp-pour-john-mandrake#194986http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8753-boite-aux-lettres-john-mandrake#194983http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8754-hiboux-express-de-john-mandrake#194984

Arrivé(e) le : 11/11/2017
Parchemins rédigés : 196
Points : 5
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mer 31 Oct - 21:49

- Ce serait très gentil de ta part.

Cela rappelait à John cette fameuse soirée ou Aurora et lui avaient gardé les enfants de sa sœur pendant qu'ils préparaient le dîner. Est-ce que les enfants s'en souviendraient eux aussi? Ce soir-là John avait fait preuve de pas mal de pédagogie. Une chose assez rare pour le noter, puisqu'en général Mandrake n'apprécie pas les enfants plus que cela. Il a tendance à se montrer froid et distant de manière générale et il peut parfois être assez dur. Poudlard était peut-être la seule expérience qui pourrait l'attendrir dans ce domaine. Et les enfants de la sœur d'Aurora aussi. Le professeur était encore sévère, mais avec certains il s'était confié et avait laissé quelques personnes entrevoir sa personnalité cachée sous son masque d'Auror strict.

- Pas de babysitting hein? Tu sais, j'ai mes limites.

Il lui avait répondu avec un léger sourire. Alors que John venait de lui attraper la main pour se confier plus personnellement à son sujet, ce fut au tour de la jeune femme de profiter de l'occasion pour lui dire ce qu'elle pensait.

- John, tu es… Tu es important aussi. Tout ce que tu fais, ici, en tant que professeur... Certes, c'est sûrement différent du métier d'Auror, et je sais parfaitement à quel point tu étais attaché à ta carrière, à ce que tu faisais pour le ministère. Mais ici, tu as la chance de donner à des jeunes les armes pour se défendre à leur tour, je trouve que c'est un métier plus beau encore. On vit à une époque compliquée, toi comme moi en avons fait l'expérience, ça nous a coûté tellement de choses... Mais toi non plus, je ne veux pas que tu te penses moins important. Je suis désolée que tu ne sois plus... en service, mais je ne pense pas que tu sois moins important que n'importe quel autre Auror ou sorcier. Tu as fait plus que ta part en tant qu'Auror, mais maintenant, je trouve que tu en fais davantage encore, en enseignant ici. Tout ce qu'on a appris, on l'a appris ici, à Poudlard. Et revenir ici, donner de notre temps pour les futures générations... J'étais surprise, en te découvrant au poste de Professeur de Défense contre les Forces du Mal, mais en y réfléchissant bien, je ne te verrais pas à une meilleure place. Grâce à toi, des enfants comme Hélios ou Cassiopea auront peut-être plus de chances que nous ou les gens qu'on a perdus. Ces gens "importants", c'est exactement ce que tu es. Tu es important, John.

Cela redonna un peu de courage à John. Il affichait encore une mine sinistre, mais au moins cette fois il souriait. Il avait fait sa part en tant qu'Auror, hein...? Plusieurs années en arrière il pensait que ce serait toute sa vie. Une vie assez courte, car en général les Aurors ne vivent pas très longtemps. Certaines exceptions entraient en ligne de compte, mais avec ses symptômes et la fatigue actuelle, John ne se voyait pas non plus faire professeur jusqu'au bout désormais. Au moins, c'était réconfortant d'entendre quelqu'un lui faire des éloges. La flatterie marchait peu avec John et il y accordait peu d'importance, d'où ses méthodes parfois dures et sévères et sa manière de parfois rabaisser les élèves les moins attentifs. Ce qui comptait pour lui était le résultat. Mais un compliment venant d'Aurora, c'était comme un baume sur le cœur.

- Je pensais qu'Auror ce serait toute ma vie. Je me suis entraîné pour ça, j'ai vécu pour ça. Aujourd'hui j'en vois le résultat: des opportunités ratées, des remords, des regrets... Ce n'est pas ce que je voulais au départ. Quand j'étais gamin à Poudlard je m'imaginais sur le terrain combattant pour la patrie et l'honneur. Mais les combats... Ça n'a rien de tout ça. Pas d'honneur, pas de gloire, rien. L'idée aura mis un moment à faire son bout de chemin, mais Professeur... Professeur cela permet d'améliorer les choses qui ne vont pas. Préparer les générations futures à faire mieux que nous avec tous les outils en main. Je n'ai pas appris de mes erreurs, mais eux peuvent en tirer des leçons... J'y crois, en tout cas.

Travailler au département des mystères et découvrir l'horreur derrière les Horcruxes avec Breckenridge... Le groupe de capture des Loups-garous qui ressemblait surtout à un groupe de chasseurs, le service actif et la violence des combats... John n'était pas fier de tout ce qu'il avait accompli au nom d'un ministère qu'il adulait autrefois. Les missions parfois peu orthodoxes c'était ce qui lui restait en travers de la gorge. Rien que ça, cela l'avait fait se questionner sur la légitimité de leur gouvernement. Personne ne le dira jamais, mais la torture reste monnaie courante en interrogatoire. Qui peut trouver ça décent d'infliger le baiser du Détraqueur à des détenus de toute façon...? Le fait d'être vulgairement jeté après avoir été blessé l'avait profondément blessé. Avec tout ce qu'il avait donné et ce qu'il avait dû faire, être remercié ainsi avait été une insulte.

- Tu l’es, pour moi. Je suis désolée, il fallait… Que je te le dise. Je n’étais pas là quand tu as traversé tout ça, je sais. Mais je suis heureuse que tu aies survécu, malgré le prix. Je... Je suis désolée si ça te gêne d'entendre ça de ma part. Ne t’en fais pas, j’ai bien conscience que les choses ne sont plus comme avant, entre nous.

John lui répondit aussitôt.

- Ne t'en fais pas Aurora. Il n'y a pas de mal. Je ne peux pas comprendre pleinement ta douleur, mais sache que tu as tout mon soutien. Tu es une partie importante de ma vie, je ne peux nier ça. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite surtout pas.

Se rendre disponible, c'était tout ce qu'il pouvait lui offrir désormais. Cela mettrait probablement du temps pour eux de recoller les morceaux, mais John gardait de très bons souvenirs avec Aurora. Que ce soit la chasse aux momies, leurs aventures de la Rome Antique ou tout simplement un bon repas de famille, elle avait fait battre son cœur à une vitesse incroyable. Il n'avait pas ressenti cela depuis Poudlard et Mark. Les amourettes il y en avait eu, les aventures aussi... Mais le grand amour, ça c'est une autre histoire. Le choix qu'il avait fait ce soir là, le soir de leur séparation, il le regrette encore aujourd'hui.

- Ça fait plaisir de retrouver des visages familiers ici. Je n’étais pas sûre de moi, mais avec Hélios ici et les derniers événements, je préfère rester proche de lui. Honnêtement... Ça me rassure un peu, de te savoir ici.

John afficha un sourire un peu plus gêné cette fois-ci. Il se gratta légèrement l'arrière de la tête avant de répondre.

- Allons allons, je suis à la retraite pour ce qui est du travail d'Auror. Ce... ce n'est pas pour rien. Mais je me suis dit que je devais tout de même être présent. Le directeur a des goûts bizarres en ce qui concerne les événements de l'école.

Aurora se dirigea vers le bar. John la suivit tranquillement, s'approchant du comptoir et s'installant sur un tabouret après avoir tiré le siège de sa collègue pour l'inviter à s'asseoir.

- Bon, j’ai bien besoin d’un verre.

- Je te proposerai bien un Whisky, à moins que cela te gêne...?

Il n'avait pas lâché son histoire de flasque pour autant. Ce soir il en avait besoin. Dire qu'il n'était pas dépendant serait se voiler la face, John savait pertinemment que c'était mauvais pour lui. Mais en dehors de son médicament, c'était la seule chose qui le soulageait de sa douleur. La soirée passée avec Ula l'avait mis dans un état spectaculaire. Jamais il n'avait autant bougé depuis sa blessure. Le seul effet positif et éphémère d'un poison très lent qui commençait à gagner du terrain.

Spoiler:
 




" Le feu couve dans une âme plus sûrement que sous la cendre "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10029-hannibal-atlas-srensen-objection-votre-honneurhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10036-hannibal-good-laws-have-their-origins-in-bad-moralshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10037-hannibal-lettres-recommandeeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10038-hannibal-soyez-brefs

Arrivé(e) le : 19/08/2018
Parchemins rédigés : 100
Points : 4
Crédit : Eriam ft. Nick Robinson
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Prrrudence

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Jeu 1 Nov - 22:30


Soirée d'Halloween

Hannibal & cie
Le commentaire poli de Sleibhin me parvient aux oreilles au milieu du brouhaha qui règne aux Trois-Balais et je lui offre un sourire amusé. J’imagine que mon costume peut déstabiliser lorsque l’on voit l’aspect sophistiqué et recherché de ceux des autres élèves mais je m’en moque. L’ironie de la situation est bien trop belle et ce simple fait m’amuse comme un enfant. L’espace d’un instant je me demande ce que Grand-Père penserait de nos accoutrements respectifs, à Finnbjörn Judith et moi, mais je repousse cette idée. Ce soir n’est pas coutume et j’ai bien l’intention de m’amuser malgré le peu d’entrain que me provoque habituellement Halloween. J’aimerais juste que mon frère et ma sœur ne tardent pas trop à nous rejoindre toutefois ils semblent l’un comme l’autre avoir décidé de jouer la carte des prolongations.
Tandis que je m’éloigne de Phoenix après lui avoir susurré des félicitations dûment méritées vis-à-vis de son déguisement je sens Albus me frapper vigoureusement du coude et j’hausse un sourcil interrogateur. Son commentaire, bien que lancé discrètement, semble parvenir aux oreilles de Phoenix et je ne m’en formalise pas. Après tout, je ne suis pas du genre à me cacher lorsque quelque chose me plaît et encore moins lorsqu’il s’agit d’une belle sorcière à l’ascendance pure !
 
« Disons que nous avons voulu, nous aussi en temps que sorrrcier, nous déguiser en quelque chose d’effrrrayant pourrr notrrre monde, lui dis-je d’une voix amusé, alorrrs il semblait totalement justifié d’adopter les trrraits d’un moldu le temps d’une soirrrée. »
 
À nouveau, je lui offre un sourire franc et un brin glacial comme bien souvent lorsque j’aborde le sujet le plus fâcheux qui soit à mes yeux. Je me permets d’être un peu plus libre avec mes camarades ici présents en ce qui concerne les moldus, leur place dans le monde et mon point de vue vis-à-vis de tout ça d’où l’ironie mordante dans mes propos mais je sais qu’ils ne m’en tiendront pas rigueur, bien au contraire. Non pas que je ne sois pas satisfait du rôle que je me suis construit ici, à Poudlard, et du personnage que je m’efforce de jouer devant l’ensemble du château cependant j’aime également abaisser ma garde et être moi-même en compagnie de personne dignes d’intérêt de temps à autre. Et ce soir me semble être une parfaite occasion pour cela !
Finnbjörn brillant toujours par son absence je scrute à nouveau la foule dans l’espoir de l’apercevoir sans succès pour le moment. Le connaissant il doit certainement être en train de pester contre le nombre de personnes ici présentes et l’abondance des impurs et autre immondices que contient Poudlard mais ce n’est pas une raison pour nous faire ainsi attendre ! Au moment où je m’apprête à répondre Alexis Sherwin fait son apparition devant nous vêtue d’une robe blanche arrosé de liquide rouge. Charmant.
 
« Alexis Sherrrwin, dis-je en guise de salut et en inclinant la tête en sa direction, désolé de te décevoir mais norrrmalement son costume serrra aussi inattendu que le mien, on devrrrait le repérrrer plutôt facilement une fois qu’il serrra là. Mais il est vrrrai que le camouflage serrra total ! »
 
Le reste de sa phrase aiguise ma curiosité et je fronce les sourcils avant de demander :
 
« De quoi veux-tu parrrler ? »
 
 
Mais finalement Sleibhin semble avoir la situation en mains concernant les éventuels soucis d’Alexis et je ne m’en formalise pas. J’espère juste que cela ne concerne pas le Ministère ni quelque chose qui pourrait m’intéresser… Il faudra que j’essaye de savoir de quoi il en retourne au cours de la soirée.
Afin de ne pas perdre trop de temps à attendre mes cadets, nous nous dirigeons au passage en direction du bar afin que les filles puissent à leur tour choisir une boisson. Sleibhin se sert rapidement en jetant des coups d’œil suspicieux autour d’elle – je dois admettre que je la trouve très amusante et que sa compagnie est toujours riche en rebondissements – et Phoenix décide de m’imiter en prenant l’un des cocktails de couleur rouge brique. J’en reprends une gorgée alors que de l’agitation se produit non loin d’Albus. Je fronce les sourcils en le voyant parler avec l’une des souillonne qui avait occupé les cachots il y a de ça deux ans et le commentaire de Sleibhin ne fait que confirmer mes doutes. Je me demande bien ce qu’il peut bien tirer comme avantages de cette sang-de-bourbe… De mon côté je me permets de fréquenter Robin Prevost, non sans révulsion, mais je dois admettre que cette couverture m’est plutôt utile en fin de compte. Sans parler de sa capacité à se couper en quatre pour me satisfaire. Je jette un coup d’œil aux autres élèves toutefois elle ne semble pas être dans le coin pour le moment et je dois bien admettre être soulagé. Si je dois passer ma soirée à faire la cour, je préfère que ce ne soit pas à cette Serdaigle au sang impur !
Le bruit d’une gifle me tire de mes pensées et j’arque un sourcil en remarquant la sang-de-bourbe la main levée en direction du visage d’Albus qui s’est un peu éloigné de notre groupe. La Serpentard est retenue au dernier moment par son frère et je préfère éviter le drame qui risque de suivre. Instinctivement j’attrape doucement Phoenix par le bras afin de l’éloigner de cette scène lugubre et fait un signe de tête aux autres pour qu’ils nous suivent. Je ne sais pas à quoi joue Albus mais je n’aime pas vraiment ça, sans parler de la cracmole qui arrive à son tour sur les lieux en glapissant comme un goret avant de lui retirer des points. Par pitié que cette mascarade cesse s’il-vous-plaît, cela devient gênant !
J’aperçois enfin mon frère faire son apparition non loin de nous et je dois me retenir de rire devant son accoutrement. Le résultat est tel que l’on pourrait sans souci le confondre avec l’un de ces être immondes et sales qui partagent notre monde. Je le vois nous regarder avec Phoenix et je crois comprendre à son regard qu’il est plutôt mécontent.
 
« Merrrci Finnbjörrrn, dis-je en levant ma casquette tel un vulgaire moldu, je rrreconnais que le tien est tout simplement parrrfait. »
 
Mon cadet s’empresse de féliciter Phoenix pour son propre déguisement et je fronce imperceptiblement les sourcils en entendant sa dernière phrase. Je ne me suis pas trompé et apparemment il semble plus que mécontent de nous voir ainsi discuter. Je parlerai avec lui à l’occasion.
Alors que Finn se rapproche de Sleibhin et Alexis et entame la conversation avec elles je me retourne vers Phoenix, mon verre de cocktail toujours à la main.
 
« Désolé que tu aies assisté à ça, soufflé-je en désignant d’un bref signe de tête la cracmole en grande discussion avec la sang-de-bourbe à l’autre bout de la salle, je pense que nous mérrritions tous mieux que cette catastrrrophe. »
 
Je déteste les personnes qui se donnent en spectacle et encore plus lorsqu’il s’agit d’une de mes fréquentations. Je n’ai pas honte d’admettre que je suis rusé et calculateur et voir ainsi des gens se laisser dépasser de la sorte me donne presque la nausée. Comment peut-on ne pas comprendre que chaque parole a ses conséquences ?
 
« Parrrlons de choses plus joyeuses, lancé-je alors à mon interlocutrice, comment vas-tu depuis la derrrnièrrre fois ? »
 
Tandis que j’attends sa réponse j’aperçois enfin Judith se frayer péniblement un chemin dans la foule, elle aussi déguisée pour l’occasion.


HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10285-alexis-v-sherwin-your-level-of-success-is-determined-by-your-level-of-discipline-and-perseverance#219734http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10292-alexis-4eme-gryffondorhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10318-alexis-v-sherwin-mailboxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10319-alexis-v-sherwin-express-mail

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1964
Points : 5
Crédit : *bazzart(Adelaide Kane)
Année : 4ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jill, Prof Soussa & Allen

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Ven 2 Nov - 12:49


Halloween

L’envie d’en arriver au conflit, comme était en train de le faire Albus Lewis, était loin de faire partie des mes prévisions pour la soirée. Pourtant, la nécessité de maintenir le petit groupe sur ce même chemin était évidente… mais finalement, ne pas réagir à ce qu’il venait de dire sur « les sangs-de-bourbe » me sembla être la meilleure manière de réagir. Valeska, le frère, venait de nous approcher de près et j’avais eu l’impression qu’une lumière de dénonciation s’était allumée au dessus de ma tête. C’est moi qui lui écrivais…. Peut-être serait-il désormais nécessaire de lui suggérer de déconseiller à sa sœur de fréquenter Lewis…. Chassant ces pensées de mon esprit, je me tournai finalement vers ma camarade de dortoir, Sleibhin qui fit une remarque sur le costume de Finn. Pour toute réponse, je repris après elle pour dire : « Un épouvantable ourson obèse qui se goinfre de miel. » Je penche la tête, sans sourire avant de hausser les épaules. Si je pouvais trouver une idée ridicule pour Finnbjörn, c’est sans problème ! La remarque suivante de Sleibhin me fit cette fois-ci sourire et je manquai de peu de déverser un peu de venin supplémentaire sur le dos de Finn en lui disant que, pour une fois, il serait un plaisir pour les yeux s’il se rendait invisible à l’œil nu ; mais garder ces petites vacheries pour moi était aussi bien. Au lieu de perdre du temps inutile, je sollicitai l’attention de quelqu’un et cette personne était toute trouvée : Sleibhin. La seule qui n’avait pas l’air de roucouler avec quiconque et qui ne se battait pas avec les nés-moldus. Mais une voix qui ne m’était pas inconnue s’éleva et je tournai les yeux vers Hannibal qui me salua à sa manière avant de me faire une remarque sur le grand absent de la soirée. Pourquoi toujours lui ?! Hannibal m’obligeait à chercher Finn du regard pour la deuxième ou troisième fois de la soirée, ce qui n’était pas l’objectif. « Bonsoir, Sørensen ! Bien joué pour le costume, j’ai bel et bien eu une vision d’horreur en arrivant…. » C’était de l’humour. « Et ton frère n’a pas besoin de costume pour me donner une vision d’horreur… » pensai-je sans prendre la peine de le dire à voix haute, et sans le penser une seule seconde. Finn n’était pas une vision d’horreur, il était même aussi agréable à regarder que son frère, mais il était de mon devoir de le lui faire croire. « Finnbjörn va donc nous honorer de sa présence ce soir… » Je termine en roulant les yeux, curieuse de savoir de quel camouflage il parle. L’occasion de lui adresser de nouveau la parole ne me fut pas donnée puisqu’il me demanda de quoi je voulais parler…

Finalement, il se détourne et je me retrouve à côté de Sleibhin à qui je vais pouvoir parler en toute tranquillité. Attrapant un verre du bout des doigts, manquant de peu de le faire tomber, je me tourne vers Sleibhin pour commencer à lui dire : « Du venin d’A…. » Et qui nous interrompt ? F.K.S. en personne. Qui n’a pas daigné faire le moindre exercice pour s’exprimer correctement et qui, justement, nous dérange au pire moment. Tournant le visage vers lui, je ne pus m’empêcher de dire à l’attention de Sleibhin : « Raté …. Il n’est pas invisible. » Le ton volontairement déçu allait avec, je détaillai ensuite la tenue du nouveau venu sans faire preuve de discrétion avant de commenter : « Joli costume. Il manque peut-être un peu de bave… et l’air ahuri caractéristique des moldus… Je te proposerai bien un peu de mon….sang Sørensen, mais il faudrait pour ça que tu viennes te frotter à moi et il est hors de question que j’autorise un moldu qui vient d’interrompre l’une de mes discussions à faire une telle chose. » Je tournai les yeux vers Sleibhin, espérant lui faire passer le message suivant par un regard : « la discussion pour plus tard ! » avant de reporter mon attention sur Finn. Sa tenue lui donnait un air que je ne lui avais jamais vu. Il paraissait moins sévère que d’habitude… peut-être un peu plus « normal ». Je n’ignorai pas le fait que l’idée de se pointer en « moldu » représente sa manière de répugner l’espèce, mais tout de même, l’effet était réussi. Il aurait fallu que je me pince de me dire que j’étais contente qu’il soit là. Les taquineries iraient sûrement bon train si nous passions une partie de soirée ensemble, mais cela ne me dérangeait pas outre mesure. Je n’avais pas touché au verre que j’avais à la main, mais mon autre main attrapa l’un des « fils », accessoires du costume de Finn ; je l’enroulai entre mes doigts en disant : « Et ça, c’est pour quoi ? Un accessoire avec lequel ils se grillent le cerveau ? Vendons-le en masse, si c’est le cas….ce sera plus discret que l’idée de Lewis pour s’en prendre aux nés-moldus. » Je roulai les yeux, récupérant ma main avant de jeter un coup d’œil à mon verre en grimaçant.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6073
Points : 22
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Ven 2 Nov - 13:56


soirée d’halloween
Rioghbhardan & les autres

Si on oublie les araignées à la porte et l’absence de Milo sans que je ne sois en mesure de savoir si c’est normal ou non (ni même réellement si ça me gêne, pour être tout-à-fait honnête) ça a l’air de ressembler à une bonne soirée. En tout cas, si Londubat nous a rien préparés de potentiellement foireux. Jusque là, c’est pas mal. Pas la meilleure soirée de tous les temps mais franchement, ça va. Pour éviter tant la discussion que les images gênantes encore fraîches de la porte, je me glisse jusqu’au bar où, après quelques mots échangés avec Ula, je récupère deux verres d’une boisson non-identifiée. C’est rouge, ça sent plutôt bon… On dira qu’on ne risque pas notre vie sur ce cocktail. En vrai, j’en ai pas la moindre idée. La confiance avec l’école est morte depuis trop longtemps pour ne pas se poser la question. Pourtant, ça ne m’empêche pas d’y tremper mes lèvres. Au diable les risques, j’imagine ! « Vous connaissez ? Avec la serveuse… ? » Le ton de Tracy ne laisse pas de place au doute. Je hausse les épaules. Si la question est : est-ce que je fricote avec, la réponse est non. Mais quand bien même ce serait le cas, elle n’est pas ma prof et elle n’a pas deux fois mon âge alors je ne vois franchement pas où serait le problème. « Vaguement. On s’est croisés par hasard, cet été. » Je tais scrupuleusement l’état général de cette rencontre, le pub miteux, l’embrouille avec ma mère… Tout. On s’est croisés, ça suffit à lui répondre. Après tout, j’y suis pour rien si la première chose qu’elle m’ait dite est de la tutoyer. Je m’y tiens. Finalement, je n’aurais pas eu le temps de m’étendre davantage, ni même de lui expliquer plus en détails cette histoire de sortilège que Milo se joint à nous, débarquant de nulle part tout sourire (et particulièrement séduisant).

J’avoue que je n’ai pas la moindre idée de l’attitude à adopter. En temps normal, j’aurais effacé la distance entre nous, glissé mon bras autour de sa taille, probablement posé mes lèvres sur les siennes… Comme d’habitude quoi. J’ai pas de problèmes avec ça, même si y’a du monde. Je dis pas que je lui aurais roulé le patin du siècle sous le nez de Tracy, évidemment, mais je ne serais pas nécessairement resté planté à la même place… Pourtant, qu’il n’esquisse pas le moindre geste dans ma direction me pousse à en faire autant. Au point où on en est, c’est à se demander si on est vraiment ensemble, en réalité. J’en suis plus très sûr. Parce que soi, c’est devenu juste un mot sur une relation qui n’existe plus depuis plusieurs semaines… « C'est vrai mais d'habitude il y a moins de monde ici et plus de lumière aussi ! » Je hoche machinalement la tête alors que j’ai la désagréable impression qu’il cherche à se justifier. Je ne disais pas ça méchamment, en vrai. Juste qu’on s’était posés près du bar, ce qui est, techniquement, le meilleur endroit pour retrouver les gens dans ce genre de soirée. Parce qu’après, tout se ressemble, on se retrouve vite noyé au milieu du reste du monde… N’empêche, j’ai du mal à détacher les yeux de lui. Il est beau, comme ça. Ça lui va bien. Je sais que je ne suis pas très objectif mais tout de même. Je suis certain que beaucoup de filles ont dû se retourner sur son passage jusque là. Et mine de rien, cette idée me dérange plus que je ne l’aurais cru. « C’est Dan, il est difficilement reconnaissable avec les entrailles à l’… » Je détourne brusquement le regard, reportant mon attention sur Tracy dans un sursaut maladroit. Dit à haute voix, ça… Je sais pas. Je sais pas… C’est pas différent de la vérité, peut-être que c’était conscient quand mon choix s’est porté sur ce costume plus que sur un autre, mais de l’entendre balancer ça sur le ton de la conversation, je me sens étrangement con. Comment je suis censé réagir, là, hein ? Me mettre à glousser bêtement comme si c’était une blague. Je sais pertinemment que pour lui, ça n’en sera pas une. Loin de là… Je m’étonne même qu’il ne m’ait pas déjà engueulé, en réalité. Ou alors, peut-être qu’il s’en fout ? C’est pas impossible. De l’eau a coulé sous les ponts, depuis. J’imite instinctivement Tracy et plonge dans mon verre en observant, avec un désintérêt particulier, le reste des élèves. On a jamais reparlé de tout ça. Ni avec elle ni avec Milo. Ça fait partie de la foule de sujets tabous qui existe encore aujourd’hui. Je ne sais pas si ça changera un jour, si on sera en mesure d’en parler librement, comme ça, autour d’une discussion lambda. Honnêtement, j’en doute. Et je ne suis pas certain que ça me déçoive plus que ça.

Par un miracle que je ne saurais expliquer, la conversation continue. Toujours aussi superficielle. Presque gênante. J’aimerais me dire que c’est la présence de ma meilleure amie qui fait ça mais je sais pertinemment que non. Bien au contraire. Elle nous offre une diversion. Elle nous permet de nous inclure ensemble dans quelque chose, qu’importe si c’est trois mots balancés à l’arrache pour faire genre… Je ne suis pas sûr qu’on puisse en espérer autant si elle s’en va. On resterait là, plantés côte à côte en attendant qu’un miracle se produise mais comme il ne se produirait pas, j’ai aucun mal à me voir rejoindre Keagan et Daniela dans un « je reviens » menteur… Avec un peu de chance, il comprendrait et rejoindrait Atwood ou la Parfaite Felicia, ou bien je m’excuserais sur le chemin du retour comme quoi j’ai pas vu le temps passé, que je l’ai pas retrouvé ou une autre stupidité du genre. « Comme d'habitude, des élèves qui se disputent parce qu'ils se rendent compte qu'ils ont le même costume et qu'ils auraient voulu être unique. C'est d'ailleurs pour ça que je suis arrivé en retard, j'ai dû les aider à apporter des modifications à leurs costumes pour qu'ils arrêtent leur cinéma ! » C’était sûrement ça, le bordel que j’ai entendu dans la salle commune avant de descendre, alors. Il aurait au moins pu prévenir, je l’aurais attendu. Ce qui est complètement con quand on y pense parce que ça n’aurait fait qu’accentuer le malaise sur le chemin. Je ne suis pas sûr que le silence et l’ignorance dont on fait preuve en permanence ces derniers temps auraient soudainement disparu parce que c’est une soirée spéciale dans le calendrier de l’école… Je les vois d’ici commencer à parler trucs de préfet, responsabilités et compagnie alors, machinalement, je décroche. C’est pas que ça me dérange ou que ça ne m’intéresse pas, j’ai juste pas envie de réaliser qu’ils ont plus en commun, tous les deux, que je ne peux avoir avec rien que l’un d’entre eux. Je bois une nouvelle gorgée de ce truc au goût indéfinissable et repars dans l’observation négligée de la salle… J’aurais sûrement dû m’abstenir de venir. On ne peut pas rentrer quand on veut et je regrette déjà à moitié d’être là. La soirée va être interminable. Peut-être que fuir vers Danni ne serait pas la plus mauvaise idée du siècle… Après tout, ils sont pas tous seuls, là, ils peuvent se tenir compagnie mutuellement, sauver le monde des vilains élèves qui voudraient gâcher la fête ou je ne sais quoi. J’ai pas l’impression qu’ils aient vraiment besoin de moi… Il faut que le regard de Tracy se plante dans le mien pour que je refasse surface et me réintéresse à ce qu’il se passe. « Hein…? » Son insistance ne met pas longtemps à me mettre sur la voie. Je n’ai pas la moindre idée de ce qu’elle a dit en réalité mais ça devait ressembler à un « je vais peut-être vous laisser en amoureux » ou je ne sais quelle autre merde du genre. « Non. » Et si c’était pas ça, et bien au pire j’aurais l’air con, mais je suppose que je ne suis plus à ça près, ce soir…

« Salut vous tous, ils sont trop cool vos costumes, je suis jalouse ! » En temps normal, j’aurais sûrement fui. C’est pas que j’aime pas Savannah, hein, j’avoue que notre séjour à la Ferme me l’a fait voir autrement, la gamine, mais c’est qu’elle me met mal à l’aise, en réalité. D’autant plus qu’elle me rappelle désormais, elle et sa famille parfaite, tout ce qui m’a échappé… Sauf qu’aujourd’hui, rien ne pourrait me mettre plus mal à l’aise que la situation que je suis en train de vivre actuellement alors, forcément, la voir débarquer à son tour, souriante et enthousiaste comme si on l’avait invitée à me rejoindre, me soulage plus que de raison. Je réponds à son sourire sans feindre quoi que ce soit. Elle a des airs de délivrance. « Savannah ! Ça fait plaisir de te revoir ! » Personne n’est sans savoir qu’elle n’a pas rejoint les rangs de l’école dès Septembre. Je ne sais pas exactement ce qu’elle avait, dire que ça m’intéresse serait mentir, mais c’est toujours rassurant de savoir que ça va assez mieux pour revenir parmi nous. « C'est un plaisir de te voir Savannah, ton costume est marrant. » Comme je l’ai fait concernant Milo quelques instants plus tôt, je hoche la tête au compliment. C’est une chouette citrouille. Elle est mignonne comme ça. « C’est du fait maison ou vous les avez achetés comme ça ? » Comme si la question se posait vraiment ! J’ai une tête à faire des trucs moi-même, sérieusement ? Surtout pour ça quoi. « C'est du fait main pour moi ! » Et autant dire que ça, ça ne m’étonne pas le moins du monde. On en a pas reparlé, de ça, non plus. Alors, bêtement, ça me fait plaisir de savoir que ses aventures de l’été, aussi foireuses qu’elles aient pu être, ne l’ont pas complètement détournée de ce que je connais d’elle. Peut-être que je finirai par la retrouver, un peu, à l’occasion. Je veux dire… Pour de vrai. « Félicitations, vous avez bien commencé l’année à Serdaigle, j’imagine que tu es fière de ta maison. » Gna gna gna… Tu parles ! Comme quoi, chez nous, la Merveilleuse Préfète qu’on se farcit cette année n’est même pas foutue de motiver les troupes. Mandragoran était plus efficace alors que je crois que j’ai jamais entendu le son de sa voix ! Tu m’étonnes qu’elle doit être cool, celle-là, inutile comme elle est ! Je glisse discrètement un regard à Milo, qui doit voir la Coupe nous échapper un petit peu. À moins qu’il s’en fiche, de ça aussi ? C’est pas impossible non plus. Il a peut-être mieux à faire. Je réprime un frisson désagréable en imaginant à quoi doivent ressembler toutes leurs entrevues pour qu’il y ait aussi peu de résultats visibles de notre côté. Dans le fond, peut-être que ça expliquerait aussi en partie qu’il laisse une telle distance entre nous…
Made by Neon Demon


déguisement:
 



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 16/10/2018
Parchemins rédigés : 82
Points : 19
Crédit : Moi même
Année : Sixième année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Nope

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Dim 4 Nov - 0:02



Je pensais bien que tout s'arrêterait là. Mais non. Ca continue. Ca empire. Je perds pieds. Je tombe. J'ai froid. La stagiaire June vient m'interpeller, me criant son discours de bonne conscience, d'ouverture d'esprit et d'égalité. C'est bien beau, c'est joli. Ca retire des points, beaucoup trop sans même connaître les raisons des dires, sans savoir ce qu'il se passe. Autant dans ma tête, que dans ma vie. Effectivement, ceux sont des mots forts et je les assume. Actuellement je les pense encore mais je ne sais pas si dans quelques semaines ça le serait encore. J'ai l'air détaché encore à cet instant mais je ne souhaite que partir, loin. Loin d'eux tous, loin du monde, loin de leurs yeux qui me fixent de partout. Oui c'est une scène, vous n'en avez jamais vu? D'autres dires frappent à ma porte. Le monde s'est passé le mot pour s'acharner sur moi. Je le comprends mais il ne faut pas s'étonner si vous nourrissez ma haine, envers vous ou même envers tous. Même toi Hannibal tu me lâches, tu t'écartes, tu me dévisages, tu prends tes mesures. Dois-je comprendre que toi aussi, je t’écœure? Désolé d'être un imprévu dans ton plan pour séduire, je me retire j'ai bien compris. Sans même dire d'avantage, pensant avoir fait assez pour la soirée, en cinq minutes, je m'isole. Je digère autant les actions survenus que mes propos qui hantent dès à présent mes pensées. Lui ai-je vraiment dis ça?  Le pensais-je? Il est évident que non... Mais je me devais de le faire, pour elle, pour moi, pour ce dont nous croyons. Nous sommes trop différents, ce serait trop compliqué, à vivre, à ressentir, à faire comprendre ou même à comprendre tout court...

C'est à ce moment que je réalise, que je regarde autour de moi. Les discussions et la soirée étaient revenues à leur ambiance précédent la confrontation. Je le vois. Elle est isolée, je le suis aussi mais à la différence qu'elle n'est pas seule. Elle est entourée, prise à part pour l'aider à aller mieux, lobotomiser de leurs belles paroles pour sûrement la tenir à l'écart et je comprends. Je comprends autant les efforts de son entourage qu'Hannibal qui m'abandonne. J'aurais sûrement fait la même. On est pas si différents. On voit l'écart entre les pseudos gentils qui se serrent les coudes et les pseudos méchants qui ne servent que leurs intérêts. Des fois, comme maintenant, je regrette ce choix, ce camp, ces idéologies. Mais comme une source de chaleur qui remonte, je reprends conscience, sortant la tête de l'eau. Je ne fais pas tout ça pour moi, même si c'est compliqué, même si c'est lourd, même si j'ai envie de tout plaquer. Je fais ça pour rendre fier la personne qui a toujours cru en moi, qui en voulait toujours plus, qui voulait que je reprenne le flambeau. Pétra. Elle. Elle me croyait capable de réaliser un tel acte, un tel projet. Je ne peux la décevoir et je le ferai. Je t'en fais la promesse. J'anéantirai ces moldus, ces cracmols, ces sang-de-bourbe autant que les autres. On ne peut compter sur personne et je ferai ce que tu as souhaité. Pourtant, mon cœur, mes ténèbres souhaitent plus. Elles ne seront guère satisfaites. Il m'en faut plus. je pousserai le projet jusqu'au degré final. Jusqu'à la fin, jusqu'à ce que le moindre être humain donne son dernier battement sous mes yeux. Il faut plus que jamais que je bosse dessus et que j'oublie le reste. Plus rien ne doit compter pour moi. Plus rien, plus jamais. Alors sors de ma tête. Gretel. Sors de ma tête...

(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6352
Points : 24
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Dim 4 Nov - 12:55


❝ Soirée d'Halloween❞Milo

Déjà que je trouvais que la situation était étrange et pas forcément des plus agréable mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle puisse empirer autant. J'étais venu les rejoindre dans l'espoir de pouvoir passer un peu de temps avec Dan, lui montrer que j'étais toujours là, que j'avais envie de passer cette soirée en sa compagnie, que je n'avais pas envie de le fuir à nouveau. Je ne savais pas si le message serait clair mais peut-être que j'aurai l'occasion de le lui dire dans le courant de la soirée. On a passé tellement de temps à limite s'ignorer, que ma présence ici devrait l'étonner, mais dans le bon sens du terme, en tout cas ça l'était à mes yeux. Mais j'avais la sensation que ça ne lui faisait ni chaud, ni froid et que limite, si je n'étais pas là, ça serait mieux. Et on ne va pas se mentir, c'est un peu blessant. Pourtant je ne dis rien et garde le sourire, Rome ne s'est pas construite en un jour, j'imagine que nos retrouvailles ne se feront pas en une soirée non plus. On a passé trop de temps à ne pas se parler que j'imagine que c'est devenu moins naturel de le faire aujourd'hui, surtout avec du monde autour. Alors on fait genre et je croise les doigts pour que ça passe et que ça lui ouvre les yeux. J'essaye d'arranger les choses. C'est bête à dire, mais au fond de moi, je me dis que moi au moins j'essaye, mais j'imagine que s'il ne le veut pas, ça ne servira pas à grand chose. Mais je chasse cette idée de mon esprit, ce n'est pas le moment de penser à ça, ni le moment de baisser les bras. Et puis ce n'est pas comme si on pouvait rentrer comme on voulait, j'imagine que c'est un mal pour un bien. Mais quand Tracy parle de son costume, avec ses tripes qui sortent de son ventre, mon coeur bat un battement et je reste interdit quelques secondes. Pour être honnête, mon inconscient n'y avait pas pensé, pour se protéger très certainement, mais visiblement, tout le monde ne voulait pas me protéger. Sympa. Je me fige sur place, le rouge me montant aux joues et je détourne le regard. Je ne peux pas me plonger dans ma boisson, comme elle le fait, alors je me contente de me racler la gorge, gêné. Merci Tracy ! Surtout, t'hésites pas à refaire un boulette !

Du coup je me pose des questions. Je sais que de la part de Tracy, ce n'est qu'une maladresse. Je sais qu'elle n'est pas méchante au point d'avoir envie de foutre la merde plus que ça l'est déjà. Mais lui ? Après tout, c'était son idée de faire ce costume. Parmi tout ceux qui existaient, il a fallu qu'il choisisse celui-là en particulier. Mon regard glisse sur son ventre et il se tinte de tristesse. Je sais que sous ce costume, il y a une cicatrice et qu'elle est de ma faute. Alors tout ça, c'était pour me faire culpabiliser ? Vu qu'on ne se parle plus, il a trouvé une autre façon de me blesser ? Est-ce que c'était conscient ou inconscient ? Je crois que je n'ai pas envie de le savoir. Quand elle essaye de se rattraper en parlant des élèves, j'esquisse un sourire triste. Oui, j'imagine que j'ai eu de la patience, mais ce n'est pas comme si j'avais vraiment eu le choix. C'est notre rôle d'aider les autres, alors que j'en ai envie ou non, j'imagine que je le fais et je me la ferme. "C'est pas comme si j'avais vraiment eu le choix !" C'est pas en leur criant dessus ou en les ignorant qu'on arrange les choses. La preuve en est, on ne se parle pas avec Dan et on est à la limite de la rupture, alors c'est clair que c'est une idée de merde. Mais c'est cool si ça c'est bien passé de son côté. Il faut croire que les Serdaigle sont parfaits ... évidemment, je ne le pense pas et je sais que c'est faux, mais j'imagine que cette rancoeur qui nait en moi n'existe que parce que Dan à l'air de s'en contre balançait que je sois là et décroche totalement de la conversation. Je me donne vraiment du mal pour rien et c'est de plus en plus blessant. Je commence à me demander si je ne vais pas trouver une excuse pour m'en aller. Encore que, visiblement, je pourrais juste me barrer qu'il ne le remarquerait même pas. Mais je m'en veux de reporter ma frustration sur Tracy, alors qu'elle n'a rien fait dans cette histoire. Si tout c'est bien passé dans sa maison, ce n'est quand même pas de sa faute, il n'y a aucune raison de lui en vouloir pour ça. "Je pense qu'on le saura vite si ça se passe mal, t'inquiètes !" Dis-je en esquissant un sourire, essayant de ne pas prendre en compte la réponse précipitait de Dan. Non, visiblement il ne veut absolument pas se retrouver seul avec moi. Au moins le message est très clair, plus de doute à avoir.

J'allais chercher une excuse pour m'en aller, vu que ma présence n'était absolument pas désirée par mon propre petit ami, quand une nouvelle tête fit son apparition. "Bonsoir !" Lui dis-je en lui offrant un sourire. Je ne la connais pas particulièrement, mais j'imagine qu'elle est amie avec les autres autres, sinon il n'y aurait aucune raison qu'elle vienne ici. Je l'ai déjà vu au chevet de Dan à la ferme, alors j'imagine qu'ils sont assez proches, même si, il est vrai, je ne l'ai jamais vraiment vu depuis lors. J'ai peut-être pas fait attention ou alors peut-être se sont-ils disputés ? En vrai je l'ignore et actuellement, je m'en balance un peu."Je l'ai acheté !" Je pense que tout le monde s'en était douté. Je n'ai pas le talent de Tracy pour la couture et pas assez d'imagination pour faire un costume sympa. Et puis on ne va pas se mentir, à partir du moment où on a de l'argent, pourquoi se prendre la tête à faire quelque chose qu'on peut trouver en mieux dans le commerce ? Je n'ai jamais fabriqué de costumes, je me suis toujours contenté de suivre les directives de ma famille et ça me convenais très bien. J'imagine qu'encore aujourd'hui, je choisis la solution de facilité. Quand Savannah félicite Tracy parce que les Serdaigle sont en tête de la course à la Coupe, je baisse le regard. Merci de nous le rappeler. C'est bête à dire mais j'aimerai vraiment que notre maison remporte cette coupe pour partir d'ici avec au moins la satisfaction d'avoir apporté quelque chose à notre maison. Certes, on l'a gagné l'an dernier, mais j'aimerai partir sur une victoire. Vu comment se présente ma vie actuellement, qu'il y ait au moins un truc positif. Mais j'imagine que jouer les mauvais joueurs ne m'apportera rien, mais j'avais pas franchement le coeur à la féliciter pour autant, alors je me contente d'avoir le moral totalement miné par cette soirée, en me demandant pourquoi j'étais venu. Les filles commencèrent à discuter Quidditch et je me sentais encore plus exclu de la conversation que jamais. Alors je me contente de garder le silence en observant le vide d'un air absent.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1605
Points : 13
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Dim 4 Nov - 15:17


Tout le monde

Soirée d’Halloween
Je ne sais pas si j’ai atterri dans le bon groupe, mais je pense que oui, contrairement à la soirée des Serpentard où j’ai jugé bon de me tourner vers Albus qui ne m’a pas franchement accueillie à bras ouverts. Au moins, je connais bien ou plutôt bien Dan et Tracy ce qui me permet de ne pas être en terrain totalement inconnu, quant à Milo, je sais que le bruit court dans les couloirs qu’il est l’un des meilleurs préfets que Poufsouffle n’ait jamais connu. Je crois aussi savoir que les deux garçons sont en couple mais avec les vacances d’été et mon absence d’un mois, je ne suis pas sûre de ne pas avoir loupé certains événements et je préfère ne pas essayer d’en savoir plus de peur de mettre les pieds dans le plat. Ils n’ont pas l’air spécialement proches actuellement mais peut-être n’aiment-ils juste pas être vus en public à se tenir la main et à se faire des bisous. J’avoue que ça m’arrange, les démonstrations publiques d’affection m’ont toujours mises légèrement mal à l’aise, je crois que je ne serais pas venue vers eux si ça avait été le cas. Ou alors, on se serait relayé pour tenir la chandelle, Tracy et moi, ça aurait pu être sympa. Je n’ai pas reparlé à la Serdaigle depuis que nous sommes mortes ensemble à Halloween l’an dernier, ou en tout cas pas vraiment parlé, donc je suis assez heureuse de la revoir. J’espère que cette soirée se terminera mieux que la précédente, franchement ça ne devrait pas être trop difficile vu l’enfer que nous avons vécu. "Bonsoir !" Je lance un joli sourire au préfet, consciente que ça doit être assez risible compte tenu de mon accoutrement ridicule. « Savannah ! Ça fait plaisir de te revoir ! » Je ne sais pas s’il est sincère, nous avons un passé légèrement conflictuel lui et moi et il n’a pas cherché à prendre beaucoup de mes nouvelles pendant mon absence. En même temps, je ne m’attends pas à ce qu’il sache où j’étais pendant cette période et puisqu’il a la délicatesse de ne pas demander, je ne compte pas lui révéler mon hospitalisation non prévue. « Je suis heureuse d’être enfin de retour, moi aussi. » Dis-je poliment, sans chercher à en révéler plus. Bon, en réalité, ça fait maintenant un mois que j’ai remis les pieds à l’école et j’essaie doucement mais sûrement de me reconstituer une vie sociale. Le succès n’est pas forcément au rendez-vous actuellement mais je ne lâche pas l’affaire. Je ne suis pas du genre à baisser les bras et je compte bien gagner ma place parmi les autres élèves et ne pas être la marginale du groupe. J’ai peut-être perdu mes deux meilleurs amis, mais je ne tiens pas à rester seule dans mon coin pour autant ni à être constamment coincée dans les jupes de ma sœur. Quant à mon frère, il m’a bien fait comprendre que, pour le moment, il ne valait mieux pas que je compte trop sur lui.

"C'est un plaisir de te voir Savannah, ton costume est marrant. C'est du fait main pour moi !" Je suis impressionnée, elle s’est donné du mal, ça se voit. « Waow, tu as de sacrés talents de couturière ! Tu as utilisé la magie ? » Je ne sais pas si cette conversation intéresse vraiment le groupe ou s’ils me répondent seulement par politesse, mais en tout cas je suis heureuse de pouvoir avoir une conversation normale avec des personnes qui semblent être à peu près heureuses de m’accueillir parmi elles. Pour le reste, j’aviserais, je trouverais bien un moyen de m’éclipser si je me rends compte que je dérange beaucoup. "Je l'ai acheté !" Le contraire m’aurait réellement impressionnée car le costume est vraiment très bien réalisé, je dois même reconnaitre qu’il est plutôt sexy dans sa tenue. Evidemment, ce n’est pas ce que j’ai l’intention de lui dire, je crois que la remarque serait assez déplacée mais vraiment, ça lui va bien. Dan reste muet et je n’insiste pas, ça ne doit pas franchement l’intéresser, heureusement la Serdaigle est bien plus bavarde que les deux garçons et elle parvient sans aucun mal à me mettre à l’aise. "Oh, c'est adorable, mais le mérite ne me revient pas ! On te verra sur le terrain de Quidditch, contre notre équipe ?" Malheureusement, le sujet de conversation n’est pas très bien choisi. Elle ne le fait, évidemment, pas exprès, mais je ne peux m’empêcher de perdre mon sourire quand elle me pose cette question. Je le retrouve très rapidement mais j’ai conscience de n’avoir trompé personne, la déception se lit sur mon visage, c’est évident. « Bien sûr que si, les préfets jouent un grand rôle dans la compétition ! » Mais bien sûr, si on gagne, je ne crois pas que je pourrais dire à haute voix que c’est grâce à Cruz, cette fille est bien trop antipathique pour que je me laisse aller à une telle chose. Mais j’ai beau noyer le poisson, je dois encore répondre à la question de la Serdaigle. « Je ne participerait pas aux matchs cette année, à moins que mon équipe ait besoin d’un remplaçant, j’ai perdu ma place d’équipière en même temps que celle de capitaine. » Cet aveux me fait franchement mal au cœur, surtout lorsqu’on sait que c’est mon propre frère qui a choisi de m’évincer, brisant en même temps mon rêve de devenir joueuse professionnelle un jour. Il sait pourtant que c’est mon rêve, donc je n’arrive pas vraiment à comprendre son attitude. Il a pensé à l’équipe avant de penser à sa sœur, ça c’est évident, mais il aurait au moins pu m’en parler et s’excuser. « Vous jouez, vous ? » Je sais que c’est le cas pour Dan mais pour les deux autres, je l’ignore. « Même si je ne joue pas, j’espère quand même que nous serons meilleurs que l’année dernière, je n’ai pas franchement brillé. » C’est le moins qu’on puisse dire. La coupe nous revient, je tiens à ce que nous la récupérions.

Code by Fremione.



On a la classe ou on ne l’a pas…:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10266-garry-a-a-cordellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10270-garry-carnet-d-aventurehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10272-garry-a-a-cordell-courriers#219598http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10273-garry-a-a-cordell-courriers-express#219599

Arrivé(e) le : 21/09/2018
Parchemins rédigés : 76
Points : 13
Crédit : Freddie Highmore jeune
Année : 1ère année (11 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Dim 4 Nov - 16:47

JOURNAL INTIME D'AVENTURE de Garry
31/10/2024

Elle était jolie, ma Kenny, avec ses cheveux tout noir et tout raides ! J'aimais bien son costume aussi, avec la capuche rouge. Kenny elle a toujours mit des vêtements que ni les sorciers ni les moldus ne portent. J'adore Kenny parce qu'elle est comme personne d'autre ! Elle est juste unique ! Et elle m'a carrément pas oublié. Et ça, ça m'a fait juste super trop plaisir ! Ce soir, j'ai retrouvé l'une des personnes que j'aime le plus, après Papa et Maman, et je me suis fait la promesse que je la laisserais plus jamais partir ! Enfin, qu'on continuera de parler quoi. Je suis que en première année, alors je peux pas sortir de l'école, et elle, elle peut pas y rentrer, alors je vais écrire à Papa et Maman pour leur dire que j'ai revu Kenny, ça fera plaisir à Maman ! Et peut-être qu'elle pourra venir pour les prochaines vacances ? J'espère !

Elle m'a dit qu'elle travaillait ici maintenant, ça veut dire qu'on est presque voisins ! Et que mes lettres, elle les recevra très vite ! C'est vraiment génial... Elle m'a aussi expliqué pourquoi j'étais chez Poufsouffle et pas chez Gryffondor comme j'aurais aimé, elle m'a dit que c'est parce qu'elle m'avait apprit le partage. C'est vrai, quand j'étais petit elle me disait pleins de trucs comme ça, elle me disait que si quelqu'un tombait, je devais l'aider, que si mon copain avait oublié son gouté je devais partager, elle, elle a toujours tout partagé avec moi ! Comme cette fois où on faisait des crêpes et que la mienne s'était toute déchirée, et bien elle m'a donné la sienne en disant que elle, elle aimait bien quand ses crêpes dégoulinaient de partout, alors ça la dérangeait pas d'échanger ! Kenny a toujours été gentille avec moi... Et j'ai toujours été gentil avec elle. Et avec tout le monde aussi ! Alors oui, c'est peut-être parce qu'elle a fait partit de ma vie que je suis allé chez Poufsouffle ?

-Moi aussi je suis content d'être un Poufsouffle ! Et encore plus maintenant que je sais que tu y a été aussi ! Par contre, moi, je suis pas un Moldu, je suis un sang-pure, mais je suis quand même content ! J'ai une copine Moldu qui est chez Gryffondor tu sais, donc tous les Moldus vont pas chez Poufsouffle ! Quand t'étais à l'école y avait que des moldus chez Poufsouffle ? C'est étrange, pourquoi ils faisaient ça ? Moi, je comprends pas pourquoi on nous juge sur notre famille. Je comprends pas pourquoi les gens veulent pas des moldus...

Je fronçais les sourcils, j'avais parlé sans le vouloir de ces lettres, de ce club de sang-pure, alors que je voulais justement fuir tout ça l'espace d'une soirée. J'ai secoué la tête, j'avais pas envie d'embêter ma Kenny avec mes histoires, je voulais qu'elle me parle d'elle, de ce qu'elle avait fait, de pourquoi elle était là ! Mais c'est elle qui a posé les questions, en me demandant si je me plaisais ici et tout, alors je me suis laissé porté par la discussion et j'ai répondu, le cœur un peu plus léger après qu'elle m'ait grattouillé la tête (elle s'en souvient, que j'adore ça!).

-Oui, Poudlard c'est vraiment génial ! Beaucoup mieux que l'école moldu parce qu'on apprend la magie ici et on découvre des nouveaux trucs tout le temps ! Tu savais qu'il y avait des passages secrets dans l'école ?? Moi j'ai appris ça y a pas longtemps ! Je m'ennui presque jamais parce que la bibliothèque est remplie de livres, j'adore lire ceux sur les créatures magiques, mon préféré pour le moment c'est celui sur les sirènes ! Mais j'ai pas encore tout lu... J'ai un copain qui a un livre sur les dragons, il est vraiment vraiment bien aussi mais j'ai pas finis de le lire. Il me tarde les cours de soins aux créatures magiques ! Mais c'est que dans 2 ans, ça va être long d'attendre ! Si ça se trouve je saurais déjà tout à force de lire ! Mais au moins je seris le meilleur de la classe ! Pour le moment, je suis fort en Botanique, Madame MacDougall elle a dit oui pour que je l'aide après les cours, alors j'apprends plus de choses. J'aime bien les plantes, elles font pleins de choses ! On en voit tous es jours alors qu'on sait pas quelles sont leurs propriétés... Sinon j'aime pas trop les cours de Sortilège, je suis vraiment pas doué, ma baguette elle fait n'importe quoi, et en Défenses contre les forces du mal, le Professeur Mandrake me fait tellement peur que j'arrive à rien non plus... Je te jure, il a un regard super méchant ! Comme ça !

Je l'ai imité en fronçant les sourcils et en serrant les dents, mais je crois qu'avec mes huit pattes et mes huit yeux, je faisais pas vraiment peur comme Monsieur Mandrake. D'ailleurs, en parlant du loup (ou du vampire), il arrivait avec Madame Aurora au moment où j'ai parlé de lui. Je me suis fais la promesse de plus jamais prononcé son nom, je suis sûr que ça l'attire ! Je sais même pas si il m'a entendu ou pire, vu l'imiter ! Mais quand je l'ai vu s’asseoir sur un tabouret juste à côté, j'ai écarquillé de grands yeux en fixant que Kenzie et en articulant sans prononcer de mots : C'EST LUI.

J'étais tout de suite beaucoup moins à l'aise, crispé même. Mes épaules se sont affaissées et je voulais pas prendre le risque de croiser son regard. J'étais à genoux sur un tabouret, pour avoir une bonne visibilité sur le derrière du comptoir, du coup je suis sûr qu'il pouvait pas me louper. Mais, il me tournait le dos, alors ça allait à peu près.

-Je... J'ai soif Kenny, tu peux me donner à boire ?


Et oui, avec toutes ces histoires, j'avais à peine touché à mon premier verre avant qu'il ne disparaisse ! J'espérais que mes professeurs (oui, parce que Monsieur Mandrake était encore avec Madame Aurora) me capteraient pas et que je pourrais continuer de discuter avec ma Kenny, et surtout, surtout, j'espérais que Kenny avait comprit que le Vampire qui venait de s’asseoir c'était Monsieur Mandrake... Alors dans le doute j'ai changé de sujet.

-Mais toi Kenny, tu vas vivre ici pour toujours alors ? Tu crois qu'on pourra se voir ? Moi j'aimerais bien, ça me manque de plus te voir, tu m'as manqué Kenny ! Tu as parlé avec Maman depuis la dernière fois ? Je suis sûr qu'elle serait super contente d'avoir de tes nouvelles ! Je lui dirais que je t'ai revu quand je lui écrirais !

Je crois qu'ils m'avaient pas capté, mais ils devaient sûrement m'entendre, parce que moi, je les entendais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10279-a-journey-into-history-professeur-aurora-joneshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10302-professeur-aurora-des-liens-des-histoireshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10341-professeur-aurora-la-grande-et-la-petite-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10305-professeur-aurora-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10306-professeur-aurora-courrier-express

Arrivé(e) le : 24/09/2018
Parchemins rédigés : 112
Points : 18
Année : Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice des Poufsouffle

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Gretel Valeska

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Dim 4 Nov - 21:20


Halloween



- Pas de babysitting hein? Tu sais, j'ai mes limites.

Aurora laissa échapper un petit rire, pour la première fois depuis le début de la soirée.
Effectivement, elle voyait mal John s'occuper seul des enfants. Elle-même avait déjà du mal à gérer ses neveux seule par moments... Heureusement, Hélios comme Cassiopea étaient généralement sages, et bien que débordants d'énergie, elle avait rarement à hausser le ton. Le plus dur, c'était de supporter l'absence de leurs parents. Aurora avait plusieurs fois eu elle-même eu les larmes aux yeux lorsque, tard le soir, Cassiopea était venue dormir avec elle en pleurant que sa mère lui manquait.
Elle n'avait jamais élevé des enfants, et il n'y avait pas de manuel pour ça. C'était quelque chose qui se faisait au jour le jour, comme elle le pouvait, en faisant de son mieux. Prendre des habitudes, surmonter les disputes, en apprendre un peu plus chaque jour.

- On se débrouille, dit-elle simplement avec un sourire.

Non, elle ne lui demanderait pas ça. Peut-être qu'il les reverrait à l'occasion, s'ils étaient amenés à se revoir en-dehors de Poudlard. En tant qu'amis, peut-être? Cassiopea ne se rappellerait peut-être pas de "oncle John", elle n'avait que 7 ans à l'époque. Hélios ne lui en avait par parlé non plus, mais il n'avait peut-être pas osé. Il avait vu Aurora après leur séparation, et Selena lui avait expliqué les choses. C'était un garçon gentil de nature, peut-être avait il pensé qu'il vaudrait mieux ne pas lui en parler.

- Je pensais qu'Auror ce serait toute ma vie. Je me suis entraîné pour ça, j'ai vécu pour ça. Aujourd'hui j'en vois le résultat: des opportunités ratées, des remords, des regrets... Ce n'est pas ce que je voulais au départ. Quand j'étais gamin à Poudlard je m'imaginais sur le terrain combattant pour la patrie et l'honneur. Mais les combats... Ça n'a rien de tout ça. Pas d'honneur, pas de gloire, rien. L'idée aura mis un moment à faire son bout de chemin, mais Professeur... Professeur cela permet d'améliorer les choses qui ne vont pas. Préparer les générations futures à faire mieux que nous avec tous les outils en main. Je n'ai pas appris de mes erreurs, mais eux peuvent en tirer des leçons... J'y crois, en tout cas.

En un sens, Aurora n'avait pas grand chose à rajouter à ça.
Elle avait toujours admiré son sens du devoir, et sa dévotion au métier d'Auror. Mais elle en avait souffert, aussi. Toutes les fois où il était parti en mission, parfois sans même pouvoir lui dire quoi. Quand il revenait, et que ça s'était "mal passé". Beaucoup de choses avaient été tues. Parfois, elle avait détesté son métier, sans lui dire. Parce qu'il le tenait loin d'elle, le mettait en danger, et parfois, lui faisait du mal.
Aurora n'avait pu se contenter que d'être là, quand il en avait eu le plus besoin. Elle s'était réjouie quand il avait pu la suivre sur ses expéditions, et certaines restaient parmi ses meilleurs souvenirs. Est-ce qu'il incluait leur séparation, dans ses regrets?
Elle fut simplement contente lorsqu'il parla de son nouveau métier, et camoufla ses pensées sombres derrière un sourire.

-Oui, j'y crois aussi.

De même, lorsqu'il lui déclara qu'il aurait tout son soutien, si elle en avait besoin, sans le savoir, il fit un bien incommensurable à la jeune femme. Après tout, il aurait très bien pu l'ignorer. La traiter simplement cordialement, comme une ex qui se retrouvait simplement sur son lieu de travail et qu'il ne pouvait décemment ignorer. Mais il avait parlé d'elle au présent, et non au passé. Encore une fois, elle avait sous-estimé leur relation.
Elle le remercia sincèrement à voix basse.

Il était temps pour eux de bouger un peu, et Aurora fendit la foule des élèves comme elle le pouvait. Non sans mal d'ailleurs, car il était difficile d'éviter les élèves aux mains pleines de chocolats et friandises, et Aurora craignait un peu pour sa robe blanche. Elle avait peut-être été un peu présomptueuse avec cette tenue. Elle aurait peut-être dû choisir un peu plus folklorique, comme la serveuse.
Gentleman comme il l'était John lui présenta un siège, et ils prirent place ensemble au comptoir.

- Je te proposerai bien un Whisky, à moins que cela te gêne...?

Oh non...
Il avait éludé la question tantôt, mais Aurora n'était pas dupe. Cette simple question soulevait un problème bien plus important. Cette blessure... Il ne l'avait pas lorsqu'ils s'étaient séparés, et il était facile de deviner où il l'avait reçue. Aurora était familière avec les brûlûres. La plupart d'entre elles pouvaient être guéries grâce à la magie, sans laisser de cicatrices. Les cas où des marques persistaient était généralement liés à de la magie noire. Elle-même avait souffert du même mal, à un moindre degré sûrement. une myriade de petites tâches blanches constellaient son bras droit, ainsi qu'une partie de son flanc et de sa poitrine. Elle avait été victime d'un maléfice de flagrance au mexique, un sortilège ancien qui l'avait fait souffrir le martyr pendant des jours.
Mais la blessure de John semblait bien plus importante, et manifestement, douloureuse. S'il avait encore du mal à supporter la douleur alors que plusieurs mois s'étaient écoulés....
Aurora voulait l'aider, mais comment? C'était Selena, le médecin, et jamais elle n'avait eu le quart de ses connaissances en la matière, juste les premières nécessités. En outre, il avait sûrement vu des tas de médecins...

Non.
Aurora inspira. Il fallait qu'elle fasse ce qu'elle pouvait, en tant qu'amie. Elle avait toujours été là pour lui, et il n'y avait pas de raison que cela change. Il accepterait son aide ou non, il était libre de la repousser après tout. Mais si elle voulait être fidèle à elle-même, elle ne laisserait pas John dans cet état sans rien faire.
Elle lui adressa un sourire, et posa doucement une main sur son avant bras.

- Je crois que je vais plutôt opter pour une bonne bièraubeurre, comme au bon vieux temps. Et cela me ferait plaisir que tu m'accompagnes, ajouta-t-elle à voix basse.

C'était un compromis correct, à ses yeux. La bièraubeurre était si faible en alcool que même les jeunes élèves pouvaient en boire ici le week-end.
Elle laissa à John le loisir de commander ou non à la serveuse, et adressa un petit sourire à Garry, qui était assis derrière John, pendant ce temps. Il était drôle de voir le petit garçon tout intimidé par la présence de son ancien ami, alors qu'il s'était montré si volubile juste avant avec elle. Consciente que Garry, ou n'importe quel autre élève, pouvait très bien avoir les oreilles qui traîne dans un endroit pareil, elle reprit la parole à voix basse, ne s'adressant qu'à John.

- Tu te rappelles, notre premier voyage en Italie?

Ils avaient passé une poignée de semaines là-bas, pour une expédition. C'était un de leurs tout premiers voyages après qu'ils se soient mis ensemble. Et aussi le lieu d'une de leurs premières disputes.
Aurora passa une main sur le corsage de sa robe, marquant une pause au niveau de son abdomen.

- J'ai toujours... Détesté cette cicatrice. J'étais tellement gênée et persuadée que tu la trouverais hideuse que je refusais constamment de te laisser voir mon ventre, tu te souviens ? Tu m'as dit un nombre incalculable de fois que tu t'en fichais, mais je ne voulais jamais retirer mon haut.

Mais à l'époque, elle était restée têtue, à cacher sa cicatrice par tous les moyens. Les traces de griffes du Nundu étaient réellement profondes, et larges. Si elle s'en était remise physiquement, Aurora n'avait jamais supporté leur vue. Et était restée persuadée longtemps qu'elles étaient assez laides pour que personne qui les verrait n'aurait envie d'elle.
Ça avait été pareil avec John. Elle avait constamment repoussé ses questions concernant son ventre avant de lui avouer qu'il était défiguré par des cicatrices et après ça, avait refusé de le laisser le voir pendant des semaines. Ce n'était pas seulement un problème personnel, mais aussi parce qu'elle ne croyait pas encore en leur relation qui débutait juste.

- Tu as été tellement patient à ce moment-là, pour me laisser te faire confiance... Et on a eu autant de discutions qu'il me fallait à ce sujet. Au final, quand j'ai enfin accepté... Je n'oublierais jamais les mots que tu m'as dits à ce moment-là. Je sais que ce n'est pas comparable, mais, si tu as besoin de quelqu'un à qui faire confiance pour en parler... Si tu peux me faire encore assez confiance pour qu'on en parle, je serais là pour t'aider.

Elle retira sa main pour la laisser posée sur le comptoir.
Elle adressa un "merci" poli et souriant à la serveuse qui s'occupait de leurs boissons, et reprit.

- Je n'étais pas là quand c'est arrivée, et j'en suis vraiment désolée. Mais si je peux faire quelque chose pour t'aider, je le ferais.


Codage par Libella sur Graphiorum



Loving, Remembering, Never Forgetting

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10013-judith-valentina-srensen-la-quatrieme#216749http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10022-judith-stuck-in-the-middle#216989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10023-judith-paper-words#216993http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10024-judith-be-quick

Arrivé(e) le : 06/08/2018
Parchemins rédigés : 76
Points : 6
Crédit : Bazzart (ft. Mackenzie Foy)
Année : 2e année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Bonnie Elsing

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Lun 5 Nov - 18:39


Halloween
Judith et sa tête de déterrée

« La soirée de la mort »

Halloween, soirée d’inepties. Je ne savais pas trop par quel miracle mes frères avaient réussi à me convaincre de me joindre à eux pour cette fête inutile et grotesque. Depuis ma venue à la petite réunion organisée par les Serdaigles au début de l’année, ils s’imaginaient très certainement que j’allais pointer le bout de mon nez à chaque idiotie organisée par les élèves ou l’administration. J’avais bien mieux à faire que de parler météo avec des ignares costumés. J’étais certaine que ma sœur quant à elle, n’avait eu aucun mal à s’esquiver et toute la famille trouverait ça normal, bien entendu. Son caractère infect lui donnait des passe-droits que je trouvais bien injustes. Mais ma grand-mère, dans sa dernière lettre, me faisait remarquer, peut-être avec justesse, que mon attitude hautaine était en passe de devenir infernale. Et la comparaison peu flatteuse pour qualifier mon entêtement me restait encore en travers de la gorge. Il était hors de question de lui donner raison. Hannibal avait donc réussi à me persuader de venir et par un tour de passe-passe dont je n’ai pas le secret, il était même parvenu à m’arracher un oui quant à son idée de déguisement. La farce était un peu grossière mais elle ne manquait pas d’ironie et cela me plaisait.

Restait encore à trouver les différents éléments qui composeraient mon costume et cela semblait déjà plus difficile. Je n’étais pas très au fait des mœurs et coutumes moldues et cela ne m’intéressait guère. Je n’avais aucune idée de l’endroit où je pourrais trouver de telles informations et ma dignité m’interdisait de fricoter avec un sang-de-bourbe. Il ne me restait donc qu’à m’aventurer dans une allée de la bibliothèque que je ne connaissais pas : le rayon d’étude des moldus. Cette science, si tant est qu’on puisse appeler cela ainsi, ne m’avait jamais intriguée et je fus effarée de constater leur ignorance. Comment pouvait-on se complaire dans une telle médiocrité ? Il est vrai que sans magie, il était difficile de faire autrement et leurs maigres tentatives de compensation ne valait pas grand chose. J’avais dû réprimer un fou-rire en parvenant au chapitre portant sur la médecine. Ils étaient aussi faciles à empoisonner qu’une portée de chatons nouveau-nés. Bien entendu, loin de moi l’idée de faire du mal à des bestioles aussi mignonnes et je parle des chats, cela s’entend. Mes informations en tête, il me fallait maintenant me mettre en quête des vêtements adéquats. Et ce ne fut pas aisé car étant en deuxième année il ne m’était pas autorisé de me rendre dans ce bourg sordide nommé Pré-au-Lard. Fort heureusement, apprenant que je souhaitais me rendre à une réunion publique, ma grand-mère avait fait des pieds et des mains pour débusquer l’attirail dont j’avais besoin. Je me retrouvai donc, ce 31 octobre, plantée devant le miroir du dortoir, accoutrée de ces guenilles… L’effet ne me plaisait pas du tout, j’avais l’air négligé et je me sentais complètement ridicule. Mon aïeule avait fait de son mieux mais rien n’était vraiment à ma taille et je flottais littéralement dans la salopette qu’elle m’avait envoyée. Il fallait ajouter à cela une chemise à carreaux rouges d’un goût très douteux, des bottes d’une matière nommée caoutchouc et un bonnet en laine avec d’affreux motifs en jacquard censés évoquer noël. Je ne partageais pas l’humour de ma grand-mère et j’avais quelque peu envie de pleurer de rage. Il était impensable que je descende comme cela. Pour tenter de limiter le massacre, je nattai mes cheveux que j’attachai avec un ruban. L’harmonie de l’ensemble était inexistante mais cela me faisait paraître la chose plus acceptable. A contrecœur, je descendis finalement dans la salle commune presque vide. Hannibal ne m’avait pas attendue, je ne devais donc pas être en avance. Je me hâtai donc vers le Hall où la foule d’élèves très compacte attendait l’ouverture des portes. Cela m’évoquait avant tout un troupeau de bovins allant à l’abattoir mais, me souvenant que j’allais devoir me joindre à eux, mon sourire se figea. La soirée allait être longue.

Sans surprise, la fête n’avait rien de grandiloquent. Le bar était tout à fait quelconque, du genre de ceux que nous ne fréquentions par à la maison d’ordinaire et la décoration sans recherche. Rien à voir avec les galas que je connaissais. Je n’avais strictement aucune idée de la façon dont j’allais pouvoir survivre à cela. J’ignorais qui de mes connaissances serait présent et je me mis en quête des seuls participants que j’étais susceptible de connaître : mes frères. Connaissant leurs déguisements, il ne serait très certainement pas difficile de les trouver. Contre toute attente, il ne me fallut pas loin d’un quart d’heure pour les débusquer : il y avait un grand nombre d’élèves et nous n’étions pas dans un palace. Leurs costumes étaient plus passe-partout que le bien et cela renforça mon malaise. Ils étaient entourés de quelques amis que je connaissais de près ou de loin : Hannibal avec Phoenix et Finn avec Sleibhin, Alexis et Albus. Je m’approchai des deux groupes à tour à tour pour les saluer. « Bonsoirrr. » Je me glissai finalement du côté de Finnbjörn, détaillant les déguisements des uns et des autres. Je me sentais de plus en plus ridicule et ma tête ne devait pas sembler très engageante. « Errrin ne vient pas ? » Ce serait bien le comble : il n’y avait pas de raison qu’elle échappe à cette terrible sentence.



(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10403-kenzie-greene-a-votre-servicehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10424-kenzie-greene-enjoy-a-drinkhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10425-kenzie-greene-should-we-get-to-know-eachotherhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10428-kenzie-greene-boite-aux-lettreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10427-kenzie-greene-hiboux-express

Arrivé(e) le : 22/10/2018
Parchemins rédigés : 42
Points : 26
PETIT +

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mar 6 Nov - 0:27

Bien que je sois entrain de parler avec Garry, je ne devais pas oublier de servir les clients. Je faisais alors signe au jeune garçon d'attendre mon retour, allant apporter quelques verres à des élèves surexcités. Je souriais à l'idée d'avoir retrouvé cet enfant. Après tout, comment définiriez-vous un enfant ? Pas toujours très sage, insouciant, innocent et j'en passe. Tout ce que j'avais pu être pendant de nombreuses années. Mais depuis la mort de mes parents j'avais perdu toute cette part de naïveté. Croire était devenu signe de fragilité, la possibilité que nos attentes soient déçues, trahies, incomprises. Je n'avais plus eu la force d'oser espérer. L'espoir provoquant plus souvent le désespoir qu'une quelconque délivrance. Tous ces visages, toutes ces conversations, parfois plus futiles les unes que les autres, ne savaient pas encore à quel point la vie pouvait être balayée d'un seul geste. L'amour puis la trahison, la confiance et l'abandon. La vie, puis la mort. C'est pourquoi j'aimais l'idée de le revoir, de retrouver cette innocence, bien différente du comportement adolescent qui tend parfois à vouloir trouver des problèmes pour comprendre les changements qu'il subissait.

Une fois revenue au comptoir, Garry, comme à son habitude, enchaînait les questions. Je souriais de le voir content d'être dans cette maison et d'autant plus en sachant que j'en avais fait partie. Je sais qu'il m'avait considérée comme sa grande sœur, mais je n'étais pas sûre de ce qu'il pouvait ressentir aujourd'hui, et voir que j'étais une forme de référence était d'un grand réconfort pour moi. Mais mon visage se ternit à la suite de ses paroles. Les choses n'avaient pas l'air d'avoir bien changé en deux ans, et ce, malgré toutes les atrocités subies et le changement de directeur...


« Non, y'a toujours eu des moldus partout, bien que moins à Serpentard, et des sang-mêlés ou sang-purs dans toutes les maisons. Et tu sais, c'est compliqué et ça remonte à la nuit des temps. Certains pensent que seuls les « vrais » sorciers doivent apprendre la magie, les autres sont considérés comme des étrangers. C'est un peu comme du racisme en fait. Mais pourquoi tu dis ça ? Tu vois des élèves se faire embêter pour ça ? »

Je baissais les yeux en un coup de vent. C'était atroce de se servir de ce gamin pour en savoir plus, mais après tout, je devais bien pêcher les informations où je pouvais, et Garry était un sacré lien au château. Au moins, lui, il n'aurait pas ce problème, comme il a cru bon de le préciser, il faisait parti du bon côté de ce monde. Les pièces rattachées quant elles, semblaient devoir encore se méfier, et cela en serait de même pour moi. J'adorais écouter ce gamin, et son enthousiasme était vraiment comme un reflet de mon image lorsque j'avais son âge. C'en était vraiment perturbant. Je ne savais pas si cela me plaisait d'être en miroir ainsi. D'un côté cela me déprimait de constater l'innocence perdue, de l'autre, je me rendais compte de l'importance des bons sentiments, de ce qui avait fait de moi une Poufsouffle et aujourd'hui Garry. Des valeurs que mes parents m'avaient inculquée. De la fierté dans les yeux de ma mère lorsqu'elle me voyait émerveillée par tout ce qui bougeait. En perdant mon innocence, j'avais aussi renié une partie de ce que j'étais, la partie de moi qui reflétait mon enfance et ma vie auprès de mes parents. Ce gamin allait sans le savoir me remettre dans le droit chemin. A la fin de son discours, il me fit remarquer le couple professoral qui venait de s'installer non loin de nous. La tête qu'il faisait pour imiter l'homme me fit éclater de rire et je jetais un regard discret en sa direction pour constater que Garry avait quelques talents d'imitateurs.

« Alors reprenons. Moi aussi j'en ai un sur les dragons, je te le passerai quand je l'aurai fini. J'ai fait un an d'études sur les créatures à l'université, je t'apprendrai deux trois petites choses dont je me souviens si tu veux. Pour la botanique, c'est toi qui viendra m'aider avec toutes mes plantes quand tu pourras venir ici dans deux ans, parce que j'suis vraiment nulle, et en échange, je t'aiderai avec les sortilèges, même si j'étais bien meilleure en potion et divination. »

J'étais songeuse. Oui je n'avais vraiment pas été l'écolière parfaite. Les créatures, les potions, la divination étaient mes points forts. La botanique était un réel désastre, je ne savais pas m'occuper de plantes... Le vol était un suicide, l'histoire de la magie ne m'avait jamais intéressée. J'étais donc très moyenne. Je me penchais alors vers Garry, sur le comptoir, avant d'ajouter :

« Quant aux passages secrets, y'en a même un qui mène jusqu'ici, enfin dans une autre boutique pour être plus précise. Si t'es sage, un jour je t'en parlerai peut-être pour que tu viennes me voir. »

C'était une jolie illusion, mais qui le laisserait rêveur. Une fois arrivée chez Honeydukes que pourrait-il faire ? Il se ferait repérer immédiatement et risquerait de nous mettre tous les deux dans de sales draps. Mais au moins, j'enrichissais sa curiosité et son imagination à toute épreuve.

« Attends deux secondes, je vais servir cet horrible créature qu'est ton professeur ! » dis-je tout en chuchotant le plus bas possible. Décidément ce gamin me fascinerait toujours.

« Vous avez demandé deux Bièraubeurres ? Et voilà, elles sont toutes à vous, profitez bien de votre soirée. »

Un « merci » se fit entendre et je n'hésitais pas à accepter ces mots dans un geste très militaire chez les moldus. Le salut très souvent répété chez moi, peut-être à cause de l'éducation stricte qu'aurait souhaité me donner mon père. En tout cas, pour ce soir, je n'avais pas spécialement envie d'employer de bonnes manières, totalement adéquates en fonction de chaque client. J'étais spontanée et je m'amusais beaucoup à retravailler en tant que serveuse. Je retournais alors auprès de Garry à qui je servais un délicieux jus de citrouille préparé par la patronne. Oui, elle avait décidé que pour ce soir, je ne ferai que servir. Après tout, j'avais beaucoup d'expériences mais très peu en ce qui concernait les boissons du monde des sorciers, alors c'était peut-être mieux ainsi afin d'apprendre toutes les ficelles par la suite. Il ne fallut que peu de temps pour être assaillie de nouvelles questions.

« Alors pour toujours je n'sais pas, j'prédis pas vraiment l'avenir, mais pour un sacré bout de temps oui. J'ai pas mal de choses à faire dans le coin. Et tu m'as manquée aussi gamin, t'inquiètes pas, on se reverra, au moins pendant les vacances, d'ici à ce que tu puisses venir à Pré-au-Lard. J'te lâcherai plus t'en fais pas. Pour maman, on s'est écrit quelques fois, elle, plusieurs fois par an, mais j'ai un peu cessé de répondre ses dernières années, mais ce serait bien de la revoir, ça me ferait plaisir, elle est toujours à l'hopital ? Et tu sais, en attendant que tu puisses venir me voir, tu pourras toujours passer par la volière pour m'écrire tout ce que tu fais au château, ce qu'il t'arrive, tout me raconter comme avant, et je répondrai à chacune de tes lettres. Promis. »

En faisant cette promesse, je me disais que connaissant Garry je venais de prendre le risque de devoir écrire tous les jours, peut-être même plusieurs fois par jour dans certains cas. Quant à l'évocation de ses parents, ce ne fut pas sans penser aux miens, notamment à nos deux mères qui partageaient le même travail, dans des mondes différents, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9831-valeska-hansel-o-presentation-100http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9850-valeska-hansel-o-panic-at-the-discohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9851-valeska-hansel-o-famous-last-wordhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9848-valeska-hansel-o-shooting-star#214089http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9849-valeska-hansel-o-mail-express#214090

Arrivé(e) le : 28/06/2018
Parchemins rédigés : 237
Points : 18
Année : 7è année (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Mattheus V. Wenlock

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mar 6 Nov - 11:26



here come the hotstepper

hansel ϟ inscris .

C’est là que je me demande s’il n’y a pas une malédiction qui plane sur la fratrie Valeska. Genre on en est arrivés à un point où tout ce que l’on touche se transforme en merde. On en est à un point où les moments de calme sont éphémères parce qu’on dégage une aura qui déplait aux autres. Pourquoi elle a employé la force ? Je sais que je ne suis pas quelqu’un sur qui l’exemple doit être de mise. Mais tout de même… J’ai eu des excès de violences à causes de crises et le résultat est tel qu’il est aujourd’hui : pourri. Cela ne m’a jamais tiré d’affaire. Avoir répondu à ces pulsions n’a fait que m’attirer d’avantages d’ennuis. Si Gretel pouvait éviter de faire les mêmes conneries que moi, ça nous permettrait au moins de nous en sortir une bonne fois pour toute. Je ne savais pas ce que je risquais à me mêler de ses histoires.

Quand j’ai retenu son coup je ne savais même pas si je venais de réagir en tant que préfet ou en tant que grand frère. Les deux rôles se devaient d’avoir un objectif commun : éviter les débordements venant de ma petite sœur. Et si sanctionner ce petit con de Lewis était tentant, je n’avais pas pu savoir ce qu’il s’était passé… Ma lanterne ne fut pas éclairée pour autant. C’est Anthea qui s’invita, et heureusement. Je crois que l’atmosphère avait besoin, sincèrement, d’être pesante pour détester cette trainée qu’est Albus. Rentre en conflit avec ma sœur, ça va me pourrir la soirée, je saurai rendre la pareille. Ça m’emmerde. Je sens qu’Anthea va se souvenir de cette soirée qui pourtant… débutait bien. Je ne comprend pas pourquoi j’ai réagi comme ça. Instinctivement, je ne pouvais pas laisser Gretel se foutre doublement dans la merde… peu importe ce qu’il s’est dit entre elle et l’autre. Maman m’a demandé de veiller sur elle et c’est ce que je fais. Pourtant, les problèmes ne s’en vont pas pour autant…

S’en devient très rageant. J’ai l’impression d’avoir avancé avec ma sœur et qu’avancer se révèle être plus compliqué que prévu parce qu’un putain d’enfoiré a jugé bon de devenir un élément perturbateur. Qu’il aille se faire voir lui et son charisme défectueux. Je ne voulais pas m’embrouiller non plus avec Anthea. Il n’y a aucun putain d’intérêt, surtout pas avec elle. Si elle est ce fil qui me permet de rester accrocher au rebord, notre relation me tenait plus qu’à cœur et jamais ô grand jamais je ne me permettrai qu’elle se fragilise. Merde ce serait con. À l’occasion de l’arrêt de l’amusement, j’enlevais alors mon masque. Mes cheveux complètement désordonnés, je marchais dans leur direction. Avril les avait rejoins, je l’avais justement vu durant la soirée pour que des souvenirs plus positifs des soirées d’Halloween passées il y a une dizaine d’années. Ce genre de souvenir m’était cher.

Quand bien même le temps que je les rejoigne, je ne pus entendre ce dont elles parlaient et à vrai dire… ça m’emmerdait bien. Mais je n’allais pas pouvoir exiger quoi que ce soit. Chacun devait vouloir passer à autre chose. J’entendis simplement Gretel parler de ce qui a amené à la situation. Poussant un bref soupire : « C’est bizarre que tu en viennes aux mains pour quelque chose comme ça. Évite juste de te faire des ennemis, s’il te plais. » Je pense que cela arrangerait chacun de nous. Mon air lassé sur mon visage semblait légèrement perceptible. Mon pied tapotait sur le sol, mon regard jonglant entre les trois jeunes femmes en face de moi. Je ne savais même pas quoi dire. Est-ce que mon intervention venait de gâcher la soirée ? Est-ce que j’avais gâché la soirée d’Anthea ? Je n’en sais rien et pour le coup… Pff, putain. Quelle merde ce soir.

Quand Gretel proposa d’aller boire un verre, l’idée ne fut pas déplaisante cependant…

« Allez y j’vous rejoindrai. »


Je ne comptais pas faire de vagues, bien que l’idée était très tentante. Juste la présence empoisonnée de cette petite merde venait de me pourrir la soirée. Je les laissais avancer, tandis que je fis quelques pas en arrière, marchant à reculons en lançant un regard désolé à Anthea. Mais là… j’en avais marre. La fatigue des rondes, le travail à fournir, l’occasion de me vider l’esprit en cette soirée et voilà que tout fut gâché par un petit con imbu de sa personne qui a cru tout connaitre du monde alors qu’il ne représente rien dans la communauté des sorciers. Je ne sais pas ce que ça doit lui faire d’avoir un Valeska plus intelligent et chargé de sa bonne conduite. Bref, je me suis éloigné dans un coin du bar afin de recentrer mes idées. Je comptais sans doute les rejoindre, mais là j’en avais marre… J’ai eu l’idée de prendre un verre, sur une table, dont le contenu était un soda de Branchiflore, il semblait propre et personne ne semblait en vouloir… Portant le verre à mes lèvres, je le terminais d’une traite pour enfin marmonner :

« Enfoiré de consanguin… »



on a dark desert highway

I saw a shimmering light
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/11/2013
Parchemins rédigés : 1570
Points : 3
Crédit : Blondie & tumblr ♥
Année : 4ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Hadley ♣ Blake

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mar 6 Nov - 12:19


❝ Soirée d'Halloween❞Phoenix

Je suis contente d'avoir pu trouver "facilement" Hannibal à cette soirée, cela aurait été d'un ennui mortel sans la présence d'un Sorensen et visiblement on ne peut, actuellement, ne compter que sur lui. Aurais-je préféré être avec mon meilleur ami plutôt que son frère aîné ? J'aurai aimé pouvoir dire oui, parce que j'adore Finn, mais soyons honnête, la présence de l'aîné des Sorensen est un véritable plaisir pour les yeux, même si son costume me laisse dubitative. Mais j'espère malgré tout que mon meilleur ami va sortir de son trou parce que la plaisanterie a assez duré. Il nous a dit qu'il venait, il a intérêt à tenir ses engagements. Hannibal finit par lever le mystère sur son piètre costume et je comprends un peu mieux pourquoi il est vêtu de la sorte. "Félicitation, tu es très effrayant dans ... ces habits quelconques et sans goût !" J'en ferai des cauchemars si je devais porter ce genre de vêtements. S'habiller en moldu, pourquoi pas, mais au moins avec du tissus de qualités et des coupes qui sied à ma morphologie. Même si, entre nous, je préfère largement le prêt-à-porter de luxe sorcier, je peux facilement me rabattre vers celui de luxe moldu. Tant qu'en sortant de chez moi, je suis sûre à 100% de ne pas rencontrer quelqu'un ayant la même tenue que moi, ça me va. Mais à Inverness, les gens n'ont aucun goût, alors ça ne risque pas d'arriver.

En attendant, je suis heureuse de voir Alexis nous rejoindre, plus on est de fous, plus on rit, n'est-ce pas ce que l'on dit ? Elle plaisante sur la possibilité que notre cher Finn vienne déguisé en une star moldue et je vois le désappointement de Sleibhin, qui me fait sourire. J'ignore qui est ce Winnie l'Ourson mais j'ai du mal à l'imaginer dans ce rôle, même si ça serait très drôle. "J'imagine que c'est un ourson .... comme son nom l'indique !" Ce n'est qu'une simple supposition, mais basée sur de la logique pure, ce que notre chère blondinette n'a pas le moins du monde. Mais n'est-ce pas pour ça qu'on l'aime ? Et soudainement, quand on ne s'y attendait pas, voilà qu'elle tente de deviner à son tour en quoi il pourrait être déguisé et sa naïveté frappe encore. Dans une autre vie, je lui aurai jetée des pierres ... elle a de la chance qu'on ne soit pas à Cuba et que je ne suis pas au sommet de la chaîne alimentaire. "Sauf s'il en cache une quelque part, comment il réussit à devenir invisible mon ange ?" Moi je veux bien, mais comment il fait dans ce cas là ? Parce que ça pourrait me servir pour une prochaine escapade nocturne. Hannibal nous fait grâce d'un indice sur le costume de Finn et je dois avouer que je m'attends au pire. Lui aussi va s'habiller comme son frère ? A moins que ce soit dans une autre veine, mais avec autant de mauvais goût ... Le mot "roucoulade" d'Alexis me tire un petit rire. Décidément, c'est le thème de la soirée. Mais si jamais ils le désirent, je peux emmener Hannibal plus loin pour vraiment roucouler. Alexis a visiblement besoin de l'aide de quelqu'un et c'est Sleibhin qui se porte volontaire. "Je crois que notre chère Sleibhin s'en charge !" Dis-je à Hannibal en esquissant un sourire, curieuse malgré tout de ce qui allait se dire.

Le spectacle désolant que nous offre Albus avec sa née moldue est fort heureusement éclipsé par l'arrivée de Finn. "Je constate que le mauvais goût est de famille !" Dis-je sans cacher mon dégoût pour leur choix de costume. Mais j'imagine que pour la blague, ils doivent être contents de leur petit effet. Je lui offre un sourire quand il me complimente sur mon costume mais vois très clair dans son jeu. Qu'est-ce qui ne va pas encore ? Qu'est-ce qu'ils ont tous ce soir ? On ne peut pas discuter tranquillement avec Hannibal sans que ça déchaîne les foules ? Je lève les yeux au ciel quand Finn me regarde et le laisse se tourner vers les filles. Je ne vais pas m'excuser, il n'est pas mon père, je ne lui dois rien. Qu'il boude, il n'avait qu'à arriver à l'heure, comme tout le monde et il aurait obtenu mon entière attention ... Oui, non, c'est totalement faux, mais personne n'a besoin de le savoir. Fort heureusement Hannibal ne fait pas attention à l'attitude de son frère et se tourne vers moi, s'excusant pour le spectacle qu'Albus et ses amies viennent de nous offrir. Mon regard vers le joyeux petit groupe au loin avant de glisser à Hannibal "Laissons la croire que son avis compte et qu'elle a de l'influence ... Elle finira rapidement par déchanter en se rendant compte que ce n'était qu'une illusion !" C'est facile de jouer les petites chefs dans cette école, mais il faudra lui rappeler qu'elle n'est qu'une simple étudiante en psychologie et que tôt ou tard, son stage va se terminer ! Elle n'est rien, ni personne et je serais ravie de le lui faire comprendre ... Mais je balaye cette fille de mon esprit en un tour de main, préférant me concentrer sur mon beau cavalier de la soirée. "Plutôt bien et toi ?" Lui demandais-je avant de voir la petite dernière de la famille, Judith, arriver à son tour. "Bonsoir Judith !" Lui dis-je en lui offrant un sourire, avant de me pencher vers Hannibal "Est-ce que je pourrais te demander un service ?"

©️ 2981 12289 0




Reine de glace
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8747-professeur-john-mandrake-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8756-liens-de-john-mandrake#194989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8755-demandes-de-rp-pour-john-mandrake#194986http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8753-boite-aux-lettres-john-mandrake#194983http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8754-hiboux-express-de-john-mandrake#194984

Arrivé(e) le : 11/11/2017
Parchemins rédigés : 196
Points : 5
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mar 6 Nov - 21:36

- Je crois que je vais plutôt opter pour une bonne bièraubeurre, comme au bon vieux temps. Et cela me ferait plaisir que tu m'accompagnes
Soit, il décida de garder sa flasque dans sa poche. La serveuse apporta deux bièraubeurre, John se contenta de sourire et de trinquer avec Aurora. Visiblement derrière lui se trouvait le jeune élève de Poufsouffle: Garry. Quelque chose semblait le terroriser chez son professeur de Défense Contre les Forces du Mal. Soit les rumeurs vont bon train, soit il semblait très peu sociable ce soir... Difficile à croire vu comment il dévorait des yeux sa collègue. Même si sa douleur provoquée par la blessure le maintenait dans un état difficile, il se sentait déjà mieux en sa présence et une fois la glace brisée. Il porta son verre de bièraubeurre aux lèvres avant de dire:

- Une bièraubeurre ce sera alors. Santé.

Comme toujours cette boisson était délicieuse, cela lui rappelait ses premières années à Poudlard. Il n'en avait pas bu depuis un moment à vrai dire, son amour de l'alcool s'étant également éveillé assez tôt à l'école en compagnie de toute la bande. Bien entendu à cette époque ils faisaient quelques beuveries, mais sans conséquence. Quant à sa petite réserve sur sa période du Ministère, ce n'était jamais dans l'abus. Mais récemment c'était devenu bien plus envahissant et dangereux pour le professeur. Il laissait son médicament de côté de plus en plus souvent, préférant se soigner à grand coup d'alcool. L'envie de saisir sa fiole de Whisky le démangeait, mais cela n'aurait pas été correct en présence d'Aurora. Si la première fois elle n'avait rien, il savait qu'en retentant l'expérience il se prendrait une gifle magistrale devant tout le monde. Si Madame Jones ne supportait pas une chose, c'était de voir John boire un peu trop après le travail même si c'était uniquement pour se détendre. Alors s'en servir comme d'une béquille bien fragile pour gérer son état... Ce serait s'attirer ses foudres, tout simplement!

|color=gray]- Tu te rappelles, notre premier voyage en Italie?[/color]

S'il s'en souvenait... Oh que oui, ça avait été un séjour magnifique. Venise, Rome... Tant de lieux magnifiques à contempler et de lieux historiques à fouiller! John se souvenait notamment d'une fouille des plus intéressantes dans les "coulisses" du colisée. Les sous-sols pour ainsi dire...! C'était dans ces fameux sous-sols que se trouvaient tous les mécanismes de cet incroyable endroit! les salles des gladiateurs, les mécanismes des trappes et les cages des animaux... Cela n'avait rien à voir avec une recherche quelconque sur le monde magique puisque cet édifice était 100% moldu. C'était cela qui avait attisé la curiosité de Mandrake. Comment des non-magiciens avaient pu édifier un tel monument? Il était moins fan de la culture du combat mise en place à cette époque, mais tout de même, cela restait impressionnant. Cela le surprit d'autant plus d'apprendre que ce qu'on voyait dans les films moldus était totalement faux! Les mises à mort, les combats sanglants... Certes ce n'était pas non plus fleur bleue, mais beaucoup de stéréotypes persistaient dans la culture populaire.

Leur balade à Venise était l'un de ses meilleurs souvenirs. Le dîner romantique, la balade sur les quais et en gondole... Un peu cliché il faut l'avouer, mais cette ville avait la réputation d'être parfaite pour les amoureux. Aurora et John y avaient trouvé leur compte. L'Auror s'était toujours étonné que la jeune femme ne veuille jamais retirer son haut complètement... Je veux dire, pour bronzer, hein, pas forcément pour... Enfin bref. Ce détail, John l'avait remarqué lors de leur voyage en Italie. Une cicatrice au ventre la complexait assez à cette époque. Leur relation venait de commencer et bien qu'ils en soient arrivés à un certain stade déjà en Italie... Peut-être ne lui faisait-elle pas entièrement confiance encore. Ce comportement d'Aurora l'avait surpris et un peu mis mal à l'aise. Il ne comprenait pas d'où venait le problème et pensait en premier lieu que cela venait de lui, qu'il brûlait les étapes et allait trop vite. À la façon dont elle éteignait automatiquement la lumière dès l'heure du coucher, John se doutait que quelque chose clochait. Elle accompagnait toujours ses mains arrivées à un certain endroit si bien qu'il n'a jamais pu sentir sous ses doigts les cicatrices du Nundu. La révélation de cette blessure fut dans un premier temps un soulagement, lui qui pensait mal faire. Est-il utile de préciser qu'Aurora était sa première femme? Dans un second temps, l'incompréhension avait repris le dessus. John lui avait assuré que cela ne le dérangeait pas, mais que pouvait-il connaitre de ces choses-là? Lui qui n'avait pas une seule marque sur le corps à ce moment de leurs vies.


- J'ai toujours... Détesté cette cicatrice. J'étais tellement gênée et persuadée que tu la trouverais hideuse que je refusais constamment de te laisser voir mon ventre, tu te souviens ? Tu m'as dit un nombre incalculable de fois que tu t'en fichais, mais je ne voulais jamais retirer mon haut.

- Je m'en souviens, oui. disait-il en souriant. Un Nundu... Ce n'est pas rien.

- Tu as été tellement patient à ce moment-là, pour me laisser te faire confiance... Et on a eu autant de discussions qu'il me fallait à ce sujet. Au final, quand j'ai enfin accepté... Je n'oublierais jamais les mots que tu m'as dits à ce moment-là. Je sais que ce n'est pas comparable, mais, si tu as besoin de quelqu'un à qui faire confiance pour en parler... Si tu peux me faire encore assez confiance pour qu'on en parle, je serais là pour t'aider.

John comprit qu'elle parlait de ses marques à lui à ce moment-là. Il remarqua que sa manche laissait tout de même apparaître les marques de sa brûlure. Il replaça correctement sa manche avant de baisser les yeux sur son verre. Son comportement avec l'alcool, sa démarche sans doute, sa manière de se tenir au bar si différente des autres fois... Seule Aurora pouvait comprendre la raison de son mal-être. John n'avait connaissance que de la cicatrice du Nundu, même si à la vue des marques blanches sur son bras à elle il devinait un sortilège de Flagrance particulièrement virulent. Elle n'avait guère besoin de le cacher ceci dit. C'était bien plus subtil qu'un Feudeymon.

- Je n'étais pas là quand c'est arrivé, et j'en suis vraiment désolé. Mais si je peux faire quelque chose pour t'aider, je le ferais.

Ces mots rassurèrent John, qui releva le regard et décida de lui parler franchement de sa blessure.

- Le soir ou tout a changé pour le Ministère, j'ai été attaqué dans la rue alors que je me rendais au bureau suite à l'alerte des attaques de Blackman. Visiblement les mangemorts avaient décidé de descendre quelques éléments des Aurors qu'ils jugeaient dangereux pour eux. Je leur ai donné raison puisque quelques-uns doivent probablement encore s'en souvenir, haha...! Il y en a qui s'est carrément enfoncé dans une voiture après mon sortilège!

Cela le fit légèrement sourire, celui-là avait fini dans un sale état. John aurait bien aimé l'asticoter encore un peu en cellule, mais personne ne l'avait laissé l'approcher après sa sortie de Sainte Mangouste.

- L'un d'eux a eu... La brillante idée de lancer un Feudeymon. Avant que la créature invoquée n'en fasse qu'à sa tête il a eu le temps de me viser et de tout envoyer dans ma direction. J'ai voulu me protéger au mieux et créer une seconde explosion pour que le souffle puisse au moins me propulser au loin et esquiver le gros des flammes, mais...

Machinalement, il posa une main sur son bras.

- Les flammes m'ont pris le bras, la cuisse et une bonne partie du torse et du dos. Si un couple de moldus n'était pas passé par là, j'aurais probablement perdu la vie dans cette allée. Si j'avais été à la hauteur, cela n'aurait pas eu toutes ces conséquences...

Le fameux quartier de l'attaque - un quartier moldu, avait été ravagé par les flammes. Après tout que pouvait-il faire à ce moment-là ? John avait descendu plusieurs mangemorts, plus que certains n'auraient pu espérer pouvoir neutraliser dans ce genre de guet-apens... Et il avait survécu. Mandrake restait marqué à vie, amoindri et incapable de reprendre du service, mais il était en vie. Une bien maigre consolation selon lui lorsqu'il avait fait le compte de tout ce qui avait été perdu ce jour-là. De nombreux collègues, des vies innocentes... Sa vie à Poudlard avait tendance à lui redonner un peu le moral et en se trouvant un nouveau but en tant qu'enseignant il essayait d'aller de l'avant. C'était sans compter sur cette douleur permanente qui en ce soir d'Halloween avait atteint un point particulièrement haut. Lui qui s'était forgé une réputation de pyromage plutôt effroyable chez les mangemorts, s'en était devenu ridicule.

- J'en garde des marques et... Et voilà, quoi...

Il serra un peu plus fort son bras, avant de reprendre une gorgée de bièraubeurre. Rien que d'y repenser, ça ravivait cette sensation de chaud sur sa peau. N'y pense pas, pense à autre chose. Tout mais pas ça. L'odeur de chair brûlée, le sang mêlé à la cendre et à la fumée. Les cris des civils qui s'évanouissaient dans les flammes et les griffes de ce tigre de feu. Blackman... Il aura sa peau, quoi qu'il en coûte, ou qu'il se cache...




" Le feu couve dans une âme plus sûrement que sous la cendre "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2150
Points : 22
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Mer 7 Nov - 2:08

This is Halloween
Les courageux & Tracy

Se mordant la lèvre, Tracy prit une mine un peu plus renfrognée malgré elle. Finalement… elle avait peut-être eu tort, de penser que les choses étaient en bonne voie pour redevenir comme avant. Ça n’était pas si facile, et quelque chose dans la réponse abstraite de Dan lui donnait l’impression qu’elle n’avait plus droit à ces informations. Peut-être que les morceaux ne pouvaient se recoller ainsi… Laisser du temps au temps semblait être la meilleure solution, si seulement elle pouvait être persuadée que cela suffise. Certes, elle était la seule fautive, et s’imaginait mal réclamer la confiance de Dan après l’avoir perdue en enchaînant les erreurs… Mais pour autant, ces non dits qui s’amassaient autour d’une conversation en apparence banale l’attristaient profondément. Ce n’était plus pareil. Ce n’était plus comme avant. Il y avait cette serveuse, qu’elle ne connaissait que de vue parce qu’elle s’occupait du service aux Trois-Balais, qui tout d’un coup s’adressait à Dan comme à un ami, voire même peut-être davantage. « A Ballycastle… ? » Le ton avait quelque chose de soupçonneux, involontairement. Ça ne la regardait pas, ça n’aurait pas du la regarder. Il faisait ce qu’il voulait, surtout cet été où elle n’avait pas daigné lui donner de nouvelle… Finalement, elle avait sûrement bien mérité ce qui ressemblait bien à une punition. Reportant son regard sur lui comme pour lui permettre un interrogatoire télépathique, Tracy renonça finalement à savoir, et baissa les yeux. Milo les rejoint, et il lui sembla que l’atmosphère, qui lui avait semblait de prime abord plutôt détendue, se contractait progressivement en une tension palpable. Rien n’était dit… tout passait dans les attitudes, dans ces mots sympathiques, presque courtois… Est-ce que tout allait bien entre eux ? Elle finissait réellement par en douter. Après une maladresse de sa part qui finit par leur offrir un lourd silence gêné ponctué par des toussotements, elle chercha avec empressement un nouveau tournant à offrir à la conversation… Le sujet embraya sur les salles communes sur lesquelles ils devaient garder un oeil ce soir afin de maîtriser l’agitation naissante, et au vu de l’échange entre Dan et son petit ami, Tracy finissait réellement par se demander si elle ne devrait pas s’éloigner en inventant un faux prétexte afin de leur laisser régler leurs comptes. Souriant timidement à l’adresse de ce dernier qui se justifiait pour le temps passé avec les plus jeunes, elle renchérit, en soutien. « Oui, avec des seconde années, c’est au petit bonheur la chance, on ne sait jamais quand ils seront calmes ou quand ils décideront de faire une scène en pleine salle commune ! » Dan avait cessé de répondre, et semblait plongé dans ses pensées. Ne sachant réellement quelle attitude adopter, elle tenta une sortie à laquelle il répondit simplement par la négative, sans lui donner plus d’informations… Milo, lui, la rassura sur le fait qu’elle n’avait pas forcément à jouer les surveillantes de service, alors elle se raidit simplement et sourit poliment.

Arrivée inattendue, ce fut Savannah Caldwell qui brisa ce silence de glace. Tracy ne la connaissait pas beaucoup personnellement, même si les évènements de l’année dernière la faisaient se sentir… étrangement liée à elle. Au moins, son enthousiasme contrastait avec la bonne humeur en apparence feinte des deux Poufsouffles, et rendait l’atmosphère plus respirable. Parler de banalités ne lui semblait nullement dérangeant, pourvu que ça rende la soirée… moins bizarre, notamment parce qu’elle ne comprenait pas le moins du monde ce qui pouvait se passer entre Milo et Dan. Et elle avait déjà mis les pieds dans le plat involontairement en faisant référence au costume de ce dernier, une fois était largement suffisante… Amusée par le déguisement de citrouille, elle répondit au compliment à son tour, sincèrement touchée : « Merci beaucoup ! J’ai ensorcelé les deux grandes aiguilles pendant que je m’occupais des détails, mais c’est à la portée du premier venu. » Après tout, ce n’était qu’une petite robe blanche… qui aurait sans doute demandé un travail plus conséquent pour être réellement dans le thème et effrayante, mais finalement le résultat n’était pas trop mauvais. En revanche, par deux fois, elle se demanda pourquoi il était question de « retour » concernant la Serpentard… Certes, cela faisait quelques semaines qu’elle était absente en classe, mais songeant qu’un souci la retenait à l’infirmerie, Tracy s’était attendue à la voir réapparaître d’un jour à l’autre, pas qu’elle aurait carrément quitté l’école, puisque sa soeur jumelle était restée… Elle en ignorait le motif, mais effectivement, son remplacement par Brooklyn à la tête de l’équipe était moins étonnant. A nouveau, ses joues manquèrent de se teinter lorsqu’elle évoqua la première place dans la course des quatre maisons… même si elle n’était personnellement pas très impliquée dans cette compétition, elle était toutefois ravie que ses camarades se donnent autant à fond. « Pas tant que ça enfin. » En soi, elle n’avait pas fait grand chose pour eux, si ce n’était organiser une soirée de début d’année, et Zach l’avait bien aidée… « Ils ont tous bien travaillé, c’est d’eux dont je suis fière ! » Elle se retint d’ajouter que c’était un peu comme une équipe, mais réfléchissant au poste que Savannah venait de perdre, elle en conclut rapidement qu’une maladresse était déjà bien suffisante, et qu’enchaîner les boulettes avec toutes les personnes qu’elle croiserait ce soir allait simplement la mener à se faire détester de tout le château. D’autant plus que Milo et Dan ne semblaient pas d’humeur à en parler, pour une raison qui lui échappait légèrement… Et à vrai dire, le sujet du Quidditch ne semblait pas non plus être le meilleur terrain sur lequel s’aventurer, au vu de la réponse de son interlocutrice. « C’est vraiment dommage… tu as eu des ennuis de santé ? » s’enquit-elle, en se demandant si elle s’aventurait sur une autre pente risquée. « Je suis sûre que ça se passera bien, et que tu auras l’occasion de jouer un peu ! Même si j’espère que personne n’aura à se casser la jambe pour ça. » ajouta-t-elle, un peu comme une plaisanterie, avant de se demander si c’en était bien une, et qu’elle n’allait pas à nouveau toucher des points sensibles involontairement.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 3148
Points : 4
Crédit : Google
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne et Wendy

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Ven 9 Nov - 20:06

    Si dans un coin de la tête de Danni, à cause de ce qui s'était passé les années précédentes, subsistait une infime appréhension concernant cette soirée d'Halloween, ses doutes s'envolèrent dès qu'elle vit Keagan la rejoindre dans le Hall où s'étaient rassemblés tous les élèves. Il avait enfilé le costume de pompier dans lequel elle avait toujours rêvé de le voir. Et autant dire que Danni eut du mal à cacher à quel point ce costume titillait ses hormones. La Poufsouffle le dévora littéralement des yeux, de haut en bas et de bas en haut, sans gêne aucune et la bouche ouverte. Le mot sexy n'était même pas assez fort à ce stade-là. Il n'empêche qu'avec sa carrure, Keagan aurait parfaitement le profil pour se diriger réellement vers cette carrière. Et si ça devenait le cas, Danni ne répondrait plus de rien. Le fantasme de la demoiselle en détresse, certainement. C'était peut-être un pur cliché comme Keagan le suggérait mais peu importait. Il était juste à tomber.

    "Oh bien Dorothy ne demande qu'à être p..protégée par un beau pompier canon !" répliqua-t-elle à son compliment. Vu comme ça, on pourrait presque dire que leurs costumes se complétaient.

    Danni accueillit son compliment ainsi que son baiser avec un sourire ravi. Oui, cet Halloween-là serait juste parfait et les mauvais souvenirs de l'année dernière feraient pâle figure face aux nouveaux. Danni garderait longtemps en tête l'image de son petit ami dans ce costume, c'était certain. Elle espérait qu'il ne l'avait pas loué comme ça, elle pourrait toujours lui demander de le remettre de temps en temps... quand ils ne seraient que tous les deux.

    *Bon sang Danni, redescend sur Terre...* se dit-elle pour calmer ses ardeurs. Ce n'était qu'une soirée d'Halloween et ça ne resterait qu'une soirée d'Halloween. Keagan et elle auraient bien d'autres occasions de se retrouver en tête à tête. Elle lui attrapa alors la main et entrelaça ses doigts aux siens pendant tous le trajet jusqu'à Pré-Au-Lard. Et à ce moment-là, Danni pouvait l'affirmer. Elle se sentait bien.

    La soirée poursuivit sur sa bonne lancée quand ils arrivèrent au Trois-Balais superbement décoré pour l'occasion. Ça c'était une fête comme elle les aimait, une bonne ambiance, des boissons, des sucreries et une chouette décoration. Pas d'illusion foireuse ou d'horreurs traumatisantes. Même la serveuse avait un costume plus drôle qu’effrayant et Danni éclata de rire à sa réflexion sur le cafard.

    Comme Keagan lui demandait si elle voulait qu'ils rejoignent quelqu'un en particulier, Danni regarda autour d'elle. Il y avait sacrément du monde. En repérant de nouveau le chapeau de cow-boy qu'elle avait identifié comme étant Milo un peu plus tôt, elle s'aperçut que Dan était à côté de lui, ainsi que Savannah et Tracy. Elle n'avait pas reconnu Dan tout de suite avec sa tête de zombie. Croisant le regard de l'irlandais, elle lui fit un signe de la main avant de se tourner de nouveau vers Keagan.

    "On aurait pu rejoindre Dan et Milo mais... enfin y'a Tracy aussi donc..." dit-elle en haussant les épaules. Elle ne voulait pas le forcer à aller vers elle.

    "Comment ça va vous deux depuis que vous avez pu p..parler ?" demanda-t-elle à Keagan tout en l'entraînant vers le bar. Danni commanda deux boissons au cafard et tendit un verre à Keagan tout en buvant une gorgée du sien.

    "Vous vous êtes reparlé depuis ou pas du tout ?" demanda-t-elle en piochant une friandise sur l'étalage avant de regarder de nouveau vers le groupe de quatre personnes. Danni n'était pas au courant de ce qui s'était passé pour Savannah et ne comprenait pas vraiment pourquoi elle n'était plus capitaine de l'équipe de Serpentard. A vrai dire, elle-même n'avait pas été sûre de vouloir garder son poste après les cafouillages de l'an dernier. Peut-être était-ce quelque chose de similaire pour elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10029-hannibal-atlas-srensen-objection-votre-honneurhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10036-hannibal-good-laws-have-their-origins-in-bad-moralshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10037-hannibal-lettres-recommandeeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10038-hannibal-soyez-brefs

Arrivé(e) le : 19/08/2018
Parchemins rédigés : 100
Points : 4
Crédit : Eriam ft. Nick Robinson
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Prrrudence

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Ven 9 Nov - 22:32


Soirée d'Halloween

Hannibal & cie
Je dois bien admettre que l’ironie de mon costume m’amuse beaucoup et j’incline exagérément la tête en réponse aux félicitations que m’accordent Phoenix. Je me doute bien que la subtilité le concernant échappera probablement à la majeure partie des élèves présents toutefois je m’en moque.
    
« Sans goût c’est le mot, dis-je à la Gryffondor en désignant ma tenue, j’ai du mal à comprrrendrrre la satisfaction que l’on peut rrressentirrr en rrrevêtant ce genrrre d’horrrreurrr, j’imagine que c’est un concept qui m’échappe. »
 
Non pas que je m’attende à être impressionné par quoique ce soit venant du monde moldu toutefois leur manque de classe me sidère d’autant plus maintenant que je suis vêtu comme eux. À croire que tout dans leur espèce tend vers l’imperfection et l’erreur… Même si ce n’est guère étonnant, cela n’en demeure pas moins consternant !
L’arrivée d’Alexis nous distrait tous un moment et je lui offre à son tour un signe de la tête pour la remercier des éloges concernant mon déguisement. En effet, quoi de plus effrayant qu’un vulgaire moldu au beau milieu d’une foule de sorciers ? Je vous le demande. J’écoute d’une oreille les interrogations des filles à propos de l’apparence que prendra mon frère tout en sirotant mon cocktail, le regard perdu sur la foule. Il m’arrive parfois de me demander à quoi ressemblerait ma vie si je n’avais pas poursuivi mes études de sorcellerie à Poudlard ; serais-je entourée de personnes plus compétentes et issues de lignées au moins aussi pure que la mienne si j’avais été à Koldovstoretz ? Aurais-je réussi à tisser des liens au moins aussi utiles quant à mon futur si je n’avais pas été en Grande-Bretagne avec Grand-Père ? Tant de questions que j’ai préféré arrêter de me poser au fil des années, convaincu que j’ai emprunté le meilleur sentier afin de me conduire le plus rapidement possible vers les sommets. Je fronce le nez tandis que les deux filles s’éloignent pour discuter d’un sujet apparemment privé et j’acquiesce en entendant la voix de Phoenix.
 
« En effet, Sleibhin semble maîtrrriser la situation d’une main de maîtrrre ! » ajouté-je en suivant les filles du regard, intrigué par tout ça et me promettant d’en savoir plus sur cette fameuse chose dont Alexis voulait parler. Je n’ai pas pour habitude de ne pas trouver réponse à mes question et je suis persuadé que cette fois-ci ne fera pas exception.
 
L’arrivée de Finnbjörn nous occupe un moment et mon frère échange quelques mots avec Phoenix avant d’aller à la rencontre d’Alexis et de Sleibhin, un brin en retrait. À nouveau, je fronce les sourcils en voyant mon cadet s’éloigner, quelque peu étonné de son comportement. Finnbjörn s’est toujours montré plus impulsif que moi et je pense que je ne comprendrai jamais cette manie de montrer son mécontentement en public de la sorte. C’est, en quelque sorte, une façon de se donner en spectacle bien que Finn ne le fasse avec une certaine classe qu’il faut reconnaître. Il faudra que nous ayons une discussion à propos de ce qui le taraude par rapport à Phoenix et moi, et ce rapidement.
Notre conversation s’oriente ensuite sur la pitoyable scène qui s’est déroulée devant nos yeux et dont Albus a joué l’un des rôles principaux. Je suis ravi de constater que Phoenix semble partager mon avis – ainsi que mon dégoût – quant à la présence dans le corps administratif de cette cracmole qui fait tant honte à notre communauté.
 
« En effet, j’espèrrre juste que nous n’aurrrons pas à subirrr d’autrrres scènes du genrrre, soufflé-je à l’oreille de la Gryffondor, je ne comprrrends pas ce qui est passé parrr la tête d’Albus ce soir, ce n’est clairrrement pas son genrrre. »
 
Il faudra que je discute avec mon ami à propos de cette soirée une fois que cette histoire ce sera tassée. Je le cherche rapidement des yeux et constate qu’il s’est un peu éloigné du groupe, apparemment en proie à ses pensées. Je tente de croiser son regard mais sans succès, aussi je me reconcentre sur mon interlocutrice actuelle. Je verrai Albus plus tard.
 
« De même, lui dis-je tout en lui offrant un sourire un brin charmeur, j’ai rrrapidement rrreprrris mes habitudes à Poudlarrrd. »
 
Phrase à double-sens, évoquant le rôle que je suis obligé de retrouver à chaque rentrée auprès de mes camarades ainsi que des professeurs. Bien que je sois totalement à l’aise dans ce dernier, les moments d’honnêteté et de sincérité que je ne peux connaître qu’en présence de ma famille et de nos proches alliés finissent toujours par me manquer. J’imagine qu’il en est de même pour Phoenix : tout en étant différent nous restons plutôt similaire, elle et moi. Nous dirigions notre vie d’une main de maître, sachant tirer profit des autres et user de nos charmes afin de parvenir à nos fins. Du moins, c’est l’idée que je me fais d’elle après nos quelques conversations et ce que m’en dit Finnbjörn.
Je m’apprête à relancer la conversation avec la Gryffondor lorsque je distingue la silhouette de ma sœur parmi la foule. Je me retiens de rire en découvrant son costume ; je pense qu’elle est celle de nous trois qui aura tapé le plus fort, ce soir. Rien ne semble aller ensemble et, si chaque pièce prise indépendamment est d’une laideur sans nom, ce n’est rien comparé à l’ensemble que son costume forme.
 
« Judith, rrravi de te compter parrrmi nous ce soirrr, lancé-je à la benjamine de la famille sans masquer l’amusement qui pointe dans ma voix, trrrès bon choix de costume ! »
 
Finalement je pense que ma sœur doit être la plus effrayante de nous trois ainsi accoutrée. Tandis qu’elle s’éloigne en direction d’Alexis, Sleibhin et Finnbjörn je ne cache pas mon amusement avant de me reconcentrer sur Phoenix et sa question intrigante.
 
« Je t’écoute, dis-je d’un ton sérieux, en quoi puis-je t’aider ? »


HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9830-sleibhin-behold-a-pale-horsehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9841-sleibhin-white-mustanghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9845-sleibhin-honeymoonhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9843-sleibhin-ultraviolencehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9842-sleibhin-dark-paradise

Arrivé(e) le : 28/06/2018
Parchemins rédigés : 158
Points : 12
Crédit : Avatar ☆ bazzart (ft. Imogen Poots) Signature ☆ sial
Année : 4ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Charli B. Ethergsen & Maxine S. MacPherson

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   Sam 10 Nov - 1:54


HALLOWEEN ft. PRESQUE TOUT POUDLARD
Un ours invisible qui mange du miel… Les réponses de Phoenix et Alexis me font réfléchir, mais j’ai vraiment du mal à m’imaginer quoique ce soit. Finalement, je ne sais pas si je suis déçue ou soulagée que Finnbjörn n’arbore pas deux petites oreilles poilues… Heureusement, il a débarqué juste à temps pour m’éviter de m’enfoncer de plus en plus loin dans les suppositions douteuses quant à son costume – qui, au final, ressemble plutôt à celui d’Hannibal. Avec un sourire sincère, je lui souhaite la bienvenue dans notre petit groupe même s’il n’a pas l’air de la meilleure humeur. Rapidement, sa sœur Judith nous rejoint également, avec un costume décidément bien obscur. Je ne comprends pas trop, mais j’imagine qu’ils se sont accordés ensemble ? En tout cas, Phoenix a l’air de trouver ça effrayant alors je suppose que ce sont des bons costumes !

« Bonsoir Judith ! » Dis-je avec enthousiasme, avant de froncer un peu le nez de déception tout en faisant mine de réfléchir. « Je pense pas… en tout cas, je l’ai pas vue. Enfin, je crois pas l’avoir vue. »

Après un épisode plus que regrettable et qui a bien failli ruiner l’ambiance de toute la soirée, je reviens vers Alexis pour écouter ce qu’elle a à dire de si important. On ne sait jamais, peut-être que ça ne peut pas attendre ; il ne faudrait pas que je rate l’occasion d’être là pour elle. Son air sérieux et son costume donnent au moment un aspect très solennel, et je me redresse pour ne pas être la tâche sur le tableau malgré mon déguisement assez grossier par rapport au sien.
Elle commence sa phrase, mais avant de pouvoir me dire quoi que ce soit, elle est interrompue par l’arrivée de Finnbjörn. L’arrêt brutal de ce qu’elle s’apprêtait à dire me suggère qu’elle ne souhaite peut-être pas que ce soit entendu par notre camarade Gryffondor… Ce qui me conforte dans mon idée : je dois garder ses secret. Changeant rapidement de conversation sans répondre à ses inquiétudes à mon égard, elle lâche un commentaire visiblement déçu par rapport à son costume. C’est vrai que ça aurait été cool qu’il soit invisible… J’aurais bien aimé avoir cette idée avant, être invisible pour Halloween c’est vraiment une super idée !

« Mais non, t’inquiète pas on discute juste ! »
Ma voix se veut rassurante, même si je n’ai pas vraiment compris ce qu’il entendait par idées étranges.

Sans transition, Alexis commente le costume des plus originaux bien que subtil de Finnbjörn et je capte assez facilement le regard qu’elle m’envoie. Une discussion entre elle et moi, et c’est tout !
Je fronce les sourcils, perplexe à sa remarque quant au fait qu’elle prenne leurs costumes tant au sérieux. A moins que ça ne soit une blague cette histoire de se frotter à un moldu ? On ne devient pas moldu juste en portant des vêtements de moldus, si… ? Je penche la tête sur le côté en essayant de tirer le vrai du faux. S’il y avait un risque, ils ne l’auraient pas fait, je suppose.
Loin d’être rassurée, je rattrape la conversation en cours de route au moment du grillage de cerveau après m’être perdue quelques secondes dans mes pensées ; si bien que j’en ignore complètement la seconde partie de la discussion.

« Hein ?! » Je m’exclame en me penchant vers le fil blanc pendouillant du col de Finnbjörn, avant de relever la tête vers lui en affichant un air paniqué. « Se griller le cerveau ?! Mais retire ça tout de suite, tu vas mourir ! Pourquoi t’as mis ça ? Et où est-ce que t’as trouvé un truc aussi dangereux ?! »

Noctae sur Bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween   

Revenir en haut Aller en bas
 
[SUJET COMMUN] Soirée d'Halloween
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Les Commerces
 :: Les Trois Balais
-
Sauter vers: