AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 340
Points : 25
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Professeur A. Jones

MessageSujet: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Mer 12 Sep - 16:19


To Forgive & Forget



16 heures trente.

Assise en tailleur sur la pelouse, j'observe les 3 anneaux au-dessus de moi, essoufflée.
Alors que tout le monde semble paniqué à la perspective des Buses, je suis davantage inquiète pour ce qui va se passer sur ce terrain.
Ayant passé la moitié de mon été recluse chez moi, j'ai pris une bonne avance sur le programme de l'année, à potasser mes manuels en long, en large et en travers. Tandis que mes camarades ne parlent que des Buses en fin d'année, je me contente de rendre mes devoirs en temps et en heure et de réviser par pur ennui quand je n'arrive pas à dormir, ce qui est souvent le cas. Avec Hansel comme modèle, je sais que j'ai intérêt à mettre la barre très haut.

Je repense à mon frère, et à sa colère quand il a découvert que j'avais passé les sélections pour l'équipe de Quidditch. Evidemment, avec mon meilleur ami pour Capitaine, ça a été facile de lui cacher jusqu'au dernier moment. Pourtant, c'était pas gagné pour entrer dans l'équipe. Brooklyn avait mis des gros doutes sur mon état de santé, jusqu'à ce que je lui démontre mes talents sur un balai. Et encore, j'avais manqué de temps pour m'entraîner. Il ne m'a pas fait de cadeau, et a même décidé de me mettre poursuiveuse plutôt que batteuse, un poste plus volatile et un peu moins physique selon lui. Et que je ne garderais que si je suivais les conseils de l'infirmier Blake et que je me maintenais en forme, condition sine qua non pour que je reste dans l'équipe. Je n'avais pas discuté, mais Hansel n'avait clairement pas apprécié.
Ennuyée, je chassais ce souvenir de mon esprit.

La plupart de mes camarades devaient être en cours de Botanique. Moi, j'avais décidé de sécher. Je n'étais pas d'humeur à me farcir le prof remplaçant dans une matière que je n'appréciais déjà pas beaucoup. Au moins, notre prof habituelle avait le don de nous captiver quand elle faisait cours, animée par sa passion, alors que son remplaçant ne lui arrivait pas à la cheville. Après deux cours à lui faire des misères, j'avais décidé de passer mon tour. Certains devaient être soulagés de ne pas me voir. Et pour ce qui était de rattraper, je savais que je pourrais compter sur les notes de Bonnie.
J'avais donc trois heures à moi toute seule, la plupart des autres élèves étant en cours, et j'avais décidé de les passer ici. Il y avait bien quelques élèves croisés dans le parc de l'école, mais je les avais ignorés pour me diriger vers le stade de Quidditch. Je voulais m'entraîner un peu avant les premiers matchs, histoire de ne pas passer pour un gros boulet le jour venu. Je me savais rapide, mais je m'étais entraînée comme batteuse, pas pour manier le Souaffle. Cette balle-là me ramenait quelques années en arrière, quand j'avais l'habitude de pratiquer à Dublin avec Hansel. Notre maison possédait un grand jardin à l'arrière, assez isolé des regards pour que nous puissions voler au ras du sol et faire des passes en essayant de marquer des buts dans un panier de basket placé à la verticale. Nous avions fait des dizaines de parties avec un ballon de volley et notre installation de fortune. Une fois, j'avais tiré trop fort et notre ballon avait brisé la fenêtre du voisin. Hansel était aussitôt allé se dénoncer à ma place, car le vieil homme me terrorisait. Je m'en étais tellement voulu que j'avais refusé de rejouer pendant un mois.
Ces souvenirs m'arrachèrent un sourire.

Au moins, je n'avais semble-t-il pas trop perdu la main.
Même si m'entraîner seule ne reflétait pas la réalité d'un vrai match, je savais au moins que je visais à peu près correctement. Restait à savoir ce que ça donnerait avec une équipe adverse, dont un gardien, en plus. J'avisais mon balai posé à côté de moi. Il était comme neuf, je l'avais entièrement fait réviser avant la rentrée. Ne me manquait plus que ma tenue officielle et le reste de l'équipe des verts. Pour l'heure, j'avais simplement enfilé un vieux débardeur et un legging simple. Une tenue légère et moulante pratique pour voler, mais que je détestais, car j'avais l'impression qu'on voyait tous mes os qui ressortaient.
J'avalais une gorgée de l'eau que je m'étais apportée lorsque je sentis une présence derrière moi. Par réflexe, j'attrapais ma baguette et la pointais sur le nouvel arrivant en me retournant d'un mouvement.
Mais je le reconnus aussitôt.

- O'Callaghan.

Je soupirais, et rangeais ma baguette. Je reconnaissais le poursuiveur de tête, pour avoir assisté à tous les matchs. En plus, il était de la même année qu'Hansel bien que, de ce qu'il me semblait, ils ne soient pas spécialement amis. En revanche, j'étais incapable de dire son prénom, le commentateur se contentait des noms de famille durant les matchs.

Je fronçais les sourcils, regardant derrière lui s'il était seul.

- Vous avez réservé le terrain ?

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6075
Points : 22
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Ven 14 Sep - 11:31


des oublis et des pardons
Gretel & Rioghbhardan

Les jours passent et je n’arrive pas vraiment à réaliser pour autant. Ni l’ampleur de la merde dans laquelle elle s’est fourrée, ni son abandon. Je sais que j’ai dit que j’étais prêt à le faire, que je lui ai clairement demandé de me foutre la paix et que j’avais fait savoir à Milo mon envie de lâcher l’affaire mais… Mais c’était surtout pour pas perdre la face, pas avoir l’air d’une pauvre petite chose fragile affectée par tout ça, pour lui faire peur, à elle, peut-être aussi. Qu’elle se bouge enfin, qu’elle s’explique ! En mode « si tu dis rien, je me casse », le gros chantage à deux balles. Tu parles ! Elle s’est barrée. Juste comme ça. Après m’avoir foutu en pleine tronche les mensonges, les non-dits… Après m’avoir prouvé à quel point je peux être lamentable, incapable de voir plus loin que le bout de mon nez. Et encore une fois, j’ai du mal à fermer les yeux sur les ressemblances. Une rupture tout en rondeurs et en mots doux, comme pour mieux faire passer la pilule. C’est pas vraiment ma faute, j’ai rien fait de mal, au contraire, je suis un ami formidable, blablabla… Je suis con à ce point ? Je sais pas. Parce que ça fait deux fois qu’on me fait le même coup. Qu’on m’explique qu’on va peut-être y rester à grand renfort d’amour et d’excuse. Qu’on me dit plus ou moins adieu en me cajolant comme si j’allais pas le remarquer. Mais cette fois, j’ai rien dit. J’ai même pas tenté de lutter. Ça nous attendait, de toute façon. Je vois pas trop comment il aurait pu en être autrement. La confiance est morte, l’amitié enterrée. C’est juste la suite logique de ces vacances de merde. C’en est pas moins difficile pour autant…

Je remonte d’un geste brusque la fermeture de mon sweat, réprime un frisson probablement dû au manque de sommeil que j’accumule depuis la rentrée et attrape mon balai que je n’ai pas encore sorti de mon dortoir. J’ai besoin de bouger. De faire autre chose. Je quitte notre antre sans un regard et sans un mot. C’est pas dans mes habitudes, je le sais. Mais j’ai pas envie qu’on vienne me trouver. J’ai envie de voir personne. Juste qu’on me lâche un moment. Après je recommencerai à faire comme si je m’en foutais royal de toute cette histoire, je prendrai des airs indignés et la maudirais tant qu’il sera possible de le faire. Après… Il n’y a pas grand monde dans les couloirs, à cette heure-là. Tout le monde est en cours, ou presque. Ma journée est terminée depuis plus d’une heure, mon emploi du temps étant le même gruyère que l’année dernière… Il va falloir que je me mette sérieusement à bosser le programme moldu si je veux espérer avoir ne serait qu’un point ou deux à mon diplôme, que j’évite de me laisser porter dans les matières d’ici… Et puis le Quidditch, et puis la Gazette… J’en viens à me dire que c’est pas si mal que ça, dans le fond. Vu le carnage qu’il y a dans ma vie depuis deux mois, au moins, j’aurais de quoi faire pour ne pas avoir le temps de réfléchir et de, clairement, désespérer comme un abruti. J’ai du mal à imaginer le vide qu’elle va laisser. Toutes les habitudes à changer. C’est con, hein, très con, mais j’ai presque l’impression de m’être fait larguer. Cette réflexion débile me tire un ricanement triste qui fait tourner la tête à un tableau somnolant. Je n’y fais pas attention, le laisse râler sur son réveil et sur le fait que je rigole tout seul et sors enfin du château.

Il fait bon, aujourd’hui. Le soleil brille encore et s’occupe de réchauffer un peu l’atmosphère. Les hautes grilles du parc se dessinent au loin mais je détourne rapidement les yeux. C’est comme être pris au piège. C’est idiot. Je l’ai moi-même tendu. Je l’ai voulu, même. C’est un choix pas trop réfléchi mais un choix quand même. J’ai décidé de revenir. Mais j’avais pas imaginé une seule seconde le bordel que ça foutrait. Ma mère qui me déteste, Tracy qui me déteste, Milo qui finira par en faire autant… Merveilleux. Absolument merveilleux. J’accélère la cadence et m’engouffre dans le stade. Je ne fais pas gaffe et m’avance sur le terrain. C’est seulement quand un mouvement se fait dans mon champ de vision que je capte qu’il y a déjà quelqu’un. Quelqu’un qui vient de me mettre en joue. Instinctivement, je lâche mon balai et lève les mains en signe de soumission. Je suis plus à ça près en ce moment, j’imagine. C’est la soeur Valeska. Je comprends pas bien. Elle croit que je vais lui faire quoi, hein ? J’ai autre chose à foutre que d’agresser les gamines dans les couloirs de l’école, faut pas déconner. « O’Callaghan. » Je hausse les épaules et la regarde ranger sa baguette. « Ouais, bonjour à toi aussi. » C’est plus un grommellement déjà las qu’autre chose. À croire qu’il n’y a pas une meuf de ce bahut qui ait appris les bases de la politesse. Du genre « ne pas agresser les gens quand ils ont rien fait ». Il n’y a plus rien à tirer des gens d’ici, de toute façon. « Vous avez réservé le terrain ? » Je secoue la tête. Je suis même pas sûr que Daniela ait la constitution définitive de l’équipe alors de là à aller s’entraîner en groupe… J’ai pas spécialement hâte, de toute façon. Voir la sale face de Rosenberg, non merci ! Elle doit savoir que je suis de retour, maintenant. Je suis déçu de pas avoir vu sa gueule à ce moment-là. Ça devait être brillant. « Vous oui ? » J’ai pas pensé à me renseigner avant de venir. On est au début de l’année, c’est pas le moment où on se bat pour un morceau de terrain. Les matchs ne commencent que dans deux mois, y’a le temps, c’est bon. Mais peut-être que les Serpentard s’y sont pris de bonne heure. Et accessoirement que je vais me faire jarter de là. Ça resterait dans la continuité de la rentrée, après tout…
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 340
Points : 25
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Professeur A. Jones

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Jeu 20 Sep - 20:23


To Forgive & Forget



- Ouais, bonjour à toi aussi.

Bon certes, mon accueil n'était pas des plus amicaux, mais je suis plutôt méfiante de nature. Et après quelques nuits blanches, j'avais facilement les nerfs à fleur de peau. Je n'étais même pas vraiment désolée de mon attitude, comme d'habitude. Au moins, il tirait une tronche qui signifiait clairement qu'il n'étais plus à ça près. Tant mieux, on était deux.
Et je n'avais pas la force de me prendre la tête avec une énième personne de mon entourage proche ou éloigné pour l'instant, même si O'Callaghan appartenait était plus proche de la colonnes "connaissances" que "entourage éloigné".

- Vous oui?

Je secouais la tête.

- Nope, juste moi.

Il devait avoir vu que j'avais rejoint l'équipe verte, ou l'avait appris d'une façon ou d'une autre. Brooklyn a sûrement déjà rendu la composition d'équipe après les sélections, il n'est pas du genre à traîner sur ce genre de trucs. Mais on avait encore une bonne marge avant le premier match.
A sa tête, il passe pas forcément une bonne journée. Enfin, je prétendrais pas que je connais le gars des masses, mais bon, niveau mauvaises têtes, je m'y connais, mon meilleur ami et moi sommes experts dans l'art d'être bougon.
Sauf que je ne suis pas du genre à mettre la petite tape dans le dos et à réconforter les gens. Et je connais pas trop O'Callaghan. Je crois même l'avoir davantage croisé à Dublin à qu'à Poudlard, quand j'allais à l'école avec son frangin. Dont je ne me rappelle même plus le nom d'ailleurs, c'est vous dire.
Mais Poudlard n'étant pas Dublin, j'entendais surtout son nom dans la bouche d'autres personnes, comme le mien. Pas assez pour que je m'y intéresse, à vrai dire. Il n'était pas spécialement proche de Hansel, et à ma connaissance, nous n'avions même pas d'amis en commun. En plus, de mémoire, il a bien quelques années de plus que moi. Bref, deux mondes différents dans un mouchoir de poche. Pas assez pour donner une raison d'avoir un contact, jusqu'à cette année.

La plupart de mes souvenirs de lui sont lors des matchs de Quidditch. Je me rappelle encore le fameux match où les Poufsouffle ont littéralement fait le show en se disputant en interne plus qu'avec l'équipe adverse. Et O'Callaghan qui avait fini au sol. J'espère pour eux qu'ils vont revoir leur stratégie d'équipe cette année. Quoique, avec Hansel et moi ensemble, on risque de venir leur faire de la concurrence niveau manque de cohésion.

Mais en-dehors du Quidditch, je sais qu'il a encore fait parler de lui, il y a peu. En solo et en bien, pour une fois.

- Chouettes photos.

Il y a quelques jours, j'étais tombé sur son interview, après avoir piqué le magazine à une deuxième année qui enquiquinait Brooklyn. En réalité, j'avais lu l'article en diagonale, pas plus intéressée que ça. En revanche, j'étais restée scotchée sur ses photos plusieurs minutes. Je n'aurais même pas su dire pourquoi. Juste, je les avais trouvées... fascinantes. Le genre de photos qui dégageaient plus de choses qu'elles n'en montraient.
Je ne sais plus combien de temps je suis restée le nez dessus, à essayer de décrypter ce qui m'attirait chez elles. Je n'avais jamais vraiment apprécié la photographie. Pour moi, c'était juste appuyer sur un bouton pour avoir une image, un truc simple que certains considéraient comme un hobby. Ça ne m'attirait pas plus que la couture ou le jardinage. Pourtant, j'avais compris, avec les photos de O'Callaghan, que ça pouvait aussi être plus.

Je m'étirais, mes baguettes de jambes engourdies par ma position.

- J'y connais rien, hein. J'ai même pas lu les explications s'il y en avait, pour tout te dire. Juste... je les ai trouvé vraiment jolies.

Je tournais la tête vers lui, voir sa réaction. Je ne suis pas du tout du genre à faire des compliments, alors souvent, les gens pensent que je me fichent d'eux sans le vouloir, et ont la réaction inverse. Le Karma, je suppose.
Après tout, j'entretenais soigneusement ma "mauvaise" réputation. Les premières années, ç'avait été pour m'imposer, ne pas me faire écraser. Ensuite, pour survivre. La garce de née-moldue qui tenait toujours tête à tout le monde. Maintenant, c'était juste pour être tranquille. Je vivais sur ma petite comète, loin des préoccupations badines des autres de mon âge. Je n'avais pas envie de prendre la tête, alors je chassais tout le monde à coups de remarques acerbes. Les serpentards qui ne m'évitaient pas carrément avaient appris à m'ignorer. Généralement, je prenais mes quartiers dans un canapé de la salle commune, Brooklyn non loin, et personne n'approchait. Si quelques premières années inconscients s'y risquaient, je les chassais vite fait. J'avais toujours un sort ou une insulte en réserve, et ils quittaient la pièce comme des rats apeurés quittent le navire dès que j'ouvrais la bouche.
Enfin, niveau Karma, O'Callaghan doit en avoir lourd aussi, de ce que je sais.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6075
Points : 22
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Lun 24 Sep - 15:39


des oublis et des pardons
Gretel & Rioghbhardan

Honnêtement, je ne prends même pas la peine de m’offusquer de son accueil. Je dirais pas que je m’en fous mais presque. En réalité, j’ai l’impression de pas être à ça près. Sérieux, il y a rien qui va depuis plus de deux mois alors me faire attaquer à moitié par une folle sur un terrain désert, ça me semble être presque de l’ordre du normal. Je lui fais remarquer au passage, comme avec Fancourt, que la politesse c’est pas pour les chiens mais, comme avec Fancourt, c’est d’une inutilité monstre. Bon… Ça promet ! Je ne sais pas vraiment à quoi je m’attendais, en même temps. Peut-être qu’elle se sente con une seconde et qu’elle admette que ça se faisait pas ? Je sais pas dans quel monde je vis, mais il est franchement temps de redescendre sur Terre. Les faux espoirs et les déceptions, je crois que je commence à les accumuler alors ce serait quand même pas mal de mettre un terme à tout ça. Elle était comme ça, avant ? J’avoue que je m’en souviens pas… Je me souviens de sa tronche, des quelques fois où Jackson mentionnait son existence à la maison… Pas franchement plus… C’était une gamine que je croisais à la sortie de l’école quand j’attendais mon frère, en même temps, pas une pote ou quoi que ce soit. Alors est-ce qu’elle a jamais connu les bonnes manières ou est-ce qu’elle les a oubliées depuis, c’est un grand mystère pour moi… Elle s’inquiète dans la foulée de savoir si le reste de l’équipe va débarquer. Non. Pas cette fois. C’est pas plus mal. Je lui retourne machinalement la question, sans réaliser que, s’ils avaient réservé, elle saurait que c’était pas notre cas… « Nope, juste moi. » D’accord. C’est toujours ça. J’imagine que c’est plus facile de négocier un bout avec elle qu’avec l’équipe des verts dans son entier. Après tout, elle n’a peut-être pas besoin de l’intégralité du terrain pour elle toute seule, hmm ? « Tu partages ? » En soi, si elle a pas réservé, elle peut difficilement me jeter, j’en ai bien conscience, mais j’ai pas non plus envie que cet entraînement improvisé prenne des airs de nouvelle guerre. La saison a pas encore commencé, ce serait pas mal de pas se mettre les équipes adverses à dos tout de suite…

Ça aurait pu s’arrêter là. Ça l’aurait dû ? Je sais pas. Peut-être. En tout cas, la logique aurait voulu que, face à cette conversation inexistante et le manque de volonté qu’on y a mis l’un comme l’autre, on s’ignore pour le reste de notre cohabitation quidditchiale mais visiblement, Valeska ne l’entend pas de cette oreille. « Chouettes photos. » Sur le coup, je reste bête. Je la fixe sans trop savoir comment réagir. Je repense aux lettres qu’on a pu recevoir, avec Milo, et finis par hausser les épaules. J’en tire bien moins de fierté que je l’aurais cru au début. J’ai presque l’impression que c’est une imposture, le machin. Quand on y pense, peut-être que Wendy a tout manigancé depuis le début et qu’elle m’a filé la place qui revient normalement à quelqu’un d’autre. Des autres participations que j’ai vues au gala, il y en avait qui méritaient bien plus cette victoire que moi ! Je sais pas trop… Je m’étais pas trop posé de questions avant qu’on se retrouve pour aller à ce truc. Depuis, j’avoue que je suis plus sûr de rien. J’ai pas l’impression de mériter l’attention que ça a pu suscité, ni même ma tronche dans un magazine. « J'y connais rien, hein. J'ai même pas lu les explications s'il y en avait, pour tout te dire. Juste... je les ai trouvées vraiment jolies. » Je n’arrive pas à savoir si c’est sincère ou non. Mais, d’un autre côté, je vois pas trop pourquoi elle me balancerait ça si c’était pas vrai. Elle dit rien de particulièrement moqueur et j’ai pas abordé le sujet. Je sens son regard sur moi et, pour le coup, ça me met un peu mal à l’aise. J’enfonce mes mains dans les poches de mon bas de survêtement et esquisse un vague sourire. « Merci. » Dans Poudlard, on m’a plutôt foutu la paix. C’est la première à me faire savoir qu’elle a lu le truc. Pourtant, on trouve ce torchon dans tout le château. J’avoue que ça m’arrange pas mal. Je laisse à Wendy le soin de se la péter auprès de l’école toute entière, l’anonymat et l’indifférence me conviennent bien mieux. « Faut dire que j’avais un bon modèle. » Comme si la tronche de la Serpentard était la seule chose que j’avais dû fournir pour le concours. Dans le fond, j’imagine que c’est la seule chose qui a compté alors que le reste est, à mes yeux du moins, bien plus parlant. Je me suis toujours plus facilement ouvert par ce moyen-là que je ne l’ai jamais fait autrement, je suis pas du genre à raconter ma vie à tout va (je le faisais avec Tracy mais c’est une autre histoire) et encore moins à m’exposer réellement mais là, c’était un peu tout ce qu’il y avait de plus important dans mon existence, je crois. Des souvenirs incroyables. De jolies promesses peut-être aussi. « Tu la connais ? » Wendy, c’était juste une collaboration, presque la résurgence d’un passé professionnel que j’aurais préféré oublier. Mais qu’importe, maintenant qu’elle est là, tirée à je ne sais pas combien d’exemplaires, je vais devoir faire avec un moment…
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 340
Points : 25
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Professeur A. Jones

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Mer 26 Sep - 20:01


To Forgive & Forget



- Tu partages ? Me demande-t-il

Je hoche la tête avec un bref sourire. J'ai vraiment pas l'utilité de tout le terrain.

Je ne sais pas pourquoi j'ai soudainement besoin de parler, mais ma remarque sur ses photos est sortie toute seule. C'était gratuit, sincère et spontané. A vrai dire, pendant une demi-seconde, où il m'a fixée avec un air hébété, je me suis demandé s'il allait m'envoyer bouler.
A vrai dire, ça ne m'aurait pas surprise. Je ne le connais pas bien, mais il a l'air de sale humeur. J'ignore pourquoi ou la faute à qui, mais c'est assez palpable. Enfin, j'imaginais que tout le monde n'avait pas forcément que des bons jours, et la côte de popularité de O'Callaghan ne devait pas augmenter ses chances. Je l'avais déjà vu traîner avec quelques filles ou un gars qui semblait être son copain, mais nos chemins se croisaient très rarement dans le château. Ce qui n'était pas surprenant puisque je ne réservais mes sorties qu'aux cours et aux opportunités de faire de nouvelles bêtises. A la limite, son compagnon préfet devait se rappeler de moi un peu plus, pour m'avoir chopée une ou deux fois en train de faire telle ou telle connerie non loin de leur salle commune.

En dehors du terrain, je ne savais pour ainsi dire rien de lui.
En fait, je lui trouve un vague air de ressemblance avec mon frère dans sa façon d'être mal à l'aise. Pendant un moment, je me tâte à lui demander s'il connaît Hansel. Evidemment que oui, crétine, ils sont dans la même année.
Mon frère me manque terriblement, et O'Callaghan doit être le premier septième année auquel je parle depuis la rentrée, en-dehors de Cruz qui me pourchasse régulièrement dans la salle commune... Hansel lui, y passe aussi peu de temps que possible. Ce qui est plus ou moins prévisible, entre ses nouvelles responsabilités de préfet et le fait que j'y sois en quasi-permanence. Je ne sais pas laquelle de ces deux raisons prévaut sur l'autre, mais je ne tiens pas à le découvrir. Entre outre, avec toutes les bêtises que j'accumule déjà depuis la rentrée, il doit au moins avoir une vague idée de comment je me porte...
Ce regard un peu indirect et le sourire gêné. Son simple "merci" maladroit me fait sourire.

- Faut dire que j’avais un bon modèle. Tu la connais ?

Ah oui, Hastings, notre miss Univers locale. En tous cas, elle semble toujours persuadée qu'on gravite tous autour du sien. Je roule les yeux vers le ciel, signifiant clairement ce que j'en pense. Je lui réponds avec un petit rire et une ironie qui ne le vise pas forcément.

- C'est un peu son but dans la vie, non?

Je ne sais pas s'il est proche d'elle, mais je ne suis pas du genre à jouer les fausses gentilles. Hastings n'est clairement pas dans la liste des personnes que j'irais fréquenter. Pourtant nous sommes dans la même maison et la même classe, mais je pense que je ne pourrais pas trouver un caractère plus à l'opposé du mien. En deux ans de classe commune, je ne lui ai jamais directement adressé la parole je crois.
Mais, si je dois être complètement honnête, c'est le genre de fille que j'envie. Populaire, avec le contact facile et jolie. Je me rappelle l'avoir regardée plusieurs fois, elle et sa plastique impeccable, déambuler dans notre salle commune avec une assurance agaçante. Si Brooklyn n'avait pas surpris mon regard, j'aurais pu rester avec mon air stupide longtemps. Elle avait tout ce qu'il fallait où il fallait, et moi je ressemblais juste à une pauvre fille malade replié sur le canapé avec mon plaid. Regarder Hastings me rappelait une époque où j'avais été bien plus confiante et en forme, et je détestais ça.

- Elle est jolie, concédais-je en haussant les épaules. Mais c'est de tes photos que je parlais.

Les clichés auraient pu représenter n'importe qui d'autre que ça n'aurait pas fait grande différence. Que ce soit Hastings ou une autre pimbêche dessus ne changeait pas grand-chose à ce que j'en pensais.
Je me levais, et attrapais mon balai. Ma petite pause m'avait fait du bien, mais il me restait encore environ une heure avant de retourner à la salle commune à l'heure que je m'étais fixée. Je pris une seconde pour étirer mes pauvres restes de muscles, qui protestaient déjà devant l'effort fourni l'heure précédente.

Je fis quelques pas vers le terrain, puis, avec une hésitation, me retournais vers O'Callaghan. J'aurais voulu l'appeler par son prénom, si je le connaissais.

- Au fait, je ne t'en souviens probablement pas mais je m'appelle Gretel. Je... Hésitais-je une seconde. Tu veux t'entraîner avec moi? Les anneaux ont tendance à laisser passer un peu plus de trucs que votre gardien...

Ma demande était sûrement franchement inhabituelle, et, j'en avais conscience, un peu culottée, pour quelqu'un d'une équipe adverse, mais j'étais préparée à essuyer un refus s'il le fallait. Mais avoir un partenaire d'entraînement m'aurait changé les idées, en plus de fournir un challenge digne de ce nom. Et je n'avais pas grand-chose à perdre à demander. Au pire, O'Callaghan allait m'envoyer sur les roses et s'entraînerait dans son coin comme prévu, et notre entrevue prendrait fin aussi simplement que ça.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6075
Points : 22
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Lun 8 Oct - 0:23


des oublis et des pardons
Gretel & Rioghbhardan

Elle accepte de partager le terrain d’un bref hochement de tête. Ça me suffit. Je ne suis pas vraiment venu pour faire la conversation à qui que ce soit, en réalité. J’ai juste envie de bouger, de me défouler un peu. De rentrer à Poufsouffle en étant vidé. Et, ce soir, m’endormir comme une bouse dès que ma tête touchera l’oreiller. Oublier l’espace d’un instant le bordel de ces deux derniers mois. Mais visiblement, la gamine l’entend autrement. Son compliment sonne bizarrement et je ne sais pas trop comment réagir. Je crois que, dans le fond, je ne réagis même pas vraiment. C’est aussi plaisant que perturbant. Je n’ai jamais vraiment voulu obtenir la moindre visibilité, j’ai fait ce concours stupide histoire de, parce qu’on m’en a parlé et que ça coûtait rien d’essayer. Et puis, peut-être qu’inconsciemment, j’espérais me planter pour prouver à Milo et Tracy que leur avis était clairement biaisé. Un échec… Alors c’est toujours un peu bizarre de réaliser que des gens que je ne connais pas forcément ont posé les yeux sur mon travail. Normalement, je le montre pas trop. Enfin, je m’en fiche si on se pose à côté de moi quand je suis en train de coller mes photos dans mon album ou que je fais du tri dans tout ça, ça me dérange pas d’expliquer vaguement ce que c’est ou pourquoi j’ai pris ça, mais ça reste rare dans l’ensemble. En dehors de quelques personnes à Poufsouffle, ça arrive pas. C’est un peu de l’ordre du journal intime ou quelque chose comme ça… C’est particulier. Alors là, je sais pas… Bêtement, ça rassure. Même si Wendy s’est arrangée pour que tout ça tourne en ma faveur, avec ou sans mérite de ma part, cette fille sortie de nulle part va dans le même sens. J’aime à croire qu’elle n’est pas la seule et que j’ai pas vraiment volé cette victoire. J’aimerais vraiment savoir ce que ça vaut, en vrai. Je sais pas trop…

Pour dissiper le malaise que ça crée, je vire son compliment sur mon modèle. Comme si c’était elle qu’elle avait désigné dans sa phrase. Comme s’il n’y avait qu’elle sur les trois clichés que j’ai filé au magazine. Ça m’arrange un peu. C’est plus facile à accepter, bizarrement. Je la vois qui lève les yeux au ciel en ricanant. L’effet que sa réaction a sur moi est immédiate. La tension qui s’était accumulée sans que je me rende compte ces dernières minutes se dissipent presque aussitôt. C’est ridicule mais c’est plus fort que moi. J’ai tellement de mal à la supporter depuis le gala que je me sens réellement soulagé de comprendre qu’elle ne la porte pas particulièrement dans son coeur. Elle ne va pas m’en faire l’éloge pendant des heures, elle me demandera pas comment c’est de travailler avec elle ni n’espèrera que je lui fasse de la pub pour devenir sa nouvelle BFF. Et puis j’aurais pas à afficher un sourire puant l’hypocrisie en hochant la tête à chaque commentaire merveilleusement exagéré. « C'est un peu son but dans la vie, non ? » Je hoche la tête, non sans que l’ombre d’un sourire amusé étire discrètement mes lèvres. « Il paraît, ouais. » Il faut que le monde tourne autour d’elle. Qu’on se plie en quatre pour elle. Qu’on l’aime, qu’on l’adule, qu’on rêvasse dans son sillage… Je garde toujours en mémoire le dédain qu’elle a pour son personnel et son acharnement à faire de moi ce qu’elle pouvait bien vouloir. « Elle est jolie… » Je hausse les épaules dans un geste machinal. Je ne trouve pas particulièrement. Elle sait se mettre en valeur, ça c’est évident, mais elle n’est pas particulièrement belle de base… Enfin, si elle n’était ni riche ni connue, je ne pense pas que grand monde se retournerait sur elle. Il y a des filles bien plus mignonnes. Valeska n’a pas grand chose à lui envier. Sinon des robes hors de prix et sa tronches dans des torchons pour ados. « …Mais c'est de tes photos que je parlais. » La différence est étrangement palpable et je me redresse imperceptiblement, gonflé d’une fierté qui n’a pas vraiment lieu d’exister.

Je ne réponds pas et elle semble prendre mon silence pour la fin de notre échange puisqu’elle attrape son balai et fait quelques pas en direction d’un des côtés du terrain. Je la regarde faire sans bouger, attendant sagement qu’elle choisisse celui qui lui convient le mieux. Après tout, elle était là avant. Elle n’a pas le temps d’arriver à destination qu’elle se retourne déjà. Je fronce légèrement les sourcils et lui lance un regard plein d’incompréhension. Quoi ? Elle a changé d’avis ? Elle préférerait que je dégage ? Elle a peur de filer des indices stratégiques à l’ennemi ? « Au fait, tu ne t'en souviens probablement pas mais je m'appelle Gretel. Je… » Sans s’en souvenir, il est difficile de l’oublier. Il n’y a qu’à le deviner depuis celui de son frère. Mais je ne relève pas, attendant seulement qu’elle daigne me faire savoir où elle veut en venir. « Tu veux t'entraîner avec moi ? Les anneaux ont tendance à laisser passer un peu plus de trucs que votre gardien… » D’un coup, c’est à Tracy que je pense. À nos séances d’entraînement tranquilles, au soutien qu’elle était depuis les gradins… À notre face à face sur ce même terrain… Et finalement, à tous les bons moments qu’on a passé ensemble l’an dernier. Et putain qu’il y en a eu ! Je ne sais pas comment elle a pu faire pour tout balayer aussi facilement… Je n’ai jamais eu la prétention de me penser indispensable mais… Tout de même… Il ne lui aura fallu que quelques jours, quelques semaines à peine pour tirer un trait sur moi, sur notre amitié… C’est comme si tout ça n’avait jamais existé. Sans même m’en rendre compte, j’ai commencé à hocher la tête à nouveau. Le même air idiot de les chiens qu’on met à l’arrière des voitures, le même geste répétitif et absent pendant une poignée de secondes. « Ouais, je veux bien. » Je lui offre un sourire plus franc que les précédents et récupère à mon tour le balai qui gît à mes pieds. « Tu joues à quel poste ? » Elle ne faisait pas partie de l’équipe, l’an dernier, je ne sais pas qui elle remplace. Je n’ai pas fait particulièrement attention… Je ne mets pas longtemps à la rattraper. « À peine sélectionnée que tu pactises déjà avec l’ennemi. C’est moche. » Mais je pense qu’on devrait pouvoir faire avec pour une heure ou deux…
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 340
Points : 25
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Professeur A. Jones

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Lun 8 Oct - 17:54


To Forgive & Forget


Je ne connaissais pas bien O'Callaghan.
Mais, de nos premiers échanges, il me rendait une image plutôt appréciable. Pas de regard de dédain parce que j'étais la petite peste de Serpentard, ni de curiosité mal placée à l'égard de la sœur du génie. Juste lui-même. Il ne faisait pas d'efforts pour cacher son humeur du moment, et n'en rajoutait pas des caisses pour essayer d'être gentil avec une élève plus jeune. Je détestais l'hypocrisie qui régnait parfois au sein de certains groupes, et à contrario, un peu de franchise sans fausse façade était plus que la bienvenue.
Dans un sens, nous étions probablement pareils au moins sur ce point, à ne pas être doués pour les faux-semblants.

Aussi, en le voyant se dérider un peu au fur et à mesure de mes remarques, je fus un peu contente de ne pas l'avoir déjà saoulé. Au moins, il ne semble pas rebuté par mon franc-parler concernant la miss Hastings. D’après l’interview, j’avais cru comprendre qu’ils étaient amis, mais à sa réaction, je sens qu’il n’est vraiment pas surpris par mon dédain à l’égard de miss-le-monde-tourne-autour-de-moi-et-j ’adore-ça. Soit ils sont moins proches qu’elle n’a bien voulu le laisser entendre, soit il est lucide sur sa pseudo-copine. Je le vois même sourire à ma remarque, ce qui me fait sourire aussi. Je sens qu'il cogite un peu derrière ses réponses, je me demande un peu à quoi. Mais à force de côtoyer Brooklyn, j’ai appris à respecter l’intimité des autres. Non pas que j’ai jamais été très fouineuse de nature, mais bon. On a tous nos soucis, j'imagine.

Pour l'instant, le mien c'est de ne pas me ridiculiser lors du premier match de la saison. Passer les sélections, ça allait encore. Je savais me débrouiller sur un balai, et avec les cours de Vol du professeur Soussa, j'avais un peu réussi à me dérouiller. Mais j'allais vivre mon premier vrai match, et ce ne serait plus en tant que supportrice.
Soyons clairs, j'adore le quidditch. Depuis que je connais ce sport, j'ai toujours partagé cette passion avec Hansel, suivant les différentes équipes, apprenant les règles par cœur et nous n'avons jamais raté aucun match joué à Poudlard tant que nous y étions. Dans notre famille, ça a toujours été Hansel, le sportif, et généralement, je me contentais de suivre. Je ne m'étais jamais trouvé de sport qui me convienne, jusqu'à ce que je monte sur un balai. C'était la sensation la plus magique pour moi, que de voler, sentir le bois sous mes doigts obéir à la moindre impulsion.

Mais là, nous allions disputer un vrai match, et cela me stressait plus que n'importe quel examen. Alors, adversaire ou pas, O’Callaghan était un partenaire d’entraînement bienvenu. Il n’en aurait probablement pas été de même pour tous les membres de son équipe, certes, mais je n’avais rien contre lui en particulier, alors… A ma surprise, il hoche la tête à ma proposition. IL hoche la tête longtemps d’ailleurs. Décidément, ça cogite là-haut ; mais je me garde de le lui faire remarquer. Manifestement, n’y a pas que moi qui ai besoin de me vider la tête.

- Ouais, je veux bien.

Et cette fois, j’ai le droit à un vrai sourire, que je lui rends automatiquement par réflexe. Il attrape son balai avec un geste qui trahit une habitude, et me rejoint en quelques pas.

- Tu joues à quel poste ?

- Poursuiveuse ! Bon, ce n’était pas mon premier choix mais Brooklyn pense qu’il me manque une dizaine de kilos pour manipuler une batte sans me casser un bras alors…

Sous ma plaisanterie, je sais très bien que, même si j’ai pas mal ronchonné, Brooklyn a sûrement pris une bonne décision. Même s’il y a du mieux, je suis lucide sur mon état, et le fait qu’il me manque encore des muscles pour espérer résister à la force de frappe d’un cognard. En outre, poursuiveur est un poste qui demande pas mal de rapidité, un de mes points forts. La seule ombre au tableau, c’est la présence d’Hansel au même poste, ce qui signifiait qu’on n’allait devoir arrêter de s’ignorer le temps de quelques matchs, mais ça, c’était une pensée que je chassais rapidement.

- À peine sélectionnée que tu pactises déjà avec l’ennemi. C’est moche.

Ca remarque me fait sourire, et je lui tire la langue.

- Et qui te dis que je ne fais pas de l’espionnage pour les prochains matchs contre Poufsouffle, hein ? Je plaisante avec mon regard narquois

Nous continuons à marcher pour rejoindre le terrain, et j’attrape le souaffle d’un geste avant d’enfourcher mon balai et de décoller d’une impulsion du pied. Une fois à la bonne hauteur, je jongle une seconde avec la balle le temps qu’il me rejoigne. Ça fait bizarre de se retrouver ici ! Et de m’entraîner… Sans mon équipe. Je ne peux m’empêcher de lancer une petite pique à mon partenaire d’entraînement du jour.

- En plus… C’est pas moi qui devrais le plus vous inquiéter. Je suis joueuse, mais t’as jamais vu mon frère en compétition. Je lui lance avec un petit sourire fier

Ce n’est pas seulement de la fierté de petite sœur envers son grand frère. Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours accompagné Hansel à ses matchs pour le soutenir quand je le pouvais. Et une fois sur le ring, la tête dans la compétition, le gentil Hansel devient un redoutable adversaire. Si Hansel est sur le terrain comme il est à la boxe lors des prochains matchs, il risque d’y avoir pas mal de sport.
Cette pensée me renvoie immédiatement au manque grandissant que je ressens envers mon frère, et je dois la chasser de mon esprit rapidement.

- Bon… On fait comment ? Chacun ses anneaux, on essaye d’empêcher l’autre de marquer et de récupérer le souaffle pour jouer à notre tour ? Je demande


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6075
Points : 22
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Jeu 18 Oct - 14:17


des oublis et des pardons
Gretel & Rioghbhardan

On ne s’étend pas bien longtemps sur Wendy. L’ironie de mon interlocutrice me suffit. Il n’y a pas besoin d’en parler pendant des heures, ça ne ferait que lui filer une attention qu’elle ne mérite décidément pas. Et comme elle n’insiste pas, j’en déduis qu’elle pense plus ou moins la même chose que moi. Alors on enchaîne sans un regard de plus pour l’image froide et hautaine de la Serpentard. Gretel s’enfuit vers le terrain sans un mot de plus, et je la laisse faire sans relever. Ça aurait probablement dû s’arrêter là. Quelques échanges polis histoire de faire bonne figure et une ignorance parfaite jusqu’à la fin de notre cohabitation. Dire que ça ne m’aurait pas été serait faux, évidemment. Il est loin le temps où je me sentais parfaitement à mon aise au milieu de l’humanité toute entière. C’est même pire depuis quelques mois. J’ai juste envie qu’on me foute la paix et, en règle générale, je fuis le monde comme la peste. Mais elle finit par me proposer de partager sa séance en plus du terrain et, embarqué malgré moi par les souvenirs et ce qui doit être l’envie de remplacer Tracy avec autant de facilité qu’elle a pu le faire avec moi, j’accepte sans prendre la peine de réfléchir.

Je lui emboîte le pas, mon balai sous le bras, et m’efforce de reprendre notre conversation. Quitte à en faire mon adversaire avant l’heure et à en perdre une ou deux avec elle, autant essayer de comprendre qui elle est. On ne peut pas franchement dire que je connaisse son frangin, je vois qui il est et je n’ai strictement rien contre lui (aux dernières nouvelles, il ne voulait pas ma mort non plus) mais on a jamais pris la peine de se poser pour causer fratrie, si bien qu’elle m’est parfaitement inconnue. Je ne crois même pas qu’elle était amie avec Jackson, à l’époque. Elle est jamais venue à la maison et je me souviens pas de l’avoir croisé à ses anniversaires. « Poursuiveuse ! » Ah oui ? Ce sera donc une adversaire directe ? Intéressant. « Bon, ce n’était pas mon premier choix mais Brooklyn pense qu’il me manque une dizaine de kilos pour manipuler une batte sans me casser un bras alors… » Je fronce légèrement les sourcils et hausse les épaules. C’est sûr qu’elle n’a pas forcément la carrure qu’on pourrait attendre d’un batteur mais je doute très franchement que des bras de déménageur ou quoi fassent partie des prérequis pour le poste. Je ne sais pas comment Brooklyn a fait ses sélections et, dans le fond, je m’en contrefous mais je trouve l’excuse un peu limite. « Tu parles ! Roxy a failli me fracasser le crâne alors qu’en la voyant t’as l’impression qu’elle sort de la crèche. » Je ne garde pas de très bons souvenirs de ce dernier match, autant le dire, mais je n’ai absolument aucune rancune pour notre ancienne batteuse. C’était un carnage, d’accord, mais c’était avant tout un accident. En attendant, ça suffit à remettre clairement en cause les idées foireuses qu’elle a pu avancer. Même la plus douce des jeunes filles peut faire une batteuse redoutable. Et je pensais que les entraînements étaient là pour ça. Mais bon, elle a l’air de faire avec alors je ne vais pas râler ou quoi, si ça lui va, c’est tant mieux.

Je reprends sur une plaisanterie un peu taquine et voilà qu’elle me tire la langue. C’est un peu bizarre, en vrai. Comme si on se connaissait assez pour pouvoir laisser tomber les masques et se foutre de l’image qu’on peut renvoyer. J’en doute. Je ne me sens pas assez proche d’elle pour ça, en tout cas. Je ne me permettrai pas d’avoir l’air stupide de manière consciente et volontaire face à quelqu’un sorti de nulle part. Mais après tout, chacun son truc. « Et qui te dis que je ne fais pas de l’espionnage pour les prochains matchs contre Poufsouffle, hein ? » Parce que tu perdrais clairement ton temps ? La seule équipe de Poudlard qui n’a rien à dévoiler, c’est nous. Parce qu’il y a pas franchement d’équipe et qu’on la joue tous plus solo qu’autre chose. Je ne sais pas encore comment ça sera à la reprise des entraînements, ni même comment Daniela réussira à faire face à tout ça mais, jusque là, on a clairement pas brillé par nos stratégies de ouf ou la confiance aveugle qu’il nous aurait fallu pour les mettre en application. On se comprend plutôt bien, avec Jade, c’est tout. Pas de vraies tactiques, juste une certaine habitude. Je sais comment elle joue, elle sait comment je joue, et ça nous suffit pour réussir à anticiper. « Tu sous-entends qu’on vous ferait peur au point d’infiltrer nos entraînements ? C’est intéressant. » Il y a bien plus de chance qu’on soit les seuls contre lesquels ils ne se sentent pas menacés ! Niveau crédibilité, on est à zéro. La risée du championnat ! Au moins, je me dis qu’on pourra faire que mieux. Enfin… J’espère. Elle attrape le souafle et s’envole dans la foulée. Une fois de plus, je la suis d’un geste machinal. Je frissonne légèrement en sentant le vent qui s’engouffre sous mon tee-shirt. « En plus… C’est pas moi qui devrais le plus vous inquiéter. Je suis joueuse, mais t’as jamais vu mon frère en compétition. » C’est mignon. Vraiment. Et je ne peux m’empêcher d’envier un peu mon camarade. Qu’est-ce que j’aurais aimé avoir Aoibheann dans les parages, prête à répandre ses éloges de soeur pleine de fierté. Mais non. Elle est au bout du monde, dans une vie que je n’ai jamais vraiment partagée et qui m’est clairement interdite maintenant. Et puis faut bien avouer qu’elle ne m’a jamais vraiment vu faire quoi que ce soit de bien… Est-ce qu’elle aurait assisté à tous mes matchs en fervente supportrice si elle avait été ici ? J’aime à croire que oui, évidemment, mais j’en sais absolument rien. « On craint personne, Valeska. Ni toi ni ton frère. » Il est impossible de savoir si je dis vrai ou non, mon ton est d’un sérieux implacable mais je garde le même sourire un peu absent en même temps. Même moi, je ne sais pas trop si c’est la vérité. Je crois surtout qu’on a rien à perdre… « Bon… On fait comment ? Chacun ses anneaux, on essaye d’empêcher l’autre de marquer et de récupérer le souaffle pour jouer à notre tour ? » Je hoche la tête et m’éloigne légèrement en direction des anneaux derrière. « Vas-y, honneur aux dames ! »
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 340
Points : 25
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Professeur A. Jones

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Ven 2 Nov - 17:54


To Forgive & Forget



Bon, j'avoue, cette sortie plein air me fait du bien.
Et la venue de Rioghbhardan est une surprise, mais au final, sa présence est plutôt agréable. Oui, j'ai enfin réussi à remettre son prénom à la mord-moi-le-noeud entretemps. Sérieux, ses amis l'appellent sûrement pas comme ça? Même moi, j'ai une pelleté de surnom alors que j'ai que deux malheureuses syllabes, et toutes les lettres à prononcer quoi. Ah, ces irlandais...
Enfin, la parlote avec lui est sympa, il me fait l'effet d'un gars simple et cool. Un peu loin de tout ce que j'ai entendu sur lui jusque là... Et j'ai même une occasion de casser du sucre sur le dos de Wendy, c'est bonus. Me moquer des pimbêches dans son genre reste un de mes sports préférés, et si je m'attends généralement à ce qu'elles soient défendues pendant que je passe pour la peste de service, on dirait que c'est pas le cas avec mon interlocuteur du jour. Enfin un gars qui a les yeux en face des trous, et pas sur leurs jambes.
Il semble ne pas croire à l'excuse de Brooklyn pour me placer poursuiveuse plutôt que batteuse, et je peux que hocher la tête. En vrai, je peux pas non plus donner totalement tort à Brooklyn. Physiquement, je peux voler, mais j'aurais sûrement pas la force physique pour un long match. J'ai déjà vu Roxy œuvrer à son poste, et même si c'est un modèle réduit, ça reste une petite teigne en pleine forme. Ce n'est pas vraiment mon cas en ce moment.

- Tu sous-entends qu’on vous ferait peur au point d’infiltrer nos entraînements ? C’est intéressant.

Grr, il a de la répartie le bougre. Je tire la langue comme la môme que je suis, et réponds par une moue sans relancer. Bah, on verra bien les scores après tout. Je pourrais argumenter pendant des heures quand il s'agit de Quidditch, tellement j'adore ça. Mais là, comme ce sera moi sur le balai, ben j'ai plus autant d'arguments pour le coup. Je ne sais même pas encore ce que je vaux en match réel alors...
Et puis, la présence d'Hansel risque de pas mal changer la donne. Est-ce que le fait qu'on se fasse la gueule va réduire nos chances? Sûrement, oui. J'espère que le petit Jayden sera aussi efficace qu'à l'entraînement.

- On craint personne, Valeska. Ni toi ni ton frère.

Il dit ça très sérieusement, mais moi, ça me donne juste hâte de le tester sur le terrain. Je suis très joueuse, et avec un sacré esprit de compétition. Il en faut pas plus pour me brancher. Même avec des amis proches comme Théa ou Brooklyn, quand il s'agit de jouer je peux devenir une vraie chieuse. Avec mon frangin, c'est encore pire. Ça a déjà fini en bagarre une ou deux fois avec Hansel pour de simple histoires de jeux vidéos.
Mais je pense réussir à rester "sage" face à O'Callaghan, ce n'est qu'un entraînement. Et puis, j'ai besoin de me vider la tête, autant tout donner dans le sport.

- Honneur aux dames!

Je souris à sa remarque. Je sais que je fais plus petite fille que dame, mais bon. Je le prends comme un compliment quand même hein, c'est toujours sympa. Je suis lancée, et il me rejoint juste après. Dès qu'on se met d'accord sur le type d'entraînement, je hoche la tête, et je me lance.

C'est tellement agréable, de voler! J'adore cette sensation depuis la première fois que je suis montée sur un balai. J'ai l'impression que je pourrais passer des heures dans les airs sans me lasser.
Je ne perds jamais de vue que le Quidditch, c'est jamais qu'un jeu. Y a de la compète, certes, mais je le pratique surtout pour m'amuser. Ça ne veut pas dire que je ménage O'Callaghan, oh non. Je tiens à profiter d'avoir un joueur expérimenté pour mettre mes talents à l'épreuve. Alors, pas question de faire la gentille Gretel. Je fonce, utilisant mon atout principal: ma vitesse. J'ai découvert aux cours de vol que, s'il y a un avantage à avoir perdu autant de poids, c'est que je suis d'autant plus rapide. J'essaye de récupérer tous mes réflexes pour déjouer O'Callaghan, qui ne va pas me faire de cadeau non plus.

Notre mini-match démarre, et je me donne à fond. L'idée première était de me vider la tête, et j'y parviens. Me concentrer sur le souaffle, mon adversaire, les anneaux. C'est sympa d'avoir un autre challengeur que mon frère, ça m'oblige à ne pas me reposer sur mes acquis. Et puis, le jaune est bien plus expérimenté que moi, ça se voit. J'essaye néanmoins de compenser avec de l'énergie à revendre, et je tiens bon pendant un sacré moment.
Les blocages s'enchaînes, les poursuites et les tirs aussi. Je m'en sors pas trop mal pour ce qui est de récupérer le souaffle quand c'est possible, mais ce qui m'inquiétait, c'étaient les tirs. C'est ce pour quoi j'ai clairement le moins de pratique. Ca me demande pas mal de concentration, une fois que j'ai réussi à devancer les blocages de mon adversaires. Mais je me concentre, et fais de mon mieux. Au final, je parviens quand même à réussir la plupart de mes lancers vers les anneaux, je suis plutôt contente de moi*!

Je finis par demander un temps mort, assez essouflée. Ça a duré un peu plus longtemps que prévu.

- Minute, j'ai besoin d'un break là... Pfiou... Tu te défends pas mal pour un vieux! Dis-je en riant

Je sais que le taquiner sur la différence d'âge, c'est un peu moche, mais redoublant ou pas, il aurait au moins l'âge de mon frangin, et j'ai déjà sorti ce genre de vannes à Hansel des dizaines de fois. J'espère qu'il a autant de sens de l'humour assez tolérant.
Je me demande depuis combien de temps on joue. J'étais tellement dans le jeu que j'ai perdu toute notion du temps. Je récupère le souaffle et désigne le sol d'un mouvement de tête.

- On fait un petit break? J'ai besoin de boire un coup, si je fais un malaise et que l'infirmier Blake me retire de l'équipe Brooklyn va me tuer.

*Réussite de Gretel aux Tirs:
 

Codage par Libella sur Graphiorum


Désolée pour l'attente Aimie


Dernière édition par Gretel B. Valeska le Ven 2 Nov - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 28/06/2011
Parchemins rédigés : 6240
Points : 69
Crédit : (c) Maxine S. MacPherson
PETIT +

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   Ven 2 Nov - 17:54

Le membre 'Gretel B. Valeska' a effectué l'action suivante : Le Hasard


'Le Hasard' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des oublis et des pardon [Rioghbhardan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
L'Extérieur du Château
 :: Le Terrain de Quidditch
-
Sauter vers: