AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 01/06/2018
Parchemins rédigés : 81
Points : 6
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   Sam 8 Sep - 22:52



SIXIÈMES ANNÉES



De la religion...



Thématique du cours : il s'agira ici d'une étude globale des religions et de leurs implications dans l'Histoire du monde moldu.
Objectif : les élèves devront, à la fin de l'année, pouvoir argumenter de manière objective sur les religions moldues en ayant acquis suffisamment de connaissances à leur sujet. Les élèves n'auront pas pour obligation de connaître de quelconques textes saints ou versets, il s'agit là d'un outil de dialogue avec des moldus et d'une compréhension globale des évènements actuels (guerres, conflits, religion et pouvoir etc.)
Outils : seront utilisés comme supports des textes saints mis en relation avec des analyses objectives et subjectives afin que l'élève puisse se faire sa propre opinion et puisse comprendre l'importance d'une certaine neutralité dans le dialogue autour de la religion.

Mise en garde : le professeur n'appartenant à aucune religion et ne soutenant aucune parole, il lui est donc tout à fait impossible de prendre partie en faveur d'une religion ou d'une autre.


Il se tordait les mains de manière anxieuse. Si un cours devait bien lui provoquer quelques ulcères, c'était bien celui-ci. D'ailleurs, ce cours était un cours crash-test. Jamais au grand jamais il n'aurait tenté un pareil cours avec des étudiants moldus dans un contexte aussi tendu que celui actuel dans le monde. Il savait pertinemment que dans son cours, certains étaient nés-moldus et étaient peut-être croyants, qui sait... Il n'empêchait que ce cours filait la trouille à l'allemand. Rufus avait remué et retourné la question dans tous les sens, mais il ne voyait pas comment l'étude des moldus pouvait être enseignée sans une compréhension des religions. Tant pis, il tenterait le tout pour le tout. Si jamais la situation venait à dégénérer, il changerait la thématique pour quelque chose de plus léger peut-être...

Cela faisait une bonne heure qu'il tournait en rond dans sa classe, cherchant une accroche sympa à ce cours, mais rien ne venait. Un café, déjà. Après, ça irait mieux. Ou pas d'ailleurs. A cette idée, il se fit un café bien chaud et retourna encore et toujours la question. Il souffla un coup et essaya de se détendre, en vain. Lorsqu'il entendit le brouhaha il tressaillit sur place mais cela le ramena à la réalité. Il se murmura alors à lui même : "Rufus. Calme toi. Tu as un doctorat en histoire. Tu as enseigné à des élèves moldus. Et même à des élèves de toutes religions et de tout parti politique. Des élèves de 15 ans ne te mangeront pas. Keep cool and breathe.".

Il respira un grand coup et parvint à se calmer légèrement. D'un coup de baguette, il ouvrit la porte et plusieurs élèves pénètrent dans sa salle de classe. Les jeunes gens s'installèrent, sortirent leurs livres et leurs plumes. Tout le monde était prêt.

- "Bonjour à tous et bienvenue à ce cours d'étude des moldus pour les sixièmes années. Je suis Monsieur Wolffhart et durant toute cette année, je suis le professeur qui vous enseignera l'histoire moldue, ses us et ses coutumes. "

Rufus fit baisser la lumière et sur une toile blanche tendue fit défiler un grand nombre d'images à la chaîne représentant toutes des religions différentes. On pouvait voir Bouddha, des prêtres shintoïstes en pleine prière, une peinture du XVIIe siècle représentant des protestants, un Jésus crucifié, des juifs priant sur le mur des lamentations et autres images défilant toujours à une vitesse vertigineuse.

- "Si certains ne l'avaient pas encore deviné, ce cours sera consacré à l'étude des religions. Nous allons survoler toutes les religions existantes afin que vous puissiez avoir une vue d'ensemble des pratiques actuelles chez les moldus. " - demanda-t-il sur un ton légèrement tinté de nervosité.

A sa grande surprise, pas de chuchotement étranges, pas d'excitation soudaine. Il soupira discrètement, presque soulagé.

- "Bien. Certains d'entre vous connaissent-ils quelques religions moldues et saurait me dire quelles sont celles qui sont principalement pratiquées dans le monde ? "




(c) crackle bones




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   Mer 12 Sep - 0:04


Etude des moldus : les religions
Le Mardi après-midi, j'avais une heure de relâche entre mon cours de Soins aux Créatures Magiques et celui d'Etude des Moldus. Contrairement à beaucoup d'élèves de ma promotion, je ne poursuivais pas les cours d'Arithmancie. C'était donc le moment idéal, selon moi, de profiter des couloirs vides de Poudlard. En quittant la lisière de la Forêt Interdite à la fin du cours, je décidais de rejoindre le château en passant par le parc. Ce qui me permettait, d'une part, de quitter le groupe de ma promo et de me retrouver un peu seule, mais aussi d'emprunter un chemin bien plus agréable que les sentiers mi-boueux qui formaient un raccourcis dégueulasse pour atteindre le château.
Je marchais lentement. Je n'étais absolument pas pressée de toute manière. En atteignant le hall d'entrée, je pris un moment pour regarder le panneau d'affichage. Les diverses petites annonces bienveillantes de propositions d'aide pour les révisions me firent soupirer longuement et continuer mon chemin. En montant au premier étage, je pris le soin de passer discrètement devant la bibliothèque. Deux élèves étudiaient à une même table, dans un silence d'église et j'entre-aperçus le visage familier de Monsieur Ethergsen. Si seulement il savait le plan que j'étais en train de mettre en place pour le berner celui-là. Dans tous les cas, il s'en rendrait compte bien assez tôt. Avec un sourire désormais tiré sur le coin de mes lèvres, je repris mon ascension pour le Septième et dernier étage avant les Tours.

Essoufflée mais néanmoins vivante, j'arrivais devant la porte du cours d'Etude des Moldus. Je fus rapidement rejointe par d'autres camarades et la porte s'ouvrit d'un coup. En entrant, je fis un léger signe de tête au professeur Wolffhart avant d'occuper la place toute à droite du second rang. Le dos posé contre le mur, je regardais mes camarades s'installer et le professeur commença son blabla de rentrée. Je notais que, pour une fois depuis la rentrée, nous n'avions pas eu le droit au baratin habituel de l'année cruciale pour la préparation des ASPICs. Ce qui était pour le coup assez agréable.
Si je suivais le cours d'Etude des Moldus, c'était notamment pour faire plaisir à ma mère qui était rédactrice en chef du la revue : Evolution des Technologies Moldues Modernes. Ca lui faisait plaisir de savoir que sa fille pourrait avoir des facilités dans cette matière grâce à son métier à elle. Bref... C'était pas ce qui me fascinait le plus au monde. La question du professeur resta un instant en suspens. En bonne sorcière que j'étais, j'avais du mal à concevoir le principe de religion, mais si je savais à peu près de quoi il s'agissait. Je connaissais cette religion là, avec le type étrange qui a été tué par les gens qu'il voulait sauver... Christ. Le Christ. Avec cette information, je levais la main, avant de déclarer :


La religion christienne ? Celle où l'on parle de Jésus Christ qui a été tué et attaché sur une croix par le peuple qu'il souhaitait sauver. Qui est revenu à la vie grâce à son Dieu. C'est dans cette religion là que les gens vont prier dans les églises...


C'était une réponse pas très assurée. Chacune de mes phrases pouvait également être une question tant il me manquait des éléments. Mais au moins, mon intervention avait brisé le silence et venait de contribuer à ma B.A. de la journée. Je serais certainement tranquille au moins jusqu'à la fin du cours.

( Pando )
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10029-hannibal-atlas-srensen-objection-votre-honneurhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10036-hannibal-good-laws-have-their-origins-in-bad-moralshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10037-hannibal-lettres-recommandeeshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10038-hannibal-soyez-brefs

Arrivé(e) le : 19/08/2018
Parchemins rédigés : 126
Points : 3
Crédit : Eriam ft. Nick Robinson
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Prrrudence

MessageSujet: Re: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   Sam 15 Sep - 21:46



De la religion...
Étude des moldus
Je parviens tout juste à rentrer en trottinant dans le château avant que la pluie soudaine qui venait d’éclater ne me trempe. Un peu agacé d’avoir du ainsi abréger mon footing je me dirige d’un pas rapide vers la salle commune des Serdaigles afin de me changer et de prendre une douche avant le début de mon prochain cours. L’avantage de ce brusque changement de climat c’est que je ne risque pas d’être en retard ! Moi qui pensais avoir encore trente minutes devant moi pour faire quelques tours du lac, je me suis bien fourvoyé. Le mardi est l’un des jours de la semaine où mon après-midi est le plus libre et j’espère pouvoir en profiter pour aller me défouler un peu dans le parc. Ce n’est pas les deux heures de vol par semaine qui me permettront de dépenser mon surplus d’énergie au cours de l’année… J’imagine que Finnbjörn trouverait mon hobby pour la course peu digne d’intérêt – c’est une activité sûrement trop moldue à ses yeux – cependant je prends du plaisir à sentir mon esprit se vider de toutes les pensées parasites tandis que j’accélère la cadence pour trouver mon rythme de course adéquat. Cela me permet d’aiguiser mes pensées et d’y voir clair dans mes projets et Merlin sait que j’en ai beaucoup, des projets !
Le quatrième étage apparaît rapidement devant mes yeux et peu après la salle commune de Serdaigle dans laquelle je pénètre après avoir répondu à l’énigme simplissime du jour. En quelques enjambées j’ai rejoint mon dortoir pour prendre de quoi m’habiller après ma douche. Malgré ma course abrégée l’heure tourne et je n’ai pas envie d’arriver en retard en cours d’étude des moldus. Apparemment il y a un nouvel enseignant cette année et j’ai hâte de pouvoir me faire mon propre avis. Je sais que Finnbjörn passe tous ses cours à provoquer le professeur et à faire perdre des points à Gryffondor cependant je préfère agir différemment. Je suis bien loin de penser que nous mélanger, nous autres sorciers de sang-purs, aux moldus soit la meilleure idée du siècle toutefois je préfère poser des questions pertinentes et bien ciblées à mon interlocuteur pour qu’il en vienne lui-même à ma propre conclusion. Un monde dans lequel les sorciers se mêlent et se reproduisent avec les moldus ne peut exister bien longtemps. Les recherches que je m’efforce à mener depuis plusieurs années maintenant ne cessent de me mener à cette conclusion et je me sers donc de ces cours plutôt instructifs bien que trop glorifiants à leur égard afin de construire mon argumentaire.
Après avoir pris ma douche j’ai tout juste le temps d’attraper mon sac en cuir de dragon ainsi que mon livre de cours avant de rejoindre le septième étage pour le cours du professeur Wolffhart. Ce nom me dit vaguement quelque chose, serait-il de sang noble ? Quoiqu’il en soit je n’ai pas vraiment le temps de plus y réfléchir car la porte de la salle de classe se trouve désormais devant moi et je la franchis d’un pas assuré. Je reconnais rapidement l’homme que j’ai déjà remarqué lors du banquet de début d’année et je le salue d’un sourire poli et franc tout en soutenant son regard.
 
« Bonjourrr prrrofesseurrr. »
 
Je gagne rapidement l’une des places libres et je sors de quoi noter pendant son speech d’introduction. Alors que les différentes images défilent devant mes yeux j’arque un sourcil. La religion, vraiment ? Intéressant, en plus il s’agit d’un point fort sur lequel j’appuie mon argumentaire à propos de la place des moldus par rapport aux sorciers. Ce cours sera sûrement très instructif.
Au bout de quelques minutes de paroles, l’enseignant nous demande ce que nous savons des religions. Rachel Ryder, l’une de mes camarades sang-pure, prend aussitôt la parole d’une voix plutôt mal-assurée. Je l’écoute sans broncher ; elle en sait déjà probablement plus qu’une grande majorité de la pièce, sa réponse est plutôt correcte si l’on oublie le petit écorchage de nom. Je lève à mon tour la main, bien décidé à participer à cet échange sans pour autant corriger ma camarade. Je ne suis pas Finn et je sais me comporter en public, et puis je préfère laisser ceci au professeur Wolffhart.
 
« Les rrreligions ont longtemps été un moyen de contrrrôle et d’asserrrvissement du peuple moldu, dis-je d’une voix sûre et posée, avec elles, il était possible d’expliquer tous les aspects alors inconnus de la vie, de se poser en sauveur et d’imposer des sanctions afin d’encadrrrer et de guider selon son bon désirrr. »
 
De mon point de vue cela montre typiquement en quoi le monde moldu nous est inférieur ; ils se laissent guider par des choses qu’ils pensent plus grandes qu’eux sans même se poser de questions, et en finissent par se détruire eux-mêmes. En laissant rentrer tout ça dans notre monde pur et bien ordonné, nous risquons de nous exposer aux mêmes genres de catastrophes que celles qui sont commises actuellement dans leur univers.
 
« Les rrreligions actuellement prrratiquées sont surrrtout l’islam, le chrrristianisme, l’hindouisme, le boudhisme, le judaïsme entrrre autrrre, et de nombrrreuses autrrres à trrravers le monde, continué-je afin de répondre à la question initiale de l’enseignant, elles ont continué d’évoluer à trrraverrrs le temps mais rrreste le socle prrrincipal de cerrrtains pays moldus. Malheurrreusement c’est aussi l’un des principaux sujets de guerrre entrrre eux. »
 
Je termine mon discours et j’attends qu’un autre de mes camarades ne prenne la parole. Depuis que j’ai commencé mes recherches, j’ai pris l’habitude d’emprunter des livres traitants des us et coutumes parmi les moldus afin de vraiment me faire une idée et de mieux cerner leur potentielle menace. Plus j’en apprends sur eux et plus je peux étoffer mes théories et les confirmer tout en ne me mouillant pas auprès des autres. Inutile de clamer haut et fort ses idéaux et de froncer le nez dès qu’un sang-de-bourbe passe près de moi, je laisse tout ça pour Finnbjörn et Erin et leurs idées aussi brutales que rustres. Un jour, une fois que je serai au Ministère, je parviendrai à faire voter des lois dans le calme et la paix qui permettront à notre monde de retrouver son éclat de jadis, loin de toute souillure. Et pour cela je devais convaincre mes compatriotes à l’aide d’arguments fondés, d’où la multitude de mes recherches au cours du temps.  

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 01/06/2018
Parchemins rédigés : 81
Points : 6
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   Mar 25 Sep - 0:05



SIXIÈMES ANNÉES



De la religion...




Plusieurs élèves levèrent leurs mains afin de répondre après un instant de silence, à la plus grande surprise de Rufus. La religion était, chez les sorciers, un concept tout à fait abstrait et nombre d'entre n'en avait jamais entendu parlé ou n'avait pas saisi toute l'importance des cultes chez les moldus. La premi-re jeune fille à répondre, une Serpentard, sembla plus ou moins assurée quant à sa réponse. Malgré une faute de prononciation, la réponse n'était pas mauvaise. Mais si tôt que Rufus souhaita renchérir sur la question, un autre élève, un Serdaigle, répondit à son tour, et cette fois-ci, d'un ton bien assuré. Ce qui frappa l'allemand, c'était la justesse de la réponse.

Il attrapa alors un petit carnet à parcouru la liste de ses élèves, cherchant à replacer les noms sur les visage. Mademoiselle Snyder et Monsieur - il plissa les yeux en le regardant - ... Sørensen... Sørensen ! Il y en avait donc deux ! Le professeur allait sans doute avoir beaucoup de mal à discerner les deux frères. En espérant que celui-ci soit moins arrogant que le jeune Finnbjörn.

- "Bien ! Excellent ! Voici là des réponses tout à fait inattendues. Mademoiselle Snyder votre réponse est juste mais incomplète. Néanmoins je note ce bel effort. + 5 points pour Serpentard. Quant à vous Monsieur Sørensen, vos réponses sont excellentes. Elles méritent un petit approfondissement. + 10 points pour Serdaigle. " - dit-il, assez enjoué.

Il lui sembla que Hannibal fusse moins perturbateur que son jeune frère, au grand soulagement de Rufus. Néanmoins, il ne s'agissait là que du premier cours et il ne fallait pas se reposer sur un simple aperçu. Il se racla la gorge et déambula dans la salle en boitant, le bruit de la canne sur le parquet accompagnant chacun de ses pas silencieux, ses bottines en daim ne faisant pas le moindre bruit.

- "En effet, Monsieur Sørensen, comme vous l'avez souligné, la religion a souvent permis à certains moldu de diriger les foules. Hommes d'Eglise, sectes, gourous, etc. Il n'a pas toujours été question de faire le mal, mais certains ont tout à fait su en tirer partie. Néanmoins, il s'agit ici d'un désir de conquête du pouvoir, trait de caractère tout à fait naturel que partagent moldus et sorciers.

La religion a aussi été le facteur de nombreuses guerres. La majorité des guerres moldues que nous connaissons aujourd'hui ont traits à la religion, de près comme de loin, et ce, depuis la naissance du divin et du mysticisme.

Quelqu'un connait-il certaines guerres ou certains évènements marquants de l'histoire moldue ayant trait à la religion ?
"

Finalement, ce cours se déroulait dans le plus grand calme, et visiblement avec attrait pour les élèves, au grand soulagement de Rufus. D'un tour de baguette, il fit s'envoler des dizaines et des dizaines de photos de dirigeants religieux, d'illustrations de saints, de photos de guerres de religion contemporaines et autres reproductions d'enluminures au-dessus des bureaux des élèves. Il avait soigneusement choisie chacune d'entre elles afin de ne pas heurter les consciences et braquer encore plus les élèves sceptiques face à l'histoire des moldus.

Spoiler:
 



(c) crackle bones






you know what ?
A people without the knowledge of their past history, origin and culture is like a tree without roots.


Dernière édition par Professeur R. Wolffhart le Ven 26 Oct - 23:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10029-hannibal-atlas-srensen-objection-votre-honneurhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10036-hannibal-good-laws-have-their-origins-in-bad-moralshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10037-hannibal-lettres-recommandeeshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10038-hannibal-soyez-brefs

Arrivé(e) le : 19/08/2018
Parchemins rédigés : 126
Points : 3
Crédit : Eriam ft. Nick Robinson
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Prrrudence

MessageSujet: Re: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   Jeu 25 Oct - 21:18



De la religion...
Étude des moldus
Je souris poliment à l’enseignant lorsqu’il confirme mes propos. J’écoute plus qu’attentivement ce qu’il juge intéressant d’y rajouter, en notant au passage ces informations sur mon parchemin. Je n’aime pas trop qu’il nous compare avec les moldus, surtout concernant le pouvoir mais je ne laisse rien paraître. Je laisse à mon cher frère l’opportunité de débattre avec lui de ce genre de choses, je préfère conserver mon approche plus subtile de ce cours. Il suffit de voir la façon dont ces moldus ont été endoctrinés par ces fameux gourous pour constater qu’il n’y a pas once de pouvoir et d’intelligence chez ce peuple toutefois je garde encore cette information pour moi. Le fait que la religion soit quelque chose d’aussi ancré chez les moldus et d’aussi destructeur me semble être une notion plutôt importante à retenir ; en se mélangeant avec nous, ils risquent d’apporter ces tares avec eux et de souiller notre héritage culturel avec de pareilles infamies. Difficile de se dire qu’un homme pourtant si intelligent et ayant voué sa vie à étudier ces choses ne puisse pas s’en rendre compte… Comme Grand-Père me l’a souvent dis ; nous sommes tous pourvus d’yeux mais peu de gens savent réellement voir les choses. Je considère faire partie de ceux capable de voir au-delà des constatations basiques et j’en suis d’ailleurs très heureux.
Le cours s’oriente ensuite sur les guerres directement liées aux religions et je m’empresse de sortir un nouveau rouleau de parchemin ; c’est exactement pour approfondir ce genre de choses que j’ai gardé cette matière et je ne regrette décidément pas mon choix. Le professeur Wolffhart est littéralement en train de me servir sur un plateau d’argent tout ce qui me sera – un jour – nécessaire à la reformation des fondements de notre société. Certains de mes camarades de classe prennent la parole et je les laisse s’exprimer le temps de rassembler mes pensées. Mes connaissances à ce sujet sont un peu moins solides que le reste car cela fait peu de temps que je me penche sérieusement sur l’histoire moldue et je suis plus au courant des évènements récents. Toutefois je me rappelle m’être renseigné au début de l’été sur des périodes plutôt majeures de leur histoire et avoir retenu deux trois choses à ce sujet. Je profite des interventions des autres élèves pour jeter un coup d’œil aux photos qui se sont envolées dans toute la salle de classe quelques instants plus tôt. Peu d’entre elles me parlent et je n’aime pas ce sentiment d’incertitude. Je suis plutôt habitué à en savoir plus que la moyenne et celle l’étude des moldus me fait défaut à cause de l’éducation de Grand-Père. J’attends donc poliment que tout le monde ait fini de s’exprimer en détaillant les photos avant de lever la main à nouveau pour prendre la parole.
 
« J’ai déjà entendu parrrler des Crrroisades et je sais qu’elles ont un rrrapporrrt avec la rrreligion, dis-je en fronçant les sourcils, sinon en citant des faits plus rrrécents le monde moldu a déjà été frrrappé d’attentats au nom de cerrrtaine rrreligion ou en rrréponse à des évènements rrreligieux. Mais je dois bien admettrrre que mes connaissances rrrestent limitées. »
 
Je cherche le regard de mon enseignant et je le soutiens pendant quelques secondes en adoptant un air neutre. J’espère qu’il pourra m’apprendre des choses que je ne sais pas à propos de la façon dont les moldus ont prit l’habitude de s’autodétruire au fil des années. Concernant ce genre de choses, je peux écouter parler n’importe qui pendant des heures.

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 01/06/2018
Parchemins rédigés : 81
Points : 6
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   Ven 16 Nov - 0:47



SIXIÈMES ANNÉES



De la religion...




Il est vrai que les récents évènements dans le monde Moldu avait eu un gros impact sur l'ordre mondial. Chaque pays avait pris ses dispositions pour éviter tout acte malveillant tandis que d'autres tentaient malheureusement de survivre face à ce fléau.

- "Oui, bien vu. Les Croisades étaient une guerre de religion. En revanche, les récents évènements sont un poil plus complexes. Mais elles ont trait à la foi d'une petite poignée d'individus qui ont réussi à semer la pagaille un peu partout dans le monde. Il s'agissait ici d'imposer sa religion, ici l'Islam, par la violence. Attention néanmoins, certains aujourd'hui ont la mémoire courte et il ne faut pas oublier que dans l'histoire des guerres ayant attrait à l'idéologie religieuse il s'agissait souvent d'une question de conversion !
"

C'était bien sur beaucoup plus compliqué que cela. Mais la question du cours n'était pas là. Rufus avait surtout envie que les élèves comprennent l'importance de la religion chez les moldus au passé comme au présent.

- "Néanmoins, il ne faut pas oublier qu'aujourd'hui, la religion est bien moins présente dans certains pays qu'il y a alors quelques siècles. En France par exemple, le nombre de personnes se rendant à l'église ou priant est faible comparé au nombre d'habitants. A l'inverse, en Inde, la religion est omniprésente.
"

Il fit quelques pas dans la salle et regarda l'ensemble des images virevoltant un peu partout.

- "Sur ces mots, je vous laisse attraper une image et prendre votre temps pour analyser ce qui y figure. Vous pouvez travailler avec votre voisin bien entendu. Nous en discuterons dès que vous serez prêts.
" - fit-il, plutôt enjoué.

Un brouhaha s'installa et les élèves commencèrent à discuter entre eux, tentant de joindre leurs connaissances.




HRP : Image à analyser (si tu désires en prendre une autre, choisir toi-même la chose, aucun problème, je ne veux rien imposer.)

Spoiler:
 








(c) crackle bones






you know what ?
A people without the knowledge of their past history, origin and culture is like a tree without roots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10029-hannibal-atlas-srensen-objection-votre-honneurhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10036-hannibal-good-laws-have-their-origins-in-bad-moralshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10037-hannibal-lettres-recommandeeshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10038-hannibal-soyez-brefs

Arrivé(e) le : 19/08/2018
Parchemins rédigés : 126
Points : 3
Crédit : Eriam ft. Nick Robinson
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Prrrudence

MessageSujet: Re: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   Sam 17 Nov - 23:14



De la religion...
Étude des moldus
Le professeur Wolffhart reprend la parole et j’annote à nouveau mon parchemin grâce aux détails qu’il me fournit. Ses connaissances au sujet des moldus sont clairement vastes et détaillés et je me délecte discrètement à l’idée de tout ce que je vais pouvoir apprendre. Tirer profit des faiblesses de son ennemi, informer le peuple et faire monter la crainte parmi les sorciers indécis me paraissait clairement être le meilleur moyen d’arriver à créer une société de sorcier basée sur la pureté du sang. Comment vouloir se mélanger aux moldus en sachant de quoi est composé leur monde ? Comment vouloir se reproduire avec eux en sachant ce dont ils sont capables ? Personnellement le choix est vite fait me concernant mais je sais qu’il me faudra convaincre habilement et avec subtilité bon nombre de mes compatriotes au cours des prochaines années. J’admets également avoir beaucoup de mal à comprendre le concept d’une religion, d’impliquer un être supérieur dans notre vie et nos choix… Il s’agit là d’une façon de raisonner qui me semble clairement propre aux perdants et aux créatures inférieures.
Je me permets d’intervenir afin de rebondir sur l’une des remarques du professeur Wolffhart et j’attends qu’il me donne la parole. Une fois chose faite, je lance sur un ton interrogateur :
 
« Prrrofesseurrr, savez-vous pourrrquoi il existe de telles disparrrrités entrrre les pays concerrrnant la rrreligion à l’heurrre actuelle ? »
 
Si la religion représente mon angle d’attaque concernant la culture moldue, mieux vaut que je sois au courant des dernières tendances à son propos. Si certains pays d’impurs se séparent de telles pratiques c’est probablement qu’ils ont trouvé d’autres moyens de s’autodétruire qui me serviront tout autant, toutefois cela nécessitera de nouvelles recherches personnelles de ma part. Inutile de préciser que je m’y attellerai volontiers s’il le fallait mais je préfère apprendre directement de Wolffhart. Après tout, Grand-Père paye pour mon éducation dans ce collège, alors pourquoi me priver d’en apprendre davantage ?
J’attrape ensuite l’une des images qui tournoyaient autour de nous et je découvre avec une certaine perplexité qu’il s’agit là d’une scène de guerre. Je plisse les paupières afin de distinguer chacun des détails du tableau et je suis frappée par la barbarie et les moyens précaires trouvés par les moldus pour s’entretuer. Impossible de douter quant à leur infériorité en voyant une telle peinture et je dois me retenir pour ne pas détourner le regard… Je jette un coup d’œil à mon voisin de table et constate qu’il a lui aussi attrapé une imagine et qu’il s’est déjà plongé dans l’analyse de cette dernière. Bien, je préfère travailler seul de toute façon. J’attrape donc un rouleau de parchemin neuf ainsi que ma plume avant de me tourner à nouveau vers l’œuvre – si tant est que l’on puisse la qualifier ainsi – en tentant d’en extirper le plus d’information. Ce qui me choque le plus en observant attentivement le tableau c’est que les soldats moldus semblent attaquer sans aucun état d’âme d’autres inférieurs désarmés et clairement en désavantage. Intéressant, donc en plus d’être un peuple d’impurs répugnants ils n’ont même pas de code d’honneur entre eux ? Ils n’éprouvent donc aucun remord à égorger une femme désarmée ? À nouveau le dégoût me prend : ce n’est certainement pas chez des sorciers de noble famille comme chez les sang-purs que l’on verrait pareille bassesse. Encore une raison de ne pas les côtoyer qui me saute aux yeux et me réconforte dans la voie que j’ai choisie. Une fois haut placé dans le Magenmagot, je pourrai petit à petit réduire et supprimer les contacts avec ce peuple de barbares.
Lorsque le temps d’analyse de l’imagine est écoulé j’écoute chacun de mes camarades prendre la parole et je note à la suite de mon rouleau de parchemin les remarques du professeur à propos de leurs œuvres. Tous les tableaux semblent évoquer la même chose : la guerre, les tueries, l’injustice, et le caractère souillon de ces infâmes créatures. Je suis choqué mais mon visage ne laisse rien paraître jusqu’à ce que ce soit à mon tour de m’exprimer. J’affiche un sourire poli avant de prendre à nouveau la parole.
 
« Mon tableau semble trrraiter d’un massacrrre entrrre moldus, dis-je en agitant ma baguette en direction de la représentation du tableau dont j’ai hérité afin de la faire augmenter de volume pour qu’elle soit visible par l’ensemble de mes camarades, d’aprrrès le style de la peinturrre je pense qu’il s’agit d’une œuvrrre datant d’il y a plusieurrrs siècles ? On rrremarrrque que la tuerrrie semble perrrpétuée parrr des soldats contrrre le peuple. Je prrrésume donc, si ce tableau est impliqué dans un massacrrre rrreligieux, que cela rrrenforrrce l’idée que le gouverrrnement des pays moldus était intimement lié à la rrreligion, d’où le massacrrre commis parrr des agents du gouverrrnement en rrraison d’une discorrrdance rrreligieuse ? »
 
Je me ré-adosse contre le dossier de ma chaise, attendant le verdict et surtout les explications aussi précieuses qu’écœurantes que me fournira mon professeur.
 

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 01/06/2018
Parchemins rédigés : 81
Points : 6
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   Dim 6 Jan - 21:13



SIXIÈMES ANNÉES



De la religion...




Pourquoi existait-il de telles disparités entre chaque pays ? C'était une question bien plus complexe qu'il n'y paraissait. A vrai dire, il existait, bien sûr, un certain nombre de facteurs qui avaient favorisés le développement de religions différentes, comme l'environnement, les origines, la langue, mais chaque chose en entraînant une autre, il aurait fallu remonter aux origines de l'humanité. Rufus leva les yeux au ciel, son cerveau creusant aussi loin qu'il le put.

- "C'est une question très intéressante, vraiment. Les moldus ont une histoire très complexe, tout comme la notre, et les disparités religieuses sont avant tout culturelles. Mais à partir de là, d'où viennent alors ces disparités culturelles ? De là on doit remonter à tout un tas de questionnement autour des origines des populations concernées, de leur évolution, ou encore de leur milieu de vie. Je ne pense pas que l'on soit capable aujourd'hui de répondre à une telle question de manière claire et précise, mais je pense que l'on peut apporter déjà quelques morceaux de réponse. J'ai peut-être tort, bien sûr, mais admettons que l'on soit né sur une île. Nous serions donc très proche des milieux marins : il y a alors plus de chances que l'on apporte une importance considérable à l'eau, et que les divinités y soient fortement liées. Voyez-vous où je veux en venir ? L'Histoire elle-même a aussi été un facteur majeur pour la religion. Par exemple, les révoltes en France au XVIIIe siècle ont amené peti à petit à une séparation complète de l'Etat de la religion ! Ce qui fait qu'aujourd'hui, le christianisme ne s'immisce plus dans la politique et les jeux de pouvoir. Mais cela a aussi pour conséquence de réduire drastiquement le nombre de croyants et de pratiquants. Actuellement, une très large majorité des français ne croit plus en un dieu quelconque. C'est tout de même quelque chose d'assez étonnant et important pour le mentionner car beaucoup de pays fonctionnent encore sur des principes religieux, comme les Etats-Unis ou l'Inde. Mais revenons à notre tableau.
"

Le Massacre de la Saint-Barthélemy était en effet un tableau très dur, mais sans doute bien moindre comparé à la réalité de la chose. Ce tableau, Rufus avait passé des heures à le regarder. Il y avait réfléchit, et lui avait mis le doute sur ses convictions. Les pro sang-purs avaient-ils raison quant à la nature des moldus ? Ces derniers étaient-ils nés pour détruire et soumettre ? A travers cette oeuvre, Rufus avait pour la première fois de sa vie ressenti un profond dégoût des moldus et il lui avait fallu quelques nuits blanches pour finalement retrouver la raison. Après tout, les sorciers s’entre-tuaient aussi pour de sombres raisons, ils massacraient les moldus sous pretexte qu'ils étaient inférieurs. Finalement, il en était arrivé à une conclusion aussi triste qu'alarmante : moldus ou sorciers, ils ne valaient pas mieux les uns que les autres.

- " Il s'agit là en effet d'un tableau de massacre. Il s'agit du Massacre de la Saint-Barthélemy peint par François Dubois entre 1572 et 1584. Il illustre le massacre du même nom perpétré le 24 août 1572 à Paris. Durant la seconde moitié du XVIe siècle, un nouveau courant religieux, issu du catholicisme est né : le protestantisme. Il s'agit d'un courant qui visait à réformer entièrement l'Eglise jugée alors corrompue. Les grands penseurs de cette religions voulaient revenir à des principes fondamentaux basés sur les Evangiles, l'un des premiers textes saints. Cependant, la France étant à cette époque un pays fortement conservateur, il n'était pas question qu'une nouvelle religion bousculant toute la leur soit mise sur un piédestal. Pis encore, les nouvelles idées des protestants étaient considérées comme de l'hérésie. L'hérésie est sans doute l'un des pires crimes chez les catholiques. Le massacre a été le résultat de tout un enchaînement d'évènements que je vous épargnerai car là n'est pas le but de ce cours. En d'autres termes, une simple différence d'appréciation d'une religion a conduit à une véritable abrasion de l'Europe aux XVIe et XVIIe siècle.

La religion, aussi loin que l'on puisse s'en souvenir, à toujours été une source de conflit. D'une manière ou d'une autre, un conflit est souvent lié à un différent spirituel. Je dirais que la religion, sous toutes ses formes, est le talon d'Achille des moldus, si tant est que l'on soit croyant. Un athée, car c'est comme cela qu'on les appelle, ne se verra pas touché ou bouleversé par la mort d'un pape par exemple.

Ais-je besoin de développer un peu plus ?
-
"






(c) crackle bones






you know what ?
A people without the knowledge of their past history, origin and culture is like a tree without roots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1   

Revenir en haut Aller en bas
 
SIXIÈMES ANNÉES - De la religion... n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Septième Étage
 :: Cours d'Etude des Moldus
-
Sauter vers: