AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Flashback - La curiosité est un vilain défaut (Juniper & Brook)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Flashback - La curiosité est un vilain défaut (Juniper & Brook)   Ven 28 Sep - 16:00

Brooklyn & Juniper

Flashback - La curiosité est un vilain défaut


Mon sommeil est agité, pour ne pas changer. Je me retrouve inlassablement dans la cabane hurlante, au prise avec cette femme et rien ni personne ne peut venir me sauver. Cela se passe souvent de la même façon, je me retrouve enfermé avec elle et elle tente de m'attraper pour me couper la tête. Et j'ai beau hurler, courir ou même parfois me battre, la finalité du rêve est toujours la même : je finis avec une jambe en moins et la tête coupée. Et comme à chaque fois, je me réveille en sursaut, en sueur, totalement déboussolé et le coeur tambourinant dans ma poitrine. Je respire rapidement, je mets quelques instants à comprendre où je suis. Ce n'est qu'un rêve, un rêve de plus qui hante mes nuits. Le genre de rêve que tu ne veux pas revivre, alors tu ne te rendors pas, pas tant que tu peux lutter contre le sommeil. Combien de temps ai-je dormi cette fois ? 2h ? Un peu plus ? Un peu moins ? Je l'ignore et je ne prends même pas la peine de regarder l'heure, je m'en moque. Mon corps est épuisé mais je sais que je ne me rendormirai pas, pas maintenant en tout cas. Peut-être que sous les coups des 5h, j'arriverai à me laisser aller pour 2 petite heures, mais sans aucune assurance. Comme à chaque fois. Je sais que je ressemble à un zombie ces derniers temps. Je marche au radar, je ne comprends rien à ce qu'il se passe, je décroche complètement durant les cours et c'est une catastrophe durant les entraînements de Quidditch. Pourtant j'essaye de faire un effort, ne serait-ce que pour ne pas inquiéter Savannah, mais je n'y arrive pas ou plutôt je n'y arrive plus. Je sais qu'il faudra bien que je finisse par me résoudre à voir Lennox, l'infirmier, pour une potion de sommeil, mais pour le moment je m'y refuse. Je persiste à croire que je n'ai pas besoin d'aide et que je peux y arriver tout seul. Mensonge, cela va s'en dire, mais qui peut réellement me juger dans cette école ?

Je me redresse dans mon lit, j'écoute la respiration calme de mes camarades de dortoir et je les envie. Je reste sans bouger quelques instants, le temps de reprendre mes esprits, de retrouver un rythme cardiaque normal. Je finis par sortir de mon lit, attrapant au passage un pull et des chaussettes pour ne pas attraper froid. Je sors du dortoir en silence, c'est ce que je sais faire de mieux, être discret. Je rejoins la salle commune, vide actuellement. Je m'installe sur l'un des canapés et je regarde le feu mourant crépiter dans la cheminée. Toutes les nuits se ressemblent, ça en devient agaçant. J'en ai marre de refaire les mêmes gestes, je veux que ça s'arrête. Tout aurait pu être réglé si Casey, Avalon et Savannah avaient accepté de fuir avec moi, mais elles ont décidé de rester ici, soit disant pour les autres, pour ne pas les laisser seuls, parce que dehors le danger est aussi réel qu'ici. Tant d'excuses données et aucune de valable à mes yeux. Parfois je me demande ce que je fous encore là. Qu'elles aient envie de mourir ici, c'est le problème, pas le mien. Pourtant je suis toujours là, en colère, mais présent, à attendre un signe pour me barrer. J'entends un bruit quelque part vers les escaliers. Je me fige sur place. Tout le monde ne dort pas ? Je fixe l'obscurité mais rien n'arrive. C'est peut-être que le fruit de mon imagination, allez savoir, je suis tellement épuisé que ça pourrait être possible. Pourtant je décide de faire le mur, pour cette nuit. J'ai pas envie de rester là à guetter le moindre bruit, je n'ai pas besoin de me monter la tête. Alors je décide de faire le mur, j'ai besoin de prendre l'air. Je sais qu'on n'a pas le droit, que je risque de gros ennuis si je me fais prendre mais qu'importe, de toute façon je ne veux pas rester dans cette maudite école, alors s'ils m'attrapent, ça me fera peut-être une bonne raison pour me barrer d'ici et personne ne pourra rien me reprocher !

Silencieusement, j'ouvre la porte de ma salle commune. J'observe le couloir, je tends l'oreille, pour voir si j'entends des pas, mais rien. Une fois sûr qu'il n'y a personne à proximité, je sors dans le couloir et referme la porte derrière moi. Je commence à avancer dans le couloir, lentement, toujours aux aguets. Je finis par rejoindre le hall d'entrée. Là, deux choix s'offrent à moi : soit je vais dehors prendre un bol d'air et je me trouve un coin tranquille ou passer la nuit, soit je monte dans une salle abandonnée. Les nuits sont encore fraîches, l'idée n'est pas de mourir de froid. Alors je décide de monter jusqu'au 4ème étage, le plus discrètement possible. Je longe les murs, j'avance lentement, j'évite un maximum de me faire remarquer. Je finis après une éternité à atteindre ma destination et rentre dans la première salle abandonnée qui me tombe sous la main. Je reste quelques instants là, à regarder la salle, silencieusement. Je m'assure que je suis seul, puis je vais rejoindre la fenêtre que j'ouvre. J'observe la nuit et laisse la fraîcheur envahir la salle. Je finis par siffler quelques minutes pour appeler mon corbeau. Agamemnon finit par se poser sur mon bras tendu et je referme la fenêtre pour m'installer à une table. Avant de partir, je me suis armé de mon sac où je n'ai pas de cours mais de quoi sculpter une pièce de bois sur laquelle je travaille depuis quelques semaines déjà. Je sors lentement mes affaires tout en laissant mon corbeau s'installer à côté de moi. Je finis par le regarder et par glisser mes doigts sur ses belles plumes sombres "C'est encore toi et moi ce soir !"



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10265-juniper-waltershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10276-juniper-walters-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10291-juniper-walters-rps

Arrivé(e) le : 21/09/2018
Parchemins rédigés : 17
Points : 0
Année : Cinquième - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Non

MessageSujet: Re: Flashback - La curiosité est un vilain défaut (Juniper & Brook)   Sam 29 Sep - 21:42

Un air étonné se substitua bientôt en quelque chose de plus courroucé sur le visage de Juniper. Deux heures vingt-quatre ? La veille, elle s'était certes endormie à une heure outrageusement précoce, dévalant les bras de Morphée bien plus tôt que d'ordinaire - pour elle comme pour la plupart des gens. Voilà certainement l'explication à ce regain d'énergie pas assez tardif, mais tout de même. Deux heures vingt-quatre ! Il allait falloir occuper le reste de la nuit, sans quoi l'on s'ennuierait ferme. La brune n'avait pas signifié une fatigue plus extravagante, et il n'y avait pas non plus de précise raison à un réveil très matinal, bref, pas de raison évidente pour une expédition vers le sommeil franchement décalée. Il s'agissait en fait de quelque chose de plus futile et plus enrichissant à la fois : ç'avait été une expérience. Le sommeil est quelque chose de passionnant, il fût donc question d'en mesurer certains aspects. Est-ce qu'un décalage entraîne un pareil nombre d'heures de coma nocturne, comment est l'endormissement, le réveil lors de ce bouleversement. C'est depuis peu que la jeune fille s'intéresse de près à la chose, et, déjà, sa première expérience est satisfaisante du point de vue du nombre d'informations récoltées. L'endormissement a été, bien évidemment, un peu pénible du au fait que l'énergie journalière n'avait pas encore été entièrement dévorée. Le sommeil, lui, avait été aussi naturel que d'habitude : l'horloge interne, si elle avait été perturbée, n'en avait fait signe; il est donc, en conclusion, tout à fait possible et aussi sain de dormir en journée que de nuit.

Ces premières nouvelles connaissances n'étaient certes pas extraordinaires, mais assez pour Juniper qui se vit plus motivée encore à ses recherches concernant la chose. Voilà qu'il y avait des données de base, de quoi aller bien plus profondément dans le sujet. Elle s'étira, jeta un coup d’œil aux silhouettes en accord avec leur rythme qui sommeillaient autour d'elle. Rien de bien chaleureux aux désirs de la brune, qui décida que la bibliothèque de la salle commune résoudrait bien ce soucis d'ennui qui cavalait déjà en sa direction. Elle descendit donc les quelques marches séparant le dortoir de la commune pièce en quête d'une lecture, mais ce fût tout autre chose qui attrapa son regard. Là-bas, à l'autre bout de la salle, la poignée de la porte s'enclenchait avec assez de bruit pour être très discernable dans le silence de la nuit. Juniper se figea un instant, prête à remonter à la hâte dans le dortoir au cas où il s'agirait de quelqu'un entrant. Ayant patienté assez de secondes pour être certaine que le mouvement inverse fût produit, elle réfléchit à toute allure. Elle était évidemment encore en pyjama. Elle s'ennuyait. Elle se balança d'un pied sur l'autre, prit sa décision.

Le bonhomme n'est pas très loin : probablement précautionneux de ne pas se faire prendre, il avance à pâle allure. Froncer sourcils; s'il ne s'agit certes pas de l'activité qu'elle avait choisi, après tout pourquoi pas. Cela assurait quelques rebondissements auxquels elle ne pourrait s'attendre, c'était excitant. Affrontant chaque intersection après lui, elle faillit perdre le jeune homme deux fois - d'ailleurs ce dernier ne lui disait pas grand chose. Peut être un élève d'une année de plus ou de moins. Après quelques étages de grimpés et plusieurs frayeurs, voilà que le monsieur entre dans une salle, ferme à nouveau la porte. Ici vint une nouvelle interrogation, un peu plus profonde cette fois ci. Car s'il est facile et presque sans conséquence de suivre quelqu'un dans un lieu public, à savoir ici les couloirs, s'entraîner à sa suite dans un lieu abritant possiblement d'autres individus est moins aisé. Juniper s'avança jusqu'à pouvoir coller une oreille contre la serrure, prêtant une attention particulière au silence de l'autre côté mais sachant que même s'ils étaient plusieurs, ils feraient sans doute attention à ne pas trop faire de bruit. La jeune fille fronça les sourcils un instant, partagée, puis haussa les épaules, après tout le coût du gain était supérieur à celui des risques : elle saura se sortir d'un mauvais pas s'il s’avérait en être un. Elle franchit le seuil avec la nonchalance qui lui était propre.

Un garçon qu'elle ne connaissait effectivement pas était assis, seul, avec au bras un corbeau. Étrange situation; pourquoi diable sortir à une heure pareille pour aller bavarder avec un volatile ? Ne laissant place à l'étonnement premier, Juniper s'évertua à mimer la neutralité; après tout, il allait bien falloir discourir pour éviter le fait qu'elle venait de suivre un camarade. Rassure-moi, c'est pas un animagus ? Histoire que le nombre d'humain soit clair pour tous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2785
Points : 8
Crédit : VOCIVUS & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: Flashback - La curiosité est un vilain défaut (Juniper & Brook)   Mer 3 Oct - 18:41

Brooklyn & Juniper

Flashback - La curiosité est un vilain défaut


J'avais quitté ma salle commune pour pouvoir être tranquille. Ne voulant pas être surpris par un de mes camarades, je me suis dirigé au 4ème étage pour me faufiler dans une salle abandonnée. Je savais que c'était risqué, au cas où je croiserai un préfet ou un prof, mais c'était un risque que j'étais prêt à prendre pour avoir ma tranquillité. J'aime bien les gens, mais de loin et je dois bien avouer que plus je suis seul et mieux je me porte, surtout ces derniers temps. Il se passe trop de choses étranges dans cette école pour avoir envie de côtoyer qui que ce soit. J'ai la sensation que n'importe qui pourrait me faire du mal, s'il le voulait et je n'aime pas cette idée. Alors j'en reste loin et c'est mieux pour tout le monde. En journée, difficile de pouvoir trouver un endroit tranquille, ils se font de plus en plus rare, mais la nuit, ça devient tout de suite plus simple. Et on ne va pas se mentir, même si en général je n'aime pas me faire remarquer, ces derniers temps, c'est devenu comme un jeu. Je joue avec leurs nerfs jusqu'à ce qu'ils décident de me virer de cette maudite école. Si elles ne veulent pas se barrer, je ferai en sorte de me faire virer pour ne pas avoir ça sur la conscience. Evidemment, ça sera de ma faute et c'est un peu comme si j'avais quitté volontairement l'école, mais qu'importe, j'arriverai bien à trouver une bonne excuse. Et sinon tant pis, je vivrai avec ça. Soit disant que même dehors on n'est pas en sécurité et qu'il n'y a qu'à Poudlard qu'on peut apprendre des choses utiles, mais j'ai pas particulièrement envie de me servir de ma baguette pour me protéger. Je suis meilleur pour me cacher et faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes, je suppose que dans le monde moldu, je serai capable de devenir n'importe qui.

Je n'ai pas entendu que j'avais été suivi et pour être honnête, au moment où la porte c'est ouvert, je me suis paralysé net par la peur. J'étais tellement ailleurs, en train d'admirer mon corbeau, que j'ai même pas eu le réflexe de sortir ma baguette pour me défendre. Quand je vous dis qu'elle ne me sert à rien. Enfin bref, je me suis contenté d'observer la jeune fille qui me faisait face, devant la porte, en train de me demander ce qu'elle foutait là, ce qu'elle me voulait et pourquoi ça tombait toujours sur moi. Je ne dis pas qu'à chaque fois que je m'isole, une meuf pointe le bout de son nez, mais ça reste assez récurrent malgré tout. Il y avait Ashley qui aimait bien venir me faire chier quand elle le pouvait, même si c'était devenu une habitude à force de la voir. Ca reste encore assez étrange de ne plus la croiser dans les parages, j'avais fini par l'apprécier. Ensuite il y avait la pote à Zoey, qui a disparu et ce n'est pas un mal. Rachel aussi adore squatter, prenant presque la place d'Ashley, comme si elle se faisait un devoir d'être sa remplaçante. Parfois il y a Gretel ou Casey, même si cette dernière est assez rare. Et maintenant cette fille, que je ne connais pas. J'ai déjà vu sa tronche quelque part, mais de là à savoir son nom, aucune idée. Pourtant il me semble qu'on partage quelques cours, mais pour être honnête, je ne suis pas assez attentif en cours pour retenir qui est qui et j'ai pas envie de faire d'efforts. Je ne la sens pas cette rencontre. La dernière fois que j'ai croisé une meuf de ma classe, ça c'est mal passé et depuis, c'est pas l'entente cordiale entre nous, je sens qu'on va rejouer le même scénario. Je ne suis pas doué pour apparaître comme sympathique, on ne va pas se mentir. J'ai pas envie faire d'efforts et je constate que les autres non plus, alors j'imagine qu'on part sur une mauvaise entente d'un commun accord. Je me rends compte que j'ai toujours pas pris la peine de lui répondre. "Non !" J'aurai pu lui faire croire que ça en était un, mais en vrai ça aurait servi à quoi ? Je ne la connais pas cette fille et j'étais pas venu ici pour parler chiffon alors moins elle reste et mieux je me porte. "Tu fais quoi ici ?" Grosse ambiance. Je vous l'ai dit, je ne cherche pas à me faire des amis.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Flashback - La curiosité est un vilain défaut (Juniper & Brook)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flashback - La curiosité est un vilain défaut (Juniper & Brook)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Quatrième Étage
 :: Les Vieilles Salles Inutilisées
-
Sauter vers: