AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Année 2023-2024] A sister is both your mirror & your opposite [Judith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10029-hannibal-atlas-srensen-objection-votre-honneurhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10036-hannibal-good-laws-have-their-origins-in-bad-moralshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10037-hannibal-lettres-recommandeeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10038-hannibal-soyez-brefs

Arrivé(e) le : 19/08/2018
Parchemins rédigés : 100
Points : 4
Crédit : Eriam ft. Nick Robinson
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Prrrudence

MessageSujet: [Année 2023-2024] A sister is both your mirror & your opposite [Judith]   Mer 29 Aoû - 9:40


A sister is both your mirror & your opposite
ft. Judith
Le tintement de cloche signifiant l’ouverture de la porte du magasin me tire de ma lecture et je relève la tête pour fixer l’origine du bruit. Un couple de sorciers d’une trentaine d’années vient de pénétrer dans la librairie, apparemment des habitués des lieux. Je rebaisse la tête pour fixer l’ouvrage que j’étais en train de parcourir quelques secondes plus tôt ; les quelques dizaines de pages que j’ai eu le temps de lire m’ont convaincu et je pense l’acheter. Il ne s’agit là que d’un énième traité de justice magique comme j’en ai déjà plusieurs, cependant il aborde des procès que je n’ai pas encore eu l’occasion d’étudier. Il ne sera donc certainement pas trop redondant par rapport à ceux que je possède déjà et me servira grandement pour mes projets futurs ; après tout c’est en s’inspirant du passé et en se basant sur les lois que l’on parvient à ses fins en changeant le futur. Encore une subtilité que mon cher frère Finnbjörn ne semble pas bien comprendre…
J’attends poliment dans un coin de la librairie que le couple de sorciers ait fini de monopoliser le marchand avant de m’avancer pour payer mon achat. Fort heureusement cette boutique se trouve dans un coin de Londres pratiquement seulement fréquenté par des gens de mon rang, et cela me satisfait. Je sais donner le change mais je préfère quand même me retrouver en compagnie de sang-purs et de sorciers dignes d’intérêt plutôt que ces sagouins de sang-mêlés, ou pire encore ! La rentrée approche à grand pas et avec elle le retour à Poudlard où je me retrouverai obligé de côtoyer à nouveau tous ces sang-de-bourbes et autres traitres à leur sang pendant les cours et mon temps libre… Je commence à avoir l’habitude depuis cinq ans passés dans cette école de mon petit jeu permanent et mes techniques de charme pour me mettre les autres dans la poche, mais même si cela semble facile je dois quand même prendre sur moi. La seule motivation qui me permet de tenir, c’est de savoir qu’un jour prochain lorsque j’aurai terminé mes études et que je me serai hissé à une place importante au Département de la Justice Magique, toutes mes recherches et toutes les relations que j’aurai préalablement tissées me permettront de changer le monde petit à petit. À ce moment là, il ne sera plus question pour les autres de côtoyer la bassesse de la société sorcière, et tout se fera sans la moindre violence. Il suffit de voir ce que ça a donné avec la présence de Blackman il y a deux ans… Une véritable catastrophe, rien que d’y penser me fait grincer des dents !
C’est enfin à moi de payer et je tends un Gallion et quelques Mornilles au libraire qui s’empresse de m’encaisser. Il adopte un ton paternel pour lancer la discussion et je lui offre un sourire poli et que j’espère chaleureux. Je n’aime pas trop sa façon de m’infantiliser, après tout je vais bientôt avoir dix-sept ans et je suis bien loin d’être un enfant mais il me met toujours de côté les livres susceptibles de m’intéresser, donc cela mérite bien quelques efforts de ma part.
 
« Bientôt la rentrée, mon garçon ? Comment va ton grand-père ? Ça fait un moment que je ne l’ai pas vu ! »
 
Tout en me questionnant il se charge de me rendre la monnaie et d’emballer mon livre comme s’il s’agissait d’un présent. Même si cela est inutile puisque je le déballerai aussitôt rentrer à la maison, j’apprécie le geste. Je sais qu’il ne fait pas ça avec tout le monde et j’aime me sentir privilégié.
 
« Trrrès bien merrrci, répondis-je en attrapant le paquet qu’il me tendait, il est plutôt occupé en ce moment mais je pense qu’il passerrra d’ici la fin de l’été, comme à ses habitudes. »
 
L’employé hoche la tête et me transmet des salutations à faire passer à Grand-Père. J’hoche poliment la tête et lui rend son salut avant de quitter les lieux, mon paquet sous le bras et resserrant ma cape de sorcier autant de moi. L’air s’est grandement rafraichi à Londres et je dois admettre avoir fini par m’habituer aux températures estivales françaises lors du voyage à Beauxbâtons. À Londres le ciel est gris et le vent sec malgré la saison et je me hâte de m’engouffrer dans la ruelle la plus proche, déterminé à ne pas perdre trop de temps. Je n’ai pas envie de rentrer tout de suite à Notting Hill et j’ai encore un peu de temps devant moi, assez pour aller déguster un bon hydromel. Un sourire satisfait s’étire sur mon visage tandis que je prends la direction du café où Grand-Père a l’habitude de nous emmener pour bruncher de temps à autre en compagnie de certains de ses amis. C’est un endroit sûr et peuplé uniquement de sorciers de nobles familles, d’ailleurs l’entrée n’est pas connue de tous et il est donc impossible de s’y retrouver nez-à-nez avec un malotru. Il m’arrive souvent de m’y rendre pour rencontrer quelques personnes en dehors des réunions de Grand-Père pour discuter de choses et d’autres et je me sens presque aussi bien que dans le grand appartement de Notting Hill pour réfléchir.
Après m’être engouffré dans la rue où se trouve le fameux café, je me retrouve devant une borne à incendie un peu particulière. Je jette rapidement un coup d’œil à gauche puis à droite avant de sortir ma baguette d’ajonc ; je frappe ensuite deux fois le haut de la borne, attends quelques secondes puis donne un troisième coup sur le mur de la ruelle cette fois-ci. En quelques secondes, la porte du café apparaît devant moi et je me dépêche de m’y engouffrer. La chaleur des lieux me surprend et je me hâte d’ôter ma cape qu’un elfe de maison s’empresse d’aller ranger dans un coin après s’être incliné bien bas à mon arrivé. Je parcours la pièce des yeux afin de chercher une tête connue et mon regard s’accroche lorsque je reconnais l’une des silhouettes attablées dans le fond de la salle. En quelques enjambées j’ai rejoins sa table et j’offre un sourire à la sorcière assise en face de moi.
 
« Judith, je ne pensais pas te trrrouver ici. »
 
En effet c’était bien l’un des derniers lieux où j’imagine ma sœur aller, comme quoi je ne sais pas grand chose d’elle au final. Il va falloir y remédier d’ailleurs, tout comme pour Finnbjörn et Erin avant elle il va bien falloir que je vérifie ses habitudes et ses relations de façon un peu plus poussée. Le fait qu’elle soit à Serdaigle me permet déjà de garder un œil sur elle au sein de notre salle commune mais ce n’est pas suffisant. La racaille pullule à Poudlard et Judith est encore jeune, hors de question qu’elle se laisse influencer.
 
« Que lis-tu de beau ? lui demande-je en jetant un coup d’œil à la couverture de son livre, tu es venue seule ? »
 
Beaucoup de questions en peu de temps, il faut que je la laisse souffler. Fort heureusement un serveur s’est approché de notre table afin de prendre ma commande et cela laisse donc à ma sœur un moment de répit. Je souris à l’employé qui me reconnaît et ne regarde même pas la carte avant de répondre.
 
« Un hydrrromel, s’il-vous-plaît, dis-je avec un sourire franc avant de me retourner vers Judith, et pourrr toi ? »
 
La tasse de je-ne-sais-quoi qui se trouve devant elle est vide alors autant recommander quelque chose. C’est toujours plus agréable de boire en bonne compagnie.

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10013-judith-valentina-srensen-la-quatrieme#216749http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10022-judith-stuck-in-the-middle#216989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10023-judith-paper-words#216993http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10024-judith-be-quick

Arrivé(e) le : 06/08/2018
Parchemins rédigés : 74
Points : 5
Crédit : Bazzart (ft. Mackenzie Foy)
Année : 2e année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Bonnie Elsing

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] A sister is both your mirror & your opposite [Judith]   Mar 18 Sep - 21:59


A sister is both your mirror & your opposite
Hannibal & Judith

« Rencontre au sommet »

Fin août, déjà. Nous étions rentrés à Notting Hill depuis plus d’une semaine déjà et la rentrée approchait. De nouveau il nous faudrait côtoyer tous ces sangs-de-bourbe indignes d’étudier au même endroit que les enfants de bonnes familles. Je frémissais rien qu’à l’idée. Profitant des quinze derniers jours que j’allais passer avec ma grand-mère, je restais la plupart de mon temps à étudier sous sa tutelle. Les notes que j’avais rapportées de France étaient venues enrichir mes recherches mais l’archivage était une tâche longue et fastidieuse. Il fallait sans cesse les comparer à ce que nous connaissions déjà, ouvrir de lourds ouvrages pour vérifier une information et puis finalement, tout consigner sur des parchemins. Mon aïeule me guidait, complétait au besoin mes connaissances et m’engageait à aller toujours plus loin. Ce travail de longue haleine était tout à la fois fascinant et passionnant mais me laissait peu de temps libre. L’oisiveté n’était de toute façon pas ma tasse de thé et je ne voyais pas comment occuper les heures que je ne passais pas pliée en deux à mon bureau.

En me levant ce matin-là, je n’avais pas imaginé une seule seconde que ma routine puisse être modifiée. Très matinale, comme toujours, je m’étais assise pour terminer la lecture d’un manuel particulièrement intéressant élaborant une typologie assez poussée des différents types de poisons et de leurs effets. L’entrée en matière pouvait sembler barbare à un quelconque néophyte mais j’avais tout de suite su que cet ouvrage allait faire partie des incontournables de ma bibliothèque. Absorbée par toutes ces informations, je ne vis par le temps filer. C’était un moment propice à l’étude : l’appartement était alors totalement silencieux et je n’étais pas dérangée par les bruits extérieurs qui parasitaient le paysage sonore de cette ville. Ce n’est que lorsque l’horloge familiale sonna finalement sept heures que je refermai le livre pour rejoindre la salle à manger. La lumière du soleil commençait à s’engouffrer timidement à travers les persiennes baissées. Les elfes de maison qui bavardaient innocemment derrière la porte se turent en me voyant entrer. Ils savaient pourtant que leurs babillages enfantins m’importunaient rarement : j’avais un don certain pour faire abstraction de mon environnement. Talent qui révélait bien utile à Poudlard, évidemment, mais aussi lors des réunions fastidieuses imposées par mes aïeuls. Fort heureusement, je ne semblais toujours pas avoir éveillé l’intérêt de notre grand-père et celui-ci se souciait peu que ma présence soit simplement physique. Je pris place au bout de la longue table de bois massif et sans que j’eus besoin d’émettre un son, les domestiques s’exécutèrent. Alors que l’un d’entre eux déposait une tasse de café au lait devant moi, Drobonieva pénétra dans la pièce, vêtue d’une cape de voyage qui annonçait un départ imminent. Je levai des yeux interrogateurs vers elle : avais-je oublié quelque chose ? Devinant la question implicitement posée, elle hocha la tête. « Non, tu ne viens pas avec moi. J’ai à faire et je ne rentrerai pas avant ce soir. Ta journée est libre, sors donc un peu de cette chambre et change-toi les idées. » Je grimaçai. Me changer les idées ? C’était une idée des plus saugrenues. Il en était tout simplement hors de question. Faisant mine d’acquiescer, je me promis de retourner à mon travail aussitôt qu’elle serait partie. « Je te connais Judith. Les elfes de maison ont reçu l’ordre de ne pas te laisser approcher du bureau aujourd’hui. Trouve un autre moyen de t’occuper : l’ennui est bon pour l’esprit. » Je serrai les dents. Cette journée était gâchée. Je ne rattraperai jamais le temps perdu à ne rien faire. Mais je savais pertinemment que ma grand-mère était intraitable et qu’il n’était tout simplement pas envisageable de négocier. Il ne me restait plus qu’à chercher une faille dans la consigne de mon aïeule.

Sans surprise, je n’en trouvai aucune. Après avoir erré comme une âme en peine pendant plusieurs heures, je me décidai finalement à sortir. En me rendant dans ma chambre pour prendre mon sac, je remarquai le lourd volume refermé qui trônait toujours sur ma table de chevet. Je jubilais. Pour une fois, je me félicitai de ne pas l’avoir remis à sa place. Je le glissai subrepticement dans la besace avant de prendre la poudre d’escampette, fière de ma petite entourloupe. Il me fallait désormais débusquer un endroit calme où personne ne se soucierait de mes lectures. Sans réfléchir je pris la direction du café où nous avions l’habitude de prendre un brunch en famille quand l’heure était à la fête. Le petit rituel de passage accompli, je me retrouvai donc dans ce lieu chaleureux où aucun moldu, ou autre parasite de cet acabit, ne viendrait me déranger. Choisissant une table éloignée de l’entrée mais bien éclairée, je sortis le livre, une plume et un peu d’encre, bien décidée à profiter de mon soi-disant temps libre. Ma tasse de café était vide depuis longtemps lorsqu’un sorcier franchit le seuil de la porte. Je me tassai dans mon siège : ma tranquillité était terminée. Tout à son aise, Hannibal s’assit dans le fauteuil en face du mien. « Un autrrre café s’il vous plait. » Et l’interrogatoire commença. D’un geste de la main, je poussai l’ouvrage vers lui, l’inclinant pour qu’il parvienne à lire le titre. J’ignorais si cela lui parlait. Peut-être même que cela n’avait aucun intérêt à ses yeux. Cela m’était égal : je ne s’attendais pas à ce que mes frères ou ma sœur puissent comprendre une chose aussi subtile que l’art des potions. « Effectivement, je suis venue seule. » J’étais disposée à lui donner les réponses qu’il attendait. Dans la mesure où il ne se montrait pas trop intrusif. En retrait, bien adossée contre mon siège, je l’observais. Il avait déposé devant lui un paquet de kraft joliment ficelé d’un gabarit proche de celui d’un livre, ce qu’il contenait assurément. « De quoi s’agit-il ? » Dis-je en montrant le colis d’un geste de la tête. Il n’y avait aucune raison que je me contente de répondre aux questions. Le toisant d’un air neutre, j’essayais d’imaginer ce à quoi il pouvait bien penser. Mais l’esprit de mon frère me restait pour l’instant hermétique. Preuve s’il en est, que nous n’étions pas si proches. Un elfe s’était approché discrètement et sans ouvrir la bouche, déposa le verre et la tasse devant eux avant de s’éclipser sans s’attarder. Sans quitter Hannibal des yeux, je remuai mon café machinalement. Que voulait-il ?

(c) DΛNDELION


Dernière édition par Judith V. Sørensen le Mar 6 Nov - 18:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10029-hannibal-atlas-srensen-objection-votre-honneurhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10036-hannibal-good-laws-have-their-origins-in-bad-moralshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10037-hannibal-lettres-recommandeeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10038-hannibal-soyez-brefs

Arrivé(e) le : 19/08/2018
Parchemins rédigés : 100
Points : 4
Crédit : Eriam ft. Nick Robinson
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Prrrudence

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] A sister is both your mirror & your opposite [Judith]   Mer 19 Sep - 13:38


A sister is both your mirror & your opposite
ft. Judith
L’ambiance dans le café est plutôt tamisée et d’un bref coup d’œil je parcours la pièce tandis que le serveur s’éloigne avec nos commandes. Il n’y a pas beaucoup d’autres clients et les conversations sont bien trop basses pour entendre quoique ce soit. Depuis le temps que je côtoie cet endroit, je suis presque certain que le gérant jette un sortilège d’Assurdiato sur toutes ses tables afin de garantir la discrétion optimale à ses clients. Même en temps l’oreille il m’a toujours été impossible d’entendre les discussions des autres sorciers, même ceux aux tables les plus proches. Dans le fond il s’agit de quelque chose de plutôt prévenant, cependant cela présente aussi le désavantage de légèrement contrarier les gens comme moi qui aiment laisser traîner leurs oreilles afin d’apprendre des choses… 
Je reporte mon attention sur Judith et sur l’ouvrage qu’elle était en train de lire peu avant mon arrivée. Encore un énorme grimoire de potions dans lequel Grand-Mère et elle adorent se plonger… J’hausse un sourcil admiratif ; je dois admettre sans aucune honte que je ne possède pas un tiers du talent de ma sœur concernant les potions et que je me perdrai sûrement en quelques secondes de lecture. Je me suis débrouillé pour valider mes BUSEs avec des notes plutôt correctes concernant cette matière, mais j’ai préféré la laisser de côté pour la suite. La famille Sørensen possède déjà son prodige en la matière, inutile d’essayer de rivaliser. Autant me concentrer sur des choses que je maîtrise bien mieux et surtout qui pourraient nous servir à l’avenir. Je ne doute pas un instant que l’avenir de Judith sera prometteur, Grand-Mère ne l’a pas prise sous son aile pour rien il y a de cela des années. Pendant longtemps sa position de cadette a plutôt joué en sa défaveur et elle s’est retrouvée délaissée, cependant depuis un petit moment désormais son potentiel se développe de façon plutôt exponentielle.
 
« Intérrressant, dis-je en parcourant l’ouvrage du regard, les poisons, choix astucieux. »
 
Je n’en dis pas plus et repousse le manuel en sa direction. Je me demande pourquoi elle a choisi de venir étudier ici plutôt qu’à Notting Hill mais je me garde de lui poser la question. Ce n’est pas une information très pertinente ou utile à obtenir et je préfère ne pas la braquer avec des questions superflues. Sans doute a-t-elle à faire sur Londres par la suite, ou bien Grand-Mère l’a chargé de la retrouver plus tard pour renouveler son stock d’ingrédients. Ou peut-être même qu’elle est supposée retrouver Finnbjörn ou Erin ? À cette pensée mes lèvres s’étirent en un pâle sourire ; si je peux bien être certain d’une chose concernant ma sœur cadette, c’est qu’elle n’est pas du genre à retrouver Erin en tête-à-tête pour une après-midi entre filles.
C’est au tour de Judith de me poser une question à propos du paquet proprement emballé que j’ai posé sur la table. Afin de répondre à ses interrogations, j’ouvre nonchalamment mon paquetage afin de lui tendre l’ouvrage. Sur la couverture pourpre l’on peut lire en lettres d’or incrustées Le Magenmagot : de sa création à son rattachement au Ministère de la Magie. Je n’ai pas beaucoup d’ouvrages traitant de cette période du seizième siècle où ce tribunal magique existait sans l’appui du Ministère – qui je vous le rappelle n’a été créé qu’en 1707 – et je pense pouvoir en tirer des informations plutôt intéressantes. Après tout, peu de sorciers s’intéressent à la création du système judiciaire magique, et encore moins lorsque cela remonte à avant l’existence même d’une quelconque forme d’autorité nationale, ce qui explique pourquoi il m’est plutôt compliqué de trouver des livres traitant de cette période bien précise. Or je pense que la majorité des problèmes que nous rencontrons actuellement viennent de l’affaiblissement au cours du temps de ce-dit système juridictionnel, il m’est donc indispensable d’en savoir le plus possible à propos de sa mise en place et des divers procès dont il a été question depuis.
Je ne bronche pas tandis qu’un des elfes domestiques nous apporte nos boissons respectives avant de disparaître rapidement en prenant soin de faire disparaître la tasse déjà utilisée de ma sœur. J’attrape le verre d’hydromel et le lève en direction de Judith, comme pour trinquer avec son café. Certes, sa boisson ne s’y prête guère mais c’est avant tout pour la symbolique du geste.
 
« À cette nouvelle année qui s’annonce ! » dis-je avec un petit sourire.
 
Je porte ensuite l’hydromel à mes lèvres pour le goûter et c’est avec plaisir que je laisse le goût du liquide ambré s’immiscer dans ma bouche et titiller mes papilles. Je ne suis pas particulièrement enthousiaste à propos de la rentrée cependant je me rends à Poudlard avec une volonté bien meilleure que notre frère. J’ai appris à tirer profit de toutes les situations au fil du temps et le réseau que je me suis constitué au sein de l’école est suffisant pour me garantir encore deux années sans problème ni ennui. Bien entendu, le fait de devoir côtoyer tous ces roturiers est plutôt dérangeant mais il faut bien faire avec pour le moment et passer au-dessus de cet aspect plus que déplaisant. Si je sais que Finnbjörn et Erin ne sont pas forcément ravis de retourner au collège, je me demande bien ce qu’en pense Judith. Encore une preuve de mon ignorance à son sujet.
 
« Alorrrs, est-ce que tu as hâte de rrretrrrouver Poudlarrrd ? lui demandé-je en reposant mon verre sur la table, as-tu des objectifs pourrr cette année ? »
 
Je me doute qu’elle doit avoir hâte d’échapper à l’ambiance un peu trop protocolaire et sérieuse qu’il règne à Notting Hill en ce moment, avec les préparations de Grand-Père concernant le congrès de sorcellerie de Salzburg. D’un autre côté cette attention de notre aïeul concentréd sur ce sommet et sur Erin permet à Judith d’évoluer dans son coin sans qu’elle n’attire trop l’attention sur elle ce qui a toujours été son genre.

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10013-judith-valentina-srensen-la-quatrieme#216749http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10022-judith-stuck-in-the-middle#216989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10023-judith-paper-words#216993http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10024-judith-be-quick

Arrivé(e) le : 06/08/2018
Parchemins rédigés : 74
Points : 5
Crédit : Bazzart (ft. Mackenzie Foy)
Année : 2e année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Bonnie Elsing

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] A sister is both your mirror & your opposite [Judith]   Mar 6 Nov - 20:06


A sister is both your mirror & your opposite
Hannibal & Judith

« Rencontre au sommet »


J’ignorais les raisons qui poussaient mon aîné à s’intéresser à mes lectures et mes passe-temps. Jusqu’ici, il s’était montré plutôt distant. A son départ pour Londres il y a six ans, je n’étais alors qu’une petite fille de cinq ans et il était certain que notre écart d’âge ne nous rapprochait pas. J’étais alors dépourvue d’intérêt pour mon frère et pour ainsi dire, pour l’ensemble des membres de ma famille. Cela n’était plus tout à fait vrai aujourd’hui : ma grand-mère avait éveillé la curiosité des uns et des autres et Hannibal n’avait pas fait exception à la règle. Seul notre grand-père demeurait de marbre, les yeux implacablement rivés sur le reste de la fratrie. Et je ne m’en plaignais pas outre mesure : qu’ils gardent les lauriers car il y a bien d’autres manières de savourer la victoire. Toujours droite comme un i, je continuais d’observer mon frère avec calme. Je ne le connaissais peut-être pas très bien mais son allure semblait soigneusement étudiée : il paraissait à la fois faussement nonchalant et sûr de lui et je lui trouvais un charisme qu’il n’existait chez aucun autre Sørensen, mis à part notre grand-père bien entendu. « Intérrressant, les poisons, choix astucieux. » Impossible de dire si son intérêt était réel ou s’il faisait simplement la conversation mais il s’il existait bien un sujet sur lequel je pouvais m’étendre pendant des heures, c’était bien celui-ci. Malheureusement, cela ne semblait pas le fasciner plus que cela car il ne me posa aucune question en ce sens. Je me contentai d’acquiescer sans m’étendre davantage. « Et d’une discrrrétion qui me convient. » Finalement cela me ressemblait assez en effet et il ne fallait pas chercher bien loin les raisons de ma passion pour ce domaine.

C’était à son tour à présent de me dévoiler le contenu de ses lectures. Je ne fus pas surprise par le titre de l’ouvrage et je ne voyais pas tellement la différence entre celui-ci et la centaine de traités divers qui encombraient ses étagères. Du haut de ses dix-sept, il était certainement plus au fait que moi de ces choses-là : la politique ne m’intéressait pas vraiment. Je ne délaissai pas pour autant ma culture et l’histoire en faisait partie. Après tout, sa passion n’était pas plus absurde que la mienne : nous avions au moins cela en commun. Il ne me fut toutefois pas facile de trouver quelque chose à dire : difficile de s’intéresser honnêtement aux origines du Magenmagot. D’autant que connaissant Hannibal, ce n’était certainement un de ces ouvrages concis et généraux. « Que trrrouves-tu là dedans qui te soit utile ? » Sa logique personnelle m’intéressait davantage que le contenu : que pensait-il réellement derrière ce masque hypocrite ? Pas certaine que je parvienne un jour à le savoir.

Le café était particulièrement silencieux et aucun bruit ne nous parvenait. C’était un peu étrange car nous n’étions pas les seuls clients mais cela conférait aux lieux une sérénité agréable. Nous pouvions converser à notre aise sans prêter attention à nos voisins. « À cette nouvelle année qui s’annonce ! » Son enthousiasme était étonnant. Je ne m’étais pas attendu à ce qu’Hannibal apprécie davantage Poudlard que les jumeaux. Mais il est vrai qu’il n’avait jamais montré le même dégoût à l’égard du château écossais. Je haussai les sourcils mais levais cependant ma tasse, amusée. Bien entendu, ce toast improvisé n’était pas désintéressé. As-tu des objectifs pourrr cette année ? Voilà qui ressemblait davantage à mon frère : connaître les gens, cela faisait très certainement partie du secret de son charisme. Mais à quoi bon s’encombrer de tout ce baratin entre nous ? J’aimais la franchise, l’honnêteté et je n’appréciais pas que l’on me mène en bateau. Si Hannibal se montrait trop retord, je couperai court à la conversation et me replongerai dans mon livre. Je buvais mon café à petite gorgée en l’écoutant. Là ou ailleurrrs, une école en vaut une autrrre si on s’en donne la peine. Bien entendu, il y avait des points à améliorer : la sélection n’était pas rigoureuse tant dans le corps enseignant que parmi les élèves. Poudlard cultivait la médiocrité dans laquelle certains semblaient se complaire. Il me fallait compenser avec acharnement. « Enfin, tout est perrrfectible. » Je disais cela sans arrière pensée, j’ignorais ce que pensait mon aîné de la situation. En dehors des repas de famille, nous n’avions jamais évoqué le sujet en privé et je ne me l’étais jamais demandé. Les positions de Finnbjörn et d’Erin étaient nettement plus facilement à deviner et pour ma part je préférai ne pas prendre parti ouvertement. Bien entendu. Sans objectif, on ne progrrresse guèrrre. Et je compte bien profiter de mes années d’études. J’ignorais si la réponse lui suffirait, probablement pas. Peut-être était-ce que voulait ma grand-mère en me privant de ma journée de travail assidu ? Que je passe du temps avec ma famille ? Créer des liens… Elle ne cessait de me rabattre les oreilles avec cette idée fixe : je n’étais pas si associable…   « Et toi, que comptes-tu fairrre aprrrès tes BUSEs ? As-tu pu conserrrver les matièrrres que tu souhaitais ? » Le projet final, nous le connaissions tous : le magenmagot. Il ne cachait pas son ambition et je savais qu’il était prêt à tout pour parvenir à ses fins. Encore un point commun…

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] A sister is both your mirror & your opposite [Judith]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Année 2023-2024] A sister is both your mirror & your opposite [Judith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Londres :: 
Dans Londres Sorcier
-
Sauter vers: