AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entretien - PV Tracy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9087-avril-june-stagiaire-psychologuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9094-avril-june-besoin-d-une-psyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9097-les-rp-de-vrilhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9099-boite-aux-lettres-d-avril-junehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9100-lettres-express-d-avril-june

Arrivé(e) le : 21/01/2018
Parchemins rédigés : 197
Points : 12
Crédit : Forevertry - Beylin
Année : Stagiaire en Psychologie

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Entretien - PV Tracy   Jeu 13 Sep - 11:20

Description de la salle de Cellule de Soutien

Le choix des meubles, des matières, des couleurs, mais également de la disposition des objets dans la salle avait été réfléchi pour obtenir une ambiance de détente et de bien-être. L’harmonie se devait être présente dans la salle. Tout élève entrant ici devait se sentir en sécurité et chez lui.

Les couleurs et les meubles avaient été associés pour que les élèves puissent ressentir les émotions recherchés par Avril et Magnus, les deux plus importantes émotions étant la paix et la spiritualité. C'était avec elles qu'une séance serait le plus efficace.

Paix : Les murs avaient été peints en couleur crème dans leur intégralité, si ce n'est une bande chocolat au lait qui les traversait à 80cm de hauteur. La salle était ainsi lumineuse et rassurante. La couleur crème rappelait directement la nature, la laine naturelle n'ayant reçu aucun traitement, aucune teinture. Quant à la chocolat, elle rappelait des souvenirs d'enfance avec un morceau de chocolat offert par les parents. Elles favorisaient la stabilité ce dont les élèves avaient très certainement besoin dans cette pièce et ce château. Après tout, s'ils venaient volontairement dans cette salle, c'était bien parce que leur vie était trop instable. Ils avaient besoin d'un repère, d'une sûreté. De plus, ces couleurs pouvaient se marier avec n'importe quelle autre couleur. Elles étaient parfaites comme base.
Un grand aquarium avec une cascade était disposé sur le mur dirigé vers le Nord. L'eau était source de vie. Sans, l'être vivant n'existerait pas. L'homme lui-même était composé à près de 80% d'eau. Elle était donc la meilleure image pour symboliser l'inconscience et la pureté. L'aquarium prenait une grande moitié du mur. Il avait été placé à même dans le mur, donnant l'impression qu'il flottait dans le vide. Les poissons présents à l'intérieur reflétaient de nombreuses couleurs. Il s’agissait de poissons marins plutôt que d’eau douce, sachant pertinemment que les couleurs vives des premiers seraient plus relaxantes pour les élèves que les couleurs sombres et fades des seconds. Il y avait cinq espèces de poissons différentes dans l'aquarium : trois veliferum jaunes et bleus, deux mandarins, trois poissons clowns, un dragonnet et deux cetoscarus bicolores. Les poissons nageaient gaiement dans l'eau, passant de corail rouge en corail jaune. La présence d'anémones et de roches vivantes agrémentait le tout, rendant l'ambiance aquatique fascinante. Un aquarophile venait une fois par semaine pour l’entretenir.
Une odeur de vanille s'installait dans la pièce. Si elle aidait à remonter des souvenirs d'enfance, elle aussi, il avait été prouvé qu'elle permettait également d'augmenter le comportement altruiste des personnes sentant son odeur. Plus apaisés, ces derniers rendraient trois fois plus de services qu’habituellement.

Spiritualité : Cette émotion était plus facilement atteinte avec du violet. Un canapé trois places, mauve clair avec des coussins plus foncés, était placé au milieu de la pièce, dirigé vers l’Est. Cette couleur et cette direction favorisaient l'apaisement et la vérité. Cela permettait de mettre les élèves le plus à l’aise possible et le plus en sécurité possible afin qu'ils puissent se livrer à la demoiselle et à Magnus. Le violet faisait transparaître la protection.
Devant le canapé se trouvait une table basse en bois naturel. Cet élément faisait le lien entre la terre et le ciel. Il aidait au côté spirituel et permettait de s'exprimer plus facilement. Tout comme l'eau, il représente la vie. Mais plus que l'eau, il représente la force de vivre. Un arbre peut vivre des millénaires. Les espèces animales pouvaient apparaître, évoluer et disparaître tandis que l’arbre, lui, était toujours présent. Sur la table basse, deux bougies vertes étaient allumées. La flamme dansante attirait le regard. Elle formait des vagues dans l’air et se reflétait dans les pupilles de son public. Elle savait hypnotiser et détendre la personne qui lui faisait face. Le feu était un élément mystérieux. Il était si compliqué de le comprendre qu’il donnait envie de se livrer pour combler cette incompréhension. Il aidait au dialogue ce qui favorisait le travail de la jeune fille.

Un second canapé, de couleur vert pomme, avait été mis face au premier. Cette couleur rajoutait ainsi un peu d’enthousiasme à la salle. Des grandes plantes vertes avaient été disposées dans les coins de la salle pour casser les angles saillants et rappeler, de nouveau, la nature et le calme. Des tableaux avaient également été accrochés. Il s’agissait de paysages verts, provenant essentiellement de forêts tropicales. Sur l’un des tableaux, on pouvait même voir une panthère endormie sur une branche. Parfois, elle ouvrait un œil pour vérifier son environnement avant de se rendormir. D’autre fois, elle se levait sur la branche pour s’étirer. Rarement, elle descendait de son arbre et disparaissait du paysage, sans doute pour chasser et se nourrir. Elle revenait toujours au bout de deux heures, remontait dans son arbre et se recoucher une fois qu’elle s’était assurée que son environnement était sûr.
Un tapis à poils longs noir venait agrémentait la salle. Il était placé sous la table basse et les deux canapés. Il venait casser le tout et rendait la pièce plus harmonieuse.
Des biscuits secs et un set de thé se trouvaient sur la table basse. Ainsi, tous les sens avaient été mis en éveil ici : odeur de vanille, touché du tapis, son de l'aquarium, vue des couleurs et enfin goût des biscuits.

Finalement, un présentoir rempli de brochures se trouvait près de la porte. Il comportait des sujets importants à aborder pour les jeunes venant ici : dépression, maltraitance, angoisse mais également orientation scolaire et sexe. L'adolescence étant l'âge critique, les jeunes se cherchaient encore et, parfois, ne souhaitaient pas entendre de la part d'un adulte des conseils. Les brochures étaient là pour répondre aux questions non posées et les aider à mieux se placer dans ce monde des sorciers.


---------------------------------------------


Il était 17h52. Avril avait donné rendez-vous à Tracy à 18h, une fois ses cours terminés. Elle était en train de terminer de poser les biscuits sur la table, posant finalement un dernier regard sur la pièce pour s'assurer que tout était en place. Cela faisait maintenant six mois qu'elle avait créé cette pièce et c'était son véritable bébé. Magnus l'avait laissé tout gérer, étant simplement venu voir le final et lui donner les derniers conseils pour que la pièce soit parfaite. Avril en était fière. Elle avait plutôt l'impression que l'atmosphère qu'elle y avait créé fonctionnait sur les jeunes qu'elle voyait. Jusqu'à maintenant, elle avait l'impression de faire du bon travail. S'il n'y avait pas beaucoup d'élèves qui venaient la voir, elle trouvait tout de même que les quelques volontaires souriaient un peu plus. A moins qu'il ne s'agisse de son imagination et de son simple désir.
La rentrée avait commencé depuis deux semaines et elle n'avait, cependant, pas encore eu d'entretiens de l'année. Elle s'était plutôt intéressée aux dossiers des premiers années, apprenant dans un premier temps leur prénom puis se penchant sur leur histoire.

17h59, Tracy n'allait plus tarder. Avril lança un regard à la panthère. Comme à son habitude, celle-ci dormait sur sa branche. Avec un petit sourire amusé, la jeune fille tourna la tête vers la porte lorsqu'elle entendit toquer. Elle ouvrit sur Tracy, lui faisant un grand sourire et l'invitant à entrer.

Bonjour Tracy, je t'en prie, entre.

Elle avait reçu une lettre de la jeune fille plus ou moins intrigante. Avril avait été tentée de s'entretenir avec Londubat pour en savoir plus sur son cas mais y avait finalement renoncé, décidée à avoir la version de la bleue et argent. Après tout, c'était elle sa "patiente", par le directeur. Elle suivit un instant la jeune fille avant de la dépasser et de montrer les canapés.

Installe-toi et fais comme chez toi ! Je te sers quelque chose ? Il y a du thé, des tisanes, du café, de l'eau et des jus de fruits.

Bien que ce soit la théière qui soit sur la table basse, une cafetière et une bouteille d'eau se trouver à proximité du présentoir, près à servir pour toute personne n'appréciant pas réellement le thé. Après tout, tout le monde ne pouvait pas être anglais...
Elle prit donc le temps de servir Tracy et finis par s'asseoir en face d'elle. Elle se servit elle-même un thé au jasmin et laissa sa tasse refroidir sur la table basse. Finalement, elle se laissa aller entièrement, posant son dos contre celui du canapé.

Ca a été ta journée ? Tu as eu beaucoup de cours ?

Avril ne commençait jamais ses entretiens de but en blanc. Son premier objectif était de mettre à l'aise l'élève qui se trouvait face à elle. Elle prenait donc le temps de lui poser des questions banales mais qui permettaient souvent à son interlocuteur de se détendre et de retrouver la parole perdue en passant la porte. Jusque maintenant, elle avait d'ailleurs de bons résultats.


Codage par Libella sur Graphiorum



Vivre peu mais vivre bien
Crois en toi, aie espoir, la vie est courte, ne perds rien, aime tes amis, amuse-toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2068
Points : 37
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: Entretien - PV Tracy   Ven 14 Sep - 14:52

Entretien
Avril & Tracy

Toute la semaine durant, Tracy avait été tentée de faire machine arrière. D’écrire précipitamment à mademoiselle June que, finalement, elle s’était trompée, qu’elle ne souffrait d’aucun trouble, de quelque nature que ce soit, et que de ce fait, leur rendez-vous n’avait aucune raison d’être maintenu. Qu’elle la remerciait pour sa patience, et l’attention qu’elle avait porté à sa missive décousue, mais que, réellement, ce n’était pas nécessaire. Mais elle n’avait pas écrit. Les journées s’étaient enchaînées, toujours plus chaotiques… jusqu’à ce que cet après-midi là, dans la bibliothèque, elle ne craque. Elle avait offert la vérité, avec cette boule dans la gorge, et cette nervosité dévorante, à l’idée d’y perdre la vie. Puis Dan avait compris. Elle l’avait su dès qu’à l’aube, elle avait parcouru sa lettre, les doigts tremblants, les yeux légèrement embués. Elle s’était assise, un moment, devant l’âtre, dans lequel quelques braises survivaient difficilement au feu de la veille… elle n’avait rien dit, rien pensé, et son visage s’était figé dans le marbre. Puis, maladroitement, elle s’était saisie d’une plume qui n’était pas la sienne, et avaient répondu ces mots qui la rendaient plus vive, plus fulgurante, cette douleur à l’estomac. D’un pas mécanique, elle avait monté les marches de la volière, saluant sans intonation ceux qui la reconnaissait, et elle avait attendu que cette dernière ne se vide. Puis, elle avait enroulé la dernière lettre adressée à Rioghbhardan O’Callaghan, très soigneusement, autour des serres d’un hibou de l’école, en ne prenant même plus la peine de demeurer à bonne distance d’eux. Elle avait affronté ces yeux jaunes qui lui semblaient réprobateurs, suivi son envol avec l’impression effrayante de commettre à la fois une immense bêtise, et celle plus rassurante d’en réparer une bien plus grave. Une fois que le hibou ne fut plus à portée de vue, elle s’enroula finalement dans sa cape d’invisibilité, et se laissa tomber le long du muret pour fondre en larmes silencieuses.

Un passage rapide dans les toilettes des filles, et quelques coups de baguette magique lui permirent d’arranger son maquillage, comme elle le faisait parfois lorsque l’an dernier, elle arborait une mine trop fatiguée qui inquiétait son entourage. S’ensuivait un premier cours de botanique, où elle n’écouta que vaguement ce qui s’y passait, se contentant de recopier mécaniquement chaque information donnée en se promettant d’y accorder plus d’attention, lorsqu’elle les relirait plus tard. La partie pratique ne fut guère mieux, sa plante ne se montra absolument pas coopérative, et le professeur remplaçant de Mrs MacDougall dut passer un temps considérable à tenter de rattraper les dégâts de terrain provoqués par son bulbe sauteur. Alors, à l’heure du déjeuner, qu’elle partagea à tenter de discuter naturellement en compagnie de Cissy, de sujets sur lesquels elle ne parvenait à se recentrer, elle fit un saut par son dortoir, où elle récupéra dans le tiroir de sa table d’appoint une petite fiole. Quelques restes de l’année passée, avant qu’elle n’arrête complètement sa consommation… Se pinçant le nez, elle avala l’intégralité du liquide en quelques gorgées à peine, hoqueta, et déposa le flacon d’aiguise-méninges dans ses affaires, avant de se précipiter vers les escaliers pour enchaîner avec un cours d’arithmancie particulièrement complexe, qu’elle suivit tant bien que mal, aidée par les effets de la mixture. Seize heures. Rendez-vous avec Zach au cinquième étage pour une ronde de routine, au cours de laquelle il ne se passa pas grand chose. L’heure tournait, les pas de Tracy traînaient, et l’envie que cette journée insupportable prenne fin se faisait ressentir, à chaque fois qu’elle s’imaginait croiser Dan dans les couloirs… Le coup des dix-huit heures avait des airs de libération : même si elle ne croyait pas le moins du monde en l’effet de ces séances psychologiques, le bureau d’Avril June lui servirait au moins de refuge pour échapper au reste du monde, aux rumeurs sur son compte, aux démons qui la hantaient, au poids de ses décisions qu’elle ne parvenait plus à porter aussi bien qu’elle l’aurait voulu.

Ponctuelle, Tracy se présenta, une fois ses obligations terminées, à l’heure à son rendez-vous : elle toqua prudemment, et attendit l’invitation avant de pénétrer dans cette pièce de l’école qui lui était encore inconnue. Puis, la voix d’Avril lui parvint, doucereuse, bienveillante, tandis que la porte s’entrouvrait : « Bonjour Tracy, je t'en prie, entre. » Hésitante, elle s’exécuta, en laissant son regard se promener sur les murs aux tons crèmes, pour finalement échouer sur cet aquarium immense qui trônait dans le fond de la pièce. Rien, dans le choix des tableaux, ou dans les couleurs du mobilier, ne laissait présager qu’on se trouvait encore à Poudlard. Maintenant qu’elle était là, il n’était plus question de faire machine arrière… « Bonjour Miss June, merci de me recevoir. » répondit-elle poliment, un peu sur la défensive, et sans la moindre idée de ce qu’elle pourrait bien dire, ni en quoi une séance de psychologie pourrait bien lui être utile. D’un geste, la jeune femme lui indiqua les canapés, et Tracy s’y dirigea sans se faire prier, légèrement mal à son aise dans cet environnement un peu trop propice au bien-être et à la sérénité, alors qu’elle avait toujours cette douleur dans l’estomac. « Installe-toi et fais comme chez toi ! Je te sers quelque chose ? Il y a du thé, des tisanes, du café, de l'eau et des jus de fruits. » Répondant par un sourire timide, les muscles de la préfète se détendirent peu à peu, à mesure qu’elle détaillait la silhouette de Avril June, en train de préparer de l’eau chaude. A bien y réfléchir, la jeune femme ne semblait pas beaucoup plus âgée qu’elle, contrairement au commun des professeurs… A ce qu’on disait, c’était même une cracmolle, et Tracy ne pouvait s’empêcher de se demander silencieusement ce qui avait pu la motiver, dans ces conditions, à vouloir s’insérer à Poudlard. « Je veux bien du thé, merci ! » lança-t-elle, avec la même réserve que lorsqu’elle se trouvait dans le bureau du professeur VaatiVidya. Et dire qu’Avril était elle aussi son élève… Elle ne savait pas encore bien de quoi elle pourrait parler au cours de cet entretien, mais aborder certaines choses avec son professeur d’arithmancie n’était pas encore à sa portée. Etirant son sourire lorsqu’elle déposa sa boisson chaude sur la table basse, Tracy s’efforça de se détendre au même titre que son interlocutrice, croisant ses jambes, puis ses mains. « Ca a été ta journée ? Tu as eu beaucoup de cours ? » Acquiesçant d’un signe de tête, plus par automatisme qu’autre chose, le récapitulatif mental qu’elle fit de sa journée ne lui parut pas bien merveilleux. Cependant, elle ne se sentait pas spécialement prête à s’étendre sur les motifs qui l’avaient rendue aussi morne. « Oui, je sors d’arithmancie avec le professeur VaatiVidya ! C’est un peu compliqué, on fait des calculs avec le temps comme variable, mais c’est vraiment très intéressant. » commença-t-elle, avant de porter sa tasse à ses lèvres, pour n’aspirer qu’une petite gorgée, pour ne pas se brûler, se demandant en quoi cela pourrait intéresser Avril, qui devait avoir bien d’autres préoccupations que l’arithmancie. « Sinon… un peu de botanique ce matin, mais rien d’extraordinaire, parfois j’ai l’impression que les plantes ne m’aiment pas beaucoup. » ajouta-t-elle, d'un ton léger, un peu comme celui d'une plaisanterie, avant d’hésiter, un court instant, et de demander : « Et vous ? Comment était votre journée ? » Lui renvoyer la balle lui donnait le sentiment qu’elles étaient davantage dans une discussion, que dans un entretien pour déterminer si elle était ou non folle, ou bonne à interner à Sainte-Mangouste. Ça rendait, entre autres, les choses plus faciles...

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Entretien - PV Tracy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Sixième Étage
-
Sauter vers: