AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the champions's ballad • ft. anthea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9831-valeska-hansel-o-presentation-100http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9850-valeska-hansel-o-panic-at-the-discohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9851-valeska-hansel-o-famous-last-wordhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9848-valeska-hansel-o-shooting-star#214089http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9849-valeska-hansel-o-mail-express#214090

Arrivé(e) le : 28/06/2018
Parchemins rédigés : 170
Points : 7
Année : 7è année (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Mattheus V. Wenlock

MessageSujet: the champions's ballad • ft. anthea.   Sam 1 Sep - 13:35



the champions's ballad

hansel ϟ anthea .

Et voilà c’est terminé, retour à Poudlard. Je ne sais même pas quoi en penser, ça va être une année tranquille ? C’est ma dernière année au château quand j’y pense, alors autant faire les choses bien. Et pourtant j’ai le sentiment que je n’aurai pas accompli grand chose. Je vais partir avec le sentiment d’avoir raté quelque chose. S’il s’agit de Gretel, j’aurai dû m’en douter oui. C’est le début de l’année, je ne vais quand même pas passer mon temps à regretter si ? C’est bien ce que je pensais. Entre le discours de Londubat, le festin, ma nomination en tant que préfet de la maison Serpentard, les choses s’enchainaient plutôt vite. Déjà, qui aurait cru que je serai préfet ? Je ne me serai pas basé uniquement sur mes notes de cours pour me voir à ce poste.

Les Optimal que j’ai pu avoir lors dèmes BUSEs considéraient donc que j’avais les épaules pour ce poste ? Moi ? Le mec atteint d’une maladie qui peut le rendre instable ? La bonne blague. L’hôpital ne se fout pas de la charité, mais tout de même. Les premiers jours de cours se sont achevés dans le calme le plus complet. Il n’y avait rien à en retirer, de nouvelles informations qui se sont intégrées avec une aisance déconcertante dans mon esprit. Voilà des cours que je saurais évacuer au mot près. Mais je n’allais pas m’en plaindre, si mes résultats me permettaient de m’assurer un avenir, alors je ferai en sorte que cela me serve. S’il s’agit d’un des uniques points positif de cette pathologie, alors qu’il en soit ainsi. Je n’ai encore jamais voulu exploiter ma mémoire autobiographique autrement que de cette façon, comme si songer aux bons souvenirs pouvaient faire apparaitre les mauvais.

Non hors de question de me foutre dans tout ces états maintenant. Le dernier cours a eu lieu ce Vendredi, il comme temps de me rendre à Pré-Au-Lard. Ce n’est pas que la comtesse m’attend, mais je ne tiens pas à arriver en retard sous peine de passer à la guillotine ! Je me suis donc dépêché de me rendre à la salle commune, au moins pour me changer vite fait. C’est sans compter une dispute entre première et troisième année que j’ai dû réguler. Je n’ai pas spécialement eu l’habitude d’avoir de l’autorité, mais au moins je réussissais plus ou moins à m’affirmer et ça c’est cool. Un ricanement aurait pu prendre le contrôle sur cette pensée narcissique, mais je ne l’ai pas explicité au risque de passer pour un gros schyzo… Enfilant un sweat-shirt avec mon nom de famille dans le dos, je remerciais mon oncle pour ce cadeau de noël qui fait un tant soit peu… prétentieux, mais j’aime bien cet aspect. Après tout, je ne suis pas à l’abri de rentrer dans l’équipe de Quidditch, autant m’habituer à ce détail vestimentaire. Un jeans, des basket, et voilà que je sortais.

Ma baguette reposant dans ma poche de jeans, et mes mains plongées dans mon sweat-shirt. Je quitte alors le château pour marcher rapidement vers le village où nous avions rendez-vous. Sifflant un air de chorale qui datait de l’ancien professeur de Sortilèges, dans les années 90, je profite de cette fin d’après-midi pour me changer les idées. Le repas aura lieu plus tard, le temps de passer un bon moment avec Anthea. Et puis le prétexte de cette petite virée visait justement ma nomination en tant que préfet. Bien que j’ai déjà reçu quelques félicitations, je pense que fêter ça avec Anthea pouvait être quelque chose de bien plus agréable et profitable. Arrivant alors à l’entrée du village, il s’agissait là de notre point de rendez-vous.

Ou du moins, j’arrivais à l’entrée du village. Quelques mètres et il me semblait l’apercevoir. Fixant ma montre, j’observais alors un très léger retard s’élevant à dix minutes. Je n’aimais pas spécialement le fait de ne pas être ponctuel. Me dépêchant, je ne souhaitais pas non plus que ces dix minutes nous soient fatales. Parlant à voix basse, mots uniquement destinées à ma personne, je finis par lever la main en l’air pour attirer son attention vers moi.

« Quel boulet je suis... »



best memories
“C'est le propre de la jeunesse de couper les liens, d'ouvrir des chemins nouveaux, de rêver de liberté.”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 230
Points : 14
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: the champions's ballad • ft. anthea.   Sam 1 Sep - 15:44




the champions's ballad



Une bouffée d’air frais, un sentiment de bien-être constant. L’air de Manchester et de l’Irlande m’ont fait un bien fou. Je me suis peut-être éloignée de Poudlard et de ce monde que j’aime tant, mais je me suis rapprochée de ce qui fait l’essence de ma vie. Loin des conflits, loin du danger que représente Poudlard depuis quelques années, je me suis senti en sécurité durant ses deux mois. Et il y a franchement longtemps que ça n’était pas arrivé. J’ai passé mon temps à me demander comment ça se passait pour Cissy, pour sa famille. Je n’étais pas seule d’ailleurs. Maman me posait souvent des questions. "Pourquoi ? Comment ?" Sans oublier les conseils avisés "Vas la voir, excuse toi, brise ta fierté". Maman est restée en contact avec les Breckenridge, contrairement à moi, même lors de la mort du père de Cissy. Je n’ai pas su être à la hauteur. Croyez bien que derrière ce sourie fier et digne, se cache une grande part de culpabilité.

Nous sommes déjà vendredi, les premiers cours de l’année ont déjà eu lieu. Je n’ai rien vu de très passionnant pour l’instant, mais une année de cours c’est comme une machine à vapeur, faut lui laisser le temps de démarrer. Qu’importe car ce soir, je retrouve Hansel dans les rues de Pré-au-lard. Après avoir vagabonder dans les rues de Dublin, c’est le retour à un bon vieux rituel. Enfiler un jean qui me moule comme un gant, mettre un pull léger noir doté de quelques rayures élégantes à deux couleurs, coiffer mes cheveux en chignon défait, et je suis sur le départ. Quitter la cravate bleue, quitter la salle commune qui m’évoque un peu trop madame la préfète, et m’en aller fêter le post de préfet d’un autre.

Hansel est préfet cette année. Bien que je n’en revienne pas, je ne suis pas totalement étonné. Je sais de quoi il est capable, je sais qu’il est plus fort qu’il ne le pense, et je suis donc persuadée qu’il saura gérer tout ça. Il saura gérer sa sœur, les élèves de Serpentard, et sa maladie. Pourtant, je sais que je vais devoir rester à l’affut, présente et derrière lui. Je ne souhaite pas lui montrer que je m’inquièterais toujours pour lui, car je sais qu’il déteste ça, qu’il déteste ce pouvoir que j’ai sur lui, autant qu’il l’aime. Mais je ne le lâcherais pas, encore moins maintenant.

Se donner rendez-vous à l’entrée du village, y aller sans aucune crainte, aucune prétention, juste le plaisir de retrouver le sourire du blondinet. En espérant qu’il l’ai, le sourire. Sur place depuis dix minutes, je peux enfin pouvoir me retourner et l’apercevoir au loin, levant le bras pour me signaler sa présence. Oui merci Hans’, je t’ai vu. Ses pas le rapprochent un peu plus de moi tandis que, bras croisés, j’hausse un sourcil. Je ne lui dirais rien, mais je n’en pense pas moins. Je n’aime pas passer pour une de ses pauvres maniaques, mais je suis du genre ponctuel constant. Je ne comprendrais donc jamais les retards. Bref, ce ne sont que quelques minutes, on s’en fiche, nos esprits sont en fête aujourd’hui. Je reconnais là le sweat qu’il porte, sans même en voir le dos. Une taquinerie trop facile ne peut alors pas s’empêcher de s’évacuer. « T’es si fier que ça préfet ? Faut que tu face valoir ton nom ? » Je sourie à pleine dent, presque trop heureuse de le voir, autant heureuse de mon pique qui n’a pas su attendre. Le laisser passer devant moi, offrir une tape sur son dos, plus précisément sur le nom de Valeska inscrit sur son pull. Puis je me reprends, plus sincère, plus gentille. « En vrai je te félicite Hans’, c’est un bon prétexte pour aller boire un verre après ! » Toujours derrière lui, mes deux mains glissent sur chacune de ses épaules. Serrer mes doigts contre son pull et sa peau tel un bonhomme pote de monsieur, un geste commun en ce qui concerne les relations masculines les plus amicales. Sentir qu'il n'a pas chômé à la salle de sport, pas même après mon départ d'Irlande. Je ne suis pas connu pour être douce et totalement féminine, c’est assumé. Mais en vérité, nous n’avons pas tant besoin de prétexte pour se voir. Disons que cette nomination est une bonne occasion de se donner une raison.



copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9831-valeska-hansel-o-presentation-100http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9850-valeska-hansel-o-panic-at-the-discohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9851-valeska-hansel-o-famous-last-wordhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9848-valeska-hansel-o-shooting-star#214089http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9849-valeska-hansel-o-mail-express#214090

Arrivé(e) le : 28/06/2018
Parchemins rédigés : 170
Points : 7
Année : 7è année (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Mattheus V. Wenlock

MessageSujet: Re: the champions's ballad • ft. anthea.   Mar 11 Sep - 20:46



the champions's ballad

hansel ϟ anthea .

Et si la fierté était une partie intégrante de mon caractère. Si j’aimais bien que l’on prenne conscience du potentiel que j’avais ? Non. Je n’ai jamais pu m’y faire, pourtant je ne souhaitais pas non plus avoir une mauvaise réputation, que l’on me marche librement sur les pieds. Pas de chance, il a fallu que je possède une réputation dite… bancale. Si ces crises n’avaient pas fais de moi un élève plus ou moins instable, il est clair que je mérite mieux. Mais je ne suis pas perçu de cette façon par tout le monde, pour cause, ma popularité qui ne flirte pas avec le vertigineux. Et c’est ce qui ma rassure, le fait de me dire que je ne suis pas quelqu’un ayant une forte notoriété et je ne cours pas après celle-ci.

Et la personne qui comprenait au moins le mieux ma condition, c’étai elle, Anthea. Elle savait que j’avais besoin d’être tiré vers le haut tout en ayant conscience que jeune serai pas un boulet et que chaque fort n’est pas vain. Le chemin et long, raide, et compliqué mais je sais qu’il y aura un résultat. Je l’ignore quand, mais j’ai bon espoir. Il n’y a jamais eu de raisons valables à ce que je laisse tout tomber d’un coup. Arriver en retard ne faisait pas parti de mes intentions, et si le rôle de préfet avait plus des airs de lèche-cul de l’autorité, je pense que je devais me prêter au « jeu » afin de prendre ce rôle un minimum au sérieux. L’an dernier encore, je ne serai même pas intervenu dans cette altercation qui a eu lieu tout à l’heure. Je les aurai adorablement snobé et j’aurai rejoins Anthea sans le moindre problème, sans le moindre retard.

Autrement, c’est une toute autre chose qui s’est produite. J’ai dû stopper ça. Et pour finir j’suis en retard. Putain qu’est-ce que je peux détester ça. Mais elle saura me pardonner, pas vrai ? De ce fait notre premier échange traduisait l’éternelle ironie dont nous aimions faire preuve, sans cesse, la légèreté de nos propos accompagnant dans nos discussions. Le narcissisme ne faisait pas partie de mes traits de caractère mais si je devais m’en vanter dans un contexte comme celui-ci et bien… « Eh j’suis préfet des Serpentard, bien sûr que j’suis fier. Ma course vers la célébrité débute tout simplement, sois indulgente ! » Mais je ne pouvais décemment pas me faire gonfler les chevilles. Elle saura comment le prendre de toute façon. Au fond on pouvait dire que je venais d’upgrade dans le game ? J’avais monté une marche que je ne pensais pas avoir à monter un jour dans cette école.

C’est une grande surprise, mais si cela ne surprend pas trop Anthea et surtout le corps professoral, c’est qu’ils voient en moi des forces que je ne soupçonne pas. C’est ce que je me dis. C’est ce qui me pousse à aller de l’avant sans rejeter la tâche qui m’a été confié. Alors qu’Anthea soit fière de moi, cela me touche. Cela me touche réellement et si ma volonté de lui souhaiter toute la réussite du monde n’en était que très accru, je saurai le lui faire savoir de toute façon. Acquiesçant doucement de la suite à son compliment qui était loin d’être dépassé, je lui répondis sur un ton plus humble tout en lui faisant savoir ce que je pensais de la situation :

« Après, c’est vrai je ne suis passion plus insatisfait du statut. Mais j’me demande juste ce qui les a poussé à me choisir, à part mes notes je ne vois pas ce qui les a poussé à me choisir. C’est tout un délire ce truc j’te jure, moi chargé de faire régner l’ordre ? Vas y c’est même pas crédible ! »

Mes derniers mots sont prononcés sur une note plus élevée vu qu’ils sont accompagnés d’un rire assez prononcé, montrant que malgré tout je ne prenais pas toujours ce poste au sérieux. Je savais que je devais l’être mais ma surprise montrait un autre aspect de cette situation. Respirant profondément, même si je ne la vois pas, c’était d’un regard en coin que je lui délivrai ces quelques mots. Regardant finalement Pré-Au-Lard qui se livrait à nous, je me demandais simplement tout ce que l’on pouvait faire avant de devoir nous rendre au diner dans la Grande Salle. Le plus de choses possibles ! « Bon on avance ? Histoire que t’accouches tout ce que t’as à me dire sur cette semaine ? » J’emboite la marche, dénouant presque à contre coeur son emprise de ses mains sur mes épaules, je la regarde d’un signe de la tête, les lèvres remontées jusqu’aux yeux en plus d’un clin d’œil pour l’inciter à se dépêcher dans sa démarche !

« Il est hors de question qu’on s’barre d’ici sans s’être enfilés quelques biérraubeurres ! »



best memories
“C'est le propre de la jeunesse de couper les liens, d'ouvrir des chemins nouveaux, de rêver de liberté.”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 230
Points : 14
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: the champions's ballad • ft. anthea.   Mar 18 Sep - 11:36




the champions's ballad



Je vais me dispenser de lever les yeux au ciel. Je sais qu'il plaisante, qu'il n'a pas totalement confiance en lui et que ça lui vaut de ne pas complètement prendre son rôle au sérieux. Et c'est confirmé alors qu'il dit ne pas comprendre pourquoi il a été choisi. Hansel n'est pas parfait, loin de là. Pour autant personne ne l'ai, et je sais qu'il saura gérer ça, pas sans défauts. Il va lui falloir un minimum de sérieux. Être préfet, ce n'est pas un jeu d'enfant donné à tout le monde. C'est bien pour ça que je veillerai sur lui, plus encore qu'en temps normal. Discrètement ceci dit, car je sais qu'il détesterait ça. Je ferais encore plus attention à sa belle bouille et à ce qu'elle confrontera. Généralement centrée sur moi-même et mon propre avenir, il est des gens que j'aime et pour qui je me soucie, des exceptions que je ne laisserais tomber pour rien au monde. "Vas y c'est pas crédible" Comment il parle le gugus ? Ouais il ne le prend vraiment-vraiment pas au sérieux en fait. « Ce choix m'étonne pas, moi ! Tu verras, au fil de l'année tu comprendras pourquoi ils l'ont fait ! Après c'est sûre que si même toi tu te prends pas au sérieux, tu seras jamais crédible mon gars. » Sourire en coin sur la fin de ma réplique, savoir que j’ai raison, flatter mais jeter un petit pique rationnel. Je suis pas flatteuse, juste rationnelle. Je manipule pas les gens pour leur bonheur ou le mien, encore moins les gens comme lui. Non, je dis juste ce que je pense.

Il se sépare du contact fort de mes doigts contre ses épaules tendus, et je reprends alors place à côté de lui. Marcher vers le centre-ville, les yeux rivés sur lui et le sweat à son nom alors qu'il m'invite à avancer et à bavarder. Petit clin d’œil digne de lui, aucune réaction digne de moi. Oui Hansel, je te suis, déstresse ! Sentir les quelques rayons de soleil à travers mon pull. L'été est toujours là, on peut le sentir malgré cette petite fraîcheur brutale de Septembre. L'heure de manger approche, mais nous avons clairement le temps de nous pavaner et de terminer cette après-midi avec une bière-au-beurre. C'est même indispensable et Hansel ne manque pas de le rappeler. Qu'est-ce qu'il veut que je dise de ma semaine ? Comme lorsqu'on s'était raconté notre année le premier jour de vacance, le sujet sera davantage écourté. Que sont sept jours comparés à 365 autres ? Sur sept jours, nous sommes capables de nous rappeler de bien plus de choses que sur 365. C'est logique même. Mais je ne sais pas par quoi commencer. Cette semaine était tellement pourrie, que je n'ai même pas envie d'en parler. On marche, se dirigeant vers je ne sais où, en sachant seulement quelle sera notre destination finale. Passer devant la boutique de confiserie Honeydukes, aborder ma semaine de manière brève et clairement expressive des sentiments qu’elle me procure, tout comme le fait d’en parler. « Tu parles de cette première semaine-là ? Celle que j’ai commencé en me rétamant la tronche sur un pauvre idiot exécrable alors que je rentrais dans mon premier cours de l’année ? Celle où j’ai dû me réhabituer à toutes les salles têtes de ma nouvelle classe, la tienne y comprise ? J’adore les cours à Poudlard, tu le sais, mais je préfère quand on parle d'une année entière, c’est moins énervant. » C'est dit avec beaucoup d’agacement, un agacement qui s'estompe sur la fin parce que c'est à lui que je m'adresse. Parce que je lui ai résumé les choses à ma manière, une petite taquinerie glissée en prime. Tout y est, et ça, ce n'est rien que pour lui. En gros : je suis contente d'être revenue, mais les loose de cette semaine sont trop fraîches pour en rire.

En résumé, je suis heureuse d’être revenue à Poudlard, malgré toutes les contraintes et les merdes qui me sont tombées dessus en cette première semaine. En vérité, je suis très heureuse qu’Hansel soit dans ma classe. Ceci dit, ce n’est pas pour autant que je le verrais plus souvent. En cours je suis constamment avec Zach, beaucoup en dehors aussi. Je trouve que je ne vois pas Hansel suffisamment. Même si je lui fais croire que 5 jours pendant le mois d’Août me suffisent pleinement, ça n’est pas du tout le cas. Cette année d’ailleurs, j’étais presque déçue de ne pas rester quelques jours de plus. Cette année, je verrais Hansel encore moins en vue des nombreuses responsabilités dont il sera chargé. Plus encore s’il est pris dans l’équipe de Quidditch. Voilà pourquoi je profite de chaque instants qui me sont donnés avec les gens qui comptent. Celui-ci en fait partie.

« Avant que tu ne me raconte ta semaine toi aussi, y'a un endroit où t'as besoin de passer ? » Ralentir le pas, la tête levée vers un visage que j'ai du supporter de nombreuses heures durant mes vacances. Évoquer un magasin, un shop, ou je ne sais quoi, de ma main qui s'élève et ballait la ville qui nous entoure. Avant que l'on aille plus loin ou qu'on file se rafraîchir la gorge, j'aimerais savoir s'il doit s'arrêter quelque part. Parce que s'il me trouve lente, il devrait savoir qu'il pourrait très vite me perdre dans la ville. Démarche trop rapide ou trop lente, à vous de voir.



copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: the champions's ballad • ft. anthea.   

Revenir en haut Aller en bas
 
the champions's ballad • ft. anthea.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Les Commerces
-
Sauter vers: