AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 110
Points : 9
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   Mar 4 Sep - 21:53


Blake S. Lennox & Ula O'Domhnaill


Et avec ça, un verre de lait ?





Attraper un verre de 50cl, le placer sous le robinet, le pencher légèrement, tirer sur la poignée, laisser doucement s'écouler le liquide d'or, retirer le trop plein d'écume et servir le tout. Voilà ce que l'irlandaise faisait depuis ce matin. Servir des pintes de bière et de bieraubeurre à la chaîne. Il y avait du monde ce jour-là dans la taverne et le boulot ne manquait pas. De temps à autre elle passait un coup d'éponge sur le comptoir mais des années d'alcool et de houblon coulant sur le bois avaient imprégné le plan de travail qui restait toujours un peu collant malgré les nettoyages et les désinfections permanentes. Bref, la journée battait son plein.

Ula jonglait avec les verres et zigzaguait entre les tables, un plateau toujours plein à la main. Elle prenait les commandes, servait, ramassait l'argent et engueulait les clients trop bourrés ou voulant faire crédit auprès du patron. Manque de bol, le bouledogue irlandais veillait au grain. Une salopette en jean noire trop grande et un pull vert canard lui aussi trop grand, la jeune femme semblait sortir d'une autre époque. Sa paire de vans trouées aux pieds, elle était à son aise.

Le rush, l'adrénaline, les situations stressantes, c'était un peu son pécher-mignon. Elle aimait courir partout, devoir faire des tournées en un temps record, les engueulades avec les clients relous, les rushs du matin pour que tout soit prêt pour l'arrivée des premiers clients. Elle aimait aussi rentrer dans son placard de Pré-au-Lard, prendre une douche bien chaude pour laver tous les soucis de la journée, et se coucher en étant bien fatiguée pour profiter d'un sommeil suffisamment réparateur pour renchainer sur la journée du lendemain.

L'irlandaise avait aussi bonne mémoire et avait tendance à se souvenir de chacun de ses clients. Elle se souvenait généralement de ce qu'ils avaient l'habitude de prendre, et si au bout de deux ou trois verres ils commençaient à être quelque peu bourrés. Pourtant, à chaque nouveau client, l'irlandaise voyait en lui un nouveau défi, une nouvelle personnalité à cerner. Une grosse voix l'arracha à ses pensées.

- "Hé, serveuse ! Une autre !" - dit-il sans lever la tête vers l'irlandaise

Elle se tourna vers lui et reconnut le client. Oh et elle l'identifia très rapidement. Ce type était déjà venu une fois et, bourré, avait tenté d'importuner la jeune femme. Mauvaise idée. Elle s'approcha alors de lui et se pencha vers son interlocuteur.

- " Ben alors... Je croyais que tu avais compris la leçon la dernière fois, non ? "

Le type releva la tête et offrit un visage boursouflé et rougit par l'alcool. Ses yeux s'écarquillèrent en voyant la brunette et d'un bond il se releva. Essoufflé par cet effort soudain, il fouilla ses poches et balança une poignée de monnaie sur la table, attrapa son sac et quitta la taverne en bousculant l'un des clients en passant.

- " C'est ça ! Et remets pas les miches ici sinon je te découpe en quatre ! " - beugla t-elle à travers la taverne.

Le volume sonore étant tellement fort à cet instant, que peu remarquèrent la fuite du couard face à la serveuse. Cette dernière, satisfaite de son action, éclata de rire et déclara tournée générale à tout ceux qui l'entendraient.

Ce boulot, c'était ce qu'elle aimait, et parfois elle se rendait compte que pour rien au monde, elle ne souhaiterait l'échanger.

Un calme relatif étant revenu, elle retourna à ses affaires, sans noter l'arrivée d'une personne en particulier... C'est en se retournant qu'elle le remarqua face au comptoir, et, dans un élan de bonne humeur, lui demanda :

- " Je te sers un verre de lait ? " - dit-elle sur un ton qui se voulait humoristique et taquin.

(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 04/05/2017
Parchemins rédigés : 296
Points : 5
Crédit : Jason Momoa (Crédit : Tag)
Année : Infirmier (36 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   Jeu 6 Sep - 22:13

Ula & Blake

Et avec ça, un verre de lait ?


La reprise n'avait pas été facile, mais après quelques jours pour se remettre dans le bain, j'étais de nouveau totalement opérationnel ! Il ne faut pas croire qu'il n'y a que les gamins qui ont dû mal à reprendre les bonnes vieilles habitudes après 2 mois de vacances, les adultes aussi. J'ai passé 2 mois à faire tout et son contraire, mais absolument pas de soin quelconque, alors vous pensez bien que ça fait bizarre de se lever tôt pour soigner les petits bobos du quotidien. Bon, je mens, j'ai pratiqué quelques sorts de soin mineur par ci par là mais rien de bien sensationnel. Mais heureusement que la reprise était somme toute assez calme, j'ai pu me remettre correctement dans le bain ! J'ai croisé mes habitués, moins nombreux que les années précédentes j'ai remarqué. Pour certains, c'est plutôt bon signe, ça tend à prouver qu'ils ont progressé dans certaines de leurs peurs et qu'ils vont beaucoup mieux aujourd'hui, pour d'autres c'est plus étrange. Certains suivent un traitement lourd, dû à des malades génétiques, s'ils ne sont pas venus me voir cela signifie qu'ils ont quitté Poudlard. Et c'est bête à dire parce que je ne les connaissais pas forcément personnellement tous, mais ça fait quelque chose de se dire que je ne les reverrais jamais. Est-ce qu'ils vont bien ? Est-ce qui ne leur ait rien arrivé ? Je sais qu'Isidore a décidé de quitter volontairement le château pour retourner dans le monde moldu. C'est son choix, j'espère murement réfléchi. Je sais qu'on n'est pas tous fait pour vivre dans ce monde, c'est comme ça. J'ai cru comprendre qu'il n'était plus heureux ici, qu'il ne trouvait plus sa place, j'espère qu'il la trouvera ailleurs. Sa mère sera au moins soulagée de l'avoir de nouveau avec elle et pourra veiller sur lui. Mais pour les autres, je n'en ai aucune idée, je suppose qu'à l'occasion, je poserai la question à leur directeur de maison, histoire de voir s'ils en savent plus !

Aujourd'hui c'est la première sortie à Pré-au-Lard de l'année et je dois avouer que je suis plutôt emballé à cette idée. En général en début d'année, je peux profiter d'une sortie, en hiver c'est un peu plus compliqué et je peux de nouveau y retourner vers le printemps - été dans le froid nous quitte enfin. J'ai eu quelques malades, mais rien de bien grave. Une crise de foie, une farce qui a mal tourné et une mauvaise chute. Cela m'a permis de bien combler ma journée et de me laisser le champ quasiment libre pour le reste de la journée. Je suis passé voir Aaron pour papoter un peu et puis vu qu'il n'était pas motivé à m'accompagner, je suis allé à Pré-au-Lard seul. Je croiserais bien quelques profs dans le coin, je suis sûr qu'Irina est fourrée au magasin de Quidditch ! Le temps est assez clair pour la journée et ça fait du bien de marcher tranquillement dans les rues du village. Je croise quelques élèves avec qui je papote un peu, ils me racontent leurs vacances, on échange quelques plaisanteries et on se sépare. Je les aime bien ses gamins, ce sont de chouettes gosses pour la plupart ! Il y a toujours une ou deux exceptions, mais c'est surtout à cause de l'éducation. Les gamins vont forcément avoir des idées de merde si leurs parents sont un peu débiles à la base. Mais soit disant qu'on ne peut pas dire ça comme ça. Enfin bref ! Je croise même Tasha avec ses copines. Je lui fais un signe de la main mais sans plus, je ne veux pas la déranger avec ses amies. Je m'engouffre aux Trois Balais, prêt à être accueilli comme il se doit par la pétillante Ula ! Je m'installe au bar, comme à chaque fois et j'attends qu'elle se retourne pour remarquer ma présence. Je ne suis pas du genre petit gabarit, on sait rapidement que je suis là ! "Allez chiche !" Dis-je en plaisantant. J'aime bien le lait, alors en vrai, je m'en tamponne, ça me changera. "Si t'as les petits gâteaux qui vont avec, tu seras un ange !" Repris-je en lui lançant un clin d'oeil. Le fait que j'ai arrêté l'alcool depuis 2 ans et demi ne lui était pas inconnu. Je ne suis pas discret sur le sujet, c'est plutôt une belle fierté d'avoir pu arrêter. Evidemment ça aurait été cool que je ne tombe pas accro, parce que parfois ça me manque un peu, de boire un verre ou deux, sans tomber dans l'excès. Mais je ne le ferais pas, parce que même si je me sais fort, on ne sait jamais. Rien ne me dit que je ne perdrais pas le contrôle sans le vouloir et je n'ai aucune envie de mettre la vie de ces gamins en danger à cause de mon inconscience. Et puis c'est suffisamment compliqué avec ma fille pour en rajouter une couche.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey


Blake Lennox
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 110
Points : 9
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Re: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   Sam 8 Sep - 20:41


Blake S. Lennox & Ula O'Domhnaill


Et avec ça, un verre de lait ?





Ula et Blake se connaissaient plus ou moins depuis que l'irlandaise avait accepté et commencé son job aux Trois Balais. A chaque fois qu'il venait, il ne prenait pas d'alcool. Bien sûr cela l'avait titillée et sa curiosité l'avait poussée à lui poser la question fatidique : pourquoi venir dans un pub et ne pas prendre une goutte d'alcool ? Sa réponse fut tout à fait admirable et l'irlandaise avait pris un coup ce jour-là. Il avait lutté contre son alcoolisme, pour lui et pour son entourage. Quoi de plus inspirant qu'un tel redressement face aux vices de l'alcoolisme ? Elle n'avait malheureusement pas le même tempérament et encore moins la volonté de vouloir s'en sortir. Ils étaient devenus amis et Ula avait un jour fini par lui parler de son passé à elle. La perte d'Isaac, ses cicatrices et son alcoolisme notoire.

Elle avait commencé à boire réellement à Poudlard sous la mauvaise influence de certains copains. Enfin, selon ses dires. La plupart de son groupe d'amis avaient eu tendance à penser que la Gryffondor ÉTAIT la mauvaise influence. Mais ça, Ula ne l'admettrait jamais. Fierté oblige et mauvaise foi assurée. Néanmoins, son débit de boisson était restreint. C'est en rentrant à la fac que les choses s'étaient gâtées. Ula prenait goût aux sorties, aux soirées et autres évènements donnant libre court à quelques beuveries intéressantes.

Son cas s'était nettement aggravé après la mort d'Isaac. Elle buvait sans s'arrêter, s'enfermant chez soi et ne mangeant que quelques bols de riz blancs pour caler son estomac tout en déambulant comme un zombie chez elle à la recherche d'une quelconque occupation. Même ses potions ne l'attiraient plus, si bien qu'il avait fallu jeter bon nombre d'ingrédients périmés... Depuis, elle avait tenté de ralentir la chose, repassant à son rythme universitaire. Pas glorieux mais un peu mieux. Alors Ula prenait sur elle lorsqu'elle sentait les coups de blues arriver. C'est la manière 'jolie' pour parler de rechute. Depuis son arrivée à Pré-au-Lard, elle allait mieux et boire n'avait plus une connotation de cache-misère mais désormais de plaisir.

Devant la réponse enjouée de Blake, Ula attrapa une bouteille de lait frais dans le frigo du bar et en rempli un verre entier. A côté, sur une petite assiette brune, elle déposa quelques biscuits afin de pousser la blagounette jusqu'au bout.

- " Monsieur est servi ! " - dit-elle en ricanant.

Néanmoins, en voyant le lait bien frais, elle fut prise d'une envie de produits laitiers. Après tout, elle courait partout depuis le rush du soir et avait le gosier bien sec si bien qu'elle se versa un verre à son tour. Elle contempla quelques secondes le blanc immaculé de la chose et l'avala d'un trait.

- " C'est pas si désagréable que ça en fait... " - ajouta-t-elle, une moustache blanche bien en évidence.

Elle passa le dos de sa main sur ses lèvres afin d'en retirer la moustache. Finalement, c'était surtout la fraîcheur du breuvage qui lui avait fait un bien fou. Ula s'accouda alors en face de l'infirmier et croisa les doigts.

- " Alors, ça donne quoi cette rentrée ? Pas trop de boulot ? " demanda-t-elle.



(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 04/05/2017
Parchemins rédigés : 296
Points : 5
Crédit : Jason Momoa (Crédit : Tag)
Année : Infirmier (36 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   Lun 17 Sep - 14:48

Ula & Blake

Et avec ça, un verre de lait ?


Je l'aimais bien cette Ula, elle était rafraichissante. Oh évidemment, elle avait des problèmes comme n'importe qui et comme tout un chacun, il y avait des jours avec et des jours sans mais dans l'ensemble, c'était une jeune femme plein d'énergie à qui il ne fallait pas se frotter. On pourrait croire que sa petite taille et son allure fluette ne ferait peur à personne mais son côté irlandais compensait pour le reste, croyez le bien. Je l'ai vu plus d'une fois virer des clients trop alcoolisés qui étaient allés trop loin et ils ne revenaient jamais demander leur reste. Personnellement ça me faisais bien marrer, surtout parce que d'une part, j'ai été déjà ce genre de client relou par le passé et d'autre part, parce qu'aujourd'hui ça ne risque pas de m'arriver et c'est tant mieux. Oh qu'elle me vire parce que je la saoule, c'est possible, mais ça ne viendra pas de l'alcool, ça vous pouvez en être sûr. Je n'ai pas touché une goutte d'alcool depuis 2 ans et demi et je m'y tiens. Certains verraient d'un mauvais oeil que je fréquente quand je le peux les trois balais ou n'importe quel autre pub mais pas moi. Je n'ai rien contre ce genre de lieu, bien au contraire, c'est souvent là qu'on rigole le plus. Alors certes la tentation est beaucoup plus grande ici, c'est évident, mais ce n'est pas en fuyant le problème que je vais le régler. Je ne dis pas, au début je n'y allais pas, parce que je ne me sentais pas apte à pouvoir tenir le coup face à la tentation. Mais aujourd'hui, j'aime à croire que je suis capable de passer une soirée avec des amis qui boivent, dans un lieu dédié à cet effet où je ne ressentirais pas l'envie. Oh je ne dis pas, parfois je me dis qu'un verre ne me tuerait pas et que je ne suis plus dans le même état d'esprit que quand j'ai plongé dans l'alcool, mais j'ai fait trop de chemin pour prendre le risque. Je pourrais peut-être reboire comme avant, sans excès, comme je pourrais retomber dans ce travers et je n'offrirais pas ce spectacle aux enfants et surtout pas à ma fille. Je me suis fait la promesse que jamais elle ne me reverrait dans cet état là et je tiens à la respecter. Au moins j'en aurais tenue une, c'est toujours ça de pris, même si ça ne me rachètera pas pour le reste.

Je prends la plaisanterie au vol et mets au défi Ula de me servir un verre de lait, avec des gâteaux. On n'est pas encore à Noël mais on peut bien se faire un petit plaisir, non ? Ula me prend au mot et me sert un grand verre de lait et décide de m'y accompagner à son tour. Et dieu qu'elle a une grande descente, je n'aimerai pas la faire en vélo, croyez le bien ! "Quelle descente !" Dis-je en plaisantant. Il vaut mieux que ce soit du lait que de la bière ou de l'alcool plus fort. C'est meilleure pour sa santé. "Et c'est bon pour la santé !" Bon après certains ne digèrent pas bien le lait et là je veux bien croire que ça ne soit pas particulièrement top pour la santé mais j'aime à croire que ce n'est pas le cas de Ula. Elle s'essuie les traces de lait qu'elle a sur la lèvre supérieure et me demande comment c'est passée ma rentrée. Je m'accoude confortablement contre le comptoir tout en attrapant mon verre de lait. "Ecoute pour le moment c'est assez tranquille. Je ne doute pas que le rythme va augmenter au fur et à mesure que le froid va arriver et les entraînements et matchs de quidditch mais pour le moment c'est une reprise en douceur !" Lui répondis-je avec le sourire. J'espère que cette année va être encore plus tranquille que l'année dernière et que notre cher directeur aura décidé d'arrêter de prendre des initiatives maladroites. Je sais que ce n'est pas un mauvais bougre et qu'il essaye vraiment de bien faire mais j'aimerai qu'on soit avisé de ses idées en avance, juste histoire de pouvoir le conseiller au mieux. Après tout, on forme tous une équipe, autant agir comme tel. "T'as pris des vacances ? Et le retour des élèves t'enchantent-ils ?" Lui demandais-je en souriant.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey


Blake Lennox
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 110
Points : 9
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Re: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   Jeu 20 Sep - 19:10


Blake S. Lennox & Ula O'Domhnaill


Et avec ça, un verre de lait ?





Tiens c'est vrai ça.... Avait-elle eu des vacances cette année ? Des vraies vacances ? Pas tellement en soi. Elle était retournée chez ses parents à Dalkey et elle avait fait ce qu'elle savait faire de mieux : servir des pintes. En y réfléchissant, elle n'était jamais partie en vacances. Même avec Isaac d'ailleurs. Avant l'accident, ils mettaient drastiquement de côté pour pouvoir s'acheter un appartement et partir en vacances à l'autre bout du monde.

- " Des vacances ? Je ne sais pas ce que ça veut dire... " dit-elle en riant. - " Je suis partie chez mes parents à Dalkey pour les aider au pub familial. Là-bas l'été c'est la saison du tourisme donc c'est le moment où ils ont le plus de monde. "

Et pour les élèves, était-elle prête ? Oui et non. En fait, elle était habituée et ils n'osaient pas trop venir l'embêter durants son travail, d'une part parce qu'elle avait autre chose à faire, et d'une autre part parce qu'ils savaient pertinemment que c'était tout bonnement une mauvaise idée. Ni plus, ni moins. Après, en y réflechissant, d'aussi loin qu'elle se souvienne, elle n'avait pas tellement eu de problème avec les élèves, au contraire. Parfois même, il y avait eu des rencontres enrichissantes comme Prudence. D'ailleurs, comment vivait-elle sa rentrée ? Ula espérait que tout se passerait bien pour elle. D'autant plus qu'elle aurait de très bons professeurs cette année, comme Nathanael.

- " Les élèves... Je dirais que leur retour m'enchante d'une certaine manière oui ! Je préfère mille fois les avoir eux, leur tasse de thé ou leur bierreaubeurre que les ivrognes habituels. Et puis ça me rappelle des souvenirs. " dit-elle en haussant les épaules.

Elle ne cesserait jamais, sans doute, de le ressasser, mais elle avait aimé Poudlard. Son ambiance, sa magie omniprésente, cette atmosphère inégalable... L'irlandaise avait surtout une préférence pour la période d'Halloween. Les banquets étaient splendides et les citrouilles volantes valaient le détour.

- " D'ailleurs, tu avais été à Poudlard non ? Je ne me souviens plus... " demanda-t-elle.

Quand la jeune femme avait été envoyée chez les Gryffondor, personne ne fut étonné. Le Choixpeau n'eut même pas le temps de toucher à ses cheveux que la décision fut prise instantanément. Certains disaient même qu'il était impossible que ce soit une autre maison. Aucune n'aurait convenu... Et aucune n'aurait pu la supporter sans doute. Quelle autre maison aurait accepté de repeindre les murs de la salle commune en secret après une expérience une fois de plus ratée ? Sans doute pas les Serpentard en tout cas... Elle songea, l'air rêveur à ses années d'études.

(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 04/05/2017
Parchemins rédigés : 296
Points : 5
Crédit : Jason Momoa (Crédit : Tag)
Année : Infirmier (36 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   Mer 3 Oct - 12:11

Ula & Blake

Et avec ça, un verre de lait ?


Il fut un temps où moi aussi j'ignorais ce que le mot vacances voulait dire. Mais il est vrai que depuis que je travaille à Poudlard, j'ai tendance à me rappeler sa signification et j'aime bien, on ne va pas se mentir. Bon la première année a été naze parce qu'on était envahie par des mangemorts, mais l'année suivant a été plutôt tranquille. Bon, je ne prétends pas que notre directeur n'a pas fait un peu n'importe quoi, mais j'imagine que ça n'a pas été facile pour lui et qu'il a fait comme il a pu. Je n'ai pas envie de lui jeter la pierre, je ne sais pas ce que j'aurai fait à sa place. Certainement pas comme lui, ça je le sais, mais j'aurai pu faire d'autres petites conneries aussi. Parfois il nous passe des idées aberrantes dans la tête sans qu'on comprenne pourquoi. C'est en tout cas ce que j'ai envie de me dire. "Barman de génération en génération à ce que je vois !" Dis-je en souriant. Je n'ai pas suivi les traces de mon père personnellement, mais par contre j'ai suivi d'une certaine façon celles de ma mère, il faut croire que l'image que nous renvoie nos parents peut parfois nous guider dans nos propres choix. Je ne me voyais pas joueur professionnel, comme l'a été mon père, avant de se blesser, mais je me voyais parfaitement soigner les gens, comme le faisait ma mère. Alors évidemment étant moldue, on n'a pas les mêmes techniques, mais l'idée de base reste la même. Je n'ai jamais été très proche de mon père, raison pour laquelle je n'ai jamais persévéré dans le Quidditch. Ca et le fait que je pense sincèrement que je n'avais pas le même niveau que lui. On ne va pas se mentir, je n'ai pas le gabarit pour le quidditch et j'aimais pas suffisamment ça pour me donner à fond. C'était amusant et j'ai passé de super moment, mais j'aspirais à autre chose et je suis satisfait de mon choix ! Et elle, l'est-elle ? "Une envie profonde de faire le même taff que tes parents ou c'est le premier truc qui t'es tombé sous la main après tes études ?" Lui demandais-je, curieux.

Je lui demande si elle est prête à revoir la bouille des gamins. Ce sont de chouette gosses dans l'ensemble, même si certains se laissent un peu trop influencer par leurs parents, il est difficile de les juger pour le moment. Je suis bien conscient que certains vont mal tourner et qu'ils vont avoir des idées tordues, comme leur famille, mais dans l'ensemble, j'espère que beaucoup deviendront de bonnes personnes. J'imagine qu'il faut de tout pour faire un monde, certains s'en sortiront très bien, d'autres un peu moins bien. Certains vont galérer toute leur vie et d'autres faire des choses extraordinaires. Je sais qu'en général, ils se comportent assez bien dans mon infirmerie. Vous allez me dire, ils n'ont pas vraiment le choix s'ils veulent être soignés. Bon évidemment, je ne vais pas arrêter de les soigner parce que ce sont de petits merdeux, mais je ne vais pas les laisser faire leur loi sous prétexte que je ne suis pas un prof. Je suis un membre du personnel, j'ai autant le droit de les recadrer si le besoin s'en fait sentir et prévenir leur directeur de maison si vraiment ils vont trop loin. Mais je suis curieux de savoir comment ils se comportent ici. Après tout, ils ne peuvent pas être collé ici, sauf s'ils font n'importe quoi devant leurs professeurs. Visiblement ça à l'air de bien se passer, tant mieux. Elle me pose une question assez amusante. En soit je pourrais venir d'une autre école, ce n'est pas impossible, mais je suis écossais de base, je suis forcément allé à Poudlard quand j'étais gamin. Après je sais que je parle beaucoup de ma mère et de mes origines, on peut donc se dire que j'ai été dans une école, en rapport avec Hawaii, mais non. "Team Gryffondor mon chou !" Lui dis-je en souriant. J'aimais bien ma maison et pas uniquement parce qu'elle était aussi celle du trio de choc. J'ai toujours été fière d'être gryffondor, parce que j'aimais les valeurs de ma maison. "T'as été dans laquelle ?" Lui demandais-je curieux.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey


Blake Lennox
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 110
Points : 9
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Re: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   Sam 6 Oct - 21:23


Blake S. Lennox & Ula O'Domhnaill


Et avec ça, un verre de lait ?





Toute sa vie avait été régie par l'alcool, de près ou de loin. Son père était un alcoolique notoire, son grand-père l'était aussi et ses arrières-grands-pères tout autant. Ce n'était pas un alcoolisme que l'on pouvait considérer comme négatif. Il n'y avait jamais eu d'accident, et cela se limitait à parfois quelques cuites. Ula avait simplement dépassé de très loin tous les records familiaux, et non sans honte pour sa mère. Après tout, qu'est-ce qui était pire que d'avoir une fille buvant trop, se laissant emporter par les flots trop tumultueux de la vie ? Pas grand chose en l'état actuel des choses. Brenna avait plusieurs fois tenté d'expliqué à sa fille que, non, boire comme un trou ne faisait pas d'elle quelqu'un de plus costaud ou de plus résistant face aux épreuves de la vie, au contraire. Au contraire... Parfois, il arrivait au couple O'Domhnaill de se demander si un autre boulot aurait pu éviter à l'irlandaise de s'échouer lamentablement contre les degrés parfois trop puissants. Peut-être que s'ils avaient ouverts une librairie, les choses auraient été différentes ?

A y réfléchir, peut-être pas finalement. Les pubs, les tavernes et autres gargotes étaient dans le sang de la famille d'Eliott depuis des générations, même s'il s'agissait de lieux moldus. Le couple avait été prédestiné à ouvrir un établissement à leur tour. Il en serait sans doute de même avec Ula. C'était peut-être pour cela qu'elle avait décroché de ses études : le fil inextricable du destin. La jeune femme avait failli rompre ce fil pour tisser le sien mais son sang avait persévéré à la pousser vers la boisson et le service...

- " Mon père et ses ancêtres ont plus ou moins toujours été dans le milieu oui. Je crois que je n'ai pas pu lutter contre ça. J'ai fait cinq ans d'études des potions, j'étais pas mauvaise. Mais on revient toujours à ses origines comme on dit ! " dit-elle sur un ton faussement enjoué. - " Et toi alors, qu'est-ce qui a fait que tu as voulu aider les gens ? " - s'empressa-t-elle d'ajouter pour changer de sujet.

D'aussi loin qu'elle se souvienne, l'irlandaise n'avait jamais eu la moindre idée de ce qu'elle souhaitait faire en étant grande. A l'école, la question l'agaçait plus qu'autre chose. Elle ne comprenait pas non plus comment on pouvait avoir la certitude que l'on allait faire le travail de ses rêves un jour. Cela lui semblait être une idée totalement abstraite. Pourtant certains y étaient parvenus, difficilement ou non. Elle, elle avait simplement suivi la voie de la facilité. Les potions, c'était la seule matière dans laquelle elle s'en sortait parce qu'elle appréciait la chose. C'était aussi simple que cela. Aujourd'hui, Ula pensait souvent : "j'ai raté le tournant." En fait, elle avait plus ou moins tout loupé. Mais c'était comme ça après tout.

Elle admirait les personnes comme Blake qui semblait s'épanouir dans leur travail, qui avait trouvé la bonne voie et qui trouvait un certain équilibre. Ce n'était pas une chose aisée mais quand on y arrivait, on semblait être un héros aux yeux des gens qui n'avaient pas trouvé leur "vitesse de croisière".

- " C'est vrai ?? J'y étais aussi ! Je ne pense pas que nous ayons été camarades durant les mêmes années... Loin de moi l'idée de dire que tu es vieux hein, mais pas loin non plus. " - ajouta-t-elle en ricanant, l'air taquin. - " La meilleure des maisons ! La plus cool aussi. "

Ula gloussa, ressassant quelques souvenirs éparses...
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 04/05/2017
Parchemins rédigés : 296
Points : 5
Crédit : Jason Momoa (Crédit : Tag)
Année : Infirmier (36 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   Mer 10 Oct - 18:20

Ula & Blake

Et avec ça, un verre de lait ?


Revient-on toujours aux origines ? Peut-être, peut-être pas. Pour être honnête, je n'en suis pas si sûr qu'elle. Non pas que ça n'arrive pas, bien au contraire, mais je ne pense pas que ce soit une généralité. Je sais que certains voient comme une tradition de reprendre l'entreprise familiale et si c'est leur voeu le plus cher, j'en suis ravi pour eux. Mais cela ne doit pas devenir une obligation et un poids à porter. Aujourd'hui, nous vivons beaucoup plus longtemps, cela signifie donc que nous travaillons aussi plus longtemps. 40 ou 50 ans dans un métier qu'on n'aime pas, ça doit être un sort bien cruel je trouve. Après je peux comprendre que la pression familiale soit si grande qu'il est difficile de s'y soustraire, mais je trouve ça triste pour les personnes qui y sont contraintes et je souhaite qu'elles trouvent le bonheur ailleurs. Mais je sais que beaucoup ont plus d'ambition que ça et arrivent à réaliser leurs rêves. Ils s'élèvent, que ce soit socialement parlant ou intellectuellement. On n'aspire pas forcément à faire le même métier que nos parents et il est normal de se battre pour faire autre chose. Mais j'imagine que certains abandonnent, baissent les bras, à force d'essuyer des échecs ou à la première difficulté venue. Et j'aime à croire qu'ils arriveront à être heureux, d'une façon ou d'une autre. "Pourquoi avoir arrêté si tu n'étais pas si mauvaise ?" J'ai du mal à comprendre comment on peut se donner du mal pendant 5 ans dans des études aussi difficiles et tout abandonner du jour au lendemain. Pas sans explication en tout cas. Après je peux bien comprendre que finalement ça ne lui plaisait pas, c'est une explication qui pourrait s'entendre, mais est-ce vraiment ça ? Je pense qu'elle l'aurait dit si ça avait été le cas."Ma mère est une infirmière moldue. C'est elle qui m'a donné cette envie. Il faut croire que j'avais ça dans le sang. Du plus loin que remonte ma mémoire, j'ai toujours voulu venir en aide aux gens et les soigner étaient je pense une vocation !" Je ne me souviens pas avoir eu envie de faire autre chose. Pourtant, je n'ai pas vécu avec ma mère bien longtemps, mais il faut croire qu'elle m'a transmise sa passion, d'une façon ou d'une autre et aujourd'hui je ne regrette absolument pas d'avoir choisi cette voie, je suis toujours persuadé que c'était la meilleure chose à faire.

Je bois et mange mes gâteaux, tranquillement installé au bar. Je profite de ce moment de répit avant de retourner à mes obligations. Je sais que plus on avancera dans l'année et moins j'aurai le temps. L'hiver apporte toujours son lot de rhume et de maladies en tout genre, mais je préfère ça que soigner des enfants blessés, à cause de mauvais traitements. Visiblement, je suis en compagnie d'une compatriote. Je lève donc mon verre de lait en son honneur, avant d'en avaler une gorgée ou deux. Non, définitivement, on ne s'est pas croisé, aucun doute à avoir dessus. J'ignore son âge mais je sais que Ula est encore une enfant par rapport à moi. Elle doit avoir tout au plus 23 ou 24 ans, alors que je viens de fêter mes 36 ans il n'y a pas si longtemps que ça. Est-ce que je me sens vieux pour autant ? Non, pas vraiment. Je suis encore une enfant sur beaucoup d'aspects de ma vie et j'espère que cela continuera bien longtemps. Si on doit vraiment être vieux à 36 ans, alors je n'ose pas imaginer à quoi on est censé être comparé à 60 ou 80 ans. Des reliques ? J'imagine que si j'arrive à cet âge aussi avancé, je serais très certainement chanceux. Il faut espérer que si c'est le cas, ce soit avec une santé de fer, sinon je préfère encore largement passer l'arme à gauche bien avant mon déclin ! "Je ne suis pas vieux, c'est toi qui sort à peine de l'adolescence. Je suis sûr que tu as retiré tes couettes il y a peu !" Dis-je en plaisantant. "Ca te manques la vie à Poudlard ?" Lui demandais-je curieux. On ne va pas se mentir, d'une certaine façon ça m'avais manqué un peu. Mais je suis ravi d'y être retourné en tant qu'adulte, plutôt qu'en tant qu'adolescent. Je pense que j'aurai beaucoup moins aimé l'expérience. Mais on ne peut nier que c'est une époque qui me plairait de revivre par moment et il y a beaucoup de gens que j'aimerai revoir aussi !


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey


Blake Lennox
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et avec ça, un verre de lait ? ft. Blake S. Lennox
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Les Commerces
 :: Les Trois Balais
-
Sauter vers: