AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 56
Points : 21
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Not Yet ♡

MessageSujet: The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]   Jeu 9 Aoû - 18:33


The Seer & the Kitten



10 heures moins vingt.

- Je vous ressers un autre café, mademoiselle ?

Je hoche la tête sans lever les yeux de mon bouquin. Voilà une demi-heure que je suis plongée dans mon exemplaire du Traité supérieur de traduction des runes, avec pour principal soutien une tasse de café fumante. Le serveur me ressert et disparaît de la périphérie de mon champ de vision. A côté de mon expresso, un gâteau à peine entamé fait la gueule.
J’ai plus ou moins promis à Hansel et papa de faire des efforts pour manger, mais je n’ai pas précisé à quel rythme. En commandant le cupcake au chocolat, je ne m’attendais pas à bloquer si vite.

Peu importe.
Je profite de la terrasse sous le soleil londonien, et c’est un vrai plaisir. J’ai volontairement choisi une heure matinale pour donner rendez-vous à Brooklyn, histoire de lui épargner l’habituelle foule qui remplit le Chemin de Traverse. De toute façon, à cette période d’Août, la plupart des sorciers ont déserté Londres pour des destinations plus ensoleillées ou exotiques. La terrasse du café est quasi-vide malgré le soleil matinal, et la plupart des boutiques ont ouvert depuis peu.
Je sors le nez de mon bouquin pour regarder autour de moi. Je suis arrivée tard la veille, par le réseau magique des cheminées. Ce n’est pas ma première fois à Londres, mais je connais très mal cette ville, pour y avoir passé à peine une poignée de jours chaque année avant le départ pour Poudlard. Au moins, je suis familière avec le Chemin de Traverse, même si ça ne m’a pas empêché de faire une liste des boutiques par lesquelles je voulais passer.

Je n’ai pas vraiment prévenu Brooklyn que j’avais prévu de faire des achats. Tout juste lui avais-je donné rendez-vous ici par un hibou envoyé en express avant-hier.
Je revis ma liste rapidement. Fleury & Bott, bien sûr, Madame Guipure, l’apothicaire, le magasin d’accessoires de Quidditch et enfin… L’animalerie. Depuis notre première année à Poudlard, j’étais l’une des très rares élèves à ne pas avoir d’animal. Même Brooklyn avait son corbeau. A l’époque, cela ne m’avait pas paru d’un grand intérêt. J’étais surtout intéressée par mes études, à essayer de rattraper l’excellence de mon frère. En outre, je n’avais jamais été attirée par les bestioles. Les cours de soins aux créatures magiques avaient été un calvaire pour la plupart, et c’était une des matières où je me fichais d’avoir des bonnes notes.
Mais j’ai toujours adoré Beerus. Nous nous sommes mutuellement apprivoisés avec le temps et, mine de rien, j’ai commencé à apprécier nos siestes communes dans le salon familial. Pendant longtemps, Hansel avait été très possessif avec son chat, ronchonnant quand je le kidnappais pour jouer avec. Mais dernièrement, il ne me faisait plus de remarque sur rien, et j’avais pu profiter à loisir de son matou. Au point de vouloir en avoir un à moi.

Je m’étire un coup, et tous mes muscles protestent pour avoir gardé la même position depuis vingt bonnes minutes. Puis, je me résous à mordre une nouvelle fois dans ce fichu gâteau. Bon sang, heureusement qu’il y a le chocolat. Après tout ce qui s’est passé, c’est dingue comme un truc aussi simple me fasse encore autant de bien.
Je suis droguée au chocolat depuis toute petite, et manifestement, ce n’est pas près de changer. Papa a littéralement blindé un placard entier de toutes sortes de cochonneries au chocolat pour moi, en constatant que je ne me nourrissais quasiment plus que de ça, alors que mon dernier vrai repas remonte à des lustres.

- Reducio.

Lassée des Runes, je rangeai mon exemplaire miniaturisé dans mon sac, et profitais de mon café. En attendant Brooklyn, j’ai tout le loisir d’observer les passants. Après avoir passé un mois entier dans le Dublin « moldu », il me fait bizarre de croiser des tas de sorciers en robes. Je n’ai même pas pensé à en mettre une aussi en descendant de ma chambre prise au Chaudron Baveur.
Je n’aime pas spécialement les tenues de sorciers de toute façon. L’habitude, sûrement. J’avais donc mis ma jupe et un chemisier sans trop y réfléchir, une tenue moldue commune. Mais je ne dénotais pas spécialement, étant comme toujours habillée en noir et blanc. Les rares touches de couleur que je pouvais porter venaient de notre maison commune.

Je commençais à avoir hâte que Brooklyn arrive. J’avais exprès choisi l’une des seules tables en partie à l’ombre, et posé mes pieds sur l’autre chaise libre de façon ostentatoire.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2674
Points : 15
Crédit : anesidora & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]   Ven 10 Aoû - 14:26

Brooklyn & Gretel

The Seer & the Kitten


Aujourd'hui, je dois allé à Londres rejoindre Gretel pour passer la journée avec elle. Mes parents n'étaient pas chaud pour me laisser partir, autant être honnête, mais je ne leur ai pas réellement laissé le choix. On a eu une longue discussion, histoire de mettre les choses au clair et ils ont fini par accepter que je parte. J'ai évité de peu de devoir faire du babysitting avec l'une de mes soeurs, une chance. En vrai, ça aurait été plutôt elle qui m'aurait chaperonné plutôt que l'inverse mais ne jouons pas sur les mots. C'est Chris qui m'a accompagné à la gare d'Oxford, pour que je prenne le train pour Londres. Si ça n'avait tenu qu'à lui, il aurait annulé tous ses rendez-vous pour m'accompagner à Londres, mais il était hors de question qu'il me suive à la trace, sous prétexte qu'il a peur que je fasse une fugue. Au fond, je ne leur en veux pas de s'inquiéter pour moi, mais ça me gonfle un peu aussi. Vont-ils vraiment passé leur vie à s'inquiéter pour moi ? Ce n'est pas une vie, ni pour eux, ni pour moi. Il va falloir arriver un moment où ils vont devoir couper le cordon, mais pour des parents qui ont 11 gosses à leur charge, c'est beaucoup trop leur demandé. Je sais que je suis un gamin spécial et qu'ils se sentent dans le devoir de me rendre heureux, mais je crois qu'ils n'ont pas conscience qu'ils m'ont sauvé et que la vie qu'ils m'offrent n'est certes pas parfaite, mais je n'aurai jamais pu rêver mieux. Je suis conscient qu'ils vont passer leur vie à se faire du soucis pour moi, autant parce que la vie n'a jamais été facile pour moi et qu'il faut que quelqu'un prenne soin de moi que parce que je suis un vrai chat noir et que quand on pense que tout va pour le mieux, une couille arrive. J'ai la sensation qu'à chaque fois que je remonte la pente et que je me dis naïvement que je m'en suis peut-être enfin sorti et que tout va aller pour le mieux, une couille survient et me plonge de nouveau dans les limbes du désespoir. Mais peut-être qu'il faut qu'on se résout à comprendre que tout le monde n'est pas fait pour être heureux et que je fais malheureusement parti de cette catégorie...

"Ca va aller tu sais. J'vais juste passer ma journée à Londres avec des amis et je reviens ce soir ... J'te le promets !" Rajoutais-je à mon père, pour essayer de le rassurer. Je l'ai regardé droit dans les yeux pour lui dire ces quelques mots, afin qu'ils prennent conscience que je suis sincère. Je ne ferais pas de fugue, même si parfois j'y pense. Je vais vraiment revenir, même si Oxford est devenue une ville étouffante et que l'idée de mettre un pied dehors me crée des angoisses. Je vais revenir. Pour eux. Parce que je leur ai promis et que je ne reviens jamais sur mes promesses. Parce que la seule promesse que je n'ai pas tenu me ronge encore aujourd'hui. Il voudrait me prendre dans ses bras, afin de se rassurer, comme n'importe quelle personne normale. Mais moi je ne suis pas une personne normale et les contacts physiques me créent des angoisses. Alors il se contente d'une légère tape sur l'épaule, d'un geste hésitant, de peur de me voir fuir à jamais ou de me voir le rejeter. J'ai pris sur moi pour ne pas esquisser de mouvement de recule, je lui dois bien ça, même si ça me coûte vraiment. Je finis par monter dans le train et je le regarde attendre sur le quai de la gare. Paye ta confiance ! A-t-il peur qu'en ayant le dos tourné, je sorte du train pour faire mes valises ? Je ne dis pas que ça ne serait pas possible, mais autant aller à Londres pour ça, non ? Enfin en tout cas mon but est bien de rejoindre Gretel, pas de prendre la poudre d'escampette. Le trajet ne fut pas très long et j'arrivais finalement à King's Cross. Je passais devant le portail qui mène au quai 9 3/4 et je le dépassais rapidement. Je n'ai aucune envie de retourner à Poudlard, même si je n'éprouve plus réellement d'envie de rejoindre Oxford. Va-t-il y avoir un lieu, quelque part dans le monde, où je vais me sentir encore à ma place ? Je me le demande. Je ne prends pas l'option métro pour rejoindre plus rapidement Gret'. Je l'aime bien mais j'ai envie de la voir mais il ne faut pas déconner non plus. Hors de question que de parfaits inconnus me touchent, je préfère marcher.

On s'est donné rendez-vous sur le chemin de traverse. J'ignore quand elle est arrivée mais je lui ai dit que j'arriverai dans la matinée, autour des 10h30. Je ne savais pas trop combien de temps ça allait me prendre entre la gare et le Chemin de Traverse alors je n'ai pas été précis dans les horaires. Je finis par rejoindre le lieu de rendez-vous et je mis quelques instants pour la repérer, larvant avec son livre à une table à la terrasse d'un café. Je la vois réduire son livre pour le ranger, il était temps que j'arrive visiblement. "Tes parents ne t'ont pas dit que c'était mal de mettre ses pieds sur les chaises ?" Lui dis-je en guise de préambule. Je sais toujours faire des entrées remarquées, c'est mon truc.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 56
Points : 21
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Not Yet ♡

MessageSujet: Re: The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]   Lun 13 Aoû - 15:13


The Seer & the Kitten



10 heures moins cinq.

Le matin est clairement mon moment préféré de la journée.
Il faut dire qu'en général, mes nuits sont courtes, et je n'attends que de voir le jour se lever pour cesser de batailler avec mes mauvais rêves. Je ne compte plus les matinées passées, dans la maison familiale à Dublin, à regarder le soleil se lever derrière la baie vitrée du salon, lovée dans le canapé. Avec pour seule compagnie n'importe quel livre et le chat d'Hansel, je suis bien, à siroter mon café devant la vue, alors que le reste de la maisonnée pionce.
Mais le plein air est pas mal non plus. Je trouve la température parfaite à cette heure de la journée. Les mains autour de ma tasse de café, je me surprends à franchement apprécier le moment plaisir. Ne reste plus qu'à revoir mon meilleur ami.

Si je dois être parfaitement honnête, Brooklyn m'a réellement manqué. C'est pas le Serpentard le plus expressif, mais j'aime être avec lui. Souvent, il m'empêche de me sentir trop seule, avec pas grand chose. Je serais sûrement dans un bien plus mauvais état si je n'avais pas Brooklyn comme ami.

- Tes parents ne t'ont pas dit que c'était mal de mettre ses pieds sur les chaises ?

- Salut beau blond, dis-je en ignorant sa remarque

Je vire aussitôt mes bottines de la chaise pour le laisser s'installer.
Ça fait plaisir de revoir sa tête. J'ai conscience que c'est un peu compliqué pour Brooklyn de venir jusque là. Depuis cinq ans que je le connais, j'ai plus ou moins compris que la moindre nouvelle expérience à l'extérieur est un peu un défi pour lui.
Je me décale pour le laisser à son aise. Même si je ne suis pas très branchée contacts physiques, pour Brooklyn, c'est une barrière à ne pas franchir. Je n'ai jamais eu de problème avec le fait d'éviter de le toucher. C'est le genre de trucs que je comprends facilement. En dehors de mon frère, je ne raffole pas du contact avec les autres non plus. Et j'ai conscience que Brooklyn a de vraies raisons de ne pas aimer ça. Je ne suis pas dans ses pompes, mais je peux au moins faire en sorte de respecter ses limites.
Le serveur refait une brève apparition pour prendre la commande de Brooklyn, puis s’éclipse aussi vite. Je suis enfin tranquille avec lui.

- Tu es en avance. Tu étais pressé de me revoir ? Je lui lance avec un petit sourire en coin

Je bois une gorgée de mon café, et me fais violence pour reprendre un petit bout de gâteau. Au moins, avec Brooklyn, je n'ai pas besoin d'être sur mes gardes. Après tout le temps passé ensemble à Poudlard dans la salle commune, il est depuis longtemps au courant de mes troubles alimentaires, et du reste.

- Alors, tu n'as pas eu trop de mal à convaincre tes parents? Je demande. A te lire, j'avais l'impression que c'était... Compliqué? Pourtant, je te vois mal faire autant de conneries que moi.

Je n'ai pas vraiment d'arrière-pensée en posant la question.
Mais je sais que Brooklyn a l'air toujours sur ses gardes quand j'évoque les Caldwell. Avec le temps, j'ai fini par comprendre qu'il a été adopté, à un certain point dans son enfance. Et dans sa façon d'en parler, je sais qu'il a toujours cette espèce de fossé qui le sépare de sa nouvelle famille. Il sait que je ne suis pas du genre à le pousser pour qu'il me parle. Je le connais assez bien, maintenant. Il n'a vraiment pas besoin qu'on le bouscule, et ça ne sert à rien d'insister. De toute manière, je ne suis vraiment pas du genre à me mêler de ce qui ne me regarde pas.
Et je suis particulièrement mal placée pour parler des histoires de famille.

En un sens, Brooklyn me rappelle un peu mon frère.
Il se met des barrières avec le reste du monde, et repousse systématiquement tout ce qui peut attenter à sa condition. D'ailleurs, ça m'arrange bien. Moi qui ait l'habitude de repousser tout le monde, avec Brooklyn, j'ai une bonne raison. Je me fiche d'être vue comme une peste. J'en suis une, et ça ne changera pas. Mais au moins, ça me permet de gueuler quand les premières années font les cons dans la salle commune sans que ça étonne qui que ce soit. Je passe pour une garce de service, mais au moins, je suis tranquille, et Brooklyn ne risque pas d'être touché. Et puis, ça me défoule.
Je souris sans faire exprès. Bon sang, ça fait vraiment plaisir de le revoir.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2674
Points : 15
Crédit : anesidora & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]   Mar 14 Aoû - 23:43

Brooklyn & Gretel

The Seer & the Kitten


Je passe au dessus de son bonjour et m'assoie quand elle enlève ses pieds de l'autre chaise. J'aurai pu être flatté par ce petit surnom mais je connais suffisamment Gretel pour savoir que ce n'est qu'une plaisanterie. Et en toute honnêteté, même si ça ne l'avait pas été, ça me serait certainement passé au dessus. De base je ne suis pas sensible aux flatteries et compliments mais plus encore aujourd'hui. Aujourd'hui je suis soulagé d'avoir quitté Oxford pour Londres mais je sais que ce n'est que pour la journée. Et même si je n'ai aucune envie de rentrer, je me rends bien compte que ça ne serait qu'une fuite en avant. Fuir le problème ne le résoudra pas, je l'ai fait à maintes reprises et c'est à chaque fois le même constat : je me mange le mur. Et j'ai envie de croire que cette fois-ci je ne ferais pas les mêmes erreurs mais en vrai, c'est uniquement parce que j'ai promis à mes parents que je reviendrais ce soir que j'y retourne, sinon je m'en serais bien abstenu. J'étais prêt à aller squatter chez Casey ou même chez Gretel ou un membre de ma famille quelque part en Angleterre, tout, tant que ce n'est pas un retour à Oxford. Le serveur revient à notre table pour prendre notre commande et après quelques secondes d'hésitation je demande "Un chocolat chaud !" Pas de bonjour, pas de s'il vous plait, pas de merci ! Il faudra qu'il s'y fasse, aujourd'hui je n'ai pas envie de m'encombrer de la politesse, je ne suis pas d'humeur. Je suis content de voir Gretel, bien entendu mais pour être honnête, je n'ai pas le coeur à faire semblant que tout va bien alors que rien ne va. C'est l'anarchie dans ma tête et sa présence n'aide pas à dissiper mon problème. J'ai essayé de lui parler de tout ça par lettre mais c'était assez difficile alors je me suis dit que peut-être, j'y arriverai quand je la verrais. Mais maintenant que je suis en face d'elle, je ne sais plus.

Le serveur se retire après avoir pris ma commande et nous laisse seul. Et on peut dire que Gretel a l'art de ne pas tourner autour du pot. Elle rentre directement dans le vif du sujet, sans passer par 4 chemins. C'est aussi ce que j'aime chez elle, elle ne s'encombre pas d'être polie ou de faire la conversation pour essayer d'obtenir quelque chose de quelqu'un, elle lui demande cash. Ca passe ou ça casse, certes, mais moi j'apprécie. Je sais qu'elle ait vu pour beaucoup comme une parfaite petite peste blonde mais je sais qu'au fond, ce n'est qu'une image et que cette image, elle l'entretient parce qu'elle lui convient pour le moment. Ca m'amuse presque de la voir envoyer paître les gamins dans notre salle commune qui chahutent un peu trop prêt de moi. Je les déteste tellement, à ne jamais faire attention à rien. Ils te sortent toujours la même excuse "Désolé, on n'a pas fait exprès, c'bon !" Non bordel ce n'est pas bon ! Tu fais attention sinon je t'en colle une, point ! Enfin bon, aujourd'hui, je ne suis pas sûre d'apprécier sa franchise. Elle plaisante tout d'abord sur le fait que je suis arrivé en avance. Pour être honnête, je ne sais même pas quelle heure il est. Je lui ai donné un horaire approximatif, surestimé visiblement. Elle devrait être contente, je ne l'ai pas fait attendre. "Je peux repartir et revenir dans une demi heure si tu veux !" Dis-je en répliquant à sa remarque amusée. Je sais qu'elle plaisante, je la connais suffisamment pour ça mais elle sait aussi que je suis capable d'être cassant à n'importe quelle occasion et j'adore briser ses rêves, j'y prends beaucoup de plaisir. Evidemment que je ne bougerai pas d'ici, mais elle n'est pas sensée le savoir.

Là, c'était la partie facile de la discussion, on en vint rapidement au sujet qui fâche, comme on dit si bien. Elle me demande grosso modo ce qu'il se passe. Et je peux comprendre qu'elle ne comprenne rien à la situation, comment le pourrait-elle ? Elle ne sait rien de ma vie, sauf ce que j'ai accepté de lui dire. Elle connaît mon don, ce n'est pas quelque chose que je cache, c'est en général plus facile pour que les gens évitent de me toucher. Elle sait que je suis adopté, c'est pas une information que je lui ai vraiment dit mais disons que je le lui ai fait comprendre, mais elle ignore tout du pourquoi du comment. En même temps, en dehors de Rebecca et Christopher, personne n'est au courant dans ma propre famille. Ils savent que j'ai un lourd passif et que quand je suis arrivé chez eux, je venais de vivre une situation extrêmement éprouvante, d'où mon attitude sauvage et mon mutisme. Peut-être qu'ils ont fait des recherches sur moi, ils connaissent après tout mon nom de famille, ils savent que je suis né Brooklyn Frost avant de prendre le nom de Caldwell quelques années plus tard. Je l'ignore, on en a jamais discuté et je ne suis pas sûr d'avoir envie d'en parler avec eux. Et à Poudlard, il n'y a que Casey d'au courant, mais c'était mon amie d'enfance, elle était aux premières loges quand je vivais encore chez mes parents. Je soupire et passe une main sur ma nuque, silencieux. Maintenant que je suis devant elle, j'ignore comment lui dire les choses, ni même si j'ai envie de lui dire les choses. Pourtant j'ai confiance en elle, le problème n'est pas là mais je n'ai pas l'habitude de me confier aux autres ... "Non c'pas ça ... Enfin c'était un peu ça au début des vacances, parce qu'on ne peut pas dire que j'ai été un élève modèle cette année mais aujourd'hui ça n'a plus rien à voir ... " Ca c'est totalement vrai et ce n'est pas compliqué à sortir alors je commence par ça. Au début, ils n'étaient pas chaud que je passe quelques jours seul à la maison, il a fallu que je squatte plusieurs jours chez Casey. Alors en soit ce n'est pas grave, parce que c'est Casey et que son père n'était pas là, mais franchement ça m'a un peu saoulé le peu de confiance qu'ils ont en moi. Je sais que j'ai fait quelques conneries mais ça va, j'ai aucune raison de fuguer de la maison, j'aurai pu resté seul ... enfin je n'avais aucune raison à l'époque en tout cas. Je me racle la gorge et fixe la tasse fumante que le serveur vient de m'apporter. Je reste silencieux quelques instants "Je t'ai dit dans ma lettre que ça avait un rapport avec mes parents biologiques ... en fait c'est mon père ... Il est de retour à Oxford !" Elle ne comprendra pas l'impact que cette nouvelle a pu avoir sur moi mais croyez moi que ça m'a détruit !


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9976-i-ve-seen-hell-i-can-do-worse-gretel-b-valeskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10003-gretel-b-valeska-dead-girl-walkinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10004-valeska-gretel-never-be-satisfiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10005-valeska-gretel-watch-it-burnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10006-gretel-valeska-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/07/2018
Parchemins rédigés : 56
Points : 21
Année : 5e

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Not Yet ♡

MessageSujet: Re: The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]   Ven 17 Aoû - 18:43


The Seer & the Kitten



10 heures cinq.

- Je peux repartir et revenir dans une demi heure si tu veux !

Uh-Oh.
Je connais assez bien Brooklyn maintenant. Normal après cinq années à traîner ensemble, vous me direz. Mais à part sa bouille de Grumpy Cat récurrente, Brooklyn passe plus ou moins pour un beau garçon trop renfermé pour être sympathique. Et niveau expressions, ils n'en a pas beaucoup qui n'incluent pas le froncement de sourcils.
Mais pour moi et le peu de personnes avec lesquelles il s'est lié, il y a plus à voir. Sa réplique en auraient sûrement vexé plus d'un, mais son ironie me passe au-dessus. Tout ce que je perçois, c'est, sous le sarcasme plus sec et dur que d'habitude, cette espèce d'attitude défensive qu'il prend d'emblée.
Je le laisse s'installer en l'observant, cherchant à déceler ses micro-expressions. Certes, j'ai l'habitude de nos échanges ironiques, c'est notre langage à nous. La plupart des gens de notre dortoir en sont rendus à se demander pourquoi on traîne ensemble alors qu'on passe nos journées à s'envoyer ce genre de piques; quand on n'envoie pas chier les autres. Ce qui nous amuse pas mal tous les deux, au final.
Mais je sais aussi discerner quand il est un poil plus acerbé et tendu que d'habitude.

Sa boisson arrive, et je garde ma réplique sur ses goûts de petite fille pour moi. D'un geste, je fais signe au serveur pour commander une seconde tasse de café. Je sens qu'on va pas partir de suite pour le shopping.
Je pose mon coude sur la table, et ma tête dans ma main.
A bien y regarder, c'est vrai qu'il a l'air nerveux. La moindre de mes questions semble le plonger dans une grande réflexion, et je n'en attendais pas tant. Je l'observe se passer une main sur la nuque, un de ses tics quand il n'est pas à l'aise. Allez Caldwell, crache le morceau.

- Non c'pas ça ... Enfin c'était un peu ça au début des vacances, parce qu'on ne peut pas dire que j'ai été un élève modèle cette année mais aujourd'hui ça n'a plus rien à voir ...

Je lève un sourcil.
Parfois, j'oublie que Brooklyn aussi n'est pas un enfant sage. Il n'en est pas à mettre délibérément de l'huile sur le feu ou faire des conneries à mon niveau, mais il reste assez instable, d'une manière générale. Il a collectionné quelques conneries durant l'année, avec ou sans moi, et de ce que je sais de sa famille, ils sont du genre à vraiment le surveiller. Mais je n'en sais guère plus à vrai dire. Si il y a bien un sujet sur lequel Brooklyn n'est pas spécialement bavard, c'est sa famille. Au fil des années, j'ai fini par savoir qu'il était dans une grande famille de onze gosses, dont ses sœurs que je connais, et dans laquelle il peinait un peu à être tout à fait à l'aise.
Son "don" est en grande partie responsable, je sais. Je connais l'aversion constante de Brooklyn pour le moindre contact physique. C'est quelque chose de difficile à ignorer, et j'ai intégré ce détail dès notre rencontre, en première année. Aujourd'hui, lui épargner le moindre risque tactile est devenu une habitude.

Mais je sais qu'au delà de ça, il y a d'autres choses dont mon meilleur ami n'accepte pas de parler. Depuis quelques temps, j'ai enfin confirmation de ce que je soupçonnais depuis longtemps, que ses parents ne sont pas ses parents biologiques. Ni aucun de ses frères et sœurs. Et j'ai aussi tout un tas d'hypothèses sur ce qui a pu précéder son adoption, aucune de très joyeuse. Quand il en parle, il laisse toujours échapper naturellement quelques détails, quelques sous-entendus, juste assez pour que je me fasse mes propres hypothèses. C'est comme si Brooklyn était un livre dont je ne pouvais lire qu'une ligne sur deux. Et dans un sens, je ne tiens pas à le forcer.
On a chacun nos propres démons, et nos secrets respectifs. Lui aussi sait respecter parfaitement mon espace personnel, comme mes besoins de compagnie lors des nuits blanches.

Son silence se poursuit quelques instants, et j'attends.
Je ne suis pas la patience incarnée, mais j'ai l'impression d'entendre son conflit intérieur jusqu'ici. Est-ce qu'il se rend compte d'à quel point il a l'air nerveux?

- Je t'ai dit dans ma lettre que ça avait un rapport avec mes parents biologiques ... en fait c'est mon père ... Il est de retour à Oxford ! Finit-il par lâcher

Oh, merde.
Tout est dans sa façon de le dire. Un mélange d'effroi, d'incrédulité et de panique. Sans connaître l'histoire, je perçois d'ici à quel point ça l'atteint. Je serre le poing. Je n'ai pas la moindre idée de qui est ce type, mais voir Brooklyn aussi perturbé me suffit pour le détester profondément. Je connais Brooklyn. Il n'est pas dans un état pareil sans raison.
Et là, je sens la panique qu'il essaye de contenir. C'est ça, cette nervosité que je sens monter chez lui. En toute honnêteté, j'ai instinctivement envie de lui tenir la main, pour le calmer, le rassurer. Je sais que c'est la dernière chose à faire, même s'il a ses gants.
J'inspire pour me calmer, et je digère la nouvelle en réfléchissant. Si son géniteur est à Oxford, je comprends mieux que Brooklyn ait autant insisté auprès de ses parents pour me rejoindre à Londres. Il est même étonnant qu'il n'ait pas pris un vol direct pour l'Ecosse ou l'Irlande.

- Tes parents sont au courant?

Ça peut paraître dérisoire comme détail, mais je préfère y aller au fait par fait. Si je lui demande direct à quel point son père biologique est un connard pour le mettre dans un état pareil, il risque de se refermer comme une huître ou pire, de paniquer.
Je réfléchis lentement. Encore trois semaines avant la reprise des cours. Pour une fois, Brooklyn va peut-être se montrer plus enthousiaste pour revenir à Poudlard. L'année précédente, il a quasiment fallu le traîner de force. Non pas que ce ne soit pas justifié, certes. Mais je ne suis pas du genre à le laisser fuir ses problèmes.

...Sauf là.
J'ai conscience que le père de Brooklyn est sa Némésis. Il ne me forcerait pas à rentrer dans une piscine non plus. Je me passe une main dans les cheveux, en réfléchissant, contrariée par la situation. Rien ne me fait plus chier que de me sentir inutile. Après avoir ruminé deux minutes sur ma tasse de café, je me tourne à nouveau vers Brooklyn.

- Tu pourrais venir à Dublin, dis-je. Mes parents me cèdent tout en ce moment, et je suis sûre que je peux convaincre papa d'appeler tes parents pour qu'ils te laissent venir.

Je n'ai aucune idée de ce qu'il a en penser. Mais sur le coup, c'est la meilleure idée qui m'est venue. Je ne l'imagine reprendre le train pour Oxford sachant que son père est là-bas. J'ai même peur qu'il disparaisse et que je le retrouve dans deux mois à l'autre bout du continent. Réalisant à quel point l'atmosphère est devenue tendue en quelques secondes, je décide de lui adresser mon petit sourire en coin.

- Comme ça tu pourrais parfaire ta réputation de Don Juan... Chuchotai-je avec mon ton mesquin habituel

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2674
Points : 15
Crédit : anesidora & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]   Dim 19 Aoû - 18:53

Brooklyn & Gretel

The Seer & the Kitten


Je la connais suffisamment pour m'attendre à ce qu'elle me chambre sur mon choix de boisson. De toute façon, j'aurai pu prendre n'importe quoi, qu'elle m'aurait chambré. Du chocolat chaud ? Une vraie gonzesse. Du café ? Tu te prends pour un adulte ? Du thé ? Tellement anglais.... Un soda quelconque aurait fait tellement moldu, de l'eau m'aurait fait passer pour le mec qui prend soin de sa ligne, etc, etc. Mais là, rien. Et c'est étrange quand on connait Gretel de la voir ne rien dire. Pourquoi elle ne me chambre pas alors qu'elle a déjà commencé depuis que je suis arrivé ? Ai-je vraiment une sale gueule ? Je pense que j'ai une sale gueule pour qu'elle ne réagisse pas. Je crois qu'elle ne veut pas ajouter de l'huile sur le feu ou un truc du genre. "J'ai tellement une sale gueule que tu ne veux pas en rajouter une couche en me charriant sur ce que je bois ?" Lui demandais-je franco. Je ne suis pas le genre de mec à passer 10 ans autour du pot. J'aime pas faire traîner inutilement une conversation. Soit je ferme ma gueule, soit alors je l'ouvre et quand je l'ouvre, c'est pour dire ce que je pense. Alors je veux savoir ce qu'il en est. Je sais que je ne suis pas au top de ma forme. J'ignore au fond si je l'ai été une fois dans ma vie, mais ce qui est sûr c'est qu'actuellement, c'est pas la grosse éclate. Je suppose que si elle calme le jeu entre nous c'est que ça se voit. Je connais Gretel, c'est une grande gueule mais un grand coeur aussi. Quand un ami va mal, elle fait tout pour le protéger au mieux et pour être présente pour lui. On aura beau dire beaucoup de choses sur elle, c'est une fille loyale et c'est ce que j'aime chez elle. Cette loyauté indéfectible me rassure, ça me fait me dire que le monde n'est peut-être pas aussi pourri qu'on pourrait le croire et qu'il existe encore quelques personnes sur cette terre qui valent le coup qu'on les connaissent.

Le sujet sensible arrive très rapidement sur la table. Rien d'étonnant avec Gretel, même si ça m'aurais certainement arrangé qu'on en parle plus tard ... ou jamais. En vrai, je sais au fond de moi que ce n'est pas vrai, d'une certaine façon ça me soulage d'en parler. Enfin, si j'arrive à en parler bien entendu. Mais j'ai pas encore osé le dire à Casey et au final, en dehors de pouvoir en parler à Reb' et Chris', je ne peux me confier à personne et vu dans quel état ça les a mis cette histoire, finalement je me sens un peu seul. Je ne leur en veux pas, ils s'inquiètent pour moi, sur les conséquences que peuvent avoir cette histoire sur moi. Et je les en remercie de se faire autant de soucis pour moi, ça prouve qu'ils tiennent vraiment à moi, mais ... je ne peux rien leur dire, de peur que ça n'aggrave les choses. Si je leur dis que ça me perturbe vraiment et que je le vis extrêmement mal, ils seraient capable de faire des pieds et des mains pour l'éloigner de moi, allant même jusqu'à chercher où il vit pour lui rendre une petite visite. Mais moi je ne le veux pas. Déjà je ne veux pas qu'ils s'inquiètent encore plus et surtout je ne veux pas qu'ils entrent en contact avec lui. C'est un malade, je ne veux pas les mettre en danger inutilement. Et même s'ils ne risquent potentiellement rien - vu qu'il préfère agresser des enfants plutôt que des adultes - il saura que je suis dans le coin et ça, je ne le veux pas. Alors j'essaye de tout garder pour moi, même si mon comportement laisse clairement à penser que je le vis mal cette histoire. Mais c'est plus fort que moi, je n'y peux rien. J'aimerai que ça ne m'atteigne pas ou que je sois capable de mentir, mais j'en suis incapable. Tout mon corps tremble à l'idée que je puisse le croiser par accident dans la rue et je n'ose imaginer comment je réagirais si je le voyais. Je crois que je ne m'en remettrais pas durant des semaines et qu'aller chez le psy tous les jours n'y changerait rien. D'ailleurs mes séances ont augmenter. Mon père pense que c'est préférable que je la vois plus souvent, histoire de lui parler. Sauf que je n'y arrive pas. J'ai rien contre elle mais c'est trop dur. Alors qu'avec Gretel, c'est différent. Je crois que le fait de connaître ses secrets m'aident à lui confier les miens, on est sur le même pied d'égalité. Si elle venait à me trahir, j'aurai les armes pour la détruire ! Je ne le ferais certainement pas, mais c'est rassurant de se dire ça. "C'est Chris' qui me l'a dit." J'ai pas trop compris comment il l'a su. Visiblement il a des relations un peu de partout et un de ses amis lui a dit que mon père revenait sur Oxford. Tout le monde sait qu'il m'a adopté et mon histoire a ébranlé Oxford et ses environs quand on a fait la une, alors je suppose qu'il s'est senti de son devoir de nous mettre au courant que mon monstre de géniteur était de retour.

J'ignore où à Oxford et si j'ai vraiment des chances de le revoir, mais dans le doute, ça m'angoisse. J'ignore depuis quand il est sorti de prison, ni s'il a changé ou non. J'ai juste compris qu'il n'était pas de retour avec ma mère, a supposé donc qu'ils ne sont plus ensemble. Je suppose que c'est mieux ainsi, même si du coup j'ignore ce qu'elle fait de ses 10 doigts. Est-ce qu'elle est remariée ? Est-ce qu'elle a des enfants ? Est-elle désolée de ce qu'elle a fait ? Et si elle a des enfants et que l'un d'eux est comme moi, laissera-t-elle son époux le battre, comme pour moi ? Le battra-t-elle elle-même ? Tant de questions qui resteront certainement sans réponse. D'une certaine façon j'ai envie de savoir. J'ignore si c'est vraiment un besoin, une forme de curiosité ou que sais-je encore. Peut-être que je n'ai pas envie que d'autres souffres comme j'ai souffert et certainement pas par les mêmes monstres. Et d'une certaine façon, s'ils ont des enfants, que je le veuille ou non, ils seront de la même famille que moi. J'ai peut-être, quelque part, un demi frère ou une demi soeur mais je ne le sais pas. C'est certainement mieux, mais peut-être que cet enfant est comme moi et il a besoin qu'on l'aide à mieux comprendre ce qui lui arrive .... Sauf que voilà, même si au fond, j'ai envie de le savoir, je ne suis pas prêt. Alors je laisse ses questions me ronger pour le moment. Gretel est adorable, elle me propose une alternative à cette situation. Allez chez elle. D'une certaine façon, ça ne règlera pas le problème mais pendant quasi 2 semaines, je serai loin de lui. De quoi laisser Chris se renseigner sur mon géniteur est savoir ce qu'il est venu faire dans le coin. Mais en même temps, ai-je envie d'être avec des inconnus pendant tout ce temps ? Et mes parents qui ne me voient pas de l'année, ont-ils vraiment envie de me voir m'en aller ? Ils ont bien laissé Avalon partir pendant 1 mois, je suppose que ça serait un peu abusé de refuser de me laisser partir 2 semaines mais ... je ne sais pas. "Je suis sûr que tes parents seraient ravis de voir débarquer un garçon chez eux ... " Même si Gretel et moi on sait qu'il n'y a aucune crainte à avoir avec moi, ses parents ne sont pas censés le savoir, si ? Est-ce qu'elle parle parfois de moi ? Connaissent-ils mon existence ? Et si oui, qu'est-ce qu'elle leur a dit ? "L'idée est tentante mais .... J'sais pas..." On ne peut pas dire que cette proposition n'a pas d'avantage, c'est clair mais en même temps c'est pas non plus comme si elle me mettait totalement à l'aise. Vous allez me dire, quand j'ai accepté l'idée de Casey, j'étais pas mieux ....


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR old money. et hedgekey



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Seer & the Kitten ~ Ft. Brooklyn [Août 2024]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Londres :: 
Le Chemin de Traverse
-
Sauter vers: